Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Journal

 | 
Comte Harry Kessler

Journal

1927–1937

Texte intégral

Leipzig, 26 mai 1927, jeudi

  • 1 [Leipzig, 26 mai 1927, jeudi] Internationale Buchkunst-Ausstellung, 28 mai – septembre 1927, Leipz (...)
  • 2 Max Goertz.

1[…] Ce matin à l’exposition des arts du livre en pleine préparation1. Tout le rez-de-chaussée du musée a été vidé et mis à disposition. Ils m’ont attribué la place centrale de la salle d’honneur, ce qui est très flatteur. Mais la vitrine avait encore méchante allure. En outre, je n’ai pas encore pu recevoir aujourd’hui les supports pour la présentation des livres. J’ai donc décidé de rester, plutôt que de partir pour Weimar. Le soir, dîné avec Max2 chez les Kippenberg.

Leipzig, 27 mai 1927, vendredi

2Travaillé toute la journée avec Max aux finitions de ma vitrine. Entre-temps, visité l’exposition. Ce sont sans conteste les Soviétiques qui présentent les choses les plus intéressantes, les plus neuves et les plus considérables sur le plan artistique. Une poignée d’artistes qui m’étaient parfaitement inconnus jusqu’ici ont fait là-bas des choses tout à fait excellentes, par exemple Alexander Tyshler, Ivan Efimov, Alexeï Kravtchenko. Les œuvres exposées ont été réunies et envoyées par le gouvernement soviétique. […] Les Kippenberg et Van de Velde, qui est arrivé ce soir de Bruxelles pour l’ouverture de l’exposition, ont dîné avec moi à l’hôtel.

Leipzig, 29 mai 1927, dimanche

  • 1 [Leipzig, 29 mai 1927, dimanche] Cette idée se transforma par la suite en projet d’édition des œuv (...)
  • 2 Titus Petronicus Arbiter Satyricon, traduit par Ludwig Gurlitt, avec 46 gravures sur bois de Marcu (...)
  • 3 Kessler avait été invité à faire partie du comité d’honneur de l’Exposition des arts du livre, où (...)

3[…] Ce matin, je me suis entretenu avec Kippenberg de l’impression des lettres de Rilke à Rodin sur les presses Cranach, ainsi que d’un volume de prose de jeunesse de Rilke1. J’ai proposé d’imprimer les lettres dans mes caractères Johnston et en format Aldus et d’en faire un petit ouvrage de luxe, ce que Kippenberg a accepté avec joie. Mais comme d’habitude, il s’est laissé une porte de sortie, disant qu’il lui fallait d’abord obtenir l’autorisation du musée Rodin. – Le soir, j’ai dîné chez les Kippenberg avec Van de Velde. Je leur ai parlé de mon projet d’une édition de Pétrone avec des gravures sur bois de Marcus Behmer2. Kippenberg a accueilli l’idée avec un franc enthousiasme et veut inviter Behmer à venir prochainement à Leipzig pour en discuter. […] Il répétait sans arrêt que ma vitrine était la meilleure. Van de Velde aussi m’a dit la même chose3.

Weimar, 31 mai 1927, mardi

4Travaillé toute la journée avec Van de Velde et Westberg sur les plans pour la suite de la transformation de ma maison, Cranachstrasse 15. Le soir après dîner, longue conversation générale avec Van de Velde. À propos des Russes, dont j’ai vanté l’exposition : « La Russie liquide une situation, elle ne construit pas une nouvelle situation. » La grande rénovation du monde qui s’annonce, ce sont probablement d’autres qui l’apporteront. Il a parlé de son cours d’histoire de l’architecture qu’il donne à Gand. Plus il s’absorbe dans l’histoire de l’architecture, plus il voit clairement qu’il n’y a jamais eu qu’une seule architecture, qui a toujours voulu la même chose sous le couvert des différents styles qui se sont succédé. Mais c’est surtout du gothique qu’il a parlé avec admiration.

Zurich, 5 juillet 1927, mardi

  • 1 [Zurich, 5 juillet 1927, mardi] Ausstellung Oskar Kokoschka, Zurich, Kunsthaus, 6 juin – 3 juillet (...)

5[…] Exposition Kokoschka1. Son talent tient à sa capacité de saisir ce qu’il y a de plus fin et de plus délicat dans l’expression humaine, en particulier dans les yeux, la bouche, les mains. Mais il l’habille et le masque sous un style noueux et brutal qui est absolument sans rapport. « Tu es une mignonne petite personne, je reconnais toute ta délicatesse et ta singularité. Alors tiens, prends donc ce coup de pied au cul ! » C’est à peu près le procédé Kokoschka. […]

Côme – Milan, 10 juillet 1927, dimanche

  • 1 [Côme – Milan, 10 juillet 1927, dimanche] Troisième Mostra internazionale di arte decorative. Il N (...)
  • 2 Confiée à l’architecte Bruno Paul.

6[…] L’Exposition internationale des arts décoratifs est épuisante et décevante1. Les Italiens ont présenté quelques belles pièces de verrerie et de belles étoffes de soie ; sinon, à ce qu’il m’a semblé, peu de choses qui méritaient d’être vues. Un fumoir fasciste, avec faisceaux de licteurs sur les boiseries et les tentures de soie et un des habituels bustes de Mussolini aux yeux exorbités en je ne sais quel métal argenté à deux sous, est un sommet du mauvais goût. La section allemande2 est celle qui se distingue à peu près le mieux, au moins est-elle amusante et pleine d’un esprit qui va de l’avant avec fraîcheur, elle présente en outre des pièces d’orfèvrerie et des céramiques de bonne qualité. De toute l’exposition, c’est encore une fois la section française qui tombe le plus bas, rien que d’horribles et sombres armoires en bois, lourdes, butées, des bureaux et des fauteuils sans aucune invention, une éclatante et pesante nullité. Max l’a très justement comparée à une exposition de gramophones. À six heures, nous repartons pour Milan. […]

Paris, 4 septembre 1927, dimanche

  • 1 [Paris, 4 septembre 1927, dimanche] Baigneuse se coiffant. Après cet agrandissement d’environ 80 c (...)
  • 2 Le bronze ayant appartenu à Kessler a disparu, mais une version est conservée à Winterthur, Sammlu (...)

7L’après-midi à Marly chez Maillol que je n’avais pas revu depuis un an et demi. Il avait l’air en meilleure forme et plus robuste qu’en 1926. Il nous a emmenés, Jacques et moi, dans son atelier pour nous montrer ses derniers travaux, en particulier l’agrandissement d’une statuette assez ancienne d’une femme aux deux bras levés, en train de se tresser les cheveux. Il a fait de cet agrandissement un de ses chefs-d’œuvre1. Il m’a donné le bronze de son projet d’un monument aux morts, le guerrier mourant2. Il semblait heureux et de bonne humeur.

Paris, 6 septembre 1927, mardi

  • 1 [Paris, 6 septembre 1927, mardi] Voir 28 août 1928.
  • 2 Voir 13 juillet 1924.
  • 3 Non repéré, identifié à tort comme L’Enfant couronné (1892, Paris, musée Maillol).
  • 4 Tête de jeune fille de profil (1893, Nashville, collection Hays).
  • 5 Petit théâtre installé dans la galerie Vivienne, où les marionnettes interprétaient des pièces écr (...)
  • 6 Hrotsvita de Gandersheim, poétesse et chanoinesse écrivant en latin (xe siècle), a composé plusieu (...)
  • 7 Ce monument, toujours en place, fut installé en 1908.

8Maillol est passé comme convenu ce matin à onze heures. Il m’avait demandé de l’accompagner aux Tuileries pour choisir un emplacement pour son monument à Cézanne1. On lui a proposé un endroit au coin de la terrasse du côté gauche, le long de la Seine et de la place de la Concorde, qu’il refuse avec raison, parce que son œuvre aurait alors la tour Eiffel en arrière-fond2. « Voyez-vous ma statue toute petite avec la tour Eiffel lui sortant du ventre ! » L’endroit qui a sa préférence se trouve sur la terrasse au-dessus de l’entrée de droite, parce qu’il est limité et encadré par des arbres. Nous avons déjeuné ensuite au Café de la Paix. Il m’a raconté avec fierté qu’il apprenait à conduire, qu’à soixante-cinq ans, ce n’était pas une mince affaire. « Mais vous verrez, l’année prochaine, si vous venez à Banyuls, je vous conduirai. » Il en est venu à parler de ses débuts à Paris. « J’étais tout seul, je ne connaissais personne. Sans cela, j’aurais peut-être continué à faire de la peinture. Mais je n’arrivais pas à faire ce que je voulais en peinture et je n’avais personne pour me donner des conseils. » Mais il pense tout de même avoir peint à cette époque-là quelques têtes de femme plutôt réussies. Seulement, la plupart de ces œuvres ont disparu, il ne sait pas où elles peuvent bien se trouver aujourd’hui. L’une d’elles en particulier était bonne, si tant est qu’il puisse exactement s’en souvenir, une jeune femme coiffée d’une couronne de fleurs3. Je lui ai dit que j’avais à Weimar une tête de femme de lui et qu’il me l’avait lui-même vendue il y a peut-être vingt ans4. Il ne savait plus et n’arrivait absolument pas à se rappeler de quoi il pouvait s’agir. Il m’a raconté qu’à cette époque-là, dans sa misère, il avait fait des décors pour le théâtre de marionnettes de Maurice Bouchor5, un bordel, pour une pièce de Hrotsvita6, et un bain turc, dont il avait peint les mosaïques à la manière de Van Gogh. Puvis de Chavannes avait tant admiré ce travail qu’il avait demandé qu’on lui présente Maillol pour le féliciter. Puvis de Chavannes et Renan aussi assistaient régulièrement aux spectacles de marionnettes de Bouchor. Seulement, Bouchor offrait gratuitement toutes les places et pour finir, il avait fait faillite. Maillol dit n’avoir fait la connaissance de Gauguin que plus tard. Il avait aussi exécuté sur commande, à cette même époque, une tapisserie pour 300 francs, alors qu’il devait payer lui-même la laine et une ouvrière, mais qu’il avait réussi malgré tout à vivre six mois avec ces 300 francs : « Ça c’est du génie, vivre six mois de 300 francs ! » Au jardin des Tuileries, Maillol a regardé le très vilain monument à Perrault, exécuté par un certain Pech7, un ouvrage dans le style de notre Eberlein, avec un Chat botté sur son socle. Il a réfléchi un moment : « Mais je connais cet homme ! Ah mais, oui, c’est l’ami de… qui, quand celui-ci lui montra un Gauguin, le trouva affreux, disant : “Ces bougres-là ne savent rien, ils mettent une tache de couleur parce que ça fait bien.” C’est donc que d’après eux, il faut mettre de la couleur de façon à ce qu’elle ne fasse pas bien. » […]

Paris, 13 septembre 1927, mardi

  • 1 [Paris, 13 septembre 1927, mardi] William Shakespeare, Hamlet, illustré par Edward Gordon Craig (W (...)

9Gaspard Maillol est venu me voir. Je lui ai commandé du papier pour le Hamlet1. Il a retrouvé la vieille recette de notre papier « de soie ». Le papier de « soie » gris était composé de 50% de pure soie et de 50% de pur chanvre, le papier de soie « blanc » contenait 1/3 de soie et 2/3 de chanvre.

Paris, 15 septembre 1927, jeudi

  • 1 [Paris, 15 septembre 1927, jeudi] Les deux enfants d’Isadora Duncan étaient morts en 1913 : Deirdr (...)
  • 2 Qui était, en 1920, son compagnon.
  • 3 Olga Metchnikov.
  • 4 Élie Metchnikov (Kharkov, 1845 – Paris, 1916), zoologiste et bactériologiste.
  • 5 Voir 1er novembre 1894.
  • 6 L’impératrice Augusta-Victoria, épouse de Guillaume II.
  • 7 Hans Holbein le Jeune, La Danse macabre, 1526, série de 33 gravures sur bois.

10La malheureuse Isadora Duncan a été étranglée hier soir par sa propre écharpe, qui s’est enroulée dans une roue arrière de sa voiture. Une mort tragique et fatidique : l’écharpe, qui était un élément si important de son art, lui a donné la mort. Son accessoire et son esclave s’est vengé d’elle. Rarement, une artiste aura vu se déchaîner autour d’elle tant de drames et aura trouvé dans son propre destin une fin aussi tragique : ses deux petits enfants morts dans un accident de voiture1, son mari, Essénine, qui s’est suicidé, et elle-même à présent, tuée de cette façon par son écharpe, comme par vengeance. La veille de la mort de ses enfants, j’étais allé la voir dans sa loge aux Ballets russes, elle m’avait invité à venir déjeuner le lendemain à Neuilly et j’avais été obligé de refuser, parce que je venais de prendre rendez-vous avec Hermann Keyserling, que j’avais rencontré dans la salle. Les enfants devaient danser pour moi après le déjeuner. J’ai toujours eu le sentiment que cette fois-là aussi, la fatalité s’était mêlée au jeu, que les enfants ne seraient pas morts si j’avais accepté le déjeuner. Pauvre Isadora. À ses débuts, c’était une danseuse que je n’appréciais pas, je la trouvais maladroite, dilettante et d’une culture petite-bourgeoise. Elle l’a su par Craig2. Plus tard, elle m’invita un jour à venir à Neuilly, elle a dansé devant moi et quand je lui exprimai mon admiration sincère, elle me répondit dans son français américain (qui avait une certaine ressemblance formelle avec sa conception californienne de l’art grec) : « Oui, quand vous m’avez vue (à prononcer : vou), j’étais vertueuse (vörtouöse), je ne savais pas danser, mais maintenant… » À Paris, elle était allée une fois au « jour » de Mme Metchnikov3, la femme de l’illustre savant4. La vieille Metchnikov était entourée d’autres dames du même âge. Elle ne connaissait pas Isadora et quand celle-ci s’était fait annoncer, elle était allée au-devant d’elle dans son salon pour lui demander : « Que puis-je faire pour vous, mademoiselle ? » À quoi Isadora avait répondu, du tac au tac : « Je voulais vous demander, madame, si vous permettriez que monsieur Metchnikov me fasse un enfant. » Tableau : Mme Metchnikov s’évanouit, les vieilles dames s’empressent autour d’elle, pour finir la vieille Mme Metchnikov reprend ses esprits et demande, encore à demi inconsciente : « Mais pourquoi, mademoiselle, connaissez-vous le professeur Metchnikov ? – Oh non, madame ! Mais je pensais que si le professeur Metchnikov me faisait un enfant, celui-ci aurait la tête du professeur et les jambes de moi et que ce serait très bien. » Un jour, à ses tout débuts, je l’avais rencontrée chez Luise Begas5 à Berlin, par un temps de neige et de dégel. Nous nous étions croisés dans le vestibule, au moment où elle arrivait et que je m’en allais. Elle portait un ample manteau lilas, qui tombait de ses épaules jusqu’à terre, une sorte de froc, et en dessous, elle était pieds nus, dans des galoches en caoutchouc. Elle avait retiré ses galoches dans l’antichambre et, à ma grande surprise (c’était tout à fait nouveau à l’époque), elle était entrée pieds nus dans le salon. – Par la suite, elle devint la protégée de la comtesse Harrach, alors la plus belle femme de la cour de Berlin et l’amie de l’impératrice6, qui était extrêmement prude. Celle-ci avait fait venir la vieille Spitzemberg pour lui demander s’il n’était pas immoral que la Duncan marche ainsi pieds nus. Spitzemberg, qui m’avait raconté le lendemain toute l’histoire, l’avait rassurée et c’est ainsi que fut fondée une sorte d’association de femmes chrétiennes pour soutenir Isadora. Le club prospéra jusqu’au jour où il devint impossible d’ignorer que la vestale attendait la naissance toute proche d’un enfant, sur quoi l’association se dispersa avec fracas et Isadora dut quitter Berlin. Pauvre Isadora ! Elle ne s’est jamais libérée de quelque chose de petit-bourgeois et de pédant, si fort qu’elle ait tenté, par l’amour libre et le libre choix du père, de triompher dans son art de l’étroitesse de son puritanisme américain. Et pourtant, c’était une artiste, et l’art et le tragique étaient aussi inextricablement mêlés à son destin bourgeois que le philistinisme californien. Sans elle, on ne saurait imaginer la danse telle que nous la connaissons et l’apprécions aujourd’hui comme du grand art, ni les Ballets russes. Elle a semé et les semailles ont levé. Sa mort aurait pu être le sujet d’une des gravures de la Danse macabre d’Holbein7. […]

Londres, 21 septembre 1927, mercredi

  • 1 [Londres, 21 septembre 1927, mercredi] François de Belleforest a publié entre 1566 et 1583 les sep (...)
  • 2 Hauptmann s’intéressa à plusieurs reprises au texte de Shakespeare, ce qui l’amènera à publier en (...)
  • 3 Le premier des trois volumes des Commentaires de la guerre gallique a été transmis, avec toute sa (...)
  • 4 Ouvrage d’Angelo Ambrogini (en français Ange Politien), qui pose les bases de la philologie.

11Matinée au British Museum, lu l’histoire d’Hamlet, telle que Belleforest1 la rapporte dans le cinquième tome de ses Histoires, 1582 (dans les Sources du Hamlet de Shakespeare de Max Moltke). Sa conclusion (Hamlet assassine le roi et devient roi à sa place) correspond bien davantage à la version de Gerhart Hauptmann2 qu’au texte habituel de Shakespeare. Douglas Cockerell a déjeuné avec moi chez Cecil. Gill, qui avait décliné ce matin mon invitation, est arrivé après le repas. Je suis retourné ensuite avec eux deux au British Museum. Avec Gill, nous avons examiné le beau manuscrit d’un dialogue entre César et le roi de France François Ier, qui fut composé pour celui-ci par Albert Pigghe et orné de miniatures3. Je lui ai également montré la police grecque de Miscomini dans les Miscellanea de Politien4, Florence, 1489. Pour finir, je l’ai sondé sur les illustrations de Boccace. Il m’a aussitôt répondu oui sur cette proposition. – Avant l’arrivée de Gill, Cockerell, qui ne l’avait pas vu depuis plusieurs années, m’a demandé s’il était toujours aussi catholique. Avant la guerre, il le connaissait comme socialiste radical, puis la religion s’est déclarée en lui comme une maladie. Il dit que c’est peut-être une prédisposition héréditaire : son père pasteur, son frère anglican du courant High Church. Mais ce qui compte, c’est sans doute que pour Gill, la religion est devenue expérience vécue, à travers laquelle il est passé du statut de simple artisan à celui d’artiste (à l’inverse de Maurice Denis, son catholicisme de salon a fait de l’artiste qu’il était un académicien creux). De plus, une atmosphère particulière entoure Gill en tant qu’individu, une sorte d’aura qui le met à part. On sent en elle l’émanation de ce qu’il est : modeste, obstiné jusqu’au fanatisme, obnubilé par un but, empli de rêves, de visions formelles artistiques et d’idéaux érotiques, et même dominé par un érotisme incandescent qui ne fait que s’enflammer de plus en plus au contact de sa religion, moyenâgeux dans la façon naïve dont un solide humour contrebalance en lui la religion et l’érotisme, et aussi dans la joie et la fraîcheur inépuisables de son travail. Tout cela fait de lui un homme rare et, peut-être, un grand artiste.

Paris, 26 septembre 1927, lundi

  • 1 [Paris, 26 septembre 1927, lundi] Geoffrey Chaucer, Troilus and Criseyde, avec des gravures sur bo (...)
  • 2 Dans l’édition allemande, il est mentionné un vide d’une demi-ligne.
  • 3 Le Livret de folastries, qui ne sera publié par Vollard qu’en 1939.

12[…] Je suis parti seul à Marly pour voir Maillol. Je l’ai trouvé gardant la chambre à cause d’une légère grippe, mais plein d’entrain et de gaieté. Je lui ai montré le livre de Gill1. [_______________2] Il a regardé les eaux-fortes, les a trouvées « pas mal, mais trop faciles ». Il m’a dit qu’il était lui-même en train de dessiner des choses tout à fait semblables pour Ronsard3, des scènes d’amour, etc., mais qu’il ne se contente pas de compositions aussi bon marché, des contours, rien d’autre, il peut en faire des milliers comme ça sans se donner le moindre mal. Mais lui n’entend pas se rendre la vie aussi facile, il s’applique à ombrer ses dessins, à leur donner corps. Il m’a montré ensuite une quantité d’esquisses pour ses illustrations du Ronsard. De fait, les sujets et les scènes ressemblent forcément beaucoup à ceux de Gill, pour la bonne raison que les positions amoureuses ne sont pas en nombre illimité. Mais les siens sont d’une intimité bien plus grande et d’une atmosphère bien plus sensuelle que l’érotisme un peu froid de Gill. […]

Weimar, 6 octobre 1927, jeudi

13Rendu visite aux Craig, qui se sont installés aujourd’hui à la pension Bieler, et réglé avec lui les questions d’argent. Je lui ai offert : 100 livres pour la composition et l’ajustement des composite blocks, 150 livres pour huit autres grands bois gravés, et 50 livres pour Teddy, afin qu’il me tire pour chaque exemplaire sur parchemin une série complète de gravures. Il s’est déclaré satisfait de ma proposition et, après que je lui eus tendu un premier chèque de 100 livres, il était comme transfiguré.

Weimar, 5 novembre 1927, samedi

14Nous avançons bien sur le Hamlet. Aujourd’hui, Craig et moi avons mis en page, avec l’aide de Teddy, le texte et les illustrations du troisième acte. Craig était de la meilleure humeur, juvénile et plein d’idées. Au cours du travail, il a ébauché deux ou trois nouvelles images, qu’il a jetées en bouillonnant et à grands traits rapides sur le papier.

Weimar, 7 novembre 1927, lundi

15Terminé avec les Craig l’insertion des planches dans le Hamlet. Après ça, nous avons déjeuné chez moi. Craig était aujourd’hui mal disposé et nerveux. Il s’est plaint de solitude et de soucis d’argent. À Gênes, maintenant que Teddy s’est marié, il n’a plus personne avec qui parler. Il se lève, prend son petit déjeuner, son déjeuner, son dîner et entre-temps, il s’entretient avec les murs. Il souhaiterait avoir des élèves, deux ou trois, pour avoir quelqu’un avec qui causer. Ils lui verseraient 100 livres par an, mais il craint que ce ne soient bientôt eux qui en viendraient alors à lui dicter quoi faire ou pas. De façon assez contournée et nerveuse, il a amené petit à petit la conversation sur l’aspect commercial de l’affaire. Il dit avoir réalisé maintenant plus de gravures pour le Hamlet qu’il n’en avait été prévu au départ, en me faisant comprendre que la facture n’était donc plus ajustée. Teddy était assis à ses côtés, mal à l’aise. Il y a à présent dix nouvelles planches au lieu des six prévues, disait Gordon Craig. Je lui ai répondu sans autre forme de procès que je lui donnerai pour cela 250 livres. […]

Berlin, 13 novembre 1927, dimanche

  • 1 [Berlin, 13 novembre 1927, dimanche] Ces projets ne semblent pas avoir abouti (aucune trace dans l (...)

16George Grosz avant midi chez moi. Discuté de l’illustration de Till, éventuellement de l’Asinaire1. Arrivé hier soir. Cet après-midi, musique chez Helene.

Weimar, 17 février 1928

17Van de Velde est ici, pour donner une conférence à l’École des beaux-arts. « Pourquoi toujours du nouveau ». La chose était plus ou moins organisée façon grand spectacle, les ministres, Leutheusser, Paulssen, au premier rang. Après, il est venu chez moi avec Mme von Guaita, la comtesse Dohna et les Schoder et il a logé ici.

Düsseldorf – Cologne, 12 mai 1928, samedi

  • 1 [Düsseldorf – Cologne, 12 mai 1928, samedi] Cologne, Section d’information de la Société des Natio (...)

18Avant midi, inauguration de l’Exposition internationale de la presse à Cologne1 sous une pluie battante. Le corps diplomatique venu au grand complet de Berlin pour la cérémonie d’ouverture sous le gigantesque hall, il y avait en outre Braun et consorts. Discours, ouverture Léonore, chœur final de la Neuvième Symphonie. – Hier, installé avec Max ma vitrine dans la section des arts du livre.

Paris, 4 juin 1928, lundi

  • 1 [Paris, 4 juin 1928, lundi] Londres, Goupil Gallery, octobre 1928.

19L’après-midi avec Wilma chez Maillol à Paris. Discuté avec lui de son exposition à Londres1.

Paris, 27 août 1928, lundi

  • 1 [Paris, 27 août 1928, lundi] Voir 5 juillet 1924. Le modèle en plâtre de cette statue a été exposé (...)

20Avec Yockney, le représentant de la galerie Goupil de Londres, et Max chez Maillol à Marly. Discuté de l’exposition londonienne. Vu la Vénus à présent terminée de Maillol, à laquelle, nous a-t-il dit, il a travaillé pendant quinze ans1.

Paris, 28 août 1928, mardi

  • 1 [Paris, 28 août 1928, mardi] Voir 6 septembre 1927.
  • 2 Camille Lefèvre.
  • 3 Voir 16 mai 1907.

21Avec Max, nous sommes allés chercher Maillol à Marly pour déjeuner à Paris. D’abord pour la énième fois au jardin des Tuileries, afin de choisir un emplacement pour son monument à Cézanne. Trouvé un excellent endroit sur la terrasse du Jeu-de-Paume (à gauche de l’entrée principale du jardin)1. L’architecte des Tuileries2, qui passait par hasard juste à ce moment-là, s’est dit d’accord avec ce choix. Maillol était tout heureux. Ensuite, déjeuner chez Ledoyen3 aux Champs-Élysées. Discuté du voyage de Maillol à Londres pour son exposition. Il pose comme condition d’être accompagné par Lucien ou par moi, car il n’aime pas voyager seul et sa femme étant « toujours de mauvaise humeur », il est donc hors de question qu’elle vienne avec lui.

Londres, 4 octobre 1928, jeudi

22Inauguration de l’exposition Maillol à la Goupil Gallery (Regent Street). Fleuriau, l’ambassadeur de France, a tenu un petit discours d’ouverture. Je me suis fait présenter à lui et nous avons parlé quelques minutes. C’est sans doute la première fois aujourd’hui qu’il entend parler de Maillol, mais il s’est montré aimable et m’a prié, si Maillol devait tout de même venir, de le lui faire savoir, pour qu’il puisse donner un déjeuner en son honneur. Lord Howard de Walden, dont j’ai fait la connaissance, avait déjà fait imprimer un carton d’invitation pour un déjeuner ce jour même « to meet Mr Aristide Maillol ». L’exposition est installée avec goût et fait magistrale impression. […]

Ételan1, 11 octobre 1928, jeudi

  • 1 [Ételan, 11 octobre 1928, jeudi] Saint-Maurice-d’Ételan, commune de Seine-Maritime, célèbre pour s (...)
  • 2 « Warum Maillol Vergils Eklogen illustriert hat », Der Querschnitt, VIII, no 11, novembre 1928, p. (...)

23Commencé ce matin mon article sur Maillol pour la revue Querschnitt2. […]

Paris, 14 octobre 1928, dimanche

  • 1 [Paris, 14 octobre 1928, dimanche] Eugène Rudier, fonderie Alexis Rudier.

24Je suis allé ce matin chez Maillol à Marly. Je l’ai trouvé de nouveau sur pied, mais il semble avoir été vraiment malade. Je lui ai relaté son exposition londonienne et la déception que son absence avait causée. Je lui ai esquissé ensuite mon nouvel article, en expliquant que j’y avais mis en particulier l’accent sur l’« attachement au monde » de son art. Il m’a approuvé avec ferveur et énergie. Il dit que les œuvres de Rodin ne s’intègrent nulle part. Son Penseur n’a l’air de rien à côté des bronzes du jardin de Versailles, qui sont en ce moment en réparation chez son fondeur1 : rien que de petits détails, un beau muscle ici ou là, mais l’ensemble disparaît à côté de ces vieilles œuvres d’art. Il m’a d’ailleurs donné raison quand j’ai dit que, contrairement à Rodin, lui-même s’était détaché du xixe siècle pour renouer avec le xviiie. « Nous sommes revenus au xviiie siècle. » Plus tard, il m’a encore dit : « C’est plus difficile à placer une statue qu’à la faire. »

Paris, 15 octobre 1928, lundi

  • 1 [Paris, 15 octobre 1928, lundi] Voir 5 juillet 1924 et 27 août 1928. Maillol avait réalisé la figu (...)
  • 2 En dépit des difficultés que lui causait la réalisation des bras, Maillol était d’avis qu’une stat (...)
  • 3 Son projet de musée d’art occidental au Japon ne sera jamais réalisé, mais une partie de sa collec (...)

25[…] Après, je suis allé voir Maillol, comme nous en étions convenus, chez son fondeur Rudier, rue Olivier-de-Serres à Vaugirard. Il travaillait au moulage en plâtre de sa Vénus1, « bouchait les trous » pour le coulage du bronze. Dans la cour, il y avait, à côté du Penseur de Rodin, des statues des fontaines de Versailles qui doivent être réparées. À côté de ces formes claires, solides, faites pour être vues de loin, le Penseur semble vraiment étriqué et confus. Maillol a fait avec Rudier et moi le tour des statues et nous a dit que l’autre jour, quand le Penseur était couché par terre, on pouvait voir « des morceaux superbes », notamment le torse et le dos, mais que maintenant qu’il est debout « on ne voit plus ces morceaux », que les bras les cachent. Il dit que Rodin s’entendait magistralement à faire les détails, mais qu’il ne savait pas les mettre en valeur. On devrait, a-t-il ajouté à moitié pour plaisanter, lui couper un jour les bras pour faire apparaître les splendeurs du torse. (En général, Maillol hait les bras, même sur ses propres statues : il ne sait pas bien qu’en faire. Il trouve sa Vénus plus belle sans bras2.) Dans la cour, il y avait aussi tout le groupe des Bourgeois de Calais. Comme le Penseur, ils ont été commandés par le milliardaire japonais Matsukata, qui voulait en faire don à un musée japonais3. Mais entre-temps, Matsukata a fait faillite, de sorte que les statues ont provisoirement échoué ici. J’ai demandé à Rudier s’il était donc possible à n’importe qui de se faire couler des œuvres de Rodin. Rudier m’a répondu que c’est le musée Rodin qui en possède les droits et qu’il vit grâce au produit de ces ventes : on peut obtenir n’importe quelle œuvre de Rodin en passant par le musée. […]

Londres, 22 octobre 1928, lundi

  • 1 [Londres, 22 octobre 1928, lundi] Dans le Buckinghamshire, à 50 km de Londres.
  • 2 Sous le titre Canticum canticorum Salomonis quod Hebraice dicitur Sir hasirim, le livre sera publi (...)

26Cet après-midi, j’ai enfin réussi à joindre Craig (d’abord par téléphone). […] Plus tard est arrivé Eric Gill, qui est en train de déménager à High Wycombe1 et avait l’air épuisé. J’ai présenté Gill et Craig l’un à l’autre et ils ont pris tous les deux le thé avec moi. Après coup, Gill m’a dit à propos de Craig : « I had expected to find him quite different. Why, he is a charming old boy ! » Or, quand on voyait ces deux têtes côte à côte, c’est plutôt Gill qui avait l’air d’un old boy, avec ses cheveux déjà bien grisonnants et ses traits aujourd’hui épouvantablement tirés, alors que Craig, en dépit de ses cheveux gris, conserve toujours quelque chose de juvénile et d’enfantin. À nouveau discuté du Cantique des cantiques avec Gill2. […] – Ce matin, à l’exposition Maillol chez Goupil. Si j’en juge par les coupures de presse, c’est un vrai triomphe pour Maillol. […]

Berlin, 30 octobre 1928, mardi

  • 1 [Berlin, 30 octobre 1928, mardi] Kessler se trompe, c’est Marcel Breuer que Piscator a chargé d’am (...)
  • 2 Projet non réalisé.

27[…] Le soir chez Piscator. Bel appartement clair aménagé par Gropius1, rationnel mais plaisant, et les gens y paraissent à leur avantage. […] Herzfelde est arrivé ensuite avec George Grosz et m’a de nouveau exposé son idée d’un film uniquement composé de fragments de la réalité2. Grosz s’est montré négatif ou du moins très critique : « Ça peut être tout à fait intéressant en tant que document, mais le réel ne me suffit pas. Voyez-vous, je suis pour ainsi dire un être artistique, j’aspire au conte de fées. La caméra peut bien vous donner toutes sortes d’éléments intéressants, mais elle ne peut jamais atteindre l’effet magique du dessin. » Grosz paraît d’ailleurs se détourner fortement de la réalité. Il déplore que notre époque rationalise tout et n’a donc aucune compréhension pour les besoins irrationnels de l’être humain. Les objectifs visés par les cercles de gauche, les sociaux-démocrates, etc., l’amélioration des conditions de vie des masses, l’hygiène, etc., sont simplement des choses qui vont de soi pour toute personne qui a un cœur, mais ce n’est là qu’un début, pas une fin en soi. Et c’est ce que les gens ne comprennent pas. […]

Berlin, 23 novembre 1928, vendredi

  • 1 [Berlin, 23 novembre 1928, vendredi] Restaurant et hôtel à Berlin, Kantstrasse.
  • 2 Voir 13 juin 1918.

28Cet après-midi, séance du conseil d’administration du Deutscher Künstlerbund chez Hessler1. Scharff, Hofer2, Schmidt-Rotluff, Albiker, Heckel et Brodersen.

Berlin, 26 novembre 1928, lundi

  • 1 [Berlin, 26 novembre 1928, lundi] 29 novembre – 25 décembre 1928, prolongée jusqu’au 8 janvier 192 (...)

29L’après-midi avec Goertz, à installer l’exposition Maillol chez Flechtheim1. […]

Berlin, 27 novembre 1928, mardi

30[…] Passé encore toute la journée avec Goertz, à accrocher et à installer l’exposition Maillol.

Berlin, 28 novembre 1928, mercredi

31Ouverture de l’exposition Maillol. Je l’ai visitée ce matin avec Helene Nostitz, la petite Mme de Margerie, Viénot. L’après-midi, cérémonie officielle d’ouverture. Grande affluence. L’ambassadeur Margerie, beaucoup d’artistes, la société berlinoise, etc. L’impression est superbe : présenté en masse, l’art de Maillol fait un effet encore bien plus fort que lorsqu’on en voit seulement des œuvres isolées. Tout le contraire de l’impression que produisent habituellement la plupart des expositions rétrospectives. […]

Paris, 27 décembre 1928, jeudi

  • 1 [Paris, 27 décembre 1928, jeudi] Opéra Garnier.
  • 2 De décembre 1928 à janvier 1929, les Ballets russes se sont produits à l’Opéra de Paris, où furent (...)
  • 3 Voir 17 juin 1911.
  • 4 Voir 4 juin 1909.

32[…] Le soir, représentation du ballet de Diaghilev à l’Opéra1, Rossignol et Petrouchka de Stravinsky2. Après le spectacle, dans les couloirs derrière la scène où je l’attendais, Diaghilev est arrivé en compagnie d’un petit garçon maigre dans un manteau usé et m’a dit : « Vous ne le reconnaissez pas ? » Moi : « Non, vraiment, je ne me souviens pas. » Diaghilev : « Mais c’est Nijinski ! » – Nijinski ! Je fus comme frappé par la foudre. Le visage qui avait si souvent rayonné comme celui d’un dieu, qui représente pour des milliers de gens une expérience inoubliable, est gris, flasque et vide, il ne s’éclaire plus que fugitivement d’un souvenir qui ne comprend pas, d’une brève lueur comme celle d’une flamme vacillante. Aucun mot n’est sorti de ses lèvres. Diaghilev l’avait pris par le bras, il m’a demandé de le prendre sous l’autre pour descendre l’escalier, trois étages, parce que cet être qui donnait autrefois l’impression de pouvoir sauter par-dessus les immeubles, descend maintenant à tâtons et craintivement, marche après marche. Je l’ai pris par le bras, j’ai pressé ses doigts maigres et j’ai tâché de l’encourager par des paroles aimables. Il m’a regardé sans comprendre, mais de façon infiniment émouvante, avec de grands yeux, comme une bête malade. Avec difficulté et lentement, nous avons descendu les trois étages qui paraissaient sans fin, lui s’appuyant lourdement sur nous deux, jusqu’à sa voiture, où nous l’avons installé sans qu’il ait prononcé un seul mot. Tout silencieux, il s’est assis entre deux femmes qui semblaient s’occuper de lui, et il est parti. On ne savait pas s’il avait reconnu Petrouchka3, le rôle où il avait tant brillé. Mais Diaghilev m’a dit qu’il ne voulait plus quitter le théâtre, comme un enfant. Pour prendre congé de lui, Diaghilev l’a embrassé sur le front. Ensuite j’ai accompagné Diaghilev au Café de la Paix, où nous sommes restés jusque tard dans la nuit avec Karsavina4, Misia Sert, Craig, Alfred Savoir. Mais j’étais distrait, je n’arrivais pas à me défaire de ces retrouvailles avec Nijinski. – Un homme qui s’éteint… c’est inconcevable ! C’est peut-être encore plus incompréhensible, plus tragique que lorsqu’une relation, une passion entre deux êtres, s’éteint. Il n’y a plus là qu’une faible étincelle fugitive illuminant un cadavre sans espoir.

Paris, 18 mai 1929, samedi

  • 1 [Paris, 18 mai 1929, samedi] Voir 19–20 mai 1929.
  • 2 La Célestine ou Tragi-comédie de Calixte et Mélibée (1499), œuvre en prose et en seize actes de Fe (...)
  • 3 Théâtre de l’Atelier, où Volpone se donnait depuis décembre 1928, interprété par Charles Dullin.

33Ce matin avec Wilma dans son nouvel appartement avenue Kléber. Architecture intérieure de Van de Velde, simple et forte. Chez Druet, l’exposition du peintre espagnol Mariano Andreú1, où j’ai fait sa connaissance. Discuté avec lui de l’illustration de La Celestina2. Wilma, Jacques et son ami Hazan ont déjeuné à ma table au Grand Hôtel. Après le déjeuner, Wilma est partie en automobile pour Ételan. Le soir, à l’« Atelier3 », le Volpone de Ben Jonson, dans l’adaptation de Zweig et Romains. Dans le style Commedia dell’arte. Un spectacle très amusant et joliment mis en scène.

Paris, 19 mai 1929, dimanche de Pentecôte

  • 1 [Paris, 19 mai 1929, dimanche de Pentecôte] Conte philosophique publié à Genève en 1759.
  • 2 Conte philosophique de 1768. Les illustrations ne seront publiées qu’en 1945, à Paris, chez Henri (...)

34Rendu ce matin visite à Mariano Andreú dans sa maison, au 6 de la rue Marbeau. Maison de style catalan, dans une rue latérale tranquille près du Bois, pleine de toute sorte de bazar, meubles vénitiens, marionnettes, velours, etc., d’un goût excessivement sophistiqué, un peu à la Lenbach. Ce goût excessif déteint légèrement aussi sur son art, qui est cependant purifié par un sentiment très strict, presque dur, pour la forme. Ça donne un mélange original, séduisant, un peu pervers. Il a visiblement beaucoup appris de Picasso et a d’énormes capacités. À l’évidence, il est riche et indépendant, ce qui entraîne des avantages et des inconvénients pour son art. Seule la mince mais solide barrière en acier de son savoir-faire le sépare du kitsch, vers lequel son goût le fait pencher. Heureusement, cette cloison, si mince qu’elle soit, est apparemment inébranlable. J’ai discuté avec lui de l’illustration d’un roman de Voltaire : Candide1 ou La Princesse de Babylone2. Quoique catalan, il ne connaît pas Maillol, qu’il a proclamé « le plus grand sculpteur vivant », alors qu’il a horreur de Bourdelle. Je l’ai invité à m’accompagner demain à Marly, où il pourra faire la connaissance de Maillol. […]

Paris, 20 mai 1929, lundi de Pentecôte

35Avec Andreú jusqu’à Marly, pour rendre visite à Maillol, qui n’était cependant pas encore rentré de Banyuls. Andreú a proposé La Princesse de Babylone plutôt que Candide, où il y a tant de guerres et de batailles qui ne lui conviendraient pas, tandis que La Princesse de Babylone n’est faite que de voyages, de parades, etc., qu’il peut illustrer.

Berlin, 15 juillet 1929, lundi

  • 1 [Berlin, 15 juillet 1929, lundi] Franz, l’aîné des deux fils de Hofmannsthal, s’est suicidé le 13 (...)

36Dans la Berliner Zeitung de ce midi, annonce que le fils aîné de Hofmannsthal s’est tué1. Télégraphié à Hugo à deux heures et demie. Le soir, vu La Marche nuptiale, le film de Stroheim, qui évoque la Vienne d’avant-guerre. Une création géniale, la vacuité de la splendeur de l’ancienne Vienne et de son kitsch douceâtre (et de celui de Hollywood aussi, incidemment) exposée avec la méchanceté d’un George Grosz : tout ce que Hofmannsthal a toujours maintenu de façon aveugle et compassée. Le contraire exact de Hofmannsthal.

Berlin, 16 juillet 1929, mardi

  • 1 [Berlin, 16 juillet 1929, mardi] Hugo von Hofmannsthal fut victime d’un arrêt cardiaque dans sa ma (...)

37Hofmannsthal est mort, lors des funérailles de son fils, sous le coup de l’émotion causée par son suicide1. C’est comme si on me frappait la tête à coups de marteau. Tragique génération, tragique cercle d’amis ! Rathenau, Paul Cassirer, Hofmannsthal. La mort de Bodenhausen aussi fut tragique dans ses causes ultimes. Tout homme a peut-être une certaine somme de souffrances à acquitter. S’il s’en tartine jour après jour de petites portions en traversant toutes sortes d’embarras, de renoncements, de sacrifices, il vit alors une vie bourgeoise. Mais s’il ne veut pas d’une telle vie, ça lui tombe alors dessus d’un seul coup et il mène une vie non bourgeoise, « romantique », « dangereuse », tragique. Toute éthique et tout ordre social seraient un système de répartition de la souffrance, de répartition sociale et individuelle d’une somme de sacrifices et de douleurs fixée une fois pour toutes. On peut faire varier cette répartition de mille façons, mais peut-être n’y a-t-il aucune éthique, aucun ordre social qui puisse diminuer sensiblement cette charge totale. Ici aussi s’applique peut-être « la loi de la conservation de l’énergie » (la loi de la conservation de la souffrance). Et pour finir, ce n’est qu’une affaire de goût personnel de savoir si l’on préfère les embêtements bourgeois ou les catastrophes tragiques.

Vienne, 18 juillet 1929, jeudi

  • 1 [Vienne, 18 juillet 1929, jeudi] La comédienne Johanna Terwin (1864–1962) fut l’épouse de l’acteur (...)

38Arrivé tôt ce matin. Funérailles du pauvre Hugo. Célébration à trois heures dans l’église paroissiale de Rodaun. Le cercueil, l’autel et le devant d’autel disparaissaient sous un océan de roses. On a dû piller toutes les roseraies de Vienne pour obtenir une telle splendeur. La petite église était pleine à craquer. J’étais assis à côté de la Terwin1 et derrière le fils de Richard Strauss. Strauss lui-même et Max Reinhardt brillaient par leur absence. La cérémonie ne fut pas très sentie, malgré un beau solo de violon. Une grande foule s’était rassemblée autour de l’église, des curieux venus de Vienne, les femmes en robes d’été, des Américaines également, et beaucoup de paysans et de petits bourgeois des environs. Il devait y avoir plusieurs milliers de personnes qui se sont joints au cortège funèbre pour accompagner le cercueil jusqu’au cimetière, ce qui peu à peu, avec la cohue et l’atroce chaleur, a totalement dissipé l’atmosphère de deuil. J’étais avec Rudi Schröder qui, malgré son émotion, souffrait lui aussi de cette situation. Une scène véritablement scandaleuse s’est produite ensuite à l’entrée du cimetière. Dans une féroce bousculade, des gens invités et des curieux ont tenté de renverser les forces de police et de pénétrer dans le cimetière, ce qui a donné lieu à une vraie bagarre. On nous laissa finalement passer, Schröder et moi. Mais il n’était plus question de recueillement, c’était une sorte de kermesse par une chaleur écrasante. Je pus jeter un bref coup d’œil dans la fosse, au moment de répandre une poignée de terre sur le cercueil. Je remarquai combien il était étroit et mince, on apercevait le cercueil de son fils suicidé qui dépassait en dessous. Et puis ce fut tout. Un bout de ma vie s’en est allé avec Hugo von Hofmannsthal. Il y a encore une semaine, il avait esquissé en quelques mots dans une lettre à Goertz la relation qui continuait de nous lier. La dernière fois que j’ai vu Hugo, c’était en juin de l’an dernier, lors de ce fâcheux et déplaisant déjeuner où Richard Strauss avait débité tant d’inepties que Hofmannsthal s’en était ensuite excusé auprès de moi par lettre.

Hombourg, 18 août 1929

  • 1 [Hombourg, 18 août 1929] Kessler doit se tromper de date, car Diaghilev est mort le 19 août 1929 à (...)

39Dans le journal, la mort de Diaghilev1. Je suis bouleversé. Une partie de mon univers disparaît avec lui.

Paris, 19 novembre 1929, mardi

40Ce matin, je suis allé avec Wilma et Jacques choisir des tissus pour leur appartement transformé par Van de Velde. L’après-midi, départ pour Berlin par le Nord-Express.

Paris, 9 avril 1930, mercredi

41Rendu visite à Andreú et discuté avec lui de ses illustrations pour La Princesse de Babylone de Voltaire. Il voudrait les faire « en camaïeu » de deux couleurs, noir sur fond rose. Pour vingt et une à vingt-cinq illustrations avec onze majuscules ornementées, il a demandé 30 000 francs, que je lui ai accordés.

Paris, 10 avril 1930, jeudi

42Jacques m’envoie la lettre suivante de Schiffrin : « Depuis hier je ne fais que penser à Hamlet de monsieur Kessler. Je ne connais pas de plus beau livre, et je crois que personne d’autre ne saurait en faire autant de nos jours. Si cela n’embarrasse pas monsieur Kessler et seulement à cette condition, seriez-vous assez aimable pour le prier d’apporter vendredi avec lui son magnifique exemplaire ; je voudrais tant le regarder encore une fois. » – Par contre, je n’ai pu établir aucun contact avec Picasso. Il n’a pas répondu à ma lettre et chaque fois que je téléphone, on me dit qu’il « vient de partir ». Cet après-midi pour le thé chez les Étienne de Beaumont, qui habitent un palais vraiment princier dans le faubourg Saint-Germain (2, rue Duroc). C’est la maison bâtie pour sa propre famille par Brongniart, l’architecte de Versailles. Ensuite ambassade d’Espagne et depuis cent ans (depuis le retour d’émigration) résidence familiale des Beaumont (avec lesquels nous sommes du reste apparentés par les Brion). Le grand salon aux dimensions tout simplement gigantesques, entièrement dans le plus riche style Louis XIV, en blanc et or, avec vue sur un jardin Louis XIV, est une curiosité. Le comte et la comtesse étaient seuls et m’ont fait voir toute la maison, y compris leur chambre à coucher et le reste. Ils ont beaucoup de tableaux, des pastels et des dessins de Picasso, qui ne s’accordent pas particulièrement bien avec le cadre Louis XIV, mais en tout cas mieux que n’importe quel kitsch moderne. Je leur ai dit que j’avais tenté en vain de joindre Picasso. Ils m’ont répondu qu’eux non plus ne le voyaient plus depuis un an, bien qu’ils soient ses amis les plus intimes. Quand on l’invite, il vous répond sans doute oui, mais dix minutes avant de passer à table, on reçoit une réponse négative au prétexte que ses enfants ont la scarlatine ou que sa femme est « indisposée », etc. Par principe, il ne répond pas aux lettres et quand on lui téléphone, il fait dire qu’il n’est pas là. C’est la même chose pour tous ses amis. Personne ne sait à vrai dire ce qu’il fabrique. Le seul qui le voie, c’est son marchand Rosenberg. Et puis malheureusement, il est devenu tout à fait commercial, il ne regarde plus que l’argent. Ses prix sont « astronomiques » et l’on ne voit pas bien qui achète ses tableaux à ces prix horrifiants. À Paris, m’expliquent-ils, les Rothschild et les nouveaux riches sont uniquement pour l’art ancien. Et en Amérique, il ne vend pas beaucoup. Le plus probable selon eux, c’est qu’il vend en Allemagne.

Banyuls, 14 avril 1930, lundi

  • 1 [Banyuls, 14 avril 1930, lundi] La Nymphe, figure centrale du groupe Les Trois Nymphes, pour laque (...)
  • 2 Une édition des Carmina d’Horace fut envisagée pour la Cranach-Presse. Maillol réalisa quelques ép (...)
  • 3 Statue en pierre de femme accroupie, installée à Saint-Germain-en-Laye en 1933 en tant que monumen (...)
  • 4 Pour lequel Maillol réalisa le groupe des Trois Nymphes (1930–1933). Le projet du monument sera fi (...)
  • 5 Assemblage de trois reliefs en pierre, remplacé ensuite par une version en bronze. L’original se t (...)
  • 6 Pierre de Ronsard, Livret de folastries, Ambroise Vollard, Paris, 1940, avec 43 gravures originale (...)
  • 7 Publié par la Cranach-Presse en 1930, illustrations d’Edward Gordon Craig et typographie d’Eric Gi (...)
  • 8 En 1879, âgé de 18 ans, Maillol publie cette revue dont il est l’unique rédacteur, l’illustrateur (...)

43Arrivé tôt ce matin à Port-Vendres. De là, en automobile jusqu’à Banyuls (hôtel Soler), où une lettre de Maillol m’attendait. Il dit avoir pris froid et m’attendre après le déjeuner. Je l’ai trouvé dans une pièce complètement enfumée par un feu de cheminée, avec un fort rhume, mais à part ça de belle humeur. Il dit avoir été en pleine santé jusqu’à il y a quelques jours, malgré le mauvais temps et le froid, mais être tombé malade un jour après avoir achevé sa statue1. Je lui ai prudemment fait part de mes vœux concernant l’illustration du Horace2. D’abord, il ne m’a répondu ni oui ni non, s’est seulement plaint de la masse de travail, de ne pas avoir une minute. Il doit faire le monument à Debussy pour Saint-Germain3, un monument à André Chénier pour Carcassonne4, un monument aux morts pour Banyuls5. Il lui faut terminer en outre les eaux-fortes du Ronsard pour Vollard6. Je lui ai dit que Vollard était tout à fait incapable de faire un « livre », qu’il était désolant que lui, Maillol, qui sait tout de même ce qu’est un livre, se prête à de telles demi-mesures. Je lui ai montré ensuite mes pages d’essai du Horace, dans l’italique de Johnston, et il a mis à côté ses gravures pour le Ronsard. Je lui ai dit que si c’était moi qui imprimais une chose de ce genre, ce serait quand même tout autre chose que le tirage parfaitement quelconque de Vollard. Maillol m’a approuvé et m’a demandé pourquoi je n’imprimerais pas le Ronsard pour Vollard. J’ai répondu que je publierais volontiers le Ronsard avec Vollard, même si je ne pouvais renoncer à mes réserves de principe contre l’emploi de l’eau-forte pour l’illustration. Pour finir, je suis convenu avec Maillol qu’il écrirait à Vollard et que nous tenterions de le convaincre de faire le Ronsard avec moi. – J’ai montré mon Hamlet7 à Maillol, qui m’en a fait compliment, mais sans grand enthousiasme, m’a-t-il semblé. – Le soir, dîné chez les Maillol, avec Mme Maillol et Lucien. Le temps est mauvais, la tempête enfle et j’en sens le vent à travers la fenêtre. Maillol me raconte que lorsqu’il était tout jeune homme, avant de s’en aller à Paris, il avait publié à Banyuls une petite revue, La Figue8, dans laquelle il faisait des illustrations dans le style de « Cham », un dessinateur de mode de l’époque. Il en a fait paraître une vingtaine de numéros, dont il ne reste plus aucun exemplaire aujourd’hui. Il dit en avoir retrouvé un il y a quelques années dans sa cave et l’avoir brûlé. Il a demandé ensuite à Lucien d’apporter quelques almanachs de Cham des années 1870, qu’il collectionnait alors, et m’a montré les caricatures (gravures sur bois) de Cham et de Guérin, en soulignant combien elles étaient excellentes, même à ce qu’il en jugeait encore aujourd’hui. Selon lui, il y a tout Toulouse-Lautrec dans quelques-unes des caricatures de cocottes de Cham.

Banyuls, 16 avril 1930

  • 1 [Banyuls, 16 avril 1930] Formes, revue internationale des arts plastiques, publiée de décembre 192 (...)
  • 2 Jules Romains, « Maillol », Formes, t. IV, avril 1930, p. 5-7.
  • 3 Maillol intégra au modèle en plâtre des bras en terre glaise mouillée.

44La tempête souffle aujourd’hui avec encore plus de violence qu’hier. Toute la bâtisse tremble. Cet après-midi, je suis allé voir Maillol dans sa maison, parce qu’à cause du vent, il ne va pas à l’atelier. Il m’a montré le dernier numéro de la revue Formes1, dans lequel Jules Romains a écrit un article sur lui2. « C’est assez bien, mais il ne conclut pas. » Romains voit son opposition à Rodin comme un parti pris conscient et délibéré et il critique à mots couverts son « primitivisme », en lui conseillant avec bienveillance d’être moins « primitif ». Maillol m’a expliqué qu’à ses débuts, il ne s’est pas du tout soucié de Rodin. Quant à son « primitivisme » (c’est-à-dire son archaïsme), il dit ne pas l’être intentionnellement, c’est seulement qu’il essaie de donner à ses formes le plus de perfection possible. « Je ne peux pas construire une figure comme Phidias, si je le pouvais je le ferais, mais je construis aussi bien que les sculpteurs d’Olympie. » Ensuite, il a de nouveau parlé en long et en large de son petit modèle, Lucile Passavant, dont il a souligné le talent. « Je lui ai dit que si elle travaillait bien, elle n’aurait pas besoin de montrer son cul à tous les sculpteurs de Paris. D’abord, ça a très bien marché avec ma femme, elles étaient amies. Mais maintenant, ma femme est jalouse, il n’y a plus rien à faire. Je vous ferai dîner avec la petite à Paris, mais je dois être discret. Tout de même, je devrais la faire venir à Marly pour faire les bras du monument Debussy (pour lequel elle a posé3). » Lucien, m’a-t-il semblé, est du côté de sa mère dans la guerre contre la petite. – Le soir, dîné chez Maillol, qui, fortement enrhumé, se tenait enveloppé dans une couverture. Il m’a posé des questions sur Capri, me demandant si c’était beau, si l’on pouvait y trouver une petite maison dans un petit village tranquille, avant de lâcher de façon surprenante « parce que j’aurais bien envie de me retirer un temps quelque part tranquillement, sans ma famille ».

Paris, 16 mai 1930, vendredi

  • 1 [Paris, 16 mai 1930, vendredi] Maillol avait réalisé, pour la Moderne Galerie de Vienne, une deuxi (...)

45Parti cet après-midi pour Marly, rendre visite à Maillol. Au jardin, il y avait Mme Maillol et la sœur de Maillol, Mme d’Espie, une femme d’environ soixante-dix ans chez qui l’on reconnaît encore sa beauté et son charme d’autrefois, elle est toujours séduisante aujourd’hui. Mme Maillol m’a accompagné à l’atelier, où, comme elle m’a dit, « il a modèle » et où il m’a présenté à son « modèle » Lucile Passavant, qui était justement en train de se rhabiller. Je ne l’ai pas trouvée très belle, un peu ronde, assez grossièrement fardée, mais intelligente. Et Maillol m’a montré de petites figures qu’elle a modelées en argile et qui témoignent sans aucun doute d’un véritable talent artistique. Comme Mme Maillol ne me lâchait pas, pour ne pas nous laisser seuls, j’ai dit à Maillol que je voulais voir le tirage en bronze de sa grande statue pour Puget-Théniers1, qui se trouvait dans la remise, et j’ai laissé Mme Maillol et la Passavant plantées là à l’atelier. Maillol m’a aussitôt emboîté le pas jusqu’à la remise, où il m’a dit : « Voyez-vous comme ma femme est insupportable ? Elle ne veut pas que je vous parle seul. Je n’en peux plus. Elle me fait des scènes perpétuelles », etc. Au jardin, j’avais déjà dit à Mme Maillol qu’un changement d’air ferait du bien à Maillol qui est encore souffrant, ce qu’elle a approuvé. J’ai de nouveau proposé à Maillol, comme je l’avais déjà fait à Banyuls, de venir avec moi à Weimar, suggestion qu’il a tout de suite acceptée avec un soulagement et une joie manifestes. Il a été déçu quand je lui ai dit que nous pourrions partir seulement la semaine prochaine, parce que je dois d’abord me rendre à Londres. Il semblait présager comme allant de soi que la Passavant nous accompagnerait à Weimar et, naturellement, que sa femme n’en saurait rien. Il m’a adressé un clin d’œil. Il s’agit donc carrément de fuir le mariage, ce qui a quelque chose de tragique chez un homme de soixante-sept ans, mais je n’ai aucun scrupule à l’y aider, parce que sa femme lui a fait obstacle pendant trente ans avec son absurde jalousie, en l’empêchant de jamais avoir un modèle féminin acceptable. Il a dû se contenter de toutes sortes de photographies et de cahiers de nus trouvés par hasard dans des magazines. S’il en a pour finir assez de ce harcèlement et qu’il entend désormais s’accorder un peu de liberté et de joie, on ne peut que lui donner raison. Mme Maillol n’a qu’à s’en prendre à elle-même ! – J’ai invité Maillol à venir déjeuner demain à Paris, en lui disant d’amener Mlle Passavant avec lui, s’il le voulait, pour que nous discutions de la « mise au point » de ses gravures sur bois par celle-ci. Maillol était visiblement ravi de pouvoir parler ainsi à la Passavant sans être surveillé par sa femme. – Lorsque nous sommes revenus ensemble au jardin, où Mlle Passavant était assise en compagnie de Mme Maillol et de Mme d’Espie, « Clotilde », comme Maillol appelle sa femme, ne pouvait plus cacher son désaccord et sa mauvaise humeur parce que j’avais invité la Passavant à rentrer avec moi à Paris en automobile. Durant le trajet, elle m’a raconté qu’au début elle s’était très bien entendue avec Mme Maillol, mais que tout d’un coup la jalousie l’avait empoignée et qu’elle était devenue insupportable. Elle écoutait aux portes, etc. Je l’ai complimentée sur ses petites figures en argile, elle m’a raconté que sa mère était peintre, mais qu’à l’âge de presque quarante ans, elle avait épousé un homme de vingt ans, ce qui avait rendu la vie à la maison intenable pour elle, une petite chose de seize ans, et qu’elle avait donc pris ses cliques et ses claques, s’était débrouillée comme elle avait pu, jusqu’à ce qu’elle eût atterri comme modèle chez Maillol. Elle ne m’est pas antipathique, mais elle appartient au type de Parisienne petite-bourgeoise, grassouillette, fardée, dont je n’aime pas l’apparence extérieure.

Bruxelles, 19 mai 1930, lundi

  • 1 [Bruxelles, 19 mai 1930, lundi] L’Institut supérieur des arts décoratifs, inauguré en 1927, avait (...)
  • 2 Van de Velde s’était fait construire sa « nouvelle maison », d’une inspiration très sobre, dans ce (...)

46Je suis allé dans la matinée chez Van de Velde, à son institut dans l’abbaye de la Cambre, un vieux couvent que le gouvernement a mis à sa disposition pour son école1. Il nous a fait visiter les lieux, nous a présenté les différentes sections (seize professeurs), une imprimerie, une école de théâtre, etc. Beaucoup d’étrangères parmi les élèves, une Polonaise, une Roumaine, etc. […] Dîné le soir chez Van de Velde, dans sa nouvelle maison à Tervueren2. La maison est très jolie, non sans quelque influence de Le Corbusier, mais bâtie dans l’authentique esprit de Van de Velde, c’est-à-dire qu’une atmosphère de sérénité y règne partout. Après dîner, les enfants mariés de Van de Velde, les jumeaux Thylla et Tyl, elle avec son mari, lui avec sa femme, nous ont rejoints. Une chose m’a frappé : les Van de Velde sont unanimes à dire que Paris est devenu ennuyeux et que Berlin est en revanche aujourd’hui la ville où l’on peut s’amuser. J’entends dire ça un peu partout maintenant.

Paris, 20 mai 1930, mardi

47Revenu ce matin de Bruxelles à Paris, seul, comme Wilma et Jacques conduisaient Van de Velde en automobile à Courtrai, pour voir les meubles destinés à l’appartement parisien de Wilma, qui sont fabriqués à Courtrai.

Paris, 30 mai 1930, vendredi

  • 1 [Paris, 30 mai 1930, vendredi] Paris, Grand Palais, 15 mai – 30 juillet 1930, Vingtième Salon des (...)

48Aristide Maillol est venu déjeuner. Il m’a raconté que depuis notre dernière rencontre, il s’était passé des histoires tragiques chez lui. Sa femme, qui écoute aux portes et regarde par le trou des serrures, les a surpris dans son atelier, lui et la Passavant, occupés à je ne sais quel échange de tendresses : sur quoi elle a fait irruption comme une furie et « a déchiré tous mes dessins », c’est-à-dire les grands dessins de nu d’après Passavant que Maillol avait épinglés aux murs de son atelier, entre autres une grande sanguine que j’avais admirée. Son visage a viré ensuite au rouge foncé, comme si elle était congestionnée, et elle s’est évanouie. Maillol et Mme d’Espie, sa sœur de soixante-dix ans, ont dû lui verser de l’eau sur le visage et lui caresser les mains pendant quatre heures avant qu’elle revienne à la vie. « Mais ce qu’il y a de plus étonnant, c’est que depuis ce temps, elle est douce comme un agneau. Depuis trente ans elle n’a jamais été aussi douce. » Maillol en paraissait ravi. Moi, cette douceur subite me semble un peu suspecte. Il a ajouté qu’elle n’avait pas à se plaindre, qu’il continuait malgré tout à l’aimer. « Je fais l’amour avec elle comme un jeune homme. » Nous avons discuté ensuite des détails de la « fuite » de Maillol à Weimar. Il a des difficultés avec le visa de Passavant, parce qu’elle n’a pas encore vingt et un ans et que ni sa mère ni son père ne l’ont « reconnue ». Rudier, le fondeur de Maillol, qui a des relations au ministère, s’efforce d’arranger les choses. Ils ont même dû fabriquer « une pièce fausse », comme dit Maillol. Nous reportons par conséquent notre départ à mardi soir. La Passavant partira avant nous et changera de train à Reims. Ce « départ pour Cythère » est un peu tumultueux et difficile, mais ne manque pas d’un certain comique, avec cet amant de soixante-sept ans. J’ai conduit ensuite Maillol au Café de la Paix, où la Passavant l’attendait. Il m’a dit que nous devions prendre quelques précautions, car sa femme pourrait être à Paris et « rôder autour du café » pour l’espionner. – Cet après-midi, visite de l’exposition Gropius au Salon des artistes décorateurs au Grand Palais1. Elle fait forte impression ici à Paris et elle est indéniablement plus intéressante que l’art décoratif français exposé à côté. L’impression générale m’a paru celle d’une certaine pauvreté, pas une pauvreté d’idées, mais de matières, un art de gens pauvres. […]

Francfort, 4 juin 1930, mercredi

  • 1 [Francfort, 4 juin 1930, mercredi] Hotel Frankfurter Hof situé sur la Kaiserplatz à Francfort, con (...)
  • 2 Hôtel de ville de Francfort, bâtiment datant du xve siècle.
  • 3 Copie romaine (env. début de l’ère chrétienne, Francfort, Liebighaus) d’après une statue en bronze (...)

49Arrivé à Francfort à dix heures du matin et descendu au Frankfurter Hof1 avec Maillol et la Passavant. À onze heures, commencé notre expédition à travers Francfort en allant en voiture jusqu’au Römer2 puis à la cathédrale. Balade à pied par les vieilles ruelles. Comme ce matin déjà, en regardant le Rhin par la fenêtre du compartiment, Maillol était très impressionné ici aussi. Ensuite au Städel, où Swarzenski nous a servi de guide. L’impression la plus forte, une impression renversante, lui a été faite par l’Athéna de Myron3. Il a dit que c’était la plus belle sculpture antique qu’il eût jamais vue. « J’ai pleuré en la voyant », a-t-il ajouté plus tard. C’est le vêtement qui l’a saisi le plus fortement. « Je saurais bien faire une tête comme celle de l’Athéna, mais jamais je ne pourrais faire des plis profonds. Comment ont-ils fait ça, je ne comprends pas. » Naturellement, il voulait parler de l’expression de ces plis. Après le déjeuner, je suis allé avec Maillol au stade, où nous nous sommes assis sur la terrasse qui surplombe le bassin pour observer tous ces gens s’adonnant à la natation ou aux bains de soleil. Maillol était enthousiasmé par cette nudité sans complexe, il attirait sans arrêt l’attention sur les beaux corps des jeunes filles, des jeunes hommes et des petits garçons. « Si j’habitais Francfort, je passerais mes journées ici à dessiner. Il faut absolument que Lucien voie cela. » Je lui ai expliqué que cela n’était qu’un aspect d’une nouvelle façon d’aborder la vie, d’une nouvelle conception de la vie qui avait triomphalement gagné du terrain en Allemagne après la guerre, qu’on voulait vraiment vivre, profiter de la lumière, du soleil, du bonheur, de son propre corps. J’ai dit que ce n’était pas un mouvement limité à un petit cercle exclusif, mais un mouvement de masse qui s’était emparé de toute la jeunesse allemande. Une autre expression de ce nouveau sentiment vital, c’est la nouvelle architecture, la nouvelle culture de l’habitat. Pour la lui faire voir, je l’ai emmené avec la Passavant à la Römerstadt. Maillol en est resté presque coi d’étonnement. « Jamais je n’ai vu cela. C’est la première fois que je vois de l’architecture moderne qui est parfaite. Oui, c’est parfait, il n’y a pas une tache. Si je savais écrire, j’écrirais un article. » Nous nous sommes baladés à pied dans le lotissement et son admiration s’exprimait en éclats de voix de plus en plus sonores. « Jusqu’à présent, tout ce que j’ai vu d’architecture moderne était froid, mais ceci n’est pas froid, au contraire. » Je lui ai expliqué encore une fois que cette architecture n’était que l’expression de ce même nouveau sentiment vital qui pousse les jeunes gens au sport et à la nudité et que c’était de là qu’elle tenait sa chaleur, tout comme les bâtiments du Moyen Âge tenaient la leur de la vision catholique du monde. On ne comprendra cette nouvelle architecture allemande, ai-je ajouté, qu’à condition de l’inscrire dans la globalité d’une nouvelle conception du monde. […]

Weimar, 10 juin 1930, mardi

  • 1 [Weimar, 10 juin 1930, mardi] Pour visiter la cathédrale Saint-Pierre-et-Saint-Paul, construite en (...)
  • 2 Statues d’Ekkehard II de Misnie et de sa femme Ute et, leur faisant face, celles de son frère aîné (...)
  • 3 Clôture du chœur occidental, décorée de bas-reliefs représentant la Passion du Christ et la Crucif (...)
  • 4 Voir 31 mars 1911. Monument conçu par Henry Van de Velde. À l’intérieur se trouve un Portrait par (...)
  • 5 Fontaine modeste avec un portrait en relief, réalisée en 1893.

50Comme nous ne sommes pas entrés hier dans la cathédrale1, je suis retourné aujourd’hui à Naumburg avec Maillol et la Passavant. On dirait qu’un certain malaise s’est immiscé entre Maillol et elle. J’ai remarqué qu’elle lui parlait à peine et qu’elle me souriait en se forçant à sortir d’une humeur foncièrement renfrognée. Dommage ! Des statues du chœur, seuls les deux groupes d’Ekkehard et Uta et de Hermann et Reglindis2 ont fait forte impression sur Maillol. Impossible de lui faire dire un mot favorable sur les autres, il revenait toujours avec obstination à ces deux groupes, et en particulier à Uta. Le jubé3 l’a moins intéressé (il faisait au reste assez sombre), « c’est plus tourmenté ». Nous sommes retournés ensuite à Dornburg, où nous avons rencontré le professeur Wahl, des Archives Goethe, qui veille à la protection et à l’entretien de Dornburg. Wahl a fait venir son ravissant garçon de douze ans et lui a dit de serrer la main du monsieur, qu’il se souviendrait plus tard de ce jour. Il a très aimablement proposé ensuite à Maillol un atelier à Dornburg, s’il voulait y travailler, la grande fabrique de céramique qui fermera prochainement ses portes. Maillol a répondu : « Mais c’est à réfléchir. » Il a vraiment l’air de jongler avec cette idée, d’accepter l’invitation. Wahl m’a dit que Kippenberg avait été victime d’une sorte d’effondrement nerveux ce matin. Sa femme était aujourd’hui à Dornburg, seule et passablement agitée, c’est elle qui le lui a raconté. De Dornburg, nous sommes repartis à Iéna, où le « paradis », la baignade, le paysage, les gens ont beaucoup plu à Maillol. « C’est gai et plein de lumière. Si Monticelli avait vu cela, il n’aurait pas manqué de le peindre. » Par contre, le monument de Klinger à Ernst Abbe4 ne lui a pas plu du tout. Des reliefs que Klinger a sculptés sur le socle, il a dit : « Ça n’existe pas, c’est rien du tout. » Il a également rejeté les reliefs de Meunier : selon lui, ce ne sont absolument pas des reliefs, mais des figures passées au four. La fontaine Bismarck de Hildebrand sur la place du marché lui a en revanche beaucoup plu5. Nous avons mangé chez moi, dans le pavillon du jardin. Comme précédemment dans la voiture, le mutisme de la Passavant m’a frappé, tandis que Maillol et moi discutions avec animation. J’ai fini par lui dire qu’elle devait nous excuser, nous autres gens âgés, de tant parler, que c’était déjà un défaut du vieux Nestor. Maillol m’a expliqué qu’il ne lisait jamais les journaux parce qu’ils dissertent à longueur de colonnes d’événements qu’on pourrait liquider en deux lignes. « Les seules choses qui m’intéressent, ce sont les crimes. » À mon expression de léger étonnement, Maillol a poursuivi plus en détail : « Oui, parce que j’y vois des drames, quelque chose de shakespearien. Mais les journaux renseignent si mal sur les crimes. Un jour il y a plusieurs colonnes, et puis, pendant quinze jours plus rien, ou deux lignes seulement. Alors c’est pas la peine de les lire. »

Paris, 24 juin 1930, mardi

  • 1 [Paris, 24 juin 1930, mardi] Paris, pavillon de Marsan, musée des Arts décoratifs, 11 juin – 14 ju (...)
  • 2 L’école artistique du Bauhaus, ouverte en 1919 à Weimar, avait été délocalisée à Dessau en 1925.
  • 3 Édition du mercredi 25 juin 1930, dans un article de Léon Bailby, intitulé « Une preuve encore ».
  • 4 Probable référence au livre d’Élisabeth de Clermont-Tonnerre, née de Gramont, Almanach des bonnes (...)

51Wilma, Jacques et son associé Hazan ont déjeuné avec moi au Café de la Paix. Avec Wilma à l’exposition des Artistes décorateurs modernes au pavillon de Marsan1. Quelques bons meubles en acier, inspirés par Gropius. L’acier et le verre gagnent du terrain en tant que matériaux pour le mobilier. Les Français s’y mettent à la suite des gens de Dessau2 et ils le font avec goût et de façon séduisante. Le soir, dans l’éditorial de L’Intransigeant3, on réchauffe un ridicule soupçon contre moi. La Clermont-Tonnerre4 a relancé ces vieilles rengaines à mon endroit avec son livre vénéneux. Un vieil imbécile comme Léon Bailby retombe à présent dans le panneau. Quand les Français sont bêtes, ils le sont doublement (par inculture et étroitesse d’esprit générale). « Il n’y a pas plus sot qu’un Français » quand il est vraiment sot. Voir l’affaire Dreyfus.

Berlin, 14 juillet 1930, lundi

  • 1 [Berlin, 14 juillet 1930, lundi] C’est Werner March qui avait construit en 1925 le Deutsches Sport (...)
  • 2 Le nouveau Strandbad Wannsee de Martin Wagner et Richard Ermisch.
  • 3 Château Sans Souci à Potsdam, construit en 1745–1747 par Georg Wenzeslaus von Knobelsdorff pour le (...)

52À huit heures moins le quart ce matin, le secrétaire d’État Lewald est venu nous chercher, Maillol, Mlle P. et moi, pour une visite de l’École supérieure d’éducation physique et sportive de Grunewald1. Sous le plus splendide soleil, les grandioses installations étaient partout animées par des jeunes gens quasi nus qui s’exerçaient à toutes sortes de sports. Dans la lumière éclatante et l’air chaud, épicé, l’impression était tout à fait grecque. Ce que Mme Sarre (née Humann) m’a dit par la suite au déjeuner est très juste : que dans beaucoup de choses, nous nous tournons de nouveau vers la Grèce, en particulier en Allemagne, mais cette fois-ci (contrairement au néo-classicisme) inconsciemment et sans intention, par un mouvement qui procède de la vie. Nudité, lumière, grand air, soleil, culte de la vie, de la perfection physique, des sens, sans fausse honte ni pruderie. Au reste, il est étonnant de constater combien le corps, la réalité corporelle obéit chez les jeunes gens à ce besoin, combien les jeunes gens sont beaucoup plus beaux aujourd’hui qu’avant la guerre. C’est une éclosion du corps dans sa plénitude, depuis qu’on ne craint plus d’aller nu. Maillol m’a fait photographier deux jeunes hommes qui, m’a-t-il dit, « sont beaux comme des dieux antiques ». Malheureusement, la Passavant était tout le temps à râler pour une raison ou pour une autre, ce qui gâchait un peu le plaisir. – Ensuite, grand déjeuner en l’honneur de Maillol chez les Simon, à la Drakestrasse : Gropius (avec une très jolie jeune femme), Justi, Wätzhold, Goertz, les Demeter. Après quoi nous sommes partis avec Maillol et Mlle Passavant à Wannsee et Potsdam, Maillol avec Demeter, Mlle P. et Mme Simon dans la voiture des Demeter, Goertz avec moi dans la mienne. À la piscine en plein air de Wannsee2, où Maillol a subitement voulu se mettre à dessiner, parce qu’il y avait ici des gens qui lui parlaient encore plus que ceux de ce matin à l’École, tous trop faits selon lui sur un seul et même modèle, se ressemblant trop les uns aux autres et trop académiques. Mais, chose exceptionnelle, ni lui ni nous n’avions un crayon ou du papier. Nous sommes allés ensuite à Sanssouci3, qui a fait moins forte impression sur Maillol que je ne l’avais escompté. Il était manifestement éreinté et abattu en outre par les continuelles jérémiades de la Passavant.

Berlin, 15 juillet 1930, mardi

  • 1 [Berlin, 15 juillet 1930, mardi] À l’invitation de Kessler, Maillol séjourna cinq semaines en Alle (...)
  • 2 Mme Maria Sarre (1875–1970), l’épouse de Friedrich Sarre (1865-1945), historien de l’art, oriental (...)
  • 3 Ce palais abritait la collection d’art contemporain de la Nationalgalerie, ouverte en 1919 par son (...)
  • 4 Il s’agissait probablement d’une dispute au sujet de la traduction du livre de Julius Meier-Graefe (...)
  • 5 Non identifié.
  • 6 À l’inverse, huit autres sculpteurs allemands et suisses s’étaient engagés dans le comité de l’exp (...)

53Grand déjeuner en l’honneur de Maillol1 chez Hugo Simon, avec Einstein, Max Liebermann, Renée Sintenis, Mme Sarre (née Humann, à cause du Pergamon2), Meier-Graefe, etc. Lorsque Einstein a fait son entrée, je l’ai désigné à Maillol. Il m’a dit : « Oui, une belle tête, c’est un poète ? » Il m’a d’abord fallu lui expliquer qui était Einstein, il n’avait manifestement jamais entendu parler de lui. Plus tard, on les a photographiés ensemble. Avant le déjeuner, Maillol s’était rendu au palais du Kronprinz3, où il a surtout admiré les sculptures de Renée Sintenis. « C’est une grande artiste, tout ce qu’elle fait est jeune. » À table, ils étaient assis côte à côte et se souriaient continuellement, comme un couple d’amoureux. « Est-ce qu’il n’est pas mignon ? » m’a dit plus tard Renée Sintenis. Il n’avait cessé de lui faire des compliments, mais elle, par timidité et à cause de son piètre français, n’avait pas su quoi lui répondre et avait donc pris le parti de sourire. Par contre, Meier-Graefe n’a pas plu du tout à Maillol ni à Mlle Passavant. Celle-ci, que Meier-Graefe avait conduite à table, m’a demandé ensuite qui était ce monsieur désagréable. Maillol a répondu qu’en effet, c’était un homme insupportable. Pendant la guerre, Meier-Graefe lui avait écrit des lettres d’un tel ton qu’il n’y avait même pas répondu4. Entre Liebermann et Meier-Graefe, il y eut également une scène. Comme Liebermann s’approchait de lui pour lui parler, Meier-Graefe a fait demi-tour et lui a tourné le dos. Liebermann a raconté à Maillol qu’il avait connu Millet (au début des années 1870 à Barbizon), ce qui a paru vivement intéresser Maillol. À propos du petit relief en pierre de Demeter (un jeune homme et une jeune fille5), Maillol m’a dit : « C’est le seul de mes élèves qui m’a compris », sans doute la plus belle louange qu’il pouvait exprimer. – Dans la matinée, Flechtheim s’est démené pour faire venir Maillol dans sa galerie et l’y photographier avec Barlach (qui avait refusé quelque temps plus tôt de signer l’invitation à l’exposition Maillol6). […]

Stuttgart, 7 septembre 1930, dimanche

  • 1 [Stuttgart, 7 septembre 1930, dimanche] Exposition du Deutscher Künstlerbund, 31 mai – 21 septembr (...)

54Guseck est arrivé tôt. Avec lui à l’exposition du Künstlerbund1. Étaient principalement intéressants pour moi les tableaux de George Grosz, de Franz Xaver Fuhr, un artiste de Mannheim, et de Meyer-Vex, un Berlinois. Comme toujours, les Allemands ne sont bons que lorsqu’ils frisent la caricature. […]

Berlin, 4 novembre 1931, mercredi

55Oskar Reinhart de Winterthur est passé chez moi avec Flechtheim pour voir la grande statue en pierre de Maillol qu’il veut acheter et que je suis obligé de vendre à ma grande douleur.

Berlin, 11 novembre 1931, mercredi

56Ce soir, après le dîner, Goertz et moi avons dit adieu à ma statue de Maillol, avec la plus profonde douleur.

Berlin, 12 novembre 1931, jeudi

  • 1 [Berlin, 12 novembre 1931, jeudi] Société de transport.

57Les ouvriers de Knauer1 sont venus ce matin, ils ont dressé l’échafaudage devant la fenêtre et ont emporté la statue. À deux heures et cinq minutes, enveloppée dans un grand drap, comme si elle avait elle-même du chagrin et devait se cacher la tête, elle a glissé par la fenêtre. Lorsqu’elle est arrivée à l’air libre et que la lumière l’a caressée, son visage a paru encore une fois s’éclore dans son éclatante beauté. Ce fut pour moi une douleur dont je ne me consolerai jamais tout à fait. […]

Paris, 29 novembre 1931, dimanche

  • 1 [Paris, 29 novembre 1931, dimanche] Kessler se trompe : la galeriste Jeanne Bucher était la sœur d (...)

58Déjeuné chez la princesse Bassiano à Versailles avec André Gide, Groethuysen, Mme Bucher (la veuve du chef de la propagande subventionné par la France en Alsace pendant la guerre, qui s’occupe en ce moment d’une exposition de peinture à Paris1). […]

Berlin, 28 mai 1932

  • 1 [Berlin, 28 mai 1932] La villa Am Ruppenhorn, construite en 1928–1930 par l’architecte Erich Mende (...)
  • 2 Onkel Toms Hütte Berlin, lotissement construit par l’architecte Bruno Taut à Berlin Zehlendorf.

59André Gide est ici. Jenny de Margerie m’a appelé et m’a dit que Gide voulait me voir. Elle m’a demandé si je ne voulais pas les accompagner à Pichelswerder, pour visiter la maison d’Erich Mendelsohn1. En allant à pied jusque chez les Margerie, à la Hohenzollernstrasse, je suis tombé sur Gide, qui m’a presque sauté au cou. Nous sommes partis ensuite en voiture, en passant par les nouveaux lotissements près de la Case de l’oncle Tom2, que Mme de Margerie voulait montrer à Gide : elle les a appelés « la cité magique » et Gide était d’ailleurs visiblement très impressionné par cette nouvelle architecture allemande de lotissement. Il soupirait sur le retard de la France. Pourquoi les Français ont-ils complètement perdu le sens de l’architecture, alors qu’il a subitement fleuri en Allemagne ? Je lui ai répondu qu’on ne pouvait pas comprendre cette architecture si on la considérait uniquement en tant qu’architecture, de façon abstraite, en quelque sorte comme de « l’art pour l’art ». Elle ne s’explique qu’en tant qu’élément d’un nouveau style de vie, d’une nouvelle conception du sens et du but de la vie, qui crée à son usage ces formes d’existence. Au reste, toute architecture, en tout lieu et en tout temps, a toujours été l’expression de la vision alors dominante de la vie et du monde. D’où l’affreuse architecture maigrichonne et tape-à-l’œil du tournant du siècle, qui reflète exactement l’idéal de vie petit-bourgeois de cette époque. Gide et moi avons été pareillement touchés par la beauté du paysage et par la façon dont la villa de Mendelsohn s’y adapte avec justesse. Nous avons visité le jardin et la maison où l’architecte a su inscrire le beau paysage vraiment divin de la Havel dans la composition de chaque espace, et nous avons savouré à pleines gorgées cette admirable symphonie de l’agencement intérieur, du lac et de la forêt de pins. […]

Berlin, 2 juin 1932, jeudi

  • 1 [Berlin, 2 juin 1932, jeudi] Dates précises de l’exposition inconnues.

60[…] Cet après-midi, vernissage d’une exposition de Wolf Demeter à la Galerie Möller sur le Lützowufer. J’ai écrit un avant-propos pour le catalogue d’exposition1. […]

Berlin, 16 juillet 1932, samedi

  • 1 [Berlin, 16 juillet 1932, samedi] Projet non réalisé.
  • 2 Organisations paramilitaires créées afin de défendre la jeune République. Elles furent dissoutes e (...)

61Ce matin, Wieland Herzfelde et sa femme sont venus me voir et m’ont proposé un projet d’affiche antinazie destinée à compléter la propagande inefficace et sans talent des différents partis républicains1. Elle n’émanerait d’aucun parti et ne ferait pas non plus de réclame pour aucun parti, mais serait uniquement dirigée contre les nazis. Un comité qui reste encore à constituer, en dehors de tous les partis, en assumerait la responsabilité. Il s’agirait essentiellement d’affiches illustrées, pour lesquelles Heartfield, George Grosz, Käthe Kollwitz mettraient leurs œuvres à disposition. Herzfelde et sa femme se chargeraient bénévolement de tout le travail artistique et littéraire. L’impression et l’affichage devraient être assurés par les grandes organisations républicaines comme les Reichsbanner, le Eiserne Front2. J’ai promis de parler très vite de cette idée aux dirigeants du parti social-démocrate et du parti gouvernemental. […]

Paris, 27 août 1932

  • 1 [Paris, 27 août 1932] Exposition Manet, 1832–1883, Paris, musée de l’Orangerie, juin–juillet 1932.

62[…] L’après-midi à la grande exposition du centenaire de Manet au pavillon de l’Orangerie du jardin des Tuileries1. L’impression dominante est celle de la propreté de cet art, qui ne sert exclusivement, avec une honnêteté presque naïve, qu’un seul Dieu, celui de la couleur pure. On a l’impression d’être comme baigné, comme si l’on avait été arraché par magie à la crasse du quotidien, emporté sur je ne sais quelle hauteur où l’air est pur et le ciel clair. Mais les limites de cet art s’en trouvent du même coup fixées, les limites de ce puritanisme dissimulées derrière les charmantes brumes de l’esprit et de l’érotisme parisiens. La douce lumière de l’Île-de-France argente ce puritanisme, lui prête un faux-semblant de légèreté et de bohème. Pour ce qui est de l’érotisme, ces nus et ces visages féminins nous paraissent aujourd’hui singulièrement grossiers et indifférenciés. Il nous serait difficile de tomber amoureux de ces femmes de Manet. Seul l’air qu’elles font circuler autour d’elles à travers la couleur sent l’amour, le parfum vous en pique le nez, la femme elle-même reste assez indifférente et n’est pour ainsi dire qu’un « objet interchangeable ». La divinisation ne pénètre pas jusque sous la peau, elle reste à la surface. Comme il en est autrement chez Maillol, dont j’ai vu un instant au jardin, avec mélancolie, la copie de ma statue de femme accroupie. – Lisette !

Paris, 28 août 1932, dimanche

  • 1 [Paris, 28 août 1932, dimanche] Probablement une version en bronze de la figure du monument à Debu (...)
  • 2 Le mariage avait été célébré en 1931.

63Ce matin encore une fois à l’exposition Manet. Cette seconde visite a confirmé mon impression d’hier. Les femmes de Manet, à l’exception peut-être de Berthe Morisot et si l’on met de côté tout ce qui tient et s’attache au ravissement de la couleur, sont des schèmes vides, des « objets interchangeables ». – L’après-midi, rendu visite à Maillol à Marly. Je l’ai trouvé lisant à l’ombre dans son jardin, rayonnant de bien-être et, à ce qu’il m’a semblé, de santé. Son contentement avait pour cause déterminante divers événements et circonstances. Premièrement, sa femme est partie, elle est avec Lucien à Chamonix. « Je suis bien tranquille ici maintenant, ma femme est à Chamonix ! Malheureusement elle revient dans huit jours. Quand elle est ici, elle m’injurie toute la journée. Elle est folle, je ne comprends même pas ce qu’elle me dit. » Il est très heureux aussi du monument aux morts qu’il réalise sur l’île qui fait face à Banyuls, une construction basse, semblable à un tombeau, à la pointe de l’île rocheuse, en pierre bleu-gris, avec trois reliefs, au centre la sculpture du guerrier mort que je possède en petit, qui sera ici grandeur nature et taillée dans la pierre. Il m’en a montré des photographies. Et aussi d’autres photos de la fête que sa petite ville natale de Banyuls a organisée en son honneur en avril. Cela lui a fait vraiment plaisir. On le voit au milieu des jeunes filles et des pêcheurs, on le voit danser, on voit quatre moutons qu’on fait rôtir à la broche dans la forêt, on voit les rondes des jeunes filles. « C’était tout à fait grec », m’a-t-il dit. C’est pour lui l’éloge suprême. Je lui ai demandé s’il avait déjà visité l’exposition Manet. Il m’a répondu que non, pas encore, il veut y aller, mais il a déjà vu plusieurs expositions à la mémoire de Manet, qu’il dit avoir tout d’abord aimé, puis haï, … maintenant… ? J’ai parlé un peu des femmes de Manet, expliquant que je les trouvais inintéressantes en dehors de la couleur, sans force de suggestion. Maillol : « Ce n’est que de la peinture ! Pour avoir un Gauguin de Tahiti, je ferais n’importe quel sacrifice, je vendrais ma dernière chemise. Pour avoir un Manet, je ne vendrais même pas mes vieux souliers. » Nous avons naturellement parlé aussi de la crise. Il m’a dit que personnellement, il n’avait pas à se plaindre, il a vendu il y a quelques jours une grande sculpture en Amérique1 et Druet aussi a vendu une œuvre de lui récemment. Mais sinon, la situation est tout de même grave pour les artistes. Lucien n’a rien vendu. « Le monde est tombé dans un trou. Ce que je ne comprends pas, c’est que le génie de l’homme ne suffise pas à le sortir de ce trou. » – Il est enraciné dans une réalité plus profonde que celle de nos fantomatiques combats du jour. Il m’a raconté qu’hier soir la Passavant (à présent Mme Nicolas2) avait dîné chez lui à Marly avec son époux, et tout son visage s’est mis à rayonner à cette évocation. La Passavant était arrivée un peu plus tôt, sans son mari, et avait pleuré en revoyant l’atelier. […] Je lui ai demandé des nouvelles de Bonnard. Maillol : « On ne le voit plus, sa femme, Marthe, ne souffre aucune visite, elle renvoie quiconque veut aller le trouver, même ses plus vieux amis. Sa femme est encore plus folle que la mienne. » […]

Berlin, 1er septembre 1932, jeudi

  • 1 [Berlin, 1er septembre 1932, jeudi] Restaurant huppé de Berlin, situé 62–63 Unter den Linden.
  • 2 Le 1er octobre 1932.

64Dîner chez le roi américain du cuivre Guggenheim, au restaurant Hiller1, avec Helene Nostitz, la soirée avait été arrangée par une baronne Rebay (peintre). […] Wanda Prillwitz, que j’avais vue pour la dernière fois il y a trente ans dans le salon de sa mère, était assise à mes côtés. Elle m’a raconté avec ravissement que tous ses parents sont nazis. […] Elle dit ne pas être elle-même nazie, mais nationaliste allemande, aujourd’hui comme hier, et bien sûr antisémite, ce que je devais sans doute être moi aussi ? J’ai répondu : Non, car sinon je ne serais pas invité ce soir ici chez des Juifs. […] La Rebay, dont le père a été général pendant la guerre et qui a vécu jusqu’en 1918 à Strasbourg, se sent alsacienne, affiche elle aussi de nettes sympathies pour les nazis, mais leur reproche cependant d’avoir fermé le Bauhaus de Dessau2. […] Mme Guggenheim, qui doit avoir une exceptionnelle collection de primitifs et de tableaux « abstraits » tout à fait modernes, m’a dit qu’elle aimait ces deux tendances, « quoiqu’on ne puisse évidemment pas les mettre sur un même plan, ne serait-ce que parce que les primitifs sont tellement plus chers ». […]

Paris, 18 mars 1933, samedi

  • 1 [Paris, 18 mars 1933, samedi] Sturmabteilung (Section d’assaut), organisation paramilitaire du par (...)

65Jusqu’à ce jour, j’avais espéré pouvoir rentrer rapidement à Berlin, mais j’ai reçu aujourd’hui au courrier une lettre de Roland de Margerie qui met fin à cet espoir. Goertz est passé chez lui et me fait savoir qu’il a appris par un Sturmführer de la SA1 que quelque chose se tramait contre moi. Goertz en a discuté avec Mutius, celui-ci s’est renseigné auprès du département des Affaires étrangères, où on l’a informé que mon arrestation n’était certes pas prévue, « mais que, pour éviter des violences possibles de jeunes gens irresponsables, l’on envisagerait de vous appliquer, si vous reveniez en Allemagne, le régime de la “Détention préventive”. Dans ces conditions, il semble à M. Goertz comme à M. Mutius (et comme à moi-même, s’il m’est permis d’émettre un avis) absolument nécessaire que vous prolongiez, pour un certain temps, votre séjour à Paris. » Dans la soirée, l’ancien ambassadeur Margerie m’a téléphoné pour insister encore, à la demande expresse de son fils, sur le caractère d’urgence de sa lettre. […]

Paris, 10 juin 1933, samedi

66[…] Avant le repas, un neveu de Ludwig von Hofmann est venu me voir, un jeune Thiersch, qui a vécu à Dresde jusqu’en avril. Il me dit que les nazis s’y sont comportés en parfaits barbares. Ils ont retiré du musée les tableaux modernes, Munch, Nolde, etc., et sont allés faire en outre des perquisitions chez les marchands d’art, à la recherche d’« art bolchevique ». Ils leur ont également remis des listes de peintres désormais interdits d’exposition, entre autres Nolde. Sur quoi un marchand d’art leur aurait montré un portrait de femme de Nolde en leur demandant ce qu’il y avait là de « bolchevique ». Après un long examen, le Sturmführer nazi lui aurait répondu : « Vous ne voyez donc pas ce bras qui est trop long ? Ça, c’est bolchevique. »

Bâle, 27 octobre 1933

  • 1 [Bâle, 27 octobre 1933] Aristide Maillol, 5 août – 16 septembre 1933, Kunsthalle, Bâle. Les prêts (...)

67Tôt ce matin de Zurich à Bâle. J’ai vu mes Maillol à la Kunsthalle1. Une douleur ! […]

Palma, 22 avril 1935, lundi de Pâques

  • 1 [Palma, 22 avril 1935, lundi de Pâques] En réalité la Fira del Llibre, sur la Rambla de Palma.

68Préparé avec Max une exposition des livres des éditions Cranach, que Sureda a suggérée à l’occasion de la Fiesta del Libre1. Quatre grandes vitrines.

Palma, 23 avril 1935, mardi

69Ouverture de notre « exposition ». Beaucoup de personnalités officielles : l’alcade, des représentants de l’ayuntamiento, du gouverneur, de l’archevêque, qui s’était excusé par lettre de ne pouvoir être présent en personne. […]

Paris, 20 juillet 1935, samedi

  • 1 [Paris, 20 juillet 1935, samedi] Lors de cette vente judiciaire, les avocats de Kessler ont pu ach (...)

70Aujourd’hui, mes pauvres meubles de ma maison de Weimar sont vendus aux enchères1. Fin d’une période majeure de ma vie et d’une demeure que j’avais bâtie avec grand amour. […]

Paris, 21 juillet 1935

71Pour la première fois depuis des années, rendu visite à Maillol à Marly. Je l’ai trouvé absolument inchangé, avec une quantité de nouveaux travaux, sa femme un peu plus grosse et plus adoucie.

Tagebuch, fac-similé du manuscrit, 21–30 juillet 1935

Tagebuch, fac-similé du manuscrit, 21–30 juillet 1935

photo © Deutsches Literaturarchiv Marbach, Nachlass Harry Graf Kessler

Paris, 31 juillet 1935, mercredi

  • 1 [Paris, 31 juillet 1935, mercredi] Voir 25 avril – 29 mai 1908.

72La soirée chez Maillol à Marly. Évoqué de vieux souvenirs, le voyage en Grèce, etc.1. Maillol voudrait que j’en fasse un récit aussi circonstancié que possible dans mes mémoires. Plans pour un nouveau voyage en Grèce. Lucien Maillol m’a ramené à Paris dans sa voiture.

Pontanevaux1, 28 mars 1936, samedi

  • 1 [Pontanevaux, 28 mars 1936, samedi] Lieu-dit de la commune de La Chapelle-de-Guinchay, en Saône-et (...)
  • 2 L’industriel avait déposé en 1932 le brevet d’une crème liquide en tube (Huber Tubensahne), qui lu (...)

73Le soir, je suis allé à Lyon chercher Max qui vient de Berlin pour discuter d’une relance des éditions Cranach, la firme Huber2 de Hambourg devrait soutenir l’entreprise et lui fournir les moyens nécessaires. […]

Pontanevaux, 29 mars 1936, dimanche

74Max nous a exposé en détail, à Wilma et à moi, le plan de Huber & Cie et de Kurt Hasperg. Sur la valeur estimée de la maison d’édition Cranach et la prévision d’un chiffre d’affaires annuel de 400 000 marks, ils nous offrent 10%, soit sous forme de loyer, soit sous forme dudit pourcentage sur le chiffre d’affaires annuel. Nous ne courons aucun risque. Paiement de la part qui nous revient en devises à New York. Techniquement, Max est directeur artistique, Kurt Hasperg directeur commercial en tant que représentant de la firme Huber. Max m’a dit qu’il essaierait de m’obtenir un premier paiement dès le mois de mai. L’intérêt de Huber à cette offre surprenante est de pouvoir se fournir en devises. Les livres des éditions Cranach seront principalement écoulés en Amérique et y rapporteront des devises pour Huber. Les Huber ont de grandes fabriques de confiture en Allemagne et font du commerce de peaux. Dans l’une et l’autre branche, ils ont un besoin urgent de devises. Tout ce qui peut leur en procurer leur est bon.

Paris, 23 juin 1936, mercredi

75Discussion avec Bennett Cerf à propos de la vente des livres des éditions Cranach en Amérique auprès du sculpteur Jo Davidson. Cerf dit qu’en Amérique aujourd’hui, les livres qui coûtent plus de 5 dollars sont difficiles à vendre. Accord tout de même passé avec lui sur des livres à 5 dollars, dont il me règle tout de suite une avance de 20%.

Paris, 24 juin 1936, jeudi

  • 1 [Paris, 24 juin 1936, jeudi] Mai–octobre 1936.

76Ce matin avec Max à l’exposition Cézanne à l’Orangerie1, puis au Louvre, pour voir la nouvelle présentation de la collection antique.

Pontanevaux, 6 juillet 1936, lundi

77Ma chère maison de Weimar vendue aujourd’hui. Avec elle, ce sont tant de souvenirs, toute une part de ma vie qui disparaît pour moi.

Paris, 1er novembre 1936, dimanche

  • 1 [Paris, 1er novembre 1936, dimanche] La Montagne, 1934–1937. Cette statue en pierre ne sera cepend (...)
  • 2 La France, statue aux imposantes dimensions, restée inachevée.
  • 3 Les Trois Nymphes, 1930–1933, groupe d’abord pensé pour un monument à André Chénier à Carcassonne. (...)
  • 4 Comte Harry Kessler, Souvenirs d’un Européen. I. De Bismarck à Nietzsche, Paris, Plon, 1936.

78Parti à midi rendre visite à Maillol à Marly. Je me réjouissais de le retrouver et toute la famille qui était réunie dans la cuisine m’a paru enchantée de me voir. Il m’a montré la grande sculpture (bien plus grande que nature) qu’il réalise sur commande de l’État pour l’Exposition universelle1, une variation de ma statue de femme accroupie, très puissante et monumentale, au meilleur sens du mot. Il l’appelle « la Montagne ». Et aussi la statue d’une femme debout pour une place de Paris (vraisemblablement la cour du Louvre)2 et plusieurs autres œuvres que je ne connaissais pas encore, par exemple une Pomone en marbre et un groupe de trois jeunes filles, grandeur nature, qui s’enlacent pour former une sorte de ronde, main dans la main, qu’il appelle « les nymphes de la prairie fleurie3 ». Les événements d’Espagne l’agitent beaucoup. Il semble totalement du côté des insurgés. Peste contre le gouvernement Blum, « un gouvernement idiot », admet cependant qu’il ne comprend rien à la politique et qu’il ne lit qu’exceptionnellement les journaux (par exemple maintenant à cause de l’Espagne). Il a lu mon livre et semblait particulièrement impressionné par la première partie (« Mémé »). Il me dit que les pages sur Sarah Bernhardt l’ont enthousiasmé4, parce qu’il partage complètement le jugement négatif de maman à son sujet. La maison, le jardin, l’atelier ont éveillé en moi des souvenirs assez mélancoliques de l’époque Colin. […]

Paris, 5 novembre 1936, jeudi

  • 1 [Paris, 5 novembre 1936, jeudi] À la Tour d’argent.
  • 2 Torse. Île-de-France, 1910–1930, statue en pierre, aujourd’hui au musée d’Orsay.
  • 3 Panneaux pour la baraque de la Goulue (La Danse mauresque (panneau de droite), et La Danse au Moul (...)

79Maillol est venu déjeuner avec moi à Paris chez Marius1. Ensuite avec lui au musée du Luxembourg, où l’on vient d’installer sa sculpture2. Il s’est plaint de sa femme, qui est toujours de mauvaise humeur et lui fait sans arrêt des scènes pour tout et n’importe quoi. Il en va ainsi depuis bientôt quarante ans. Nous avons mangé un « homard Lawrence », une spécialité de Marius, et, du coup, Maillol s’est souvenu d’une bouillabaisse que nous avions mangée à Marseille en 1908, avant notre départ pour la Grèce. Il me raconte avoir recherché sans cesse ni répit le restaurant où nous avions savouré cette miraculeuse bouillabaisse, mais ne l’avoir jamais retrouvé. Au Luxembourg, sa sculpture se dresse comme une reine au milieu d’une foule de statues insignifiantes, prétentieuses, laides. De même, la plupart des tableaux sont invraisemblablement mauvais, en particulier les « nouvelles acquisitions ». Seuls les deux grands Toulouse-Lautrec qu’il a faits pour la Goulue3 ressortent complètement de tout le reste par leur composition grandiose, leur monumentalité et leur humour. Maillol est resté longtemps à les contempler, paraissant ne pas pouvoir s’en rassasier.

Paris, 7 novembre 1936, samedi

  • 1 [Paris, 7 novembre 1936, samedi] Probablement la destruction de la cathédrale de Vich, le 3 août 1 (...)
  • 2 Décor mis en place en 1936.
  • 3 De 1933 à 1940, décor sur le thème de la guerre et de la paix, et sur celui du travail des hommes.
  • 4 Projet non abouti.

80Déjeuné chez Misia Sert avec Vuillard. Cocteau, qui était aussi invité, avait décommandé au dernier moment pour cause de grippe. Misia, malgré son grand chagrin1, aussi fraîche et vivante que toujours. Vuillard est devenu tout blanc, mais sinon, il n’a pas changé. […] En fin d’après-midi chez José Maria Sert dans son atelier. Il m’a montré la maquette et le projet de décoration de la salle du Conseil de la Société des Nations à Genève2, une chose imposante et géniale en son genre, dont la pompe et le fortissimo me laissent pourtant tout à fait froid, les sens aussi bien que le cœur. Un art sans âme, sans musique intérieure, qui ne vise qu’à l’effet. Comme Degas disait des peintures murales de Sert pour la cathédrale de Vich : « Ça se dégonfle. » Question virtuosité, le savoir-faire de Sert est en revanche étonnant. – Il m’a raconté la destruction de ses œuvres à Vich, les « rouges » ont mis par deux fois le feu à la cathédrale, parce qu’il restait encore quelques parcelles de ses peintures murales après le premier incendie. Jusque-là, il n’avait jamais cru qu’il serait capable de haïr, mais il dit maintenant haïr ces gens qui ont détruit ses peintures, il se vengera d’eux, il est résolu à se venger d’eux ! Dans son français mélangé d’espagnol, ses paroles faisaient un effet un peu tragi-comique. Il m’a expliqué ensuite que les « rouges » ont « occupé » sa propriété en bord de mer, en Catalogne. […] Sert paraît vouloir s’étourdir en acceptant de monstrueuses commandes. Ainsi a-t-il de nouveau en projet une gigantesque décoration du bâtiment Rockefeller à New York3 et il est en négociation pour une œuvre encore plus gigantesque (« une chose pharamineuse », m’a-t-il dit en riant) pour le nouveau stade de Londres, une peinture de 27 mètres de haut (« plus haute qu’un immeuble de huit étages »)4. Il a d’ailleurs élaboré une théorie soutenant que cette peinture décorative monumentale est l’art de l’avenir, parce que les gigantesques surfaces de béton lisse de l’architecture moderne réclament une peinture en rapport. Pour l’instant, elle n’en est encore qu’à ses débuts, ses immenses fresques ne sont que les premiers essais de ce nouvel art dont il dit n’être que le « Cimabue ». D’autres viendront, qui le conduiront à son sommet. Il affirme en outre que ce nouvel art sera monochrome (pas multicolore). Ce qui est d’ailleurs possible, bien que sur la durée, l’éternel noir sur or de Sert fasse triste effet, ne suscite plus aucune joie. En réalité, c’est lui qui ne sait pas que faire de la couleur. […]

Paris, 13 novembre 1936, vendredi

81Parlé avec Hugo Simon de la relance de ma maison d’édition en Suisse. Il dit qu’il devrait être possible de réunir à Bâle un capital d’environ 100 000 francs suisses à cet effet, avec des mises de fonds initiales de 5 000 francs. – Rendu visite dans sa chambre à Cocteau, qui a été renversé par une voiture il y a quelques jours. Il était au lit, avec une barbe de plusieurs jours. Nous avons parlé de son voyage autour du monde. Il dit que Pékin est l’endroit idéal où séjourner, on peut y vivre pour rien dans un vieux palais, on est un grand seigneur avec 500 francs par mois. Mais il dit ne se sentir cependant nulle part aussi bien qu’en France, bien qu’il soit tout le contraire d’un nationaliste ou d’un chauviniste. Il en va sans doute de même pour moi avec l’Allemagne ? m’a-t-il demandé. Je lui ai confirmé que oui. De fait, je commence à ressentir gravement le mal du pays.

Paris, 15 janvier 1937, vendredi

  • 1 [Paris, 15 janvier 1937, vendredi] Judith Cladel, Maillol, sa vie, son œuvre, ses idées, Paris, Be (...)
  • 2 Judith Cladel, Rodin, sa vie glorieuse et inconnue, Paris, Bernard Grasset, 1936.

82Avec Hugo Simon et Dreyfus à Marly chez Maillol, que nous avons trouvé en train de travailler à sa grande sculpture pour l’Exposition universelle dans un atelier mis à sa disposition par le frère de Van Dongen, bien qu’il fît déjà presque nuit. Il a le teint frais, déclare pourtant être recru de fatigue et vouloir partir dès que possible à Banyuls pour se reposer. Sa grande sculpture ne le lâche pas. Il y travaille sans interruption depuis des mois pour créer entre les masses un rapport toujours plus harmonieux et convaincant. Quand il change quelque chose à un endroit, par exemple à l’épaule, c’est juste vu d’un côté, mais faux de l’autre. Il est donc obligé de tout refaire. C’est comme ça, de petite correction en petite correction, en avançant lentement à tâtons, qu’il arrive pour finir à la parfaite harmonie des masses. Il est sur ce point d’une patience et d’une application infinies. Ce qui ne l’empêche pas de pester contre son metteur au point, qui est un imbécile, qui n’a pas placé correctement les masses, car s’il les avait faites exactement d’après le modèle en argile, la sculpture serait finie depuis longtemps ! Mais cela fait trente ans qu’il peste contre chacun de ses metteurs au point, disant qu’ils l’ont laissé en plan et lui ont causé un travail infini. En réalité, c’est à corriger sans fin ses œuvres qu’il prend le plus de plaisir. Il m’a parlé de Judith Cladel, qui écrit un livre sur lui1, il dit qu’elle est très intelligente et qu’elle a vraiment un sens subtil de l’art (ainsi dans son dernier livre sur Rodin2). Elle a passé quinze jours à Marly pour s’entretenir avec lui et de même, elle ira prochainement à Banyuls. Nous avons ramené Maillol en voiture chez lui, mais nous avons trouvé porte close, Mme Maillol ayant emporté les clefs avec elle, de sorte qu’il nous aurait fallu attendre au jardin, dans la nuit, l’humidité et le froid, si l’atelier ne s’était pas trouvé par hasard ouvert. Étrange parallèle entre la façon dont Maillol est négligé et maltraité par sa femme, et ce que Judith Cladel raconte à propos de Rodin, « mort de froid » dans sa maison de Meudon, parce que la Ville de Paris refusait de faire réparer le chauffage central. […]

Paris, 16 janvier 1937, samedi

83Rencontré aujourd’hui par hasard Gordon Craig à déjeuner au Café de la Paix. Ses cheveux ont complètement blanchi, une ample crinière blanche qui va bien avec sa belle tête puissante. Il s’est assis à ma table et m’a raconté qu’il était allé récemment à Moscou et qu’il avait eu en outre une conversation privée de vingt minutes avec Mussolini. Ce dernier l’a étonné par la stupidité et le vide de son visage : « Quite the Italian waiter ! “What can I do for you, Sir ?” » […]

Paris, 19 janvier 1937, mardi

  • 1 [Paris, 19 janvier 1937, mardi] Le rendez-vous de chasse, dit pavillon de Noailles, bâti en 1787 p (...)

84Gordon Craig a déjeuné à ma table au Café de la Paix. Il m’a parlé de Moscou. Les Russes, m’a-t-il dit, se prennent pour les gens les plus heureux et les plus riches de la terre, tandis que tous les autres peuples vivent selon eux dans la plus extrême misère et dans l’esclavage. […] J’ai sondé Craig pour savoir s’il serait éventuellement prêt, si la Cranach-Presse reprenait vie, à réaliser les gravures sur bois pour une édition des œuvres complètes de Shakespeare, telle que je l’ai en tête, un bois gravé par volume. Il m’a répondu que oui, certainement ! Il habite maintenant à Saint-Germain, qu’il aime beaucoup, dans le pavillon de Noailles1. […]

Strasbourg, 25 janvier 1937, lundi

85[…] Descendu à Strasbourg chez un certain M. Lickteig, un dentiste. Jolie maison décorée d’un grand nombre de tableaux cubistes de Picasso, Herbin, etc. Ainsi qu’il me l’a rappelé, j’ai vécu avec Lickteig, qui est un ami de jeunesse de Schickele, les journées de la Révolution de 1918 à Berlin. Il devait préparer en Alsace le soulèvement que réclamait le haut commandement allemand à Strasbourg. Nous avons biberonné jusque très tard, un bon vin après l’autre.

Zurich, 29 janvier 1937, vendredi

  • 1 [Zurich, 29 janvier 1937, vendredi] Il s’agit du Cycliste et du Désir, restés à Bâle depuis l’expo (...)
  • 2 Parallèlement à l’Exposition universelle de 1937, le Petit Palais présentait une exposition Les Ma (...)

86Avec Simon à Bâle […]. Je suis allé ensuite au Kunsthaus, où mon relief de Maillol et le Colin sont en réserve. Vu le « Colin », mais le relief était dans une caisse1. Parlé au conservateur, à qui j’ai dit que j’avais promis ces deux œuvres à Maillol pour sa grande exposition de Paris2. […]

Paris, 9 mars 1937, mardi

  • 1 [Paris, 9 mars 1937, mardi] En réalité, le buste était sans doute en pâte de verre.

87[…] À midi avec Helene à l’hôtel Biron, où elle voulait me montrer le groupe d’Ugolino dans le bassin. Et aussi son buste en cire1. Dans l’après-midi chez Judith Cladel, qui désirait me parler au sujet de Maillol. […]

Paris, 26 mai 1937, mercredi

  • 1 [Paris, 26 mai 1937, mercredi] Construit à l’angle du pont d’Iéna et du quai Branly, au pied de la (...)

88Van de Velde et Thylla Van de Velde sont venus me rendre visite. Il a construit le pavillon belge de l’Exposition universelle1.

Paris, 28 mai 1937, vendredi

89Je suis allé ce matin, avec un laissez-passer de Van de Velde, à l’Exposition, où j’ai visité le pavillon belge. L’intérieur est de proportions splendides, décoration discrète, élégante, de très belles tapisseries modernes.

Paris, 29 mai 1937, samedi

  • 1 [Paris, 29 mai 1937, samedi] Conçu par Albert Speer, aménagements intérieurs de Woldemar Brinkmann (...)

90Visité le pavillon allemand1. L’extérieur, de style néo-classique « prussien », est beau. Les pavillons belge et allemand sont de façon tout à fait catégorique les deux plus beaux et plus réussis de l’Exposition. L’intérieur du pavillon allemand est par contre un peu trop encombré et confus. […]

Paris, 30 mai 1937, dimanche

  • 1 [Paris, 30 mai 1937, dimanche] Conçu par Boris Mikhaïlovitch Iofane.
  • 2 L’Ouvrier et la kolkhozienne de Vera Ignatievna Moukhina. Ce groupe sculpté était composé de deux (...)

91Pavillon soviétique1. La grande sculpture qui le couronne est très belle2. Tout le reste est à peine moyen. Des peintures militaires à foison, comme celles d’Anton von Werner, des tableaux statistiques, des produits industriels démodés, comme ressuscités de 1880. En somme, l’impression qui domine est celle d’une laideur désuète, comme si l’on se trouvait subitement ramené cinquante ans en arrière.

Notes de fin

1 [Leipzig, 26 mai 1927, jeudi] Internationale Buchkunst-Ausstellung, 28 mai – septembre 1927, Leipzig, musée Grassi.

2 Max Goertz.

1 [Leipzig, 29 mai 1927, dimanche] Cette idée se transforma par la suite en projet d’édition des œuvres complètes de Rilke, dont le premier volume parut en 1930.

2 Titus Petronicus Arbiter Satyricon, traduit par Ludwig Gurlitt, avec 46 gravures sur bois de Marcus Behmer, réalisé à la Cranach-Presse. Le projet sera finalement abandonné par Kessler en 1932, alors que les épreuves du livre avaient été tirées.

3 Kessler avait été invité à faire partie du comité d’honneur de l’Exposition des arts du livre, où il présentait entre autres son édition des Églogues de Virgile, parue en 1926 chez Insel, avec des gravures sur bois de Maillol et d’Eric Gill.

1 [Zurich, 5 juillet 1927, mardi] Ausstellung Oskar Kokoschka, Zurich, Kunsthaus, 6 juin – 3 juillet 1927.

1 [Côme – Milan, 10 juillet 1927, dimanche] Troisième Mostra internazionale di arte decorative. Il Novecento e il Neoclassicismo nella decorazione e nell’arredamento, Monza, villa Reale, 31 mai – 16 octobre 1927.

2 Confiée à l’architecte Bruno Paul.

1 [Paris, 4 septembre 1927, dimanche] Baigneuse se coiffant. Après cet agrandissement d’environ 80 cm (dont un bronze est conservé à Copenhague, Statens Museum), Maillol réalisa également une version en bronze grandeur nature, fondue seulement après sa mort, dont un exemplaire se trouve aujourd’hui au jardin du Carrousel.

2 Le bronze ayant appartenu à Kessler a disparu, mais une version est conservée à Winterthur, Sammlung Oskar Reinhart « Am Römerholz ».

1 [Paris, 6 septembre 1927, mardi] Voir 28 août 1928.

2 Voir 13 juillet 1924.

3 Non repéré, identifié à tort comme L’Enfant couronné (1892, Paris, musée Maillol).

4 Tête de jeune fille de profil (1893, Nashville, collection Hays).

5 Petit théâtre installé dans la galerie Vivienne, où les marionnettes interprétaient des pièces écrites par Maurice Bouchor, principalement sur des sujets religieux, par exemple Sainte Cécile, en 1892.

6 Hrotsvita de Gandersheim, poétesse et chanoinesse écrivant en latin (xe siècle), a composé plusieurs pièces de théâtre, souvent adaptées pour marionnettes aux xviiie et xixe siècles.

7 Ce monument, toujours en place, fut installé en 1908.

1 [Paris, 13 septembre 1927, mardi] William Shakespeare, Hamlet, illustré par Edward Gordon Craig (Weimar, Cranach-Presse, 1930).

1 [Paris, 15 septembre 1927, jeudi] Les deux enfants d’Isadora Duncan étaient morts en 1913 : Deirdre, fille de Gordon Craig, et Patrick, fils de Paris Singer.

2 Qui était, en 1920, son compagnon.

3 Olga Metchnikov.

4 Élie Metchnikov (Kharkov, 1845 – Paris, 1916), zoologiste et bactériologiste.

5 Voir 1er novembre 1894.

6 L’impératrice Augusta-Victoria, épouse de Guillaume II.

7 Hans Holbein le Jeune, La Danse macabre, 1526, série de 33 gravures sur bois.

1 [Londres, 21 septembre 1927, mercredi] François de Belleforest a publié entre 1566 et 1583 les sept volumes de ses Histoires tragiques d’après Matteo Bandello.

2 Hauptmann s’intéressa à plusieurs reprises au texte de Shakespeare, ce qui l’amènera à publier en 1935 Hamlet in Wittenberg, à Berlin, chez Fischer.

3 Le premier des trois volumes des Commentaires de la guerre gallique a été transmis, avec toute sa bibliothèque, par Lord Harley au British Museum. Le deuxième est à la Bibliothèque nationale de France et le troisième au musée Condé, à Chantilly.

4 Ouvrage d’Angelo Ambrogini (en français Ange Politien), qui pose les bases de la philologie.

1 [Paris, 26 septembre 1927, lundi] Geoffrey Chaucer, Troilus and Criseyde, avec des gravures sur bois d’Eric Gill (Waltham Saint Lawrence, Berkshire, Golden Cockerel Press, 1927).

2 Dans l’édition allemande, il est mentionné un vide d’une demi-ligne.

3 Le Livret de folastries, qui ne sera publié par Vollard qu’en 1939.

1 [Berlin, 13 novembre 1927, dimanche] Ces projets ne semblent pas avoir abouti (aucune trace dans le catalogue raisonné de Grosz).

1 [Düsseldorf – Cologne, 12 mai 1928, samedi] Cologne, Section d’information de la Société des Nations, mai à octobre 1928.

1 [Paris, 4 juin 1928, lundi] Londres, Goupil Gallery, octobre 1928.

1 [Paris, 27 août 1928, lundi] Voir 5 juillet 1924. Le modèle en plâtre de cette statue a été exposé pour la première fois au Salon d’automne de 1929.

1 [Paris, 28 août 1928, mardi] Voir 6 septembre 1927.

2 Camille Lefèvre.

3 Voir 16 mai 1907.

1 [Ételan, 11 octobre 1928, jeudi] Saint-Maurice-d’Ételan, commune de Seine-Maritime, célèbre pour son château de la fin du xve siècle.

2 « Warum Maillol Vergils Eklogen illustriert hat », Der Querschnitt, VIII, no 11, novembre 1928, p. 768-772.

1 [Paris, 14 octobre 1928, dimanche] Eugène Rudier, fonderie Alexis Rudier.

1 [Paris, 15 octobre 1928, lundi] Voir 5 juillet 1924 et 27 août 1928. Maillol avait réalisé la figure directement en plâtre. Cette fragile version ne pouvant être utilisée pour la fonte en bronze, un nouveau modèle en plâtre dut être réalisé à la fonderie Alexis Rudier.

2 En dépit des difficultés que lui causait la réalisation des bras, Maillol était d’avis qu’une statue en a forcément besoin. Ainsi n’a-t-il réalisé que très peu de torses.

3 Son projet de musée d’art occidental au Japon ne sera jamais réalisé, mais une partie de sa collection – dont 87 œuvres de Rodin – a constitué la base du National Museum of Western Art à Tokyo, inauguré en 1959. L’autre partie, séquestrée par la France en 1944, y est demeurée, en application du traité de paix signé avec le Japon en 1959.

1 [Londres, 22 octobre 1928, lundi] Dans le Buckinghamshire, à 50 km de Londres.

2 Sous le titre Canticum canticorum Salomonis quod Hebraice dicitur Sir hasirim, le livre sera publié aux éditions de Cluny en 1931.

1 [Berlin, 30 octobre 1928, mardi] Kessler se trompe, c’est Marcel Breuer que Piscator a chargé d’aménager son appartement à Berlin.

2 Projet non réalisé.

1 [Berlin, 23 novembre 1928, vendredi] Restaurant et hôtel à Berlin, Kantstrasse.

2 Voir 13 juin 1918.

1 [Berlin, 26 novembre 1928, lundi] 29 novembre – 25 décembre 1928, prolongée jusqu’au 8 janvier 1929. Les principales œuvres de la collection Kessler y étaient notamment présentées.

1 [Paris, 27 décembre 1928, jeudi] Opéra Garnier.

2 De décembre 1928 à janvier 1929, les Ballets russes se sont produits à l’Opéra de Paris, où furent entre autres présentés Petrouchka, ballet de 1911, et Le Chant du rossignol d’Igor Stravinski (1917).

3 Voir 17 juin 1911.

4 Voir 4 juin 1909.

1 [Paris, 18 mai 1929, samedi] Voir 19–20 mai 1929.

2 La Célestine ou Tragi-comédie de Calixte et Mélibée (1499), œuvre en prose et en seize actes de Fernando de Rojas.

3 Théâtre de l’Atelier, où Volpone se donnait depuis décembre 1928, interprété par Charles Dullin.

1 [Paris, 19 mai 1929, dimanche de Pentecôte] Conte philosophique publié à Genève en 1759.

2 Conte philosophique de 1768. Les illustrations ne seront publiées qu’en 1945, à Paris, chez Henri Lefèvre.

1 [Berlin, 15 juillet 1929, lundi] Franz, l’aîné des deux fils de Hofmannsthal, s’est suicidé le 13 juillet, à l’âge de 26 ans.

1 [Berlin, 16 juillet 1929, mardi] Hugo von Hofmannsthal fut victime d’un arrêt cardiaque dans sa maison, alors qu’il s’apprêtait à rejoindre le cortège funèbre de son fils.

1 [Vienne, 18 juillet 1929, jeudi] La comédienne Johanna Terwin (1864–1962) fut l’épouse de l’acteur préféré de Max Reinhardt, Alexander Moissi (1879–1935).

1 [Hombourg, 18 août 1929] Kessler doit se tromper de date, car Diaghilev est mort le 19 août 1929 à Venise.

1 [Banyuls, 14 avril 1930, lundi] La Nymphe, figure centrale du groupe Les Trois Nymphes, pour laquelle Lucile Passavant, qui aidera plus tard Maillol pour ses sculptures et ses gravures, avait servi de modèle.

2 Une édition des Carmina d’Horace fut envisagée pour la Cranach-Presse. Maillol réalisa quelques épreuves, mais le projet n’aboutit pas.

3 Statue en pierre de femme accroupie, installée à Saint-Germain-en-Laye en 1933 en tant que monument à Debussy. Elle est aujourd’hui conservée à la Maison natale et musée Claude-Debussy.

4 Pour lequel Maillol réalisa le groupe des Trois Nymphes (1930–1933). Le projet du monument sera finalement abandonné.

5 Assemblage de trois reliefs en pierre, remplacé ensuite par une version en bronze. L’original se trouve maintenant derrière la mairie de Banyuls.

6 Pierre de Ronsard, Livret de folastries, Ambroise Vollard, Paris, 1940, avec 43 gravures originales d’Aristide Maillol.

7 Publié par la Cranach-Presse en 1930, illustrations d’Edward Gordon Craig et typographie d’Eric Gill, tiré à 300 exemplaires.

8 En 1879, âgé de 18 ans, Maillol publie cette revue dont il est l’unique rédacteur, l’illustrateur et l’imprimeur.

1 [Banyuls, 16 avril 1930] Formes, revue internationale des arts plastiques, publiée de décembre 1929 à 1934.

2 Jules Romains, « Maillol », Formes, t. IV, avril 1930, p. 5-7.

3 Maillol intégra au modèle en plâtre des bras en terre glaise mouillée.

1 [Paris, 16 mai 1930, vendredi] Maillol avait réalisé, pour la Moderne Galerie de Vienne, une deuxième fonte en bronze de la grande statue de L’Action enchaînée. La première était installée à Puget-Théniers, en tant que monument à Auguste Blanqui.

1 [Bruxelles, 19 mai 1930, lundi] L’Institut supérieur des arts décoratifs, inauguré en 1927, avait reçu du gouvernement l’ancienne abbaye cistercienne de la Cambre, aujourd’hui sur le territoire de la commune d’Ixelles, pour y établir ses locaux.

2 Van de Velde s’était fait construire sa « nouvelle maison », d’une inspiration très sobre, dans ce faubourg de Bruxelles.

1 [Paris, 30 mai 1930, vendredi] Paris, Grand Palais, 15 mai – 30 juillet 1930, Vingtième Salon des artistes décorateurs, comprenant une section allemande organisée par le Deutscher Werkbund.

1 [Francfort, 4 juin 1930, mercredi] Hotel Frankfurter Hof situé sur la Kaiserplatz à Francfort, construit entre 1872 et 1876 par Karl Jonas Mylius et Alfred Friedrich Bluntschli.

2 Hôtel de ville de Francfort, bâtiment datant du xve siècle.

3 Copie romaine (env. début de l’ère chrétienne, Francfort, Liebighaus) d’après une statue en bronze du sculpteur grec Myron (actif autour de 450 av. J.-C.).

1 [Weimar, 10 juin 1930, mardi] Pour visiter la cathédrale Saint-Pierre-et-Saint-Paul, construite en grande partie au xiiie siècle.

2 Statues d’Ekkehard II de Misnie et de sa femme Ute et, leur faisant face, celles de son frère aîné, le margrave Hermann, et de sa femme Reglindis, attribuées au maître de Naumburg (actif vers 1250).

3 Clôture du chœur occidental, décorée de bas-reliefs représentant la Passion du Christ et la Crucifixion, auxquels participa probablement aussi le maître de Naumburg.

4 Voir 31 mars 1911. Monument conçu par Henry Van de Velde. À l’intérieur se trouve un Portrait par Klinger, ainsi que des reliefs du Monument au travail de Meunier.

5 Fontaine modeste avec un portrait en relief, réalisée en 1893.

1 [Paris, 24 juin 1930, mardi] Paris, pavillon de Marsan, musée des Arts décoratifs, 11 juin – 14 juillet 1930, Première Exposition de l’U.A.M. [Union des artistes modernes].

2 L’école artistique du Bauhaus, ouverte en 1919 à Weimar, avait été délocalisée à Dessau en 1925.

3 Édition du mercredi 25 juin 1930, dans un article de Léon Bailby, intitulé « Une preuve encore ».

4 Probable référence au livre d’Élisabeth de Clermont-Tonnerre, née de Gramont, Almanach des bonnes choses de France (Paris, Crès, 1920).

1 [Berlin, 14 juillet 1930, lundi] C’est Werner March qui avait construit en 1925 le Deutsches Sportforum, auquel il ajouta ensuite, pour les Jeux de 1936, le Stade olympique.

2 Le nouveau Strandbad Wannsee de Martin Wagner et Richard Ermisch.

3 Château Sans Souci à Potsdam, construit en 1745–1747 par Georg Wenzeslaus von Knobelsdorff pour le roi de Prusse Frédéric II.

1 [Berlin, 15 juillet 1930, mardi] À l’invitation de Kessler, Maillol séjourna cinq semaines en Allemagne, surtout à Weimar et à Berlin, accompagné de Lucile Passavant.

2 Mme Maria Sarre (1875–1970), l’épouse de Friedrich Sarre (1865-1945), historien de l’art, orientaliste et important collectionneur d’art islamique, était la fille de Carl Humann (1839–1896), l’archéologue à qui l’on doit la redécouverte du grand autel de Pergame.

3 Ce palais abritait la collection d’art contemporain de la Nationalgalerie, ouverte en 1919 par son directeur Ludwig Justi. La « galerie des artistes vivants » présentait surtout une grande collection d’artistes expressionnistes.

4 Il s’agissait probablement d’une dispute au sujet de la traduction du livre de Julius Meier-Graefe consacré à Maillol.

5 Non identifié.

6 À l’inverse, huit autres sculpteurs allemands et suisses s’étaient engagés dans le comité de l’exposition Maillol de la galerie Flechtheim, à Berlin, en 1928–1929.

1 [Stuttgart, 7 septembre 1930, dimanche] Exposition du Deutscher Künstlerbund, 31 mai – 21 septembre 1930, Ausstellungsgebäude, Interimtheaterplatz.

1 [Berlin, 12 novembre 1931, jeudi] Société de transport.

1 [Paris, 29 novembre 1931, dimanche] Kessler se trompe : la galeriste Jeanne Bucher était la sœur de Pierre Bucher.

1 [Berlin, 28 mai 1932] La villa Am Ruppenhorn, construite en 1928–1930 par l’architecte Erich Mendelsohn, près du Stössensee à Berlin.

2 Onkel Toms Hütte Berlin, lotissement construit par l’architecte Bruno Taut à Berlin Zehlendorf.

1 [Berlin, 2 juin 1932, jeudi] Dates précises de l’exposition inconnues.

1 [Berlin, 16 juillet 1932, samedi] Projet non réalisé.

2 Organisations paramilitaires créées afin de défendre la jeune République. Elles furent dissoutes en 1933.

1 [Paris, 27 août 1932] Exposition Manet, 1832–1883, Paris, musée de l’Orangerie, juin–juillet 1932.

1 [Paris, 28 août 1932, dimanche] Probablement une version en bronze de la figure du monument à Debussy, vendue à Anson Conger Goodyear et aujourd’hui à New York, Lincoln Center.

2 Le mariage avait été célébré en 1931.

1 [Berlin, 1er septembre 1932, jeudi] Restaurant huppé de Berlin, situé 62–63 Unter den Linden.

2 Le 1er octobre 1932.

1 [Paris, 18 mars 1933, samedi] Sturmabteilung (Section d’assaut), organisation paramilitaire du parti nazi.

1 [Bâle, 27 octobre 1933] Aristide Maillol, 5 août – 16 septembre 1933, Kunsthalle, Bâle. Les prêts de Kessler ne lui furent jamais restitués, ils ont été confisqués à cause de ses dettes. La statuette en bois Baigneuse debout (vers 1898) a été vendue à Oskar Reinhart (Winterthur, Sammlung Oskar Reinhart « Am Römerholz »). Le Cycliste (1907–1909) fut saisi par la banque Bett und Simon en compensation des dettes de Kessler. Le Kunstmuseum de Bâle l’acquit lors d’une vente aux enchères en 1938. Le relief Le Désir a récemment rejoint une collection privée en Suisse (Londres, Christie’s, 6 février 2001).

1 [Palma, 22 avril 1935, lundi de Pâques] En réalité la Fira del Llibre, sur la Rambla de Palma.

1 [Paris, 20 juillet 1935, samedi] Lors de cette vente judiciaire, les avocats de Kessler ont pu acheter, grâce au soutien de sa sœur Wilma de Brion, une partie du mobilier, notamment la plus grande partie du mobilier créé par Van de Velde et de la Cranach-Presse.

1 [Paris, 31 juillet 1935, mercredi] Voir 25 avril – 29 mai 1908.

1 [Pontanevaux, 28 mars 1936, samedi] Lieu-dit de la commune de La Chapelle-de-Guinchay, en Saône-et-Loire. Kessler résidait alors dans le château de Fournels, qui appartenait à son beau-frère.

2 L’industriel avait déposé en 1932 le brevet d’une crème liquide en tube (Huber Tubensahne), qui lui assura, jusqu’à la Seconde Guerre mondiale, des revenus confortables.

1 [Paris, 24 juin 1936, jeudi] Mai–octobre 1936.

1 [Paris, 1er novembre 1936, dimanche] La Montagne, 1934–1937. Cette statue en pierre ne sera cependant pas réalisée à temps pour l’Exposition universelle. Elle sera installée par la suite sur le parvis du Palais de Tokyo. Depuis 1983, elle est conservée au musée des Beaux-Arts de Lyon.

2 La France, statue aux imposantes dimensions, restée inachevée.

3 Les Trois Nymphes, 1930–1933, groupe d’abord pensé pour un monument à André Chénier à Carcassonne. La première fonte, en plomb, se trouve aujourd’hui à la Tate Gallery de Londres. Voir 14 avril 1930.

4 Comte Harry Kessler, Souvenirs d’un Européen. I. De Bismarck à Nietzsche, Paris, Plon, 1936.

1 [Paris, 5 novembre 1936, jeudi] À la Tour d’argent.

2 Torse. Île-de-France, 1910–1930, statue en pierre, aujourd’hui au musée d’Orsay.

3 Panneaux pour la baraque de la Goulue (La Danse mauresque (panneau de droite), et La Danse au Moulin Rouge, la Goulue et Valentin le désossé (panneau de gauche), Paris, musée d’Orsay, acquis en 1929).

1 [Paris, 7 novembre 1936, samedi] Probablement la destruction de la cathédrale de Vich, le 3 août 1936, où José Maria Sert avait réalisé son premier grand décor, de 1907 à 1927. Remis en chantier, il fut terminé peu avant la mort du peintre en 1945.

2 Décor mis en place en 1936.

3 De 1933 à 1940, décor sur le thème de la guerre et de la paix, et sur celui du travail des hommes.

4 Projet non abouti.

1 [Paris, 15 janvier 1937, vendredi] Judith Cladel, Maillol, sa vie, son œuvre, ses idées, Paris, Bernard Grasset, 1937.

2 Judith Cladel, Rodin, sa vie glorieuse et inconnue, Paris, Bernard Grasset, 1936.

1 [Paris, 19 janvier 1937, mardi] Le rendez-vous de chasse, dit pavillon de Noailles, bâti en 1787 pour le duc de Noailles, gouverneur de Saint-Germain-en-Laye, avait hébergé précédemment Liane de Pougy.

1 [Zurich, 29 janvier 1937, vendredi] Il s’agit du Cycliste et du Désir, restés à Bâle depuis l’exposition de 1933. Voir 27 octobre 1933.

2 Parallèlement à l’Exposition universelle de 1937, le Petit Palais présentait une exposition Les Maîtres de l’art indépendant 1895–1937. Trois grandes salles centrales avaient été réservées pour Maillol. Les œuvres anciennement dans la collection Kessler n’y seront finalement pas montrées.

1 [Paris, 9 mars 1937, mardi] En réalité, le buste était sans doute en pâte de verre.

1 [Paris, 26 mai 1937, mercredi] Construit à l’angle du pont d’Iéna et du quai Branly, au pied de la tour Eiffel, ce très sobre bâtiment en brique a été réalisé par l’architecte Jean-Jules Eggericx et l’ingénieur Raphaël Verwilghen, sous la direction d’Henry Van de Velde.

1 [Paris, 29 mai 1937, samedi] Conçu par Albert Speer, aménagements intérieurs de Woldemar Brinkmann. Le bâtiment était couronné d’un aigle tenant une croix gammée dans ses serres et faisait face à celui de l’Union soviétique au pied du Trocadéro.

1 [Paris, 30 mai 1937, dimanche] Conçu par Boris Mikhaïlovitch Iofane.

2 L’Ouvrier et la kolkhozienne de Vera Ignatievna Moukhina. Ce groupe sculpté était composé de deux figures, une femme et un homme, l’une brandissant la faucille, l’autre le marteau, et symbolisait ainsi les deux branches du prolétariat paysan et industriel. Haute de 25 mètres et pesant 80 tonnes, l’œuvre surmontait le pavillon de l’Union soviétique. Elle se trouve aujourd’hui au nord de Moscou, à l’entrée du Centre panrusse des expositions, sur l’avenue Prospekt Mira.

Table des illustrations

Titre Tagebuch, fac-similé du manuscrit, 21–30 juillet 1935
Crédits photo © Deutsches Literaturarchiv Marbach, Nachlass Harry Graf Kessler
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/10928/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 2,0M

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable