Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Journal

 | 
Comte Harry Kessler

Annexes

Comte Harry Kessler (1868–1937). Éléments biographiques

Texte intégral

1868

1Harry Kessler naît à Paris le 23 mai. Son père Adolf a fait fortune dans la banque d’affaires Auffm’Ordt, dont il dirige l’agence parisienne. Née Blosse-Lynch, sa mère Alice est issue de la petite noblesse irlando-britannique. Harry passera l’essentiel de son enfance en France et en Angleterre.

1877

2Le couple donne naissance à un second enfant, Wilma (1877–1963). L’empereur Guillaume Ier, qui a probablement fait la connaissance des Kessler en 1867 lors de l’Exposition universelle de Paris, est le parrain de la fillette.

3En 1903, la sœur de Kessler épousera à Paris le marquis Christian de Brion.

1879

4La famille Kessler est anoblie et Adolf reçoit deux ans plus tard le titre de comte héréditaire.

1880

5Après avoir débuté sa scolarité à Paris, Harry est envoyé au pensionnat d’Ascot, dans le sud de l’Angleterre. C’est là qu’il commence à tenir son journal.

1882–1888

6Lycée à Hambourg, au fameux Johanneum, également fréquenté dans ces années-là par le futur historien de l’art Aby Warburg.

1888–1891

7Études de droit à Bonn, puis à Leipzig, où Kessler suit aussi les cours d’histoire de l’art d’Anton Springer et ceux de psychologie expérimentale de Wilhelm Wundt. Premières lectures de Nietzsche.

1892

8Kessler, qui a déjà voyagé en Italie, en Espagne et en Afrique du Nord, entreprend un tour du monde (Amérique du Nord, Japon, Chine, Égypte). À son retour, il fait son service militaire dans le prestigieux 3e régiment d’uhlans de la Garde de Potsdam.

9Kessler fréquente les hautes sphères de la société berlinoise, en particulier les salons de Cornelie Richter et de Luise Begas.

1895

10Kessler rencontre Julius Meier-Graefe et devient membre de l’association PAN, avant d’entrer au comité de rédaction de la revue. Il tisse des liens avec les plus éminentes figures de l’avant-garde intellectuelle d’Allemagne, Maximilian Harden, Hugo von Tschudi, Walther Rathenau. Mort de son père le 22 mai.

11À la demande de son ami Eberhard von Bodenhausen, Kessler rencontre Edvard Munch, qu’il se met à soutenir financièrement. Portrait lithographique de Kessler par Munch.

12Kessler achète les premières œuvres de sa collection : Max Klinger, Hans Thoma et Auguste Renoir.

1896–1898

13Kessler, qui projette d’entrer dans la carrière diplomatique, se voit signifier un premier refus. Nouveau voyage en Amérique du Nord et au Mexique, dont il tirera son premier ouvrage, Notizen über Mexico, qui paraît en mai 1898 à Berlin, chez Fontane & Co.

14Kessler fait la connaissance de l’écrivain autrichien Hugo von Hofmannsthal.

15Ses travaux pour PAN le mettent en contact avec de nombreux artistes et écrivains. Début de ses relations avec Paul Signac et Henry Van de Velde, que Kessler charge d’aménager son appartement berlinois de la Köthener Strasse.

16Kessler prend une part active à l’organisation de l’exposition néo-impressionniste à la galerie Keller & Reiner de Berlin. Au tournant du siècle, la capitale allemande se transforme progressivement en métropole des avant-gardes artistiques européennes. Création de la Sécession berlinoise, des éditions S. Fischer, du théâtre de la Freie Bühne.

1900

17Le dernier numéro de la revue PAN paraît le 15 juillet. Le 25 août, Nietzsche meurt à Weimar.

1901

18Wilhelm Ernst accède au trône du grand-duché de Saxe-Weimar. Henry Van de Velde en devient le « conseiller artistique », avant d’être nommé en 1906 directeur de la nouvelle École d’arts appliqués, qui donnera par la suite naissance au Bauhaus.

19En décembre, l’inauguration de la Siegesallee à Berlin offre à l’empereur Guillaume II l’occasion de manifester son hostilité à l’art moderne, qu’il stigmatise d’une formule devenue célèbre : un « art du caniveau ».

1902

20Le ministère des Affaires étrangères oppose un refus définitif à la demande de Kessler, qui doit abandonner tout espoir d’une carrière diplomatique.

21Création de la revue Kunst und Künstler, proche de la Sécession berlinoise. Kessler y contribue activement et noue d’étroites relations avec le peintre Max Liebermann et le marchand d’art Paul Cassirer.

1903

22Kessler est nommé directeur du musée grand-ducal d’Art et d’Arts appliqués de Weimar. Jusqu’en 1906, il y présentera une trentaine d’expositions. En juin, Max Klinger, suivi des Impressionnistes allemands et français.

23Kessler fait la connaissance d’Edward Gordon Craig.

24En septembre, inauguration des Archives Nietzsche, après les travaux d’aménagement réalisés par Henry Van de Velde. En novembre, Kessler rend visite à Monet à Giverny. En décembre, fondation du Deutscher Künstlerbund, qui entend s’opposer à la politique artistique officielle. Kessler en devient le premier vice-président.

25À Paris, Kessler fréquente Signac, Vuillard, Bonnard, Maurice Denis, Ambroise Vollard, Rodin.

1904

26Exposition Monet, Manet, Renoir, Cézanne. Kessler fait réaliser son portrait en buste, devant sa bibliothèque, par Edvard Munch. En juin–juillet, exposition Rodin.

27En août, sur le conseil de Rodin, Kessler fait la rencontre d’Aristide Maillol. Il lui achète immédiatement une statuette en terre cuite d’une « femme accroupie » et lui passe commande du marbre de La Méditerranée. En septembre, il emmène le sculpteur à Londres.

28En collaboration avec les maîtres anglais de la typographie et du livre, Kessler lance une édition des classiques allemands et européens qu’il place sous l’égide du grand-duc Wilhelm Ernst.

29En novembre, lors d’un des « dîners à la cave » donnés par Ambroise Vollard, il fait la connaissance d’Edgar Degas.

1905

30Troisième exposition néo-impressionniste. Exposition des productions de l’imprimerie et de la calligraphie modernes. Première exposition rétrospective de Paul Gauguin en Allemagne : 33 œuvres du peintre sont exposées à Weimar de juillet à septembre.

1906

31En janvier, l’exposition de 14 dessins de Rodin, jugés pornographiques par la frange conservatrice des artistes de Weimar, provoque un scandale.

32À Londres, une lettre ouverte d’éminentes personnalités allemandes et anglaises des sciences, des lettres et des arts est publiée dans The Times à l’initiative de Kessler : elle appelle à sceller une entente entre les deux pays. En mai, il organise une exposition d’artistes allemands à la Prince’s Gallery de Londres.

33En juillet, le « scandale Rodin » oblige Kessler à démissionner de son poste de directeur du musée grand-ducal de Weimar. Il fait réaliser son second portrait par Edvard Munch.

34En septembre, 3e exposition du Deutscher Künstlerbund. Kessler fait la connaissance de Max Beckmann.

1907

35D’août à novembre, Kessler suit pratiquement jour après jour, dans l’atelier de l’artiste à Marly-le-Roi, la réalisation de deux œuvres commandées à Maillol : la statue du Cycliste et le relief Le Désir.

1908

36En mai, voyage en Grèce avec Aristide Maillol et Hugo von Hofmannsthal.

37Kessler publie, à titre d’introduction à un recueil de 60 photographies d’œuvres impressionnistes par Eugène Druet, un essai où il résume ses diverses études sur l’utilisation de la couleur chez les peintres modernes.

38À Paris, il rencontre à plusieurs reprises Rainer Maria Rilke et fréquente régulièrement Maillol, Rodin, Bonnard.

1909

39Kessler collabore avec Hugo von Hofmannsthal à l’écriture du livret du Chevalier à la rose.

40À Paris, Serge de Diaghilev présente sa première saison des Ballets russes au théâtre du Châtelet.

41Kessler fait la connaissance d’Henri Matisse.

1911

42Première du Chevalier à la rose à Leipzig.

43Dans le débat autour de la réception de l’art moderne français en Allemagne suscité par le pamphlet du peintre Carl Vinnen, « Ein Protest deutscher Künstler », Kessler prend résolument parti en faveur d’un art moderne cosmopolite.

44Projet d’un monument Nietzsche à Weimar, auquel Kessler tente d’associer Max Klinger et Henry Van de Velde.

1912

45À l’initiative de Serge de Diaghilev, Kessler compose avec Hofmannsthal le livret du ballet en un acte La Légende de Joseph.

46À Paris, la création de L’Après-midi d’un faune, chorégraphie de Vaslav Nijinski, déclenche un scandale et une violente polémique dans la presse. Kessler s’entremet pour défendre Rodin, qui a pris parti en faveur de Nijinski. Ses amis le dissuadent de provoquer Gaston Calmette, le directeur du Figaro, en duel.

1913

47Kessler fonde sa maison d’édition, la Cranach-Presse, à Weimar. Premières épreuves des Églogues de Virgile, avec les gravures sur bois d’Aristide Maillol.

1914

48Création en mai à Paris, en juin à Londres de La Légende de Joseph.

49Lorsque la Première Guerre mondiale éclate, Kessler rentre aussitôt en Allemagne. Il est mobilisé sur le front belge, puis sur le front russe.

1916

50En avril–mai, Kessler participe à l’offensive de Verdun, avant de rentrer à Berlin, profondément ébranlé.

51Il est envoyé en Suisse, auprès de l’ambassade d’Allemagne à Berne, pour diriger la propagande artistique allemande.

52Il entre en contact avec les cercles expressionnistes, les poètes Johannes R. Becher, Gottfried Benn, les frères Helmut et Wieland Herzfelde et l’écrivain pacifiste Annette Kolb.

1917

53Chargé de la propagande culturelle allemande en Suisse, Kessler organise des expositions d’art moderne et d’arts décoratifs allemands à Berne, Zurich et Bâle, avec l’appui de Paul Cassirer et d’Emil Waldmann, le directeur du musée de Brême. Il soutient Henry Van de Velde, réfugié en Suisse.

54Achat d’œuvres de George Grosz.

1918

55Kessler est témoin des émeutes de Berlin. Il protège Grosz et les frères Herzfelde (Heartfield) des exactions commises par les troupes contre-révolutionnaires. Il est nommé ambassadeur d’Allemagne en Pologne, en raison de la relation de confiance qu’il a su nouer avec le maréchal Pilsudski.

56Kessler est membre fondateur du Parti démocratique allemand (DDP), principal soutien de la jeune République de Weimar.

1919

57Mort de sa mère le 19 février. En vertu du traité de Versailles, ses biens en France et en Angleterre sont saisis.

58Kessler rédige des propositions pour une paix universelle fondée sur l’abolition des gouvernements nationaux et esquisse le projet d’une Société des nations.

1920

59Kessler participe au 9e Congrès des pacifistes allemands à Brunswick. Il publie une enquête sur la misère des enfants à Berlin et commente régulièrement dans la presse la politique allemande et internationale.

1921

60Le 11 décembre, Kessler revient pour la première fois à Paris, après plus de sept ans d’absence.

1922

61Kessler est membre du comité directeur de la Ligue pacifiste allemande.

62En avril–mai, il assiste avec la délégation allemande à la conférence économique internationale de Gênes. Il est témoin de la négociation des accords de Rapallo entre l’Allemagne et la Russie.

63Le 24 juin, Walther Rathenau, que les discours antisémites ont souvent pris pour cible, est assassiné à Berlin.

1923

64Kessler donne une série de conférences sur « l’Allemagne et l’Europe » aux États-Unis, notamment au Clark College de Williamstown, dans le Massachusetts.

65En novembre, il est candidat du Parti démocratique allemand et brigue sans succès un mandat parlementaire.

1925

66Hindenburg est élu président du Reich en avril.

67Kessler publie un essai sur Maillol dans l’Insel-Almanach.

1926

68Suicide de Paul Cassirer à Berlin. Kessler prononce un vibrant hommage lors de ses funérailles.

69Les Églogues de Virgile, avec 44 gravures sur bois d’Aristide Maillol, sont éditées par la Cranach-Presse.

70En juin, Kessler tombe malade. Des difficultés économiques l’obligent à se séparer progressivement des œuvres de sa collection.

1927

71À l’initiative de Kessler, Gerhart Hauptmann traduit Hamlet de Shakespeare. Kessler fait venir Craig à Weimar pour travailler aux gravures qui en illustreront l’édition qu’il projette à la Cranach-Presse. Il commence à rédiger sa biographie de Walther Rathenau.

1928

72Kessler organise deux importantes expositions Maillol, l’une à Londres, à la Goupil Gallery, la seconde à Berlin, chez Flechtheim. Il reprend à cette occasion son essai de 1925 et publie « Pourquoi Maillol a illustré Les Églogues de Virgile ».

1929

73Mort d’Hugo von Hofmannsthal le 15 juillet.

74La tragique histoire d’Hamlet, dans la traduction allemande de Gerhart Hauptmann et avec 74 gravures d’Edward Gordon Craig, paraît aux éditions Insel de Leipzig et S. Fischer de Berlin, imprimée par la Cranach-Presse.

1930

75En septembre, les nazis remportent leurs premiers succès lors des élections législatives allemandes.

1932

76Kessler commence à rédiger ses mémoires. La Cranach-Presse est forcée de suspendre ses activités, en raison de difficultés financières croissantes.

1933

77Le 30 janvier, Hitler est nommé chancelier et chargé par Hindenburg de former un nouveau gouvernement.

78En mars, averti que son nom figure sur la liste des personnes menacées d’arrestation, Kessler quitte l’Allemagne et se réfugie à Paris. En novembre, il part s’installer à Majorque.

79Les éditions S. Fischer signent un contrat pour la publication de ses mémoires.

1935

80Parution de Gesichter und Zeiten, le premier volume de ses mémoires, rapidement interdit. Les domiciles de Kessler à Berlin et à Weimar sont pillés, les œuvres de sa collection vendues aux enchères.

81Malade, Kessler revient en France et s’installe chez sa sœur Wilma, dans son château de Fournels, dans le Languedoc.

1936

82Les mémoires de Kessler paraissent en France aux éditions Plon, sous le titre Souvenirs d’un Européen. De Bismarck à Nietzsche.

1937

83En mai, il visite l’Exposition universelle de Paris.

84Harry Kessler meurt à Lyon le 20 novembre, à l’âge de 69 ans. Il est enterré à Paris, au cimetière du Père-Lachaise.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable