Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Métamorphoses catholiques

 | 
Céline Béraud
, 
Philippe Portier

Vers une nouvelle configuration catholique ?

Texte intégral

1Au terme de ce parcours autour du mariage pour tous, sans doute est-il possible de produire un questionnement plus général. On formulera ici l’hypothèse que la mobilisation de 2012-2013 a révélé publiquement toute une série de transformations à l’œuvre dans le catholicisme français depuis une bonne trentaine d’années, depuis le pontificat de Jean-Paul II en somme, transformations passées très largement inaperçues en dehors de l’institution ecclésiale. Le mouvement contre le mariage pour tous nous aura permis de repérer trois éléments clés dans la configuration actuelle du champ catholique.

  • 236 Pelletier, 2012 : 181.

2Une reconfiguration des enjeux, d’abord. Après avoir été longtemps attaché à la « question sociale », son discours s’est reconstruit autour de la contestation des politiques de l’intime236, et plus spécifiquement des questions relatives au genre. On ne s’en étonnera pas : ce domaine est au fond l’un des derniers lieux où la loi positive demeure encore dans la dépendance du principe d’hétéronomie. Il s’agit bien, pour les acteurs catholiques, d’éviter une nouvelle victoire de la subjectivité, contre l’idée de civilisation morale à laquelle ils sont attachés. Une consolidation des influences, ensuite. Le mouvement nous aura amenés à relativiser l’idée d’un catholicisme définitivement marginalisé. Le processus de sécularisation s’approfondit bien sûr, mais à mesure même qu’il s’approfondit, il porte, dans un contexte qui pousse à douter du caractère émancipateur des principes de la modernité, la partie de la population la plus proche, même si elle n’est pas pratiquante, du pôle religieux de l’espace social à se retrouver, en certaines circonstances, dans les cadres d’interprétation et de mobilisation proposés par l’institution ecclésiale. Une persistance des pluralismes, enfin. La Manif pour tous a mis sur le devant de la scène les catholiques d’« identité », attachés à une conception hétéronome de l’ordre social, et n’hésitant pas, sur cette base, à contester, au nom des principes de la loi éternelle – le « réel » disent souvent leurs textes –, les productions de l’ordre légal. L’analyse que nous avons menée nous confronte aussi à la présence pérenne de courants latéraux, que nous appelons d’« ouverture », qui tentent, quant à eux, non sans conflit avec les premiers, non point de « catholiciser la modernité », mais tout à rebours de « moderniser le catholicisme ». Ils ont pu trouver, peut-être hâtivement, dans certaines des déclarations du pape François de quoi soutenir leurs aspirations.

Un réarmement autour des questions de genre

  • 237 Rochefort & Sanna, 2013 : 19.
  • 238 Idem : 19

3Dans le catholicisme, le genre est devenu « un vecteur des différentes formes de rénovations religieuses237 ». Les questions de genre et leur politisation offrent aux autorités ecclésiales l’occasion d’un repositionnement « comme magistère moral à prétention universaliste238 ». Elles ont également été constituées en une cause pour laquelle se mobilisent des troupes qui y ont trouvé un nouvel objet d’investissement militant. Il ne semble donc pas exagéré de parler d’un activisme catholique du genre ou « anti-gender », de la même manière qu’il y a un activisme catholique bioéthique. Remarquons, sans pouvoir développer davantage, que si les questions de genre constituent un tel enjeu pour les autorités catholiques, c’est aussi parce qu’elles travaillent l’institution ecclésiale de l’intérieur. Si l’on ne prend pas en compte cette donnée-là, on comprend mal l’intensité, voire la virulence des débats récents.

  • 239 Béraud, 2012 : 247-248.
  • 240 Voir www.peresdefamille.org, dernière consultation le 30 avril 2015.

4L’épisode que nous venons d’analyser fournit une claire illustration de ce nouveau tropisme. La question de la différence des sexes a été centrale dans la mobilisation contre le mariage pour tous, avec cette volonté sans cesse affirmée de présenter le genre, la sexualité, le mariage et la famille comme des catégories anthropologiques anhistoriques, en appui d’ailleurs sur un discours volontiers antiféministe. Cette orientation, qui s’est prolongée depuis, se repère dans les pratiques militantes qui se sont développées au cours de la période. Dans la nébuleuse activiste née de la Manif pour tous, se sont constitués plusieurs groupes monosexués, dont la singularité est d’avoir mis en œuvre, dans leur organisation même, des pratiques et des représentations différentialistes visant à naturaliser une différence des sexes qu’ils jugent ébranlée par la politique gouvernementale. C’est le cas des Hommen, qui, en affichant, de manière parfois agressive, une masculinité réduite à la seule virilité hétérosexuelle, se rattache à la mouvance masculiniste. C’est aussi celui des Antigones qui développent un féminisme se voulant alternatif, très conforme à la pensée de Jean-Paul II, où l’identité des femmes se trouve étroitement articulée à la maternité. Le projet des Mères veilleuses, qui entendent valoriser « le sens et la beauté de la maternité », est similaire. Du point de vue de la production et de la diffusion de normes de genre, il faudrait, pour compléter le tableau, conduire des recherches sur les associations familiales catholiques et sur l’enseignement privé catholique, mais aussi sur les initiatives diocésaines et paroissiales foisonnantes en la matière depuis quelques années, que l’on pense aux groupes de « servantes d’assemblée » qui, pendant la messe, tiennent à distance de l’autel les petites filles, réservant le chœur aux garçons239, ou encore au pèlerinage des pères des familles qui réunit, depuis une dizaine d’années début juillet à Vézelay, des hommes qui souhaitent « partager leurs préoccupations d’hommes et de pères de famille dans un environnement festif et résolument chrétien240 ».

  • 241 Voir par exemple http://www.laviedesidees.fr/Genre-État-des-lieux.html, dernière consultation le 3 (...)

5Cette ligne se nourrit bien sûr de toute une réflexion épiscopale. On l’a dit, lorsque les évêques mettent sur pied en 2005 un groupe de travail sur le « gender », le concept n’est pas connu du grand public. Il reste l’affaire de quelques spécialistes d’ailleurs encore un peu en marge dans le champ académique (en comparaison avec d’autres pays). Leurs interventions répétées en la matière ont changé la donne. Aujourd’hui, l’expression « la théorie du genre », les termes et la rhétorique qui y est associée, mais aussi le sentiment très profond de risque qui est véhiculé, celle d’une « indifférenciation des sexes » qui constituerait une menace pesant sur la famille voire l’humanité toute entière, se sont assez largement diffusés, non seulement dans d’autres groupes confessionnels, mais également en dehors du champ religieux. En association avec les groupes anti-gender, qui les ont relayés et parfois précédés, les autorités catholiques sont ainsi parvenues à l’imposer dans le débat public, et même à l’agenda gouvernemental, et, en s’appuyant habilement sur des argumentaires s’inscrivant dans la perspective de la défense des droits de l’enfant et de l’écologie, à nourrir une forme de « panique morale », malgré différentes tentatives d’éclaircissement par des spécialistes de la question241.

6Ils ont trouvé à droite d’utiles relais, qu’ils sont parvenus, comme on l’a noté plus haut, à consolider depuis lors par une politique d’entrisme dans la sphère partisane. Plusieurs batailles ont d’ailleurs été gagnées de ce point de vue par les « anti-gender » jusqu’à faire disparaître certaines références au genre sur le site du ministère de l’Éducation nationale et contraindre Vincent Peillon à se justifier maladroitement, dans les médias et à l’Assemblée nationale, lorsque, fin janvier 2014, il déclare refuser « la théorie du genre ». Son successeur, Benoît Hamon, renonce cinq mois plus tard aux « ABCD de l’égalité ». Ce désengagement sur le terrain de l’école s’est accompagné du report de l’examen de la proposition de loi sur la famille à la suite de la Manif pour tous du 2 février 2014.

  • 242 Voir le communiqué de presse du 1er octobre 2013 de Vincent Peillon. Voir également www.cndp.fr/AB (...)

7Une fois la loi Taubira promulguée (loi dont certains espèrent encore l’abrogation à la faveur de l’alternance), les militants de la lutte contre le mariage pour tous ont ainsi (ré) investi le combat contre le genre dans l’enseignement, dont le premier épisode avait été celui des manuels de SVT en 2011, et contre l’accès des couples de même sexe aux formes de procréation médicalement assistée (PMA et GPA). En septembre 2013, un appel a été lancé aux parents par Ludovine de la Rochère pour la constitution de « comités de vigilance gender » dans les établissements scolaires. Il s’est agi en particulier de mener une campagne contre les « ABCD de l’égalité » qui visaient à « transmettre dès le plus jeune âge la culture de l’égalité et du respect entre les filles et les garçons ». Le dispositif (qui offre aux enseignant-e-s des séquences pédagogiques intégrées aux programmes officiels existants) a été expérimenté dans dix académies volontaires à partir de janvier 2014242.

8La manifestation du 2 février 2014, évoquée plus haut, est révélatrice de la constitution de ce nouveau front. Le mot d’ordre reste la défense de l’enfant qui se trouverait menacé non seulement dans sa filiation, mais également par les enseignements prodigués à l’école. Une rapide analyse des slogans le montre bien. Sur les pancartes brandies par les manifestants, on retrouve des formules déjà entendues lors des précédentes Manif pour tous : « Un père, une mère, c’est héréditaire », « L’enfant n’est pas un droit », « On veut du boulot, pas du mariage homo », « Laissez à nos enfants leurs racines et leurs ailes », pour n’en citer que quelques-unes. D’autres font leur apparition ou gagnent en diffusion : « Arrachons l’enfant aux déterminismes gouvernementaux », « L’instruction à l’école, l’éducation en famille », « Un garçon ou une fille, pas une cagouille. Théorie du genre à l’école, STOP » ou encore « Tomboy ne passera pas ! ! ! Manipulateurs sournois ». Tomboy, film de Céline Sciamma, sorti en salles en 2011 et largement salué à l’époque par la critique, raconte avec finesse l’histoire d’une petite fille qui, à l’occasion d’un déménagement, se fait passer, auprès de ses nouveaux voisins le temps d’un été, pour un garçon. Alors qu’il a été intégré au programme « École et cinéma » et qu’il a été programmé sur Arte, il a fait l’objet d’une cabale menée par Civitas, selon lequel ce « film de propagande pour l’idéologie du genre n’a sa place ni à l’école ni à la télévision ».

  • 243 Poulat, 1988.
  • 244 Déloye, 2006, 1994.

9La lutte scolaire, symptomatique de la « guerre des deux France243 », s’est ainsi trouvée réactivée alors qu’on pouvait penser qu’elle s’était éteinte depuis son dernier avatar, la mobilisation contre la révision de la loi Falloux en 1994. Le ministre de l’Éducation nationale est d’ailleurs directement visé : « Peillon t’as mauvais genre », « Peillon touche pas à nos gosses ». Comme dans les épisodes précédents qui se sont déroulés depuis les lois Ferry244, c’est le rôle joué par l’école en tant qu’instance de socialisation des jeunes générations qui se trouve mis en question. La Manif pour tous du 5 octobre 2014, qui n’a pas réuni autant de personnes que celle de février, reprend les slogans contre la « théorie du genre » dans l’enseignement et développe son opposition à l’accès des couples de femmes à la PMA et d’hommes à la GPA. Ludovine de la Rochère y intervient longuement sur la « marchandisation des corps » et ce qu’elle désigne comme étant un « nouvel esclavage moderne ».

  • 245 Weber, 1996.
  • 246 Rawls, 1993.
  • 247 La Croix, 22 avril 2013.
  • 248 Mercier, 2013 : 353.
  • 249 Cuchet, 2013 : 200.
  • 250 Portier, 2012 : 26.

10Les militants de la cause anti-gender se trouvent principalement du côté du catholicisme d’identité. Pour ces clercs et laïcs, il s’agit de refuser le relativisme et le constructivisme qu’incarne à leurs yeux la perspective du genre. Il y a chez eux une forme de virtuosité245 qui les fait procéder avec une « éthique perfectionniste246 » sans nuance ni réserve, qui est aussi typique de l’« entrepreneur de morale » : ces « militants par conscience » pensent accomplir une mission sacrée, en mettant fièrement en scène leur « ferveur » et leur « vertu » dans l’espace public, dans la perspective d’y faire triompher la loi morale universelle dont ils se veulent les défenseurs. Rien d’étonnant donc à ce que la question du « retour » ou de la « permanence » d’un catholicisme intransigeant ait été posée d’abord par un évêque (Mgr Claude Dagens247) puis par un historien248. L’épisode du mariage pour tous met en évidence que ce catholicisme d’affirmation ne se trouve plus en marge dans des communautés dites « nouvelles ». Il se déploie depuis une quinzaine d’années au cœur même des dispositifs traditionnels d’exercice de l’autorité catholique : conférence épiscopale, diocèses et paroisses. La mobilisation et certainement davantage encore la façon dont les médias en ont rendu compte témoignent en outre de l’effacement des catholiques d’ouverture, ces « courants “progressistes” ou “conciliaires”, souvent de gauche, qui ont connu des heures plus fastes dans les années 1970-1980249 ». Ces derniers ont, contrairement à ceux de l’autre pôle, développé une pensée de l’autonomie « qui génère un discours relativement « large » en matière d’éthique familiale et sexuelle250 ».

Les catholiques : une minorité religieuse pas comme les autres

  • 251 Béraud, 2008 : 96.
  • 252 Pour un discours typique de cette rhétorique minoritaire victimaire, voir « Un an de Manif pour to (...)

11Comme dans de nombreux pays ou régions du monde où cette confession a été longtemps majoritaire, on a assisté en France, au cours des dernières décennies, à une importante déprise catholique. Les catholiques sont en train de devenir une minorité religieuse. Ce phénomène est attesté par plusieurs indicateurs (affaissement des taux d’appartenance, de pratiques et d’encadrement clérical). Mais il est certainement moins une affaire strictement quantitative qu’également très largement subjective251. Dans cette perspective, la mobilisation (physique dans les manifestations et virtuelle sur les réseaux sociaux) a permis, pour les catholiques qui y ont pris part une réassurance, identitaire, tant par les formes d’identifications individuelles qu’elle a nourries que par l’affirmation dans l’espace public d’une communauté, dont les membres ont souvent l’impression soit d’être ignorés, soit d’être moqués et caricaturés. Le discours sur la « christianophobie » s’est trouvé ainsi à cette occasion réactivé : les militants catholiques seraient détestés, méprisés et victimes de « l’opprobre médiatique252 ».

  • 253 Mathieu, 2004 : 73.

12Comme cela est observable dans d’autres mouvements sociaux, le militantisme a ainsi répondu « aux besoins d’identification et aux exigences de consolidation des certitudes morales de ceux qui s’y engagent253 ». Des comparaisons ont parfois été faites entre Manif pour tous et Journées mondiales de la jeunesse (JMJ) : rassemblements de grande ampleur réunissant dans la rue des foules jeunes, joyeuses et festives. Comme dans le cas des JMJ, le déploiement dans l’espace public urbain (et sur les réseaux sociaux) et la médiatisation redonnent au catholicisme, certes de manière éphémère (selon la temporalité qui est celle de l’événement), une visibilité inattendue. La convivialité, qui était donnée publiquement à voir, n’était pas feinte. Elle ne visait pas seulement à déconstruire les stéréotypes négatifs qui pouvaient être associés aux manifestants. Elle procédait de cette logique d’entre-soi, tout à la fois chaleureuse et rassurante, caractéristique des groupements de convaincus.

  • 254 Cuchet, 2013 : 199.
  • 255 Saintôt, 2014 : 41.

13Pourtant, les catholiques ne sont pas une minorité ou une communauté comme une autre. S’ils ont paru être entrés dans « l’ère communautaire254 », ils jouissent encore d’importantes ressources, dont ils sont héritiers, et qui les différencient nettement des autres groupes religieux. Leur capacité d’action collective les a distingués des autres opposants au mariage pour tous et leur a permis de fédérer les mobilisations, comme ils l’avaient fait d’ailleurs en 1999 contre le Pacs. Le catholicisme conserve une place privilégiée dans le champ religieux, celle d’une minorité qui a encore de beaux restes de la période où elle était majoritaire. Elle dispose ainsi de ressources organisationnelles et de capacités d’action collective de loin inégalées par les autres cultes : un dispositif territorial (le réseau des diocèses et des paroisses) qui s’est trouvé alors mobilisé, des moyens financiers qui s’appuient sur la générosité des fidèles, un savoir-faire événementiel (elle sait depuis longtemps mettre sur pied de grands rassemblements), un groupe d’entrepreneurs de morale (certains mobilisés, depuis les années 1990, sur les questions de genre), un réservoir de militants (autour des associations familiales catholiques et de l’enseignement privé notamment), des relais médiatiques et politiques, l’inscription dans des réseaux internationaux. Enfin, ces catholiques ont conservé leur prétention à « se référer à des valeurs universelles pour débattre de la vie commune255 » et refusé l’enclavement particulariste, qui est souvent celui des minorités.

14Sans doute faut-il leur prêter aussi une vraie capacité d’inventivité militante. La mobilisation qu’on a analysée a su s’adapter au terreau culturel de l’époque présente en travaillant à nouveaux frais ses modes d’intervention sociale. Les répertoires discursifs donnent, de ce point de vue, une première indication : tout en trouvant son substrat le plus profond dans les logiques du droit naturel, le langage de la Manif pour tous a su, avec le concours d’experts militants, adopter l’habillage de l’anthropologie ou de la psychanalyse, et même du droit en présentant la réforme Taubira comme une menace non seulement pour ce qui a trait à la filiation, mais aussi pour l’ensemble de l’architecture juridique républicaine. Les répertoires organisationnels sont également significatifs. Comme on l’a vu, tout en s’articulant à des groupes d’intérêt ayant de longue date pignon sur rue (telles les AFC – associations familiales catholiques), la mobilisation a su se transmuer en mouvement social souple, informel, polymorphe dans ses modes d’action, plastique, faisant valoir un leadership diffus, détaché en tout cas de la hiérarchie épiscopale, et offrant du coup, à des fractions très diverses de la population, la possibilité de s’y reconnaître.

  • 256 Davie, 2012 : 95.

15L’ampleur de la mobilisation, au-delà du cercle réduit des pratiquants réguliers jusqu’aux « athées dévots », pourrait sembler infirmer l’hypothèse de la déliaison en France entre la culture catholique et l’univers civilisationnel que celle-ci a contribué à façonner pendant des siècles, l’exculturation pour reprendre le concept forgé par Danièle Hervieu-Léger. Il faut d’abord rappeler que l’exculturation n’est pas un état mais un processus, c’est-à-dire encore en cours, non linéaire et d’ampleur inégale selon les secteurs de la vie sociale. Il faut également prendre en considération l’échec de la mobilisation : si la PMA pour les couples de femmes n’a finalement pas été intégrée à la loi, la contestation n’a pas empêché l’adoption par le Parlement de la loi ouvrant aux couples de même sexe le mariage et l’adoption. Il n’en demeure pas moins que l’empreinte catholique sur la culture est certainement plus tenace qu’on ne pouvait le penser, capable de réactiver certains de ses effets, en particulier lors de moments de « panique morale » comme celui que l’on a pu observer autour du projet de loi et des craintes relatives au devenir de la famille qui se sont manifestées à cette occasion. Certes, le catholicisme n’offre plus en France un cadre culturel englobant. L’Église et son clergé ne contrôlent plus les croyances et les pratiques. Elle reste cependant « un acteur social significatif susceptible même d’attirer en certaines circonstances l’allégeance passive de pans entiers de ces populations256 ». Cela a été indéniablement le cas lors du mouvement anti-mariage pour tous.

16Les analyses de James Hunter (1991) peuvent fournir un cadre d’explication fécond pour rendre compte de ce qui est advenu. Celui-ci avait, au début des années 1990, en s’appuyant sur l’exemple américain, mis en cause le paradigme, longtemps développé par le courant développementaliste, d’un approfondissement des consensus dans les sociétés industrielles avancées, pour repérer, tout à rebours, l’existence d’antagonismes lourds entre les populations. Son modèle d’analyse reposait sur trois éléments fondamentaux. Le sociologue observait d’abord un déplacement des enjeux. Le premier XXe siècle avait été marqué par la prégnance des luttes de type économique et social. Depuis les années 1970, ajoutait-il, on voit s’affirmer des enjeux différents, de nature plus culturelle, fondés sur les valeurs. Il insistait ensuite sur la republicisation des religions. Se structurant autour de courants hostiles à la modernisation morale, souvent alliés les uns aux autres au-delà des dénominations, elles se seraient alors réinvesties dans le champ politique afin de reconfigurer la norme juridique selon les exigences de la norme morale. Il repérait enfin une segmentation des populations : loin de s’homogénéiser, expliquait-il, les acteurs sociaux connaîtraient au contraire de lourdes tendances à la dissociation. La partie la plus attachée au pôle religieux se fixerait de plus en plus volontiers, contre l’expansion du progressivism, dans une orthodoxy, elle-même structurée par une éthique de la verticalité, et dont elle trouverait la substance dans les cadres d’interprétation offerts par les communautés de croyances.

  • 257 Hervieu-Léger, 2003 : 179.
  • 258 Danièle Hervieu-Léger, « Mariage pour tous : le combat perdu de l’Église », Le Monde, 12 janvier 2 (...)
  • 259 Jelen, 2011 : 217.

17Toutes choses égales par ailleurs, c’est bien ce à quoi nous a confrontés l’épisode de la Manif pour tous. Face au changement social, le catholicisme a constitué un pôle de résistance, celui de la tradition, en mettant en avant un modèle conjugal et familial présenté comme universel et anhistorique, modèle qu’il a pourtant très largement façonné au cours de l’histoire et dont l’institution civile du mariage a été durablement imprégnée257. C’était certes aller dans le sens d’une marginalisation culturelle et sociale renforcée et prendre le risque de perdre un nouveau combat258, comme cela a été le cas en Amérique du Nord : « Le catholicisme romain a une longue histoire de conflits et d’accommodements avec la modernité libérale […], son opposition aux droits des personnes homosexuelles n’est qu’un chapitre de plus de ce récit259 ». Mais l’on peut se demander si l’Église catholique ne remplissait pas ainsi un rôle qu’au-delà de ses fidèles les plus impliqués, on attend encore parfois d’elle : celui d’incarner et de défendre la possibilité d’un ordre stable et prétendu immuable.

La persistance de la pluralité interne

18La politisation des questions de genre et de sexualité a nourri la bipolarisation du champ catholique français. Elle a donné à voir une ligne de partage entre catholiques d’identité et catholiques d’ouverture, même si les frontières sont loin d’être parfaitement étanches en la matière. Le rapport de force, très défavorable aux seconds lors de la mobilisation, s’est trouvé depuis, au moins en partie, redéfini par « le haut ». Des éléments qui introduisent une rupture, ou du moins une forme de discontinuité, dont les effets sont encore en partie incertains, méritent à cet égard d’être pris en considération. L’élection de Jorge Bergoglio comme pape en mars 2013, puis, quelques mois après, en France celle de Georges Pontier à la tête de la Conférence épiscopale ont fait émerger deux figures d’autorité qui semblent moins en phase avec le réarmement identitaire de certains clercs et laïcs.

  • 260 Interview aux revues culturelles jésuites publiée dans Études, octobre 2013, p. 14.
  • 261 Voir http://www.eglise.catholique.fr/conference-des-eveques-de-france/textes-et-declarations/disco (...)

19Dans un entretien accordé fin août 2013 aux revues jésuites, le pape François considérait devoir ne « pas insister seulement sur les questions liées à l’avortement, au mariage homosexuel et à l’utilisation de méthodes contraceptives » mais au contraire, dans les enseignements dogmatiques et moraux, s’efforcer de « trouver un nouvel équilibre » sous peine de voir « l’édifice moral de l’Église […] lui aussi […] s’écrouler comme un château de cartes260 ». Quelques semaines plus tôt, dans l’avion qui le ramenait des JMJ de Rio, il avait déjà déclaré aux journalistes qui l’interrogeaient : « Si une personne est gay et cherche le Seigneur avec bonne volonté, qui suis-je pour juger ? ». En France, d’autres questions semblent retenir aujourd’hui davantage l’attention de la Conférence épiscopale et de son nouveau président. Dans son discours d’ouverture de l’assemblée plénière de novembre 2013, Mgr Georges Pontier a certes évoqué le « phénomène social de l’avortement et ses conséquences souvent indicibles ». Mais il n’a fait qu’une rapide mention du mouvement de « défense de la famille et des droits de l’enfant », alors que son prédécesseur y avait consacré de longs passages dans chacune de ses allocutions en 2012-2013. Il a également attiré l’attention sur le sort des Roms, des communautés chrétiennes du Proche et du Moyen-Orient, et plus largement des « démunis » et des « plus fragiles261 » (les personnes en fin de vie en particulier). On a ainsi assisté à un certain déplacement des objets, mais aussi et surtout des méthodes d’action.

  • 262 Henri Tincq, « L’Église, une famille éclatée par l’après-mariage pour tous », Slate, publié le 29 (...)
  • 263 La Croix, 31 mai 2013.

20Au printemps 2013, c’est la crainte de divisions internes qui conduit certains évêques, jusque-là très unanimes ou peu enclins à faire part publiquement de leurs divergences (divergences portant non pas sur le fond du projet de loi mais sur la forme, c’est-à-dire sur la mobilisation et sa politisation), à sortir de leur réserve. Au mois de mai, Henri Tincq parle de l’Église « famille éclatée par l’après-mariage pour tous262 », Bruno Frappat va dans le même sens dans une tribune intitulée « Le nuancier se rétrécit263 » :

[…] ces catholiques pour qui l’enseignement de l’Évangile ne saurait se résumer au conservatisme, et encore moins à des obsessions réactionnaires, imaginez comment ils ont vécu la dernière période ! […] Les évêques, les curés et les organisateurs de la prétendue « résistance » les ont abasourdis et tétanisés. Ils ont le sentiment de se situer désormais au fond des églises, tandis que le chœur et la nef résonnaient des accents des militants de la « cause familiale », en l’occurrence de l’anti-mariage gay.

21La « contrainte du consensus » qui avait dominé jusqu’alors et l’impression d’unanimisme qu’elle contribuait à nourrir ne semblent désormais plus vraiment tenables. Elles sont devenues insupportables à un certain nombre de fidèles. En « bas », à l’échelle des communautés locales, des conflits (certes souvent étouffés et donc très peu médiatisés) sont apparus dans certaines paroisses, écoles ou groupes scouts. Jean-Luc Brunin, évêque du Havre et président du Conseil famille et société de la CEF (Conférences des évêques de France), considère, dans un texte du 14 mai 2013, que « la dimension politique de la manifestation avait créé des clivages au sein de la communauté catholique, où certaines personnes ne se sont pas senties écoutées et respectées ». Peu de temps après, le Conseil famille et société évoque dans « Poursuivons le dialogue », texte publié le 4 juin, une « incompréhension », des « divergences » voire une « radicalisation » qui « n’est pas sans écho au sein des communautés catholiques » (il y est question de l’unité et de la communion ecclésiales).

22Il s’agit ainsi de lutter contre une forme de bipolarisation qui est décrite comme n’opposant pas seulement des catholiques au reste de la société mais comme traversant également en interne le monde ecclésial : « Certains invoquent l’amour miséricordieux de Dieu pour plaider en faveur de la loi, d’autres invoquent l’amour créateur de Dieu pour s’y opposer. Certains estiment que le débat politique a été escamoté, d’autres estiment que le débat à l’intérieur de l’Église a été escamoté. » Les auteurs du texte en appellent au légalisme : « C’est une preuve de maturité démocratique que d’accepter sans violence que son propre point de vue ne soit pas retenu. […] Il faut […] prendre acte du fait que mariage civil et mariage religieux ne recouvrent plus le même type d’engagement. » Si le principe d’« accueil inconditionnel » des personnes homosexuelles dans l’Église est rappelé et l’homophobie fermement condamnée, il n’en demeure pas moins que la seule voie qui leur est proposée consiste « à retrouver la force et le sens de l’amitié et de la chasteté ».

  • 264 La Croix, 30 janvier 2014.

23Dans les mois qui suivent, au fil des différents avatars de la mobilisation des anti, les lignes de fracture vont être de plus en plus visibles au sein de l’épiscopat dont la pluralité interne apparaît ainsi au grand jour pour la première fois depuis de nombreuses années (certainement depuis l’affaire Gaillot en 1995). À l’occasion de la manifestation du 2 février 2014, c’est dans le journal La Croix264 que s’expriment deux points de vue bien différents : celui de Mgr Hyppolite Simon qui explique pourquoi il ne prendra pas part à la manifestation et celui de Mgr Philippe Barbarin qui argumente dans le sens opposé. Les positions vont se durcir au cours des mois suivants. La question de l’opportunité d’apporter ou non un soutien aux militants qui poursuivent leur mobilisation près d’un an après le vote de la loi devient saillante et fortement clivante parmi les membres de l’épiscopat. Les débats lors de la session plénière de l’assemblée des évêques de France d’avril 2014 ont ainsi été particulièrement houleux. Dès son discours d’ouverture, le ton est donné par Mgr Georges Pontier qui entend mettre en garde ses frères évêques, « souvent sollicités ou même requis pour donner caution à des initiatives de tous ordres », contre « le risque d’être instrumentalisé ou d’instrumentaliser ».

  • 265 Voir http://osp.frejustoulon.fr/trouble-dans-le-genre/, dernière consultation le 30 avril 2015.

24Les débats ont certainement été d’autant plus vifs qu’ils se sont tenus dans le contexte immédiat de l’« affaire » Fabienne Brugère. Cette dernière, professeure de philosophie à l’Université Bordeaux III et spécialiste du care, avait été invitée à intervenir sur le thème « La dimension sociale du soin de l’autre » devant les responsables diocésains de la pastorale familiale rassemblés à l’occasion d’une journée de formation nationale le 19 mars 2014. Une campagne est initiée le 20 février sur le site de Fréjus-Toulon265 et relayée par le blog « Le salon beige », campagne dans laquelle on reproche à l’universitaire sa proximité avec la pensée de Judith Butler, son admiration pour Christine Taubira, son féminisme et des prises de position favorables à l’avortement. Les internautes se trouvent appelés à signer « une supplique » adressée à Mgr Georges Pontier, en sa qualité de président de la CEF, dans laquelle l’invitation de la chercheuse est présentée comme « un coup de poignard dans le dos » des militants anti-mariage pour tous. Mgr Jean-Luc Brunin, responsable du Conseil famille et société de la CEF, annule finalement la conférence au nom de la préservation de « la communion ecclésiale », ce qui a suscité une vive polémique tant à l’extérieur qu’à l’intérieur du monde catholique.

25Face à la volonté d’apaisement qui paraît l’emporter au sommet de la conférence épiscopale, deux types de stratégie sont observables : celle de la surenchère et celle de la conciliation. L’« affaire » Fabienne Brugère met bien en évidence des formes de surenchère par rapport aux cléricatures établies, voire une contestation de celles-ci (dans la « supplique » adressée à Mgr Georges Pontier, s’exprime une critique de l’autorité épiscopale, sous couvert d’une fidélité aux « principes non négociables » de Benoît XVI). Des activistes (journalistes, blogueurs, militants du Printemps français et de la Manif pour tous également) entendent aller plus loin dans le rapport à la norme mais aussi aux autorités politiques. À l’opposé, parmi les stratégies de conciliation, apparaît une volonté de ne plus rejeter en bloc les études de genre mais, au contraire, de distinguer entre « bon » et « mauvais genre ». La note du Service national famille et société de la CEF de février 2014, « À propos de la gender theory : distinguer, dissocier ou conjuguer ? », est assez exemplaire de ce type de posture. Sa directrice, Monique Baujard, appelle en la matière à « un discernement paisible » pour repérer, dans le champ des études de genre, « les postures excessives de ce qui est humanisant ». Dès lors, il ne s’agit plus de pourfendre « la théorie du genre », dont on rappelle dans le document qu’elle n’existe pas, mais « l’idéologie du genre ». Une telle position de relatif accommodement vaut à Monique Baujard d’être la cible d’attaques virulentes sur des sites comme « Riposte catholique » ou « Le salon beige ».

26La stratégie de conciliation est également à l’œuvre du côté du Centre Sèvres. Ainsi, le jésuite Bruno Saintôt invite ad extra les catholiques à éviter, dans le débat public, la diabolisation et à y substituer le dialogue afin d’y exprimer une « parole chrétienne (qui) ne soit pas d’emblée inaudible ». Il émet à ce propos un certain nombre de recommandations : éviter de parler du gender sans le définir, ne pas employer l’expression comme « la théorie du genre » ou « la famille naturelle », distinguer là aussi entre études de genre et « idéologie du genre », éviter de caricaturer Judith Butler (et d’autres) sans l’avoir lue… Ad intra, il met en évidence l’importance d’un certain nombre de chantiers théologiques : sur la mission des femmes, sur l’emploi de l’argument de la « loi naturelle » ou encore sur « le désir homosexuel ». Dans une perspective également d’apaisement, on peut noter des initiatives pastorales diocésaines, y compris chez ceux en pointe contre le mariage pour tous, en faveur d’un meilleur accueil ecclésial des personnes homosexuelles et de leurs familles. Ainsi Mgr Philippe Barbarin se trouve-t-il à l’origine de la fondation d’un « groupe de réflexion et d’accueil » à Lyon. Remarquons que ces initiatives, qui témoignent d’une volonté d’ouverture, s’accompagnent le plus souvent d’un discours compassionnel décrivant l’homosexualité comme une situation d’insatisfaction et de souffrance, typique de la posture pastorale en la matière.

27La stratégie d’apaisement menée aux sommets de l’Église répond probablement à un double objectif. Elle vise, d’une part, à renouer le lien avec une société séculière et un pouvoir civil qui, souvent, n’ont pas compris la radicalité des positions d’une hiérarchie qui leur semblait faire fond sur une axiomatique d’un autre temps. Le pape François l’explique fort bien quand il évoque sa crainte de voir l’appareil moral de l’Église « s’effondrer comme un château de cartes ». Il s’agit, d’autre part, de permettre une meilleure cohabitation entre des types de catholicisme différenciés – d’identité et d’ouverture –, en évitant que le second n’abdique sa loyauté, en entrant dans un processus de voice ou d’exit. Les adaptations pastorales conduites par le pape François sont-elles le signe de transformations doctrinales de grande ampleur ? Il est encore trop tôt pour le dire, même si la question mérite d’être posée.

  • 266 Voir http://www.la-croix.com/Religion/Actualite/Document-le-rapportd-etape-du-Synode-de-la-famille (...)
  • 267 La Croix, 18 octobre 2014.

28Le premier synode consacré aux « défis pastoraux de la famille dans le contexte de l’évangélisation », qui s’est tenu à Rome en octobre 2014, a dans le texte « Relatio post disceptationem » (rapport d’étape du cardinal Péter Erdö rendu public le 13 octobre 2014) pris acte « qu’il existe des cas où le soutien réciproque jusqu’au sacrifice constitue une aide précieuse pour la vie des partenaires [de même sexe] » et insisté également sur l’« attention spéciale » que l’Église doit prêter « aux enfants qui vivent dans les couples de même sexe » (§ 52)266. Les échanges qui ont eu lieu à Rome ont ainsi donné à entendre publiquement des prises de parole relativement inédites (qui ne se limitent pas aux couples de même sexe mais concerne aussi les mariages civils et les concubinages, ainsi que la place des divorcés remariés) marquées par une certaine bienveillance, ou du moins une tolérance, prises de parole dont il ne faudrait pas pour autant sur-interpréter les effets sur la doctrine. Trois jours plus tard, le rapport final apparaîtra très en retrait, ces deux points n’étant finalement pas mentionnés. De plus, il est bien rappelé dans le texte du cardinal Péter Erdö que ces unions ne sauraient être « assimilées au mariage entre un homme et une femme » ; quelques lignes visent même, sans surprise, « l’idéologie du gender » (§ 51). Surtout, cette ouverture pastorale a nourri une forte opposition du côté des cardinaux les plus conservateurs, avec lesquels le pape devra composer. Ainsi, l’Américain Raymond Burke, qui avait un an plus tôt manifesté des réticences par rapport à l’exhortation apostolique de François, Evangelii Gaudium, a déclaré dans un entretien : « Le pape n’est pas libre de changer la doctrine de l’Église sur l’immoralité des actes homosexuels, l’indissolubilité du mariage ou toute autre doctrine de foi267 ».

  • 268 La Croix, 7 octobre 2014.

29À l’échelle du catholicisme français, le changement de ton à Rome a certainement déstabilisé les militants anti-mariage pour tous. Surtout, il a également rendu possibles certaines prises de parole. Ainsi, dans l’édition du 7 octobre 2014 du journal La Croix, Antoine Guggenheim, prêtre, théologien et ancien directeur du pôle de recherche du collège des Bernardins, s’est prononcé en faveur de la recherche « d’une forme de reconnaissance d’un amour fidèle et durable entre deux personnes de même sexe, quel que soit leur degré de chasteté268 ». D’un point de vue liturgique, cette reconnaissance peut prendre la forme d’une prière (dans un premier temps, il est même question d’une bénédiction mais le prêtre reviendra quelques jours plus tard sur une telle éventualité). Notons que, dans le même article, se trouvait également interrogé Tanguy-Marie Pouliquen, prêtre membre de la communauté charismatique des Béatitudes, professeur d’éthique à l’institut catholique de Toulouse, qui développait une approche opposée selon laquelle aucune reconnaissance publique de l’homosexualité par l’Église catholique n’était envisageable. Il y invitait à prier pour les personnes homosexuelles pour qu’elles accueillent leurs « blessures en vérité ». La seule voie possible étant pour elles la continence.

Conclusion

30La mobilisation contre le mariage pour tous a donné à voir, dans l’espace de la rue et dans celui des médias, un catholicisme d’affirmation qui a trouvé dans les questions de genre et de sexualité un objet d’investissement militant et a participé ainsi de leur politisation. La controverse relative à l’institutionnalisation renforcée des couples de même sexe a mis en évidence le terrain gagné dans le champ catholique français par les tenants de l’« identité ». Mais, au fil des mois, cette prédominance va se trouver progressivement contestée, non seulement en « bas » à l’échelle des communautés locales mais aussi en « haut », au niveau de la conférence épiscopale, dont certains membres pointent les conflits et divisions suscités par la mobilisation. Surtout, l’ouverture pastorale perceptible à Rome, en particulier lors du synode sur la famille, tranche avec le ton dominant sur les questions familiales sous les deux précédents pontificats.

  • 269 Moins d’un an plus tard, le synode de l’Église protestante unie de France (qui regroupe les luthér (...)

31La pluralité interne au catholicisme, loin de s’être estompée, apparaît donc comme encore très marquée. L’un des axes de partage se situe autour de la place à accorder aux différentes façons de faire famille aujourd’hui. La reconnaissance des couples de même sexe constitue ainsi une question qui ne se pose pas pour le catholicisme uniquement de l’extérieur, selon une confrontation à des logiques sociales exogènes qui lui seraient étrangères, comme pouvait le laisser penser la mobilisation des anti qui se sont mis en scène selon l’image de la citadelle assiégée. Elle le travaille également de l’intérieur. Dans le protestantisme français, c’est la question de la bénédiction des couples de même sexe qui fait débat. Ainsi, l’Union des Églises protestantes d’Alsace et de Lorraine (UEPAL), qui avait entamé une réflexion sur la question et faisait ainsi figure de précurseur, a décidé fin juin 2014 de surseoir à toute décision en la matière.269

Notes

236 Pelletier, 2012 : 181.

237 Rochefort & Sanna, 2013 : 19.

238 Idem : 19

239 Béraud, 2012 : 247-248.

240 Voir www.peresdefamille.org, dernière consultation le 30 avril 2015.

241 Voir par exemple http://www.laviedesidees.fr/Genre-État-des-lieux.html, dernière consultation le 30 avril 2015..

242 Voir le communiqué de presse du 1er octobre 2013 de Vincent Peillon. Voir également www.cndp.fr/ABCD-de-l-egalite, dernière consultation le 30 avril 2015.

243 Poulat, 1988.

244 Déloye, 2006, 1994.

245 Weber, 1996.

246 Rawls, 1993.

247 La Croix, 22 avril 2013.

248 Mercier, 2013 : 353.

249 Cuchet, 2013 : 200.

250 Portier, 2012 : 26.

251 Béraud, 2008 : 96.

252 Pour un discours typique de cette rhétorique minoritaire victimaire, voir « Un an de Manif pour tous : “Tout le monde déteste les cathos” », Rue 89, 19 novembre 2013.

253 Mathieu, 2004 : 73.

254 Cuchet, 2013 : 199.

255 Saintôt, 2014 : 41.

256 Davie, 2012 : 95.

257 Hervieu-Léger, 2003 : 179.

258 Danièle Hervieu-Léger, « Mariage pour tous : le combat perdu de l’Église », Le Monde, 12 janvier 2013.

259 Jelen, 2011 : 217.

260 Interview aux revues culturelles jésuites publiée dans Études, octobre 2013, p. 14.

261 Voir http://www.eglise.catholique.fr/conference-des-eveques-de-france/textes-et-declarations/discours-d-ouverture-de-l-assemblee-pleniere-de-novembre-2013-17386.html, dernière consultation le 30 avril 2015.

262 Henri Tincq, « L’Église, une famille éclatée par l’après-mariage pour tous », Slate, publié le 29 mai 2013.

263 La Croix, 31 mai 2013.

264 La Croix, 30 janvier 2014.

265 Voir http://osp.frejustoulon.fr/trouble-dans-le-genre/, dernière consultation le 30 avril 2015.

266 Voir http://www.la-croix.com/Religion/Actualite/Document-le-rapportd-etape-du-Synode-de-la-famille-2014-10-15-1249420, dernière consultation le 30 avril 2015.

267 La Croix, 18 octobre 2014.

268 La Croix, 7 octobre 2014.

269 Moins d’un an plus tard, le synode de l’Église protestante unie de France (qui regroupe les luthériens et les réformés) rend possibles de telles bénédictions.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540