Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Métamorphoses catholiques

 | 
Céline Béraud
, 
Philippe Portier

Les protagonistes de la mobilisation

Texte intégral

1Le retour de la droite au pouvoir en 2002 vient freiner la logique d’extension des droits des homosexuels. Malgré certains ajouts non négligeables apportés à la loi sur le Pacs de 1999 et la proposition de Nicolas Sarkozy, émise lors des élections présidentielles de 2007, visant à établir un « contrat d’union civile », le gouvernement conservateur fait obstacle aux demandes d’ouverture du mariage civil aux couples de même sexe. Il en ira différemment avec la gauche qui, une fois réinstallée au pouvoir à l’issue des élections présidentielles et législatives de 2012, s’engage, quant à elle, dans un travail de modification de la législation existante.

2Cette réforme du droit ne laisse pas inertes les catholiques. L’épiscopat, déjà mobilisé depuis plusieurs années contre les projets concernant le mariage, s’oppose alors fortement à la nouvelle législation. Son intervention en la matière est d’autant plus active qu’il trouve dans l’opinion publique, elle-même travaillée par l’action des militants catholiques, des ressources de mobilisation dont l’ampleur surprendra le pouvoir en place.

Les initiatives gouvernementales

3Les propositions en faveur du mariage entre personnes du même sexe viennent initialement des Verts très engagés sur ce terrain depuis le milieu des années 1990. En 2004, excipant du fait que le Code civil ne précise pas que le mariage doit nécessairement unir un homme et une femme, un député vert, Noël Mamère, organise d’ailleurs, dans la ville dont il est le maire (Bègles), le mariage de deux hommes, dont les juridictions françaises refuseront de reconnaître la validité.

  • 90 Le programme prévoit un contrat signé en mairie (et non un simple enregistrement devant le tribuna (...)
  • 91 Interview au Figaro Magazine, 10 février 2012.
  • 92 Voir, par exemple, son interview à yagg.com le 5 octobre 2011.

4Le Parti socialiste va dans le même sens. Dès 2002, il s’engage, par un vote de son bureau national, à légiférer pour ouvrir le mariage aux couples homosexuels et à prendre en compte l’homoparentalité. Il confirme cette proposition en mai-juin 2006 lors de l’élaboration de son projet en vue de l’élection présidentielle de 2007. Une proposition de loi issue de ses rangs vise même, en 2006, à étendre aux couples de même sexe, pacsés ou concubins stables, la possibilité d’accéder au dispositif d’assistance médicale à la procréation. Elle sera suivie par plusieurs autres propositions allant dans le même sens entre 2008 et 2011, en appui sur les prises de position collectives de certains de ses élus, comme celle portée par Hélène Mandroux, maire de Montpellier, en 2009. Alors que Nicolas Sarkozy avait évoqué l’idée d’un contrat d’union civile en 200790 , son programme n’en fait plus mention en 2012. Le candidat rappelle simplement qu’il souhaite étendre les droits des couples de même sexe dans le cadre du Pacs91 . François Hollande, pour sa part, aborde la question frontalement dans son programme présidentiel. Il en fait, conformément à des engagements antérieurs92 , le point 31 de son programme : « J’ouvrirai le mariage et l’adoption aux couples homosexuels. » Cet engagement sera relayé, après la victoire de mai, par le Parti socialiste en juin 2012 lors des élections législatives.

  • 93 Sur cette question de l’amour et de l’égalité, voir Giddens (1992).
  • 94 La Croix, 11 septembre 2012.
  • 95 Évalués entre 60 000 et 300 000.

5Cette ouverture gouvernementale du mariage aux unions de même sexe peut s’expliquer par plusieurs facteurs. Il s’agit de marquer, tout d’abord, l’ancrage dans la tradition de l’égalité, par laquelle les gauches françaises ont toujours voulu exprimer leur singularité à l’égard des droites. La thématique va surgir constamment au cours des débats : il ne peut plus être question, expliquent les tenants du projet, de discriminer les individus en fonction de leur orientation sexuelle, d’autant que cette extension des droits ne portera atteinte, ajoutent-ils, ni aux droits des hétérosexuels, ni à la stabilité de la société, ni, si leur éducation se fait dans l’« amour » (on reviendra plus loin sur ce point), à l’intérêt des enfants élevés dans le cadre de ces « nouvelles familles93  ». Chargée du dossier à titre principal, la ministre de la Justice, Christiane Taubira, le souligne clairement en septembre 2012 dans une interview au journal La Croix : « Nous sommes bien conscients de toutes les dimensions philosophiques et anthropologiques qui entourent le mariage. Mais nous estimons qu’elles ne peuvent venir percuter l’exigence d’égalité. C’est à cela, à cette exigence d’égalité, que nous satisfaisons avec ce projet de loi94  ». L’argument vaut pour les adultes, mais il vaut aussi pour les enfants. La gauche affirmera, à maintes reprises durant les débats, que les enfants, présents95 et à venir, des couples homosexuels, n’ont pas à être placés sous un régime de droit moins protecteur que celui applicable aux enfants des couples hétérosexuels. Cette thématique de l’égalité trouvera une expression d’apothéose lors du vote définitif de la loi le 23 avril 2013 : après la proclamation des résultats, les députés de la majorité se lèveront, clamant tous ensemble durant un long moment, « Égalité, égalité ».

  • 96 On sait qu’il y a eu quatre vagues d’enquêtes depuis 1981.
  • 97 Dompnier, 2010 : 142.
  • 98 On avait demandé aux personnes interrogées de se situer sur une échelle de 1 à 10, étant retenues (...)
  • 99 Dompnier, 2010 : 155.

6Mais une raison sociologique intervient aussi. Si la promesse présidentielle doit être mise en œuvre, c’est aussi parce que la population a évolué sur les questions relatives à l’homo sexualité. Le gouvernement en a la conviction. D’une certaine manière, il a raison. Les enquêtes européennes sur les valeurs montrent bien, lorsqu’on saisit les opinions de manière longitudinale (de 1981 à 200896 ), une transformation de la population française en matière de « libéralisme des mœurs ». « Durant les dernières décennies du XXe siècle, écrit Nathalie Dompnier, une profonde libéralisation des mœurs s’est opérée. Elle doit être rattachée à des aspirations nouvelles : celle d’une plus grande liberté et d’une plus grande autonomie pour les individus, […] celle de trouver dans la sphère privée un espace préservé des injonctions et des contraintes sociales97  ». Cette évolution vers plus de libéralisme se repère sur plusieurs terrains : ceux du divorce, de l’avortement, de l’euthanasie, et de l’homosexualité. Les attitudes convergent toutes, sur ces quatre items, vers plus de tolérance. Le divorce est accepté par 39 % de la population interrogée en 1981, par 56 % en 2008, l’avortement passe d’un taux d’acceptation de 37 % à 56 %, l’euthanasie de 37 % à 63 %. Le libéralisme culturel s’étend à la question de l’homosexualité : 17 % de la population la trouvait justifiée en 1981, 43 % sont dans cette situation en 200898 . Les réponses aux questions relatives à la procréation vont dans le même sens. Il apparaît que dans la société des années 2000, « le rapport de chacun à la vie ou à la mort n’est pas dicté par des règles religieuses ou morales, mais relève de la conscience de chaque individu99  ».

  • 100 Décision n° 2010-92 QPC du 28 janvier 2011, Mme Corinne C. et Sophie H. : « qu’il est à tout momen (...)

7Sans doute faut-il rapporter, enfin, la décision du gouvernement à une raison d’ordre juridique. Le Conseil constitutionnel avait, en effet, dans une décision du 28 janvier 2011, écarté un facteur de blocage, en ouvrant la possibilité de modifier la législation. Une loi, avait-il déclaré, peut interdire le mariage de personnes de même sexe. Il n’y aurait cependant aucune inconstitutionnalité à ce qu’elle l’admette. Il relève du législateur, c’est-à-dire du Parlement, de changer la loi s’il le souhaite100. La voie était juridiquement ouverte, sans qu’il y ait lieu de passer par la procédure rigide de la révision constitutionnelle. On y ajoutera, car le point reviendra à plusieurs reprises dans les textes du gouvernement, un élément de droit comparé : ce type de législations a été adopté, dans d’autres pays démocratiques en Europe et en Amérique au cours des années précédentes.

8Le gouvernement annonce son projet par la voix de Christiane Taubira, dans l’article précité de La Croix, le 11 septembre 2012. Après avoir rappelé que son projet marque une nouvelle étape sur le chemin de l’égalité, elle précise que « le projet de loi va étendre aux personnes du même sexe les dispositions actuelles du mariage, de la filiation et de la parenté », ce qui suppose d’ouvrir l’adoption – simple ou plénière – aux couples homosexuels, sans y ajouter cependant la présomption de paternité valant pour les couples mariés. Elle précise aussi qu’il n’y aura pas d’objection de conscience possible pour les maires : « Le Code civil va être modifié. Il s’impose à tous, y compris aux maires. » Elle ferme cependant les possibles sur le terrain de la procréation : il n’est pas question, indique-t-elle, d’« élargir l’accès à la procréation médicalement assistée », ni de « légaliser la gestation pour autrui ».

  • 101 Dans ce rapport d’octobre 2012, le Conseil d’État a mis en garde le gouvernement sur plusieurs poi (...)

9Le projet est présenté en Conseil des ministres le 7 novembre 2012. Il a fait l’objet quelques jours auparavant d’un avis un peu tiède du Conseil d’État101. L’exposé des motifs comporte cette remarque : « L’idée de l’ouverture du mariage aux personnes de même sexe a constamment progressé depuis le vote de la loi n° 99-944 du 15 novembre 1999 relative au pacte civil de solidarité, une majorité de Français y étant aujourd’hui favorable. Il est vrai que si le pacte civil de solidarité a permis de répondre à l’aspiration réelle de la société et que son régime a été significativement renforcé et rapproché de celui du mariage, des différences subsistent, et cet instrument juridique ne répond ni à la demande des couples de personnes de même sexe qui souhaitent pouvoir se marier, ni à leur demande d’accès à l’adoption. Une nouvelle étape doit donc être franchie. » Relevons-en les points essentiels. À des titres divers, tous vont être dénoncés, comme on le verra plus loin, dans le cadre des mobilisations catholiques :

  • Le projet de loi rend possible le mariage entre deux personnes de même sexe résidant en France et ouvre le droit à l’adoption, qu’il s’agisse de l’adoption conjointe d’un enfant par les époux de même sexe ou de l’adoption de l’enfant du conjoint par l’autre conjoint.
  • L’adoption pourra avoir lieu en forme simple ou plénière102.
  • Il prévoit aussi, quand cela sera nécessaire, des adaptations des différents codes à la nouvelle législation. Dans certains cas, il faudra substituer aux termes de « père » et « mère » ceux d’« époux » ou « conjoint ».
  • 103 Smadja, 2009.

10Le débat se déroule sur plusieurs mois. La loi est définitivement votée le 23 avril 2013 par l’Assemblée nationale, et promulguée par le président, après que le Conseil constitutionnel a souligné sa conformité à la Constitution, le 18 mai 2013. Du côté du gouvernement, il n’y a jamais eu l’expression d’un doute sur la volonté de faire aboutir le projet : il en allait, à un moment où les difficultés économiques s’accumulaient, de la crédibilité du gouvernement auprès d’une partie de son électorat. D’autant que, contrairement aux sujets entremêlés, et à multiples sous-enjeux, soulevés lors de la discussion puis de la révision des lois bioéthiques103, l’ouverture du droit au mariage constitue une question « indivisible », pour reprendre le concept d’Albert Hirschman (1980), insusceptible d’une réponse autre que binaire, bien qu’il eût été possible sans doute de jouer, comme ce fut le cas au Portugal, sur la distinction entre mariage et adoption.

11On a pu cependant relever deux hésitations majeures. L’une concerne la question de la célébration du mariage. L’Association des maires de France s’était émue de l’obligation à laquelle la loi, en la matière, soumettait les édiles. Elle demandait le droit d’objecter, en s’autorisant du précédent ouvert pour les médecins par la loi Veil sur l’interruption volontaire de grossesse. Alors qu’une première manifestation vient de rassembler plus de 100 000 personnes quelques jours plus tôt, François Hollande semble faire droit à sa requête, le 20 novembre 2012, devant son Congrès annuel : « Les maires sont des représentants de l’État. Ils auront, si la loi est votée, à la faire appliquer, mais la loi s’applique pour tous dans le respect de la liberté de conscience, les possibilités de délégation (d’un maire à ses adjoints) existent et peuvent être élargies. » Les vives protestations des partisans du mariage pour tous, et notamment des représentants du mouvement LGBT, le conduiront cependant, dès le lendemain, à remiser ce compromis.

  • 104 En avril 2012, il avait déjà déclaré au magazine Têtu être hostile à la gestation pour autrui (GPA (...)

12L’autre hésitation a trait à la question de l’assistance médicale à la procréation. L’accès à l’AMP constitue une revendication constante du mouvement LGBT, qui y voit une expression nécessaire de l’« égalité des droits ». Certains députés, au cours du débat, relaient cette demande. En décembre 2012, alors que le président François Hollande a suggéré qu’il ne s’y opposerait pas104, des députés socialistes déclarent vouloir déposer un amendement autorisant la PMA pour les couples de femmes. La manifestation anti-mariage pour tous du 13 janvier conduit le gouvernement à reporter l’examen de cet amendement dans le cadre de la loi sur la famille, avant de s’en remettre à l’avis du Comité national d’éthique, dont les travaux antérieurs ont signalé l’hostilité à une ouverture de ce type. Le débat sur la gestation pour autrui (GPA) est ouvert par Élisabeth Badinter lors de son audition par l’Assemblée nationale le 14 décembre 2012. La proposition, qui s’exprime au nom du primat de la volonté (et de l’amour) sur la règle héritée, trouve l’oreille de quelques parlementaires de gauche, au sein des Verts (Esther Benbassa), du Parti socialiste et du Parti communiste. Elle est récusée fin janvier par le président de la République lui-même dans une lettre adressée au président du groupe UMP à l’Assemblée nationale.

  • 105 Sud-Ouest, 7 novembre 2012.

13C’est dans ce contexte, qui marque, comme le dit la ministre de la Justice, une « réforme de civilisation105 », que va se construire la mobilisation catholique, sur le fondement d’une interaction – le mot est important – entre le corps épiscopal et les fidèles militants.

Les répliques épiscopales

  • 106 Chateauraynaud & Torny, 1999.

14Les évêques se mobilisent bien avant l’élection présidentielle de 2012, dès le milieu des années 2000, en constatant l’insistance de la gauche sur la question. Ils s’attachent à jouer alors, en visant l’opinion publique, le rôle de « lanceurs d’alertes106 ». Au plan quantitatif, le nombre de textes est important. Les déclarations émanant des instances nationales (Conseil permanent de l’épiscopat, Conseil épiscopal de la famille) sont au nombre de cinq entre 2006 et 2011, en exceptant d’ailleurs les documents qui abordent la question de manière indirecte. Au plan qualitatif, les documents épiscopaux s’organisent en suivant de près la ligne défendue par le Saint-Siège, notamment dans la déclaration de la Congrégation pour la doctrine de la foi de juin 2003, intitulée Considérations à propos des projets de reconnaissance juridique des unions entre personnes homosexuelles selon laquelle « il n’y a aucun fondement pour assimiler ou établir des analogies, même lointaines, entre les unions homosexuelles et le dessein de Dieu sur le mariage et la famille ».

15En novembre 2006, dans la déclaration Qu’as-tu fait de ton frère ?, publié avant les élections de 2007 (qui verront la candidate socialiste, Ségolène Royal, prendre position, après quelques hésitations, en faveur du mariage entre personnes de même sexe), le Conseil permanent rappelle ainsi : « Le message de l’Église veut s’adresser à la conscience de chacun : il appelle à bâtir des familles stables, fondées sur des couples, unissant un homme et une femme, qui prennent le temps de se préparer à leurs responsabilités d’époux et de parents. Soutenir la famille, c’est d’abord garder au mariage son caractère unique d’union acceptée librement, ouverte à la procréation et institutionnellement reconnue. » En 2008, sous la signature de Mgr Jean-Charles Descubes, son président, le Conseil sur les questions sociales et familiales affirme pareillement : « Il est utile de rappeler ce que représente le mariage pour la société. Le mariage est l’engagement entre un homme et une femme qui, devant la société et avec la société, décident de créer une cellule sociale basée sur l’amour, la dignité et le respect mutuels, dans laquelle l’enfant aura la garantie d’être accueilli et aimé dans un climat de confiance, de grandir et d’être éduqué dans la durée et la stabilité. »

16En 2009, le même Conseil, après avoir dénoncé la gestation pour autrui dans un autre texte de 2008, intervient sur la question de l’adoption par les personnes homosexuelles : « Le refus actuel du droit français est perçu comme discriminatoire. Toutefois, l’adoption n’est pas une question de droits individuels mais a pour but la protection de l’enfant privé de ses parents naturels. C’est l’intérêt supérieur de l’enfant qui doit donc guider les décisions politiques et administratives. Les droits et le bien de l’enfant limitent le droit à l’enfant. L’adoption permet à des enfants de faire l’expérience d’une famille et d’y être éduqués avec des repères de filiation qui doivent demeurer clairs. Une famille requiert la complémentarité de deux êtres, homme et femme, dont l’union trouve sa source dans la différence sexuelle inscrite dans les corps. Pour l’enfant, la différence irréductible des sexes de ses parents est la base et le modèle qui lui permettent de construire son identité et de se situer à sa juste place parmi d’autres. »

17Du point de vue de l’argumentation, la norme est donc fixée bien avant la campagne électorale de 2012. Elle se fonde sur une prescription issue d’une théologie très traditionnelle (qu’on trouve exprimée en 1930, de manière superlative, dans l’encyclique de Pie XI consacrée au mariage, Casti conubii) : la famille ne peut se concevoir autrement que fondée sur le mariage hétérosexuel, lui-même tendu vers la procréation et l’éducation des enfants, en ajoutant du reste que seule cette structure est capable de répondre à l’épanouissement de l’enfant. Elle se déploie en un interdit, applicable au futur projet du gouvernement : parce que la famille ne peut être fondée que sur l’altérité sexuelle, il est impossible d’accepter le mariage entre personnes de même sexe, l’adoption et a fortiori l’assistance médicale à la procréation ou à la gestation pour autrui pour les couples homosexuels.

  • 107 Il importe de noter que, la même année, un colloque œcuménique est organisé à l’institut catholiqu (...)

18Mais l’épiscopat ne se satisfait pas de produire des textes. Il organise aussi des manifestations publiques susceptibles à la fois d’accroître la visibilité de ses positions et de mobiliser ses soutiens internes. En 2011, Mgr Jean-Charles Descubes, président du Conseil épiscopal de la famille, organise ainsi une « Année de la famille ». C’est dans ce cadre que trois colloques, portés par les associations familiales catholiques, se succèdent dans des grandes villes de province : Bordeaux d’abord, en décembre 2010, autour de « la mission du couple » ; puis Strasbourg, en juin 2011, autour de « la mission éducative de la famille » ; Lille ensuite, en septembre 2011, autour du « rôle social de la famille, premier lieu de solidarité ». Ces rencontres seront suivies par un grand colloque national à Paris les 1er et 2 octobre 2011, lui-même couronné par un rassemblement des familles au sanctuaire de Lourdes le dernier week-end d’octobre. Ces manifestations nationales sont relayées à la base : plusieurs diocèses ont organisé des journées spécialement dédiées à ce thème107.

  • 108 Selon le modèle du Parvis des gentils, des conférences de carême à Notre-Dame de Paris ou au collè (...)

19Cet ensemble de manifestations présente trois traits, où se révèle la centralité de l’enjeu de la famille pour l’épiscopat. D’abord, la fréquence des manifestations, distribuées sur tout le territoire national et abordant de surcroît une pluralité d’enjeux. Ensuite, la mobilisation des évêques, présents en nombre lors de chaque événement. Enfin, l’ouverture de ces rencontres, afin de consolider la légitimité de la parole ecclésiale en faisant apparaître l’espace catholique comme un lieu tout à la fois de compétence et de délibération108, à des personnalités, parfois extérieures à l’Église, mises en avant pour leur expertise dans les champs les plus divers de la connaissance. C’est ainsi qu’en octobre 2011 le colloque de Paris voit intervenir des juristes comme Françoise Dekeuwer-Défossez, des théologiens comme Véronique Margron ou Xavier Lacroix, des psychanalystes comme Jacques Arènes, des philosophes comme Jean-Philippe Pierron, une figure spirituelle aussi comme Enzo Bianchi, et un expert de la chose publique, Jean-Paul Delevoye, président du Conseil économique, social et environnemental.

  • 109 Portier, 2013a.
  • 110 Une rencontre avait eu lieu en décembre 2011 entre le candidat socialiste et Mgr Jean-Luc Brunin, (...)
  • 111 Le 4 mai 2012, l’évêque de Blois, Mgr Maurice de Germiny, relève deux éléments « non négociables » (...)
  • 112 Perrineau, 2013.

20Cette stratégie de présence publique se prolonge bientôt du côté de la scène politique elle-même. L’Église catholique espère, par le débat, faire évoluer l’opinion publique, et par là, peser sur les propositions de la gauche politique. Le 3 octobre 2011, pour baliser la campagne électorale qui s’annonce, l’épiscopat revient sur la question. Conformément à la ligne non interventionniste adoptée depuis le début des années 1960109, il se refuse sans doute à donner une consigne de vote. Après avoir noté, pour la regretter, la pente individualiste de nos sociétés, il rappelle cependant quelques « éléments de discernement » à partir desquels les électeurs pourront se construire une réflexion en conscience. Or, parmi d’autres propositions (sur le soutien aux pauvres, la protection de la nature…), le texte place cette formule au cœur de son propos : « En créant l’être humain, « homme et femme », Dieu a suscité une relation de complémentarité à la fois biologique et sociale qui se retrouve dans toute la société. La différence sexuelle de l’homme et de la femme est fondatrice et structurante de tout le devenir humain. De plus, l’union de l’homme et de la femme scellée dans le mariage est le moyen le plus simple et le plus efficace d’accompagner le renouvellement des générations et d’accueillir les enfants pour les introduire en ce monde110 ». On remarquera – l’examen de ces rhétoriques sera développé un peu plus loin – que le propos articule un argument théologique (le principe de Création) et un argument conséquentialiste (selon lequel le respect de l’ordre créé engendre toujours le bien du sujet). Ces textes n’infléchiront pas la position de François Hollande. Au cours du printemps 2012, certains évêques, comme Mgr Maurice de Germiny, évêque de Blois, feront même de la défense du mariage hétérosexuel un « principe non négociable », ce qui sera reçu, par certains commentateurs, comme un appel à voter Nicolas Sarkozy111. Comme on sait, la question de la famille ne déterminera nullement l’élection présidentielle qui se jouera sur les questions socio-économiques et, pour une part non négligeable, sur le rejet de Nicolas Sarkozy112.

21Une deuxième phase s’ouvre donc avec la victoire de François Hollande. Il s’agit là de construire, après le moment de l’« alerte », une stratégie, plus intrusive, d’interpellation. Elle s’agence en un triple dispositif. Un dispositif dialogique. L’épiscopat manifeste une volonté de discussion avec le nouveau pouvoir. Après les élections présidentielles et législatives, le 17 juillet, une rencontre est organisée entre le nouveau président et le cardinal André Vingt-Trois. En une sorte de captatio benevolentiae courante dans le langage de l’Église, l’archevêque de Paris rappelle à François Hollande la nécessité de dissocier les sphères : « L’Église », explique-t-il, « n’est pas le partenaire du gouvernement. Le gouvernement a sa responsabilité, l’Église a une autre responsabilité ». Cela ne l’empêche pas de faire valoir ses requêtes sur le terrain du mariage entre personnes de même sexe, au nom du droit des catholiques à défendre, pour le bien de tous, leur conception de l’éthique familiale. Il se heurte à l’opposition de François Hollande qui entend bien faire passer la réforme. Les liens ne sont pas coupés. Des discussions officielles se poursuivent avec certains ministres : à la mi-septembre, le cardinal André Vingt-Trois rencontre la ministre de la Justice, Christiane Taubira, « pas très longuement », dira-t-il, le cardinal Philippe Barbarin, le ministre de l’Intérieur, Manuel Valls, dans des conditions plus favorables.

22L’interpellation comporte aussi un moment liturgique. Le cardinal André Vingt-Trois renoue en août avec une tradition remontant au règne de Louis XIII, mais qui avait été abandonnée après la seconde Guerre mondiale. En sa qualité de président de la Conférence des évêques de France, il propose à ses confrères, « compte tenu des probables projets législatifs du gouvernement sur la famille », de faire prononcer dans les églises de leurs diocèses une « prière pour la France » le 15 août, jour de l’Assomption. Cette résurgence sacrale répond à une raison d’efficacité : si le cardinal souhaite insérer la question de la famille dans le rituel recomposé d’une fête religieuse de premier rang, c’est pour signifier l’importance civilisationnelle du moment. La « prière pour la France » comporte certes un paragraphe sur l’urgence de renforcer les solidarités dans une société en crise. Mais son principal objet porte en fait, même si le langage est un peu contourné, sur le mariage entre personnes de même sexe qu’elle relie à une réflexion finale sur le devenir de la société tout entière. Le quatrième paragraphe affirme : « Pour les enfants et les jeunes ; que tous nous aidions chacun à découvrir son propre chemin pour progresser vers le bonheur ; qu’ils cessent d’être les objets des désirs et des conflits des adultes pour bénéficier pleinement de l’amour d’un père et d’une mère. Seigneur notre Dieu, nous te confions l’avenir de notre pays. » S’y ajoute cette supplique adressée aux gouvernants : « Pour celles et ceux qui ont été récemment élus pour légiférer et gouverner ; que leur sens du bien commun de la société l’emporte sur les requêtes particulières et qu’ils aient la force de suivre les indications de leur conscience. »

23Cette courte incise est essentielle. Elle fixe, de manière presque incidente, la philosophie politique et juridique à laquelle l’épiscopat va s’adosser tout au long du débat. En fait, le cardinal André Vingt-Trois reprend là la théorie classique, de type néo-scolastique, du droit naturel. Celle-ci, qui trouve son inspiration dans la pensée de Thomas d’Aquin, a été revivifiée par Léon XIII à la fin du XIXe siècle, lorsqu’il s’est agi de faire front face à l’expansion de la modernité politique. Elle repose sur trois éléments articulés en système. D’abord, sur un principe d’institution. L’Église considère qu’il est une justice supérieure, issue de la volonté même de Dieu, dont les hommes peuvent, par un effort de leur propre conscience éclairée par la parole du magistère, repérer les normes pratiques dans l’Écriture et la nature des choses (lex naturae). Cette loi n’a pas vocation à demeurer dans le ciel des idées. Elle doit faire l’objet d’une transcription dans la loi humaine positive (lex humana), servant de la sorte le « bien commun » (selon l’expression aristotélico-thomiste reprise dans le texte précité), par le truchement duquel le sujet devient soi-même en épousant le statut d’humanité auquel Dieu le destine.

24Le deuxième principe est un principe de réfutation. Il s’applique à la théorie moderne du droit qui, à rebours du jusnaturalisme ancien, récuse toute idée de logos pour fixer le lieu de fondation de la norme juridique, non point dans la loi naturelle-divine, mais dans la volonté humaine, désormais dissociée de ses finalités objectives. S’il faut récuser ce modèle, explique le magistère, c’est parce qu’il produit un ordre entropique : séparé de son fondement ontologique, le sujet n’est plus tourné que vers son seul désir, au point d’ignorer ses devoirs à l’égard de soi et à l’égard de l’autre. C’est ce que signale le cardinal André Vingt-Trois quand il distingue, pour les opposer, « bien commun » et « requêtes particulières ».

  • 113 Sur ce modèle, voir Portier, 2006 : 47 et suivantes.

25Reste, enfin, le principe de résistance. La Somme théologique l’avait déjà évoqué, au XIIIe siècle, en cas d’une distorsion entre la lex humana et la lex divina. La parole des évêques, comme du reste, on le verra plus loin, la pétition des maires en faveur de l’objection de conscience, se construira autour de ce schéma : face à un projet de loi non conforme au droit supérieur, il est toujours justifié d’exprimer, suivant des moyens adaptés aux circonstances, son opposition. Cette opposition, précise l’Église, relève d’une nécessité civilisationnelle : la récusation des normes contraires à la loi divine est non seulement une condition du salut (ce thème est désormais très peu apparent), mais la condition même d’une vie réussie ici-bas113.

  • 114 Michel de Certeau (1974) avait relevé que le christianisme était voué à une réception d’autant plu (...)

26Mgr André Vingt-Trois appelle ses confrères à inviter les prêtres de leurs diocèses à lire cette prière dans toutes les paroisses. Quelques prêtres, proches notamment du mouvement David et Jonathan, proposeront des prières alternatives. Les médias nationaux, qui ne se montrent pas toujours portés à se faire l’écho des interventions des institutions religieuses, relaieront très généreusement le texte du cardinal de Paris, probablement en raison de la jachère informationnelle des vacances et de l’inédit, un peu « folklorisant114 », de la formule adoptée.

  • 115 On oppose classiquement philosophie politique substantialiste et philosophie politique artificiali (...)

27Le troisième dispositif est médiatique précisément. Plusieurs évêques interviennent, fin août-début septembre, au moment même où le mouvement « la Manif pour tous » se constitue (voir supra), dans les journaux ou les radios pour mettre en garde contre l’adoption du projet de reconfiguration de la famille. L’intervention la plus nette a lieu le 13 septembre dans une interview diffusée à la radio chrétienne RCF : le cardinal Philippe Barbarin, archevêque de Lyon, met en avant de manière pour le moins outrancière, suivant l’argument de la « pente glissante », la dynamique de dérégulation dans laquelle la loi nous entraînerait si elle était adoptée. Tous les interdits de la civilisation tomberaient alors, explique-t-il : « C’est une rupture de société. Après, ça a des quantités de conséquences qui sont innombrables. Après, ils vont vouloir faire des couples à trois ou à quatre. Après, un jour peut-être, l’interdiction de l’inceste tombera. […] Un mariage, c’est un mot qui veut dire rempart, pour permettre au lieu le plus fragile de la société, c’est-à-dire une femme qui donne la vie à un enfant, que toutes les conditions soient établies pour que ça se passe dans les meilleures possibilités. » Il précisera le lendemain que, sur ces questions, le Parlement n’est nullement souverain au regard de la loi de Dieu : « Pour nous, la première page de la Bible (qui dit que le mariage unit un homme et une femme) a un peu plus de force et de vérité qui traversera les cultures et les siècles que les décisions circonstancielles ou passagères d’un Parlement. » On retrouve, sous cette formule, la philosophie du politique présentée plus haut : le primat des Gaules exprime là, en le fondant sur l’argument biblique, son attachement, contre la pensée artificialiste, à l’univers de la substance115. Cette prise de parole épiscopale va se généraliser, sous la forme d’interventions individuelles ou collectives, dans la presse régionale et sur les sites Internet des diocèses. Au cours de cette période, les prélats appellent, sans reculer sur le fond, à un « débat serein » en escomptant que ce débat modifiera les lignes, comme il était arrivé, mais dans un tout autre contexte politique, lors de l’examen des lois de bioéthique.

  • 116 « Élargir le mariage aux personnes de même sexe ? Ouvrons le débat ! », Note publiée par le Consei (...)

28Ce processus d’intervention trouve une manière de couronnement réflexif dans un texte du Conseil épiscopal famille et société en date du 28 septembre 2012116. Ce texte mérite un arrêt. Sur la forme, il est le fruit d’une rencontre entre deux types de compétences. Celles, « religieuses », des évêques et des prêtres, celles, « séculières », des laïcs (eux-mêmes de confession catholique), tels Jacques Arènes, psychanalyste (dont on a déjà souligné le rôle d’« entrepreneur de cause » contre la perspective du genre depuis 2006), Françoise Dekeuwer-Défossez, professeur de droit à l’université catholique de Lille, ou Jérôme Vignon, ancien haut fonctionnaire européen, désormais président des Semaines sociales de France. Ce recours à l’expertise profane, que l’Église emprunte aux dispositifs de légitimation actuellement en cours dans la sphère politique, répond à une double nécessité.

  • 117 La même constatation avait été faite à propos des débats des années 1990 (Buisson-Fenet, 2004a, 20 (...)
  • 118 Portier, 2013a : 377.

29Une nécessité symbolique d’une part : ce discours séculier donne ad extra une image de compétence à la production ecclésiale, en même temps qu’il assure sa traduction en « langage partagé » auprès d’une société marquée par l’exculturation du catholicisme. Une nécessité cognitive d’autre part : ils apportent aux clercs des savoirs techniques, empruntés au droit ou à la psychologie, extérieurs à leur propre champ d’expérience, ce qui renforce leur argumentaire initial, d’autant que ces savoirs sont placés au service de la doctrine traditionnelle de l’Église sur le refus de l’équivalence des genres de vie et, pour ce qui a trait au couple, sur le caractère non négociable de la différence biologique117. Relevons aussi que, selon une logique en cours depuis les années 1960 – qui témoigne d’ailleurs, à son niveau, du processus général de « sécularisation interne » de l’institution ecclésiale –, le texte se présente sous une forme propositionnelle. À distance du schéma de la « religion normative », fondée sur un processus autoritaire d’imposition de la norme, il entend s’inscrire dans le cadre d’une « religion réflexive118 », appelant le sujet à évoluer vers le « vrai » à partir du travail de sa propre conscience. Comme l’écrit le Conseil, après avoir sous-titré son texte « Ouvrons le débat ! », « il ne s’agit pas pour les catholiques d’imposer un point de vue religieux mais d’apporter leur contribution à ce débat en tant que citoyens en se basant sur des arguments anthropologiques et juridiques ». Il importe de rappeler que cette structure dialogique n’est nullement incompatible avec la philosophie politique de type jusnaturaliste déjà évoquée : la vérité ne procède pas ici de la délibération, mais d’un ordre antérieur que la délibération permet simplement de découvrir.

30Dans son contenu, le texte récuse toute homophobie, en appelant au respect des personnes. Pour autant, tout en respectant l’égalité des personnes et en faisant droit à la possibilité de répondre, dans certaines conditions, à la demande de reconnaissance juridique des couples homosexuels – ce qui est tout de même une nouveauté, et contribue à placer la déclaration du côté d’une ligne d’« ouverture » que ne partagent pas, loin de là, tous les prélats –, il n’entend pas leur accorder le droit au mariage. Pour deux raisons principales. La première est que le mariage entre personnes de même sexe fait reposer l’union sur le seul sentiment amoureux. Or, il y a là, au regard des normes jusqu’alors éprouvées tant dans la tradition chrétienne que dans la tradition républicaine, une réduction « individualiste » de la signification de l’union nuptiale. Pour les auteurs du texte, celle-ci a toujours assumé en effet, au-delà de sa fonction affective, une fonction sociale : sa visée « était d’encadrer la transmission de la vie en articulant, dans le domaine personnel et patrimonial, les droits et devoirs des époux, entre eux et à l’égard des enfants à venir ». La seconde raison est que l’ouverture du mariage est accompagnée de l’adoption plénière. Selon le Conseil, « la lisibilité de la filiation », présentée comme étant « dans l’intérêt de l’enfant », s’en trouve « sacrifiée au profit du bon vouloir des adultes et la loi finit par mentir sur l’origine de la vie ! ».

31La dénonciation articule deux éléments. Le premier, de provenance organiciste, s’attache aux droits de la société, contre lesquels ne sauraient prévaloir les droits absolus du sujet ; le second, d’obédience plus individualiste, rend justice aux droits mêmes de l’enfant, souvent érigé, dans nos sociétés, en nouvelle instance du sacré. Les auteurs du texte français témoignent de la sorte d’une capacité d’adaptation à l’imaginaire occidental, qu’on ne trouverait pas à l’identique dans les productions d’autres épiscopats, et notamment dans celles de l’épiscopat américain, qui est apparu, sur le dossier en tout cas de l’homoparentalité, plus démuni face à la logique d’extension des droits :

  • 119 « Contrairement au débat sur l’avortement, dans lequel on voit « le droit » des femmes à l’autonom (...)

Unlike the issue of abortion, in which the “right” of women to bodily autonomy can be pitted against a “right to life” of the fœtus, opponents of gay rights, and of same sex marriage, do not seem to formulate an individualist counterframe to the assertions of civil and marital equality for gays and lesbians119.

  • 120 Voir les propos de Benoît XVI devant la Curie le 20 décembre 2012.
  • 121 Cardinal André Vingt-Trois, allocution du 3 novembre 2012.

32Ce moment d’interpellation échoue sur une fin de non-recevoir du gouvernement : adopté en Conseil des ministres le 7 novembre, le projet est déposé à l’Assemblée le lendemain. Se fait jour alors, du côté des évêques, une nouvelle stratégie qui est celle de la mobilisation. Ce tournant, encouragé par le Saint-Siège120, se repère clairement dans les allocutions du cardinal André Vingt-Trois lors de la Conférence des évêques tenue à Lourdes début novembre. Leur tonalité est très différente de celle qui prévalait antérieurement. L’allocution d’ouverture du 3 novembre en donne une première idée. Le gouvernement est désormais nommément visé. Le cardinal dénonce certes, comme d’ordinaire, le contenu du projet qui, en portant « une vision de l’être humain sans reconnaître la différence sexuelle, est une supercherie qui ébranlerait un des fondements de notre société et instaurerait une discrimination entre les enfants121 ». Mais il fait davantage, en accusant le pouvoir politique de ne pas respecter les règles de la délibération démocratique : « Dans ce contexte préoccupant [celui de la crise économique], le gouvernement fait passer en urgence des mutations profondes de notre législation qui pourraient transformer radicalement les modalités des relations fondatrices de notre société. Des changements de cette ampleur imposaient un large débat national qui ne se contente pas d’enregistrer des sondages aléatoires ou la pression ostentatoire de quelques lobbies. » Il appelle de là à une intervention plus active des oppositions. Elle concerne les évêques, appelés par le cardinal à demeurer « des interlocuteurs pour les responsables politiques et les parlementaires ». Elle regarde aussi les élus, convoqués à faire valoir leur « liberté de conscience » (au sens téléologique que lui donne l’Église) face aux injonctions de leurs formations partisanes. Elle implique surtout les fidèles : « Nous continuons d’appeler les chrétiens, et tous ceux qui partagent notre analyse et nos questions, à saisir leurs élus en leur écrivant des lettres personnelles, en les rencontrant et en leur exprimant leurs convictions. Comme citoyens, ils peuvent, et peut-être doivent, utiliser les moyens d’expression qui sont ceux d’une société démocratique, d’une “démocratie participative”, pour faire connaître et entendre leur point de vue. »

  • 122 Il faudrait rappeler aussi l’accueil frileux voire hostile réservé le 29 novembre 2012 au cardinal (...)

33Cette position militante ne sera nullement démentie par la suite. Elle s’accentuera même dans les mois qui suivront, en raison de la volonté du gouvernement de persévérer dans son projet122, et même, un temps, à la suite d’une demande des parlementaires socialistes, d’y intégrer la possibilité pour les couples de femmes d’accéder à l’assistance médicale à la procréation. Les évêques interviendront à plusieurs reprises pour dire leur satisfaction devant l’ampleur des manifestations. Plusieurs d’entre eux iront plus loin en invitant leurs fidèles à y participer C’est le cas le 13 janvier de Mgr Hervé Gaschignard d’Aire-et-Dax, le dimanche 24 mars de Mgr Pierre Raffin de Metz, de Mgr Marc Aillet de Bayonne et de Mgr Jean-Marie Le Vert de Quimper. Certains, comme le cardinal Philippe Barbarin, prennent part aux manifestations ou viennent saluer la foule, comme le cardinal André Vingt-Trois en novembre 2012. Beaucoup, qui sont favorables au mouvement, ne s’y montrent pas, craignant peut-être de donner une dimension trop confessionnelle à la mobilisation, ce qui pourrait contredire le discours universaliste qu’ils promeuvent. En avril 2013, l’archevêque de Paris est encore sur cette ligne d’opposition radicale, comme on l’observe dans son allocution d’ouverture à l’Assemblée plénière de l’épiscopat : il s’y félicite de la « mobilisation impressionnante de nos concitoyens […] devant des risques que l’on impose à la société sans aucune application du principe de précaution ». Il faudra attendre la promulgation de la loi le 18 mai 2013 pour que l’épiscopat, inquiet des radicalisations et des récupérations politiques, lance un appel au calme, par le biais notamment d’un texte de la Commission famille et société. Nous y reviendrons.

  • 123 Poulat, 1965 ; Bourdieu & Saint-Martin, 1984.

34Nous avons jusqu’à présent évoqué les évêques à travers les prises de position de leurs instances collectives. Il en résulte une image unifiée, qui n’est pas sans lien avec la stratégie de présentation de soi d’une institution qui se définit volontiers comme un « corps » insusceptible de divisions internes123. On aurait tort de s’en tenir à cette description homogénéisante. Dès l’automne 2012, certaines déclarations individuelles, même si elles sont, dans un premier temps, peu nombreuses et discrètes, donnent à voir des écarts significatifs, alors passées inaperçues. Les uns concernent le fond du dossier. On ne trouve pas, certes, d’affirmations en faveur de l’accès des couples de même sexe au mariage. Il reste qu’en décalage avec l’aile dominante de l’épiscopat certains évêques, prolongeant l’élément d’ouverture de la déclaration de septembre 2012 du Conseil épiscopal famille et société, appellent à prendre en considération les couples de même sexe, et à leur attribuer même une forme de reconnaissance institutionnelle, à condition de trouver un autre terme que celui de « mariage » (Mgr Philippe Gueneley de Langres, 9 novembre 2012 ; Mgr Jacques Blaquart d’Orléans, 16 novembre 2012). Mgr Hippolyte Simon (Clermont-Ferrand, le 8 octobre 2012) vante même les mérites du Pacs et considère que s’y être opposé en 1998 relève d’une « erreur d’appréciation » ; il invite aussi à stabiliser juridiquement les familles homoparentales.

  • 124 Voir « Pas de voix unique chez les évêques sur la “Manif pour tous” », La Vie, 8 janvier 2013.

35Mais les écarts les plus nets, qui s’exprimeront explicitement lors de l’Assemblée de Lourdes en avril 2014, concernent les modes de mobilisation. On trouve les premiers indices de cette dissension dès novembre 2012, alors que l’Église entre dans la phase de mobilisation. Certains prélats craignent l’absorption du religieux par le politique, et le contre­ témoignage auquel elle pourrait exposer l’Église. Tel est le cas de Mgr François Kalist, évêque de Limoges, qui souligne, dans sa déclaration du 20 novembre, « les pièges d’une récupération politique ». Il en va de même de Mgr Georges Pontier qui n’est alors qu’archevêque de Marseille, lorsqu’il signale, le 12 novembre, le risque de soutenir « des initiatives dont on ne connaîtrait pas les origines ». En janvier 2013, au moment de la grande manifestation, on voit resurgir les mêmes inquiétudes124. Mgr Gérard Daucourt, évêque de Nanterre, souligne ainsi qu’un combat « pour les valeurs » n’est pas nécessairement un combat chrétien, évoquant la position de « l’athée pieux » qui peut s’engager dans des combats « pour lesquels il fait référence à la morale chrétienne » voire participer à « des rites chrétiens », mais n’entretient pas de « relation avec le Christ ». Mais sans doute le regard le plus explicitement critique sur la situation est-il porté par Mgr Claude Dagens dans un article de La Croix du 22 avril 2013 intitulé, de manière significative, « Le catholicisme intransigeant : une tentation permanente ». Il y fait valoir cet avertissement : « Les responsables catholiques français seraient mal inspirés s’ils cherchaient à prendre en marche le train des poussées politiques, en essayant de faire plaisir aux ultras. Si cet opportunisme l’emportait, il faudrait en payer le prix dans quelques années. »

  • 125 Même s’il existe à gauche des réticences fortes au projet gouvernemental. Pour une analyse du libé (...)

36Globalement, en dépit de ces expressions latérales (dont la « dissidence » vaut d’ailleurs sur le terrain de la stratégie, et non véritablement sur celui de la doctrine), l’épiscopat définit cependant, à travers ses textes, un système d’idées homogène, dont la distance à l’égard de l’imaginaire de la gauche au pouvoir explique, pour une large part, la vigueur de la mobilisation125. Il comporte trois grands éléments distinctifs. Le premier concerne la théorie de la volonté. Le gouvernement renvoie la volonté à son autoréférentialité : le sujet doit être autonome dans ses choix, sans être limité par d’autres contraintes que celles que lui opposent ses semblables dans le déploiement de leur propre liberté. Contre ce schéma de contention horizontale, l’Église fait valoir un modèle de limitation verticale. Elle pense la volonté sous la catégorie de l’hétéronomie : le sujet est inséré dans un ordre naturel dont il doit, quand il pose un acte, respecter les destinations finales.

37Le deuxième point touche à la conception de la famille. Le gouvernement défend logiquement un modèle de la pluralité : relevant du contrat, fruit lui-même de la volonté des sujets qui l’approuvent, la famille ne peut être enfermée dans une formule unique d’organisation, tant du moins que la configuration choisie ne porte pas atteinte à la liberté d’autrui. À cette logique du « contrat », l’Église substitue celle de l’« institution » (Thibaud, 2014 : 162 et suivantes). La structure familiale est donnée, nullement inventée. Naturellement agencée autour des axiomes d’altérité sexuelle, de monogamie, d’indissolubilité, elle ne peut être laissée à la volonté humaine.

38Le troisième élément distinctif regarde la philosophie du politique. On pourrait reprendre ici une distinction durkheimienne. Tout au long des débats, la gauche défend l’idée d’un « État scribe », attaché à répondre aux seules volontés des individus, et à épouser donc, dans un monde rendu à l’idée d’indétermination des fins, les formes de la mentalité collective. Tout en rappelant son adhésion à la forme délibérative de la démocratie, l’Église défend, pour sa part, le principe d’un « État recteur », voué à traduire dans les règles de droit les principes d’une morale objective dont elle se veut in fine l’interprète authentique.

39La contestation du projet gouvernemental est donc, de manière très nette, le fait des évêques qui affichent dans cette affaire, sans revenir pour autant à la figure préconciliaire de la « religion normative », le dessein d’affirmer, comme on le voit dans d’autres pays (Casanova, 1994 : 55 et suivantes), la dimension publique de leurs adhésions religieuses. Dans ce combat, les fidèles interviennent aussi, et massivement, comme on l’a vu. On aurait tort d’y voir de simples coopérateurs de la hiérarchie. La militance catholique contemporaine ne peut plus être pensée selon le modèle de la verticalité : les laïcs ne reçoivent pas passivement les injonctions du magistère, qui d’ailleurs se garde bien de les leur adresser. On se situe bien davantage, en raison de la subjectivation des comportements qui affecte aussi le monde catholique, y compris du côté de sa fraction la plus identitaire, dans un mécanisme circulaire qui voit les deux polarités se conforter mutuellement.

Les mobilisations « basales »126

  • 126 Le mot est emprunté à Émile Poulat (2008). L’auteur voulait signifier, en portant ce concept, le c (...)
  • 127 Présentes dans tous les diocèses, elles sont reconnues d’utilité publique et disposent d’une repré (...)
  • 128 Dans l’encyclique Caritas in veritate (n° 51), publiée le 7 juillet 2009, Benoît XVI précise ainsi (...)

40Abordons d’abord la phase de constitution du mouvement. Il s’agrège, début septembre 2012, autour d’un collectif qui prendra, au cours de l’automne, l’appellation « la Manif pour tous », en réponse euphonique à l’expression « le mariage pour tous » que le gouvernement est parvenu à imposer dans la controverse publique. Ce collectif rassemble trente-sept associations. Certaines, qui constituent le cœur du mouvement, relèvent très clairement du mouvement catholique, côté « catholique d’identité » bien sûr. Elles appartiennent au mouvement familial, très puissant en France. Il en va ainsi de la Confédération nationale des Associations familiales catholiques127. On peut y ajouter Familles de France qui présente, de manière non confessionnelle, les mêmes caractéristiques. Le Centre de liaison des équipes de recherche (CLER) Amour et Famille, association de conseil conjugal, est également représenté. D’autres groupements relèvent plutôt du mouvement « pro-vie ». Tel est le cas de l’Alliance Vita, qui prolonge, sous une nouvelle appellation, l’Alliance pour les droits de la vie : forte de 35 000 bénévoles, elle est un lieu de réflexion sur la question de la vie ; elle anime aussi, sur le terrain, des services (SOS-Bébé, SOS-Fin de vie) visant à prévenir l’avortement et l’euthanasie en apportant une aide de proximité aux personnes concernées. Un concept est central dans les élaborations de ce mouvement : celui d’« écologie humaine », que le délégué général du mouvement, Tugdual Derville, a emprunté aux textes de Benoît XVI. Ce concept est construit sur l’assise d’une continuité avec l’écologie environnementale : il engage à soumettre le devenir de l’espèce humaine au même « principe de précaution » que celui qu’on tend à appliquer aujourd’hui au devenir de la nature externe128.

41S’adjoignent, à cette première catégorie, des groupements venus d’autres horizons. Certains sont de nature religieuse. Il s’agit, côté protestant, de la Fédération des associations familiales protestantes et du Comité évangélique protestant pour la dignité humaine, côté musulman, de l’association Fils de France (proche de l’UOIF – Union des organisations islamiques de France) et de l’association Les musulmans pour l’enfance. D’autres groupements affichent un ancrage professionnel. Ainsi en va-t-il de l’association des Juristes pour l’enfance, de l’Appel des professionnels de l’enfance, des psychologues ou des médecins de l’enfance. Plusieurs associations se présentent au nom de la défense des homosexuels, tels Plus gay sans mariage ou David et Eugenia, créé par un ami de Frigide Barjot, Lionel Lombroso. On relève enfin des collectifs à spectre large, sans raison sociale ou religieuse spécifique, même si l’on repère ici aussi une dominante catholique : c’est le cas notamment du Collectif pour l’humanité durable.

42Ce collectif, qui fait usage également du lexique écologiste, a été fondé après l’élection de François Hollande, le 26 mai 2012, « jour de la Pentecôte », précise son texte­ programme. D’abord, il pointe les dangers du programme présidentiel : l’inquiétude vient du dessein de François Hollande de procéder à « la constitutionnalisation de la laïcité, à la promotion de la contraception anonyme pour les mineurs ainsi qu’à la généralisation et la gratuité totale de l’interruption volontaire de grossesse et à la légalisation de l’euthanasie ». Elle est suscitée plus encore par « les propositions visant à légaliser le mariage et l’adoption d’enfants par les couples de même sexe ». Il pose ensuite le principe d’une solution : parce qu’il y a, dans cette transformation du droit matrimonial, un « bouleversement anthropologique » qui menace l’existence des « générations futures », il convient d’organiser un vaste « dialogue sociétal », débouchant, selon une idée qui sera bientôt reprise par quelques évêques et par les élites politiques de droite, sur un référendum portant sur l’extension du mariage et de l’adoption aux couples de même sexe. S’il faut faire référence à ce collectif si peu significatif du point de vue quantitatif, c’est parce qu’il agrège, en son origine, des personnalités qu’on retrouvera tout au long de la mobilisation, comme Frigide Barjot, une humoriste, chroniqueuse télévisuelle, Xavier Bongibault, président de l’association Plus gay sans mariage, Laurence Tcheng, professeure des écoles qui affiche, à la tête de son Collectif pour le mariage républicain, une appartenance de gauche, Béatrice Bourges, présidente du Collectif pour l’enfant, une association relevant de la mouvance pro-vie.

  • 129 Barjot, 2011.

43Cette énumération d’organisations appelle deux remarques. Le mouvement est, dans son origine, essentiellement catholique. Les associations catholiques, de tendance identitaire, sont, en son sein, les plus nombreuses, les plus anciennes, et surtout les plus consistantes. Ce sont leurs dirigeants qui vont d’ailleurs, on le verra plus loin, diriger la protestation, et leurs ressources qui vont la financer. Sans doute Frigide Barjot, qui anime la Manif pour tous dans toute sa première phase (parmi six autres porte-parole), tranche-t-elle par une hexis corporelle et un langage détaché fort peu traditionnels. C’est peut-être un héritage de ses années de fréquentation des hauts-lieux de la nuit parisienne. On aurait tort de s’en tenir à cette première impression. Frigide Barjot, Virginie Merle de son vrai nom, ne présente pas une physionomie culturelle totalement étrangère à la ligne dominante de son mouvement. Elle est issue de la bourgeoisie catholique de Lyon. Ses études de droit et de sciences politiques la conduisent, dans les années 1990, au service communication du parti gaulliste d’alors, le Rassemblement pour la République. Cet engagement à droite ressurgira en 2008 lorsqu’elle se présentera sur une liste « divers droite » aux élections municipales à Paris. Sur le plan religieux, après s’être éloignée de la foi de son enfance, elle connaît en 2004 un accès de ferveur religieuse après un pèlerinage à Lourdes129. Se voulant « attachée de presse de Jésus », elle s’investit alors dans sa paroisse parisienne et dans des activités d’évangélisation comme la « croisade des enfants ». On la voit surtout soutenir le pape Benoît XVI, lorsqu’il est attaqué pour ses propos concernant le préservatif. En 2009, elle diffuse en ce sens sur son site Internet un manifeste intitulé « Touche pas à mon pape » qui recueille près de 40 000 signatures.

  • 130 Seulement quinze d’entre elles ont une existence déclarée, souvent d’ailleurs depuis moins d’un an (...)

44En second lieu, le mouvement parvient, accessoirement, à s’agréger d’autres courants. Sans doute, du reste, la personnalité de Frigide Barjot n’est-elle pas pour rien dans cet œcuménisme de la contestation. Son discours et son parcours plaident en faveur d’un décloisonnement des mondes. Elle évoque à maintes reprises l’irruption sur la scène sociale d’un « collectif de gens de toutes opinions politiques, toutes confessions, tous âges et toutes orientations sexuelles ». Il importe cependant de relever que ce décloisonnement est tout relatif. Nombre des trente-sept associations réunies début 2013 au sein de la Manif pour tous sont des inventions ad hoc sans nul ancrage social : ainsi en va-t-il par exemple des associations d’homosexuels ou du Collectif pour le mariage républicain130.

45Il s’est agi pour le mouvement de se présenter comme coextensif à la société française, en évitant de donner l’image d’une rétraction sur le seul camp catholique. Par ailleurs, si le collectif fonctionne, selon une formule très actuelle d’agrégation militante, sur un mode réticulaire avec un groupe souple de porte-parole, c’est dès le départ dans le cadre d’une relation serrée avec les grandes associations catholiques. Dans ce dispositif, Tugdual Derville d’Alliance Vita et Antoine Renard, président des associations familiales catholiques, qui sont au cœur du groupe dirigeant du mouvement dès septembre 2012, sont des acteurs essentiels, même s’ils apparaissent moins dans les médias que Frigide Barjot : représentants de la galaxie catholique, ils sont capables donc de faire le lien avec l’appareil épiscopal, et des organisations internationales comme la National Organization for Marriage qui leur fournissent une part de leurs référentiels et de leurs slogans. Sans doute faut-il rappeler que la Communauté de l’Emmanuel, issue de la mouvance charismatique, est souvent, sur le plan idéologique et militant, en arrière-plan de la mobilisation.

  • 131 Le 8 décembre 2012, quelques manifestations locales contre le mariage pour tous ont lieu dans plus (...)
  • 132 C’est un leitmotiv de la Manif pour tous. Le président de la République, il est vrai, ne recevra q (...)

46On entre très vite dans une seconde phase, celle de la mobilisation. Le séquençage suit de près celui qu’on a repéré pour l’épiscopat. Une première phase voit le mouvement demander un grand débat public, en restant d’ailleurs en retrait par rapport aux initiatives des dirigeants de l’Église. La fin de non-recevoir opposée par le gouvernement à cette demande, dont témoigne, le 7 novembre 2012, l’adoption du projet de loi en Conseil des ministres, conduit la Manif pour tous à prendre d’autres initiatives : à la phase de proposition succède une phase de résistance. Elle va prendre principalement la forme de manifestations, que le mouvement organise de manière alternée au niveau local et au niveau national. On retrouve ici un mode d’organisation déjà éprouvé en 1982-1984 lors de la dernière grande querelle de l’École. Le niveau local est le premier sollicité. Le 17 novembre 2012, les grandes villes de France, Paris, Lyon, Marseille, Nantes, Toulouse, sont le théâtre de défilés importants. Les chiffres de la police ne sont pas les mêmes que ceux des organisateurs. On est cependant très au-delà de 100 000 personnes131, assez en tout cas pour prolonger le mouvement. Une manifestation nationale intervient le 13 janvier 2013, quatre jours après que le gouvernement a décidé, en signe de conciliation, de ne pas faire figurer la question de l’accès des couples de femmes à la procréation assistée dans la loi relative au mariage, préférant attendre l’avis du Comité consultatif national d’éthique. Son succès est patent : les trois cortèges qui convergent vers le Champ-de-Mars réunissent plusieurs centaines de milliers de personnes (340 000 suivant la police, 1 000 000 suivant les organisateurs) venues de la France entière. D’autres manifestations, motivées par le refus du gouvernement d’entrer dans un processus de négociation132, vont suivre : certaines seront locales, d’autres nationales, comme celle du 24 mars avenue de la Grande-Armée, ou celle du 26 mai qui se clôt sur l’esplanade des Invalides. Ces deux manifestations, qui se présentent comme une reconduction, trente ans après, de celle du 24 juin 1984 sur l’école, rassemblent encore, selon les chiffres donnés par les organisateurs, autour d’un million de personnes. Plusieurs évêques, on l’a vu, et de nombreux prêtres accompagnent ces manifestions.

47Le moment manifestant est inséré dans un vaste processus militant qui lui donne toute son ampleur. L’institution catholique démontre à ce niveau toutes ses ressources de mobilisation. Le mouvement s’agence en réseau, avec des implantations dans tous les diocèses de France, en bénéficiant de leurs locaux et de leur logistique. Les sites Internet des évêchés se font les relais, non seulement de la parole épiscopale mais aussi, très souvent, des communiqués de la Manif pour tous. Le tissu paroissial accueille réunions et débats, selon une habitude contractée en 2010 lors du débat autour de la révision des lois de bioéthique : l’espace de la délibération publique ne doit pas être laissé aux seuls tenants du mariage pour tous, qui d’ailleurs se sont montrés, au cours de la période, beaucoup moins diserts que leurs adversaires. En outre, les curés de paroisse laissent souvent, au moins dans la première phase du mouvement (avant que des divisions ne se manifestent au sein des communautés paroissiales), les opposants au projet de loi gouvernemental s’exprimer lors des assemblées dominicales. Il leur arrive aussi d’appeler eux-mêmes, en chaire, à la résistance, renouant de la sorte avec un tropisme politique qu’on n’avait plus vu à l’œuvre depuis les années 1950.

48Il vaut sans doute la peine de citer un peu longuement cette homélie du curé de la cathédrale de Quimper prononcée le 8 avril 2013 :

  • 133 Message de Pâques, avril 2013.

« Face à ce que Jean-Paul II appelait les pulsions de mort, le Christ propose à chacun à Pâques ses pulsions de vie. Et la vie de chacun est d’un grand prix aux yeux de Dieu, il n’est pas inutile de nous en rappeler en ce temps où elle subit tant d’outrages et de menaces : vie à son commencement, celle de l’embryon dont on veut faire de la chair à saucisse pour des expérimentations inutiles, au nom de la “liberté” ; vie de l’enfant, qui a besoin de l’amour d’un père et d’une mère, et d’une famille. Ils ont été nombreux à Paris à manifester pour défendre la famille et le bien des enfants. On sait avec quel mépris ils ont été traités par ceux qui nous gouvernent. Prétendre, au nom de l’“égalité”, instituer le “mariage pour tous”, remettre gravement en cause les fondements même de notre société, la famille et le bien de l’enfant, pour plaire à quelques lobbies ultra minoritaires, tout cela relève des “pulsions de mort”. »133

  • 134 L’enseignement catholique n’est pas en toute première ligne mais les Apel et le secrétariat généra (...)
  • 135 L’usage, mis au service de la cause de la reconquête, des instruments de la modernité s’est déclin (...)

49Ce travail de mobilisation s’appuie aussi sur un militantisme de proximité : les adhérents de la Manif pour tous, souvent issus des rangs des associations familiales catholiques, et de ceux des associations des parents d’élèves de l’enseignement libre134, distribuent les tracts, collent les affiches, font du porte-à-porte, provoquent des discussions de rue. On est là dans une configuration qui n’est pas si originale : le mouvement catholique démontre, depuis le milieu du XIXe siècle, une capacité forte à s’approprier les technologies d’intervention publique propres à la modernité135. Cette question des répertoires d’action sera évoquée plus loin.

50Il convient enfin de repérer un troisième moment, qui est celui de la pluralisation du mouvement. L’institution catholique n’a nullement l’homogénéité qu’on lui prête parfois. Le mouvement structuré autour de la Manif pour tous offre une illustration de cette diversité. Laissons de côté pour le moment la réaction des « catholiques d’ouverture », qui ont, au nom de la « fidélité à l’Évangile », parfois soutenu le projet, et souvent, en tout cas, dénoncé la manière de faire de leurs coreligionnaires. Arrêtons-nous, pour le moment, sur le groupe, très dominant parmi les catholiques engagés, des opposants au projet. En fait, dès l’origine, des dissensions se manifestent en son sein. Elles prennent les deux formes qu’avait repérées Joachim Wach (1955) dans son analyse des conflits au sein des mondes religieux. L’une relève de la catégorie du « protest without » : les divergences s’expriment là en dehors de la Manif pour tous, dans des institutions séparées.

  • 136 Voir parmi tant d’autres textes, le communiqué de Civitas du 2 décembre 2012, « Dénaturation du ma (...)
  • 137 Civitas vend le même type de tee-shirts que la Manif pour tous. Une différence de taille : les sie (...)

51Il faut ici évoquer le schisme de juin 1988 qui a vu la Fraternité Saint-Pie-X se dissocier du siège romain, à la suite des ordinations épiscopales célébrées par Mgr Marcel Lefebvre. Cette scission a eu son impact sur la contestation du projet gouvernemental. La Fraternité Saint-Pie-X, tout en saluant les positions de certains évêques, entend faire cause à part. Son bras séculier, l’institut Civitas, placé depuis 2012 sous la présidence d’Alain Escada, ancien militant du Front nouveau de Belgique – qui lui-même est une dissidence du Front national de Belgique –, et qui s’est à maintes reprises signalé par son combat juridique contre le « blasphème », tient un discours d’emblée fort critique à l’égard de la stratégie de la Manif pour tous. Il considère qu’elle ne peut conduire qu’à l’échec parce qu’elle se situe, selon lui, dans une ligne de compromis avec un pouvoir gouvernemental qui, du coup, ne peut se sentir en danger. Ses manifestations festives avec « leurs flonflons », qui excluent les références à la France chrétienne et ne condamnent pas en tant que tel « l’homofolie136 », donnent la mesure de sa démission devant l’esprit du temps137. La dénonciation doctrinale se prolonge en dissociation pratique : Civitas organise, à part, ses propres mobilisations de rue, en associant à ses rangs les familles habituelles de l’extrême droite, tels l’Œuvre française, l’Action française, le Bloc identitaire. Selon les moments, 5 000 à 15 000 personnes, qu’accompagnent des prêtres en soutane, suivent ces cortèges de l’intransigeance. Au début du mois d’avril 2013, alors que la discussion parlementaire entre dans sa dernière phase, l’organisation d’Alain Escada persiste dans son combat autonome en rassemblant quotidiennement ses sympathisants pour des « marches » devant le Sénat, après avoir organisé des séances de prières publiques devant l’Assemblée nationale.

52Mais la contestation connaît aussi une forme de « protest within » : les antagonismes se repèrent alors au sein du même groupement. La Manif pour tous connaît, dans cette perspective, une double rupture. La première concerne Béatrice Bourges. Présidente du Collectif pour l’enfant, qui relève de la mouvance « pro-vie », proche du mouvement Ichtus – issu de la Cité catholique de Jean Ousset –, et très active depuis 2007 dans le mouvement anti-mariage gay (voir Bourges, 2008), cette dernière, qui fut aussi assistante parlementaire RPR dans les années 1990, entend s’opposer frontalement à la politique gouvernementale, et plus largement aux acteurs politiques qui se placent du côté de la « rupture anthropologique » née des Lumières. Cette visée la porte à développer en mars 2013, selon une idée avancée en février par l’avocat d’Action française Jacques Trémolet de Villers dans le mensuel Présent, une plate-forme d’action, le Printemps français, dont l’appellation fait écho aux « Printemps arabes ». Son appel à l’occupation des Champs-Élysées, quelques jours avant la manifestation du 24 mars 2013 prévue avenue de la Grande-Armée, lui coûte sa place de porte-parole de la Manif pour tous. Frigide Barjot rappelle alors dans un communiqué que « toutes les actions de la Manif pour tous ont lieu dans un cadre légal et républicain en tenant compte de la décision du préfet de police ».

  • 138 . Sur cette manifestation, qui associe de très nombreux pôles de résistance au gouvernement sociali (...)
  • 139 Hartog, 2002.
  • 140 Béatrice Bourges, « Une révolte d’avant-garde. Insurrection des consciences », Le Monde, 19 avril (...)

53Cette marginalisation ne l’empêche pas de persévérer : au nom de la supériorité morale d’Antigone sur Créon, elle entend « ne rien lâcher ». Même après le vote de la loi, elle rappelle avec virulence son illégitimité et fomente de nombreuses opérations « coups de poing » contre le personnel politique favorable au mariage pour tous, ou contre une journée des associations LGBT à Paris. Son mouvement est à l’origine aussi de l’opération « Tour de France pour tous », animée par la volonté de perturber le grand événement sportif, ou de l’opération « Camping pour tous », lors des vacances d’été 2013. On le retrouvera aussi autour de « Jour de colère » le 26 janvier 2014138. Le discours de Béatrice Bourges subvertit les taxinomies ordinaires de la politique française, assises sur l’opposition entre le « futurisme » et le « passéisme139 ». Se présentant au nom d’une « insurrection de la conscience », il entend donner au Printemps français un rôle d’« avant-garde » en le faisant accoucher d’un avenir fondé sur les règles mêmes de la tradition : « Le passéisme », écrit Béatrice Bourges, « c’est de projeter dans l’avenir les préjugés et les illusions du présent en train de passer […]. L’avant-garde, au contraire, repose sur celles et ceux qui discernent en demain sa lumineuse part de durable, d’intemporel140 ».

54La seconde rupture touche Frigide Barjot elle-même, qu’on voit disparaître de l’équipe dirigeante de la Manif pour tous, après la manifestation du 26 mai, au même titre d’ailleurs que Xavier Bongibault, qui lui était très lié. Sa ligne se trouve désavouée sur deux terrains. Le premier est idéologique : Frigide Barjot propose d’aménager, en lieu et place du mariage entre personnes de même sexe, un nouveau contrat d’union civile ; ses opposants, défendant une ligne plus traditionnelle à l’égard de la reconnaissance de l’homosexualité, n’en veulent pas. Le second est stratégique : Frigide Barjot entend présenter des candidatures lors des élections municipales de 2014 (ce qui, d’ailleurs, ne se fera pas, probablement en raison de l’érosion rapide, à compter de sa rupture avec l’état-major de la Manif pour tous, des ressources de l’intéressée) ; ses opposants refusent cet entrisme politique, pour se situer dans le registre du groupe de pression.

55Dès lors, la Manif pour tous est dirigée par des catholiques plus institutionnels, et sans doute plus traditionnels. On le perçoit en compulsant la biographie de sa présidente actuelle, Ludovine de la Rochère, qui fut chargée de communication auprès de la Conférence des évêques de France, et qui occupe aujourd’hui des fonctions d’animation auprès de la Fondation Jérôme Lejeune. Ces phénomènes de scissiparité nous renseignent utilement sur l’état de la militance catholique. Ils signalent, selon la formule de Pierre Bourdieu, que l’Église est un « champ » tout autant qu’un « appareil ». Même du côté de son pôle conservateur, se repèrent des positions disparates, fruits, pour une grande part, des sédimentations de l’histoire : les catholiques d’intransigeance (autour de Civitas ou, selon une ligne non schismatique, du Printemps français) se juxtaposent aux catholiques d’identité (dont les plus nombreux appartiennent à des organisations préexistantes, tandis que d’autres, autour de Frigide Barjot, affirment une plus grande distance vis-à-vis de l’institution).

  • 141 Barnes & Kaase, 1979.

56Un acteur-clé n’a pas été évoqué : il s’agit de l’opinion publique, dont les sociologues des mobilisations ont pu rappeler qu’elle n’était pas seulement un enjeu, mais bien un acteur des mouvements sociaux141. Son étude par les instituts de sondages signale tout le potentiel protestataire qu’elle a pu représenter. On est passé de 37 % de Français défavorables au mariage homosexuel en décembre 2011 à 42 % en novembre 2012, à 39 % en février 2014. Pour ce qui touche à l’adoption, la fraction hostile s’est établie à 44 %, 50 %, 50 % pour les mêmes périodes (sondages BVA).

  • 142 Pour l’adoption, un sondage IFOP d’août 2012 donne 70 % pour les 18-24 ans, 37 % pour les plus de (...)

57Comment s’opère la distribution de la population française ? La profession (sauf si on prend en compte les retraités, globalement hostiles à la loi Taubira) ou le lieu d’habitation comptent assez peu. L’âge est discriminant en revanche : les catégories les plus jeunes (avant 35 ans) sont les plus favorables au mariage pour tous et à l’adoption par les couples homosexuels142, les catégories de plus de soixante ans les plus défavorables. Le critère politique est un marqueur fort égale­ ment. Le fait d’être à gauche détermine une opinion positive en la matière. 82 % des personnes déclarant une appartenance de gauche sont pour le mariage entre personnes de même sexe ; elles ne sont que 31 % à opiner en ce sens lorsqu’elles se disent de droite. Pour l’adoption, 73 % et 24 % respectivement (chiffres du sondage BVA de novembre 2012). Un an et demi plus tard, en février 2014, la loi ayant été approuvée, le même institut signale la même césure : la gauche est favorable aux deux mesures, la droite y est défavorable. Pour le mariage, 87 % à gauche, contre 38 % à droite ; pour l’adoption, 80 % contre 27 %. Le positionnement religieux est, enfin, puissamment prédictif. On peut s’appuyer, pour le démontrer, sur deux sondages d’opinion, qui présentent l’intérêt de prendre en compte la variable confessionnelle (ce qui n’est pas toujours le cas). L’un a été réalisé par l’IFOP en août 2012 (pour La Lettre de l’opinion, « Les Français, les catholiques et les droits des couples homosexuels »). On en extrait les chiffres suivants.

Tableau 1 Droit de se marier pour les couples homosexuels

Oui

Non

Ensemble Français

65 %

35 %

Catholiques (ensemble)

59 %

41 %

Pratiquants

45 %

55 %

Non-pratiquants

61 %

39 %

Autres religions

53 %

47 %

Sans religion

79 %

21 %

Tableau 2 Droit d’adopter pour les couples homosexuels

Oui

Non

Ensemble Français

53 %

47 %

Catholiques (ensemble)

48 %

52 %

Pratiquants

36 %

64 %

Non-pratiquants

49 %

51 %

Autres religions

46 %

54 %

Sans religion

67 %

33 %

58En février 2014, un autre institut de sondages, BVA (Le Parisien/Aujourd’hui en France, 23 février 2014, « Les catholiques français et les évolutions de la société »), donne des résultats voisins, en utilisant cependant des catégories plus précises, et en ajoutant une question sur la PMA.

Tableau 3 Droit de se marier pour les couples homosexuels

Oui

Non

Ensemble Français

61 %

39 %

Catholiques (ensemble)

54 %

46 %

Pratiquants réguliers

37 %

63 %

Pratiquants occasionnels

51 %

49 %

Non-pratiquants

58 %

42 %

59N.B. : dans ce sondage, les pratiquants réguliers représentent 8 % de l’échantillon, les occasionnels 17 %, les non-pratiquants 38 %, les sans religion 30 % et les autres religions 7 %.

Tableau 4 Droit d’adopter pour les couples homosexuels

Oui

Non

Ensemble Français

50 %

50 %

Catholiques (ensemble)

42 %

58 %

Pratiquants réguliers

21 %

79 %

Pratiquants occasionnels

37 %

63 %

Non-pratiquants

49 %

51 %

Tableau 5 Droit d’accéder à la PMA pour les couples homosexuels

Oui

Non

Ensemble Français

39 %

61 %

Catholiques (ensemble)

30 %

70 %

Pratiquants réguliers

11 %

89 %

Pratiquants occasionnels

25 %

75 %

Non-pratiquants

36 %

64 %

60On peut retirer de ces tableaux deux types d’enseignements. Le premier concerne la société globale : elle est marquée par une forte polarisation, en fonction de l’appartenance religieuse. D’un côté, les catholiques déclarés, saisis comme un ensemble, sont toujours en dessous de la moyenne nationale pour approuver l’évolution législative. Les personnes sans religion, en revanche, très largement au-dessus de la moyenne nationale. Pour ce qui a trait au mariage, dans le sondage IFOP, l’écart est de quatorze points positifs entre les sans religion et la moyenne des Français (79 % contre 65 %). Il est de six points négatifs entre les catholiques déclarés et la moyenne des Français. Pour ce qui a trait à l’adoption, il est de quatorze points positifs pour les sans religion ; et de cinq points négatifs pour les catholiques. Les résultats sont les mêmes pour le sondage BVA : sept points négatifs pour l’ensemble des catholiques sur la question du mariage ; huit points sur la question de l’adoption.

  • 143 Michelat & Simon, 1977.

61Le second enseignement regarde l’espace catholique : il est marqué, quant à lui, par un dégradé, lié au niveau d’intégration à l’appareil ecclésial. La leçon de Guy Michelat et Michel Simon (1977) selon laquelle le niveau d’observance rituelle a partie liée avec le niveau d’adhésion doctrinale143, vaut ici aussi : plus la pratique religieuse est intense, plus le refus de la loi Taubira est prononcé. L’IFOP distingue les catholiques pratiquants et les non-pratiquants selon l’auto-classement des personnes interrogées. Les pratiquants sont alors 55 % à se prononcer contre le mariage pour tous ; les non-pratiquants, 39 %, sachant que le taux de refus est de 35 % pour l’ensemble des Français. L’institut BVA, à partir de critères plus objectivants (l’assistance aux offices), sépare les réguliers, les occasionnels et les non-pratiquants. Les trois catégories expriment leur refus dans les proportions suivantes : 63 %, 49 %, 42 % respectivement, contre 39 % pour l’ensemble des Français. Pour l’adoption, la distribution est semblable : 79 %, 63 %, 51 % la refusent, contre 50 % dans la population globale. Il en va identiquement pour ce qui a trait à l’accès à la PMA. Sans doute faut-il ajouter, en s’appuyant sur le sondage de l’IFOP, que les autres religions (musulmans, juifs, protestants) se situent entre les catholiques pratiquants et les catholiques non pratiquants, ce qui signale un niveau d’opposition plutôt élevé au projet gouvernemental, et les positionnent comme des alliés potentiels de la cause protestataire.

62Les chiffres qu’on vient de présenter ne traduisent pas, certes, une totale homogénéité du monde catholique. Les pratiquants, même réguliers, accueillent en leur sein une proportion non négligeable de partisans de la loi Taubira, dont s’est nourrie l’opposition intra-ecclésiale à la Manif pour tous. Il reste que l’opinion catholique apparaît bien comme un pôle central de résistance : c’est dans ses rangs, surtout lorsqu’elles sont pratiquantes, que l’on trouve les populations les plus hostiles à la mutation juridique engagée par le gouvernement socialiste, même si une minorité de sans religion – les « athées dévots » – a pu alimenter aussi l’opposition, en compagnie de fractions issues des populations religieuses non catholiques.

  • 144 Eder, 1985 : 889.
  • 145 Bréchon & Galland, 2009.

63Pour ce qui a trait à la mobilisation du monde catholique, on aura relevé qu’elle a agrégé trois des strates constitutives de l’Église – les dirigeants (évêques et prêtres), les militants, les pratiquants –, non certes sans que se soient manifestées en chacune d’elles des positions plurielles. Ces strates se sont rassemblées autour d’une communauté d’objectifs : il s’est bien agi de faire face à un « choc moral », d’exprimer, selon l’expression de Klaus Eder lorsqu’il évoque la genèse des « croisades morales », « une réaction collective à la modernisation culturelle qui a accentué l’écart entre la moralité et le monde vécu144 ». On aura soin de relever cependant que ce rassemblement ne s’est pas construit selon un modèle univectoriel d’organisation. Au début du XXe siècle, les évêques aimaient à présenter l’Église comme une « acies bene ordinata », une armée en ordre de bataille, placée sous le gouvernement de sa hiérarchie. Globalement, la réalité correspondait au discours, comme le montrent les manifestations très organiques de 1924-1925, contre la politique du Cartel des gauches, ou celles en 1945-1950 de soutien à l’enseignement privé. On n’en est plus là en ce début de XXIe siècle. Le processus d’individualisation n’a pas laissé indemne le corps catholique145. Il apparaît clairement que le laïcat – militant et pratiquant – a désormais sa propre dynamique, qui croise sans doute celle de l’épiscopat, mais sans lui être réellement subordonnée. Dans la mobilisation de 2012-2013, c’est par ajustements réciproques, en dehors de toute injonction verticale, que s’est tissée la relation entre différents acteurs du champ catholique, de manière plutôt harmonieuse du fait de l’homologie de leurs propriétés (appartenance au même catholicisme d’identité, elle-même déterminée par des origines communes et des trajectoires convergentes).

Notes

90 Le programme prévoit un contrat signé en mairie (et non un simple enregistrement devant le tribunal d’instance), assurant une égalité de droits successoraux, fiscaux et sociaux aux couples homosexuels, mais sans droit à la filiation, ni à l’adoption. Ce contrat ne verra pas le jour en tant que tel. Les lois du 21 août 2007 et du 28 mars 2011, adoptées sous le gouvernement Fillon, comprennent cependant des évolutions significatives allant dans le sens du projet présidentiel, sur le terrain notamment du régime de propriété des biens acquis pendant le partenariat.

91 Interview au Figaro Magazine, 10 février 2012.

92 Voir, par exemple, son interview à yagg.com le 5 octobre 2011.

93 Sur cette question de l’amour et de l’égalité, voir Giddens (1992).

94 La Croix, 11 septembre 2012.

95 Évalués entre 60 000 et 300 000.

96 On sait qu’il y a eu quatre vagues d’enquêtes depuis 1981.

97 Dompnier, 2010 : 142.

98 On avait demandé aux personnes interrogées de se situer sur une échelle de 1 à 10, étant retenues comme tolérantes les réponses de 6 à 10. La question était formulée de la manière suivante : « L’homosexualité vous semble-elle justifiée ? ». Il est cependant intéressant de remarquer que, sur cette dernière question, en 2008 en tout cas, la réponse tolérante, pour avoir connu une augmentation très significative, n’est pas majoritaire.

99 Dompnier, 2010 : 155.

100 Décision n° 2010-92 QPC du 28 janvier 2011, Mme Corinne C. et Sophie H. : « qu’il est à tout moment loisible au législateur, statuant dans le domaine de sa compétence, d’adopter des dispositions nouvelles dont il lui appartient d’apprécier l’opportunité et de modifier des textes antérieurs ou d’abroger ceux-ci en leur substituant, le cas échéant, d’autres dispositions, dès lors que, dans l’exercice de ce pouvoir, il ne prive pas de garanties légales des exigences de caractère constitutionnel ».

101 Dans ce rapport d’octobre 2012, le Conseil d’État a mis en garde le gouvernement sur plusieurs points comme l’autorité parentale, la PMA, l’adoption plénière, la filiation.

102 À la différence de l’adoption simple, l’adoption plénière rompt tout lien de filiation entre l’enfant adopté et ses parents biologiques.

103 Smadja, 2009.

104 En avril 2012, il avait déjà déclaré au magazine Têtu être hostile à la gestation pour autrui (GPA), mais pas à l’AMP.

105 Sud-Ouest, 7 novembre 2012.

106 Chateauraynaud & Torny, 1999.

107 Il importe de noter que, la même année, un colloque œcuménique est organisé à l’institut catholique de Paris sur le même thème. On retrouvera un peu plus loin la circulation des opinions entre les différentes Églises.

108 Selon le modèle du Parvis des gentils, des conférences de carême à Notre-Dame de Paris ou au collège des Bernardins.

109 Portier, 2013a.

110 Une rencontre avait eu lieu en décembre 2011 entre le candidat socialiste et Mgr Jean-Luc Brunin, le nouveau président du Conseil épiscopal famille et société, qui s’était traduite déjà, sur les questions « sociétales », par le constat d’un désaccord entre les deux interlocuteurs.

111 Le 4 mai 2012, l’évêque de Blois, Mgr Maurice de Germiny, relève deux éléments « non négociables » dans la conjoncture présente relevant l’un et l’autre, on y reviendra, de la sphère de l’intime : « C’est pourquoi j’estime de mon devoir d’évêque d’appeler, une fois encore, les électeurs à être cohérents avec leur foi et ce sur deux points non négociables : – Droit des personnes âgées, malades ou dépendantes d’être accompagnées et soignées jusqu’au terme naturel de leur vie, sans acharnement thérapeutique ni euthanasie. – Droit des enfants d’être conçus et élevés par un père et une mère. Relisez les programmes et décidez-vous. Ne succombez pas à la tentation du vote blanc. Que votre non à une culture de mort soit non. Que votre oui à l’amour de la vie soit oui. »

112 Perrineau, 2013.

113 Sur ce modèle, voir Portier, 2006 : 47 et suivantes.

114 Michel de Certeau (1974) avait relevé que le christianisme était voué à une réception d’autant plus favorable qu’il prendrait une forme « folklorique ».

115 On oppose classiquement philosophie politique substantialiste et philosophie politique artificialiste. Celle-ci, qui trouve l’un de ses fondateurs chez Hobbes, récuse l’idée d’une norme juridique antérieure à la décision humaine ; celle-là, au contraire, fonde la validité de la loi positive sur son adéquation à la substance des choses, elle-même repérable dans l’ordre général de la nature.

116 « Élargir le mariage aux personnes de même sexe ? Ouvrons le débat ! », Note publiée par le Conseil famille et société de la conférence des évêques de France au sujet de l’élargissement du mariage civil aux personnes de même sexe et la possibilité pour elles de recourir à l’adoption, 28 septembre 2012.

117 La même constatation avait été faite à propos des débats des années 1990 (Buisson-Fenet, 2004a, 2004b).

118 Portier, 2013a : 377.

119 « Contrairement au débat sur l’avortement, dans lequel on voit « le droit » des femmes à l’autonomie corporelle s’opposer au « droit à la vie » du fœtus, les adversaires des droits des homosexuels et du mariage entre personnes du même sexe ne semblent pas formuler un contre-argumentaire individualiste aux affirmations d’égalité civile et matrimoniale en faveur des gays et des lesbiennes. » (Jelen, 2011 : 217, traduction des auteurs).

120 Voir les propos de Benoît XVI devant la Curie le 20 décembre 2012.

121 Cardinal André Vingt-Trois, allocution du 3 novembre 2012.

122 Il faudrait rappeler aussi l’accueil frileux voire hostile réservé le 29 novembre 2012 au cardinal André Vingt-Trois par certains membres de la Commission parlementaire. Voir La Croix, 30 novembre 2012.

123 Poulat, 1965 ; Bourdieu & Saint-Martin, 1984.

124 Voir « Pas de voix unique chez les évêques sur la “Manif pour tous” », La Vie, 8 janvier 2013.

125 Même s’il existe à gauche des réticences fortes au projet gouvernemental. Pour une analyse du libéralisme moral tel qu’il a été porté par une grande partie de la majorité de gauche, voir Dominique Schnapper (2014).

126 Le mot est emprunté à Émile Poulat (2008). L’auteur voulait signifier, en portant ce concept, le caractère relativement autonome de la « base » catholique par rapport aux « sommets » de l’Église.

127 Présentes dans tous les diocèses, elles sont reconnues d’utilité publique et disposent d’une représentation auprès de l’Union nationale des associations familiales, partenaire officiel du gouvernement en matière de définition des politiques familiales, qui elle-même prendra position contre le projet gouvernemental en octobre.

128 Dans l’encyclique Caritas in veritate (n° 51), publiée le 7 juillet 2009, Benoît XVI précise ainsi le concept : « Si le droit à la vie et à la mort naturelle n’est pas respecté, si la conception, la gestation et la naissance de l’homme sont rendues artificielles, si des embryons humains sont sacrifiés pour la recherche, la conscience commune finit par perdre le concept d’écologie humaine et, avec lui, celui d’écologie environnementale. Exiger des nouvelles générations le respect du milieu naturel devient une contradiction, quand l’éducation et les lois ne les aident pas à se respecter elles-mêmes. »

129 Barjot, 2011.

130 Seulement quinze d’entre elles ont une existence déclarée, souvent d’ailleurs depuis moins d’un an. Voir « Derrière la grande illusion de la “Manif pour tous” », Le Monde, 21 mars 2013.

131 Le 8 décembre 2012, quelques manifestations locales contre le mariage pour tous ont lieu dans plusieurs villes de France.

132 C’est un leitmotiv de la Manif pour tous. Le président de la République, il est vrai, ne recevra qu’une seule fois les dirigeants de la Manif pour tous, en dépit de leurs demandes répétées.

133 Message de Pâques, avril 2013.

134 L’enseignement catholique n’est pas en toute première ligne mais les Apel et le secrétariat général de l’enseignement catholique jouent un rôle dans la mobilisation, comme on l’a vu en novembre 2012, lorsqu’Éric de Labarre, le secrétaire général de l’enseignement catholique, a appelé à l’organisation de débats dans les écoles privées, s’attirant une réprimande du ministre de l’Éducation nationale.

135 L’usage, mis au service de la cause de la reconquête, des instruments de la modernité s’est décliné sur plusieurs registres depuis le XIXe siècle. L’Église s’est ainsi très largement servie des techniques de communication (presse, train, radio…), mais aussi des techniques de mobilisation militante, propres à l’ère des masses. Sur le premier point, voir, par exemple, Michel Lagrée (2000) ; sur le second, à propos par exemple du militantisme féminin, voir Bruno Dumons (2006) et Magali Della Sudda (2010).

136 Voir parmi tant d’autres textes, le communiqué de Civitas du 2 décembre 2012, « Dénaturation du mariage : le débat confisqué ».

137 Civitas vend le même type de tee-shirts que la Manif pour tous. Une différence de taille : les siens sont frappés d’une représentation de la famille composée d’un père, d’une mère et de cinq enfants. Ces derniers ne sont que deux sur les tee-shirts de la Manif pour tous.

138 . Sur cette manifestation, qui associe de très nombreux pôles de résistance au gouvernement socialiste, en reprenant, pour une grande part, les slogans de l’extrême droite, et notamment la défense de la civilisation chrétienne contre l’emprise d’Israël, voir Birnbaum, 2015.

139 Hartog, 2002.

140 Béatrice Bourges, « Une révolte d’avant-garde. Insurrection des consciences », Le Monde, 19 avril 2013.

141 Barnes & Kaase, 1979.

142 Pour l’adoption, un sondage IFOP d’août 2012 donne 70 % pour les 18-24 ans, 37 % pour les plus de 65 ans.

143 Michelat & Simon, 1977.

144 Eder, 1985 : 889.

145 Bréchon & Galland, 2009.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540