Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les horreurs du monde

 | 
André Stanguennec

Troisième partie. Les horreurs du monde présent

Chapitre VIII. La perte d’un imaginaire fondateur

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Invincible, indomptable, irrésistible respect,
Tu pénétras jadis l’oreille et la pensée du peuple ; aujourd’hui tu as disparu.
La crainte règne, et le succès, les mortels en ont fait un dieu et plus qu’un dieu.
Eschyle1

La nostalgie du récit perdu est elle-même perdue pour la plupart des gens.
J.-F. Lyotard2

La perte de repères moraux communs naïvement mais solidement ancrés est sans doute, avec celle du respect de ses principes politiques, l’une des sources principales du déclin d’une culture, de sa crise, puis de son lent affaissement dans cette horrible décomposition que l’on nomme son déclin. En est-ce cependant la source première ? C’est une hypothèse peu défendable, car la moralisation d’une culture à travers les œuvres de la civilisation qui est la sienne (son art, sa religion et sa philosophie) est d’autant plus forte que ses valeurs sociales, juridiques et politiques s’affirment positivement dans leur domaine symbolique premier. C’est toujours en réaction, tantôt de soutien, tant...

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540