Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Journal

 | 
Comte Harry Kessler

Journal

1919–1926

Texte intégral

Berlin, 4 janvier 1919, samedi

  • 1 [Berlin, 4 janvier 1919, samedi] Période amorcée en octobre 1918, qui correspond à la fin de l’Emp (...)
  • 2 Le Prinzessinenpalais, construit entre 1733 et 1737 par Friedrich Wilhelm Diterichs et agrandi en (...)

1[…] Dîné ce soir à Zehlendorf, chez le ministre des Finances social-démocrate indépendant Simon, qui a démissionné aujourd’hui. Outre son collègue Südekum, il y avait aussi Justi, le directeur de la Nationalgalerie, le Dr Käsbach et le Dr Hübner. Nous avons peu parlé de politique, beaucoup d’art. Consensus général sur le fait que dans l’art allemand s’est opéré, avant même la Révolution1, un passage du bourgeois au populaire. Passage de l’impressionnisme, qui offre dans ses tableaux un art intime, bourgeois, à l’expressionnisme, qui veut du public, de grands espaces, des commandes monumentales, un effet de grande envergure, le pathos et la rhétorique. La même différence qu’entre une causerie dans un salon parisien et un discours devant le peuple à Berlin Est ou à Schwabing. Käsbach et Justi veulent fonder, dans le palais des Princesses2, une galerie spécialement destinée à cet art moderne expressionniste. Justi, qui était un protégé de l’empereur, est à présent tout à fait moderne et fidèle à la Révolution.

Berlin, 18 janvier 1919, samedi

  • 1 [Berlin, 18 janvier 1919, samedi] Mouvement politique d’extrême gauche marxiste révolutionnaire, a (...)
  • 2 Maison d’édition fondée par Wieland Herzfelde en 1916, spécialisée dans l’art des avant-gardes, l’ (...)

2Cet après-midi, reçu la visite de Wieland Herzfelde. Il se déclare tout à fait ouvertement communiste et partisan de la ligue Spartakus1. Il dit qu’il l’est, non pour des raisons sentimentales et éthiques comme Liebknecht, mais parce que le communisme est plus économique que notre mode de production actuel et qu’il est nécessaire dans l’état de pauvreté de l’Europe. Il tient même la terreur pour obligée, parce que la nature humaine n’est pas bonne en soi, la violence est donc nécessaire. […] Je lui ai demandé qui, parmi les jeunes écrivains et artistes, était d’opinion spartako-bolcheviste. Herzfelde a répondu Däubler, Grosz, lui-même et bien d’autres : tous ceux des éditions Malik2 et ce qui s’y rattache. Tous ceux-là soutiendront la revue par des articles. […]

Berlin, 28 janvier 1919, mardi

  • 1 [Berlin, 28 janvier 1919, mardi] « Jeder Mensch sein eigener Fussball », photomontage sur la couve (...)
  • 2 Un autre photomontage de Grosz intitulé « Deutsche Mannesschönheit » était également reproduit sur (...)
  • 3 Ce manifeste n’a pas pu être identifié.

3Wieland Herzfelde a déjeuné chez moi. Il m’a montré des épreuves de sa revue, avec une caricature de Grosz, « Chacun son propre football1 ». Pour rire et faire sensation, je lui ai conseillé d’adopter provisoirement cette formule comme titre. Il veut vendre le premier numéro à la criée, comme dans les foires, en le faisant distribuer par des marchands des rues, des soldats, des étudiants en fiacre et en auto. Grosz sera son principal collaborateur, il veut par exemple publier une série sur « le beau jeune homme allemand2 ». Herzfelde a dit qu’ils avaient pour objectif commun de « piétiner et traîner dans la boue tout ce qui a été jusque-là cher aux Allemands », c’est-à-dire tous les « idéaux » qui ont fait leur temps, pour dégager la voie et faire entrer de l’air frais. En matière de politique étrangère, il m’a demandé des informations, parce qu’il n’y entend pas grand-chose. Je lui ai dit à peu près mes idées, qu’il a acceptées, les jugeant « très sympathiques ». Le tout est une entreprise aristophanesque qui pourrait faire bouger les esprits en s’attaquant à toutes les formes de « pompiérisme », à la tradition vide, au « grand homme » intangible, à la sacro-sainte bêtise et à ce qui sent le renfermé jusque dans le camp radical. Son manifeste « Non, Karl Marx » n’est qu’un début3. Beaucoup d’enfantillages, mais d’où souffle cependant un vent frais.

Berlin, 5 février 1919, mercredi

  • 1 [Berlin, 5 février 1919, mercredi] Voir 18 novembre 1917.
  • 2 Deutschland, ein Wintermärchen (Allemagne, un conte d’hiver) (huile sur toile, 1918, disparu).

4[…] Rendu visite ce matin au peintre George Grosz à Wilmersdorf (Nassauische Strasse 4). J’ai trouvé chez lui Wieland et Helmut Herzfelde1. Grosz avait peint un grand tableau politique, Allemagne, un conte d’hiver2, où il ridiculise les classes qui ont régné jusqu’ici, piliers de la bourgeoisie repue et paresseuse (piliers qui se sont transformés en traversins). Il dit qu’il voudrait devenir « le Hogarth allemand », délibérément opposé à tout et moraliste ; prêcher, amender, réformer. Il dit n’éprouver aucun intérêt pour la peinture abstraite. Qu’il a conçu ce tableau en s’imaginant qu’on pourrait l’accrocher dans les écoles. J’ai objecté que, selon le principe de l’économie d’énergie, il n’était guère avantageux de vouloir propager par le biais de l’art des idées qui se laissent tout aussi bien ou même mieux prêcher autrement ; par exemple pour la prévention des maladies vénériennes, une salle d’anatomie est plus appropriée. En revanche, il existe il est vrai des questions éthiques compliquées que l’art est probablement seul à pouvoir faire connaître et diffuser. Cela étant, un art moraliste a donc sa raison d’être. Sur quoi Grosz a dit que l’art dans son entier était en somme quelque chose de non naturel, une maladie, que l’artiste était un possédé, un homme en proie à une manie. Que le monde n’avait pas besoin de l’art, que l’humanité pouvait d’ailleurs se débrouiller sans lui. Au fond, Grosz est un bolchevique de la peinture. Il a un dégoût de la peinture, de l’inutilité de la peinture qu’on a faite jusqu’ici. Il veut créer au moyen de la peinture quelque chose de totalement neuf ou plus exactement quelque chose que la peinture a su réaliser autrefois (Hogarth, la peinture religieuse), mais qui s’est perdu au xixe siècle. Réactionnaire et révolutionnaire, un phénomène de notre temps. En outre, la logique de sa pensée est en partie bien primaire et facile à contester. – Il a également parlé ensuite avec ironie du combat mené uniquement avec des moyens intellectuels ; rien ne saurait selon lui s’accomplir sans violence. […]

Berlin, 7 février 1919, vendredi

  • 1 [Berlin, 7 février 1919, vendredi] Der Kirchenstaat Deutschland, dessin, reproduit dans Jedermann (...)
  • 2 Probablement Südende, un fragment de mon monde (1918, aquarelle, calame et plume, collection parti (...)

5Wieland Herzfelde m’a rendu visite. Il m’explique être devenu bolchevique maintenant qu’il comprend que le bolchevisme doit forcément advenir, et de façon d’autant plus violente et dévastatrice qu’on cherchera à le retenir. […] Plus tard avec Herzfelde chez George Grosz, qui dessine pour le premier numéro de la revue une caricature contre le néo-cléricalisme en Allemagne1. Je lui ai acheté un tableau encore inachevé qui me séduit extrêmement par la somptuosité de ses couleurs2. C’est le deuxième que je lui achète. Il me fait penser aux fantaisies de couleurs d’Odilon Redon, que Grosz me dit ne connaître qu’à travers des reproductions. Il est arrivé à cette luminosité de la couleur en passant par la voie de ses aquarelles : un travail de longue haleine. Des choses similaires lui étaient déjà passées autrefois par la tête, mais il n’avait pas su les fixer. […]

Berlin, 5 mars 1919, mercredi

  • 1 [Berlin, 5 mars 1919, mercredi] La Faillite. Voir 28 janvier 1919.
  • 2 George Grosz, Von Geldsacks Gnaden (Par la grâce de la Bourse), 1919, caricature reproduite sur la (...)

6[…] Wieland Herzfelde est venu chez moi cet après-midi pour m’apporter le deuxième numéro de sa revue, qui s’appelle à présent Die Pleite1. Les caricatures de Grosz sont éblouissantes, en particulier Ebert en monarque dans un fauteuil club : un chef-d’œuvre2. Le contenu littéraire est en revanche consternant, tout le contraire de ce que j’avais attendu : une collection de manifestes, de cris perçants et de pathos, au lieu de la couleur et des étincelles d’esprit. Herzfelde me dit que c’est ce que veulent ses amis et collaborateurs (des spartakistes), qu’ils se sont insurgés contre le ton léger du premier numéro. Malgré la posture internationale, ils restent allemands dans ce qu’ils ont de mauvais : de lourds Allemands. […]

Berlin, 16 mars 1919, dimanche

  • 1 [Berlin, 16 mars 1919, dimanche] Probablement Der Abenteurer (lithographie, 1915–1916, non repéré)

7Rendu visite ce matin à George Grosz dans son atelier, pour lui apporter l’argent du tableau que je lui ai acheté. Après m’avoir fait entrer dans le couloir, il m’a prié d’attendre un instant, le temps qu’un ami qui avait passé la nuit dans son atelier disparaisse. Probablement un communiste en fuite. Grosz dit que de nombreux artistes et intellectuels (par exemple Einstein) fuient de maison en maison, que le gouvernement a l’intention de priver sans ménagement les communistes de leurs dirigeants intellectuels. Il se sent pour sa part de nouveau en sécurité, il prépare même un deuxième numéro de Die Pleite avec des caricatures encore plus mordantes. Il a décrit ensuite plusieurs événements de ces derniers jours qui l’ont de toute évidence profondément secoué : des spartakistes en train de se battre, même des gens qui avaient déjà fait de la prison, dont l’enthousiasme et le mépris de la mort étaient incroyables. Le fanatisme pour une idée. Il dit en avoir conçu une tout autre idée du prolétariat. L’artiste, l’intellectuel peuvent se ranger à une place modeste. […] Il a comparé le tableau que je lui ai acheté au premier Aventurier1. Il en a mis en avant la composition assez libre, l’abandon des emboîtements, ce qu’il considère comme un progrès. Seulement, a-t-il ajouté, l’heure n’est absolument pas aujourd’hui à l’art abstrait. L’art fait un virage vers le social !

Berlin, 30 mars 1919, dimanche

  • 1 [Berlin, 30 mars 1919, dimanche] Voir 16 mars 1919.
  • 2 Prost Noske, das Proletariat ist entwaffnet ! (Santé Noske, le prolétariat est désarmé !), dessin, (...)

8[…] Wieland Herzfelde m’a apporté cet après-midi le tableau de Grosz, le fantomatique buveur de vin rouge1, et le dessin d’Ebert. […] Je lui ai conseillé de faire disparaître le soldat Reinhardt de la caricature de Grosz et de combler ce vide2. […]

Berlin, 1er avril 1919, mardi

  • 1 [Berlin, 1er avril 1919, mardi] Walter Gropius avait succédé à Henry Van de Velde en 1916 à la dir (...)
  • 2 L’Arbeitsrat für Kunst, créé en 1918 et composé d’architectes, de peintres, de sculpteurs et d’his (...)

9[…] Entrevue avec Gropius1, qui m’a interrogé sur la question de faire revenir Van de Velde à Weimar. Il m’a également fait part de ses projets et parlé du Conseil des travailleurs pour l’art2. […]

Berlin, 4 août 1919, lundi

  • 1 [Berlin, 4 août 1919, lundi] Léon Daudet avait publié un article dans L’Action française (XII, no  (...)

10[…] Conversation téléphonique cet après-midi avec Victor Naumann au sujet d’une grossière attaque de Léon Daudet à mon encontre dans L’Action française1. Je lui ai dit par téléphone que je conseillais de ne rien entreprendre. Daudet est un pornographe et un cochon notoire, que même en France on ne prend pas au sérieux. L’affaire me laisse totalement froid. Mais c’est de toute évidence l’ouverture du concert qui va suivre si je devais aller à Bruxelles. Preuve que les Français ont des craintes, ou tout au moins les gens de l’espèce de Léon Daudet, qui souhaitent un état de guerre permanent avec l’Allemagne.

Berlin, 29 août 1919, vendredi

  • 1 [Berlin, 29 août 1919, vendredi] Non identifié.

11[…] Reçu à l’Auto Club1 le conseiller honoraire Pochwaldt ainsi que Kämmer. Pochwaldt au sujet du rappel de Van de Velde à Weimar. Il se fait fort de réunir à cette fin 300 000 marks, contre des compensations – des titres. Il dit que Baudert, le commissaire d’État social-démocrate, n’a rien contre le fait d’attribuer ce genre de « compensations » contre paiement, que Paulsen y est opposé. J’ai soutenu fermement mon point de vue en disant que la question des « compensations » weimariennes m’était indifférente, que la nomination de Van de Velde me tenait certes à cœur, mais que je ne voulais en aucun cas que Gropius se fasse déposséder par Van de Velde. Et ce d’autant moins que les raisons qui, selon Pochwaldt, opposent le social-démocrate Baudert à Gropius seraient notamment ses menées spartakistes. Il prétend que sous la direction de Gropius, l’école d’art s’est transformée en foyer du spartakisme et du judaïsme. J’ai refusé avec d’autant plus d’énergie toute prise de position contre Gropius. […]

Berlin, 14 décembre 1919, dimanche

  • 1 [Berlin, 14 décembre 1919, dimanche] Die Pleite, no 5, décembre 1919.
  • 2 Die reine Farbe, nouvelle version d’Adam und Eva, qui avait connu un four en 1909 au théâtre Hebbe (...)

12Herzfelde m’a apporté le premier nouveau numéro de sa Faillite1, publié aujourd’hui. – Meier-Graefe a lu sa pièce La Couleur pure2 à la Nouvelle Sécession.

Berlin, 21 décembre 1919, dimanche

  • 1 [Berlin, 21 décembre 1919, dimanche] La revue Clarté paraîtra de 1919 à 1928. Elle réunissait des (...)

13Assemblée convoquée à la galerie Cassirer pour la fondation de Clarté1. Schickele a tenu une conférence. Breitscheid présidait. Propos insignifiants.

Caux1, 2 février 1920, lundi

  • 1 [Caux, 2 février 1920, lundi] Localité des bords du lac de Genève, faisant partie de la ville de M (...)
  • 2 Voir 18 juillet 1911.
  • 3 Ce qui ne se fit pas.

14Ce matin, le jeune sculpteur Gaston Béguin est venu du Locle pour me rendre visite. C’est lui qui a pris soin de Maillol pendant la guerre. Il m’a fait le récit des persécutions dont Aristide Maillol a été la victime au début de la guerre, à cause d’une prétendue intelligence avec moi sur des affaires d’espionnage. Pures inepties. Le « peuple » de Marly et de Monval était si furieux qu’ils ont à moitié détruit mon atelier de fabrication de papier. Gaspard voudrait en reprendre la production2. J’ai dit que je lui laissais toute liberté de poursuivre cette activité en France s’il réussissait à y lever des capitaux, que je ne pouvais pour ma part replacer de l’argent en France. En revanche, je suis prêt à fonder une fabrique en Allemagne (à Weimar), si Gaspard veut venir s’y installer3. – Béguin dit qu’en dehors de Clarté, il y a aussi d’autres petits cercles d’artistes et d’écrivains à Paris qui sont favorables à la réconciliation. Il me tiendra au courant. […]

Paris, 11 décembre 1921, dimanche

15Arrivé de bonne heure ce matin à Paris, que j’avais quitté le mardi qui a précédé la guerre, le [laissé en blanc] juillet 1914. Wilma et les enfants à la descente du train. Étrange de constater que sept années aussi terribles peuvent si parfaitement s’effacer devant l’impression immédiate (c’est-à-dire non réfléchie) ! C’était comme si je revenais aux choses coutumières après une courte absence, comme jadis. Seulement, les gens sont devenus un peu plus sombres, moins aimables, si ma première impression ne me trompe pas. C’est comme si quelque chose pesait sur eux. Mais sinon, tout est resté étonnamment pareil. Berlin s’est transformé infiniment plus. […]

Paris, 22 décembre 1921, jeudi

16[…] L’après-midi chez Jean Cocteau, qui m’a salué très amicalement, en insistant sur la nécessité de renouer les liens intellectuels entre la France et l’Allemagne. Il dit que ce sera plus facile « entre gens bien élevés » qu’entre gens de la bohème. Il semble que l’action de Herwarth Walden ait eu ici un effet plutôt malheureux.

Berlin, 7 juillet 1922, vendredi

17[…] L’après-midi chez George Grosz (le dessinateur). Tout son art, dans son culte exclusif de la laideur de la bourgeoisie allemande, n’est pour ainsi dire que le contrepoint de je ne sais quel idéal secret de beauté que Grosz cache en lui, le dissimulant en quelque sorte honteusement. Il dessine et montre et poursuit avec une haine fanatique le contraire de ce qu’il porte au fond de lui et protège comme un sanctuaire contre tous les regards. Tout son art est un combat d’extermination contre cet ennemi de son idéal toujours voilé, de sa « dame d’amour » secrète. Au lieu de la chanter comme un troubadour, il s’en prend jour après jour à ses adversaires avec une rage impitoyable, comme un chevalier possédé. Un cas très curieux et unique : l’« idéaliste inversé ». Ce n’est que dans les couleurs que transparaît quelque chose de son idéal secret. Un caractère délicat comme un mimosa, qui, par excès de sensibilité, en arrive à une brutalité inouïe et qui possède le don de mise en forme correspondant à cette brutalité. […]

Tagebuch, fac-similé du manuscrit, 7–20 juillet 1922

Tagebuch, fac-similé du manuscrit, 7–20 juillet 1922

photo © Deutsches Literaturarchiv Marbach, Nachlass Harry Graf Kessler

Paris, 7 août 1922

  • 1 [Paris, 7 août 1922] Voir 4 août 1919.

18[…] Si l’on considère le caractère foncièrement bourgeois et réactionnaire de la majorité du peuple français et même de la structure économique du pays, il semble bien qu’on ne pourra jamais espérer voir s’imposer ici un esprit de progrès social et de participation internationale. Mais il en a toujours été ainsi dans l’art et la littérature en France, où les Académies et la majorité dominante du public « cultivé » ont été complètement bourgeoises et réactionnaires pendant tout le xixe siècle et où elles ont toujours refusé et raillé toute innovation et tous les novateurs depuis Ingres, Delacroix et Baudelaire jusqu’à Verlaine, Manet et Rodin. Et pourtant, la France du xixe siècle a été le pays qui a pris la tête dans le domaine artistique. Et si l’on va aujourd’hui au Louvre, les vieux académiciens du xixe siècle ont disparu et ce sont les révolutionnaires que seule une infime minorité n’avait pas rejetés qui sont officiellement reconnus comme les maîtres de cette époque. Au reste, on pourra peut-être en tirer une leçon sur la marche du développement politique et économique en France : peut-être ! La France est le pays où une minorité réussit le plus facilement à s’imposer par son talent, son esprit et son énergie. Voir la Révolution française. Mais sous ce rapport, une minorité réactionnaire, les gens réunis autour du salaud Léon Daudet, peut y avoir les mêmes chances si elle fait preuve des qualités nécessaires1. […]

Paris, 13 août 1922, dimanche

  • 1 [Paris, 13 août 1922, dimanche] Torse. Île-de-France, 1910–1921 (San Diego Museum of Art).
  • 2 Guerrier mourant, 1925, étude pour le relief central du monument aux morts de Banyuls-sur-Mer (Win (...)
  • 3 Le Deuil, monument aux morts de Céret, est une variante de la Méditerranée.
  • 4 Pomone drapée, monument aux morts d’Elne.

19Avec Wilma, nous sommes allés ce matin à Marly, pour rendre visite à Maillol. Je ne l’avais pas revu depuis 1914. Il m’a accueilli à bras ouverts et les larmes aux yeux. J’étais moi aussi profondément ému en le voyant fort vieilli, gris et pour ainsi dire ratatiné. Il a créé peu de choses pendant ces huit années, mais tout de même deux œuvres d’une beauté accomplie : le torse d’une jeune femme qui marche1 et un projet de monument aux morts, un soldat affaissé, nu sous un casque d’acier2. À part ça, seulement trois autres monuments aux morts pour de petites villes de son département natal, qu’il a livrés gratuitement et pour lesquels il a utilisé des figures de femmes créées autrefois et qu’il n’a fait que draper, par exemple ma grande Femme accroupie3 et la statue de Pomone4. Il se plaint de ne plus recevoir la moindre commande depuis que je ne lui en fais plus. Jusqu’ici, l’État ne lui a pas commandé un seul monument. Il nous a fait entrer dans sa maison qui a été terminée entre-temps et qui se dresse à l’endroit où il avait autrefois son atelier. Il nous a montré un certain nombre de petits et grands tableaux de son fils Lucien, qui témoignent d’un vrai talent et d’un très solide métier : des paysages, des bouquets de fleurs, de grandes toiles avec des figures. Il s’inspire beaucoup il est vrai de Degas et de Cézanne, mais ses tableaux, et ceci lui est manifestement propre, ont tous tendance à aller vers le grand, vers la saisie et la représentation de larges masses, ils sont peints en pleine pâte, avec une palette riche et subtilement nuancée qui fait penser à celle de Courbet ou de Cézanne. On peut s’attendre à ce qu’il devienne un grand peintre, c’est presque certain. Lucien était absent, en vacances dans les Alpes, et il gravit aujourd’hui même le mont Blanc. Il semble être en somme tout le contraire de son père, un esprit assez aventureux, il a été aviateur pendant la guerre, il fait du sport : toutes choses qui sont absolument étrangères au vieux Maillol et à sa paisible existence. Maillol paraît pourtant extrêmement fier de son fils. Pendant que nous étions là, le poète Marc Lafargue, qui a traduit pour moi les Églogues de Virgile, est arrivé pour déjeuner. […]

Rapallo, 21 septembre 1922, jeudi

  • 1 [Rapallo, 21 septembre 1922, jeudi] École de l’art théâtral, fondée par Craig dans l’Arena Goldoni (...)
  • 2 Luxueuse édition du Hamlet de Shakespeare, fabriquée par la Cranach-Presse et parue aux éditions I (...)

20Arrivé de bonne heure ce matin pour rendre visite à Gordon Craig, que je n’avais pas revu depuis 1914. Il est venu à ma rencontre sur la route de campagne qui mène à Zoagli, à peine vieilli, avec son fils devenu entre-temps presque adulte. Nous nous sommes passés mutuellement en revue, avant de revenir ensemble vers sa maisonnette qui surplombe à pic la mer, dont elle est seulement séparée par la route et par des oliviers. Elle est simple, mais complètement immergée dans les fleurs. On pénètre à l’intérieur après avoir gravi un petit perron fleuri. Les murs sont garnis de voiles de bateaux de couleur grise, on se croirait sous une tente. Partout, des rayonnages en pin poli qui contiennent presque exclusivement des livres sur le théâtre, les marionnettes, le ballet, une bibliothèque spécialisée sans doute unique, les ruines de son école de théâtre à Florence1. Dans leur dénuement clair et leur concentration presque religieuse sur une seule et unique raison d’être, ces pièces ressemblent à des cellules de couvent. Je ne parvenais cependant pas à me défaire de l’impression que ce but a quelque chose de presque puéril dans les temps où nous vivons. C’était comme si j’étais dans une chambre de poupée, avec des enfants. En particulier lorsque, tout à coup, Mrs Craig et son fils Teddy ont exprimé des opinions fascistes tout à fait sanguinaires. Mais, quoi qu’il en soit, toute la famille, Craig, sa femme et leurs deux enfants vivent ici depuis cinq ans, depuis la faillite de l’école de théâtre à Florence, avec toutes leurs pensées et leurs espoirs gouvernés par un théâtre qui n’existe pas, une entreprise théâtrale idéale pour laquelle il y aura bien un jour un mécène. J’ai dit que si je vivais et travaillais ici, il me semblerait qu’il manquerait quelques cordes à l’instrument sur lequel je joue. Craig a éclaté de rire et m’a répondu que non, c’était le contraire, on essayait ici de jouer sur deux ou trois cordes, « with the rest of the piano left out » (alors que le véritable instrument fait défaut). […] Nous avons discuté ensuite du Hamlet, que je veux faire imprimer sur la presse des éditions Cranach2. Il faut encore que Walker finisse d’en dessiner la police de caractères. Pour le reste, nous sommes convenus que Craig viendrait selon toutes probabilités l’automne prochain à Weimar, pour superviser lui-même l’impression de ses gravures sur bois (all expenses paid). – Le soir, j’ai invité la famille à dîner au New Casino Hotel. À propos de la manière dont il travaille, Craig m’a expliqué que, lorsque quelque chose l’emballe, il se met aussitôt à travailler très intensément, jusqu’à ce que le feu s’éteigne d’un seul coup, et ensuite il n’est absolument plus capable de rien faire. Il a donc toujours peur avant d’entreprendre un travail, il hésite, il se crée des difficultés et il en crée aux autres, parce qu’il ne peut jamais savoir à l’avance combien de temps le feu va durer. – Il est presque tragique de voir réduit à l’inactivité, comme un exilé sur une île, cet homme incontestablement génial, dont les visions et les idées alimentent depuis vingt ans le théâtre de tous les pays, de la Russie jusqu’à l’Amérique en passant par l’Allemagne et la France. Partout aujourd’hui, des salles de théâtre se construisent, des expositions internationales sur le théâtre sont conçues, des révolutions de l’art dramatique s’accomplissent en allant puiser dans sa réserve d’idées. […]

La Haye, 9 décembre 1922, samedi

  • 1 [La Haye, 9 décembre 1922, samedi] Congrès international des femmes, 8–9 décembre 1922.
  • 2 Non repéré.
  • 3 Après le musée Van Gogh d’Amsterdam, il s’agit de la plus grande collection de Van Gogh.
  • 4 Commande passée à Henry Van de Velde en 1919.
  • 5 La construction du musée destiné aux collections des Kröller-Müller, dans le parc de Hoge Veluwe, (...)

21Séché le congrès1 ce matin […] et je suis allé rendre visite à Van de Velde, dans la maison-musée de Mme Kröller, Vomhord 1. Une accumulation de trésors artistiques, parmi lesquels m’ont paru en particulier incomparables un portrait de la main de Monticelli2 et l’exceptionnelle collection de Van Gogh3. Van de Velde a un peu engraissé, il est devenu plus bourgeois et plus flamand. J’ai vu de lui une très belle maquette pour un château que les Kröller veulent se faire construire4. Son musée5 m’a fait une impression un peu lourde et égyptienne. En outre, l’idée d’enterrer tous ces trésors dans les dunes, loin de toute société, me semble un brin bizarre. […]

Paris, 8 janvier 1923, lundi

  • 1 [Paris, 8 janvier 1923, lundi] Cabaret parisien inauguré le 10 janvier 1922. En 1923, il était sit (...)
  • 2 Les Mariés de la tour Eiffel est un ballet dont la musique a été composée par Georges Auric, Arthu (...)
  • 3 Le Diable au corps sera publié en mars 1923 et Le Bal du comte d’Orgel à titre posthume en 1924, t (...)

22Déjeuner avec Jean Cocteau au Bœuf sur le toit1, une sorte de bistro d’artistes très en vogue rue Boissy-d’Anglas. Meubles anglais, des Picasso aux murs. Il m’a présenté son ami Radiguet, qui a déjeuné avec nous et qu’il m’a décrit comme une espèce de nouveau Rimbaud. Visage un peu grossier de paysan ou de prolétaire, vague ressemblance avec Rimbaud, sans la radieuse beauté de celui-ci, la sienne est obtuse. Cocteau m’a raconté une longue maladie qu’il a traversée. Il a parlé à Misia. À propos de notre rencontre, elle lui a dit la même chose qu’à moi, mais en ajoutant qu’elle avait été non seulement très émue, mais aussi « gênée ». Cocteau s’est attardé sur le fait qu’une femme qui n’est même pas française ait de tels sentiments, ce qui a eu pour moi la vertu de préciser la nuance. Récemment, j’avais éprouvé quelque chose d’analogue chez Sert. Naturellement, il a de nouveau été beaucoup question de l’occupation de la Ruhr. Cocteau n’a pu faire autrement que de la déplorer devant moi. Il aimerait bien donner son ballet Les Mariés de la tour Eiffel2 chez Reinhardt à Berlin, Radiguet présentera en Allemagne ses deux romans à paraître prochainement3. Je les ai invités tous les deux à déjeuner à ma table vendredi.

Paris, 12 janvier 1923, vendredi

  • 1 [Paris, 12 janvier 1923, vendredi] Restaurant ouvert en 1886, alors dirigé par Célestin Dupat, au (...)
  • 2 Recueil de poèmes publié en 1881 par la Société générale de librairie catholique.
  • 3 Recueil de poèmes écrits entre 1872 et 1875, publié en 1886 (Paris, La Vogue), puis dans son intég (...)

23Jean Cocteau, Jouve et Radiguet ont déjeuné avec moi chez Larue1 (où j’ai si souvent soupé avant 1914 jusqu’au milieu de la nuit avec Cocteau, Nijinski, Diaghilev, Misia, Bakst, Ravel, etc.). J’avais apporté mes exemplaires de Sagesse2 et d’Illuminations3, avec les annotations que Verlaine y avait inscrites pour moi dans les marges. Cocteau a tiré un feu d’artifice de tout ce qui lui passait par la tête. Jouve, qui ne le connaissait pas encore, redoutait visiblement quelque chose et le considérait peut-être de prime abord avec méfiance, s’est montré très silencieux à son endroit. J’avais l’impression d’une première rencontre entre un gamin parisien et un intellectuel de province. Le petit Radiguet, qui n’a que dix-neuf ans, écoutait avec attention et lançait de temps à autre une remarque tout à fait avisée. Dans le feu d’artifice de Cocteau tournoyaient pêle-mêle Verlaine, Nijinski, Rimbaud, Marcel Proust, Gide, dans une permanente drôlerie de gestes ou d’expressions, comme un album de caricatures rendu à l’état sauvage. Il a rappelé que Nijinski avait vu des souris ici chez Larue, de sorte que nous nous étions mis à croire qu’il devenait fou, jusqu’à ce que, pour finir, une grosse souris ou un rat ait vraiment traversé un jour la salle sous nos yeux. Une anecdote sur Gide, à qui Blanche voulait demander je ne sais quel conseil et qui se plaignait que, chaque fois qu’il allait chez Blanche, il ne le trouvait jamais seul, de sorte qu’il ne pouvait jamais lui donner ce conseil discret. Après coup, il apparut que Gide s’informait d’abord toujours auprès du portier pour savoir si M. Blanche était seul. Et si le portier répondait justement que oui, que M. Blanche n’avait personne chez lui, Gide disait : bien, bien, je ne veux pas déranger, je repasserai. La crainte de Gide devant la réputation croissante de Marcel Proust, qu’il cherchait à saborder par en dessous. Il n’est pas allé non plus à son enterrement, « pour ne pas prendre froid ». L’influence du professeur Curtius en Allemagne (qu’il semble d’ailleurs surestimer étrangement) a fait grande impression sur lui, il a dit à je ne sais qui : « Je veux devenir le Curtius français ! » La discussion s’est tournée ensuite du côté de Verlaine et Rimbaud. Le petit portrait au crayon de Rimbaud que Verlaine a dessiné pour moi de mémoire dans les Illuminations, Cocteau a trouvé que c’était l’un des meilleurs, il rend selon lui de façon poignante la dureté et la naïveté enfantines de Rimbaud. J’ai raconté certaines choses que Verlaine m’avait dites sur leur relation. Cocteau et Jouve : Verlaine, la femme, Rimbaud, l’homme acerbe et dur dans cette relation. Cocteau a dit que si l’on comparait Verlaine et en particulier Rimbaud à Germain Nouveau, on voyait alors tout à fait clairement leur importance. Chez Nouveau il y a exactement comme chez eux l’esprit du temps au complet, la bohème, la torsion de la langue, le scabreux et le sentimental, la misère extrême, l’« artistique ». Seulement, chez Nouveau, il y a ça et c’est tout, tandis que chez eux, ce n’est que l’ombre de leur génie. La chose la plus remarquable chez Rimbaud, c’est peut-être qu’il a traversé une époque sans goût sans jamais commettre lui-même la moindre faute de goût. En partant, Radiguet m’a demandé s’il pouvait m’envoyer son roman et a exprimé le vœu de nouer des relations en Allemagne pour une éventuelle traduction. […]

Londres, 29 janvier 1923, lundi

  • 1 [Londres, 29 janvier 1923, lundi] Londres, Royal Academy of Arts, Exhibition of decorative arts. W (...)

24[…] Ce midi, je suis passé rapidement à la Royal Academy, où les Arts & Crafts présentent leurs travaux dans le cadre d’une exposition consacrée aux arts décoratifs1. Des ouvrages raffinés et d’une bonne exécution technique, mais sans invention ni trait caractéristique de l’époque. À cet égard, les principes sont affreusement pauvres. Ils manquent totalement d’unité intellectuellement productive. Un bredouillement dans une technique assez léchée. Le recul par rapport à l’exposition des Arts & Crafts d’il y a environ dix ou quinze ans est épouvantable. Le vide spirituel n’est que faiblement relevé par quelques réminiscences du Moyen Âge et de William Morris.

Berlin, 8 février 1923

25Employé l’essentiel de ma journée à donner des instructions pour l’aménagement de mon appartement. Déroulé le tableau des Poseuses de Seurat, qui était accroché depuis 1897, roulé aux deux tiers, dans ma salle à manger, pour le mettre au mur de ma nouvelle bibliothèque. Sur la partie enroulée, les deux figures de gauche sont apparues d’une somptueuse fraîcheur. Non seulement elles n’ont pas souffert de la longue obscurité, mais elles sont restées plus claires et plus fraîches que la figure de droite (c’est peut-être simplement qu’elles sont moins poussiéreuses). […]

Londres, 17 février 1923, samedi

26[…] L’après-midi chez Will Rothenstein, qui m’a montré ses tableaux de la zone de guerre (Ypres).

Manchester, 19 février 1923, lundi

  • 1 [Manchester, 19 février 1923, lundi] Désormais connu sous le titre Wandering Thoughts (vers 1855, (...)
  • 2 Des principaux préraphaélites, la collection conserve 40 œuvres de Ford Madox Brown, 11 d’Edward C (...)

27Ce matin au musée. Un seul tableau m’a vraiment semblé de valeur : le petit portrait de Mrs Freeman par Millais1. Les Holman Hunt, Madox Brown, Dante Gabriel Rossetti et autres préraphaélites2 oscillent entre expérimentation et kitsch. […]

Londres, 22 février 1923, jeudi

  • 1 [Londres, 22 février 1923, jeudi] Voir 18 janvier 1906.

28[…] Dîner chez Emery Walker et sa fille à Hammersmith, dans une jolie maison georgienne au bord de la Tamise que j’ai si souvent fréquentée avant la guerre. Walker m’a dit : « Eh bien, pendant toutes ces années, nous avions peu d’espoir de vous revoir un jour ici. » Toute la soirée s’est passée à évoquer des souvenirs de William Morris et de Webb, dont Walker a hérité les manuscrits, les dessins et les livres. Il m’a montré les manuscrits des poésies de Morris, qu’il a fait relier par Miss Adams1. Des verres qui ont été dessinés par Webb pour Powell. J’ai appris au passage que la splendide table en verre de la firme Powell est fabriquée sur les plans de Webb, ce que je ne savais pas. Il semble que cette verrerie va peu à peu disparaître, parce qu’on ne trouve plus d’apprentis intéressés par le métier de souffleur de verre. Plus généralement, le mouvement Arts & Crafts paraît ne plus être porté que par l’ancienne génération, s’affadir progressivement en devenant de plus en plus commercial. Les idéaux de Morris qui lui ont donné naissance s’éteignent petit à petit. On retombe des ouvrages artisanaux bien faits et de bon goût à la marchandise industrielle. Walker dit que les tapis et les étoffes de Morris sont fabriqués maintenant n’importe comment et avec de mauvais colorants. Ce retour à l’idée commerciale du profit sous la pression de l’économie capitaliste était à prévoir. En tant que preuve par l’exemple, il a cependant une portée caractéristique.

Londres, 22 mars 1923, jeudi

  • 1 [Londres, 22 mars 1923, jeudi] Holland House, construit par Hendrik Petrus Berlage, en 1914–1916.
  • 2 Voir 9 décembre 1922.

29[…] L’après-midi avec Meier-Graefe à Holland House1 (St Mary Axe), dans la City, chez Van de Velde, qui l’aménage pour Kröller2. Les corridors sont d’une architecture très simple, d’une grande beauté presque grecque. […]

Londres, 23 mars 1923, vendredi

  • 1 [Londres, 23 mars 1923, vendredi] Kessler et Van de Velde s’entretiendront encore les 1er avril et (...)

30Transmis ce matin à Van de Velde les plans de la maison que j’espère acheter Hildebrandstrasse et discuté avec lui des travaux de transformation1.

Paris, 28 juin 1924, samedi

  • 1 [Paris, 28 juin 1924, samedi] Deuxième exposition du Salon, Palais de bois, bd Lannes, porte Maill (...)
  • 2 No 1011, Danseuses.
  • 3 Les Tableaux de Pierre Bonnard de 1891 à 1922, galerie Bernheim-Jeune, 21 juin – 5 juillet 1924.
  • 4 No 435, Recueillement maternel et 435bis, La Messe au prieuré, auxquels s’ajoutait, sous le no 441 (...)

31De bonne heure ce matin au « Salon des Tuileries1 », le nouveau Salon sécessionniste au « Palais de bois » de la porte Maillot : impression générale d’ennui et de choses surannées. Le seul tableau qui ressort avec un peu de fraîcheur est celui du jeune Lucien Maillol, deux danseuses2. Presque tout le reste est académique ou farfelu, mais sans joie de vivre. Que me sert un tableau s’il n’est pas plus essentiel et splendide qu’un bouquet de fleurs ? Ensuite chez Bernheim, pour une exposition de nouveaux Bonnard3. Beaucoup d’entre eux sont vraiment joyeux et riches comme des bouquets de fleurs au superlatif. Beauté florale concentrée, sublimée, comme des vases remplis de senteurs rares. – Les Maurice Denis du Salon des Tuileries4 sont tout à fait tristes. Ce talent paraît complètement fané et avoir fait son temps. Il répète ses anciens tableaux, sauf qu’il le fait de façon assez grossière et maniérée. On a le sentiment qu’il est fini, sans imagination, sans grâce, sans goût, plus qu’une vieille grenouille de bénitier, à qui vient encore de temps à autre à l’esprit, comme une réminiscence académique, une servante nue entre des jeunes filles recevant la confirmation et des prêtres disant la messe, mais barbouillée bien grossièrement. Terrible et désolant ! […]

Paris, 30 juin 1924, lundi

  • 1 [Paris, 30 juin 1924, lundi] En préparation du Salon des Tuileries de 1925, où il expose sous le n(...)
  • 2 No 214, Frise couronnant le cadre de scène de l’Opéra à Marseille. « Sujet : Marseille, cité phocé (...)

32[…] L’après-midi à Marly chez Aristide Maillol. Il est devenu presque tout gris et le bleu clair de ses yeux se détache d’autant plus intensément de sa barbe et de ses cheveux argentés. Il m’a montré avec fierté plusieurs grands tableaux de footballeurs de son fils Lucien1, qui sont en effet remarquables : composition ample peinte avec générosité et vigueur. À celui qui possède un tel talent, il faut en plus du génie pour ne pas s’égarer, car seul le génie sait dresser devant le talent d’exception des difficultés assez hautes pour lui servir de digue. À propos du grand relief de Bourdelle pour Marseille2, qui est exposé en ce moment au Salon et dont Bourdelle a déclaré qu’il l’avait commencé en mars 1924 et achevé en mai 1924, Maillol me dit qu’il fera apposer sur la Vénus à laquelle il est en train de travailler une inscription : « Commencée en 1870 et terminée en 19… » […]

Paris, 5 juillet 1924, samedi

  • 1 [Paris, 5 juillet 1924, samedi] Vénus est généralement datée entre 1918 et 1928. Avec cette statue (...)

33Aristide Maillol est venu déjeuner avec moi. Il s’est plaint de sa fragilité, disant qu’il n’était plus un jeune homme, que ses genoux ne le soutenaient plus, qu’il supportait moins que jamais le climat de Paris à cause de son humidité en hiver. De fait, il a l’air fort vieilli et me semble avoir maigri. Il a parlé de sa Vénus, à laquelle il travaille depuis 19081. Il dit qu’il n’est pas si simple de faire une grande statue de femme. « Rodin a fait des centaines de dessins de femme admirables, on s’attendrait à voir des sculptures magnifiques. Mais cependant, il n’a jamais fait une figure de femme […]. Il a fait de beaux torses, mais il n’a jamais su y emmancher les bras, les jambes, la tête. C’est si compliqué, la nature ! » […]

Paris, 13 juillet 1924, dimanche

  • 1 [Paris, 13 juillet 1924, dimanche] Il changera finalement d’avis après s’être rendu sur place. Voi (...)
  • 2 Après le refus du Monument à Cézanne par la ville d’Aix-en-Provence, Maillol s’efforça de lui trou (...)
  • 3 Le Monument à Victorien Sardou de Bartholomé, érigé place de la Madeleine en 1924, a été fondu en (...)
  • 4 Paris pendant la guerre ou La Défense de Paris (1918), titré sur le socle Paris 1914–1918, fut ins (...)

34Avec Wilma et les Lafargue en voiture à Marly pour rendre visite à Maillol. Il n’avait pas reçu mon télégramme et a été surpris de notre visite. Il portait à nouveau sa blouse américaine de travail bleu ciel qu’il s’est achetée lors de la liquidation des surplus de l’armée américaine. Son élève Gimond était chez lui. Maillol m’a dit qu’il avait trouvé à présent une place pour son monument à Cézanne1 : sur la terrasse des Tuileries, près de l’Orangerie, à l’angle de la place de la Concorde, « devant un grand banc de marbre. Pas loin, il y a quelques statues du xviiie siècle, de beaux morceaux2 ». C’est un endroit tout à fait tranquille, à l’écart, que personne ne lui disputera. Il dit que si l’on convoite une grande place publique, il n’y a pas moyen de l’obtenir, à moins d’avoir des amis politiques puissants, comme Bartholomé, qui a Poincaré pour ami : « C’est pourquoi il a réussi à salir tous les quartiers de Paris. » Par exemple avec son monument à Sardou près de la Madeleine3 et avec sa statue de la ville de Paris entre le Louvre et les Tuileries4 : « Cette grosse femme qui dégoûte même les épiciers. » Ensuite, nous sommes allés nous asseoir dans le joli jardin à côté de la maison et Maillol a ravivé des souvenirs de notre voyage en Grèce, de façon un peu élégiaque. Il paraît ressentir fortement l’approche du grand âge. Sa belle vieille tête de paysan a plutôt gagné que perdu sous la patine de l’âge, avec sa barbe grise et ses yeux bleu clair, dont le bleu est encore rehaussé par la blouse de travail azur, et qui vous regardent de façon si étrangement bonne et souveraine. […]

Bâle, 19 juillet 1924, samedi

  • 1 [Bâle, 19 juillet 1924, samedi] Zurich, Kunsthaus, 3 juillet – 10 août 1924.

35À Winterthur. Au musée, rencontré Pauli, de Hambourg. Mme [illisible] nous a ouvert la cave, où sont stockés des Monet, Matisse, Gauguin, etc. Tôt ce matin à Zurich, la grandiose exposition Van Gogh1. Ce qui est problématique et si profondément bouleversant chez Van Gogh, c’est qu’il tend à faire fusionner les deux catégories fondamentales de l’esprit humain, l’espace et le temps. Il cherche à exprimer par des moyens spatiaux (la peinture) des phénomènes temporels (croissance, devenir, disparition). Il conduit ainsi à la marge de l’humain, au-delà de laquelle commencerait quelque chose d’autre, de surhumain, une façon surhumaine de voir le monde. D’où son aspect fascinant, l’impression du titanesque.

Banyuls, 5 janvier 1925, lundi

  • 1 [Banyuls, 5 janvier 1925, lundi] 1920–1923.
  • 2 Il s’agissait de l’hôtel des Bains près de la plage Gineste, disparu depuis.
  • 3 Voir 18 avril 1909.
  • 4 Voir 6 janvier 1925.

36Arrivé de bonne heure à Port-Vendres, d’où j’ai continué en auto jusqu’à Banyuls. À Port-Vendres, sur le port, le monument de Maillol aux morts de la Guerre mondiale1. Je l’ai reconnu de loin, placé sur le haut mur de la place entre la ville et le port, comme une silhouette se détachant sur la mer et les montagnes. L’œuvre est une simple variante de son monument à Cézanne. Sur le socle, une inscription dont la vilaine typographie est gênante. Le tout m’a fait une première impression d’académisme et de froideur, au pis-aller la statue pourrait d’ailleurs être celle d’un bon élève de Maillol. J’étais déçu. En la contemplant plus longuement, j’ai trouvé certaines des grandes qualités de Maillol : le rythme et le flux nobles des lignes, si profondément concertés. Mais ce n’est quand même pas l’une de ses meilleures œuvres. […] – En auto jusqu’à Banyuls, sur une bonne route qui serpente le long de la côte. À Banyuls, je suis descendu à l’hôtel Gineste2. À deux heures chez Maillol, qui était assis sur la terrasse du jardin et a été très surpris de me voir, puisqu’il m’attendait seulement à l’heure du train. Je lui ai signalé que j’avais vu son monument à Port-Vendres. Il m’a aussitôt dit qu’il n’en était pas content, « ça ne fait pas bien, on ne voit pas les “morceaux” que j’y ai mis, car j’y ai mis des morceaux, le dos, par exemple, qu’on ne voit pas. Je pense peut-être à le retourner, pour qu’on voie au moins le dos. » Nous sommes montés ensuite dans son atelier d’en haut et avons travaillé au Virgile, où il a opéré quelques changements. Il m’a promis en outre de faire deux nouvelles planches pour combler les trous dans les Églogues III et VII. Son fils Lucien nous a rejoints et s’est mis à travailler à l’un de ses grands tableaux de footballeurs. Lucien, que je n’avais pas revu depuis 1914, a évolué différemment de son père, sous l’effet de la guerre (il était aviateur) : beaucoup plus rude, plus citadin, moins raffiné, moins cultivé. Il y a maintenant chez lui un côté arriviste et vulgaire, mais ça n’est peut-être qu’une apparence. Ses peintures démontrent en tout cas son talent. En fin d’après-midi, promenade avec Maillol à travers le paysage gris tendre, où l’on dirait que tous les tons sont mélangés d’argent. Tout à fait antique près de la vieille église romane du cimetière, une allée bordée de chapelles funéraires et de cyprès qui rappelle exactement celle de Pompéi. Maillol m’a montré plus loin dans le paysage, en plein champ, la tombe qu’il considère comme la plus belle de la région, un caveau bas, autour duquel est planté un petit bosquet d’oliviers et de hauts cyprès. Il m’a dit que c’était d’après ce tombeau qu’il avait dessiné la gravure pour Daphnis dans le Virgile (Églogues), de même que la fontaine avec la nymphe de la neuvième Églogue a été faite d’après une petite source près de laquelle nous avons pique-niqué un jour, il y a bien des années. Sur le chemin du retour, nous avons rendu visite à sa mère âgée de quatre-vingt-quatorze ans3. La vieille dame trotte encore fort prestement à travers sa maison, un petit visage ridé, mais plein de fraîcheur, avec des yeux très vifs, enveloppé dans le foulard noir que portent ici toutes les femmes. Elle parle avec vivacité et une parfaite clarté d’esprit. Le soir, dîné chez les Maillol. Il se plaint de sa grande fatigue et de l’excès de travail. Dans son atelier d’en bas, il termine une magnifique statue de jeune fille nue, une sorte de Vénus ou de déesse de la jeunesse, qui comptera parmi ses œuvres les plus accomplies4. Il a un jeune Espagnol pour l’aider, mais il dit qu’il doit sans arrêt lui inventer du travail et que de son côté il n’a donc aucun répit. À table à propos de Manolo et de la colonie d’artistes de Céret, à laquelle appartiennent ou ont aussi appartenu Picasso, Déodat de Séverac et Togores (que Maillol a qualifié de très grand peintre) et d’autres. D’après ce qu’on dit, il s’en est passé de belles. Manolo a mené autrefois une sorte de vie de malfrat à Paris, il avoue lui-même avoir vécu de larcins et d’autres activités douteuses. Mais maintenant, c’est devenu un bourgeois. Nous sommes convenus que nous irions demain tous les trois, Maillol, Lucien et moi, lui rendre visite à Céret. Maillol raconte encore que Manolo a été élevé par un oncle, qui était « voleur de profession ». « C’est un personnage de Quevedo. »

Banyuls, 6 janvier 1925

  • 1 [Banyuls, 6 janvier 1925] La Méditerranée. La variante est probablement Jeune Femme assise appuyée (...)
  • 2 Les visites de D’Annunzio à Marly furent souvent remises, voir 26 mai 1911.
  • 3 Référence probable aux Deux Nus dans un paysage (vers 1895, Paris, Petit Palais).
  • 4 Torse d’Île-de-France, 1925. Après avoir appartenu à Kessler puis à l’historien de l’art Kenneth C (...)
  • 5 Pomone drapée, 1922–1924. À l’emplacement d’origine se trouve désormais une version en bronze, la (...)
  • 6 Voir 5 janvier 1925.
  • 7 Le Deuil, 1919–1922.
  • 8 Projet demeuré sans suite.

37Vers dix heures chez Maillol, que je viens chercher pour notre tour à Céret. Nous sommes descendus à l’atelier, où il bricolait un peu avec sa spatule autour de ses modelages en argile. Petite sculpture de femme accroupie. « C’est une variante de la vôtre à Berlin (la grande sculpture en pierre1). Mais celle-ci, je voudrais la faire pour être vue d’un seul côté, tandis que la vôtre, elle a quatre côtés. Celle-ci, je voudrais la faire comme un bas-relief. Mais il y a toujours une jambe qui gêne, il y en a toujours une qui ne rentre pas. Je cherche, avec de la patience, j’arriverai ! » La conversation a glissé ensuite sur le thème des femmes élancées et des femmes ramassées, trapues (jambes courtes, jambes longues). « Hier, à la gare, j’ai vu une jeune fille avec des jambes épatantes. Du reste, ici, on n’a qu’à regarder, toutes les jeunes filles ont des jambes admirables. Il y a des gens, quand ils arrivent ici, qui les trouvent trop courtes, ils veulent des jambes longues. Mais ils n’entendent rien à la sculpture. En sculpture, il ne s’agit pas d’aimer les jambes courtes ou les jambes longues, mais il s’agit de trouver l’harmonie. D’Annunzio, quand il est venu à la maison avec vous (à Marly2), vous rappelez-vous ?, a dit que ma sculpture était très bien, mais que mes femmes avaient les jambes trop courtes. Ça prouvait qu’il n’entendait rien à la sculpture ! On peut faire les jambes longues ou les jambes courtes, mais il faut que ça s’emmanche, il faut trouver l’harmonie. J’ai épousé une femme courte, j’ai toujours eu les jambes courtes devant les yeux, c’est pour ça que j’ai cherché l’harmonie des jambes courtes. Si j’avais épousé une Parisienne aux jambes longues, j’aurais peut-être cherché l’harmonie des jambes longues. Avant d’être marié, j’avais des Américaines du Sud qui posaient pour moi, des femmes minces et longues, et j’ai fait une peinture avec des harmonies de femmes longues3. » – J’ai longuement contemplé la superbe statue d’une jeune fille nue (les pieds manquent encore, l’ébauche d’une tête en argile est posée dessus) qui démontre en effet qu’il est aussi capable de donner magistralement forme à des femmes jeunes et minces. Les bras aussi sont encore en argile, ce n’est qu’un essai, tendus vers l’arrière, comme s’ils traînaient une pièce de vêtement : une baigneuse qui entre dans l’eau. Il m’a dit qu’il courberait peut-être les bras vers l’avant ou contre la poitrine, parce que de trop longs trous se sont maintenant formés entre le torse et les bras. « C’est une figure que je n’ai pas faite d’après une idée, mais pour laquelle je me suis servi d’un torse que j’avais fait d’après une jeune fille. » Quoi qu’il advienne, c’est une de ses plus belles sculptures. Je suis convenu avec lui qu’il m’en fasse un exemplaire en argile rose clair4. – Nous sommes d’abord allés jusqu’à Elne, où nous avons marché de la gare au centre-ville pour aller voir son monument aux morts sur la place de la cathédrale5. Il a simplement habillé sa Pomone et lui a mis entre les mains une écharpe sur laquelle on a gravé une inscription. Il est très content de sa sculpture, je l’ai trouvée lourde et sans charme, minuscule en outre en regard de ce qui l’entoure, l’abside de l’imposante cathédrale romane et la vue sur la mer, la plaine et les montagnes. D’Elne, nous avons continué jusqu’à Céret pour rendre visite à Manolo6. Nous avons déjeuné à l’hôtel avec Lucien Maillol et avant d’aller chez Manolo, qui habite une petite maison paysanne aux abords de la ville, le long de la route de campagne, nous sommes d’abord passés voir le monument aux morts de Maillol7. Celui-ci est vraiment grand et saisissant. Une simple femme du peuple, en deuil, qui se tient assise en s’appuyant sur sa main. La figure en soi est puissante et expressive, le matériau, une pierre gris clair, s’accorde à son environnement et l’on a choisi avec bonheur l’emplacement de la sculpture, une vaste place ombragée par de robustes platanes, devant une rangée de vieilles maisons grises toutes simples par-dessus lesquelles s’élève une imposante crête de montagnes. Des trois monuments aux morts de Maillol, c’est le seul qui soit réussi. Maillol a lui-même répété à plusieurs reprises aujourd’hui que celui de Port-Vendres était « raté » et je trouve celui d’Elne mesquin et laid. Mais ici, à Céret, il a réussi l’un des rares monuments modernes vraiment convaincants. L’environnement y contribue il est vrai pour beaucoup. – Manolo est un petit Espagnol rondouillard d’une cinquantaine d’années, rasé de près, qui ressemble à un torero à la retraite. Personne ne lui supposerait son ancienne carrière de malfrat. Sa femme, bien plus jeune que lui, une ex-cocotte parisienne, d’une laideur qui allie la maigreur et le tempérament, donne l’impression d’un fort caractère, avec une teinte de virilité. Manolo parle un mélange de français et de catalan qui est difficile à comprendre. Il n’avait que des photographies de ses sculptures sous la main, les pièces elles-mêmes se trouvant chez Kahnweiler à Paris. M’ont plu un relief de combats de taureaux et un autre avec des vaches à l’étable, l’un et l’autre faisant écho à certains reliefs de l’Antiquité romaine tardive, tout en étant très personnels. Il a une force d’expression remarquable (« il a le coup de poing », ai-je dit après coup à Maillol), un talent hors du commun pour ramener l’essentiel de ce qu’il voit et veut figurer à une formule simple et probante, non sans quelque arbitraire parfois, comme il l’a lui-même reconnu en disant qu’il essayait de se corriger. Je lui ai proposé d’illustrer un Don Quichotte pour ma maison d’édition8, ce qu’il a accepté avec joie. – Maillol aux côtés de Manolo : j’ai observé les deux têtes : le long visage fin, délicat, un peu fatigué de Maillol, avec sa barbe grise et ses yeux bleu clair, on dirait le visage d’un poète pastoral grec, et à côté le crâne rond de Manolo, le visage arrondi, ferme, mais un peu gras, à la Sancho Pança, du matérialiste méridional qui savoure la vie mais craint le Diable. Maillol m’a raconté qu’à l’approche de l’orage, Manolo court se réfugier dans la cave et qu’il a une peur bleue de la mort. Ces deux types sont peut-être les types fondamentaux de la culture méditerranéenne : de la Grèce, de Rome, de l’Espagne et de la France. – Maillol m’a raccompagné en train jusqu’à Elne. […]

Cardiff – Abergavenny, 20 janvier 1925, mardi

  • 1 [Cardiff – Abergavenny, 20 janvier 1925, mardi] Prieuré en ruine dont les origines remontent à 110 (...)
  • 2 Le 17 mars 1870, jour de la Saint-Patrick, le père Ignatius posa la première pierre du monastère d (...)
  • 3 Flat Holm ou Steep Holm ?
  • 4 Plus connu comme poète, David Jones fut le compagnon de Petra, la fille d’Eric Gill.
  • 5 Village du district de Lewes, dans le Sussex.

38[…] À midi, départ pour Abergavenny, pour rendre visite à Gill et discuter avec lui de certaines commandes pour le Virgile. On m’avait donné comme adresse Capel-y-Ffin (se prononce Chapel-y-fin, c’est-à-dire capella ad finem) près de Llanvihangel. À Abergavenny, personne ne connaissait l’endroit. J’ai donc pris une automobile et suis d’abord allé à Llanvihangel, en supposant que la demeure de Gill devait être tout près, puisque c’est de là qu’il avait répondu à mon télégramme. Mon chauffeur n’avait encore jamais entendu parler de Capel-y-Ffin. À Abergavenny, on nous a dit que c’était encore à douze miles, tout en haut dans les Black Mountains. Le chauffeur se lamentait, disant que les chemins étaient si mauvais et si étroits qu’il ne pouvait pas garantir que nous y arriverions. Lui-même n’était jamais allé plus loin que le couvent de Llanthony1, au pied des montagnes. Nous avons remonté une belle vallée solitaire, avec des prairies et des haies, en empruntant une étroite route de campagne qui semblait en effet mener dans le désert. […] Au-delà de la ruine du couvent médiéval de Llanthony, le chemin se rétrécissait de plus en plus et le chauffeur était de plus en plus désespéré. Pour finir, nous nous sommes arrêtés dans une côte et un natif de l’endroit nous a dit que Gill habitait plus haut, dans un autre couvent qui avait été fondé par le père Ignatius2. Traversant des prairies et des haies et grimpant pour finir à pied un sentier escarpé, je suis arrivé devant l’édifice d’un couvent à moitié en ruine. Passant le long d’un cloître en cours de réfection et laissant derrière moi un vestibule, j’entendis des voix et continuai d’avancer pour me trouver soudain dans une pièce de dimensions moyennes, où plusieurs femmes et jeunes filles et deux moines de très noble allure étaient assis autour d’un grand âtre où brûlait un feu de bois. L’une des femmes, en qui je reconnus Mme Gill, vint à moi et me demanda si j’avais croisé son mari sur la route, il était parti quelques heures plus tôt à ma rencontre. Nous nous étions manifestement ratés. Puis elle me présenta les deux moines. L’un d’eux était le prieur du couvent de l’île située au large3, un bel homme d’âge mûr, à l’air grave mais cordial. Il devait encore retourner le jour même sur son île en plein océan, où il y avait le lendemain je ne sais quelle célébration. J’envoyai entre-temps mon auto à la recherche de Gill, qui arriva d’ailleurs au bout d’environ une heure. Une sorte de Tolstoï dans sa tunique et son manteau qui ont l’air mi-paysans, mi-monacaux. Il était accompagné de son beau-fils, un jeune sculpteur et dessinateur4. Sans être dramatiques, ces retrouvailles après les années de guerre ne furent tout de même pas dénuées d’une profonde émotion de part et d’autre. Gill m’a dit que pour lui et ses amis, comme pour moi aussi à l’évidence, l’art avait passé désormais au second plan, que le but premier était la rénovation de la vie. Avant la guerre, on avait pensé de façon trop superficielle. Ici, on s’efforçait donc d’être bon, « trying hard to be good », ce qui n’était pas toujours facile. À côté de ça, il fallait bien continuer d’exercer quand même son métier, ne fût-ce que pour ne pas mourir de faim. De fait, il produit vraiment beaucoup. Il m’a montré de petites statuettes et des reliefs très raffinés taillés dans le buis, les uns de sa main, les autres de celle de son beau-fils, de nombreuses gravures sur bois et sur cuivre, de petites images de saints, des crucifixions, des portraits, etc. Toutes choses de première qualité. Lui et sa femme, de même que leurs enfants (ce qui est plus curieux), se sentent bien dans ce coin perdu, comme ils disent, et dans cette atmosphère monacale. Ditchling5 était trop petit-bourgeois. Ils n’avaient eu de choix qu’entre Londres et les contrées sauvages et isolées et ils avaient résolu de commencer par celle-ci. Jusqu’ici, l’expérience a réussi. Ils vivent sans domestiques, font tout eux-mêmes, cuisinent sur le feu (comme nous le faisions pendant la guerre en bivouac), mènent leur existence dans le plus grand dénuement à quatre heures de Londres et en sont pleinement satisfaits et heureux, sans nul autre désir. J’ai feuilleté avec Gill le Virgile et les gravures sur bois de Maillol et discuté avec lui des lettrines qu’il s’est chargé de tailler. À la nuit tombante, je suis reparti et à huit heures, j’étais de retour à Abergavenny, dans mon hôtel de campagne (The Angel), qui n’est pas mauvais du tout.

Weimar, 6 février 1925, vendredi

  • 1 [Weimar, 6 février 1925, vendredi] « Aristide Maillol », Insel-Almanach auf das Jahr 1926, s.d. [1 (...)

39Écrit mon étude sur Maillol1.

Londres, 13 mars 1925, vendredi

  • 1 [Londres, 13 mars 1925, vendredi] Caractères créés par William Caslon, non utilisés pour l’édition (...)
  • 2 The Holy Face / Head of Christ (1917, probablement Cambridge (Mass.), Harvard Museum of Art).
  • 3 L’édition en allemand et en latin, réalisée par la Cranach-Presse sous la direction de Kessler et (...)
  • 4 Traité hindou de l’amour physique, attribué à Kalyana Malla et rédigé au xve ou xvie siècle. Proje (...)

40Eric Gill est venu me voir et je l’ai invité à déjeuner avec les William Rothenstein. J’ai discuté avec Gill de ses travaux pour mon Virgile et des lettrines pour les caractères Caslon1. Nous sommes allés ensuite à la Goupil Gallery, où Gill m’a montré la très belle tête d’un Christ endormi qu’il vient de sculpter2. Je lui ai demandé s’il ne voulait pas me faire des gravures sur bois, il m’a répondu qu’il en ferait très volontiers pour une édition latine du Cantique des cantiques sur ma presse3. Il m’a également proposé un ouvrage qu’il aurait grand désir d’illustrer, l’Ananga-Ranga (en français Le Traité d’amour hindou4). Quand je lui demandai quel en était le contenu, il me dit : « Well, in reality, thirty-four ways of doing it » (c’est-à-dire trente-quatre positions amoureuses, trente-quatre façons de faire l’amour). Gill est un mélange tout à fait curieux de religion et d’érotisme. Sa religion (il se promène dans une sorte d’habit de moine et, mis à part le fait d’être marié, il mène au pays de Galles une existence d’ermite), il la définit lui-même comme « falling in love with Christ ». […]

Banyuls, 1er avril 1925, mercredi

  • 1 [Banyuls, 1er avril 1925, mercredi] La Méditerranée.
  • 2 Le Désir.
  • 3 Le Cycliste.
  • 4 Voir 19 avril 1909.

41J’ai trouvé Maillol fortement enrhumé et pleurnichard. Quand il est affecté par ce genre de petites indispositions, il souffre ou se plaint davantage que d’autres. Il dit n’avoir pas dormi depuis quinze jours à cause des migraines. Ce qui explique qu’il n’ait pas avancé les lettrines pour le Virgile. Courbé et tassé sur lui-même, il allait et venait dans la maison dans un vieil ulster marron clair, une veste en tricot de couleur jaune, une épaisse chemise bleu ciel et un chapeau sur la tête, chamarré comme un vieux bel oiseau de paradis. Sous ses épais sourcils gris, ses yeux bleu clair de matelot ressortaient gaiement dans son noble visage ridé, mais respirant la santé. Il m’a demandé pourquoi diable il me fallait des lettrines, disant que la simple présentation typographique était bien plus belle. Mais il avait terminé trois nouvelles gravures sur bois (pour la deuxième, la septième et la [laissé en blanc]) et esquissé une quatrième pour la deuxième Églogue, un petit bouc noir prenant la fuite. Il dit que les lettrines lui prennent un temps infini, pour chacune un jour entier, et qu’il ne sait déjà pas comment il pourra finir avant son départ pour Paris les travaux qu’il a projetés. Mais si tel est mon désir, il sera bien forcé de me faire mes lettrines. En me disant cela, il souriait avec malice et bonté, moitié comme un écolier pris en faute, moitié comme un vieux philosophe, essayant en vain de donner à ses yeux clairs une expression de souffrance. Il a imprimé ensuite des épreuves des deux lettrines qu’il a terminé de graver pour la première Églogue, d’où il est apparu qu’elles étaient trop massives et qu’il devait les corriger, ce qu’il assuma sans faire de difficultés, de sorte que c’est moi qui me fis presque l’impression d’être d’une inexcusable cruauté. Il m’a proposé de revenir le lendemain à dix heures, il espérait qu’il irait mieux « et alors nous travaillerons ». Il est terrible d’infliger un pensum à un génie, comme à un écolier. Mais il en a été ainsi depuis le début de nos relations : sans ma douce insistance et mon indifférence à ses perpétuelles lamentations, ni la grande Femme accroupie1, ni le grand relief2, ni la statue de Colin3 n’auraient jamais été terminés. – Tandis que nous feuilletions les épreuves, il m’a de nouveau fait remarquer que c’est Rodin qui lui a servi de modèle pour la figure médiane (un silène) de la gravure du S. Et pour la nouvelle gravure illustrant l’Églogue, un amandier en fleur de son petit domaine (tout comme, pour la tombe de Daphnis, le beau tombeau de famille en plein champ, derrière le chemin de fer, où il m’a conduit en janvier ; pour le gros silène Terrus et la fontaine du S, la petite source près de laquelle nous avons déjeuné sur l’herbe il y a bien des années, lors de ma première visite à Banyuls4). Les gravures sont remplies de choses vécues et senties. Ce sont presque de purs petits poèmes lyriques de circonstance. Ce qui le gêne dans les lettrines, c’est qu’il doit pour ainsi dire travailler de chic. Il ne retrouve pas ici la substance de son art. Donc les lettrines l’ennuient et il les fait sans plaisir.

Banyuls, 2 avril 1925, jeudi

  • 1 [Banyuls, 2 avril 1925, jeudi] Poteries de Manises achetées en Espagne par Émile Carbonnel pour Fa (...)
  • 2  Voir 6 février 1925.
  • 3 Œuvre non identifiée.

42Maillol toujours enrhumé. Mais comme ce matin le soleil brillait, il a travaillé et terminé deux lettrines pour le Virgile en ajoutant des ornements aux caractères découpés par Gill : un grand M (pour la troisième Églogue) et un grand U (pour la quatrième). Il a d’abord peint l’ornement sur la plaque de bois au moyen d’un fin pinceau japonais et l’a ensuite taillé avec une gouge. Pour les deux lettres, il a obtenu ainsi, avec des moyens très simples, des effets d’une étonnante richesse. Lorsque je lui exprimai mon admiration, il me dit que les potiers de village espagnols obtenaient, il y a cent ans, des effets encore plus surprenants avec des moyens encore plus simples. Fayet possédait toute une collection de ce genre de poteries espagnoles1 dont la richesse d’invention et d’effet était à peine croyable. Quand je le pressai de faire une troisième lettre avec un ornement similaire à celui du U, il refusa, disant que chaque lettre devait avoir son propre ornement, qu’il fallait que quelque chose lui vienne d’abord à l’idée : « Il faut inventer chaque ornement, sans cela ce serait embêtant. » Pendant qu’il travaillait, je lui ai lu la traduction française de mon étude sur lui2. Il a corrigé quelques détails biographiques (par exemple, que ce n’est pas la découverte de Gauguin ni ses études décoratives qui l’ont amené à la sculpture). Encore jeune homme, il a pris des leçons chez un jeune sculpteur de Perpignan, puis travaillé avec Bourdelle à l’âge de vingt, vingt-deux ans. Il me dit avoir fait à ce moment-là pour il ne sait plus qui un Christ3 que Bourdelle avait beaucoup admiré. « J’étais tout le temps fourré dans l’atelier de Bourdelle dans ce temps-là. »

Banyuls, 3 avril 1925, vendredi

  • 1 [Banyuls, 3 avril 1925, vendredi] Ambroise Vollard, La vie et l’œuvre de Pierre-Auguste Renoir (18 (...)
  • 2 Un Temple indien inspiré de l’Inde du Sud figurait à l’Exposition universelle de 1900, installé su (...)
  • 3 Le Centaure mourant, dont le point de départ est une étude de 1911, a été réalisé en 1914, à la su (...)

43Pluie torrentielle ce matin, avec orage. Un jour humide et froid, tempétueux. Je suis resté chez Maillol pendant qu’il travaillait, parce qu’il s’arrête dès que je m’en vais. Je lui ai dit que dans le Renoir de Vollard1 que je suis en train de lire, Renoir, à côté de choses intelligentes, dit aussi beaucoup de sottises. Maillol me répond que souvent, Renoir racontait intentionnellement des sornettes à Vollard, pour le mener en bateau. Il dit avoir été présent un jour que Renoir se payait la tête de Vollard. En outre, Renoir n’était pas un homme de lettres : « Ce qu’il pensait, il le pensait avec le pinceau. » Ce matin, Maillol a fait le I majuscule pour l’incipit de la vie de Virgile. Comme pour les autres lettres, traçant d’abord l’ornement à la peinture blanche avec un fin pinceau japonais sur la plaque de bois de Gill, puis le taillant à la gouge et au poinçon. Il a effacé plusieurs esquisses de suite avant de trouver une décoration dont il était content. Je lui avais apporté deux tiges d’iris en bouton comme modèle. Il les a disposées devant lui, puis il m’a dit : « Ça ne donne rien pour ce que je cherche. Il ne s’agit pas de trouver un motif, il s’agit de trouver de la couleur, de trouver l’effet », c’est-à-dire ce qui servira de fond à telle ou telle lettre. L’après-midi, il a gravé le petit bouc en train de s’enfuir pour la deuxième Églogue. Primitivité de ses instruments de travail. Pas de papier calque pour décalquer, mais du papier ordinaire qu’il tient contre la vitre de la fenêtre. Il a effectué le décalque avec la pointe d’une paire de ciseaux que sa femme avait laissé traîner là. Pendant qu’il taillait le bloc de bois, il n’a pas cessé de geindre, disant qu’il n’avait pas de gouge bien affûtée et qu’il devait travailler tant bien que mal avec un poinçon cassé. Pour tirer ses épreuves, il noircissait la plaque de bois avec un vieux bouchon et y appliquait ensuite une feuille de papier sur laquelle il passait et repassait avec une fourchette. Le soir, j’ai dîné chez les Maillol. Maillol m’a raconté qu’il avait vendu un ou deux bronzes au Japon. Il dit que des artistes japonais viennent assez souvent le voir. Ce qui a fait rouler la conversation sur l’art de l’Asie orientale. J’ai dit qu’à Londres, lors d’une conférence, Will Rothenstein a montré des photographies de sculptures de l’Inde ancienne qui m’avaient vivement fait penser à ses propres statues. Maillol me répond que ça s’explique facilement, car il a très minutieusement étudié la sculpture de l’Inde ancienne, en particulier à l’occasion de l’Exposition universelle, où tout un temple hindou avait été reconstruit avec des moulages de plâtre2. Quand on a détruit le temple, il en a même acheté plusieurs reliefs qu’il a installés dans son atelier (je me souviens encore de ces reliefs). Il dit cependant qu’on ne saurait imiter cette sculpture orientale, comme Gauguin a essayé de le faire, on peut seulement en tirer un enseignement général. De Bourdelle, il a parlé avec une admiration mélangée. Il pense que son grand Centaure3 est une œuvre puissante, mais que Bourdelle fabrique ces colossales statues en petit format et qu’il les fait ensuite agrandir par des procédés mécaniques. Il se facilite la tâche.

Banyuls, 4 avril 1925, samedi

  • 1 [Banyuls, 4 avril 1925, samedi] Lucien Maillol a réalisé de nombreux tableaux représentant des scè (...)
  • 2 Non identifié.

44Tôt ce matin chez Maillol, qui allait mieux sous le soleil éclatant et le ciel bleu. Il s’est mis au rameau fleuri pour la troisième Églogue et a complété la planche en y ajoutant une petite branche qu’il a dessinée et gravée. J’ai parlé ensuite avec lui du prix pour les quatre nouvelles gravures qu’il a faites pour le Virgile et lui ai proposé 8 000 francs, ce qu’il a trouvé excessif. J’ai cependant maintenu ce prix. Lucien Maillol m’a montré son esquisse pour un nouveau grand tableau de football, une mêlée sauvage mais superbement composée1. Au milieu de la cohue, il y a un joueur puissant, torse nu, à qui l’on a arraché son maillot dans la bagarre. Lucien devient un artiste très important, qui aime, tout au contraire de son père, les figures prises d’une agitation sauvage, les contrastes marqués de lumière et d’ombre, les formes masculines vigoureuses. Son père a fait l’éloge de son dessin et dit que si ses couleurs se faisaient aussi bonnes que son dessin, alors il deviendrait en effet un grand artiste. J’ai pris un grand paysage des Pyrénées pour Wilma2. Lucien m’en a demandé le très modeste prix de 1 500 francs. Déjeuné à l’hôtel. Après manger, j’étais de retour chez Maillol à deux heures et je l’ai prié d’ornementer quelques-unes des grandes capitales de trois lignes taillées par Gill. Je ne parlai d’abord que de quatre à cinq lettres. Il s’est mis à peindre les ornements avec son petit pinceau japonais à la couleur blanche sur la plaque de bois. Petit à petit, je l’ai amené à décorer tout l’alphabet. Deux heures plus tard, à quatre heures, les vingt-six lettres étaient toutes finies, sauf le G qui a été abîmé hier lors de la taille, et en plus un très beau J de quatre lignes. Maillol a inventé un ornement différent pour chaque lettre. À un moment donné, alors que je faisais je ne sais quelle remarque, il m’a dit : « Vous m’avez coupé l’inspiration. Je ne retrouve plus ce que je voulais faire. » Pourtant, il ne lui aura guère fallu que cinq minutes à chaque lettre pour en inventer et en exécuter l’ornement, une performance à peine croyable. Au reste, je comprends maintenant la façon dont travaillaient les moines qui enluminaient les manuscrits du Moyen Âge de lettrines magnifiquement décorées. Avec ses splendides ornements d’un blanc bleuté sur fond noir, chaque caractère avait l’air d’un tout petit carreau de faïence précieuse. Maillol m’a fait la recommandation expresse de dire à Gill qu’il ne cherche pas, en gravant (car il ne grave pas lui-même cet alphabet, ses yeux n’étant plus assez bons pour ce travail de précision), à imiter les irrégularités du coup de pinceau, mais qu’il tâche d’être le plus égal et le plus régulier possible avec sa gouge : « Plus ça sera régulier, plus ça paraîtra riche. » Il semblait aller puiser ses motifs dans une réserve d’une infinie richesse, les tirer pour ainsi dire sans peine de son imaginaire. Quand je pense que Johnston se croit incapable de créer un alphabet de grandes capitales ornées, à moins d’y travailler pendant des années, et que même Gill devrait y travailler au moins pendant des mois, tandis que Maillol, sans jamais y avoir songé, le fait pour ainsi dire surgir en un tournemain, ce foisonnement de formes qui vit en lui m’apparaît comme un miracle. À quatre heures et demie, j’ai pris congé de Maillol et à six heures, je suis parti pour Port-Vendres, où j’ai attrapé le train express pour Paris.

Paris, 3 janvier 1926, dimanche

  • 1 [Paris, 3 janvier 1926, dimanche] Référence aux accords de Locarno, signés en 1925, qui devaient a (...)

45Rendu visite à Sert à l’hôtel. Vuillard est passé à l’improviste, je ne l’avais pas revu depuis 1914. Il est devenu complètement gris, presque blanc, mais il a toujours ses yeux un peu enfantins. Il a immédiatement été très amical, tout comme Sert, dont le ton était à nouveau celui d’autrefois. Locarno1 a complètement transformé ici les relations sociales. Tout le monde semble mettre une sorte de coquetterie à se montrer aussi cordial et aimable que possible envers ses vieilles connaissances allemandes. […]

Londres, 6 janvier 1926, mercredi

  • 1 [Londres, 6 janvier 1926, mercredi] Max Goertz. Voir 13 mars 1925.
  • 2 Le suicide de Cassirer faisait suite à sa séparation d’avec sa femme, Tilla Durieux.

46Télégramme de Max1, m’annonçant que Paul Cassirer s’est suicidé par balle2. On espère cependant le sauver. – […] Le soir, départ pour Berlin.

Berlin, 7 janvier 1926, jeudi

47Arrivé à cinq heures et demie du soir à Berlin. À la gare, Max me dit que Paul Cassirer est mort ce matin.

Berlin, 8 janvier 1926, vendredi

  • 1 [Berlin, 8 janvier 1926, vendredi] Les allocutions prononcées aux funérailles de Cassirer par Lieb (...)

48Hugo Simon et la famille de Cassirer me demandent de dire quelques mots à ses funérailles1.

Berlin, 10 janvier 1926, dimanche

  • 1 [Berlin, 10 janvier 1926, dimanche] À la galerie Cassirer, Viktoriastrasse 35.
  • 2 Le cimetière Heerstrasse à Berlin Westend, aménagé en 1921–1924 par Erwin Barth, était un cimetièr (...)
  • 3 Un exemplaire du masque mortuaire est conservé à Berlin, Georg-Kolbe-Museum.

49Funérailles de Paul Cassirer. Le tout-Berlin artistique. Le cercueil disposé au milieu de la grande salle d’exposition1, sous un tapis de roses rouges. Max Liebermann a parlé en premier, moi en second. Bien qu’Ernst Cassirer m’ait encore appelé hier soir à onze heures et demie pour tâcher d’obtenir de moi que je ne fasse aucune mention de Tilla Durieux dans mon discours (il règne contre elle une extraordinaire animosité dans la famille et parmi les amis de Cassirer), je l’ai quand même évoquée, évidemment. Le visage dissimulé sous un voile, elle assistait à la cérémonie (ce qu’Ernst Cassirer, Feilchenfeldt et d’autres avaient aussi essayé d’empêcher). Je lui ai serré ensuite la main et elle m’a remercié. Nous sommes partis pour le magnifique cimetière de la Heerstrasse2, où l’enterrement s’est déroulé sous un splendide soleil d’hiver, dans la forêt de pins. Je suis reparti avec Kolbe, qui m’a conduit à son atelier pour me montrer le masque funéraire3. […] La mort de Cassirer m’a profondément ébranlé.

Berlin, 13 janvier 1926, mercredi

  • 1 [Berlin, 13 janvier 1926, mercredi] Hôtel du Kurfürstendamm.

50Cet après-midi chez Tilla Durieux au Bristol1. Elle était froide et amère. Aucun parent qui lui ait tendu la main lors des funérailles. Elle dit que Cassirer l’a chassée à cause d’un incident tout à fait insignifiant. C’est après cela qu’elle a tiré un trait, au bout de vingt ans elle voulait enfin se sentir libre. Elle serait revenue après quelque temps, peut-être au bout de deux mois, mais elle voulait d’abord être libre, respirer. Elle dit ne pas pouvoir annuler son engagement en Hollande, ça mettrait beaucoup de gens sur la paille. L’indignation jugule de toute évidence chez elle un bouleversement assez profond, et puis c’est vraiment une femme froide, dure.

Berlin, 24 février 1926, mercredi

  • 1 [Berlin, 24 février 1926, mercredi] Helene von Nostitz.
  • 2 La Méditerranée.

51[…] Après le dîner, vers minuit, Landshoff et Guseck sont allés chercher la petite danseuse noire Joséphine Baker, pour qui j’avais fait débarrasser la bibliothèque, afin qu’elle puisse danser. Mais elle n’y était pas disposée et elle est d’abord restée assise pendant des heures dans un coin, visiblement intimidée par sa nudité devant les « dames », Helene1 et Luli Meyern, qui étaient entre-temps arrivées à leur tour. Ce n’est qu’au moment où je racontai à Reinhardt et à Vollmoeller la première scène de la pantomime que je projette d’écrire pour elle qu’elle est sortie de sa réserve : une variation sur les thèmes du Cantique des cantiques, mi-moderne, mi-orientale. Le roi Salomon, un beau jeune homme (je pense à Lifar) qui s’est acheté une danseuse (Sulamite, la Baker), la fait danser nue, avant de la couvrir d’un monceau de présents, lui offrant toute sa richesse, ses propres habits et ses bijoux. Mais plus il la noie de cadeaux, plus elle lui échappe. À chaque danse, le souverain se dépouille un peu plus, tandis que la danseuse se dérobe progressivement à ses regards. Pour finir, c’est le roi qui est nu et la danseuse disparaît dans un somptueux nuage doré puis noir qui s’exhale des étoffes et des bijoux dont il l’a parée (s’élevant autour d’elle à la manière d’une tulipe, comme chez Loïe Fuller). À la fin de la scène, on distingue le jeune amant en smoking noir dans la pénombre. La suite, je l’ai gardée pour moi. Reinhardt et Vollmoeller m’ont dit qu’ils trouvaient la scène théâtralement et chorégraphiquement si forte qu’ils la verraient plutôt pour clore la pièce, ils ne s’imaginaient guère qu’on puisse pousser plus loin. La Baker était comme métamorphosée, insistait pour savoir quand elle pourrait danser. Puis elle a fait quelques mouvements, grotesques et expressifs, devant la grande statue de Maillol2. De toute évidence, elle se confrontait avec elle, elle l’a regardée un long moment, a contrefait sa posture, s’en est inspirée pour prendre des poses grotesques, elle lui parlait, manifestement inquiète de la fixité et de l’énergie prodigieuses de son expression, et elle s’est mise ensuite à danser autour d’elle en faisant d’amples mouvements grotesques, comme une prêtresse qui eût joué de façon enfantine à se moquer d’elle-même et de sa divinité. On le voyait : l’œuvre de Maillol était pour elle bien plus intéressante et plus vivante que les gens qui étaient là, que Max Reinhardt, Vollmoeller, Harden et moi. Le génie (car Baker est un génie de la danse grotesque) parlait au génie. Puis elle s’est interrompue d’un seul coup pour danser ses danses nègres et ses parodies de mouvements de toute sorte. Le spectacle atteignit son point culminant lorsque Fried tenta de s’introduire dans sa pantomime et qu’elle se mit à caricaturer de plus en plus frénétiquement chaque mouvement qu’il faisait. […]

Berlin, 1er mars 1926, lundi

  • 1 [Berlin, 1er mars 1926, lundi] À la suite de la Première Guerre mondiale, Kessler perdit, en tant (...)

52J’ai dit adieu à mon tableau des Poseuses de Seurat, que j’ai (hélas) dû vendre pour 100 000 marks en Écosse1. Ces formes qui émeuvent de s’agencer si naturellement et ces couleurs délicates m’ont fait don pendant presque trente ans de leur grâce charmante. Je me sépare d’elles comme d’êtres aimés. Je n’aurais pas dû accepter la vente. […]

Berlin, 22 mars 1926, lundi

  • 1 [Berlin, 22 mars 1926, lundi] Galerie Nierendorf, dirigée depuis 1923 par Karl Nierendorf.
  • 2 Après un premier voyage en Russie en 1923, dans le cadre de la Rote Hilfe, organisation d’entraide (...)
  • 3 1925, Mannheim, Staatliche Kunsthalle. Un second portrait sera peint en 1926 (New York, Museum of (...)

53[…] Ce soir pour la première fois au nouveau club (Association pour la politique, les sciences et les arts) chez Nierendorf1 dans la Lützowstrasse, où j’ai rencontré Becher, Heinrich Vogeler, George Grosz, Piscator, Samuel Sänger. Nierendorf m’a montré de très belles aquarelles de Nolde, aux résonances profondes comme les accords de l’orgue. Vogeler, qui s’est installé pour de bon à Moscou2 où il travaille au service de la propagande artistique soviétique, a dit qu’il y avait déjà là-bas un groupe de jeunes peintres russes très originaux, qu’ils s’étaient affranchis de la tendance abstraite qui dominait encore il y a deux ans. Leur art est maintenant une espèce de réalisme synthétique. Ainsi l’un d’eux a-t-il par exemple peint le Caucase en essayant de créer par des moyens réalistes une sorte de synthèse du Caucase. Vogeler attend beaucoup de ces jeunes artistes. Au reste, il a tellement vieilli que je l’ai à peine reconnu. Il vit assez misérablement à Moscou, voyage à travers toute la Russie, il est en ce moment sur la côte de Mourmansk et, dès son retour, il doit partir pour le Turkestan. George Grosz a dit qu’il s’était remis depuis peu à la peinture, après n’avoir presque fait que dessiner ces dernières années. Ce qui explique que sa première expérience, celle de peindre le portrait de Herrmann-Neisse3, ait produit un résultat un peu sec. Il espère arriver petit à petit à plus de réussite. Il aimerait faire, nous a-t-il dit, de la « peinture d’histoire moderne », par exemple peindre le Parlement. Il a dans l’esprit quelque chose comme les tableaux politiques de Hogarth. […] En gros, le club m’a laissé une impression vivante et stimulante. Au milieu des peintures de prostituées de Dix (qui était là aussi), une fausse bohème assez amusante. Au buffet, une dame servait des saucisses chaudes et de la bière sous une vieille putain de Dix.

Tagebuch, fac-similé du manuscrit, 22-23 mars 1926

Tagebuch, fac-similé du manuscrit, 22-23 mars 1926

photo © Deutsches Literaturarchiv Marbach, Nachlass Harry Graf Kessler

Paris, 28 mai 1926, vendredi

  • 1 [Paris, 28 mai 1926, vendredi] Pour assister à la revue La Folie du jour, où la danseuse américain (...)

54Ce matin avec Goertz au Louvre, où je lui ai montré les Houdon. – L’après-midi avec lui chez Maillol à Marly. J’ai trouvé Maillol de mauvaise humeur. Il dit qu’il n’a plus fait aucune sculpture depuis six mois, qu’il est comme handicapé. Il ne sait pas ce qu’il a. « Je n’ai même pas pu mettre les bras à ma statue » (une très jolie petite statuette de femme). Depuis son retour à Paris, il n’est même pas allé une seule fois dans son atelier, il ne l’a même pas ouvert, il ne veut pas le voir. Je l’ai décidé à s’y rendre avec nous. Partout, il trouvait quelque chose à redire, accusait son tailleur de pierre de lui avoir abîmé la statue de son monument à Cézanne, « il a fait le nez de deux centimètres trop court, comment voulez-vous arranger ça ? » Je le rassurai en disant que je trouvais la statue très belle, ce qui a paru lui faire plaisir. Pour finir, il a ouvert d’assez mauvaise grâce l’atelier, où se trouvaient pêle-mêle, sous la poussière et dans le désordre, des choses à moitié finies et d’autres terminées. En nous désignant un monceau de formes en creux dispersées à terre : « C’est ça qui m’a tué. » Il nous a expliqué que c’était le buste de Daniel de Monfreid (l’ami de Gauguin), qu’il avait dû faire ce buste parce que Monfreid avait insisté, qu’il y avait été obligé par gratitude, Monfreid l’ayant nourri jadis pendant plusieurs mois, à une époque où il était dans la difficulté. Mais sa tête ne l’intéressait pas, elle était « tout en bosses, elle m’embêtait et je m’obstinais dessus. Si encore ç’avait été le buste d’une jolie femme ! » Il dit s’être brisé sur ce buste, parce qu’il s’est obligé au travail, à son corps défendant. Depuis, il ne peut plus faire de sculpture. En revanche, il a beaucoup dessiné. – Soirée aux Folies Bergère, avec Wilma, Helene, Christian, pour voir Joséphine Baker1.

Paris, 8 juin 1926

  • 1 [Paris, 8 juin 1926] Nicolai (Nicolas) Nabokov fit un compte rendu amusant de cette visite à Meudo (...)
  • 2 Le Penseur sur la tombe de Rodin, Adam et L’Ombre sous les arcades de l’ancienne façade du château (...)

55À Chartres avec Helene et Nabokov1 dans la voiture de Wilma. Sur le trajet, nous avons fait halte à Meudon, pour visiter la tombe et la maison de Rodin, où Helene et moi avons été si souvent autrefois chez le vieux maître. La tombe m’a fait une profonde impression par sa simplicité et sa grandeur. Trois œuvres de Rodin2, c’est tout, à travers lesquelles il vous parle cependant comme s’il était vivant. En outre, la vue sur Paris et la vallée de la Seine qu’il aimait tant. Déjeuné à Rambouillet. Nabokov a de nouveau exprimé ses opinions avec une rafraîchissante radicalité. […]

Paris, 9 juin 1926, mercredi

  • 1 [Paris, 9 juin 1926, mercredi] Probablement des reproductions, aucun dessin original n’ayant appar (...)

56[…] À midi, je pars avec Claude Anet dans sa petite auto pour L’Étang-la-Ville, où nous déjeunons chez Roussel. À part nous, il n’y avait là que les Maillol. Roussel nous a montré des dessins de Claude Monet1, qui soutiennent la comparaison avec les plus beaux dessins chinois. Il dit qu’on voit dans ces œuvres la parenté de Monet avec Poussin.

Paris, 13 juin 1926, dimanche

  • 1 [Paris, 13 juin 1926, dimanche] Construit vers 1840 par l’architecte Hittorff en bas des Champs-Él (...)
  • 2 Il s’agissait sans doute d’une commande de Pierre Ducarre, qui dirigea l’établissement de 1874 à 1 (...)
  • 3 Le 27 février 1915. La reconstruction du théâtre ne débutera qu’en 1921.

57Déjeuner chez Maillol à Marly. Pendant le repas est arrivé l’ami de Gauguin, Daniel de Monfreid, dont la chevelure a complètement blanchi. Quand j’ai parlé du théâtre des Ambassadeurs1, Maillol s’est écrié : « C’est aux Ambassadeurs que j’ai fait ma première décoration en arrivant à Paris, oui, j’ai décoré les Ambassadeurs2 ! » Il nous a expliqué qu’il était alors « sans le sou » et que des amis l’avaient entraîné à faire le peintre avec eux pour gagner un peu d’argent. À la fin, il fut le seul à être payé, parce que la direction l’avait jeté dehors pour incompétence totale et lui avait versé son salaire, tandis que les autres, qui avaient continué de travailler, n’avaient rien reçu, parce que entre-temps la direction avait fait faillite. En racontant cette histoire, Maillol avait tout son visage qui riait. Il a ajouté qu’il avait également peint une grande décoration pour le Moulin Rouge, deux Pierrots, librement inspirés de Willette, qui avaient brûlé dans un incendie3 il y a quelques années. Cette décoration avait même été inaugurée en grande pompe. Il avait paru costumé en « fusain », en tricot vert avec des manches et des gants noirs, les artistes du Moulin Rouge l’avaient porté en triomphe et on avait fini par lui arracher tous ses habits, sauf le tricot vert. Ces souvenirs ont mis Maillol de fort belle humeur. De façon générale, il avait l’air d’aller mieux et m’a dit : « Grâce à Dieu, je peux de nouveau travailler. » […]

Notes de fin

1 [Berlin, 4 janvier 1919, samedi] Période amorcée en octobre 1918, qui correspond à la fin de l’Empire allemand.

2 Le Prinzessinenpalais, construit entre 1733 et 1737 par Friedrich Wilhelm Diterichs et agrandi en 1810, donne sur l’avenue Unter den Linden. Ce projet d’extension demeura sans suite.

1 [Berlin, 18 janvier 1919, samedi] Mouvement politique d’extrême gauche marxiste révolutionnaire, actif en Allemagne pendant la Première Guerre mondiale et au début de la Révolution allemande.

2 Maison d’édition fondée par Wieland Herzfelde en 1916, spécialisée dans l’art des avant-gardes, l’art politique, ainsi que la littérature communiste. Elle subsista jusqu’en 1947.

1 [Berlin, 28 janvier 1919, mardi] « Jeder Mensch sein eigener Fussball », photomontage sur la couverture de la revue Jedermann sein eigener Fussball, bimensuel illustré édité par Wieland Herzfelde et George Grosz (Berlin, Malik, 15 février 1919, no 1).

2 Un autre photomontage de Grosz intitulé « Deutsche Mannesschönheit » était également reproduit sur la couverture du premier numéro de Jedermann sein eigener Fussball. La revue fut immédiatement saisie. Le titre choisi indique que Herzfelde avait suivi le conseil de Kessler. La série n’eut cependant pas de suite et la revue changea de nom pour prendre celui de Die Pleite (La Faillite) à partir de mars 1919.

3 Ce manifeste n’a pas pu être identifié.

1 [Berlin, 5 février 1919, mercredi] Voir 18 novembre 1917.

2 Deutschland, ein Wintermärchen (Allemagne, un conte d’hiver) (huile sur toile, 1918, disparu).

1 [Berlin, 7 février 1919, vendredi] Der Kirchenstaat Deutschland, dessin, reproduit dans Jedermann sein eigener Fussball du 15 février, p. 3. Voir 28 janvier 1919.

2 Probablement Südende, un fragment de mon monde (1918, aquarelle, calame et plume, collection particulière). L’autre œuvre de Grosz dans la collection de Kessler n’est pas identifiée.

1 [Berlin, 5 mars 1919, mercredi] La Faillite. Voir 28 janvier 1919.

2 George Grosz, Von Geldsacks Gnaden (Par la grâce de la Bourse), 1919, caricature reproduite sur la couverture de Die Pleiteillustrierte Monatszeitschrift, I, no 1, mars 1919.

1 [Berlin, 16 mars 1919, dimanche] Probablement Der Abenteurer (lithographie, 1915–1916, non repéré).

1 [Berlin, 30 mars 1919, dimanche] Voir 16 mars 1919.

2 Prost Noske, das Proletariat ist entwaffnet ! (Santé Noske, le prolétariat est désarmé !), dessin, 1919, couverture de Die Pleite, I, no 3, avril 1919.

1 [Berlin, 1er avril 1919, mardi] Walter Gropius avait succédé à Henry Van de Velde en 1916 à la direction de la Grossherzogliche Sächsische Kunstgewerbeschule et de la Grossherzogliche Sächsische Hochschule für Bildende Kunst à Weimar. Il avait réuni les deux institutions en 1918 en créant le Staatliches Bauhaus à Weimar.

2 L’Arbeitsrat für Kunst, créé en 1918 et composé d’architectes, de peintres, de sculpteurs et d’historiens de l’art. Gropius en était l’un des directeurs depuis 1919 et espérait certainement obtenir le soutien de Kessler dans sa volonté de diffuser la culture auprès du prolétariat.

1 [Berlin, 4 août 1919, lundi] Léon Daudet avait publié un article dans L’Action française (XII, no 219, 29 juillet 1919, p. 1), accusant Kessler d’être un espion homosexuel sournois et insidieux, qui faisait semblant de rédiger un journal et travaillait pour Guillaume II.

1 [Berlin, 29 août 1919, vendredi] Non identifié.

1 [Berlin, 14 décembre 1919, dimanche] Die Pleite, no 5, décembre 1919.

2 Die reine Farbe, nouvelle version d’Adam und Eva, qui avait connu un four en 1909 au théâtre Hebbel de Berlin. Publiée en 1919 à Berlin, la pièce sera créée à Dresde en 1920.

1 [Berlin, 21 décembre 1919, dimanche] La revue Clarté paraîtra de 1919 à 1928. Elle réunissait des intellectuels militants autour d’Henri Barbusse.

1 [Caux, 2 février 1920, lundi] Localité des bords du lac de Genève, faisant partie de la ville de Montreux.

2 Voir 18 juillet 1911.

3 Ce qui ne se fit pas.

1 [Paris, 7 août 1922] Voir 4 août 1919.

1 [Paris, 13 août 1922, dimanche] Torse. Île-de-France, 1910–1921 (San Diego Museum of Art).

2 Guerrier mourant, 1925, étude pour le relief central du monument aux morts de Banyuls-sur-Mer (Winterthur, Sammlung Oskar Reinhart « Am Römerholz »). Le bronze de la collection Kessler a disparu.

3 Le Deuil, monument aux morts de Céret, est une variante de la Méditerranée.

4 Pomone drapée, monument aux morts d’Elne.

1 [Rapallo, 21 septembre 1922, jeudi] École de l’art théâtral, fondée par Craig dans l’Arena Goldoni, à Florence, en 1913, et fermée à cause de la guerre.

2 Luxueuse édition du Hamlet de Shakespeare, fabriquée par la Cranach-Presse et parue aux éditions Insel en 1929, dans une traduction allemande de Gerhart Hauptmann.

1 [La Haye, 9 décembre 1922, samedi] Congrès international des femmes, 8–9 décembre 1922.

2 Non repéré.

3 Après le musée Van Gogh d’Amsterdam, il s’agit de la plus grande collection de Van Gogh.

4 Commande passée à Henry Van de Velde en 1919.

5 La construction du musée destiné aux collections des Kröller-Müller, dans le parc de Hoge Veluwe, à Hoenderloo, avait été confiée à Van de Velde en 1919. Les travaux débutèrent en juin 1921, mais furent définitivement interrompus en 1925 pour des raisons financières.

1 [Paris, 8 janvier 1923, lundi] Cabaret parisien inauguré le 10 janvier 1922. En 1923, il était situé 28, rue Boissy-d’Anglas.

2 Les Mariés de la tour Eiffel est un ballet dont la musique a été composée par Georges Auric, Arthur Honegger, Darius Milhaud, Francis Poulenc et Germaine Tailleferre du groupe des Six, sur un livret de Jean Cocteau, avec une chorégraphie de Jean Börlin. Le ballet a été représenté pour la première fois à Paris, à la Comédie des Champs-Élysées, le 18 juin 1921.

3 Le Diable au corps sera publié en mars 1923 et Le Bal du comte d’Orgel à titre posthume en 1924, tous deux chez Grasset.

1 [Paris, 12 janvier 1923, vendredi] Restaurant ouvert en 1886, alors dirigé par Célestin Dupat, au 27, rue Royale.

2 Recueil de poèmes publié en 1881 par la Société générale de librairie catholique.

3 Recueil de poèmes écrits entre 1872 et 1875, publié en 1886 (Paris, La Vogue), puis dans son intégralité, à titre posthume, dans les Poésies complètes (1895, Paris, Léon Vanier).

1 [Londres, 29 janvier 1923, lundi] Londres, Royal Academy of Arts, Exhibition of decorative arts. Winter Exhibition (ouverture le 15 janvier, aucune date de clôture ne figure sur le livret), où les représentants des Arts and Crafts exposaient les nos 468 à 948.

1 [Manchester, 19 février 1923, lundi] Désormais connu sous le titre Wandering Thoughts (vers 1855, Manchester Art Gallery), ce tableau est une des treize œuvres de Millais de la collection.

2 Des principaux préraphaélites, la collection conserve 40 œuvres de Ford Madox Brown, 11 d’Edward Coley Burne-Jones (dont Sibylla Delphica de 1866), 10 de William Holman Hunt (dont L’Ombre de la mort, 1870–1873), 11 de Dante Gabriel Rossetti (dont Astarte Syriaca de 1877).

1 [Londres, 22 février 1923, jeudi] Voir 18 janvier 1906.

1 [Londres, 22 mars 1923, jeudi] Holland House, construit par Hendrik Petrus Berlage, en 1914–1916.

2 Voir 9 décembre 1922.

1 [Londres, 23 mars 1923, vendredi] Kessler et Van de Velde s’entretiendront encore les 1er avril et 9 novembre 1923 au sujet de ce projet qui n’aboutira pas.

1 [Paris, 28 juin 1924, samedi] Deuxième exposition du Salon, Palais de bois, bd Lannes, porte Maillot, ouverture le 25 juin 1924, aucune date de clôture ne figure sur le livret.

2 No 1011, Danseuses.

3 Les Tableaux de Pierre Bonnard de 1891 à 1922, galerie Bernheim-Jeune, 21 juin – 5 juillet 1924.

4 No 435, Recueillement maternel et 435bis, La Messe au prieuré, auxquels s’ajoutait, sous le no 441, « exposé sous le nom de Sabine Desvallières, Une bannière d’après un dessin de M. Denis exécuté par les élèves des Ateliers d’art sacré ».

1 [Paris, 30 juin 1924, lundi] En préparation du Salon des Tuileries de 1925, où il expose sous le no 991 Joueurs de football.

2 No 214, Frise couronnant le cadre de scène de l’Opéra à Marseille. « Sujet : Marseille, cité phocéenne. Tout au long de la base du relief : la mer. Au centre surgit d’elle Aphrodite. Elle est soutenue par les heures et par Éros. De chaque côté : des symboles de théâtre. »

1 [Paris, 5 juillet 1924, samedi] Vénus est généralement datée entre 1918 et 1928. Avec cette statue, Maillol voulait en quelque sorte corriger la composition de L’Été, qu’il jugeait inaboutie. La relation entre les deux œuvres peut expliquer cette datation précoce de 1908.

1 [Paris, 13 juillet 1924, dimanche] Il changera finalement d’avis après s’être rendu sur place. Voir 6 septembre 1927.

2 Après le refus du Monument à Cézanne par la ville d’Aix-en-Provence, Maillol s’efforça de lui trouver un emplacement à Paris. Installée au jardin des Tuileries en 1929, la statue de pierre fut remplacée en 1964 par une version en plomb. L’originale est conservée depuis 1986 au musée d’Orsay.

3 Le Monument à Victorien Sardou de Bartholomé, érigé place de la Madeleine en 1924, a été fondu en 1941.

4 Paris pendant la guerre ou La Défense de Paris (1918), titré sur le socle Paris 1914–1918, fut installé à différents endroits dans le jardin des Tuileries et sur la place de la Concorde. Enlevé en 1933 de la Concorde, il se trouve, en mauvais état, au dépôt du bois de Vincennes.

1 [Bâle, 19 juillet 1924, samedi] Zurich, Kunsthaus, 3 juillet – 10 août 1924.

1 [Banyuls, 5 janvier 1925, lundi] 1920–1923.

2 Il s’agissait de l’hôtel des Bains près de la plage Gineste, disparu depuis.

3 Voir 18 avril 1909.

4 Voir 6 janvier 1925.

1 [Banyuls, 6 janvier 1925] La Méditerranée. La variante est probablement Jeune Femme assise appuyée sur le bras gauche (terre cuite, Paris, Petit Palais).

2 Les visites de D’Annunzio à Marly furent souvent remises, voir 26 mai 1911.

3 Référence probable aux Deux Nus dans un paysage (vers 1895, Paris, Petit Palais).

4 Torse d’Île-de-France, 1925. Après avoir appartenu à Kessler puis à l’historien de l’art Kenneth Clark, le torse fut vendu par la galerie Beyeler de Bâle en 1955. Il n’est pas localisé actuellement.

5 Pomone drapée, 1922–1924. À l’emplacement d’origine se trouve désormais une version en bronze, la statue primitive en calcaire étant conservée au musée Terrus d’Elne.

6 Voir 5 janvier 1925.

7 Le Deuil, 1919–1922.

8 Projet demeuré sans suite.

1 [Cardiff – Abergavenny, 20 janvier 1925, mardi] Prieuré en ruine dont les origines remontent à 1100, sur la route de Hay-on-Wye à Llanthony.

2 Le 17 mars 1870, jour de la Saint-Patrick, le père Ignatius posa la première pierre du monastère de Notre-Dame et de Saint-Dunstan, Llanthony Tertia, à Capel-y-Ffin.

3 Flat Holm ou Steep Holm ?

4 Plus connu comme poète, David Jones fut le compagnon de Petra, la fille d’Eric Gill.

5 Village du district de Lewes, dans le Sussex.

1 [Weimar, 6 février 1925, vendredi] « Aristide Maillol », Insel-Almanach auf das Jahr 1926, s.d. [1925], p. 164-177. Une version légèrement modifiée fut également publiée dans le catalogue de l’exposition Maillol à la galerie Flechtheim à Berlin en 1928.

1 [Londres, 13 mars 1925, vendredi] Caractères créés par William Caslon, non utilisés pour l’édition des Églogues.

2 The Holy Face / Head of Christ (1917, probablement Cambridge (Mass.), Harvard Museum of Art).

3 L’édition en allemand et en latin, réalisée par la Cranach-Presse sous la direction de Kessler et de Max Goertz, paraîtra aux éditions Insel à Leipzig en 1931. Elle est illustrée par onze gravures sur bois et treize initiales d’Eric Gill. L’édition française paraîtra aux éditions de Cluny à Paris en 1931, traduction de Le Maistre de Sacy.

4 Traité hindou de l’amour physique, attribué à Kalyana Malla et rédigé au xve ou xvie siècle. Projet non réalisé.

1 [Banyuls, 1er avril 1925, mercredi] La Méditerranée.

2 Le Désir.

3 Le Cycliste.

4 Voir 19 avril 1909.

1 [Banyuls, 2 avril 1925, jeudi] Poteries de Manises achetées en Espagne par Émile Carbonnel pour Fayet et conservées à l’abbaye de Fontfroide.

2  Voir 6 février 1925.

3 Œuvre non identifiée.

1 [Banyuls, 3 avril 1925, vendredi] Ambroise Vollard, La vie et l’œuvre de Pierre-Auguste Renoir (1841–1919), Paris, chez Ambroise Vollard, 28, rue de Grammont, 1919.

2 Un Temple indien inspiré de l’Inde du Sud figurait à l’Exposition universelle de 1900, installé sur le Champ-de-Mars, mais construit en pierre. La référence aux moulages de plâtre concerne plus probablement le temple cambodgien d’Angkor Vat, qui avait été reproduit en ciment armé.

3 Le Centaure mourant, dont le point de départ est une étude de 1911, a été réalisé en 1914, à la suite d’une commande de la Ville de Buenos Aires. Il a été modelé à demi-grandeur, puis agrandi mécaniquement en effet, mais il fut largement repris ensuite par Bourdelle. Le public parisien ne découvrit l’œuvre qu’en 1925, au Salon des Tuileries.

1 [Banyuls, 4 avril 1925, samedi] Lucien Maillol a réalisé de nombreux tableaux représentant des scènes de sport. L’œuvre ici mentionnée n’a pu être identifiée.

2 Non identifié.

1 [Paris, 3 janvier 1926, dimanche] Référence aux accords de Locarno, signés en 1925, qui devaient assurer la sécurité en Europe dans le cadre de la Société des Nations. L’Allemagne y reconnaissait ses frontières occidentales avec la France et la Belgique.

1 [Londres, 6 janvier 1926, mercredi] Max Goertz. Voir 13 mars 1925.

2 Le suicide de Cassirer faisait suite à sa séparation d’avec sa femme, Tilla Durieux.

1 [Berlin, 8 janvier 1926, vendredi] Les allocutions prononcées aux funérailles de Cassirer par Liebermann et Kessler donneront lieu à une brochure publiée par la Cranach-Presse en 1926 : In Memoriam Paul Cassirer, 7. Januar 1926. Gedächtnisreden von Max Liebermann, Harry Graf Kessler bei der Totenfeier und ein Nachruf von René Schickele.

1 [Berlin, 10 janvier 1926, dimanche] À la galerie Cassirer, Viktoriastrasse 35.

2 Le cimetière Heerstrasse à Berlin Westend, aménagé en 1921–1924 par Erwin Barth, était un cimetière interconfessionnel. La tombe de Cassirer a été réalisée par Georg Kolbe.

3 Un exemplaire du masque mortuaire est conservé à Berlin, Georg-Kolbe-Museum.

1 [Berlin, 13 janvier 1926, mercredi] Hôtel du Kurfürstendamm.

1 [Berlin, 24 février 1926, mercredi] Helene von Nostitz.

2 La Méditerranée.

1 [Berlin, 1er mars 1926, lundi] À la suite de la Première Guerre mondiale, Kessler perdit, en tant que résident allemand, l’héritage de sa mère irlandaise. À ce problème s’ajouta la crise économique générale. Ne voulant pas réduire ses dépenses, ni pour la Cranach-Presse ni pour ses voyages, il décida donc de se séparer des Poseuses.

1 [Berlin, 22 mars 1926, lundi] Galerie Nierendorf, dirigée depuis 1923 par Karl Nierendorf.

2 Après un premier voyage en Russie en 1923, dans le cadre de la Rote Hilfe, organisation d’entraide du Parti communiste allemand, Heinrich Vogeler se partage entre Berlin et la Russie, où il s’installe définitivement en 1931 pour participer au mouvement réaliste socialiste.

3 1925, Mannheim, Staatliche Kunsthalle. Un second portrait sera peint en 1926 (New York, Museum of Modern Art).

1 [Paris, 28 mai 1926, vendredi] Pour assister à la revue La Folie du jour, où la danseuse américaine apparaissait en première partie, inaugurant le port de la ceinture de bananes en peluche.

1 [Paris, 8 juin 1926] Nicolai (Nicolas) Nabokov fit un compte rendu amusant de cette visite à Meudon avec Kessler et Helene von Nostitz (Nicolai Nabokow, « Der Mensch, der andere liebte. In memoriam Harry Kessler », Der Monat, 15e année, no 170, novembre 1962).

2 Le Penseur sur la tombe de Rodin, Adam et L’Ombre sous les arcades de l’ancienne façade du château d’Issy-les-Moulineaux que Rodin avait fait remonter à Meudon.

1 [Paris, 9 juin 1926, mercredi] Probablement des reproductions, aucun dessin original n’ayant appartenu à Roussel.

1 [Paris, 13 juin 1926, dimanche] Construit vers 1840 par l’architecte Hittorff en bas des Champs-Élysées et démoli en 1929.

2 Il s’agissait sans doute d’une commande de Pierre Ducarre, qui dirigea l’établissement de 1874 à 1902. Maillol a probablement réalisé le décor d’une pièce, et non du théâtre lui-même.

3 Le 27 février 1915. La reconstruction du théâtre ne débutera qu’en 1921.

Table des illustrations

Titre Tagebuch, fac-similé du manuscrit, 7–20 juillet 1922
Crédits photo © Deutsches Literaturarchiv Marbach, Nachlass Harry Graf Kessler
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/10927/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 631k
Titre Tagebuch, fac-similé du manuscrit, 22-23 mars 1926
Crédits photo © Deutsches Literaturarchiv Marbach, Nachlass Harry Graf Kessler
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/10927/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 637k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable