Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Journal

 | 
Comte Harry Kessler

Journal

1914–1918

Texte intégral

24 juillet 1914, vendredi

  • 1 [24 juillet 1914, vendredi] Le 3 juillet 1914, après l’inauguration de l’exposition French Art. Ex (...)

1La A[illisible] m’a amené Rodin à la gare1, pour que je le reconduise à Paris. Nous avons donc fait le voyage ensemble, le vieil homme de très bonne humeur et fort loquace. À propos des [illisible] anglais : « Ils sont magnifiques, ils me nourrissent. » Au moment d’embarquer, je lui ai demandé s’il avait le mal de mer. Il m’a répondu qu’il ne savait pas, qu’il préférait rester tranquillement assis sur le pont. Je l’ai enveloppé dans une couverture, il s’est assoupi et a brillamment supporté la traversée, qui était un peu agitée. À Paris, la voiture de la Greffulhe l’attendait. Il m’a invité à venir avec elle lui rendre visite mercredi. […]

Berlin, 3 mars 1915, mercredi1

  • 1 [Berlin, 3 mars 1915, mercredi] À la déclaration de guerre, Kessler, âgé de 47 ans, fut immédiatem (...)

2Ce matin chez Van de Velde, qui part à midi. […] Nous avons parlé de la guerre. Il m’a dit que si la Belgique devenait allemande, sa place devrait être là-bas, pour jeter des ponts entre l’administration allemande et les intellectuels belges. Je l’ai approuvé et lui ai conseillé de passer au retour par Bruxelles et d’y rendre visite à Hans Harrach, qui tient le département de la presse auprès de Bissing. Nous sommes allés ensuite au grand état-major pour faire valider son passeport pour Bruxelles. […]

Ökörmeto1, 21 avril 1915, mercredi

  • 1 [Ökörmeto, 21 avril 1915, mercredi] Le village de montagne d’Ökörmező, dans les Carpates, en Ukrai (...)
  • 2 Il s’était engagé volontairement. Sa série de gravures Bildniszeichnungen aus dem Felde (Portraits (...)

3[…] Le peintre Vogeler, qui est sous-officier dans la compagnie de montagne2 et que Gerok a fait appeler ici à l’état-major, est venu prendre le thé chez nous.

Ökörmeto, 22 avril 1915, jeudi

4[…] Vogeler a soupé à l’état-major. Il était assis à mes côtés. Il semble être un homme sérieux, intelligent, ayant une certaine conscience de soi, mais sans aller jusqu’à la présomption.

Kalouch, 11 juin 1915, vendredi

  • 1 [Kalouch, 11 juin 1915, vendredi] Village en Ukraine, au pied des Carpates.
  • 2 Non identifiée.

5[…] Vogeler a fait de la charmante ferme dans laquelle Schoeler et moi avions notre cantonnement à Weldzirz1 une jolie esquisse que je lui ai achetée aujourd’hui2 (500 marks). […]

22 juin 1915, mardi

  • 1 [22 juin 1915, mardi] Portrait du comte Harry Kessler (dessin, 1915, France, collection particuliè (...)

6Vogeler a terminé ce matin de peindre mon portrait1. […]

Lutz, 21 octobre 1915, jeudi

7[…] Je pars demain pour le front, où j’irai inspecter les champs de bataille et en recueillir des détails. J’ai proposé à Klewitz de m’affecter Vogeler pour qu’il fasse des esquisses.

Berlin, 10 avril 1916, lundi

  • 1 [Berlin, 10 avril 1916, lundi] Kessler avait rencontré le sculpteur allemand Georg Kolbe le 24 mar (...)

8Donné à Kolbe ma première séance de pose pour mon buste. Il me l’avait demandé1.

Berlin, 15 avril 1916, samedi

  • 1 [Berlin, 15 avril 1916, samedi] Le bronze se trouve aujourd’hui à Marbach, au Schiller-Nationalmus (...)

9Ce matin, quatrième et dernière séance de pose chez Kolbe. La tête est finie. Moulage en bronze pour 1 000 marks1. […]

Nouzon, 26 avril 1916, mercredi

  • 1 [Nouzon, 26 avril 1916, mercredi] Lieu de naissance du peintre naturaliste français Jules Bastien- (...)
  • 2 Les Foins (1877, Paris, musée d’Orsay), acquis à la vente après décès de l’artiste en 1885 pour le (...)
  • 3 Œuvre disparue.
  • 4 Financé par souscription, le Monument à Bastien-Lepage fut inauguré le 29 septembre 1889 à Damvill (...)

10[…] Parti avec Krug, qui devait s’y rendre officiellement, rejoindre nos positions devant Verdun. D’abord à Damvillers1, en passant par Sedan et Stenay. Biermann, l’ancien commandant de bataillon de Krug, y a pris ses quartiers dans la maison natale de Bastien-Lepage. Dans l’atelier, la jeune paysanne du tableau du Luxembourg2 est peinte sur le mur enduit de chaux3, mais bien plus grande et avec plus d’intensité dans la couleur, beaucoup mieux. Ici, ça ressemble plus à un Puvis. Biermann nous a également conduits au monument Bastien-Lepage de Rodin4, aux abords de l’église. Le mouvement de la statue fait penser au grand fragment de nu de L’Homme qui marche. Malheureusement, la maison semble avoir été pillée. C’est du moins ce que raconte Biermann, qui dit qu’une vingtaine de tableaux y étaient accrochés, mais qu’ils avaient disparu au moment où il s’y est installé. Je lui ai conseillé de prendre soin de la fresque au mur de l’atelier, en lui disant qu’il devait attirer l’attention de l’arrière sur le fait que c’est une œuvre de valeur. […]

Berlin, 9 mai 1916, mardi

  • 1 [Berlin, 9 mai 1916, mardi] Notizen über Mexico, 1898, Berlin, F. Fontane & Co.

11Becher à déjeuner chez moi. Mon livre sur le Mexique1. À la suite de ma remarque, il a dit que la jouissance artistique suprême aboutit au calme parfait (équanimité). Selon lui, je suis un « classique », tandis que son sentiment à lui est tout autre. Ensuite, il a rejeté Nietzsche, parce que « tyran », parce que pour Nietzsche, le but est de produire un seul individu d’un certain type, et non le plus grand nombre possible d’individus d’un type supérieur, par exemple il lui suffit qu’un Christ ait existé, tandis que lui, Becher, veut autant de Christ que possible, etc. Nietzsche pense de façon purement individuelle, lui, Becher, socialement. Au reste, B. n’est absolument pas un « penseur », ni un homme qui observe ou qui reconnaît, c’est un utopiste, à qui le bonheur et le plus grand nombre de bienheureux (le plus grand bonheur du plus grand nombre) servent de guide. Il le nie pourtant, affirme qu’il se fixe lui aussi pour but la plus grande plénitude de vie possible, que pour cela, il doit donner au plus grand nombre, par ses œuvres, le sentiment d’une vie supérieure, tandis que Nietzsche ôte ce sentiment à la foule. Il y a manifestement là, comme je l’ai dit, des contradictions de l’instinct qu’aucun argument ne saurait surmonter. Et comme je l’ai également dit, je ne tiens pas Becher pour un penseur, pas plus que Gerhart Hauptmann par exemple.

Berlin, 22 mai 1916, lundi

  • 1 [Berlin, 22 mai 1916, lundi] Vente de la collection du banquier allemand Julius Stern, au cours de (...)
  • 2 No 8, Vase de tulipes (vers 1890–1892, Pasadena, Norton Simon Art Foundation).
  • 3 Garçons d’écurie à la plage (non repéré).
  • 4 No 65, Tête de femme (1870), qui passa ensuite dans la collection Rudolf Staechelin de Bâle.
  • 5 Trois des Monet de Julius Stern passèrent en vente : sous le no 68, L’Entrée du port de Trouville (...)
  • 6 L’Éternelle Idole (marbre, deuxième version, 1896, non localisé).
  • 7 Baigneuse et Léda, deux bronzes d’un tirage non limité, édités par le marchand Ambroise Vollard. L (...)
  • 8 Colline au nord-ouest de Verdun, lieu de combats importants en 1916.

12Ventes aux enchères Stern chez Cassirer1. Tout-Berlin. Prix énormes. Pour Cézanne2, plus de 40 000 marks, de même pour Liebermann3. Des prix de 30 000 à 40 000 marks pour Manet4, Monet5, Rodin6. Les petites statues en bronze de Maillol, des exemplaires d’édition, qui coûtaient 400 à 600 francs chez Vollard avant la guerre, se sont vendues 2 000 à 3 000 marks7. Les acheteurs n’avaient pas l’air de s’y connaître et les tenaient pour des originaux. De façon générale, un public non averti, sans discernement. Des enchères de temps de guerre, des prix de fournisseurs aux armées pour servir de musique d’accompagnement à la bataille qui fait rage près de Verdun. Hier à la colline 3048, aujourd’hui chez Cassirer, à cette sensationnelle vente aux enchères : curieux croisements et expériences. Le sang, l’or et l’art bizarrement mélangés. […]

Berlin, 9 juillet 1916, dimanche

  • 1 [Berlin, 9 juillet 1916, dimanche] Berlin-Nikolassee est un quartier de Berlin, dans l’arrondissem (...)

13Chez Meier-Graefe à Nikolassee1. La dernière fois que je suis allé là-bas, c’était en avril 1914. Ce jour-là, il y avait Alfred Heymel, le pauvre petit Seckendorff, Julius Stern et sa femme. Entre-temps, ils ont tous été balayés, les uns par la guerre, les autres par d’autres catastrophes. Aujourd’hui, Lutz Wolde et la fille de Franz Blei étaient là. Après le repas, nous sommes allés au cimetière, où il y a déjà quelques très beaux monuments aux morts. La maison des Meier-Graefe est un curieux mélange de tableaux les plus modernes d’avant-hier et d’un bric-à-brac relativement sans valeur qu’il achète à prix fort. L’ensemble est agréable, mais ne témoigne pas d’une sûreté de goût bien convaincante.

Zurich, 8 septembre 1916, vendredi

  • 1 [Zurich, 8 septembre 1916, vendredi] Kessler veut parler d’Emmy Hennings (1885–1948), artiste alle (...)
  • 2 Le poète expressionniste Johannes R. Becher (1891–1958), que Kessler a généreusement soutenu à ses (...)
  • 3 La « Meierei » (littéralement le débit de lait) était un bar situé au no 1 de la Spiegelgasse à Zu (...)

14[…] À trois heures continué vers Zurich. M’y suis arrêté pour voir le « Cabaret Voltaire » d’Emmy Hennigs1, l’amie de Becher2. À l’hôtel, personne ne le connaissait. Pour finir, le caissier d’un théâtre de variétés m’a dit qu’il y avait eu quelque chose de ce genre au « Zunfthaus zur Wage ». Mais cela faisait déjà huit mois qu’il en avait déménagé pour s’installer à la « Meierei3 ». La « Meierei », une petite auberge vieillotte sur la rive droite de la Limmat, ne l’avait hébergé à son tour que quelques mois. La serveuse m’affirma que maintenant c’était fini. […]

Berne, 14 septembre 1916, jeudi1

  • 1 [Berne, 14 septembre 1916, jeudi] Pour des raisons de santé et grâce à l’appui d’amis haut placés, (...)

15Rédigé pour Romberg un mémorandum sur la propagande culturelle en Suisse. Y faire venir du théâtre, de la musique, de l’art (en particulier nos arts décoratifs), ainsi que de la variété et de jolies jeunes filles. Les Français ont semble-t-il donné cette année 12 millions à la Comédie-Française pour cette sorte de propagande. […]

Berlin, 18 septembre 1916, lundi

16Ce matin chez Romberg. Il me dit que tout va bien, que l’affaire est faite si les autorités militaires acceptent de me détacher. Jagow souhaite me parler aujourd’hui. À onze heures, chez Jagow au ministère des Affaires étrangères. […] Il m’a dit que Romberg lui a fait part de mes projets, qu’il les approuve et met à ma disposition 500 000 marks. Il déposera aujourd’hui même auprès de la direction centrale de l’armée sa demande pour ma mutation aux Affaires étrangères. […]

Weimar, 1er octobre 1916, dimanche

17[…] Déjeuné ensuite avec Van de Velde. Je lui ai demandé s’il était disposé à donner des conférences en Suisse sur des sujets non politiques, ce que je proposerais alors à Romberg. Il a souscrit avec beaucoup d’enthousiasme à cette idée, disant qu’il était l’un des rares à être vraiment entre les nations en conflit, à être vraiment neutre. Il croit pouvoir être très utile en Suisse. Il dit en outre qu’il peut voir n’importe quand, si on le souhaite, le roi de Belgique, auprès de qui il lui est facile d’être introduit par un ami commun. Je lui ai proposé pour thème « L’idéal européen » dans la culture. Je ressens néanmoins une faiblesse dans cette position de Van de Velde, comme si son corps avait un membre qui lui manquait et qu’il ne veuille pas l’admettre. Son attitude par rapport à la vie s’en trouve décalée et fantasque. Dans tout jugement, ses prémisses sont incomplètes, parce qu’il appartient à une nation imparfaite et controuvée dans ses fondements politiques et que, en dépit de tout l’internationalisme dont il se pique, il ne peut éliminer cette belgitude de son sang. C’est pour cela que l’univers de pensée de cet homme foncièrement honnête fait une impression de mensonge, parce qu’il perd constamment de vue une part de la réalité. Il en apparaît dès lors inadapté et pas tout à fait convaincant. Rien ne saurait montrer plus clairement le côté malsain d’une entité nationale neutre de cette espèce, mensongère et construite sur un pur « make-believe », qu’une personnalité comme celle de Van de Velde, qui en a été mesquinement déformée, en dépit de sa loyauté et de sa grandeur innées. […]

Berlin, 2 octobre 1916, lundi

  • 1 [Berlin, 2 octobre 1916, lundi] Exposition du Deutscher Werkbund à Berne, du 18 août au 30 septemb (...)

18[…] À trois heures et demie, entretien chez Jäckh avec le conseiller privé Bruckmann sur l’exposition du Werkbund1. Collections de mode, jeunes femmes, un élégant espace amovible pour servir de décor, peut-être de Bruno Paul. Discuté du coût de l’exposition. Jäckh rapporte que Jagow lui a dit qu’on trouverait l’argent, que c’était une affaire obligée. Jagow lui a assuré qu’il ferait tous ses efforts. […]

Zurich, 10 octobre 1916, mardi

  • 1 [Zurich, 10 octobre 1916, mardi] Franz Marc. Gedächtnis-Ausstellung, Munich, Münchner Neue Secessi (...)

19Ce matin visite de l’exposition commémorative Franz Marc à Munich1. Forte impression. […]

Berne, 13 février 1917, mardi

  • 1 [Berne, 13 février 1917, mardi] Qui avait fui l’Allemagne pour la Suisse.
  • 2 Ausstellung deutscher Malerei des 19. und 20. Jahrhunderts (Peinture allemande des xixe et xxe siè (...)
  • 3 Il s’agissait de la participation des artistes suisses à l’exposition annuelle de la Freie Sezessi (...)
  • 4 Ferdinand Hodler, qui avait condamné en 1914 les destructions d’œuvres d’art commises par les trou (...)
  • 5 Le musée des Beaux-Arts de Winterthur avait ouvert en janvier 1916. En août, on y inaugura une Exp (...)

20[…] Cet après-midi avec Paul Cassirer1 chez Romberg, pour le lui présenter et discuter des projets d’exposition2. Romberg et moi attachons le plus grand prix à l’exposition suisse en Allemagne3. Cassirer part demain pour Genève pour parler avec Hodler et le déterminer à faire une déclaration publique4. Notre avantage, c’est que les artistes suisses n’ont aucun marché en France, parce que la France oppose un refus absolu à l’art étranger. Avec leur exposition impressionniste à Winterthur5, les Français ont suscité beaucoup de mécontentement, parce qu’ils ont vendu leurs tableaux. […]

Berne, 28 août 1917, mardi

21Dans la soirée, essais d’éclairage pour l’exposition du Werkbund. Parc, projecteurs, théâtre en plein air.

Berne, 1er septembre 1917

  • 1 [Berne, 1er septembre 1917] Dans le cadre de la visite spéciale de l’exposition du Werkbund (Spezi (...)

22Ce soir, ma fête pour l’ouverture de la présentation des collections de mode à l’exposition du Werkbund1. Quatre cents personnes, diplomates, gens du monde, artistes, même les secrétaires de l’Union des travailleurs. La Kieselhausen a dansé dans le jardin, sur la scène du théâtre en plein air. Clair de lune et projecteurs sur les bosquets, les terrasses et les statues du parc, qui apparaissaient dans la nuit chaude, de façon mystérieuse et féerique, comme une île de paix au milieu de la guerre.

Berne, 5 octobre 1917

  • 1 [Berne, 5 octobre 1917] Ausstellung Deutsche Malerei des 19. Jahrhunderts (Peinture allemande du x (...)

23Parti tôt ce matin de Francfort pour Bâle. À Bâle, inquiétude et désordres. Avec Cassirer et Waldmann, visite de l’exposition d’art allemand1 en cours d’accrochage. […]

Bâle, 11 octobre 1917, jeudi

  • 1 [Bâle, 11 octobre 1917, jeudi] Prestigieux hôtel-restaurant au bord du Rhin, dans le vieux Bâle.

24J’ai donné ce soir, pour une quarantaine d’artistes et d’amateurs d’art, un dîner aux Trois Rois1. Je me suis entretenu longuement avec Egli. Tous ces cercles, pas seulement Egli, ont de grandes sympathies pour l’Allemagne, mais en même temps un amour pour la manière de vivre et l’art français que rien ne saurait ébranler.

Berne, 21 octobre 1917, dimanche

25Van de Velde chez moi ce matin. Discuté d’une série de conférences projetée par Rascher et Paul Cassirer. Van de Velde pense qu’elle doit être internationale, afin de promouvoir le rétablissement des relations culturelles en Europe. Nous avons dressé une liste qui comprenait Naumann, Schickele, Rilke, Hofmannsthal, Van de Velde lui-même, Benedetto Croce, Ferri, Bernard Shaw, Wells, Gorki, Andreïev, Barbusse, Romain Rolland. […]

Berlin, 18 novembre 1917, dimanche

  • 1 [Berlin, 18 novembre 1917, dimanche] Voir 24 juillet 1914.
  • 2 Le 23 juillet 1914, l’Autriche-Hongrie envoya un ultimatum à la Serbie en exigeant le châtiment de (...)
  • 3 Il s’agit de quatre projets de films de propagande que les deux artistes ont présentés à Kessler, (...)
  • 4 L’atelier de George Grosz, situé Stephanstrasse 15, dans le quartier Südende à Berlin, n’existe pl (...)
  • 5 L’Aventurier, 1917, huile sur toile, anciennement conservé au Stadtmuseum Dresden, confisqué en 19 (...)
  • 6 Probablement Rue dangereuse (1917, Suisse, collection particulière).
  • 7 Pendant la Première Guerre mondiale, le Corps d’armée australien et néo-zélandais (en anglais Aust (...)

26Rodin est mort. C’était l’un de mes plus vieux et plus vénérés amis. Je l’ai encore ramené de Londres à Paris huit jours avant la guerre1. « Au revoir, à mercredi chez la comtesse (Greffulhe) » ont été ses derniers mots à la gare du Nord. Je savais déjà à ce moment-là que je ne le reverrais plus, car à Boulogne, nous avions appris l’ultimatum autrichien dans les journaux2. Pendant la traversée, il a dormi sur une chaise sur le pont du bateau. Les passagers qui le reconnaissaient le regardaient avec un profond respect. En appareillant de Douvres, nous nous tenions appuyés au bastingage, je lui ai demandé s’il n’avait pas faim. Il m’a répondu : « Non, devant la nature je n’ai pas faim. La nature me nourrit. » Quatre semaines plus tard, j’étais à Namur. – George Grosz et Helmut Herzfelde chez moi pour nos projets de cinéma. Herzfelde et Grosz ont de nouvelles idées de cinéma et vont faire des films pour lesquels je me suis fait octroyer 10 000 marks par le ministère des Affaires étrangères3. […] L’après-midi, rendu visite à George Grosz dans son atelier du Südende4. Deux tableaux, un artiste de tir mexicain5 et une rue de la grande ville6. Richesse et densité du dessin et de la couleur. Il dit que Peter Brueghel est son maître. Seurat aussi. Il se dit attiré par la simultanéité des impressions, qu’il y a une part de futurisme dans ses œuvres, mais qu’il est en fait naturaliste, il refuse d’être abstrait, comme le sont tant de gens aujourd’hui, de passer à côté de la réalité. Ses dessins de nus sont en effet d’une vérité brutale, dans le droit fil de la tradition de l’Allemagne du Nord, berlinoise, Schadow, Menzel, Liebermann, absolument non française dans sa laideur sans retenue, même si Grosz confesse une admiration particulière pour Ingres. Il m’a approuvé avec force quand je lui ai dit qu’il synthétisait le caractère de chaque chose en un ornement. Sa passion, ce sont les artistes, le théâtre de variétés. Il dit que les Américains et les Anglais font passer tout leur sens artistique dans le music-hall. Il voulait lui-même devenir artiste de variétés, sculpteur de cabaret. Il a été l’élève d’Orlik. Je tiens Grosz en grande estime. Il y a une sorte de puissance démoniaque en lui. En somme, cet art néo-berlinois, Grosz, Becher, Benn, Wieland Herzfelde, est extrêmement curieux : art de la grande ville, avec une densité d’impressions à haute tension qui peut aller jusqu’à la simultanéité, brutalement réaliste et plein d’une indifférente féerie, à l’image de la grande ville elle-même, les choses éclairées crûment, comme par des projecteurs, déformées puis disparaissant dans un éclat. Un art extrêmement nerveux, cérébral, illusionniste, intimement lié par là au théâtre de variétés, au cinéma également, du moins à un cinéma possible, pas encore découvert. Art de l’éclair, avec un parfum de vice et de perversité, comme n’importe quelle rue de la grande ville la nuit. E.T.A. Hoffmann, Brueghel le Jeune, Mallarmé, Seurat, Lautrec, les futuristes en sont les précurseurs, mais les Berlinois me semblent nouveaux dans la densité, l’organisation de la monstrueuse profusion des impressions, de la brutale réalité. Il faudrait peut-être également réfléchir à Stravinsky (Petrouchka). Ornements accumulés (motifs), qui expriment chacun une réalité triviale, mais qui, dans leur accumulation et les relations qui en résultent, font un effet absolument non trivial. À cet art appartient aussi par exemple le mot néo-berlinois pour un pied-à-terre : le proxénète berlinois le nomme de façon concise et imagée « une tasse ». – La guerre mondiale fait rage partout alentour. Au centre, cette ville nerveuse, dans laquelle tant de choses se pressent et se heurtent, tant de gens et de rues et de lumières et de couleurs et d’intérêts : la politique et les variétés, le commerce et l’art encore et toujours, uniformes, conseillers privés, chansonnettes, et quelque part à droite et à gauche, en haut et en bas, très loin, les tranchées, les régiments donnant l’assaut, les mourants, les sous-marins, les zeppelins, les escadrilles, les colonnes sur les routes boueuses, Hindenburg et Ludendorff, les victoires ; Riga et Constantinople, l’Isonzo, les Flandres, la Révolution russe, l’Amérique, les Anzac7 et les poilus, les pacifistes et les féroces journalistes ; et tout ça débouchant dans la Friedrichstrasse à moitié obscurcie, nocturne, pleine à craquer, dans l’imprenable Friedrichstrasse, jamais foulée par les cosaques, les Gurkhas, les Chasseurs d’Afrique, les bersaglieri, les cow-boys, encore jamais profanée, malgré les prostituées qui l’arpentent. Si une révolution faisait irruption dans ce chaos, un bouleversement violent, des barricades sur la Friedrichstrasse, ou l’effondrement des lointains parapets, quel jaillissement d’étincelles, comme éclaterait alors le gigantesque organisme inextricablement compliqué, que ça ressemblerait au Jugement dernier ! Et pourtant, c’est exactement ce que nous avons vécu, fabriqué à Liège, Bruxelles, Varsovie, Bucarest, même à Paris presque. C’est justement ça, la guerre mondiale.

Berne, 5 décembre 1917, mercredi

  • 1 [Berne, 5 décembre 1917, mercredi] Voir 10 novembre 1907.
  • 2 Voir 11 mai 1902.

27Le sculpteur Gaul1 a déjeuné chez moi. Il est ici pour créer des cimetières pour les internés de Davos et de Lucerne. Gaul m’a raconté qu’Adolf Hildebrand2 a demandé qu’un « blason » spécial soit apposé sur toutes les tombes de soldats morts à la guerre pour les caractériser comme telles. Gaul et moi sommes du même avis quant à l’inutilité d’un « blason » artificiel, parce que la guerre mondiale s’est créé son propre blason, sous la forme du casque militaire allemand, qui en est le symbole naturel et expressif, simple, beau et intelligible à tous. Au casque se joint la Croix de fer. Ces deux éléments suffiront à n’importe quelle sorte de tombes de soldat ou de monuments aux morts.

Berlin, 2 janvier 1918, mercredi

  • 1 [Berlin, 2 janvier 1918, mercredi] Sammy en Europe, projet (demeuré inachevé) de film de propagand (...)

28[…] Helmut Herzfelde m’a apporté les dessins et les cartons créés par Grosz pour le film Sammy en Europe1, qui est réalisé selon mes directives politiques. Grosz et Herzfelde en ont fait ressortir les traits piquants de façon très amusante. C’est le premier film vraiment politique que nous produisons pendant la guerre. […]

Berne, 21 mars 1918, jeudi

  • 1 [Berne, 21 mars 1918, jeudi] Hôtel-restaurant National, Hirschengraben 24, à Berne.
  • 2 Allusion au conflit qui l’avait opposé à Hermann Muthesius au sujet de la standardisation et qui a (...)

29Repas avec Van de Velde et Prittwitz à la table de Mme von Guaita au National1. Discuté de la question de savoir où Van de Velde doit aller vivre après la guerre. Mme von Guaita était pour Weimar, Van de Velde voudrait quant à lui s’installer en Suisse, parce qu’il pense qu’après la guerre, il pourra uniquement trouver audience sur un sol neutre. Il dit être au service d’une idée que le Werkbund avait déjà falsifiée dans les années d’avant-guerre. En 1914 à Cologne, il est entré en conflit avec les cercles du Werkbund qui avaient acquis de l’influence en profitant de ses leçons2. S’il faisait de Weimar son centre d’action après la guerre, on le massacrerait pour avoir soutenu l’Entente. En Suisse, il pourrait agir sans avoir de compte à rendre à quiconque. J’ai dit qu’on devait faire la différence entre son lieu de résidence et son lieu d’activité. Son lieu de résidence était une simple question d’opportunité. Travailler, il ne pouvait en revanche le faire qu’en Allemagne ; c’est dans la culture allemande qu’il s’est inscrit au fil de vingt années de production féconde. Il ne saurait se détacher de ses œuvres et des fruits de son travail. J’ai dit qu’indépendamment de toute nationalité, chacun est lié au sol qu’il a labouré. Lui non plus ne pouvait pas jeter aux orties ce destin dont il a été le créateur. Qu’il veuille vivre à l’avenir d’un côté ou de l’autre du lac de Constance était une autre question, presque secondaire. Van de Velde m’a conforté dans mon opinion en disant lui-même que son choix de venir en Allemagne n’avait pas été le fruit du hasard, mais déjà celui du destin. La guerre n’y changerait rien. Il doit seulement se demander d’où ses idées pourraient se diffuser de la façon la plus efficace et la plus pure. Sans vouloir se séparer de l’Allemagne et de l’œuvre qu’il y a accomplie jusqu’ici, ce qu’il reconnaît être une chose impossible, il pense que c’est à l’étranger qu’il pourrait le mieux travailler et agir, comme Victor Hugo à Bruxelles, comme Richard Wagner ou Nietzsche en Suisse. De là, il pourrait participer à la construction de l’Europe et de l’Allemagne après la guerre, alors que chaque mot qu’il prononcerait ou écrirait en Allemagne serait d’emblée suspect pour l’un et l’autre camp.

Zurich, 27 mars 1918, mercredi

  • 1 [Zurich, 27 mars 1918, mercredi] Du 10 mars au 2 avril 1918 a eu lieu une exposition collective en (...)
  • 2 Ernst Ludwig Kirchner, Tête de Van de Velde, gravure sur bois, 1917, Kunstsammlungen Chemnitz.

30Vu les tableaux et les gravures sur bois de Kirchner au Kunsthaus1. Scènes d’acrobates, tête de Van de Velde2, Seurat et Gauguin pour point de départ, des effets polynésiens, beaucoup d’agitation et de nervosité, domptées à grand-peine ou presque : la tentative d’ordonner la confusion par le rythme des lignes. Un monstrueux abîme s’ouvre aujourd’hui entre cet ordre et l’ordre politico-militaire. Je me tiens sur ces deux bords : où que l’on plonge son regard on est pris de vertige. Autrefois, il y avait des ponts, des ponts religieux, mystiques, sacerdotaux et politiques. Aujourd’hui, ils sont rompus et l’on ne voit plus de passage, bien que le but de ces deux ordres soit le même : accroître la puissance et la liberté de l’être humain. La confusion et la richesse doivent rester dans le monde, mais aussi l’unité de leur ordre dans l’esprit. Aujourd’hui, ces deux ordres se combattent l’un l’autre, alors que pris chacun pour soi, ils sont l’un et l’autre trop faibles pour domestiquer le chaos, et leur conflit ramène l’homme à l’impuissance du règne animal. Les valeurs de ces deux ordres sont sans dénominateur commun, ou ce dénominateur commun, lorsqu’un quelconque prophète en établit un, est ridiculement faible, par exemple le pacifisme : qu’il suffise de lui comparer la force d’impact, dans les temps anciens, de l’idée de Dieu. L’organisation économique selon le schéma marxiste peut-elle constituer un nouveau pont ? S’en élèvera-t-il un ordre qui s’étendra des deux côtés et comblera l’abîme ? Peut-on la consolider à cette fin ? En tout cas, il est tout aussi niais de supposer que l’ordre artistique du monde est le seul ordre supérieur, valable, juste, que de s’imaginer militairement que la violence seule suffit. Le problème est là et il déchire notre temps. L’esthétisme et le militarisme sont des frères jumeaux qui l’incarnent dans leur hostilité. Il ne suffit pas qu’ils se reconnaissent mutuellement comme un mal nécessaire, qu’ils concluent une paix stérile ; ils doivent de nouveau se défaire l’un dans l’autre, comme naguère, sur la base d’une idée commune contraignante. Mais cette idée, comme toutes les grandes idées, qu’elle procède de la connaissance et de l’organisation économiques ou d’une quantité de cercles d’expérience différents, mûrira certainement avec lenteur et bouts par bouts.

Berne – Bâle, 10 avril 1918, mercredi

31Chez Schickele avec Paul Cassirer, discuté de la publication de la nouvelle série des Weisse Blätter. Elles paraîtront tous les quinze jours et seront politiques. Pour qu’elles ne soient pas interdites une fois pour toutes en Allemagne, je conviendrai avec Bismarck d’une sorte de censure préventive. Schickele présentera chaque numéro sous forme d’épreuve à report et Bismarck fera ensuite savoir aux autorités de la censure à Leipzig s’il en autorise ou non la parution.

Bâle, 11 avril 1918, jeudi

  • 1 [Bâle, 11 avril 1918, jeudi] Auguste Rodin, 1840–1917, exposition de sculptures, aquarelles, dessi (...)

32À l’exposition Rodin, qui remplit tout le Kunstmuseum1. On constate une fois de plus qu’en gros, Rodin n’est ni architecte ni novateur. Techniquement, il ne va pas plus loin que Carpeaux. Mais chacune de ses œuvres est un journal dans lequel il a consigné la vie d’un grand homme, morceau par morceau. C’est une sorte de Stendhal. De même que, pour l’essentiel, Stendhal n’a pas dépassé en tant qu’écrivain les bons prosateurs français du xviiie siècle, mais qu’il a créé et introduit dans leur style une profusion inouïe d’expériences absolument personnelles et tout à fait neuves, de même Rodin l’a fait pour la technique de sculpture de Carrier-Belleuse et de Carpeaux. Mais c’est seulement d’avoir été employée par Rodin que cette technique acquiert sa dimension et sa portée universellement humaine. […]

Bâle, 19 avril 1918, vendredi

  • 1 [Bâle, 19 avril 1918, vendredi] Voir 24 juillet 1914.

33[…] – Revisité cet après-midi l’exposition Rodin avec Pellegrini. J’ai la même impression que l’autre jour : tout l’œuvre de Rodin est un journal intime passionné. De là, le fait que c’est moins telle figure ou tel groupe particulier qui importe que l’ensemble. La figure isolée est pour ainsi dire toujours incomplète, elle a besoin d’être complétée par les autres, elle n’est qu’une poignée de feuilles qui ont été arrachées à l’ensemble du journal. Voilà le pont qui mène des dessins de Rodin à sa sculpture. Les dessins rendent isolément ce qui, dans sa sculpture, est assemblé, imbriqué, écrit, raturé et réécrit, justifié, fondé et organisé en soi dans les meilleures pièces. En partant uniquement de petites choses vécues, Rodin y compose un grand événement compliqué, mais qui reste encore et toujours du vécu. Aussi le sentiment subsiste-t-il de voir telle œuvre déborder dans telle autre, comme dans la vie, une impression qui déborde dans une autre. Rodin ne se laisse reconnaître que dans l’abondance de ses œuvres. Une pièce isolée reste souvent obscure. La phrase que Rodin m’a dite lors de notre dernier moment ensemble, en juillet 1914, quand nous revenions de Londres à Paris1 et que je lui avais demandé s’il voulait manger quelque chose : « Non merci : la nature me nourrit » (et ce disant, il montrait du doigt la côte verte qui brillait avec splendeur sous le soleil de juillet), cette parole s’inscrit dans ce cadre. Son art est une réaction passionnée de sa pulsion créatrice aux impressions de la nature. La nature le comble, l’anime, elle est son démon qui le touche et le porte et le pousse à créer. Sa seule abstraction est la ligne, qui lui est nécessaire en tant qu’instrument et filet pour capturer et saisir ses impressions. Sinon, il ne connaît ni abstractions ni concepts. Sa pensée ne va pas au-delà de la ligne. Chez lui, tout ce qui est profond, grand, est dans les processus qui le conduisent jusqu’à la ligne, et non dans ce qu’il construit ensuite en s’appuyant sur la ligne. Dans la terminologie de Nietzsche : son monde ne fait qu’effleurer l’apollinien, son centre, sa portée, sa valeur sont dans le dionysiaque, dans les obscures et grandioses ardeurs de son sentiment, qui était une constante extase amoureuse devant la nature, dans les fécondes ardeurs jaillies de l’érotique. C’est pour cela que son œuvre ne passera pas, parce qu’elle mettra encore et toujours ceux qui y pénètrent dans cette relation dionysiaque à la nature. La délicatesse et l’universelle validité de l’instrument grâce auquel il a mis au jour et fixé cette extase, alors que d’autres, de plus fatigués se laissent aller ou bredouillent dans la surcharge la plus creuse, voilà le véritable miracle. C’est cela également qui le rattache aux génies de la musique, à Beethoven et Mozart.

Genève, 28 avril 1918, dimanche

  • 1 [Genève, 28 avril 1918, dimanche] Non identifié.

34L’après-midi chez Klossowski. Il m’a montré des peintures mythologiques et quelques ébauches d’illustrations pour Amour et Psyché1. Le fait que ces choses soient désormais sans rapport ou, à l’inverse, que l’on ait soi-même perdu tout rapport avec elles donne une impression d’effroi. Je les ressens comme des jeux de petits enfants. Aujourd’hui que tout est fracas, que pourrions-nous bien faire de ce goût mignon ? […]

Kandersteg – Spiez, 9 juin 1918, dimanche

  • 1 [Kandersteg – Spiez, 9 juin 1918, dimanche] Chalet des Sapins, à Spiez, sur le lac de Thoune.
  • 2 Van de Velde s’installera effectivement un certain temps à Uttwil, près de Constance, en compagnie (...)

35[…] Plus tard, chez les Cassirer, qui ont emménagé dans leur villa des bords du lac1, discussion avec Van de Velde et Schickele sur l’établissement de Van de Velde en Suisse. Il voudrait s’installer à Uttwil, au bord du lac de Constance. […] Comme Van de Velde a expliqué qu’il entendait donner désormais la priorité à son activité d’enseignement et à la diffusion de ses idées, Cassirer a approuvé à son tour. Van de Velde s’installera donc probablement à Uttwil2. Ce qui met un terme à toute notre entreprise de Weimar. Une étape. Combien de luttes et d’années prennent ainsi fin ? Cela me fait mal pour Weimar et pour notre bel idéalisme de jeunesse. À cet égard aussi, la guerre a opéré une profonde coupure entre deux périodes de notre vie. […]

Genève, 11 juin 1918, mardi

  • 1 [Genève, 11 juin 1918, mardi] Exposition d’art français. Tableaux, dessins et sculptures de l’écol (...)
  • 2 Nos 13 à 37, réunion de portraits et de paysages.
  • 3 Nos 62–72.
  • 4 La première version de ce sujet date de 1835 (Paris, Petit Palais), celle de 1856 se trouve aujour (...)
  • 5 Non repéré.
  • 6 Exposé au Salon de 1859 (Stockholm, Nationalmuseum).
  • 7 Probablement l’esquisse de 1828–1829, Copenhague, Ny Carlsberg Glyptotek.
  • 8 Dit aussi Arabe ferrant un cheval, dont il existe deux versions de 1858 : l’une attribuée au musée (...)
  • 9 Léon Bonnat était un peintre proche du milieu académique. Ce n’est pas lui, mais Jean-Léon Gérôme (...)
  • 10 Jugement partisan, puisqu’on trouve aussi au catalogue mention des envois d’Alfred de Dreux, Eugèn (...)
  • 11 Ferdinand Hodler, Genève, Galerie Moos, 11 mai – 30 juin 1918.

36Ce matin à l’exposition française, pour laquelle je suis venu à Genève1. Bon aperçu de la peinture française du xixe siècle à travers de petits tableaux pour la plupart sans véritable importance. Les grands chefs-d’œuvre sont restés chez eux. Mais la collection suffit à rafraîchir la mémoire. Le meilleur de la visite, ce sont les assez nombreux Corot2 et plusieurs petits Delacroix enchanteurs3 : Combat du Giaour et du Pacha4 (1856), Cavalier grec5, Herminie et les bergers6, une esquisse pour La Bataille de Nancy7, Le Maréchal-ferrant8, ce dernier tableau faisant clairement apparaître le rapport étroit entre Delacroix et Rembrandt, dans l’atmosphère magique que la lumière et les couleurs dispensent autour des choses. Au reste, il y a beaucoup de Rembrandt chez Delacroix, plus de Rembrandt que de Rubens, du clair-obscur transmuté dans les couleurs. D’où le caractère mystique de l’impression que fait son colorisme. Delacroix bâtit son monde, même les couleurs, en les faisant surgir du clair-obscur, comme la lumière du matin surgit de l’aube. L’expression de ses tableaux tient au clair-obscur. La couleur ne fait que les couronner et leur donner sa douceur. Le clair-obscur est l’aspect romantique et l’âme véritable de Delacroix. Le clair-obscur traverse en somme toute la peinture romantique française comme un élément de base, Corot, Millet, Rousseau, Daumier, Courbet. Chez Courbet toutefois, il change, se fait non sentimental, purement constructif. Comme élément de construction, c’est chez Cézanne qu’il parvient ensuite à la perfection. En résultent ainsi deux chapitres, pourrait-on dire, dans l’histoire du clair-obscur français : I. Le clair-obscur romantique, sentimental (poétique) ; II. Le clair-obscur constructif (purement plastique). Ces deux emplois sont naturellement mêlés l’un à l’autre dans les deux sections, mais c’est le premier qui domine dans la première époque, le second dans l’autre. Le clair-obscur est l’instrument, un instrument pour ainsi dire musical sur lequel ils jouent tous, les uns de façon romantico-sentimentale, comme un Chopin ou un Paganini, les autres de façon classico-constructive comme Busoni. Mais l’instrument reste le même. – Vers midi, un groupe d’élèves a fait irruption dans les salles sous la conduite de leur maître. À ses collégiens (peut-être des écoliers), le maître présentait Degas, Gauguin, Cézanne comme des classiques comme si la chose allait de soi. Où est le temps où nous luttions pour eux comme pour des exclus ? Où Bonnat9, lors de la visite officielle du président Loubet à l’Exposition universelle de 1900, lançait aux hôtes de marque dans la salle des impressionnistes : « Passons vite, messieurs, c’est la honte de l’art français » ? Aujourd’hui qu’il y a la guerre, Bonnat est absent, tandis que Cézanne, Manet, Monet, Renoir sont en première ligne pour défendre leur patrie10. Ici aussi, la guerre a fait le ménage et brutalement marqué l’écart entre deux époques. – Exposition Hodler à la galerie Moos11. Mon Dieu, que ça manque de sensualité ! Tout est mathématique supérieure. Comment peut-on être aussi raide ?

Zurich – Baden, 13 juin 1918, jeudi

  • 1 [Zurich – Baden, 13 juin 1918, jeudi] Probablement la maison des corporations « Zunfthaus zur Meis (...)
  • 2 Présent avec onze peintures et un dessin.
  • 3 Se trouvant en France au moment de la déclaration de guerre, Hofer fut emprisonné et seulement tra (...)

37Exposition des « Impressionnistes français » à la galerie Meise1. Exposition-vente, mise sur pied par Carl Montag. De la bonne et moins bonne marchandise réunie au hasard, de façon assez bigarrée. Parenté de Bonnard avec la « féerie » de Delacroix2 ! Sauf qu’il tire cette magie des tons et des couleurs de la vie bourgeoise moderne. – Puis chez Karl Hofer, que j’avais souhaité rencontrer, mais dont je n’avais pas encore fait la connaissance3. Il fait bonne impression, calme, sûr de lui, mûri par la détention, d’abord dans des casemates avec des matelots et des portefaix, puis dans un hôtel au bord de l’eau, mais derrière des barbelés. Il raconte avoir été bien traité, après les premiers mois où il s’est passé des choses terribles. Dans ses tableaux, qui sont criards et anguleux, il me dit vouloir atteindre, par-delà la peinture, à l’expression, voire à l’expression tapageuse, sans tomber pour autant dans la littérature, l’expression des choses de la vie. Il parle de la suggestivité des enseignes de bistrot, grossièrement torchées. Dans ce refus complet du clair-obscur, de la qualité picturale, de la poésie intime de la lumière et de la vie vécue, le contraste avec Bonnard semble absolu. […]

Berlin – Weimar, 17 août 1918, samedi

  • 1 [Berlin – Weimar, 17 août 1918, samedi] Ralph Milbanke, earl of Lovelace, Astarté, a Fragment of T (...)
  • 2 La Divine Comtesse. Étude d’après Madame de Castiglione (1913, Paris, Goupil).

38[…] Le soir, départ pour Weimar. Le vieux cocher était à la gare. Mon chien m’a accueilli avec une joie débordante, touchante. De façon presque miraculeuse, ma maison paraissait inchangée après ces années d’événements si brutaux : jeune et lumineuse à cette heure tardive, sous l’éclat des lampes allumées, réveillée de son sommeil de Belle au bois dormant. Les peintures impressionnistes et néo-impressionnistes, les rayons de livres français, anglais, italiens, grecs, allemands, les statues et statuettes de Maillol, ses femmes un peu trop fortes, voluptueuses, son beau jeune homme nu d’après le petit Colin, comme si c’était encore 1913 et que tous les êtres qui étaient ici et qui sont aujourd’hui morts, disparus, disséminés, ennemis, pouvaient revenir et recommencer une vie européenne. J’avais comme l’impression d’un petit château des Mille et une nuits, rempli de toutes sortes de trésors et de signes et de souvenirs à demi effacés, auxquels un être venu d’un autre temps ne peut goûter qu’à toutes petites gorgées. Je trouvai une dédicace de D’Annunzio, des cigarettes persanes rapportées d’Ispahan par Claude Anet, la bonbonnière de baptême du fils cadet de Maurice Denis, un programme des Ballets russes de 1911 avec des photos de Nijinski, la publication secrète de Lord Lovelace sur l’inceste de Byron1, son grand-père, que m’avait envoyée Julia Ward, des livres d’Oscar Wilde et d’Alfred Douglas avec une lettre de Ross et, pas encore déballé, en édition de luxe, le livre plein de drôlerie et de gravité de Robert de Montesquiou, publié un an avant la guerre, sur la belle comtesse de Castiglione2, qu’il affecta d’aimer après sa mort : sa chemise de nuit était exposée dans une sorte de coffret à bijoux ou de petit cercueil en verre dans un de ses salons. Avec quelle monstruosité le destin s’est amoncelé pour jaillir de cette vie européenne, justement de cette vie-là, tout comme avait jailli des jeux pastoraux et de l’esprit si léger de l’époque de Boucher et de Voltaire la deuxième tragédie la plus sanglante de l’histoire. […] À vrai dire, nous savions tous, sans vraiment nous en rendre compte, que notre époque ne s’acheminait pas vers une paix plus durable, mais qu’elle glissait vers la guerre. C’était une sorte de flottement qui a soudain explosé comme une bulle de savon et a disparu sans laisser de trace quand les puissances infernales qui bouillonnaient en son sein ont pris leur plein essor.

Zurich, 22 août 1918, jeudi

  • 1 [Zurich, 22 août 1918, jeudi] Exposition du Schweizer Werkbund (Zurich, Platz der Alten Tonhalle, (...)
  • 2 Peinture moderne anglaise (Zurich, Kunsthaus, 8–28 août 1918).

39Ce matin, exposition du Schweizer Werkbund1. De petits logements ordonnés comme dans un cloître autour d’une grande cour, rien d’autre. Les habitations d’ouvriers sont vraiment jolies. Dès qu’on va dans le bourgeois, l’invention fait défaut : tout est chipoté ou capricieux ou plat. – Visité ensuite l’exposition anglaise de propagande au Kunsthaus2. Toutes mes vieilles connaissances, William Rothenstein, Walter Sickert, John, Tonks, Wilson Steer, Pryde. Je fus surpris de constater combien tout cela paraît aujourd’hui insignifiant. Les matières sont très laides, la touche de pinceau sèche, dure. […]

Montreux, 1er septembre 1918, dimanche

  • 1 [Montreux, 1er septembre 1918, dimanche] Hôtel Mirabeau à Clarens-Montreux.

40[…] Parlé avec Van de Velde, qui est à Clarens, au Mirabeau1. Il est en train d’écrire des sortes de mémoires et m’a posé des questions concernant son chapitre sur Weimar. Nous ne sommes pas vraiment parvenus à nous accorder, parce qu’il prétend faire remonter l’échec de l’expérience weimarienne au scandale Rodin, alors qu’il n’en a été que le prétexte et que les vraies causes ont été plus profondes et plus générales. Il voit la chose par le petit bout de la lorgnette, au lieu de la traverser d’un grand geste. Il aboutit ainsi à une espèce de point de vue de maréchal du palais, pour qui la question de savoir sous quel jour le grand-duc va apparaître est un casse-tête. Je lui ai dit que le grand-duc apparaîtrait comme il apparaîtrait, l’essentiel étant de rendre l’idée que nous poursuivions claire et intelligible. […]

Notes de fin

1 [24 juillet 1914, vendredi] Le 3 juillet 1914, après l’inauguration de l’exposition French Art. Exhibition of Contemporary Decorative Art 1800–1885 à Grosvenor House à Londres (2–21 juillet 1914). Rodin y exposait seize bronzes, un marbre et une terre cuite (Londres, Victoria and Albert Museum), dont il fit don à l’Angleterre en novembre en reconnaissance de son engagement aux côtés des Alliés.

1 [Berlin, 3 mars 1915, mercredi] À la déclaration de guerre, Kessler, âgé de 47 ans, fut immédiatement mobilisé comme officier de réserve. Il fut d’abord envoyé en Belgique. En septembre 1914, il arriva sur le front de l’Est. Fin mars, il passa sa première permission à Berlin.

1 [Ökörmeto, 21 avril 1915, mercredi] Le village de montagne d’Ökörmező, dans les Carpates, en Ukraine.

2 Il s’était engagé volontairement. Sa série de gravures Bildniszeichnungen aus dem Felde (Portraits dessinés au front, 1916, Münster, Universitäts- und Landesbibliothek) contient également un portrait de Kessler.

1 [Kalouch, 11 juin 1915, vendredi] Village en Ukraine, au pied des Carpates.

2 Non identifiée.

1 [22 juin 1915, mardi] Portrait du comte Harry Kessler (dessin, 1915, France, collection particulière).

1 [Berlin, 10 avril 1916, lundi] Kessler avait rencontré le sculpteur allemand Georg Kolbe le 24 mars lors d’un dîner. C’est à ce moment-là que les séances de pose furent planifiées.

1 [Berlin, 15 avril 1916, samedi] Le bronze se trouve aujourd’hui à Marbach, au Schiller-Nationalmuseum.

1 [Nouzon, 26 avril 1916, mercredi] Lieu de naissance du peintre naturaliste français Jules Bastien-Lepage.

2 Les Foins (1877, Paris, musée d’Orsay), acquis à la vente après décès de l’artiste en 1885 pour le musée du Luxembourg.

3 Œuvre disparue.

4 Financé par souscription, le Monument à Bastien-Lepage fut inauguré le 29 septembre 1889 à Damvillers, village natal du peintre, dans la Meuse.

1 [Berlin, 9 mai 1916, mardi] Notizen über Mexico, 1898, Berlin, F. Fontane & Co.

1 [Berlin, 22 mai 1916, lundi] Vente de la collection du banquier allemand Julius Stern, au cours de laquelle furent dispersés 251 lots, principalement des œuvres d’art moderne français et allemand.

2 No 8, Vase de tulipes (vers 1890–1892, Pasadena, Norton Simon Art Foundation).

3 Garçons d’écurie à la plage (non repéré).

4 No 65, Tête de femme (1870), qui passa ensuite dans la collection Rudolf Staechelin de Bâle.

5 Trois des Monet de Julius Stern passèrent en vente : sous le no 68, L’Entrée du port de Trouville (1870, Budapest, Szépmüvészeti Muzéum) ; sous le no 69, La Terrasse à Vétheuil (1881, Suisse, collection particulière) ; sous le no 70, Champ de coquelicots près de Vétheuil (1879, Zurich, Fondation collection E.G. Bührle).

6 L’Éternelle Idole (marbre, deuxième version, 1896, non localisé).

7 Baigneuse et Léda, deux bronzes d’un tirage non limité, édités par le marchand Ambroise Vollard. Léda est conservé aujourd’hui au musée des Beaux-Arts de Budapest.

8 Colline au nord-ouest de Verdun, lieu de combats importants en 1916.

1 [Berlin, 9 juillet 1916, dimanche] Berlin-Nikolassee est un quartier de Berlin, dans l’arrondissement de Steglitz-Zehlendorf.

1 [Zurich, 8 septembre 1916, vendredi] Kessler veut parler d’Emmy Hennings (1885–1948), artiste allemande du mouvement dada, danseuse et poétesse. Elle fut la compagne, puis l’épouse d’Hugo Ball (1886–1928), le fondateur du Cabaret Voltaire à Zurich.

2 Le poète expressionniste Johannes R. Becher (1891–1958), que Kessler a généreusement soutenu à ses débuts. Membre du Parti communiste, Becher deviendra par la suite ministre de la Culture de la RDA. On lui doit également les paroles de l’hymne national est-allemand.

3 La « Meierei » (littéralement le débit de lait) était un bar situé au no 1 de la Spiegelgasse à Zurich ; le « Cabaret Voltaire » y ouvrit ses portes au premier étage le 5 février 1916 et ferma en juillet de la même année.

1 [Berne, 14 septembre 1916, jeudi] Pour des raisons de santé et grâce à l’appui d’amis haut placés, notamment Bodenhausen, Kessler quitta le front pour Berne, afin d’y diriger la propagande culturelle allemande, à partir du 1er septembre.

1 [Berlin, 2 octobre 1916, lundi] Exposition du Deutscher Werkbund à Berne, du 18 août au 30 septembre 1917, qui comprenait notamment un pavillon d’exposition démontable conçu par Peter Behrens.

1 [Zurich, 10 octobre 1916, mardi] Franz Marc. Gedächtnis-Ausstellung, Munich, Münchner Neue Secession, 14 octobre – 15 novembre 1916.

1 [Berne, 13 février 1917, mardi] Qui avait fui l’Allemagne pour la Suisse.

2 Ausstellung deutscher Malerei des 19. und 20. Jahrhunderts (Peinture allemande des xixe et xxe siècles, Zurich, Kunsthaus, 19 août – 23 septembre 1917), à laquelle Paul Cassirer a collaboré en sous-main. L’exposition a également été montrée, sous une forme sensiblement transformée, à la Kunsthalle de Bâle du 7 octobre au 10 novembre.

3 Il s’agissait de la participation des artistes suisses à l’exposition annuelle de la Freie Sezession, de mai à juin 1918.

4 Ferdinand Hodler, qui avait condamné en 1914 les destructions d’œuvres d’art commises par les troupes allemandes lors de leur progression en Belgique et dans le nord de la France, fut par la suite exclu des associations d’artistes allemands. Cassirer était chargé de le faire revenir sur ses déclarations, ce que Hodler refusa fermement.

5 Le musée des Beaux-Arts de Winterthur avait ouvert en janvier 1916. En août, on y inaugura une Exposition d’art français, avec 196 peintures et 45 dessins, qui présentait l’impressionnisme et son évolution. Elle comprenait des œuvres de Cézanne, des Nabis et des Fauves.

1 [Berne, 1er septembre 1917] Dans le cadre de la visite spéciale de l’exposition du Werkbund (Spezialführung zur Deutschen Werkbundausstellung, Berne, Kirchenfeldplatz, 8 août – 30 septembre 1917).

1 [Berne, 5 octobre 1917] Ausstellung Deutsche Malerei des 19. Jahrhunderts (Peinture allemande du xixe siècle, Bâle, Kunsthalle Basel, 7 octobre – 4 novembre 1917).

1 [Bâle, 11 octobre 1917, jeudi] Prestigieux hôtel-restaurant au bord du Rhin, dans le vieux Bâle.

1 [Berlin, 18 novembre 1917, dimanche] Voir 24 juillet 1914.

2 Le 23 juillet 1914, l’Autriche-Hongrie envoya un ultimatum à la Serbie en exigeant le châtiment des complices de l’assassin de l’archiduc François-Ferdinand d’Autriche. Cinq jours plus tard, elle lui déclarait la guerre.

3 Il s’agit de quatre projets de films de propagande que les deux artistes ont présentés à Kessler, qui souhaitait disposer de matériaux pour ridiculiser l’arrivée des soldats américains en Europe. Voir aussi 2 janvier 1918.

4 L’atelier de George Grosz, situé Stephanstrasse 15, dans le quartier Südende à Berlin, n’existe plus.

5 L’Aventurier, 1917, huile sur toile, anciennement conservé au Stadtmuseum Dresden, confisqué en 1937 comme entartet (« dégénéré »), disparu depuis 1940.

6 Probablement Rue dangereuse (1917, Suisse, collection particulière).

7 Pendant la Première Guerre mondiale, le Corps d’armée australien et néo-zélandais (en anglais Australian and New Zealand Army Corps, communément abrégé ANZAC) affronta les Turcs lors de la bataille des Dardanelles.

1 [Berne, 5 décembre 1917, mercredi] Voir 10 novembre 1907.

2 Voir 11 mai 1902.

1 [Berlin, 2 janvier 1918, mercredi] Sammy en Europe, projet (demeuré inachevé) de film de propagande de Helmut Herzfeld avec des dessins de George Grosz, commandé par le ministère des Affaires étrangères, produit par Oliver-Film GmbH en 1917–1918. Les premières scènes du film seront présentées à Kessler les 10 février et 24 juin 1918, mais il n’y aura pas de suite, puisque les structures qu’il avait mises en place seront démantelées pendant l’été.

1 [Berne, 21 mars 1918, jeudi] Hôtel-restaurant National, Hirschengraben 24, à Berne.

2 Allusion au conflit qui l’avait opposé à Hermann Muthesius au sujet de la standardisation et qui avait failli conduire, pendant l’été 1914, à une scission au sein du Werkbund.

1 [Zurich, 27 mars 1918, mercredi] Du 10 mars au 2 avril 1918 a eu lieu une exposition collective en hommage à Else Thomann-Buchholz et Robert Wettstein. On pouvait y voir des œuvres des artistes zurichois Fanny Brügger, Henry Wabel, Lina Weilenmann-Girsberger, Hanns Welti, Julius Schwyzer. Y étaient également exposés Ernst Ludwig Kirchner, Pietro Chiesa, F. Gilsi, F. Black, E. Buchner.

2 Ernst Ludwig Kirchner, Tête de Van de Velde, gravure sur bois, 1917, Kunstsammlungen Chemnitz.

1 [Bâle, 11 avril 1918, jeudi] Auguste Rodin, 1840–1917, exposition de sculptures, aquarelles, dessins et estampes originales du maître. Collection du musée Rodin, Bâle, Kunsthalle, 3 avril – 5 mai (prolongée jusqu’au 12 mai) 1918. L’exposition a été ensuite présentée à Zurich, à Genève et à Berne, où elle ferma définitivement ses portes le 8 décembre.

1 [Bâle, 19 avril 1918, vendredi] Voir 24 juillet 1914.

1 [Genève, 28 avril 1918, dimanche] Non identifié.

1 [Kandersteg – Spiez, 9 juin 1918, dimanche] Chalet des Sapins, à Spiez, sur le lac de Thoune.

2 Van de Velde s’installera effectivement un certain temps à Uttwil, près de Constance, en compagnie de l’écrivain allemand Annette Kolb, de René Schickele et de Carl Sternheim.

1 [Genève, 11 juin 1918, mardi] Exposition d’art français. Tableaux, dessins et sculptures de l’école française du xixe siècle, musée d’Art et d’Histoire de la Ville de Genève, 15 mai – 16 juin 1918. Le catalogue avec une préface de Gustave Geffroy énumérait 137 peintures, 74 œuvres graphiques et 11 sculptures, dont 2 de Rodin.

2 Nos 13 à 37, réunion de portraits et de paysages.

3 Nos 62–72.

4 La première version de ce sujet date de 1835 (Paris, Petit Palais), celle de 1856 se trouve aujourd’hui à Cambridge, Harvard University Art Museum.

5 Non repéré.

6 Exposé au Salon de 1859 (Stockholm, Nationalmuseum).

7 Probablement l’esquisse de 1828–1829, Copenhague, Ny Carlsberg Glyptotek.

8 Dit aussi Arabe ferrant un cheval, dont il existe deux versions de 1858 : l’une attribuée au musée du Louvre, l’autre dans la collection A.K. Solomon de Cambridge (Massachusetts).

9 Léon Bonnat était un peintre proche du milieu académique. Ce n’est pas lui, mais Jean-Léon Gérôme qui avait lâché cette condamnation à l’entrée de la salle impressionniste de l’Exposition centennale de l’Exposition universelle de 1900.

10 Jugement partisan, puisqu’on trouve aussi au catalogue mention des envois d’Alfred de Dreux, Eugène Fromentin, Gustave Ricard ou Félix Ziem.

11 Ferdinand Hodler, Genève, Galerie Moos, 11 mai – 30 juin 1918.

1 [Zurich – Baden, 13 juin 1918, jeudi] Probablement la maison des corporations « Zunfthaus zur Meise », un palais baroque qui abrite aujourd’hui la collection de porcelaines et de faïences du Schweizerisches Landesmuseum.

2 Présent avec onze peintures et un dessin.

3 Se trouvant en France au moment de la déclaration de guerre, Hofer fut emprisonné et seulement transféré en Allemagne en novembre 1917. Refusant de servir dans l’armée allemande, il fut emprisonné à nouveau, avant d’être libéré à l’instigation de Kessler et de l’un de ses mécènes suisses, Theodor Reinhart, de Winterthur.

1 [Berlin – Weimar, 17 août 1918, samedi] Ralph Milbanke, earl of Lovelace, Astarté, a Fragment of Truth Concerning George Gordon Byron, Sixth Lord of Byron (1905, Londres, Chiswick Press).

2 La Divine Comtesse. Étude d’après Madame de Castiglione (1913, Paris, Goupil).

1 [Zurich, 22 août 1918, jeudi] Exposition du Schweizer Werkbund (Zurich, Platz der Alten Tonhalle, 18 mai – 31 août).

2 Peinture moderne anglaise (Zurich, Kunsthaus, 8–28 août 1918).

1 [Montreux, 1er septembre 1918, dimanche] Hôtel Mirabeau à Clarens-Montreux.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable