Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Métamorphoses catholiques

 | 
Céline Béraud
, 
Philippe Portier

Stratégies de mobilisation

Texte intégral

1La Manif pour tous a indéniablement constitué un mouvement d’opinion. L’ampleur de la mobilisation se repère à deux niveaux. La participation aux manifestations donne un premier indice. Elle est élevée, d’autant qu’elle s’est prolongée dans le temps, de l’automne 2012 à l’hiver 2014. Il n’est guère que les mobilisations contre la réforme des retraites qui aient fait mieux (ou autant) au cours des quinze dernières années. Un second indice nous est fourni par les sondages d’opinion. La sociologie des moments manifestants souligne volontiers qu’une manifestation réussie est toujours l’indice d’un mouvement latent qui structure l’opinion. L’épisode de la Manif pour tous confirme l’analyse : comme on l’a vu, la population globale a, au cours de la période de référence, abrité un bloc contestataire toujours important. Si l’on retient la question de l’adoption, les opposants à la loi Taubira se sont, sans discontinuer, situés aux alentours de 50 % de la population globale, avec un effet de renforcement à mesure que prenait corps la mobilisation catholique.

  • 146 Boltanski & Esquerre, 2014 : 47.

2L’ampleur de cette mobilisation résulte de la rencontre d’une demande et d’une offre de significations morales. La demande ? Comme on l’a vu plus haut, une partie de la population, autour de la polarité catholique (et, partiellement, au-delà), a éprouvé un sentiment de « panique morale » devant une politique qui lui semblait bousculer les fondements traditionnels de la famille, et s’est mise en attente d’« entreprises de morale » susceptibles d’inverser le cours de ce qui lui apparaît comme une menace. Cette demande « conservatrice » en croise d’autres de même nature sur le terrain notamment de l’identité nationale146. L’offre ? Les acteurs engagés dans la mobilisation contre le mariage pour tous, depuis les évêques jusqu’aux organisations liées à la Manif pour tous, en passant par les autorités religieuses non catholiques, ont su entrer en relation de connivence avec les attentes d’une partie de l’opinion publique, en développant un dispositif complexe de « sensibilisation », articulant productions langagières, alliances religieuses et traductions politiques.

Les productions langagières

3Le syntagme « production langagière » doit être saisi lato sensu. S’il intègre les performances discursives des acteurs sociaux, il ne s’y réduit pas. Il faut l’approcher globalement, comme un système de signes divers, trouvant cependant leur point de convergence dans l’intention qui les porte de reconfigurer l’espace éthique de la société. Les opposants au projet gouvernemental ont employé, dans cette perspective, le triple langage du corps, du texte, du droit.

  • 147 Pour une analyse en ce sens de la fonction de la manifestation, voir Casquete, 2006.
  • 148 Patrick Champagne (1990) estime qu’une manifestation pèse d’abord à travers sa réception par la pr (...)

4Le premier s’est exprimé à travers l’action de rue. Les manifestations sont centrales à ce niveau. On en a compté sept nationales entre octobre 2012 et juin 2013 : quatre centralisées à Paris (janvier, mars, avril, mai), trois distribuées dans les grandes métropoles régionales (novembre, décembre, février). Elles ont, conformément à leur concept, pris la forme de défilés pacifiques et organisés, en s’appropriant d’ailleurs un syntagme emprunté à la gauche, « la manif ». Leur fonction était double147. Conative d’une part : il s’agissait de peser sur le pouvoir en place, en faisant valoir, via les médias qui ont joué un rôle essentiel dans la construction du succès de l’opération148, le verdict des chiffres. Expressive d’autre part : la manifestation, tel un moment d’« effervescence collective », a été le moyen, pour la communauté catholique, de se réassurer dans ses propres valeurs, dans une situation historique marquée par l’approfondissement de la sécularisation.

  • 149 Tartakowsky, 2013 : 147.
  • 150 Lalouette, 2012.
  • 151 D’Hollander, 2001.
  • 152 Elle sera suivie d’une manifestation en faveur du mariage pour tous le 27 janvier, moins important (...)

5Rappelons à ce stade que, contrairement à une idée reçue, les catholiques ont cultivé, tout au long du XXe siècle un habitus de la manifestation149 : on se souvient, par exemple, des protestations parfois violentes contre les lois anti-congréganistes ou les inventaires au début du siècle dernier, des défilés contre la politique religieuse du Cartel des gauches en 1924-1925, des manifestations en faveur de l’école libre après la seconde guerre mondiale, et encore en 1984150. Au XIXe siècle déjà, malgré les restrictions concordataires, ils avaient occupé la rue, par le truchement de processions où le politique se mêlait souvent au religieux, comme dans les années 1870 lorsqu’il s’agissait, après la Commune, d’expier les péchés de la France en vénérant le Sacré-Cœur de Jésus151. Le moment manifestant mériterait à soi seul une enquête : comment se choisit l’itinéraire ? Comment se construit le cortège ? Comment sont dénombrés les manifestants ? Comment s’organise le service d’ordre ? Quel type de relation se noue avec les forces de l’ordre ? Qui prend la parole ? Contentons-nous simplement, à ce stade, de décrire l’image que la scénographie manifestante a voulu donner du mouvement de contestation, en nous arrêtant, principalement, sur celle du 13 janvier 2013152.

6On insiste d’abord sur sa nature représentative. Il s’agit d’établir une homologie entre le peuple manifestant et la société globale. Les lieux ont leur importance. Les trois cortèges, indice de la massivité du mouvement, convergent, depuis Denfert-Rochereau, vers le Champ-de-Mars. Ce n’est pas le parcours des manifestations de gauche. C’est une autre France qu’on veut évoquer, fédérée autour de valeurs communes. L’objectif de représentativité se dit aussi dans l’agencement du défilé : il fait se succéder les régions de France, avec leurs étendards, les unes après les autres. Les professions sont présentes aussi, repérables par leurs atours vestimentaires : les juristes apparaissent en robe, et les médecins en blouse blanche. Les dirigeants des partis de droite sont là, mais sans statut particulier. Il en va autrement du Collectif des maires pour l’enfance, émanation, dit-on, des élus de terrain, qui reçoit une place de choix en tête de manifestation. Pour mieux marquer le caractère trans-social d’une manifestation qui présente tout de même un caractère très middle et upper classes, ses organisateurs demandent aux participants d’éviter le costume versaillais et d’adopter des « tenues décontractées » semblables à celles que portent les Français ordinaires. La fin de la manifestation, avec son temps de discours, exprime et renforce l’imaginaire du rassemblement : à la tribune, interviennent, des homosexuels aux musulmans, de Frigide Barjot à Béatrice Bourges, des défenseurs de l’enfance en danger aux professeurs de droit, la plupart des composantes du mouvement.

  • 153 Voir, sur ce point, l’enquête qualitative de Valérie Aubourg, Colloque « Les autorités religieuses (...)
  • 154 Fillieule, 1999.

7Le défilé traduit en somme une opposition, qu’on retrouve dans le discours même des organisateurs et des manifestants : il est la « France réelle », contre celle des lobbies et des gentries urbaines, qui ont, contre le peuple, poussé à la réforme du Code civil. Le récit que Le Figaro, mais aussi certains médias audiovisuels comme BFM ou TF1, font de la manifestation – la « manifestation de papier », selon l’expression de Patrick Champagne (1990) – vient confirmer cette construction. On prendra cependant soin de rappeler que le projet de dépasser les frontières confessionnelles se heurte à la réalité : la manifestation, sans être constituée de la seule France de la pratique dominicale, trouve la majorité de ses forces chez des catholiques déclarés, massivement de droite et du centre153, dont on peut penser par ailleurs, comme le montre volontiers la sociologie de la politique non conventionnelle154, qu’ils ont été portés à entrer dans cette action collective par des « réseaux d’interconnaissance » préétablis.

  • 155 Les évêques eux-mêmes n’évoquent plus guère la question de l’homosexualité en tant que telle dans (...)

8La manifestation veut ensuite afficher son objectif civilisateur. Les slogans qu’on lit sur les banderoles sont ici particulièrement significatifs. Ils évitent soigneusement l’homo phobie, à rebours de ce qui s’était passé en 1999 : « Nous sommes mariageophiles, pas homophobes155 ». Leur propre est de défendre l’humanité tout entière, en insistant sur la naturalité de l’al­ térité sexuelle, contre l’insensé d’une réforme qui bouscule les repères les plus essentiels de l’existence : « Un père, une mère, c’est élémentaire », « La différence, c’est la clé de l’existence », « Papa, maman et les enfants, c’est naturel ». Il faudrait s’arrêter plus longuement sur cet autre slogan : « Touche pas à nos stéréotypes de genre. » Il est tout à fait typique d’un projet très contemporain de déconstruction de la déconstruction : peu importent les travaux sur l’invention historique de nos catégories de sens ; une société doit pouvoir, au nom de sa souveraineté culturelle, décider de les choisir, si elle estime qu’elles ont fait leur preuve. Cet enracinement dans la tradition n’empêche pas la Manif de se référer aux principes de la République, en en ôtant le monopole à la gauche. Certains slogans évoquent la liberté, comme celui-ci qui détourne une formule de Vincent Peillon : « Arrachons l’enfant aux déterminismes gouvernementaux. » D’autres, l’égalité, avec, en arrière-plan, le droit de l’enfant (ce qui renvoie à une réalité substantielle) contre le droit à l’enfant (qui repose sur une idée artificialiste) : « Deux papas sans maman, c’est pas l’égalité des droits. » Parfois, on ose l’informalité de l’humour démocratique, pour la placer au service de la stabilité : « On veut du sexe, pas du genre ! », ou encore « Y a pas d’ovule dans les testicules ». Des slogans issus des manifestations de gauche font l’objet aussi d’usages sauvages : « Nous sommes tous des enfants d’hétéro. Première, deuxième, troisième génération » ; « Taubira, t’es foutue ! Les Français sont dans la rue ! ».

  • 156 Le Frat, abréviation de Fraternel, est un rassemblement annuel rassemblant de jeunes catholiques d (...)

9La scénographie pointe par ailleurs le caractère juvénile de la manifestation. Le fait n’est pas d’ailleurs de pure invention même s’il n’est pas majoritaire. On sait que les générations Jean-Paul II ou Benoît XVI existent, qui ont trouvé à s’exprimer dans les divers rassemblements de jeunes des trois dernières décennies, du Frat156 aux Journées mondiales de la jeunesse. On les retrouve ici, engagés dans une militance morale présentée comme venant prolonger leurs adhésions de foi. Cet activisme est d’autant moins étonnant que, toutes causes confondues, les jeunes sont plus portés que les plus âgés à participer à des manifestations. L’organisation les place au premier rang : c’est à eux, le plus souvent, habillés d’orange ou de vert, que sont confiées les tâches de régulation de la manifestation. Selon une formule empruntée à la Techno Parade ou à la Gay Pride, ils trônent aussi sur les chars, chantant et dansant, répétant à la foule la puissance de son nombre et les slogans du moment. Une musique de variétés accompagne parfois la longue marche. De temps à autre, comme pour enraciner l’événement dans l’histoire longue de la République, des rangées de jeunes filles déguisées en Marianne ponctuent, un Code civil à la main, le ruban manifestant. Cette valorisation de la jeunesse a sa raison : elle veut démontrer la modernité de la cause défendue. Ce schéma, observable dès la manifestation de janvier, demeurera jusqu’à la manifestation du mois de mai, avec cependant, à mesure que les relations se tendent avec le pouvoir, des slogans de plus en plus agressifs à l’égard du gouvernement, l’apparition du drapeau national aux côtés du drapeau rose des débuts, et des heurts, en fin de manifestation, avec les forces de l’ordre, provoqués par les militants du Printemps français ou des groupes d’extrême droite.

10Mais l’intervention sur la voie publique a pris d’autres formes, à partir surtout du mois d’avril 2013, au moment du vote final de la loi : la Manif pour tous devient alors la « Manif partout ». Elle adopte, tantôt, des formes pacifiques, par lesquelles il s’agit simplement de manifester une présence de réprobation. Le mouvement des Veilleurs (associé notamment à celui des Mères veilleuses) porte cette contestation. Il trouve son moment initial sur le Champ-de-Mars, le 16 avril 2013, après l’interpellation de soixante-sept jeunes. Il se développera au mois de mai dans une soixantaine de villes. Fin 2013, cent dix villes auront été touchées. Son but est de « veiller sur la filiation ». « Apolitique et aconfessionnel », il entend se situer dans la lignée non violente de Gandhi : à la tombée de la nuit, autour de bougies allumées, ses membres organisent des sit-in, chantent, lisent des textes de prose ou de poésie, fort divers d’ailleurs, allant de Charles Péguy à Paul Éluard, en passant par Aragon et Dostoïevski, comme pour affirmer, au-delà des évolutions actuelles de la gauche, le caractère universel et intemporel de leur combat. Ce mode d’action, que préconisait déjà un Lanza del Vasto, est une tentative, parce qu’il nécessite peu de troupes, pour inscrire la protestation dans la durée.

  • 157 Fillieule & Tartakowsky, 2008 : 190.

11À côté de ce groupe, souvent issus de ses rangs, il faut relever la présence des Veilleurs debout, et des Sentinelles qui s’y sont substitués en juillet 2013 : s’appuyant sur l’article 35 de la Déclaration montagnarde des droits de l’homme et du citoyen, selon laquelle « l’insurrection est le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs », il s’agit, pour ceux qui participent à ses happenings, de se tenir debout, immobiles, espacés les uns des autres sans slogan ni signe distinctif, dans le but de provoquer chez les spectateurs un sursaut de la conscience contre les « atteintes à la dignité humaine » fomentées par les pouvoirs. Ce type d’action, qui emprunte certes aux techniques d’ascèse, n’est pas sans analogie avec le répertoire du campement, largement utilisé ces dernières années, tant du côté des Indignés (avec le recours au campement protestataire notamment) que du côté des divers Printemps arabes : il est, lui aussi, « pacifique et non violent, résistant à l’oppression plus que cherchant à renverser par la force le pouvoir […], apte », de surcroît, à « mobiliser et à entretenir les énergies157 ». Ajoutons que, dans un monde livré à l’éphémère de l’information médiatique, il offre au regard de tous, de manière pérenne, le spectacle d’une inquiétude et, ce qui est essentiel dans une société compassionnelle, d’une souffrance.

  • 158 Voir la recherche en cours de Martina Avanza.

12D’autres microgroupes complètent le tableau de l’action pacifique, comme, parmi d’autres, les Antigones ou les Porteuses qui organisent des actions spectaculaires, comme la « marche aux esclaves » en juin 2013, contre l’instrumentalisation du corps que représente, à leurs yeux, la gestation pour autrui. Ces modes de militantisme, poreux et intermittents, mêlent des répertoires d’actions hybrides, à la fois religieux (la veillée en particulier) et séculiers qui empruntent volontiers à la symbolique républicaine (Marianne, drapeaux bleu blanc rouge) ou ouvrière (personnage de Gavroche et salopette des Salopards), mais également à celle de la Résistance (figure d’Antigone). Ils font l’objet d’une diffusion transnationale, avec la constitution de groupes ayant recours aux mêmes rhétoriques et à la même palette de modes d’actions, en Italie notamment avec les « sentinelle in piedi158 ».

13Tantôt, les formes de protestation se sont faites plus agressives, sans qu’il y ait lieu toujours de les opposer aux premières. On pense aux interventions des Hommen, constitués dans la mouvance du Printemps français, qui n’hésitent pas à reprendre et à détourner les performances parfois musclées des Femen (en défilant le torse nu et recouvert d’un slogan, ou en versant du faux sang sur la façade des locaux d’Act Up en représailles contre une opération similaire visant la Fondation Jérôme Lejeune), mais plus encore aux opérations de harcèlement menées contre les acteurs politiques ou sociaux engagés en faveur du « mariage égalitaire ». La journaliste Caroline Fourest se verra empêchée de donner une conférence à Nantes le 13 avril après que plusieurs locaux de la mouvance LGBT ont été dégradés par des militants se réclamant du Printemps français. D’autres personnalités de gauche mais aussi de droite, favorables au mariage pour tous, se verront ciblées de la même manière. Le président de la République fera l’objet, à plusieurs reprises, de charivaris similaires lors de déplacements officiels, même après la promulgation de la loi. En juin 2013, la condamnation à la prison d’un jeune militant pour rébellion après une action de protestation dirigée contre François Hollande a donné au mouvement un support martyrologique venu justifier, contre la « dictature socialiste », de nouvelles occupations de terrain. On conçoit que les évêques aient pu appeler au calme la communauté catholique, appuyés d’ailleurs par les associations familiales catholiques qui, début juin, défendent l’idée d’un « deuxième acte, d’une nécessaire recomposition pour promouvoir – auprès des pouvoirs publics, dans des associations ou au sein des différents partis politiques – une certaine idée de l’homme : une “humanité durable”, une “écologie humaine” ou “une société du lien” ».

14Le langage des textes vient compléter le langage des corps. Nous avons, ici ou là, évoqué les rhétoriques de l’opposition au mariage pour tous. Le groupement Civitas reste attaché, en citant Mgr Louis-Édouard Pie, à un discours très traditionnel : on retrouve dans ses productions, et de manière explicite, l’idée maurassienne de l’opposition entre le « peuple légal » et le « peuple réel », la nécessité de faire droit en tous lieux à la loi de Dieu, l’importance de trouver un chef qui serait à la fois un « héros » et un « saint ». Les autres locuteurs – les évêques, ou les dirigeants de la Manif pour tous – n’emploient pas ce langage daté. Ils s’appuient sur d’autres assises, plus séculières. Sans doute, telle ou telle déclaration fait-elle référence au dépôt biblique ou, ce qui est déjà un indice de sécularisation, à la loi naturelle.

  • 159 Borrillo & Lascoumes, 2002 ; voir aussi Lemoine, 2013 et Aubourg, 2014.

15Ce discours spécifique, qui constitue le fondement ultime des positions ecclésiales, se trouve cependant toujours intégré dans un cadre sémantique plus universel, qui en « traduit » les exigences, selon le mot de Jürgen Habermas (2008), dans le langage de la raison commune. Le mouvement mobilise en ce sens le vocabulaire de la démocratie, ce qu’on ne trouve aucunement dans les textes de Civitas. Il met en avant, plutôt que la loi divine-naturelle, le discours des droits, ceux de l’enfant en particulier, en lui adjoignant, on l’a vu, l’idée d’égalité, comme l’indique ce slogan de la Manif pour tous, décalqué d’un propos du cardinal André Vingt-Trois : « Le mariage pour tous, c’est la fin de la généalogie pour tous. » La référence à la démocratie concerne aussi sa procédure : tout en récusant l’idée d’indétermination morale que lui associe la philosophie issue des Lumières, les locuteurs se revendiquent de sa forme participative pour demander au pouvoir politique d’être davantage consulté. Au langage de la politique moderne s’ajoute celui de la science moderne, notamment de la psychanalyse. Le mouvement se nourrit du « cocktail théologico-psychanalytique », déjà servi au moment de l’affaire du Pacs159. On a déjà rencontré cet ancrage dans la déclaration du Conseil famille et société de septembre 2012, « Élargir le mariage aux personnes homosexuelles ? Ouvrons le débat ». On le trouve aussi, parmi tant d’autres textes, dans l’article que publie, dans Le Figaro du 14 décembre 2012, Mgr Raymond Centène, évêque de Vannes, qui adosse sa démonstration à la théorie du « complexe d’Œdipe ».

16Ce travail de traduction a été facilité par l’apport de cercles intellectuels liés au mouvement, sans y être nécessairement inclus. Trois corporations se sont coalisées dans la défense de cette anthropologie de la « différence ». Celle, en premier lieu, des psychanalystes. Sans doute, le groupe n’est-il pas homogène. Certains, en son sein, ont regretté qu’on puisse enrôler Sigmund Freud dans les rangs de cette « croisade morale ». C’est le cas, par exemple, de Sylvie Faure-Pragier, l’auteur des Bébés de l’inconscient (2003), qui précise dans une chronique du Monde du 25 décembre 2012 intitulée « Psy, taisons-nous » :

  • 160 Le Monde, 25 décembre 2012.

Pour ces psychanalystes, le symbolique est tributaire de la réalité. Le passé représenterait alors « le bien et le vrai ». L’homoparentalité serait une transgression. Ces critiques me ramènent vingt ans en arrière, lors des premières fécondations in vitro dans les couples hétérosexuels. Il y eut alors un vaste regroupement de psychanalystes pour critiquer ces procréations médicalement assistées (PMA). Selon eux, elles allaient aboutir à créer des enfants dont l’inconscient serait altéré. Ils prédisaient, comme aujourd’hui avec l’homoparentalité, que des catastrophes allaient s’abattre sur ces enfants « artificiels »160.

  • 161 « Touche pas à “père-et-mère” » par Chantal Delsol (philosophe, membre de l’Institut), Pierre Lévy (...)
  • 162 Marie Balmary, « Mariage pour tous, la parole en danger », La Vie, 1er février 2013.

17Cette voix n’étouffe pas d’autres positions, qui reconduisent à leur façon les élaborations, particulièrement influentes dans les années 2000, de Tony Anatrella ou de Jacques Arènes. On peut penser, par exemple, à celles de Christian Flavigny ou Sophie Marinopoulos, dans Le Monde également, le 8 novembre 2012, agitant, comme le faisait quelques semaines plus tôt le cardinal Philippe Barbarin, le risque d’une déconstruction de l’interdit de l’inceste : « Mais il y a plus grave. […] En plaquant la figure de la compagne de vie homosexuelle sur celle du père, ce qui serait lui attribuer place dans un mariage, les lois ne conforteraient plus l’édification des interdits incestueux, pivots régulateurs de la vie des familles ; plus grave, elles se montreraient complices de leur transgression. Bref, les pouvoirs publics dans le projet de loi jouent aux apprentis sorciers avec l’interdit de l’inceste. Mais s’en rendent-ils seulement compte ?161 » On peut, de la même manière, se référer à Marie Balmary, dont les chroniques données à l’hebdomadaire chrétien La Vie appellent à se défier, parce qu’ils conduisent à ne plus comprendre ce qu’est le réel, des détournements présents du langage : « Dans toutes les langues de la terre, le mot “mère” signifie femme qui a donné naissance à un ou plusieurs enfants162 ».

  • 163 Il faut rappeler ici que l’usage du mot « anthropologique » est polymorphe. On est ici dans une an (...)

18Ce discours psychanalytique, nourri de la pensée de Jacques Lacan et de Pierre Legendre, repose sur une distinction « anthropologique »163 entre l’individu et le sujet. L’individu, dont la figure est au fondement du projet gouvernemental, se pense comme être souverain, indépendant de tout ordre social ou moral. Il se laisse guider par la seule dynamique de son désir, sans se soumettre au règne du Père. Cette construction strictement horizontale a son effet politique : oublieuse des lois fondatrices de l’ordre symbolique, elle aboutit à plonger la société dans l’entropie. Le sujet, tout au contraire, s’inscrit dans un ordre de contrainte. Comme on vient de le lire dans l’article de Marie Balmary, il se construit sur un langage où s’objective le réel lui-même. Rien là de l’affirmation infinie de soi : la conscience se trouve précédée par un ordre de significations qui l’englobe, une Loi qui se donne tout à la fois comme archè et télos de l’existence humaine. Cette « castration symbolique » n’est pas simplement une nécessité du développement personnel. Elle répond à une nécessité sociale : la « civilisation » ne peut s’établir que dans la restriction des dynamiques pulsionnelles et l’Assomption de la Loi, elle-même liée à la suréminence de la figure du Père. Ce discours est porté certes par un lexique séculier. Il est cependant en harmonie avec la conception catholique du droit divin­ naturel. Dans les deux cas, c’est à un lieu surplombant qu’est renvoyée la fondation de la norme. Jean-Marie Donegani le relève ainsi : « Ici, on invoque le Nom-du-Père ou la Loi du signifiant et non Dieu ou la Loi naturelle, mais l’effet recherché est le même qui consiste à prononcer des jugements sans appel sur l’évolution des mœurs et surtout leur reconnaissance juridique qui viendraient briser l’autorité du dogme paternel » (Donegani, 2013 : 364).

19Aux psychanalystes s’ajoutent les philosophes. Certains revendiquent très clairement leur affiliation catholique : Thibaud Collin, Chantal Delsol, Jean-François Mattéi, Xavier Lacroix notamment. Mais la mobilisation se réclame d’autres patronages, extérieurs à son propre monde. La figure de Sylviane Agacinski, l’épouse de Lionel Jospin (qui avait introduit le Pacs en 1999), est ici particulièrement centrale. Son féminisme différentialiste, développé notamment quelques années plus tôt dans la Politique des sexes (Agacinski, 2002), la conduit à vouloir, au nom même de l’égalité des enfants devant la filiation, dissocier le mariage et l’adoption, que le droit français relie. On le lit dans cet article du Monde, daté du 3 février 2013 :

  • 164 Le Monde, 3 février 2013.

Oui, il est possible d’instituer un mariage entre personnes de même sexe. Cette innovation est souhaitable puisqu’elle contribuera à assurer une pleine reconnaissance sociale aux couples homosexuels qui l’attendent. Mais elle transforme la signification de l’ancien mariage, dans la mesure où son principal effet était la présomption de paternité de l’époux, qui n’a pas de sens pour un couple de même sexe. Cette présomption de paternité n’a pas disparu du mariage moderne, mais celui-ci a profondément changé. Ainsi, les droits de tous les enfants reposent désormais sur l’établissement de leur filiation civile, c’est-à-dire leur rattachement aux parents qui les ont conçus et/ou reconnus, mariés ou non. La colonne vertébrale de la famille est ainsi essentiellement la filiation, tandis que le mariage des parents devient en quelque sorte accessoire. Dans ce contexte, on se demande si la véritable égalité ne serait pas d’appliquer à tous les mêmes droits : celui de se marier pour les adultes, et, pour tous les enfants, une filiation établie selon les mêmes critères et les mêmes règles. Or tel ne serait pas le cas si l’on distinguait une « homoparentalité » et une « hétéroparentalité », à savoir deux parents de même sexe ou de sexes différents164.

20Sans doute ne campe-t-elle pas sur des positions intégralement catholiques, puisqu’elle accepte le mariage égalitaire que les catholiques refusent. Ces propos, comme ceux qui l’amènent à dénoncer la PMA pour les couples de femmes ou la gestation pour autrui, en feront cependant, d’autant qu’elle est située à gauche, une caution utile pour la cause catholique. Ils témoignent, a contrario, de la capacité de l’Église d’attirer des « athées dévots » vers ses propres thèses.

  • 165 Ce texte donnera lieu à une réplique de juristes de Nanterre dans un texte intitulé « Juristes, ta (...)

21Reste la corporation des juristes. En mars 2013, alors que la discussion débute au Sénat, cent soixante-dix professeurs et maîtres de conférences des facultés de droit, souvent liés au monde catholique, et, pour certains d’entre eux, proches de Christine Boutin, devenue présidente du Parti chrétien-démocrate, dénoncent officiellement, dans une lettre adressée aux sénateurs, le texte gouvernemental. Leur groupe réunit, sous la houlette de Guillaume Drago, professeur à Paris II, des professeurs de renom comme, parmi beaucoup d’autres, Françoise Dekeuwer-Desfossez, membre du Conseil épiscopal famille et société, Serge Guinchard, professeur à Paris II, chargé en 2007 d’un rapport sur la déjudiciarisation, Anne-Marie Le Pourhiet, vice-présidente de l’Association française de droit constitutionnel, Laurent Aynès, directeur de l’école de droit de la Sorbonne, ou André Varinard, qui avait présidé la commis sion sur la réforme de la justice des mineurs. Dans leur avertissement aux sénateurs, ils font valoir l’idée que le projet de loi bouleverse les catégories ordinaires du droit. Il dissout le lien de filiation, d’une part, par le fait de dissocier la provenance biologique et l’identité sociale de l’enfant : « L’enfant adopté par deux hommes ou deux femmes sera doté d’éducateurs, d’adultes référents, mais privé de parents car ces “parents” de même sexe ne peuvent lui indiquer une origine, même symbolique. Il sera en réalité deux fois privé de parents : une première fois par la vie, une seconde fois par la loi. » Il attente à la dignité de l’enfant, d’autre part, puisqu’il en fait un simple instrument du désir d’autrui, en annonçant du reste, puisqu’il faudra bien aller jusqu’au bout de cette logique, l’ouverture d’un droit à la PMA et à la GPA : « Le projet de loi organise donc un marché des enfants, car il le suppose et le cautionne. En l’état, ce texte invite à aller fabriquer les enfants à l’étranger, ce qui est déjà inacceptable, en attendant de dénoncer l’injustice de la sélection par l’argent pour organiser le marché des enfants en France165 ». Un collectif, Portalis, viendra prolonger l’entreprise de Guillaume Drago, avec mission de constituer des argumentaires juridiques en vue de soutenir l’action judiciaire de la Manif pour tous.

  • 166 Israël et al., 2005 ; Israël, 2009.
  • 167 Israël, 2009 : 31.

22Cette dernière remarque ouvre sur le troisième répertoire d’action retenu par le mouvement contre le mariage homosexuel : présente dans la rue et sur le forum, la Manif pour tous s’est imposée aussi dans les prétoires. Issu de l’expérience, née à gauche, du cause lawyering, cet usage de la lutte juridique166, facilité par le fait que le mouvement dispose en interne de compétences fortes en la matière, répond à un mode courant de la contestation dans une société judiciarisée, où le politique se trouve de plus en plus soumis à la régulation du juge : il peut en effet, si la justice fait droit à la requête, faire reculer le pouvoir ; et, en tout cas, « même si elle ne porte ses fruits, une plainte permet de sensibiliser l’opinion167 ».

  • 168 En février 2014, le Collectif des maires pour l’enfance saisira quant à lui la Cour européenne des (...)

23Les opposants au gouvernement se sont manifestés sur ce terrain à trois moments, qui accompagnent la trajectoire de la loi. La première instance vise une décision du Conseil économique, social et environnemental. Celui-ci avait été saisi, avant le vote de la loi par le Parlement, d’une pétition, comprenant 700 000 signatures, lui demandant de se prononcer sur l’organisation d’un référendum à propos de la loi Taubira. Or, son bureau avait déclaré la demande irrecevable. Cette décision, en date du 26 février 2013, est alors portée par l’un des dirigeants de la Manif pour tous devant le tribunal administratif de Paris qui, en juin, donne finalement raison au plaignant, sans qu’il en résulte cependant une réelle conséquence pratique. La seconde action intervient entre le vote de la loi et sa promulgation. Les parlementaires de l’opposition demandent au Conseil constitutionnel de se prononcer sur sa conformité au texte de 1958. Ils seront, comme on s’y attendait (voir supra), déboutés par les sages de la rue Montpensier dans une décision du 17 mai 2013, si l’on excepte une réserve d’interprétation sur l’« intérêt de l’enfant ». La promulgation de la loi n’a pas épuisé tous les recours : les textes d’application de la loi Taubira ont été soumis au Conseil d’État, dès août 2013, par des associations partenaires ou alliées de la Manif pour tous, comme l’Union des familles d’Europe, en excipant qu’ils allaient à l’encontre de certaines normes internationales168.

24L’analyse des répertoires d’action de la mobilisation ne serait pas complète si elle ne prenait en compte deux éléments transversaux, qui ont contribué à renforcer sa dimension réticulaire. On doit signaler, d’une part, la centralité d’Internet dans le déploiement du mouvement. Ce trait est sans doute commun à de nombreuses protestations dans le monde contemporain. Il a pris ici une importance décisive : le réseau virtuel connaît des dizaines de points d’émission, liés aux mouvements agrégés mais aussi à des groupes informels, sans compter les individus abonnés à Facebook ou les animateurs de blogs ou de sites (comme le Salon beige), qui, se renvoyant les uns aux autres, démultiplient l’information qu’ils diffusent. Le succès de la pétition destinée au Conseil économique, social et environnemental (Cese), comme, à un stade antérieur (automne 2012), de la pétition adressée aux parlementaires pour leur demander de ne pas voter le projet, lui est très largement redevable. On doit insister, d’autre part, sur la dimension transnationale du mouvement. La Manif pour tous – avec ses associations membres ou alliées – s’inscrit dans une constellation occidentale. Elle entretient des liens forts avec des mouvements américains ou des organisations internationales qui défendent les mêmes causes. Citons, sans nulle exhaustivité, quelques-unes de ces associations attachées elles-mêmes, le plus souvent, au mouvement « pro-vie » : la Fondation Novae Terrae, The Institute for Marriage and Public Policy, Family and Life, The Dignitatis Humanae Institute (dont il faut retenir la Charte pour la dignité humaine), la Fédération européenne des associations familiales catholiques, et surtout, créée en 2007 par Robert P. George, haute figure de Harvard, la National Organization for Marriage (NOM), installée aux États-Unis.

25Cette inscription du mouvement dans une constellation globalisée mériterait en soi une étude. Elle mettrait au jour une circulation des modes d’argumentation (plusieurs slogans de la Manif pour tous viennent de la NOM), une réappropriation des principes de militance (la NOM a créé, de la sorte, tout un dispositif d’« alerte », d’« advocacy », d’intervention auprès des élus), une duplication des jeux d’alliance (il s’agit de dépasser les distributions confessionnelles ordinaires, pour construire un univers militant a-ou pluri-religieux).

Les alliances religieuses

  • 169 Rochefort & Sanna, 2013 : 10.

26L’Église catholique va aussi très vite trouver plusieurs soutiens du côté des autres cultes. Tout comme le catholicisme, ces derniers ont participé et participent encore aujourd’hui aux processus de différenciation et de hiérarchisation des sexes et des sexualités. Tous se trouvent donc interpellés voire bousculés par les « mutations de genre » que constitue l’accès des personnes de même sexe au mariage et à l’adoption. Les positions publiques prises par les différentes autorités religieuses à l’automne 2012 contre le projet de loi, positions qui seront réaffirmées lors de l’audition des représentants des cultes par la commission des lois à l’Assemblée nationale le 29 novembre 2012, puis au Sénat le 12 février 2013, paraissent remarquablement consonantes. Elles le sont certainement d’autant plus que le catholicisme y joue un rôle moteur. Cette unanimité au sommet des appareils religieux ne doit pas pour autant faire oublier « les diverses voix dissidentes qui, au sein de tous les mondes confessionnels, s’expriment au nom de leurs croyances en faveur de l’égalité et d’une émancipation à l’égard des normes de genre et de sexualité169 ».

Les autorités religieuses opposées au projet de loi

27Les autorités religieuses expriment leur opposition au mariage pour tous, d’abord de leur propre initiative par des communiqués qui vont se succéder entre septembre et novembre, puis à l’invitation des pouvoirs publics.

  • 170 Consultable sur le site suivant : http ://www.protestants.org, dernière consultation le 30 avril 2 (...)
  • 171 Willaime, 2013 : 72-73.

28Le 13 octobre 2012, le conseil de la Fédération protestante de France (FPF) fait une déclaration « à propos du “mariage pour tous”170 » pour s’y opposer. Une telle posture tranche avec une approche protestante traditionnellement libérale en matière d’éthique sexuelle et familiale, qui a conduit notamment à la reconnaissance du divorce ainsi qu’à une acceptation des méthodes de contraception et de la PMA. Elle distingue également le cas français d’autres configurations nationales au sein desquelles les églises protestantes ont adopté des positions nettement plus souples, que l’on pense aux luthériens suédois qui, en 2009, ont admis le mariage des couples de même sexe à l’église, ou encore aux Vaudois et méthodistes italiens qui, l’année suivante, ont autorisé la bénédiction de telles unions171. En revanche, la déclaration de la FPF se trouve en continuité avec le texte de 1994 intitulé « L’homosexualité : éléments de réflexion », dans lequel les condamnations bibliques des pratiques homosexuelles sont certes relativisées dans une perspective exégétique mais où se trouve niée l’égale légiti­ mité des couples homosexuels et des couples hétérosexuels, ce qui conduit au refus de la reconnaissance des premiers sous peine, selon ses auteurs, de porter atteinte à la « structuration symbolique du corps social ».

  • 172 Willaime, 2002 : 68.
  • 173 Willaime, 2013 : 83.

29La justification est donc séculière et non proprement religieuse. Elle conduira la FPF à une « réaction mitigée par rapport au Pacs172 ». La déclaration de l’automne 2012, très courte (moins d’une page et demie), est construite en deux parties à la tonalité sensiblement différente, qui semblent vouloir satisfaire à la fois les luthéro-réformés (sur la forme surtout) traditionnellement plus libéraux et les évangéliques (sur le fond), et donnent l’impression d’un grand écart un peu périlleux. On peut y voir de la part de la FPF le refus de « se laisser enfermer dans la bipolarisation très clivante et exclusive des “pour” et des “contre” le mariage pour tous173 ».

30Apparaît aussi l’influence évangélique. Dans un premier temps, il est rappelé que les Églises protestantes ne considèrent pas et n’ont jamais considéré le mariage comme un sacrement (sous-entendu contrairement à l’Église catholique) : « Elles ont ainsi renoncé à placer sous le contrôle de l’Église l’acte constitutif du couple et de la famille. » Il est en outre également clairement indiqué que la FPF « […] constatant que ce n’est pas le cœur de la foi chrétienne n’entend pas entrer en campagne ». Gage du respect des règles du jeu laïque, les auteurs reprennent cette idée à la toute fin du texte : il n’est pas question de « contester aux pouvoirs publics leur responsabilité législative ». Quelques lignes plus bas, de rapides considérations bibliques (Lévitique, épîtres pauliniennes) conduisent les auteurs à affirmer que, si certains textes semblent condamner les pratiques homosexuelles, Jésus lui n’aborde pas le sujet, que l’on peut déduire que les questions de sexualité sont « manifestement moins centrales que celle de l’argent et du pouvoir ». Dès lors, il n’est pas non plus question « de faire de l’homosexualité et du mariage entre personnes de même sexe le centre du débat théologique ». Dans la même perspective, la condamnation de l’homosexualité ne saurait devenir « un des principaux critères de fidélité chrétienne aujourd’hui » (ce qui constitue une pointe contre certains catholiques). Enfin, il est reconnu et regretté que le christianisme ait pu contribuer au rejet, à l’intolérance et aux discriminations dont les homosexuels ont été et sont parfois encore aujourd’hui les victimes. Les auteurs témoignent d’une forme d’empathie qui va jusqu’à comprendre le besoin de reconnaissance et de sécurité juridique des couples de même sexe. Il est, en conclusion, rappelé que « l’accueil respectueux des personnes homosexuelles » doit être encouragé.

  • 174 Ce passage est entièrement repris du texte de 1994 intitulé « L’homosexualité : éléments de réflex (...)

31Par sa déclaration, la FPF entend émettre un « avis » et favoriser ainsi le « dialogue ». Sur le devenir de la filiation en particulier, elle en appelle d’ailleurs à « un vaste débat public analogue à celui qui a précédé l’adoption des lois de bioéthique par le Parlement ». Distinguer homosexualité et hétérosexualité ne relèverait pas d’un « moralisme désuet » mais « d’une exigence profonde du corps social » qui « demande à être structuré, symboliquement et réellement, par la présentation et l’acceptation d’une différence originelle et fondamentale qui traverse jusqu’au plus intime des corps et des manières d’être174 ». La même idée est reprise deux fois, plus loin, l’anthropologie étant explicitement associée au symbolique la seconde fois : « Il ne s’agit pas de morale mais de symbole » ; « Il n’est pas question ici de morale mais d’anthropologie et de symbole ». Il faut, selon les auteurs du texte, éviter la confusion et le « nivellement » auquel conduirait la pleine institutionnalisation des couples de même sexe : « Le mariage n’est pas la fête de l’amour, la mise en scène de sentiments, mais une organisation sociale qui contribue à structurer les relations en symbolisant la différence entre générations, entre les sexes, entre les épousables et les non épousables. »

  • 175 Voir http ://www.afp-federation.org, dernière consultation le 30 avril 2015.
  • 176 L’invocation de la « nature » n’est pas habituelle dans le protestantisme français, terme dont les (...)

32Claude Baty, alors président de la FPF et lui-même évangélique, n’a pas ménagé ses efforts pour exprimer dans les médias son opposition au projet de mariage pour tous, qualifié de « fausse bonne idée », de simple « slogan » et de « confusion ». Un mois avant jour pour jour (le 13 septembre 2012), le CNEF (Conseil national des évangéliques de France) avait déjà entendu apporter sa contribution au débat par un communiqué de presse intitulé « Mariage entre personnes de même sexe et homoparentalité : un mauvais choix de société175 ». Si « l’éthique biblique » est invoquée en introduction comme fondant cette position, par la suite la différence des sexes dans le couple et dans la parentalité est présentée comme une donnée « anthropologique » et « psychologique » fondamentale. Il est aussi question de « nature176 » : « […] l’acte homosexuel est par nature, et non seulement par accident, infécond ». Les protestants évangéliques disent souhaiter faire entendre leur voix pour le « bien commun », contre « une idéologie faussement égalitariste qui conduira immanquablement à une confusion des repères et bouleversera les structures sociales ».

  • 177 Cité dans La Vie, 11 janvier 2013.

33Ils refusent ainsi toute argumentation fondée sur l’égalité des droits et le principe de non-discrimination. Ils brandissent également le chiffon rouge de la GPA présentée comme une suite logique au mariage, à l’adoption et à la PMA. « Toute haine et toute injustice envers les personnes homosexuelles » sont à la fin du texte fermement condamnées et le principe de leur accueil inconditionnel rappelé. Par un communiqué du 9 janvier 2013, le CNEF a appelé à participer à la Manif pour tous du 13 janvier, réaffirmant son opposition au projet au nom de « l’argument anthropologique », du « bon sens » et de la « responsabilité de citoyen177 ». Le 14 octobre, les associations familiales protestantes adoptent à l’unanimité une déclaration d’« opposition à toute réforme législative ayant pour objet la consécration de l’union entre personnes de même sexe ».

  • 178 Ces deux types d’éthiques sont à l’œuvre dans le protestantisme : l’éthique individuelle de la res (...)

34Les mondes protestants seraient-ils, dans leur ensemble, opposés au mariage pour tous ? L’éthique communautaire de la conformité l’aurait-elle emportée sur l’éthique individuelle de la responsabilité178 ? La tendance, repérable au milieu des années 1990 et plus nettement encore au moment des débats sur le Pacs, serait ainsi confirmée :

  • 179 Willaime, 2002 : 67.

[…] les tensions entre luthéro-réformés et évangéliques d’une part, entre protestants et catholiques d’autre part qui ont été exacerbées en modernité le sont moins en ultramodernité où les protestants de différentes sensibilités se retrouvent aux côtés des catholiques pour défendre une anthropologie fondamentale face à ce qui est perçu comme une remise en cause d’un « ordre symbolique immémorial179 ».

  • 180 Willaime, 2013 : 84.
  • 181 Réforme, 20 septembre 2012.

35Si le communiqué de presse du CNEF évoque « un large consensus interne », le débat interne aux Églises protestantes est en revanche mentionné dans la déclaration de la FPF, mais les lignes de partage ne sont pas précisées. De ce point de vue, il faut certainement se garder des oppositions caricaturales : « […] il y a une minorité d’évangéliques tout à fait ouverts, au nom du radicalisme chrétien bousculant toutes les traditions humaines, à la bénédiction des couples homosexuels et des luthéro-réformés qui, au contraire, sont radicalement contre180 ». Le courrier des lecteurs du journal Réforme révèle des échanges très animés. L’hebdomadaire a d’ailleurs largement ouvert ses colonnes à des prises de paroles divergentes émanant de clercs ou d’intellectuels protestants. Ainsi, Marc Pernot (pasteur à l’Oratoire du Louvres), se fondant sur sa pratique pastorale (l’accompagnement de couples homosexuels) et un dialogue avec les Écritures (en particulier les paroles de Jésus), se dit favorable au projet de mariage pour tous. Il affirme que « Dieu bénit les couples homosexuels stables, fidèles et aimants » : « Une anthropologie qui repose sur une lecture exclusive du récit de la Genèse est cruelle et fausse. La différence sexuelle peut être comprise comme l’exemple de mille différences entre les humains181 ». Dans le même journal, le pasteur Olivier Brès et le philosophe Olivier Abel se sont désolés de l’absence d’un véritable débat parmi les Églises protestantes, débat qui ferait entendre clairement et publiquement les différences en la matière :

  • 182 Réforme, 11 octobre 2012.

Il a longtemps existé une commission d’éthique de la Fédération, qui a produit jadis des « éléments de réflexion » sur ces questions, et qui rassemblait les théologiens de toutes les facultés et de la plupart des confessions protestantes : ce genre de lieux de réflexion a été dissous au profit d’une stratégie unifiée de communication – mais une partie des « évangéliques » a formé sa propre Fédération, ce qui leur permet d’exprimer d’un côté leur avis clairement et de l’autre d’empêcher la formation d’un avis différencié. C’est bien dommage, et les protestants de France devraient être capables de célébrer leurs désaccords. Ils témoigneraient ainsi de leur vitalité intellectuelle, de leur liberté spirituelle, et rendraient service à la société entière182.

36Pour faire le tour des prises de positions des Églises chrétiennes, il faut également mentionner un paragraphe du communiqué de l’Assemblée des évêques orthodoxes de France (AEOF) du 2 octobre 2012, paragraphe de quelques lignes dans lequel ils s’opposent au mariage pour tous. Le mariage, présenté comme « une communion fondée par le Créateur […], bénie par Jésus », ne saurait être qu’hétérosexuel : « l’ontologie du mariage se fonde sur la complémentarité homme-femme ». La question est donc biblique et théologique (se trouvent cités le Livre de la Genèse et l’Évangile de Jean) mais également « sociétale ». Une déclaration sur les fondements de la conception orthodoxe du mariage est annoncée mais ne sera finalement pas réalisée.

  • 183 « Mariage homosexuel, homosexualité et adoption. Ce que l’on oublie souvent de dire », Gilles Bern (...)

37L’unanimité dépasse le seul champ chrétien. Ainsi, dans un document d’une vingtaine de pages qualifié d’« essai » (sous la forme, plutôt efficace du point de vue de la communication, de questions/réponses) adressé au président de la République et mis en ligne sur Internet le 18 octobre 2012183, le grand rabbin de France Gilles Bernheim, qui représente le judaïsme consistorial, s’oppose lui au aussi au projet de mariage pour tous. Comme dans les déclarations des autorités chrétiennes et malgré une position annoncée comme « guidée par la Bible et les commentaires rabbiniques », il y est finalement assez peu fait mention de textes bibliques, sauf pour évoquer à la fin la « complémentarité homme-femme » avec une mobilisation de la Genèse. Il s’agit d’affirmer le principe de différence des sexes et des générations. Gilles Bernheim entend lui aussi balayer les arguments des partisans du mariage pour tous, reposant principalement sur l’égalité et la non-discrimination.

  • 184 Gross, 2013 : 50.

38Dans la seconde partie, il dénonce l’action de « militants LGBT » et s’oppose à « la théorie du genre », reprenant ainsi à son compte la malheureuse expression forgée et popularisée par certains entrepreneurs de morale catholiques. Il emprunte également au discours catholique la notion d’« écologie humaine ». Bien sûr, comme le font ses homologues chrétiens, le rabbin se défend de toute forme d’homophobie. Comme dans le cas protestant, la mobilisation contre le mariage pour tous donne à voir un raidissement de la position juive, après une période marquée, entre 2010 et 2012, par un relatif infléchissement ou, du moins, un certain flottement qui avait notamment conduit le grand rabbin à signer la déclaration contre l’homophobie à l’occasion de la Journée mondiale consacrée à cette cause184. Le discours tenu par Gilles Bernheim ne reflète pas la pluralité interne du judaïsme français qui ne se limite pas à la tendance consistoriale, et encore moins ce qui peut exister dans d’autres pays, comme aux États-Unis où les rabbins libéraux peuvent depuis 2000 célébrer des rituels d’union de personnes de même sexe.

  • 185 Voir http://www.lecfcm.fr/?p=3127, dernière consultation le 30 avril 2015.

39Suit, le 6 novembre 2012, le communiqué du président du Conseil français du culte musulman (CFCM)185, Mohammed Moussaoui. Il se distingue en partie des prises de position officielles catholique, protestante et juive. Il s’agit là aussi de s’opposer à l’ouverture du mariage aux personnes de même sexe. Comme dans les autres textes, les « actes homophobes » se trouvent condamnés. Mais l’argument qui fonde l’opposition des musulmans est religieux et il est présenté comme tel (plus loin dans le texte il est indiqué que « le besoin d’un enfant d’avoir une filiation réelle issue d’une mère et d’un père » constitue « une donnée anthropologique et psychologique fondamentale »). À cet égard, il est surtout question, dans l’argumentation du droit musulman, des textes coraniques et des traditions prophétiques : « […] la non-conformité du « mariage homosexuel » avec les principes de la jurisprudence musulmane fait l’unanimité au sein de toutes les écoles juridiques musulmanes ».

40Le président du CFCM se doit ensuite de préciser que les musulmans sont en faveur d’un « débat serein et démocratique » et que leur prise de position (pourtant fondée sur le droit religieux) est respectueuse des règles laïques et républicaines : « […] nous sommes conscients que les règles et les normes d’une religion ne peuvent être mises en avant pour s’opposer ou se soustraire aux normes et aux règles de la République qui s’appliquent à tous ». Sont ensuite évoqués des points de droit (la question de la présomption de paternité, de l’emploi des termes « père » et « mère » dans le Code civil, etc.). Enfin, est avancée l’idée (que l’on trouve également dans le texte du rabbin Gilles Bernheim) que les individus concernés (les personnes homosexuelles souhaitant se marier) ne représentent qu’une toute petite minorité. Du côté musulman, il faut également mentionner la déclaration de l’UOIF du 13 novembre. Le cardinal Philippe Barbarin mentionnait deux mois plus tôt l’inceste et la polygamie. Il est question avec l’UOIF du risque de « légitimer la zoophilie, la polyandrie au nom du sacro-saint amour ». Ajoutons que certaines autorités musulmanes (comme Kamel Kabtane à Lyon en novembre) ont appelé les musulmans à prendre part aux manifestations contre le projet.

  • 186 Il s’agit de Mgr André Vingt-Trois (président de la Conférence des évêques de France), du pasteur (...)

41Dans un second temps, ce sont des élus qui, en auditionnant les représentants des cultes186, leur donnent l’occasion d’exprimer devant les commissions des lois leur désapprobation au sein même de l’arène parlementaire : à l’Assemblée nationale le 29 novembre 2011, puis au Sénat le 12 février 2013. Ce type de sollicitations des autorités religieuses par les pouvoirs publics n’est pas nouveau. Il s’est banalisé voire institutionnalisé au cours des années 1990, qu’il s’agisse d’espaces de consultations temporaires ou permanents, comme le Conseil consultatif national d’éthique.

42Au final, on ne peut qu’être frappé par la grande similitude des prises de positions religieuses officielles contre l’ouverture du mariage aux couples de même sexe tant sur la forme que sur le fond, même s’il n’y a pas eu de prise de parole commune et simultanée. À propos des différentes déclarations, on peut parler d’une véritable intertextualité. Il est même question de plagiat, le rabbin Gilles Bernheim ayant été accusé de reprendre les passages d’un ouvrage de Joseph-Marie Verlinde (2012), auteur qui fait partie des entrepreneurs de morale catholiques anti-gender. On retrouve, dans la partie consacrée par le grand rabbin à « La vision biblique de la complémentarité homme-femme », de longs passages du chapitre portant le même titre dans le livre du moine. Dans les différentes familles religieuses, on dit lutter contre l’homophobie et accueillir les personnes quelle que soit leur orientation sexuelle. Partout, on appelle à un débat que l’on se révèle pourtant incapable et, en fait, certainement peu disposé à faire exister en interne. Enfin, pour s’opposer au mariage et à l’adoption, mises à part quelques références bibliques ou relatives au droit musulman (dans le cas de la déclaration du président du CFCM), ce sont surtout des rhétoriques séculières qui se donnent à entendre, rhétoriques relatives à la différence des sexes et à la filiation.

  • 187 Fassin, 2001 : 96.

43Du côté catholique, on affiche la volonté d’adopter un « langage partagé ». Le projet, explicité dans le texte du 28 septembre du Conseil épiscopal famille et société, est bien d’échapper à un enclavement confessionnel qui pourrait les disqualifier dans le débat public. Comme lors des débats sur le Pacs, mobiliser l’anthropologie – une anthropologie dogmatique à la Pierre Legendre (1985) qui n’a pas grand-chose à voir avec l’anthropologie sociale – constitue une façon d’échapper à ce qu’Éric Fassin appelle la « double contrainte187 » : résister à l’extension du principe démocratique jusque dans la famille, tout en évitant de sombrer dans le discours homophobe (sans pour autant toujours y parvenir). D’un point de vue formel, les auditions des représentants des cultes à l’Assemblée nationale, puis au Sénat renforcent l’impression d’unanimisme. Assis à la même table (à l’Assemblée nationale) ou s’y succédant (au Sénat), c’est un discours très proche qui se trouve répété au cours des auditions, comme le souligne d’ailleurs un sénateur, lors des échanges avec le représentant orthodoxe :

Nous avons été marqués, cet après-midi, par l’attitude identique des principaux cultes. De telles convergences sont peu courantes. Cela vous a-t-il surpris ? Cela ne vous inspire-t-il pas l’idée d’une autorité morale et religieuse où les différents cultes s’exprimeraient d’une seule voix ? (Jean-René Lecerf).

Nous ne nous sommes pas mis d’accord entre représentants des cultes, mais à part le bouddhisme qui ne s’est pas exprimé clairement, nous avons tous la même position. Nous ne formons pas un front commun, nous ne nous sommes pas concertés à l’avance, mais finalement nous sommes d’accord… (Métropolite Emmanuel).

44La seule voix dissonante est portée par Marie-Stella Boussemart qui a également pour spécificité d’être la seule femme parmi les représentants religieux. Considérant ne pas avoir en tant que bouddhiste de point de vue sur le mariage des couples de même sexe, elle estime ne pas avoir de mot d’ordre à donner en la matière « sur ce qui est prescrit ou interdit » et renvoie chacun à « prendre position en fonction de ce qu’il estime bon ».

  • 188 Benoît XVI parle d’un texte « soigneusement documenté et profondément humain ».

45Il faudrait analyser plus finement la place particulière qu’occupent les catholiques parmi les autres cultes dans l’opposition au mariage pour tous, place particulière qui se trouve en quelque sorte effacée d’un point de vue formel lors des auditions parlementaires puisque les représentants des différents cultes y seront reçus sur un pied d’égalité (ils bénéficient du même temps de parole, plus long au Sénat qu’à l’Assemblée nationale), mettant au même niveau le président de la Conférence des évêques de France et ses homologues des autres confessions religieuses. Or, les catholiques se trouvent indéniablement en première ligne et cristallisent de ce fait également les critiques les plus vives des partisans du projet. Ils offrent des rhétoriques (celle de la critique de « la théorie du genre », par exemple, que l’on retrouve dans le texte du grand rabbin, qui lui-même sera explicitement cité par Benoît XVI188, dans son discours annuel à la Curie du 21 décembre 2012, où il entend dénoncer l’atteinte portée à « l’authentique forme de la famille, constituée d’un père, d’une mère et d’un enfant »), mais également des répertoires d’action, des espaces de mobilisation collective.

46Ainsi, on l’a dit, malgré un affichage « aconfessionnel », les personnalités influentes de la Manif pour tous, tout comme la grande majorité des associations membres du collectif, sont catholiques. Les autorités ecclésiales ne font pas entendre une voix parmi d’autres au sein d’un paysage religieux pluriel et marqué par la valeur du pluralisme. Les autres cultes leur offrent une caisse de résonance, qu’elles-mêmes s’attachent à cultiver.

  • 189 Voir par exemple celui du diocèse aux armées ou encore celui de Communio.
  • 190 Voir http://nimes.catholique.fr/partenaire/service/pdf/43/2012%20mariage%20pour%20tous.pdf, derniè (...)

47Ainsi, Mgr André Vingt-Trois dans l’homélie qu’il prononce dans la basilique Notre-Dame-du-Rosaire le 4 novembre 2012 à l’occasion de l’assemblée plénière des évêques à Lourdes, mentionne « les sages des autres religions » et « les humanistes de toutes les époques ». Sur le site de la conférence épiscopale, à la page intitulée « Paroles d’évêques sur le “mariage pour tous” », des liens conduisent à l’« Essai de Gilles Bernheim, grand rabbin de France » et à la « Réaction de Mohammed Moussaoui, président du Conseil français du culte musulman ». Il est fait référence à l’« Essai » du rabbin Gilles Bernheim dans des communiqués d’évêques (comme celui du 16 novembre 2012 de Mgr Guy Bagnard de Belley-Ars). Ainsi, quelques mois après sa démission suite à la découverte de plagiat et alors que le document du grand rabbin n’apparaît plus sur aucun site Internet juif, il se trouve encore, courant 2014, sur celui de quelques diocèses, paroisses et revues catholique189. Si le plagiat est parfois évoqué, on souligne malgré tout la qualité du propos et même le fait qu’il ait été cité par Benoît XVI qui pourtant, de manière totalement autoréférentielle et sous couvert de la forme noble de la bonne entente inter-religieuse, ne faisait que saluer un argumentaire forgé par des catholiques. On indique en outre que se trouvent dans les manifestations « des chrétiens […] avec des personnes d’autres religions ou courants de pensée190 ».

  • 191 Fassin, 2001 : 95.

48La convergence des représentants des cultes contribue à dé-singulariser la mobilisation des catholiques contre le mariage pour tous. Comme l’invocation de « fondements anthropologiques » qui avaient joué le rôle de référence voire de « transcendance191 » de substitution lors des débats sur le Pacs, elle permet une montée en généralité, voire une prétention à l’universalité des normes défendues. La hiérarchie catholique a ainsi un rôle moteur comme force de résistance à la sécularisation du droit, dans notre pays, mais qui s’exprime relativement habilement au sein de la pluralité des groupes confessionnels, voire au-delà.

Des catholiques pour le mariage pour tous

  • 192 Le Monde, 4 décembre 2012.
  • 193 Voir par exemple le blog du père Jonathan qui se définit comme « prêtre, gay et dans le placard ».

49Si la mobilisation catholique se présente sous une forme monolithique, elle ne peut être interprétée comme unanime. Les partisans de l’ouverture du mariage aux couples de même sexe (ou du moins celles et ceux qui, sans être de farouches partisans du projet, notamment en raison de réticences par rapport aux questions de filiation et en particulier à la perspective de la PMA, s’opposent à la mobilisation catholique initiée par l’épiscopat) se trouvent du côté des catholiques contestataires sensibles aux questions de genre, mais également au-delà. Ces prises de position relèvent d’un engagement militant de long terme ou de prises de parole individuelles (comme celle d’Olivier Py192) ; de personnalités connues ou de catholiques lambda, parfois de manière anonyme193.

  • 194 Buisson-Fenet, 2004a : 121.
  • 195 Idem.

50Les militants catholiques homosexuels sont en France peu nombreux, mal connus et discrets. Le soutien apporté au mariage pour tous par l’association David et Jonathan (D J) marque cependant une relative inflexion dans le rapport de l’association à la contestation tel qu’il a été décrit par Hélène Buisson-Fenet. Né dans les années 1970, D J a toujours refusé d’être une « gay church » et se veut en dialogue avec les « Églises institutionnalisées », tout particulièrement l’Église catholique, même si cette dernière « oppose une fin de non-recevoir aux appels à la compréhension, au dialogue, voire à la coopération194 ». La posture de D J « consiste à s’inscrire en marge du système de normes morales de l’Église institutionnelle, tout en visant à demeurer intégré aux communautés ecclésiales, notamment par le respect du code liturgique195 ». Modération et patience caractérisent la posture des déjistes (d’où une certaine distance cultivée avec le « milieu gay » et le militantisme homosexuel non chrétien), qui ne veulent pas prendre le risque de la rupture. S’ils se situent bien du côté de la contestation, celle-ci peut apparaître finalement un peu timorée, notamment si on la compare au militantisme chrétien gay nord-américain. Ainsi, s’ils ne réclament pas la possibilité de se marier religieusement, une réflexion a été récemment ouverte sur la possibilité d’une bénédiction de l’union des couples de même sexe. Surtout, s’ils se prononcent sans réserve pour l’accès au mariage civil, ils se disent en majorité favorables à l’adoption mais sont plus réservés sur la PMA (la GPA est présentée comme étant tout à fait exclue).

  • 196 Située dans le 18e arrondissement de Paris, il s’agit à la fois d’une paroisse protestante inclusi (...)

51C’est du côté protestant que l’on trouve des mobilisations plus radicales. Ainsi, le Carrefour des chrétiens inclusifs regroupe des individus et des collectifs (comme la Maison verte196 ou la Communion Béthanie). D J s’est joint à certaines de leurs actions, comme « la prière d’espoir » qui a eu lieu le vendredi 15 février 2013 à la Maison verte (Fraternité de la mission populaire évangélique du pasteur Stéphane Lavignotte, seule Église membre de la FPF où se pratiquent des bénédictions de couples de même sexe) :

Une soirée de prière et de partage pour déposer les humiliations subies et la colère que nous avons connue face aux paroles de rejet entendues lors du débat sur la loi pour le mariage pour tous. Une soirée pour faire place à l’amour de Dieu et à son Oui inconditionnel sur nos vies. Ouverte à toutes et à tous dans un esprit de fraternité et d’inclusion.

52Les débats relatifs au mariage pour tous ont été l’occasion pour ces chrétiens d’entrer en contact avec des mouvements d’autres religions : Beit Haverim (groupe juif gay et lesbien de France), HM2F (Homos musulmans de France) et Shinnyo (communauté LGBT bouddhiste).

  • 197 Cette pétition va recueillir un peu plus de 6 500 signatures.
  • 198 Une quinzaine de textes de réflexion sont mis en ligne sur le site le 18 janvier 2013.
  • 199 Déclaration lors d’une conférence de presse du 13 janvier 2013.

53Parmi, les catholiques qui prennent clairement position pour le mariage pour tous et qui ne relèvent pas d’un engagement chrétien gay et lesbien, se trouvent d’autres groupes qui se situent du côté de la contestation, héritiers de celle des années 1970. Ainsi, le 4 décembre 2012, Témoignage chrétien publie un communiqué intitulé « Mariage pour tous, un progrès humain ». Suivra, dans Le Monde du 9 janvier 2013, une tribune signée par les codirecteurs du journal, Bernard Stephan et Jean-Pierre Mignard : « Un mariage pour tous, une Église pour tous ». Les réseaux des Parvis lancent quant à eux, le 22 décembre, une pétition intitulée « Trop c’est trop197 » qu’ils adressent à l’épiscopat à qui ils reprochent son implication dans la préparation de la Manif pour tous. Le groupe « Nous sommes aussi l’Église » (membre des Parvis comme D J) s’est prononcé en faveur du projet de loi dans un communiqué du 20 janvier 2013. Ailleurs, à la Conférence catholique des baptisé-e-s de France198, à l’Action catholique ouvrière et à FHEDLES (Femmes et hommes, égalité, droits et libertés dans les Églises et la société)199, il s’agit officiellement moins de prendre position pour le projet d’ouverture du mariage, que de donner à entendre la diversité des avis qui s’expriment en leur sein.

  • 200 Citons également le manifeste « Jeunes, cathos et pour l’égalité » lancé en janvier 2013.

54Sur la forme, les catholiques défenseurs du « mariage pour tous » ont recours aux mêmes outils que ceux utilisés par leurs adversaires : participations aux manifestations (celles du 16 décembre et du 27 janvier), pétitions200 diffusées en ligne et sur les réseaux sociaux (avec notamment une page Facebook « Les catholiques pour le mariage pour tous » illustrée du dessin de deux angelots), conférences de presse, tribunes dans les médias ou sur des blogs. Alors que le cardinal André Vingt-Trois, en sa qualité de président de la conférence épiscopale, invite à plusieurs reprises les catholiques à interpeller leurs élus, un fidèle se définissant comme « catholique et homosexuel », « irrémédiablement l’un et indéfectiblement l’autre » applique même la stratégie d’interpellation à son propre monde religieux en lui adressant une lettre ouverte (qui demeurera sans réponse) pour lui faire part de sa tristesse face « aux combats âpres voire violents » que livrent les anti :

  • 201 Cette lettre ouverte de Jérôme Musseau, publiée en ligne le 11 janvier 2013 dans « Le Plus » du No (...)

Monseigneur, Vous avez demandé aux catholiques de France de ne pas se taire sur la loi qui se prépare à propos du mariage pour tous, d’oser investir le champ public et de ne pas se laisser intimider par une vision trop stricte de la laïcité. Vous les avez même encouragés à interpeller leurs représentants politiques, à écrire à leur député. Cela m’amène à vous écrire la présente lettre. Reprenant à mon compte vos recommandations, je vous adresse la réflexion que suscitent en moi les débats autour de cette question et la tournure qu’ils prennent dans la communauté catholique, à la veille d’une manifestation que vous avez largement encouragée. Je vous écris comme à mon évêque, quoi de plus naturel pour un laïc impliqué dans sa foi et investi avec les croyants201.

  • 202 Les signataires sont également protestants et l’on peut considérer que la pétition a le même objec (...)
  • 203 Voir http://www.petitionpublique.fr/PeticaoVer.aspx?pi=P2012N33833, dernière consultation le 30 av (...)

55Sur le fond, on peut faire ressortir les principaux points de leur argumentation. Il s’agit d’abord de déconstruire l’image d’unité des catholiques contre le projet et de faire ainsi exister, publiquement et médiatiquement, la pluralité interne du catholicisme. C’est précisément l’objet de la pétition lancée le 19 novembre 2011 au titre évocateur : « Sur le mariage, l’Église aussi est diverse202 ». Si l’on retrouve, parmi les signataires, des militants comme Stéphane Lavignotte ou Christine Pedotti, le rassemblement se veut le plus large possible : « Nous ne sommes personne mais nous sommes multitude : nous sommes aussi l’Église. » L’épiscopat est accusé de cultiver l’idée d’une forme d’unanimité parmi les fidèles allant à l’encontre de la diversité des opinions (communiqué du 12 décembre 2012 de Patrick Sanguinetti et Élisabeth Saint-Guily, co-porte-parole de David et Jonathan). Est ainsi exprimée une critique de la hiérarchie catholique et des modes de régulation interne de l’autorité, critique récurrente du côté des catholiques contestataires. C’est précisément l’objet de la pétition lancée par les réseaux des Parvis : « Nous ne laisserons pas une hiérarchie qui ne nous représente pas confisquer notre liberté de pensée et de parole » (pétition « Trop, c’est trop203 » adressée au secrétariat de la Conférence des évêques de France par le Bureau de la fédération « Réseaux des parvis »). Enfin, est pointée la contradiction des évêques (et plus largement celles des autorités religieuses) qui appellent à un large débat sur le mariage et ne font rien pour favoriser l’expression de la diversité des opinions en interne :

  • 204 Communiqué de presse du 11 janvier 2013 de l’ACO, Mouvement chrétien social, Carrefour des chrétie (...)

Pourquoi appeler à un débat dans la société civile alors que le débat entre croyant-e-s n’est pas favorisé ? […] Nous invitons tou-te-s les croyant-e-s, et tout d’abord les croyant-e-s homosexuel-le-s avec qui ces autorités n’ont jamais eu aucun débat, préférant parler sur eux/elles mais jamais avec eux/elles204.

  • 205 Voir le billet posté sur le site du Nouvel Observateur par Jean-Pascal Gay, ainsi que le texte d’A (...)

56Deuxièmement, ce sont les procédés des militants anti-mariage pour tous, parfois qualifiés d’homophobes, qui sont réprouvés : la mise en avant, lors des manifestations et dans les médias, d’« homosexuels “repentis” » (communiqué du 12 décembre 2012 de Patrick Sanguinetti et Élisabeth Saint-Guily, co-porte-parole de David et Jonathan), le fait de décrire les homosexuel-le-s comme « des égoïstes prêts à saper les bases de la société en n’écoutant que leurs propres désirs » (« Trop c’est trop ») et de ne poser la question de la revendication d’un « droit à l’enfant » qu’à leur seul propos (Déclaration de FHEDLES du 13 janvier 2013). Plus largement, le catastrophisme du discours, l’argumentation « maximaliste » et la « rhétorique de la peur », qui tout à la fois se nourrit et alimente la panique morale autour du devenir de la famille, sont dénoncés205. L’Église fonctionnerait ainsi comme une « spectaculaire machine à exclure » (Anne Soupa). Pour FHEDLES, il s’agit au contraire, selon une déclaration du 14 novembre 2012, de « manifester d’abord le respect et l’accueil des personnes homosexuelles » :

Chers amis hétérosexuels catholiques, si vous voulez être autre chose qu’un lobby, si vous voulez témoigner du Christ, ouvrez vos cœurs et vos portes aux personnes homosexuelles, permettez-leur de sortir de l’invisibilité, accueillez-les telles qu’elles sont. Sans paternalisme, comme des frères et sœurs qui ont toute leur place à table. Frères évêques, quelle est la pastorale d’accueil des personnes homosexuelles dans votre diocèse ? Peuvent-elles témoigner sereinement, contribuer aux missions de l’Église sans cacher leur sexualité ? Les associations chrétiennes homosexuelles sont-elles des partenaires ou n’accueille-t-on que des individus pour ne pas être trop dérangés ? Les couples homosexuels sont-ils accompagnés ou abandonnés à eux-mêmes ?

57Enfin, ce sont les arguments et l’opportunité même de la mobilisation qui sont passés au crible. On s’attache ainsi à mettre en évidence la fragilité de l’invocation de la « nature » ou encore d’un « ordre symbolique ». Se trouvent mobilisés, comme dans le communiqué de D J, le concile de Vatican II (l’importance accordée à la liberté de conscience), « l’esprit des Évangiles » ainsi que « les principes républicains de liberté, égalité et fraternité ». Dans la pétition des réseaux des Parvis, on rappelle qu’il s’agit « d’une loi civile, qui concerne la République française et ses citoyens ». Ce qui est présenté comme « une collusion de fait entre l’épiscopat et les partis politiques d’opposition, notamment l’UMP » qui ont préparé ensemble la manifestation du 13 janvier, est dénoncé comme « une atteinte évidente et inadmissible à la laïcité ». On regrette également que les autorités catholiques ne se mobilisent pas avec autant d’énergie pour d’autres combats : licenciements abusifs, marchandisation des rapports sociaux, mais également scandale de la pédophilie. Enfin, c’est une critique de la domination masculine, du patriarcat, qui est parfois aussi développée (dans le texte d’Anne Soupa, dans celui de Christine Pedotti et dans la déclaration de FHEDLES) :

  • 206 Christine Pedotti.

[…] ce que défendent les hommes de religion dans cette affaire de mariage pour tous, ce n’est pas l’institution du mariage mais le patriarcat. S’ils défendent la différence des sexes, c’est pour mieux assigner les femmes à leur « ordre naturel », celui de la procréation, de la modestie et du silence. Et le pire, c’est que c’est au nom de la défense des enfants, que ces hommes de religion mobilisent les femmes dans un combat qui in fine est un combat contre elles-mêmes. La manœuvre est, d’un point de vue stratégique, admirable206.

  • 207 Déclaration de FHEDLES du 13 janvier 2013.

Défense de l’altérité ? Manif en rose et bleu ? De quoi parle-t-on ? En tant qu’association féministe nous sommes troublées par le renvoi des femmes et des hommes à des rôles en tout point distincts, la fameuse « complémentarité hommes/femmes » qui serait le calque dans toute l’existence de la complémentarité des fonctions reproductives. C’est au nom de la complémentarité des femmes que le mariage depuis Napoléon a été un régime d’oppression des femmes par les hommes. Et comment croire que l’altérité se réduise à la différence entre mâles et femelles ? Toutes les femmes sont-elles identiques ? Tous les hommes sont-ils identiques207 ?

  • 208 Michel Serres y développe des arguments déjà mentionnés dans « L’adoption est la “bonne nouvelle” (...)

58Pour finir le tour d’horizon des positions catholiques, il faut également mentionner celle d’Études et celle des Scouts et Guides de France (SGdF). La revue jésuite et le mouvement de jeunes se sont distingués, certes timidement, non pas en prenant parti en faveur du mariage pour tous, ni même en offrant une véritable tribune à celles et ceux qui parmi les catholiques y étaient favorables, mais en ne participant pas à l’unanimisme des anti. Dans son éditorial de novembre, Pierre de Charentenay (2012) reprend l’argument de « l’intérêt de l’enfant » pour manifester ses réticences quant à l’ouverture du mariage aux personnes de même sexe. Dans le même numéro, se trouve également un entretien avec Françoise Dekeuwer-Défossez, professeure de droit. Cette dernière met elle aussi en avant des arguments qui appartiennent à la rhétorique des anti. Plus atypique, paraît en février 2013 un article de Michel Serres : « La saine famille208 ». Tout en rappelant qu’il n’est ni exégète ni théologien, le philosophe entend ici développer « une méditation proprement chrétienne, voire catholique, sur le même sujet », notant au passage le choix des évêques de « résoudre la question du mariage homosexuel selon des critères anthropologiques plutôt que religieux » :

  • 209 Serres, 2013 : 167.

L’adjectif sainte dans l’expression la Sainte Famille signifie donc qu’elle défait les liens charnels, biologiques, sociaux, naturels, ou, comme on a dit, structuraux : chacun à sa manière, le père n’est pas le père, ni le fils vraiment le fils, ni la mère absolument la mère ; amoindrissement et suppression des relations de sang209.

  • 210 Voir http://www.sgdf.fr/actualites-chefs-cadres/toute-l-actualites-chefscadres/les-actualites/1132 (...)
  • 211 La Croix, 28 décembre 2012.

59Au mois de décembre 2012, le conseil d’administration des SGF décide qu’il n’y aura pas de prise de position publique du mouvement dans le débat relatif au mariage pour tous. Si des débats peuvent avoir lieu entre adultes (des « pistes d’animation » et des références à des « textes d’éclairage » sont jointes à cet effet), les enfants et les jeunes ne doivent y être « en aucun cas » associés. Les responsables disent se refuser à « prendre les enfants en otage » et affirment la vocation de leur mouvement à « accueillir tous les enfants et toutes les familles, quelle que soit leur situation210 ». Au même moment, le secrétaire général de l’enseignement catholique, Éric de Labarre, adressait une lettre aux directeurs des établissements, dans laquelle ils les invitaient à prendre des « initiatives211 » pour « communiquer » avec les élèves sur le mariage pour tous. Le contraste est évident.

  • 212 « Une union civile plutôt que le mariage », La Croix, 25 novembre 2012 ; « Chrétien et progressist (...)
  • 213 La Croix, 15 janvier 2013.

60Au final, les divergences d’opinions relatives au mariage pour tous, plus spécifiquement quant à l’opportunité de la mobilisation contre, donnent à voir la pluralité interne du catholicisme français. La frontière entre les anti et les pro recoupe assez largement celle qui distingue « catholiques d’identité » et « catholiques d’ouverture » ou encore celle qui sépare le « régime des certitudes » de celui « des témoignages » pour reprendre la typologie de Jacques Lagroye (2006). Mais elle n’est pas étanche. Mentionnons à ce propos l’engagement de Jérôme Vignon, président des Semaines sociales212, contre l’ouverture du mariage aux personnes de même sexe, ou encore celui de Guy Coq, philosophe catholique spécialiste des questions de laïcité213. S’il y a bien pluralité interne sur la question, on peut s’interroger sur la réception très limitée du discours des catholiques favorables au mariage pour tous. Ils semblent très largement ignorés tant à l’extérieur qu’à l’intérieur de l’Église. Le débat n’a pas eu lieu et c’est ce dont se désole le frère Lionel Gentric, dominicain auteur d’une tribune mise en ligne pendant quelques jours sur le site « Dominicains – province de France » :

  • 214 Il s’agit de la lettre du père Laurent Laot, prêtre du diocèse de Quimper, du 19 décembre 2012.

Je ne sais par quel miracle l’Église de France a réussi à faire taire en son sein tous ceux qui ne se reconnaissent pas dans les opinions exprimées par ses chefs sur le projet de loi du mariage pour tous. J’aurais pourtant parié, au moment où le cardinal André Vingt-Trois a pris l’initiative de publier la prière du 15 août, que le débat qui anime l’espace public trouverait un écho retentissant dans l’Église. Nous arrivons à la fin du mois de décembre et c’est seulement ces jours-ci qu’un prêtre français fait connaître publiquement son soutien au projet de loi, dans une lettre ouverte adressée aux évêques de France214. Aucun évêque, à ce jour, n’a fait savoir ses réserves à l’égard des opinions exprimées par les ténors de l’opposition au mariage pour tous. De manière peut-être encore plus troublante, aucun évêque n’a osé s’aventurer à l’exercice de la correction fraternelle lorsque l’un ou l’autre de ses confrères s’est laissé aller à des débordements de langage. Un tel exercice, aussi périlleux soit-il, aurait pourtant été bien salutaire en plusieurs occasions, ne serait-ce que pour fournir l’attestation de ce qu’il y a des ecclésiastiques qui, non contents de n’être pas homophobes (puisqu’il est entendu que les catholiques ne sont pas homophobes), n’entretiennent vraiment aucune complicité avec l’homophobie : il est vraiment désolant que nul évêque ne s’y soit risqué publiquement.

  • 215 Clanché, 2014.

61Pluralités religieuses externe (celle des principales religions présentes en France) et interne (au monde catholique) ont ainsi joué dans le sens d’une apparente unanimité. En externe, on a assisté à une convergence des discours et des mobilisations des représentants des cultes autour des positions catholiques. En interne au monde catholique, les voix dissidentes215 ont peiné à se faire entendre. Elles sont longtemps restées cantonnées aux marges. Comme lors de la mobilisation contre le Pacs, elles se sont heurtées à la « contrainte de consensus », qui l’a pendant plusieurs mois très largement emporté. La façade institutionnelle d’unanimité construite par la hiérarchie catholique s’en est trouvée pendant tout ce temps préservée.

62De nombreux médias, fascinés par la vitalité inattendue d’une confession religieuse déclarée sans doute à tort atone, vitalité incarnée par les jeunes militants habilement mis en avant des cortèges des Manif pour tous, ont contribué sans s’en rendre compte à renforcer l’unanimisme. Peu connaisseurs du catholicisme et de sa pluralité interne, ils se sont le plus souvent contentés de faire écho aux manifestants et autres veilleurs, sans s’interroger ni enquêter de manière approfondie sur la réception interne de la mobilisation. Pourtant, sur le terrain, les paroisses (ni les diocèses d’ailleurs) n’ont pas pour autant toutes vibré au rythme des différentes Manif pour tous. Si, dans certaines, il était impossible, lors de la messe dominicale, d’échapper aux appels à la mobilisation lancés par des laïcs et, souvent, par le curé lui-même, aux tracts distribués à la fin de l’office, aux drapeaux et sweat-shirts aux couleurs et logos du mouvement arborés fièrement par quelques fidèles, d’autres lieux de culte, même dans les diocèses les plus engagés comme Paris, sont demeurés à l’écart de l’effervescence militante.

Les traductions politiques

  • 216 Rémond, 1982 ; Michelat & Simon, 1977.

63On avait vu s’affirmer de nouveau, depuis les années 1990, selon une articulation enracinée dans l’histoire de la France moderne216, une collusion entre la droite politique et l’Église catholique. La discussion des lois de bioéthique en 1994, puis en 2004 et encore en 2010, a clairement mis en évidence cette association. Sans doute, le droit a-t-il, en la matière, enregistré des évolutions, contraires à la doctrine romaine, telle qu’elle est contenue en particulier dans l’instruction Donum vitae (1987). Elles ont été cependant, si on les compare à celles repérables dans d’autres pays, fort limitées, en raison même de l’activisme au Parlement de députés et sénateurs très liés au monde religieux, telle Christine Boutin dont on a rappelé la place centrale dans la constellation catholique de l’époque. L’affaire du « mariage pour tous » nous confronte à une « coalition de cause » similaire, plus apparente d’ailleurs, du fait de la publicisation extrême du débat, de son caractère tendanciellement « indivisible », et de la distribution progressive des parlementaires en deux camps opposés, peu disposés à passer compromis l’un avec l’autre, à rebours de ce qui avait eu lieu lors du débat bioéthique.

64Il importe de relever, dans cette perspective, que la gauche parlementaire a apporté un soutien massif au gouvernement. À l’Assemblée nationale, sur les 292 députés du groupe socialiste, 283 ont voté pour la loi. On ne compte que cinq votes hostiles. Les 17 députés écologistes ont voté pour. Pour le groupe radical et communiste, 13 sur 16 ont apporté leur soutien au gouvernement. On enregistre des chiffres similaires au Sénat. Ce vote massif ne doit pas être sous-estimé bien sûr. Il traduit la distance de la gauche vis-à-vis des énoncés catholiques, et, comme on l’a relevé, son adhésion parallèle aux exigences de l’autonomie morale. On ne peut ignorer pour autant que des personnalités, voire des groupements, ont récusé le texte gouvernemental.

  • 217 Valeurs actuelles, 7 février 2013.

65Parmi les premières, il faut pointer les noms de Georgina Dufoix, ancienne ministre de François Mitterrand, born again dans le protestantisme évangélique au cours des années 1990, ou de Bernard Poignant, conseiller spécial auprès du président François Hollande, fortement enraciné dans le catholicisme social. Michel Rocard (qui estime que « le Pacs aurait pu suffire217 ») et Lionel Jospin n’ont apporté qu’un soutien mesuré à l’opération. Jean-Pierre Chevènement, dans une interview donnée en avril 2013 au magazine Causeur, se prononce également contre le projet de loi, en critiquant un brouillage de la filiation. Au titre des groupements, il faut retenir les Poissons roses, qui se réclament de l’enseignement social de l’Église tout en se voulant une composante du Parti socialiste. Philippe de Roux, son animateur, va d’ailleurs intervenir lors de la manifestation du 13 janvier 2013 sur la tribune du Champ-de-Mars pour faire valoir ses thèses contre le projet Taubira. Il cosignera dans un journal de gauche, Marianne, avec deux intellectuels « catholiques d’ouverture », Paul Thibaud et Jérôme Vignon, une tribune allant dans le même sens. La revue Esprit n’adhérera pas franchement au projet. On doit signaler aussi qu’à la base, même si leur proportion est moins importante que celle des élus de droite, certains maires de gauche rejoignent le Collectif des maires pour l’enfance, créé en 2005 en vue de prévenir tout projet permettant aux couples de même sexe de se marier et d’adopter des enfants.

  • 218 « Disons oui au mariage gay ! Suivre les évolutions sociales », Le Monde, 2 février 2013 (avec Yve (...)

66Les relais politiques de la mobilisation se sont situés à droite, très clairement. À l’Assemblée nationale, sur 196 députés de l’UMP, 187 ont voté contre la loi Taubira. Au Sénat, sur 131, 124 ont voté contre. On trouve à peu près les mêmes chiffres chez les centristes de l’UDI (dont beaucoup sont issus de la démocratie chrétienne), malgré l’appel de quelques libéraux en son sein, telles Chantal Jouanno ou Rama Yade qui jugent nécessaire de « suivre les évolutions sociales218 ». Le Front national n’est représenté au Parlement que par deux députés. Ils ont l’un et l’autre voté contre la loi. Comment s’est construite cette mobilisation partisane ?

  • 219 Le 12 septembre dans L’Union, si le rejet du mariage pour tous était affirmé déjà, le ton était mo (...)

67Elle n’est pas motrice dans le mouvement, même si des acteurs comme Christine Boutin, alors présidente du Parti chrétien-démocrate et membre de l’Académie pontificale pour la famille, ou Franck Meyer, du Collectif des maires pour l’enfance, y sont déjà impliqués. Elle l’accompagne bien plutôt, en renforçant progressivement son opposition au projet gouvernemental. Le 2 décembre, lors d’un meeting à Nancy, Jean-François Copé, devenu président de l’UMP : « Parmi les sujets inquiétants que le gouvernement met aujourd’hui sur la table, il y a la question du mariage et de l’adoption pour les couples de même sexe. Le gouvernement refuse un débat national sur cette question cruciale qui concerne pourtant tous les Français et fragilise les fondements mêmes de la famille. C’est pourquoi, je vous invite à participer en masse à la grande manifestation nationale du 13 janvier à Paris219 ». Le 11 janvier 2013, tout en disant, en tant qu’ancien Premier ministre, sa réticence à manifester, François Fillon, son rival à l’UMP, adresse une lettre ouverte à François Hollande dans laquelle il dit « comprendre ceux qui feront entendre leur voix dimanche prochain » et lui propose de « travailler ensemble sur une version du Pacs renouvelé, renforcé de droits nouveaux, qui répondrait aux attentes des couples sur la base d’une nouvelle forme d’union civile ».

68Cette convergence avec la Manif pour tous est le fruit de trois facteurs. Sans doute un intérêt stratégique intervient-il dans ce positionnement : en un moment marqué, à l’UMP, par une crise de légitimité due au conflit de succession entre Jean-François Copé et François Fillon, la droite politique trouve là un terrain de rencontre avec une large partie de l’opinion publique, d’autant que l’ampleur des manifestations démontre sans cesse davantage l’enracinement social du mouvement. Le facteur relationnel a joué également. Les dirigeants de la Manif pour tous, tout en étant très enracinés dans l’univers catholique, ont souvent connu, à une époque de leur trajectoire, un engagement politique à droite. Ainsi en va-t-il, on l’a déjà dit, de Béatrice Bourges, qui fut assistante parlementaire d’un député de la droite gaulliste, Franck Borotra, et de Frigide Barjot, également au RPR. Toutes deux seront d’ailleurs candidates divers droite lors d’élections municipales. Porte-parole de la Manif pour tous, Élizabeth Montfort, présidente du (très catholique) Mouvement pour un nouveau féminisme européen, fut un temps députée européenne, élue sur la liste du Mouvement pour la France de Philippe de Villiers.

69La raison idéologique mérite enfin d’être pointée. Si la droite n’est pas homogène du point de vue de son rapport au catholicisme, elle comporte en son sein, en effet, un groupe très actif de députés et de sénateurs favorables aux thèses de l’Église, tels Hervé Mariton, Jean-Frédéric Poisson, Marc Le Fur, Bruno Retailleau, Philippe Gosselin, Jean-Claude Guibal, Laurent Wauquiez, Marie-Jo Zimmermann. Ces parlementaires, qui s’étaient d’ailleurs déjà manifestés, pour quelques-uns d’entre eux, lors de la discussion sur la révision des lois bioéthiques en 2010-2011 ou encore lors de la querelle des manuels scolaires de SVT en 2011, ont été formés très souvent dans des structures catholiques (école, scoutisme). Sans doute la politique sarkozyste visant, sous l’influence d’Henri Guaino, à repenser l’identité nationale en la reliant à la culture chrétienne n’a-t-elle pas été sans influence non plus dans la constitution de ce compagnonnage avec la Manif pour tous.

70La droite prend pied dans la bataille selon des modes classiques d’intervention. Au Parlement, l’Entente parlementaire pour la famille, qui compte 220 membres (dont beaucoup de catholiques déclarés), appuie expressément, au cours de l’hiver 2012-2013, la pétition de la Manif pour tous en faveur de l’organisation d’un référendum. Le président de la République n’ayant pas fait droit à cette demande, on s’engage dans l’examen de la loi. Dans le cadre des commissions, mais aussi en séance plénière, les députés de l’opposition mobilisent alors les instruments de l’obstruction parlementaire : question préjudicielle, question préalable, amendements innombrables (plus de 5 000 à l’Assemblée nationale en première lecture, 3 000 en seconde lecture), interventions nuit et jour. La vivacité des débats conduira parfois à des débordements homophobes, comme lorsqu’un député de l’Aube, psychiatre de profession, fera de l’homoparentalité la matrice possible d’un itinéraire terroriste. Globalement, cependant, c’est à partir d’un argumentaire à la fois philosophique et juridique, relayant celui de la Manif pour tous, que se construira la délibération.

  • 220 Guaino, 2013 : 41.

71Cette circularité entre le discours du pôle politique et celui du pôle manifestant de l’espace contestataire trouve une expression emblématique dans l’opuscule publié par Henri Guaino en janvier 2013 intitulé Mariage. Monsieur le Président, donnez la parole aux Français !, dans lequel il insiste, en s’abritant curieusement derrière l’autorité de Françoise Héritier, sur le fait « anthropologique » que toutes les sociétés ont construit la filiation autour de la dualité masculin/féminin. On le voit aussi appuyer la demande qu’il adresse au président François Hollande d’organiser un référendum sur une parole du cardinal André Vingt-Trois, selon laquelle « les croyants ne demandent au fond qu’une chose, c’est de prendre part à la décision sur un sujet qui les touche au plus profond de leur conscience220 ». Comme on l’a dit, le combat se prolongera, le vote de la loi ayant eu lieu, auprès du Conseil constitutionnel devant lequel sera déposé un mémoire dont l’argumentaire aura été élaboré par les juristes proches de la Manif pour tous.

72Mais d’autres modes de résistance se sont également fait jour au sein de la classe politique. Nombre de parlementaires prêtent leur concours aux diverses manifestations, même si, sur cette question de la participation, la droite se divise. Au sein de l’UMP, le courant « populaire », le plus à droite, s’associe massivement aux démonstrations publiques ; le courant « libéral », autour de François Fillon, se montre plus réticent. Le Front national connaît une division similaire : tout en récusant la loi et en promettant de l’abroger en cas d’accès au pouvoir, la présidente du Front national, Marine Le Pen, refuse, pour des raisons d’abord stratégiques, d’appeler à la manifestation, au grand regret des catholiques de tradition encore présents dans le mouvement. Les deux députés frontistes s’y montrent, au contraire. On verra même Marion Maréchal-Le Pen haranguer les militants du Printemps français, lors d’une de leurs manifestations en faveur d’un de leurs camarades incarcéré.

73Mais le niveau local est également concerné. On retiendra, de ce point de vue, le Collectif des maires pour l’enfance, créé en 2005, et qui s’est développé, en 2012-2013, autour de la Manif pour tous dont il est l’une des associations constitutives. Son président, Franck Meyer, maire démocrate-chrétien de Sotteville-sous-le-Val, en a décrit ainsi le cahier des charges :

  • 221 La Vie, 13 janvier 2013.

Selon nous, les vrais enjeux se situent autour de l’enfance, à moins d’estimer qu’il n’a pas besoin d’un père et d’une mère ni d’altérité sexuelle pour se développer harmonieusement. La parité ne vaut pas seulement en politique, elle est nécessaire pour notre humanité. Les questions existentielles demeurent : d’où je viens, qui je suis, où je vais. Brouiller les repères ne va pas dans le sens d’une humanité durable221.

  • 222 Ce sont là les nouveaux espaces du catholicisme pour Hervé Le Bras et Jérôme Fourquet (2014).
  • 223 Cette action auprès des maires a été relayée par d’autres associations se voulant plus proches du (...)

74Ce collectif marque par son activité pétitionnaire : il a réuni plus de 20 000 signatures, réparties sur la France entière (avec des zones de faiblesse dans les régions de gauche comme dans le Sud-Ouest ou en Bretagne et des zones de force dans l’Est de la France et le Bassin parisien222), d’officiers d’état civil qui ne souhaitent pas célébrer des mariages entre personnes de même sexe et demandent le retrait de la loi du 29 avril. Ce travail auprès des élus locaux a conduit en juin le maire d’Arcangues au Pays basque a fait valoir, à l’été 2013, son droit « naturel » à l’objection de conscience pour refuser de célébrer le mariage, dans sa mairie, de deux de ses administrés de même sexe. Cette association s’est également lancée dans le combat juridique en déposant une plainte, en février 2014, devant la Cour européenne des droits de l’homme en vue d’obtenir l’annulation de la procédure suivie par le Conseil constitutionnel dans le cadre de sa décision sur le droit à l’objection de conscience des maires en octobre 2013223.

  • 224 Tarrow, 1995.
  • 225 Klandermans & Mayer, 2001.
  • 226 La Vie, 30 juin 2014.

75Une fois la loi promulguée, les dirigeants de la Manif pour tous n’ont nullement renoncé à maintenir la pression exercée sur les autorités politiques. Leur but est de s’inscrire dans la durée, en évitant de tomber dans la phase de désengagement qui, dans un cycle de mobilisation, succède souvent au « moment du zénith224 ». Cette action de « rémanence225 » s’est déployée autour de deux dispositifs. Un dispositif d’intervention indirecte. Tout en étendant de manière significative ses thématiques d’intervention, en se donnant des objectifs non plus seulement sur le mariage des couples homosexuels et l’adoption qui lui est liée, mais aussi, comme l’a noté Ludovine de la Rochère, sur « la PMA, la GPA, la parenté sociale et l’idéologie du genre226 », il entend travailler à la construction d’un « cadre de référence » susceptible d’influer sur les représentations de la population et, par la suite, sur l’agenda institutionnel dessiné par le gouvernement.

  • 227 Confavreux & Lindgaard, 2007.
  • 228 L’Action française, août 2014.

76Certes, l’arme de la manifestation n’est pas abandonnée, comme on l’a vu encore en février et en octobre 2014, mais le combat se situe surtout désormais au plan intellectuel, selon un travail d’« hégémonie culturelle » expérimenté à droite depuis les années 2000227. Deux universités d’été ont eu lieu, en septembre 2013 et septembre 2014, et un Grenelle de la famille qui aboutira, en mars 2014, à un « manifeste pour la famille et pour l’enfant ». Cette stratégie gramscienne a été théorisée récemment par Tugdual Derville, l’initiateur du Courant pour une écologie humaine : « Pour ma part, je pense que les superstructures étatiques sont le reflet de la culture dominante. Et c’est sur cette dernière que nous pouvons agir, autour de nous, dans le cœur de nos activités, pour que l’Homme soit protégé […]. À nous de construire une culture de l’altruisme propre à enrayer la spiritualité libérale-libertaire qui blesse l’humanité228 ». Ajoutons donc que ce parti pris croise celui d’autres initiatives, comme celle de l’abbé Grosjean, très actif dans la lutte contre la loi Taubira dans son diocèse de Versailles et sur les réseaux sociaux, avec sa commission diocésaine Éthique et politique et son association Acteurs d’avenir, dont les universités d’été se donnent pour but de former les jeunes chrétiens à l’engagement politique.

  • 229 C’est notamment le cas des quatre maires d’arrondissement de Paris élus dès le 1er tour : Claude G (...)
  • 230 On compte cent trente-six députés et sénateurs, non nécessairement superposables aux précédents.

77À ce dispositif visant à configurer une « culture publique », s’est adjoint un dispositif plus immédiat, plus direct, d’intervention. Il s’est agi, début 2014, dans la perspective des élections municipales de mars, de demander aux candidats, suivant un modèle d’action qu’avait inauguré Charles de Montalembert au moment de la monarchie de Juillet à propos de la liberté de l’enseignement, de s’engager en faveur d’un programme de défense de la famille visant à « abroger la loi mariage et adoption pour tous sans rétroactivité pour préserver et restaurer la filiation père-mère-enfant et favoriser l’éducation des enfants par leurs parents » et à combattre « toute expérimentation basée sur les concepts de genre à l’école ». L’opération a vu de nombreux candidats de l’UMP ou de l’UDI (Union des démocrates et indépendants), mais aussi du Front national, souscrire au manifeste229. Par ailleurs, de nombreux élus – députés, sénateurs, maires, maires adjoints – avaient préalablement manifesté leur soutien à la charte générale de la Manif pour tous230. La Manif pour tous a également exprimé ses souhaits pour les élections de l’automne 2014 aux postes de direction de l’UDI et de l’UMP, en valorisant notamment les candidatures de Jean-Christophe Fromantin, maire de Neuilly, pour la première, et d’Hervé Mariton, maire de Crest et député de la Drôme, pour la seconde.

78Mais l’entrisme dans la sphère partisane elle-même a également été expérimenté, dans un certain désordre cependant. Selon deux stratégies, fréquentes dans l’histoire du catholicisme français. Une stratégie de « concentration », d’une part, qui consiste à constituer des listes homogènes sur le plan doctrinal. Certains candidats l’ont adoptée, en marge des listes officiellement patronnées par l’UMP ou l’UDI, lors des élections municipales de 2014. On l’a vue à l’œuvre aussi lors des élections européennes, avec la constitution, dès juillet 2013, de Force-vie par Christine Boutin. Cette expression politique a trouvé ses têtes de liste, après le refus de Béatrice Bourges de la rejoindre, chez des militants de la Manif pour tous comme Antoine Renard, longtemps président des associations familiales catholiques, formation constitutive de LMPT (La Manif pour tous), ou Marie de Blic, responsable nationale des AFC, mais aussi Samuel Lafont, membre de l’UMP, et Jean Roucher, membre du Parti chrétien-démocrate, deux jeunes militants très actifs lors de la mobilisation contre le mariage homosexuel. Le score obtenu n’a pas été à la hauteur des espérances, loin s’en faut : Force-vie n’a obtenu que 0,74 % des suffrages exprimés.

79La seconde stratégie, toujours plus efficace en France, est de « pénétration » : elle s’agence suivant un dispositif d’alliance. Il s’est agi là de se fixer dans les partis de gouvernement, où existent déjà des zones de collaboration possibles avec des élus qui se sont opposés au mariage pour tous. L’association Sens commun, fondée par des animateurs de la Manif pour tous comme Sébastien Pilard, jeune directeur d’entreprise, ou Madeleine Bazin de Jessey, normalienne, co-fondatrice des Veilleurs, constitue le lieu de passage vers cette « politique ordinaire ». Elle est parvenue à placer des militants sur les listes UMP (plusieurs dizaines). Le Parti chrétien-démocrate, désormais dirigé par Jean-Frédéric Poisson (après la démission de Christine Boutin, happée par Force-vie), a également pratiqué cette stratégie qui lui a valu d’obtenir plusieurs centaines de places sur les listes de droite.

  • 231 Sondage Louis Harris-M6, 23 mars 2014.
  • 232 Boltanski & Esquerre, 2014 ; Perrineau, 2014 ; Baubérot, 2011.

80Il ne faudrait pas sous-estimer l’impact électoral de ces engagements. Certes, lors des consultations (municipales et européennes) qui ont suivi la mobilisation de 2012-2013, les électeurs ont davantage pris en compte, pour construire leur choix, les questions économiques et sociales (la question du chômage, le poids des impôts, le niveau de l’immigration) que les questions liées au devenir de la famille. Celles-ci n’ont cependant pas été négligeables : lors des élections municipales de mars 2014, orientées pourtant – classiquement – vers les enjeux locaux, 37 % des électeurs ont jugé « très importante » ou « assez importante », dans leurs motivations, la « position sur le mariage homosexuel » des candidats qui se présentaient à leurs suffrages231. Rien ne dit évidemment que cette insistance sur les enjeux éthiques fera souche durablement. La demande actuelle d’ordre et la volonté de défendre l’« identité culturelle » de la nation, repérables au sein de toute une partie de l’opinion publique232, permettent de présager, au moins à court terme, sa possible pérennisation, d’autant que certaines fractions de la classe politique à droite se montrent extrêmement attentives à ce type de thématique.

  • 233 Voir l’analyse très documentée de Pierre Birnbaum (2015).

81Si la Manif pour tous a développé une action politique, il en va de même de Civitas. L’association d’Alain Escada est allée jusqu’à revendiquer plusieurs centaines d’élus proches de ses thèses, sans jamais en citer les noms. Un colloque a été organisé en juillet 2014 sur le thème « Catholiques ! Engagez-vous ! ». Trois maires ou anciens maires étaient présents. Ici, les relations se développent plutôt avec le courant traditionaliste du Front national, que Marine Le Pen a placé aux marges de son mouvement, et non avec les partis de la droite gouvernementale. Cette différence de sensibilité entre les deux mouvances s’est manifestée début 2014 à propos de deux types d’action collective. Alain Escada, comme d’ailleurs le Printemps français, a apporté son soutien à la manifestation « Jour de colère » du 26 janvier233, et aux Journées de retrait de l’enseignement (contre la « théorie du genre » à l’école) de Farida Belghoul. Il n’en a pas été de même de Ludovine de la Rochère. On aurait tort cependant de voir les deux mondes totalement hermétiques l’un à l’autre : des maires divers droite peuvent faire le lien entre la droite classique et la droite extrême, via Civitas précisément ou Ichtus (auquel est liée Béatrice Bourges). On trouve par ailleurs, parmi les soutiens à la Manif pour tous, des représentants centraux du Front national, comme Louis Alliot, qui a souscrit à sa charte.

  • 234 Hervé Mariton rappelle volontiers son attachement à la judéité, mais se dit en même temps, en rapp (...)

82L’épisode de la Manif pour tous aura marqué un retour du catholicisme dans le milieu politique. À cet égard, trois points méritent d’être relevés. Le premier concerne les acteurs. Manifestement la politique de réaffirmation de la « fierté catholique », engagée par Jean-Paul II, a porté ses fruits. De Philippe Gosselin à Xavier Breton en passant par Jean-Frédéric Poisson, une nouvelle génération s’impose dans l’hémicycle, surtout lorsqu’il s’agit des questions relevant de la politique de l’intime, au nom d’une fidélité à des valeurs qu’ils nourrissent, selon leurs confidences, de leur fréquentation de l’Église et de ses groupements234.

83Le deuxième regarde les discours. Le père jésuite Bruno de Solages disait, dans les années 1930, qu’il fallait « réentendre le nom de Dieu au Parlement ». On n’en est pas là, certes. L’affaire aura révélé cependant la perméabilité croissante du discours politique aux influences de l’argumentaire catholique. Il n’est que de visionner les longues nuits de débat à l’Assemblée en ce début d’année 2013 pour relever que la plupart des députés de droite, même les « détachés », ont repris à leur compte les arguments jusnaturalistes de la pensée ecclésiale sans le plus souvent en maîtriser toutes les dimensions.

  • 235 Colliot-Thélène & Portier, 2014.

84Le troisième point touche les alliances. Il semble bien qu’un collatéralisme d’un nouveau type se soit fait jour entre les acteurs politiques et les acteurs sociaux affiliés au monde catholique. Non point certes sur le modèle organique d’une soumission des associations, des syndicats et des partis à la hiérarchie, mais selon la figure d’une relation souple, informelle, négociée, en phase avec les processus d’individualisation qui affectent les mobilisations politiques contemporaines235 et qui ne laissent pas à l’écart le fonctionnement même de l’Église catholique.

Notes

146 Boltanski & Esquerre, 2014 : 47.

147 Pour une analyse en ce sens de la fonction de la manifestation, voir Casquete, 2006.

148 Patrick Champagne (1990) estime qu’une manifestation pèse d’abord à travers sa réception par la presse, comme « manifestation de papier ». Il faudrait ici montrer que la presse a donné une importance tout à fait centrale à ces manifestations en raison du nombre des participants, de leur influence sur le jeu politique, mais aussi de leur caractère contre-intuitif (elles semblaient démentir le processus de sécularisation).

149 Tartakowsky, 2013 : 147.

150 Lalouette, 2012.

151 D’Hollander, 2001.

152 Elle sera suivie d’une manifestation en faveur du mariage pour tous le 27 janvier, moins importante (150 000 manifestants selon la police, contre 340 000 pour celle du 13 janvier).

153 Voir, sur ce point, l’enquête qualitative de Valérie Aubourg, Colloque « Les autorités religieuses face au genre », GSRL, Paris, mai 2014.

154 Fillieule, 1999.

155 Les évêques eux-mêmes n’évoquent plus guère la question de l’homosexualité en tant que telle dans leurs textes.

156 Le Frat, abréviation de Fraternel, est un rassemblement annuel rassemblant de jeunes catholiques des diocèses d’Île-de-France.

157 Fillieule & Tartakowsky, 2008 : 190.

158 Voir la recherche en cours de Martina Avanza.

159 Borrillo & Lascoumes, 2002 ; voir aussi Lemoine, 2013 et Aubourg, 2014.

160 Le Monde, 25 décembre 2012.

161 « Touche pas à “père-et-mère” » par Chantal Delsol (philosophe, membre de l’Institut), Pierre Lévy-Soussan (psychiatre, psychanalyste), Sophie Marinopoulos (psychologue, psychanalyste), Christian Flavigny (pédopsychiatre, psychanalyste), Maurice Berger (chef de service de pédopsychiatrie).

162 Marie Balmary, « Mariage pour tous, la parole en danger », La Vie, 1er février 2013.

163 Il faut rappeler ici que l’usage du mot « anthropologique » est polymorphe. On est ici dans une anthropologie « fondamentale », qui veut renvoyer aux structures de base de l’existence, et non dans l’anthropologie sociale d’une Françoise Héritier ou d’un Maurice Godelier, qui s’attache, quant à elle, à mettre en évidence la pluralité des modèles sociaux/familiaux.

164 Le Monde, 3 février 2013.

165 Ce texte donnera lieu à une réplique de juristes de Nanterre dans un texte intitulé « Juristes, taisons-nous ».

166 Israël et al., 2005 ; Israël, 2009.

167 Israël, 2009 : 31.

168 En février 2014, le Collectif des maires pour l’enfance saisira quant à lui la Cour européenne des droits de l’homme.

169 Rochefort & Sanna, 2013 : 10.

170 Consultable sur le site suivant : http ://www.protestants.org, dernière consultation le 30 avril 2015.

171 Willaime, 2013 : 72-73.

172 Willaime, 2002 : 68.

173 Willaime, 2013 : 83.

174 Ce passage est entièrement repris du texte de 1994 intitulé « L’homosexualité : éléments de réflexion », cité par Willaime (2002).

175 Voir http ://www.afp-federation.org, dernière consultation le 30 avril 2015.

176 L’invocation de la « nature » n’est pas habituelle dans le protestantisme français, terme dont les réformés se méfient beaucoup : « De façon générale, la réflexion éthique dans le protestantisme critique la notion de morale naturelle, ce qui l’amène à des positions différentes que celles de l’Église catholique face aux défis éthiques contemporains. Ainsi, commentant l’encyclique papale Veritatis Splendor (1993), le philosophe protestant français Paul Ricœur critiqua-t-il particulièrement l’emploi du mot nature dans le texte de Jean-Paul II, notamment son usage biologisant dans le domaine de l’éthique sexuelle […] » (Willaime, 2002 : 60).

177 Cité dans La Vie, 11 janvier 2013.

178 Ces deux types d’éthiques sont à l’œuvre dans le protestantisme : l’éthique individuelle de la responsabilité largement prônée par les luthéro-réformés et l’éthique communautaire de la conformité par les évangéliques (mais aussi les luthériens et les calvinistes les plus orthodoxes) (Willaime, 2002 : 61).

179 Willaime, 2002 : 67.

180 Willaime, 2013 : 84.

181 Réforme, 20 septembre 2012.

182 Réforme, 11 octobre 2012.

183 « Mariage homosexuel, homosexualité et adoption. Ce que l’on oublie souvent de dire », Gilles Bernheim, grand rabbin de France.

184 Gross, 2013 : 50.

185 Voir http://www.lecfcm.fr/?p=3127, dernière consultation le 30 avril 2015.

186 Il s’agit de Mgr André Vingt-Trois (président de la Conférence des évêques de France), du pasteur Claude Baty (président de la Fédération protestante de France), du rabbin Gilles Bernheim (grand rabbin de France), de Mohammed Moussaoui (président du Conseil français du culte musulman), de Marie-Stella Boussemart (présidente de l’Union bouddhiste de France) et du métropolite Emmanuel (président de l’Assemblée des évêques orthodoxes de France) remplacé par le métropolite Joseph (représentant de la même assemblée) au Sénat.

187 Fassin, 2001 : 96.

188 Benoît XVI parle d’un texte « soigneusement documenté et profondément humain ».

189 Voir par exemple celui du diocèse aux armées ou encore celui de Communio.

190 Voir http://nimes.catholique.fr/partenaire/service/pdf/43/2012%20mariage%20pour%20tous.pdf, dernière consultation le 30 avril 2015.

191 Fassin, 2001 : 95.

192 Le Monde, 4 décembre 2012.

193 Voir par exemple le blog du père Jonathan qui se définit comme « prêtre, gay et dans le placard ».

194 Buisson-Fenet, 2004a : 121.

195 Idem.

196 Située dans le 18e arrondissement de Paris, il s’agit à la fois d’une paroisse protestante inclusive et d’un centre d’aide sociale.

197 Cette pétition va recueillir un peu plus de 6 500 signatures.

198 Une quinzaine de textes de réflexion sont mis en ligne sur le site le 18 janvier 2013.

199 Déclaration lors d’une conférence de presse du 13 janvier 2013.

200 Citons également le manifeste « Jeunes, cathos et pour l’égalité » lancé en janvier 2013.

201 Cette lettre ouverte de Jérôme Musseau, publiée en ligne le 11 janvier 2013 dans « Le Plus » du Nouvel Observateur, sera reprise dans les jours qui suivent dans différents journaux, dont La Croix et Ouest-France.

202 Les signataires sont également protestants et l’on peut considérer que la pétition a le même objectif dans le champ protestant de déconstruction de l’apparence d’unanimité sur la question.

203 Voir http://www.petitionpublique.fr/PeticaoVer.aspx?pi=P2012N33833, dernière consultation le 30 avril 2015.

204 Communiqué de presse du 11 janvier 2013 de l’ACO, Mouvement chrétien social, Carrefour des chrétiens inclusifs, D J, Évangile et liberté, Réseaux des Parvis : « Croyant-e-s et mariage pour tou-te-s : nous ouvrons le débat ».

205 Voir le billet posté sur le site du Nouvel Observateur par Jean-Pascal Gay, ainsi que le texte d’Anne Soupa mis en ligne le 21 janvier 2013 sur le site du Huffington Post.

206 Christine Pedotti.

207 Déclaration de FHEDLES du 13 janvier 2013.

208 Michel Serres y développe des arguments déjà mentionnés dans « L’adoption est la “bonne nouvelle” de l’Évangile », La Croix, 10 octobre 2012.

209 Serres, 2013 : 167.

210 Voir http://www.sgdf.fr/actualites-chefs-cadres/toute-l-actualites-chefscadres/les-actualites/1132-mariage-pour-tous, dernière consultation le 30 avril 2015.

211 La Croix, 28 décembre 2012.

212 « Une union civile plutôt que le mariage », La Croix, 25 novembre 2012 ; « Chrétien et progressiste, j’irai manifester contre le “mariage pour tous” », Le Monde, 9 janvier 2013.

213 La Croix, 15 janvier 2013.

214 Il s’agit de la lettre du père Laurent Laot, prêtre du diocèse de Quimper, du 19 décembre 2012.

215 Clanché, 2014.

216 Rémond, 1982 ; Michelat & Simon, 1977.

217 Valeurs actuelles, 7 février 2013.

218 « Disons oui au mariage gay ! Suivre les évolutions sociales », Le Monde, 2 février 2013 (avec Yves Jégo et Jean-Christophe Lagarde).

219 Le 12 septembre dans L’Union, si le rejet du mariage pour tous était affirmé déjà, le ton était moins vindicatif : « À titre personnel, je ne suis pas favorable au mariage et à l’adoption pour les couples homosexuels. Je pense que c’est un débat difficile où les points de vue sont parfois extrêmement tranchés. Je souhaite que ce débat puisse se faire dans le respect mutuel des différentes opinions. »

220 Guaino, 2013 : 41.

221 La Vie, 13 janvier 2013.

222 Ce sont là les nouveaux espaces du catholicisme pour Hervé Le Bras et Jérôme Fourquet (2014).

223 Cette action auprès des maires a été relayée par d’autres associations se voulant plus proches du terrain, telles que l’Association des maires pour le droit familial, créé par Jacques Tissier, le maire de Fongombault, ou le Collectif des maires pour l’objection de conscience, créé par François Norac, un élu de la région de Nantes, dont le but est de fournir des conseils juridiques et un appui politique aux maires engagés dans l’objection de conscience.

224 Tarrow, 1995.

225 Klandermans & Mayer, 2001.

226 La Vie, 30 juin 2014.

227 Confavreux & Lindgaard, 2007.

228 L’Action française, août 2014.

229 C’est notamment le cas des quatre maires d’arrondissement de Paris élus dès le 1er tour : Claude Goasguen, Brigitte Kuster, Jean-Pierre Lecoq et Jean-François Legaret. Ont également souscrit à ce programme de nombreux parlementaires, candidats aux municipales, comme Charles de Courson, Nicolas Dupont-Aignan, Jean-Christophe Fromantin, Philippe Gosselin, Philippe Marini, Hervé Mariton, Olivier Marleix, Jacques Bompard, Patrick Balkany, Jacques Myard, Laurent Wauquiez, Éric Woerth, Hugues Portelli, parmi beaucoup d’autres.

230 On compte cent trente-six députés et sénateurs, non nécessairement superposables aux précédents.

231 Sondage Louis Harris-M6, 23 mars 2014.

232 Boltanski & Esquerre, 2014 ; Perrineau, 2014 ; Baubérot, 2011.

233 Voir l’analyse très documentée de Pierre Birnbaum (2015).

234 Hervé Mariton rappelle volontiers son attachement à la judéité, mais se dit en même temps, en rappelant son mariage avec une catholique, très proche des valeurs de l’Église romaine.

235 Colliot-Thélène & Portier, 2014.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540