Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Journal

 | 
Comte Harry Kessler

Journal

1906

Texte intégral

7 janvier 1906

  • 1 [7 janvier 1906] De fin février – début mars au 17 (ou 20) mai 1899, Toulouse-Lautrec est interné (...)
  • 2 De nombreux journalistes vont évoquer ce séjour à l’hôpital, dont Arsène Alexandre dans Le Figaro, (...)
  • 3 Non identifié.
  • 4 Vénus à son miroir, dit aussi Vénus Roqueby (1647–1651, Londres, National Gallery).

1Déjeuner chez les Conder. À propos d’Anquetin : il me dit qu’il a été son maître. Non qu’Anquetin l’eût par exemple directement corrigé, mais il était toujours avec Anquetin, a entendu ce qu’il disait, etc. À ce moment-là, Conder n’admirait et ne comprenait que les impressionnistes, Monet, Renoir, etc. Anquetin lui a ouvert le xviiie siècle, Fragonard, Watteau, etc. – Puis des anecdotes sur Wilde et Toulouse-Lautrec. Un jour, Toulouse-Lautrec lui a dit qu’il était le compagnon le plus sympathique parce qu’il ne le regardait pas tout le temps avec insistance comme un monstre ou comme un phénomène. Il raconte qu’avec un correspondant de presse anglais, ils voulaient faire sortir Lautrec de l’asile de fous1 et qu’à cette fin, ils avaient soudoyé des maquereaux, qui devaient y pénétrer déguisés en médecins. Un article d’Arsène Alexandre2 a mis prématurément un terme à l’affaire. […] Acheté à Conder pour 70 livres une figure de femme nue sur un lit de repos blanc au bord de la mer3. Il m’a montré une courbe dans le drap de lin, en disant l’avoir trouvée tout seul comme « a contrary line to the body of the woman ». Maintenant, ça lui a fait plaisir de voir que dans sa Vénus4, Velázquez a employé une ligne tout à fait semblable pour faire contraste avec le corps féminin. Il me dit avoir eu beaucoup de mal avec la composition. « Composition did not come to him naturally at first. » Il y a des années, un critique l’a violemment attaqué à cause de ses mauvaises compositions. Il avait été d’abord très fâché pendant plusieurs semaines, puis il s’était ravisé et avait acquis à force de travail ce qui lui manquait. Il dit en particulier devoir beaucoup à la forme ardue de l’éventail. […]

Londres, 9 janvier 1906

  • 1 [Londres, 9 janvier 1906] Alors que l’Allemagne s’était lancée depuis 1898 dans la construction ma (...)
  • 2 Paul Wolf-Metternich zur Gracht, ambassadeur allemand à Londres de 1901 à 1912.

2Déjeuné chez les Rothenstein. L’après-midi envoyé les lettres1 et les signatures à Metternich2. […]

Londres, 11 janvier 1906

  • 1 [Londres, 11 janvier 1906] L’ambassadeur d’Allemagne était l’invité d’honneur du banquet organisé (...)

3Déjeuné chez Riepenhausen, où il y avait aussi Miss Smedley et Miss Edda Hepworth-Dixon. Miss Smedley a raconté que, à la demande de Rodin et de l’ambassadeur français, le discours de Lavery, très germanophile à l’origine, avait été rabaissé d’un ton. Elle parle aussi de la lettre de Rodin, qui a été apportée hier matin dans une nouvelle version par courrier spécial de Paris et qu’il a d’abord fallu montrer à l’ambassadeur français1. […]

Londres, 12 janvier 1906, vendredi

  • 1 [Londres, 12 janvier 1906, vendredi] Les élections anglaises de 1906 (12 janvier au 8 février) ont (...)
  • 2 La coupure de l’article paru dans The Times du 12 janvier 1906 est collée dans le journal. Parmi l (...)

4Les lettres ont paru. Articles dans Standard, Morning Post, Pall Mall. Malheureusement, les élections1 accaparent presque toute l’attention. […2]

5ANGLO-GERMAN RELATIONS
We have received for publication the following letters signed by distinguished representatives of Science, Literature, and Art in Germany and in Great Britain : –

6TO THE EDITOR OF THE TIMES
Sir, – The high sense of responsibility which the English Press has, in the past, consistently displayed encourages us to appeal against the statements put forth with increasing frequency in its columns, attributing to Germany sinister designs against England, and thus showing sentiments that in emergency would render difficult and perhaps impossible the task of these responsible for the peace between both countries. We, being engaged in Science, Literature, Art, and learned professions, feel particularly the menace to European civilization thus created. We regret the form in which certain papers in Germany, as in other countries of the Continent and America, gave vent to their feelings during the late war in South Africa.
But we assert that these attacks were not the outcome of any deep-seated hatred, and that no ill-feeling against England now exists in Germany
[…].
We wish to be on truly friendly terms with England and English men in general in Germany. Every cultivated German knows and venerates the ties that bind together both nations.
[…]

Londres, 14 janvier 1906, dimanche

  • 1 [Londres, 14 janvier 1906, dimanche] Édouard VII, roi d’Angleterre de 1902 à 1910. Fils de la rein (...)

7Invité les Rothenstein et Riepenhausen à déjeuner au Savoy. Riepenhausen est arrivé en avance et m’a prié de tâcher tout de même d’obtenir de Campbell-Bannerman et du roi1 un consentement exprès à nos lettres. Il m’a dit qu’en Allemagne, on attendait seulement une déclaration émanant ici de sources autorisées pour procéder de même en haut lieu, à savoir du côté de l’empereur.

Londres, 18 janvier 1906

  • 1 [Londres, 18 janvier 1906] Huitième exposition de l’Arts and Crafts Exhibition Society (janvier 19 (...)
  • 2 William Richard Lethaby, architecte, décorateur, membre fondateur de l’Art Worker’s Guild et profe (...)
  • 3 Directeur d’une manufacture d’objets en cuivre et en laiton et directeur artistique de la firme de (...)
  • 4 Fondée en 1895 par Edward R. Taylor sur le modèle de la Guild and School of Handicraft de Charles (...)
  • 5 Architecte de formation, John Paul Cooper se spécialisa dans la production d’objets précieux et de (...)
  • 6 Peintres, illustrateurs, artisans du métal formés à la Birmingham School of Art, Arthur Gaskin et (...)
  • 7 Architecte et l’un des plus fervents adeptes de William Morris, Charles Robert Ashbee s’est attach (...)
  • 8 Fils du directeur de la Birmingham School of Art, William Howson Taylor a fondé en 1898 la Ruskin (...)
  • 9 L’exemplaire de l’Areopagitica – discours sur la liberté de la presse prononcé le 23 novembre 1644 (...)
  • 10 Les éditions Doves Press, fondées en 1901, exposaient plusieurs livres sous le no 231, dont une Bi (...)
  • 11 Thomas Jones Cobden-Sanderson, qui avait créé en 1893 un atelier de reliure, la Doves Bindery, exp (...)
  • 12 Douglas Cockerell, dont les reliures apparaissaient aux nos 234, 249 et 367.

8Longtemps seul à l’exposition Arts & Crafts1. Mobilier : manque d’invention même chez Lethaby2. Lourdeur, tout est rectangulaire et un peu mastoc. Esprit moyenâgeux : aucune trace de sensibilité moderne. Mais pas d’affectation (comme dans notre Biedermeier Renaissance ou chez les préraphaélites). Un peu d’ennui s’élève comme une brume des lourdes formes dépourvues d’imagination. Vraiment middle class et même lower middle class, mais sans plaisir à cet esprit de classe, comme chez les socialistes belges. Les emprunts au xvie jusqu’au xviie, xviiie siècle à peine sensibles. Cottage furniture. Mais par contre, de nouveau beaucoup trop cher, avec des exigences beaucoup trop élevées quant à l’exécution (marqueteries, etc.). Cette exécution est la seule qualité de valeur positive, elle est excellente et par endroits (marqueteries) de premier ordre, jusque dans les travaux d’élèves. Qualité de valeur négative, l’absence de mauvais goût ou d’affectation. – Ouvrages en métal : fer, vraiment moyenâgeux. Cuivre et laiton : ici quelques essais d’inventer des formes ou des ornements, mais tout à fait ratés, à l’exception de plusieurs luminaires électriques de Benson3 et de la Birmingham Guild4. Argent : chef de file Paul Cooper5. De lui, des pièces très jolies et raffinées, nées de l’esprit de l’argent, de minuscules ornements délicats, d’une merveilleuse exécution, notamment des bordures en forme de cordon. De bons ouvrages aussi des Gaskin6, confectionnés sur la base de fils d’argent pliés et tressés ensemble, mais pas aussi délicats que les travaux de Cooper. Ashbee7 est commun en comparaison des deux précédents. – Bijoux : toute la production est vraiment lower middle class, moins en raison de la faible valeur matérielle qu’à cause du manque total d’élégance et de légèreté : en lieu et place, du mastoc sentimental. Tout ce qui fait du bijou un moyen de séduction féminine manque, l’éclat, la joie de vivre, la légèreté. Ces bijoux-là veulent qu’on les prenne au sérieux. Hélas ! Cela s’applique aussi bien aux bijoux merveilleusement travaillés de Cooper et des Gaskin qu’à ceux des autres. Cela correspond à une conception moyenâgeuse de la femme comme gouvernante, cuisinière, etc., conception qui survit aujourd’hui dans les cercles inférieurs de la bourgeoisie. L’exécution est splendide, tordre et polir les plus minces fils d’argent chez les Gaskin, mais je ne puis m’imaginer aucune femme que je connais avec ces bijoux. – Le plaisir le plus pur, on l’a devant les livres et devant les faïences de Howson Taylor8 qui dépassent même celles des Français (Dalpayrat, etc.) et se rapprochent des faïences de Chine. Parmi les livres, le manuscrit de l’Areopagitica9 par Miss Lessore et les reliures (la Bible de la Doves Press10) de Miss Katharine Adams. Elle est la seule à ne pas subir du tout l’influence de Cobden-Sanderson11 et de Cockerell12 et à faire quelque chose de nouveau. – Au total, le manque d’invention, en conséquence duquel aucune tâche nouvelle ne se pose, semble entraîner une stagnation de tout le mouvement. Il se répand comme de la mauvaise herbe. Mais l’Anglais est si lent en toutes choses qu’il portera peut-être tout de même des fruits.

Londres, 19 janvier 1906

9Vu Walker. Il est allé chez Knollys, qui refuse tout bonnement de présenter les lettres au roi avant que l’empereur se soit exprimé.

Londres, 20 janvier 1906, samedi

  • 1 [Londres, 20 janvier 1906, samedi] Le Lyceum Club, fondé en 1903 par Constance Smedley pour réunir (...)
  • 2 Exhibition of Works of Contemporary German Art. Le comité d’artistes chargé d’inviter les confrère (...)
  • 3 Van de Velde rend compte de cet aménagement dans Récit de ma vie (Berlin–Weimar–Paris–Bruxelles), (...)

10[…] Le soir, banquet en mon honneur au Lyceum Club1. J’ai prononcé quelques mots. Ensuite, formation du comité pour l’exposition allemande en projet2. J’ai proposé que son aménagement aussi soit conçu selon les principes de la Sécession allemande, ce qui a été accepté. On en confiera la réalisation à Van de Velde3. […] Je suis « en secret » membre du comité d’exposition et j’aurai à m’occuper en exclusivité des arts appliqués.

Londres, 21 janvier 1906

11Chez Sauter à cause de l’exposition. Fixé la liste des artistes à solliciter. Déjeuné ensuite chez les Rothenstein, où il y avait aussi Vicky Gleichen. Elle promet d’essayer encore une fois d’entrer en contact avec le roi par l’entremise de Ponsonby. Rendu visite aux Bernstorff. Informé Bernstorff de la démarche avec Ponsonby. Lui et Riepenhausen courent à toutes forces après une déclaration du roi. Elle serait de la plus grande valeur.

Paris, 31 janvier 1906

  • 1 [Paris, 31 janvier 1906] Voir 21 août 1904 et début février 1905.

12Avec maman, Gee et Brion en automobile à Saint-Germain, chez Denis. Denis en voyage, sa femme nous a reçus. Vu les décorations pour Mutzenbecher1.

Weimar, 20 février 1906

  • 1 [Weimar, 20 février 1906] Hermann Behmer s’était violemment élevé contre l’exposition des dessins (...)
  • 2 À son arrivée, Kessler avait vendu des œuvres acquises par son prédécesseur afin de développer la (...)

13Séance du conseil d’administration. Affaire Behmer1. Histoires de vente2. Le soir, dîner chez le ministre plénipotentiaire de Prusse Below. Gentille épouse, gentille fille. La bonne société prend parti, comme le public, contre Behmer.

Weimar – Francfort, 24 février 1906

  • 1 [Weimar – Francfort, 24 février 1906] Alfred Walter Heymel a soutenu les entreprises de Kessler, n (...)

14Chez Rothe. Künstlerbund, Behmer, Heymel1. R. dit qu’il y a depuis quelques semaines dans la société de la cour une véritable campagne de haine contre les Heymel et aussi contre moi. Lui-même prend très nettement parti contre Behmer. […]

Munich, 1er mars 1906

  • 1 [Munich, 1er mars 1906] Troisième exposition du Deutscher Künstlerbund à Weimar, Grossherzogliches (...)

15Le soir, séance du Künstlerbund. Conseil d’administration à la Maison des artistes. Kalckreuth, Leistikow, Slevogt, Klinger, Stuck, Keller, Hirzel, etc. Décidé de faire une exposition à Weimar1.

Berlin, 5 mars 1906

  • 1 [Berlin, 5 mars 1906] Gerhard von Mutius, diplomate et écrivain, assistant à la Chancellerie du Re (...)
  • 2 En sa qualité de secrétaire particulier, le marquis Hermann von Egloffstein avait accepté, au nom (...)

16À propos de la lettre qu’Egloffstein nie avoir écrite, conféré avec Mutius1 et Nostitz. Ils me conseillent d’envoyer un télégramme à Fritsch2.

Weimar, 6 mars 1906, mardi

17Chez Rothe à propos de la lettre. Je lui ai dit franchement que je tiens toute la campagne contre moi dans les journaux et la « société » comme une intrigue de Palézieux. Et que je ne veux pas envenimer les choses à son endroit, parce que je doute fortement que P. soit capable de satisfaction. À ces mots, Rothe s’est contenté de sourire, sans protester d’aucune façon.

Weimar, 7 mars 1906

18Trouvé la lettre d’Egloffstein. Je ne la montre pas encore, pour laisser aux gens le temps de commettre d’autres bêtises.

Berlin, 9 mars 1906

19Egloffstein nie maintenant officiellement et par écrit avoir rédigé la lettre.

Berlin, 16 mars 1906, vendredi

20Tôt ce matin télégraphié à Dungern pour avoir une entrevue. Je pars pour Berlin, et à 6 heures Dungern chez moi. Concernant ma demande de réparation à Palézieux, je lui ai demandé s’il voulait bien lui remettre ma lettre de défi. Il a aussitôt accepté. Avant cela, discussion avec Mutius sur les modalités.

Berlin, 25 mars 1906

  • 1 [Berlin, 25 mars 1906] Deutsche Jahrhundertausstellung aus der Zeit von 1775–1875, Berlin, Nationa (...)
  • 2 Voir 29 décembre 1901.
  • 3 Johann Martin von Rohden (1778–1868) était représenté par trois vues d’Italie (p. xlix du livret), (...)
  • 4 Présent avec sept peintures (p. xliv du livret) – dont trois de la Kunsthalle de Hambourg –, repro (...)
  • 5 Le Britannique John Robert Cozens fut, comme Rohden, l’auteur de nombreux tableaux ayant pour suje (...)

21Tôt ce matin, visite rapide de l’exposition de la Centennale d’art allemand1 avec Meier-Graefe et Schröder2. Rohden3, le paysagiste, pour moi la découverte la plus intéressante de l’exposition. Je le mets loin au-dessus de Friedrich4, parce que chez Friedrich, il n’y a que des amorces, Rohden réalise ce qu’il veut. Comparer Rohden à Cozens le Jeune5. […]

Berlin, 26 mars 1906

  • 1 [Berlin, 26 mars 1906] Il s’agit probablement de l’historien de l’art August Grisebach (1881–1950)

22Avec Van de Velde et Sauter chez Tschudi et Liebermann. Liebermann a de nouveau pesté contre Wagner : le salaud qui a fait régresser l’art allemand de cent ans. Entre-temps est arrivé un neveu de Grisebach1, pour relire une allocution que Liebermann doit prononcer demain à sa mémoire, et ils ont choisi quelques tableaux. – Van de Velde me dit ne pas être d’accord avec la distinction que j’ai faite, dans ma conférence sur Whistler, entre ornement oriental et ornement occidental. À son avis, notre ornement occidental n’est pas linéaire, mais plastique, contrairement à l’ornement en aplat des Orientaux. L’ornement japonais serait bien plus linéaire que le nôtre. Il ne m’a pas convaincu. Le soir, départ pour Weimar.

Paris, 29 mars 1906, jeudi

  • 1 [Paris, 29 mars 1906, jeudi] Du 1er au 31 mars 1906, la galerie Durand-Ruel accueillit une Exposit (...)
  • 2 Sous le titre Le Chanteur espagnol (1860, New York, Metropolitan Museum of Art), no 7 du catalogue
  • 3 No 16 du catalogue (1873, Philadelphie, Philadelphia Museum of Art).
  • 4 Le Buveur d’absinthe (1858–1859, Copenhague, Ny Carlsberg Glyptotek), no 6 du catalogue.
  • 5 No 2 du catalogue (1855–1856, Prague, Galerie nationale).
  • 6 Non repéré.
  • 7 Exposition de tableaux, aquarelles et estampes par Charles Conder (Paris, galerie Durand-Ruel, 2–1 (...)
  • 8 Grandes Serres de l’Alma, cours de la Reine, du 20 mars au 30 avril 1906.

23Arrivé tôt le matin. Je suis allé voir la collection Faure chez Durand-Ruel1. Manet, Monet. De Manet, Le Guitarero2, Le Bon Bock3, Absinthe4, un portrait de Proust de 18565, encore totalement sous l’influence de Couture, même s’il y a le coup de pinceau, la patte de Manet, hardie et rapide. Il faudrait absolument étudier Couture et le rôle de Couture. Le vieux Durand-Ruel m’a collé aux basques et m’a de nouveau raconté que l’achat des Manet l’avait presque ruiné, parce qu’à partir de ce moment-là, on ne voulait même plus ses autres tableaux. Dans la réserve, une œuvre de jeunesse de Degas, de la plus haute qualité : un homme chez une grisette6, elle est assise sur une chaise, à demi dévêtue : le caractère de chaque forme, par exemple de celle du haut-de-forme que l’homme a posé sur une table, de la lampe avec son abat-jour. Dans le sfumato brunâtre transparent du visage de la jeune femme, des réminiscences de Léonard. Est arrivé ensuite Conder, qui prépare son exposition7 et fait encore de petites retouches à ses tableaux. L’après-midi aux Indépendants8.

Paris, 30 mars 1906

  • 1 [Paris, 30 mars 1906] Voir 29 mars 1906.
  • 2 No 1 du catalogue (1856, Suisse, collection particulière), considérée comme la dernière œuvre pein (...)
  • 3 1800, Paris, musée du Louvre.
  • 4 No 13 (1871, Zurich, collection Bührle).
  • 5 No 11 (1869, Richmond, Virginia Museum of Art).
  • 6 No 19, Le Grand Canal de Venise (1875, San Francisco, Provident Securities Company).
  • 7 Saint-Germain-l’Auxerrois (1867, Berlin, Alte Nationalgalerie).
  • 8 Un coin de jardin à Bellevue (1881, Zurich, collection Bührle) ne figure pas dans le catalogue de (...)
  • 9 Coin de jardin à Montgeron (1876, Saint-Pétersbourg, musée de l’Ermitage).
  • 10 La galerie Vollard exposait fin mars 1906 des toiles du peintre Alcide Le Beau. En début d’année, (...)

24Durand-Ruel, collection Faure1. Manet. Éléments de style : la patte. Tête de vieille femme2, 1856, de longs coups de pinceau en ligne droite qui se juxtaposent avec précision en formant des angles, manifestement pour bien marquer les plans. Dans le visage, l’intention de base est également de marquer les plans avec rigueur et clarté. Ici par les oppositions contrastées de la couleur et de l’ombre non colorée. Les ombres dans l’incarnat sont grises ou marron. Le visage de la vieille femme est comme un relief de montagne crevassé. Aux endroits ombrés, la couche de peinture est fine, tandis que les zones claires sont empâtées. Il en résulte au total une impression d’empâtement, peinture grasse, dans laquelle on sent l’ascendance de David (le blanc de Mme Récamier3). – Dans Le Guitarero (1860), il évite déjà les ombres non colorées. Dans les zones de chair prédomine désormais la méthode consistant à marquer la clarté uniquement en faisant monter la couleur dans le blanc et le rose. – Dans Le Bon Bock, le modelé (plans) du large visage tendre se fait entièrement par les nuances de rouge clair et de rouge foncé. Ici encore, les deux éléments de style qui se détachent sont la patte, l’aspect linéaire, l’audace du dessin au pinceau, et les plans clairement marqués, tels qu’il les exprime par les tons. – Port de Bordeaux4, 1871. L’unité de ton, pas de saut entre le premier plan et le fond, tous les tons se raccordent les uns aux autres. Les petites figures de décoration, les ouvriers du port, ont une silhouette aussi frappante que les grands portraits. Chaque figure est une nouvelle création formelle, un nouveau « signe », qui se manifeste avec évidence. Cette vision intensive des formes dans la nature est un des éléments stylistiques les plus forts de Manet : « évidence » de ses formes. Une forme succède à l’autre avec cette force. Dans ce domaine aussi, une sorte de valeur, des degrés d’évidence. On comparera à cet égard Manet avec Millet, qui avait une vision pénétrante de la silhouette classique, ou avec Whistler, Degas, Lautrec, Van Gogh. Dans sa racine, cette capacité de voir les silhouettes se rattache étroitement au sentiment pour les plans. Chaque figure est un plan qui se détache de tous les autres dans le champ de vision, en tant qu’unité avec des contours caractéristiques. À l’intérieur de ce plan, il y a de nouveau des plans séparés, que marque le coup de pinceau. – Les « couleurs pures » : le « bariolage », comme on disait. Déjà dans Le Guitarero, la sangle rouge de la guitare, la substance colorée du blanc (rose). Dans le Port de Bordeaux, beaucoup de couleurs barbouillées sans mélange l’une à côté de l’autre, par exemple dans le feuillage à droite le jaune et le vert, le vert clair et le vert mêlé de blanc sur la coque d’un bateau. Dans La Plage de Boulogne5 (1869), la mer claire bleu-vert merveilleusement liquide, entièrement faite de tons blancs et turquoise. Venise6, 1875, tableau composé de couleurs pures, claires, enchevêtrées comme une mosaïque : peints en bleu et blanc, les grands poteaux pour les gondoles le long de l’escalier du palais. – L’unité de ton mène à la pureté des couleurs, c’est-à-dire à la volonté de transposer l’opposition entre couleur et non-couleur en une opposition entre couleurs de différentes valeurs. Le coloris est donc une conséquence de l’unité de ton. – Monet : Saint-Germain-l’Auxerrois7, 1866 : influence de Corot dans la douceur des intervalles entre la lumière et l’ombre, dans l’atmosphère lyrique. La capacité de Manet de voir les silhouettes fait défaut dans la foule : en revanche, la richesse et le raffinement de l’orchestration lumineuse. La lumière de Manet (par exemple dans le Coin de jardin8 de 1881 ou à Venise), saisie de façon plus simple, plus forte, d’un geste plus ample, d’une paluche plus large. À côté, Monet est dès le départ infiniment délicat et compliqué. Monet rend le « cher soleil », qui resplendit partout en mille nuances caressantes, Manet montre l’élément souverain, qui libère dans le triomphe et, en libérant, nous fait entendre sa fanfare. Monet, la nature de loin plus intime, plus aimable, plus recueillie, qui vit et croît avec nous, un peu de l’âme du Poverello d’Assise, mais totalement vouée à la lumière et à la béatitude. En comparaison, combien Manet est froid et fier. Monet, c’est le panthéiste, Manet l’individu qui déborde de joie de vivre et de fécondité. Chez Manet, il n’y a rien du mystique, Monet est totalement mystique, au sens le plus élevé et le plus pur, la pure résonance créatrice d’un œil avec les merveilles du devenir. Il peint toujours comme en état de légère ivresse. Chez lui, on ne pense pas à la couleur, mais on est emporté grâce à la couleur jusque dans les hauteurs du sentiment mystique, comme chez Beethoven par les notes. À côté du Coin de jardin9 (1878) de Monet, celui de Manet (1881) paraît nu, froid, prosaïque, la vision pleine d’intelligence d’un « homme du monde » comparée à la vision du grand mystique. La tête et les sens, c’est tout Manet, quand il y a en outre de la béatitude du cœur qui vibre de concert chez Monet. Cette émotion de Monet devant la nature est si forte qu’elle devient un élément de style, une seconde unité plus profonde qui s’ajoute à l’unité purement formelle. Sa peinture consiste à noter les aspects sensibles de son débordement d’émotion devant la nature. S’il n’y a pas cette unité plus profonde, c’est-à-dire le sentiment, ce genre de peinture est donc dépourvu de sens. Voir les successeurs de Monet. Cette émotion de Monet devant la nature est proche de celle de Renoir et de celle de Corot, un genre particulier de sentiment de la nature. Chez Monet, elle est encore plus intime que chez Corot, poussée presque jusqu’à l’impersonnel ou au supra-personnel, au mystique. – Le défaut de Monet par rapport à Manet : il n’a pas sa « patte », ni sa fascinante vision des formes. Monet : la mystique qui parle en couleurs, ainsi que Schopenhauer concevait la musique. – L’évolution de Monet depuis 1866 (Saint-Germain-l’Auxerrois) jusque vers 1878 (jardin) : les unes après les autres, toutes les couleurs entrent en résonance avec la froide lumière grise, une éclosion, un devenir polyphonique du chant de la lumière. Le feuillage du tableau de Saint-Germain est uniquement composé d’un vert brouillé de gris jaunâtre et du jaune blanc des fleurs de châtaigniers, celui du jardin est fait de bleu, de rouge, de jaune d’or, de vert Véronèse pur. À la base, il y a dès le départ, en tant qu’élément de style, la composition lumineuse, les rapports de valeur à partir de l’unité de ton. – Chez Vollard10, des Manguin, Derain, Puy. Tout va maintenant aux couleurs pures, d’une intensité brutale, on se détourne de la nature pour aller à l’ornemental.

Tagebuch, fac-similé du manuscrit, 30 mars – 2 avril 1906

Tagebuch, fac-similé du manuscrit, 30 mars – 2 avril 1906

photo © Deutsches Literaturarchiv Marbach, Nachlass Harry Graf Kessler

Paris, 2 avril 1906

  • 1 [Paris, 2 avril 1906] Voir 29 mars 1906.
  • 2 Peut-être encore plus que « les épigones des impressionnistes », ce sont les « suiveurs du natural (...)
  • 3 Maurice Denis exposait sept peintures, nos 1388 à 1394.
  • 4 André Derain exposait trois tableaux, nos 1427 à 1429.
  • 5 Henri Manguin exposait sept tableaux, nos 3246 à 3252.
  • 6 Louis Süe exposait huit peintures, nos 4739 à 4746.
  • 7 Jean Puy avait adressé huit œuvres, nos 4143 à 4150.
  • 8 Henri Matisse, sous le no 2289, n’avait envoyé qu’un tableau, Le Bonheur de vivre (1905–1906, Meri (...)
  • 9 Paul Signac exposait sept peintures, nos 4625 à 4631. 
  • 10 Henri-Edmond Cross avait adressé quatre peintures et trois aquarelles, nos 1182 à 1188.
  • 11 Pour sa dernière participation à cette manifestation, Théo van Rysselberghe exposait sept peinture (...)

25Pour la deuxième fois aux Indépendants1. Un contraste à remarquer : les tableaux portant la mention « Acquis par l’État » sont tous le fait d’épigones des impressionnistes2 ; les jeunes peintres qui ont quelque chose à dire misent en revanche sur des couleurs très intenses, pures, toujours plus éloignées de la nature, au moins pour ce qui est de la valeur de couleur, si ce n’est de celle de ton, par exemple Denis3, Derain4, Manguin5, Süe6, Puy7, Matisse8, etc., sans parler des néo-impressionnistes Signac9, Cross10, Rysselberghe11. […]

Paris, 4 avril 1906

  • 1 [Paris, 4 avril 1906] La Méditerranée.
  • 2 Rilke fut le secrétaire de Rodin du 15 septembre 1905 au 12 mai 1906. Pendant cette période, Rodin (...)
  • 3 Voir 1er juin 1905.

26Louvre. Relation de Poussin et Cézanne : rythme de la lumière et des taches d’ombre. Cézanne transpose ce rythme en couleurs. L’idée que la répartition des intensités sur le plan peut former une arabesque, peut s’associer en un motif, et la recherche de tels motifs, comme fondement de l’unité et du style dans l’œuvre. Le souci de réunir les intensités du plan en un motif qui se suffit à lui-même en tant qu’ornement homogène, dans le même sens que les arabesques de Raphaël. Voir notamment les dessins de Poussin. Différence avec l’« effet » de Rembrandt. L’après-midi avec Gee et les Conder en automobile chez Maillol. La grande statue1. Chez Maillol, nous avons trouvé Roussel, revenant d’une visite chez Cézanne. Cézanne lui a dit qu’il voulait faire du Poussin devant la nature. Il observe beaucoup la nature, parle toujours de sa « sensation », dont il est cependant difficile de déterminer l’exacte signification. Plus tard, en automobile avec Maillol jusque chez Rodin, qui nous avait attendus, mais s’était ensuite mis au lit à cause d’une grippe. C’est Rilke qui nous a accueillis2. De sa statue pour Osthaus3 qu’il a vue hier chez les tailleurs de pierre, Maillol dit qu’« elle a l’air toute petite, toute petite », à cause de sa mauvaise exécution, trop lisse. « Le plâtre a l’air deux fois plus grand, et pourtant la pierre est plus grande, parce qu’elle n’est pas encore au point. Mais le modelé que j’y avais mis n’y est pas. » En automobile, discussion avec Maillol sur une exposition à Berlin, à la Sécession : « Ça va encore me coûter les yeux de la tête. J’ai des frais terribles », etc. Il n’a servi à rien de lui dire qu’exposer à Berlin peut aussi lui rapporter quelque avantage. Pour finir, je lui ai demandé combien il en coûterait de faire réaliser un moulage et une caisse : 100 francs. J’ai pris les frais à ma charge et il a fini alors par dire oui. […]

Paris, 9 avril 1906, lundi

  • 1 [Paris, 9 avril 1906, lundi] 54, rue Laffitte.
  • 2 Les commentaires d’Ingres devant L’Après-dînée à Ornans (1849, Lille, palais des Beaux-Arts) se tr (...)
  • 3 Vers 1845. La galerie Hessèle possédait ce tableau, qu’on ne connaît plus aujourd’hui qu’à travers (...)

27Chez Vuillard et avec lui chez Hessèle1 et Bibesco, à propos de l’exposition à la Sécession. J’ai parlé du jugement d’Ingres sur Courbet chez Riat2 et de la parenté de Courbet avec Poussin. Vuillard : « Évidemment Courbet est plus apparenté à Poussin que Ingres. Il y a des qualités de balancement de tons qui les rapprochent. Il est encore plus près de Le Nain. Mais il ne faut tout de même pas oublier qu’il y a une différence : c’est que Courbet était un homme brut, qui ne raisonnait pas son côté de parti pris et d’artificialité, très prononcé cependant, la convention qu’il s’était créée, tout comme Manet ou Monet plus tard se sont créé une convention. Poussin, lui, était tout à fait conscient. » Selon Vuillard, il n’est pas étonnant qu’Ingres ait pu dire des choses si justes sur Courbet, alors qu’il le rejetait en tant qu’artiste. Pour lui, tous les peintres ont un fond commun. « Ce qui fait un peintre, c’est de voir un ton à côté de tel autre ton et de trouver un sens à ce rapprochement. Et c’est de même avec les lignes. » Bibesco a questionné Vuillard de façon cocasse sur les jeunes peintres, en mentionnant tel nom puis tel autre. C’est Manguin que Vuillard tient le plus en estime, pas Matisse « qui a tout de même exercé, ce qu’il ne faut pas méconnaître, une très grande influence sur tous ces jeunes gens, Puy, Derain, Manguin. Je les ai vus il y a quelque temps chez Matisse. Ils étaient tous dans un état d’exaltation extraordinaire ». Bibesco a demandé : « À propos de quoi ? » Vuillard : « À propos de rien, comme ça ! Il m’a tout de même paru que l’intelligence pouvait aussi avoir une part dans la confection d’un tableau. » Pour finir, Bibesco a posé à Vuillard, dans son singulier français mélangé de roumain, cette question difficile : « Mais dites-moi, maintenant, si un des deux devait mourir, Manguin ou Walter Sickert, lequel préféreriez-vous ? » Nous avons tous les deux éclaté de rire. Mais Bibesco a repris : « Mais c’est très sérieux, je vous assure, ce que je demande. Car je dois choisir un tableau de l’un des deux et c’est d’après votre réponse que je déciderai. » Vuillard : « Que voulez-vous que je vous dise ? L’un est jeune et rien qu’espoir, l’autre est déjà sur l’autre versant et... » Vuillard est resté court et j’ai complété : « Rien que désespoir. » Il nous a fallu regarder ensuite les tableaux de Sickert, une demi-douzaine. Par malheur pour Sickert, Bibesco est aussi allé chercher un petit Bonnard qu’il a mis parmi les autres, sur quoi écroulement des œuvres de Sickert. Mais Bibesco persistait dans ses questions : « Pourquoi trouvez-vous ça mauvais ? » etc. Et Vuillard a dû donner bon gré mal gré des raisons : « Parce que le Bonnard est plein de toute espèce de significations, tandis que dans un Sickert, une fois que ce petit rapprochement de tons aura perdu sa fraîcheur, il n’y aura plus rien. Ce corps de femme n’est pas une femme, ce lit n’est pas un lit, enfin rien n’y est. Chez Bonnard, chaque objet est bien défini. Et puis c’est amusant, tandis qu’on voit que Sickert ne s’est pas amusé en faisant ses tableaux. Il y a aussi le côté anecdotique chez Bonnard qui a sa valeur, quoi qu’on dise, car chez Sickert, qui fait semblant de ne faire que de la peinture, le geste de cette femme y est tout de même, et il est horriblement vide et prétentieux. Une fois que la petite nouveauté des tons aura passé, dans vingt ans d’ici, on ne verra plus que ce geste, et il sera insupportable. » – Vu chez Hessèle un petit Courbet tout à fait merveilleux, Le Départ du conscrit3: un mélange très délicatement accordé de tons gris, verts et noirs, pour ainsi dire un exemple typique de ce par quoi Courbet a rénové la peinture du xixe siècle. Toute l’école allemande de Courbet y est déjà : Trübner, Leibl, etc. On voit clairement la ligne qui conduit de ce petit tableau au coin de jardin de Manet et, par-delà, aux jardins de Monet. Hessèle n’en demande que 6 500 francs. J’ai aussitôt écrit en toute hâte à Tschudi de l’acheter et incité Hessèle à l’envoyer à Berlin. Le tableau doit avoir été très célèbre dans l’entourage de Courbet, mais avait sans doute disparu jusqu’à récemment, enterré quelque part dans sa famille.

Londres, 24 mai 1906, jeudi

  • 1 [Londres, 24 mai 1906, jeudi] Voir 20 janvier 1906.

28Ouverture de l’exposition1. La princesse Christian l’a inaugurée. Grande foule, à travers laquelle j’ai remorqué Lady Lister Kaye, Mensdorff, Stumm et Mrs Maguire pour leur montrer les œuvres d’art. […]

Weimar, 1er juin 1906

  • 1 [Weimar, 1er juin 1906] Dritte Ausstellung des Deutschen Künstlerbundes, Weimar, Groosherzogliches (...)
  • 2 Max Beckmann, Junge Männer am Meer (1905, Weimar, Klassik Stiftung Weimar, Schlossmuseum). L’artis (...)

29Ouverture de l’exposition du Künstlerbund1. Rothe a feint d’être très étonné que je veuille prononcer quelques mots, disant qu’il était convenu avec Olde que celui-ci tiendrait un discours, me demandant de bien vouloir m’abstenir, etc. Je suis resté ferme et j’ai parlé. Comme je suis le président du comité d’exposition et que j’ai cautionné de ma propre poche les 25 000 marks qui ont été nécessaires à son organisation, l’exigence de Rothe était d’une effronterie bien grotesque. […] Parmi les œuvres présentées, la chose la plus intéressante est le tableau d’un tout jeune artiste qui expose pour la première fois : Max Beckmann, de jeunes hommes nus sur la plage2, signorellien, avec des qualités de Courbet et de Cézanne, mais affirmant par ailleurs une forte singularité dans le rythme des accents et dans la tonalité, qui est d’une remarquable unité. Je me suis présenté à Beckmann et l’ai félicité. L’aménagement du musée par Van de Velde est étonnamment réussi. Le soir, banquet à la Maison des artistes. Parlé des artistes, en soulignant expressément combien la jeunesse de l’exposition était réjouissante. Le vieil Eggeling a fait mon éloge, en disant que j’étais « celui qui apporte la lumière ».

Weimar, 2 juin 1906

30Déjeuner chez moi : Van de Velde, Beckmann, Perfall de la Kölnische Zeitung, etc. Beckmann parle intelligemment et tranquillement de Van Gogh, Gauguin, Maurice Denis.

Berlin, 3 juin 1906, dimanche

  • 1 [Berlin, 3 juin 1906, dimanche] Drama (titre original : Crucifixion, 1906, détruit en 1943).
  • 2 Elfte Ausstellung der Berliner Secession, Kurfürstendamm, avril–septembre 1906.
  • 3 Minna Tube, peintre et chanteuse, a épousé Max Beckmann en septembre 1906.
  • 4 Longus, Les Pastorales, ou Daphnis et Chloé, traduction de messire J. Amyot, revue, corrigée, comp (...)

31Invité Beckmann à déjeuner au Carlton. Il a parlé du romantisme de la vie qu’il ressent si fort, du romantisme de la vie ordinaire, quotidienne. Poe – Whistler. Il dit vouloir peindre une série de rues de Berlin dans cet esprit. Il a un penchant certain pour le mysticisme, mais il vient par ailleurs à l’évidence d’une bonne bourgeoisie moyenne, très sûr et réfléchi dans toutes ses opinions, allemand dans sa pleine reconnaissance des Français, à savoir Cézanne, Gauguin et Maillol. Il a passé six mois à Paris et semble y avoir beaucoup observé et appris. Je lui ai demandé s’il aimerait aller à Florence. Il m’a répondu que c’était justement ce dont il avait besoin. Nous sommes passés chercher Meier-Graefe, pour l’emmener, avec Schröder, à l’atelier de Beckmann. Il nous a montré la grande Crucifixion1 qu’il a commencée et une quantité d’études qui n’ont fait qu’accroître mon estime pour son talent. Il est peintre de part en part, comme les Allemands le sont rarement. Ensuite, tous ensemble à la Sécession2. Le soir chez Meier-Graefe avec Beckmann et sa fiancée3, ainsi que König. Montré le Daphnis de Bonnard4 à Beckmann, qui ne voulait toujours pas voir en lui un artiste majeur.

Weimar, 11 juin 1906

  • 1 [Weimar, 11 juin 1906] Prix Villa Romana, le plus ancien prix artistique d’Allemagne. Max Klinger (...)

32[…] L’après-midi, le grand-duc est venu visiter l’exposition. Kalckreuth, Olde, Van de Velde, Hagen et moi l’avons accueilli. Il ne m’a pas adressé un seul mot, mais au vieux Hagen non plus, il est vrai, ce qui était manifestement censé adoucir ma punition, mais qui n’était guère plaisant pour le vieux Hagen. Hagen marmonnait dans sa barbe, en parlant de goujaterie, de maladresse, tandis que le grand-duc, tout rouge et affichant sa bonne humeur, se croyait d’une habileté prodigieuse. Je n’ai pu m’empêcher d’en rire intérieurement, en ma qualité d’unique promoteur et organisateur de l’exposition. – Distribué les prix1 : Dora Hitz, Schlittgen, Beckmann. Télégraphié à Beckmann.

Berlin, 14 juin 1906, jeudi

  • 1 [Berlin, 14 juin 1906, jeudi] Non identifié. Beckmann était néanmoins présent à l’exposition avec (...)
  • 2 Ce sujet sera traité à plusieurs reprises par Beckmann. On ne connaît plus sous ce titre qu’une ve (...)

33Chez Beckmann avec Victor Mutzenbecher. La Crucifixion a entre-temps avancé, l’homme au pilori sur la gauche et sous lui le jeune homme avec le marteau sont finis. Ce qui me frappe, c’est le concentré d’imagination, la richesse d’imagination au mètre carré. Les tableaux de B. sont tout peuplés d’idées, sur le plan à la fois pictural et psychique. Pendant que nous étions là, on lui a rapporté son portrait d’un jeune sculpteur1, refusé par la Sécession berlinoise. La vie et la force d’expression font penser à Cézanne. Emmené avec moi en fiacre, chez Cassirer, ce tableau et l’esquisse des Idiots2. C. a commencé par dire que, à leurs débuts aussi, Hübner, Corinth, etc., avaient du talent, autant, si ce n’est beaucoup plus que Beckmann. Il pense que Beckmann est encore bien trop jeune pour exposer. Il a du talent, c’est indéniable, mais allez savoir ce qu’il en sortira. Chez les autres, tout s’est effrité et il en ira peut-être de même pour B. Il m’a quand même promis d’aller le voir. […]

Dresde, 15 juin 1906

  • 1 [Dresde, 15 juin 1906] Dritte deutsche Kunstgewerbeausstellung (Troisième Exposition allemande des (...)

34Jury du prix1. Élu président de la section métiers du livre. […]

Paris, 28 juin 1906

  • 1 [Paris, 28 juin 1906] Le Salon de la Société nationale des beaux-arts s’est tenu du 15 avril au 30 (...)
  • 2 La commémoration se limitait à la mention S. D. (Sociétaire décédé) et ne réunissait que quatre ta (...)

35Au Champ-de-Mars1, exposition commémorative de Carrière2. J’ai fait mon possible pour être ému, mais je ne ressens rien, absolument rien. Je perçois son talent, la subtilité et la constance de son sentiment de la lumière, la force et la simplicité de son modelé (la justesse et l’unité des valeurs, la vigueur et l’accent des plans), les arabesques de clairs et d’ombres, la caractérisation vraiment vivante des individus et des groupes, mais rien en moi n’est emporté, je reste enlisé dans un brouillard sentimental. Je me dis, pour me rapprocher : ce n’est pas de la peinture, ce sont des dessins monumentaux, une sorte d’art en soi, à côté de la peinture, je veux oublier toute peinture colorée. Mais reste alors Daumier, qui est pareillement monochrome mais qui n’en est pas moins peintre, Daumier, chez qui on ne pense jamais à la couleur. […]

Weimar, 3 juillet 1906

  • 1 [Weimar, 3 juillet 1906] Voir 1er mars 1906.

36Donné ma démission. Motivée par le manque de confiance et d’enthousiasme du grand-duc : un euphémisme pour sa crétinerie1.

Weimar, 9 juillet 1906

  • 1 [Weimar, 9 juillet 1906] Voir 2e quinzaine de mars 1904.

37Munch a commencé mon portrait1. Il a beaucoup parlé de lui, de son manque de sens pratique : « C’est peut-être la concentration sur mon art qui fait que je ne comprends pas la vie. Quelquefois je ne m’en sors pas bien avec l’argent. Mais arrive alors un moment où on se dit qu’on va laisser la vie courir, on a mieux à faire. N’importe quel commis arrive à vivre. »

Weimar, 11 juillet 1906

38Munch a fini mon portrait.

Weimar, 13 juillet 1906

39Reçu mon congé. La raison la plus profonde pour laquelle j’ai rompu le lien : le caractère du grand-duc. C’est moins l’esprit qui lui manque que toute forme de cœur, son défaut de sens moral ou l’absence de tous les sentiments passablement subtils sur lesquels repose le commerce entre les êtres, et donc toute possibilité d’action et de succès. Cela n’avait aucun sens de s’attacher à une sorte d’objet pathologique qui ne pouvait faire que tomber toujours et sans cesse en panne, à cause de son caractère anormal. Je n’ai qu’un seul sentiment : le bonheur d’être de nouveau libre après une dangereuse aventure.

Berlin, 30 octobre 1906

  • 1 [Berlin, 30 octobre 1906] La maison de Liebermann, située au 7 Pariser Platz, jouxtait la porte de (...)
  • 2 Non repéré, à moins qu’il ne s’agisse de la plus aboutie des trois esquisses du portrait de Justus (...)

40Chez Liebermann1. Une esquisse de portrait (Jonas)2 m’a paru si bonne que je lui ai dit qu’il devrait ne plus y toucher. « Non, m’a-t-il répondu, voyez-vous, votre ami Munch, lui fait ça comme ça. Mais je suis d’avis que le peintre se distingue justement du dilettante parce qu’il n’a pas peur de continuer à peindre et même de gâter un tableau. Le peintre en est comptable à sa probité. Tout tableau doit passer par un stade où il semble souffrir. » Il m’a parlé d’un Américain du nom de Stone qui est venu le voir pour être son élève. Il lui avait dit qu’il ne prenait pas d’élève, qu’il devait aller chez un tel et un tel. Non, avait répondu l’Américain, c’était chez lui, Liebermann, qu’il voulait entrer, car il voulait apprendre à « peindre avec culot ». Alors il lui avait dit : « Bon, eh bien, ouste. » […]

Weimar, 2 novembre 1906

  • 1 [Weimar, 2 novembre 1906] Qui sera construite entre 1906 et 1908 à Hagen et portera le nom de Hohe (...)

41Avec Hofmannsthal chez Van de Velde, dans son nouvel atelier. Van de Velde nous a montré les plans de la villa Osthaus1. L’après-midi, promenade en voiture avec Van de Velde et Hofmannsthal. Ensuite, chez Mme Van de Velde et Mme Förster. Le soir, Mme Förster, les Van de Velde, les Bernstorff, les Watzdorff, les L. von Hofmann à dîner chez moi. […]

Leipzig, 27 novembre 1906

42Séance au Buchgewerbemuseum pour l’exposition du Künstlerbund ici en février. L’après-midi chez Klinger, pour le convaincre de prendre la présidence du Künstlerbund. Il ne veut pas, il dit que c’est moi qui dois être président. Je lui ai répondu que par principe, je ne fais pas l’affaire, parce que je ne suis pas un artiste. Pour finir, Klinger m’a demandé de lui laisser du temps pour y réfléchir pendant l’hiver.

Notes de fin

1 [7 janvier 1906] De fin février – début mars au 17 (ou 20) mai 1899, Toulouse-Lautrec est interné à la clinique du docteur Sémelaigne, 16, avenue de Madrid, à Neuilly.

2 De nombreux journalistes vont évoquer ce séjour à l’hôpital, dont Arsène Alexandre dans Le Figaro, où il publie l’article « Une guérison », le 30 mars 1899.

3 Non identifié.

4 Vénus à son miroir, dit aussi Vénus Roqueby (1647–1651, Londres, National Gallery).

1 [Londres, 9 janvier 1906] Alors que l’Allemagne s’était lancée depuis 1898 dans la construction massive de cuirassés blindés, ce qui inquiétait fortement l’opinion publique britannique, Kessler avait initié deux pétitions, l’une rassemblant les intellectuels allemands, l’autre les intellectuels anglais, afin d’attester des bonnes relations entre les deux pays. Par ce geste conjoint émanant des élites intellectuelles et sociales, il souhaitait combattre notamment l’influence de la presse à grande diffusion de Lord Northcliffe, violemment anti-allemande.

2 Paul Wolf-Metternich zur Gracht, ambassadeur allemand à Londres de 1901 à 1912.

1 [Londres, 11 janvier 1906] L’ambassadeur d’Allemagne était l’invité d’honneur du banquet organisé à Londres, le 10 janvier, à l’occasion de l’inauguration de l’exposition de l’International Society for Sculptors, Painters and Gravers. Il revint au vice-président, John Lavery, de prendre la parole en l’absence de Rodin, le président. On comprend ici – et deux courriers de Lavery à Rodin datés du 11 et du 12 janvier, précédés d’une première lettre, en date du 5 janvier, émanant de l’International Society (archives du musée Rodin), le confirment – qu’un premier projet de discours, sans doute dû à Lavery, avait été remplacé par un message de Rodin qui fut validé par l’ambassadeur de France. Un télégramme du 10 janvier faisait savoir à l’artiste : « Déjeuner grand succès. Mille remerciements de votre discours éloquent. »

1 [Londres, 12 janvier 1906, vendredi] Les élections anglaises de 1906 (12 janvier au 8 février) ont conduit à une perte vertigineuse de l’influence des conservateurs, dont le leader, Arthur Balfour, fut sévèrement battu, alors que le Premier ministre en exercice, le libéral Henry Campbell-Bannerman, sortait conforté par la décision des urnes.

2 La coupure de l’article paru dans The Times du 12 janvier 1906 est collée dans le journal. Parmi les signataires figuraient entre autres Wilhelm von Bode, Adolf Furtwängler, Ernst Haeckel, Paul Heyse, Robert Koch, Werner Sombart, Richard Strauss et Siegfried Wagner, pour n’en citer que quelques-uns. Rodin n’a pas signé.

1 [Londres, 14 janvier 1906, dimanche] Édouard VII, roi d’Angleterre de 1902 à 1910. Fils de la reine Victoria et du prince Albert, d’origine germanique, il nourrissait peu d’estime pour son cousin Guillaume II. À son accession au trône en 1901, le nouveau roi s’était engagé pour le rétablissement de relations diplomatiques harmonieuses avec la France, aidé par l’habileté de l’ambassadeur français à Londres, Jules Cambon.

1 [Londres, 18 janvier 1906] Huitième exposition de l’Arts and Crafts Exhibition Society (janvier 1906, Grafton Galleries). Le catalogue de l’exposition est d’une utilisation difficile, car il suit la configuration des lieux et les œuvres d’un même créateur se trouvent donc dispersées.

2 William Richard Lethaby, architecte, décorateur, membre fondateur de l’Art Worker’s Guild et professeur au Royal College of Art, exposait trois pièces de mobilier – un bureau (no 10), un buffet (no 291), un vaisselier (no 330), ainsi qu’une coupe en céramique (no 330f).

3 Directeur d’une manufacture d’objets en cuivre et en laiton et directeur artistique de la firme de William Morris depuis le décès de ce dernier en 1896, William Arthur Smith Benson exposait une quinzaine d’objets domestiques en métal (appareils d’éclairage à gaz et électrique, bouilloires, théières, chauffe-plats, horloge…) (nos 49, 58, 264d-g, 291a-d, 309a-b, 350c-d).

4 Fondée en 1895 par Edward R. Taylor sur le modèle de la Guild and School of Handicraft de Charles Robert Ashbee, la Birmingham Guild of Handicraft produisait du mobilier, des objets domestiques en métal (nos 379, 396, 400, 416, 423–425, 464–465) et disposait également d’une imprimerie.

5 Architecte de formation, John Paul Cooper se spécialisa dans la production d’objets précieux et de bijoux (nos 291e, 380h, 383ff, 391s, 394e, 464, 465d-c). Il a dirigé la Birmingham School of Art de 1904 à 1907.

6 Peintres, illustrateurs, artisans du métal formés à la Birmingham School of Art, Arthur Gaskin et sa femme Georgie exposaient des plaques de métal à sujets bibliques (nos 381a-e), ainsi que des bijoux (nos 386a-z).

7 Architecte et l’un des plus fervents adeptes de William Morris, Charles Robert Ashbee s’est attaché à mettre en pratique les idéaux de son maître, en créant notamment en 1888 la Guild of Handicraft. Le caractère pluridisciplinaire de son activité était clairement affirmé dans son envoi à l’exposition : modèle pour un monument à la gloire de la Hongrie (no 191), projets de maisons (nos 593–597, 612), meubles (nos 258, 292 et 304), objets en métal (no 384), bijoux (no 426) et reliures (nos 241a-b, d-e, 242).

8 Fils du directeur de la Birmingham School of Art, William Howson Taylor a fondé en 1898 la Ruskin Pottery à Smethwick, Birmingham (nos 11, 51–55, 57, 59, 264h-m, 309c-d, 350b, 388).

9 L’exemplaire de l’Areopagitica – discours sur la liberté de la presse prononcé le 23 novembre 1644 par John Milton devant le parlement de Westminster – avait été calligraphié par Mabel E. Smith et relié par Nelly G. Woolrich (no 232).

10 Les éditions Doves Press, fondées en 1901, exposaient plusieurs livres sous le no 231, dont une Bible en cinq volumes reliés par Katherine Adams, proposée au prix de 126 livres.

11 Thomas Jones Cobden-Sanderson, qui avait créé en 1893 un atelier de reliure, la Doves Bindery, exposait sous les nos 235 et 236 un ensemble de livres reliés pour Doves Press.

12 Douglas Cockerell, dont les reliures apparaissaient aux nos 234, 249 et 367.

1 [Londres, 20 janvier 1906, samedi] Le Lyceum Club, fondé en 1903 par Constance Smedley pour réunir des femmes appartenant aux hautes sphères de la société et du monde des lettres, était présidé par Frances Balfour, nièce du leader des tories, Arthur Balfour. Ses locaux étaient situés Piccadilly 128, à proximité de Hyde Park Corner.

2 Exhibition of Works of Contemporary German Art. Le comité d’artistes chargé d’inviter les confrères allemands était dirigé par le peintre John Lavery. L’exposition s’est tenue à la Prince’s Gallery, Knightsbridge, en mai 1906.

3 Van de Velde rend compte de cet aménagement dans Récit de ma vie (Berlin–Weimar–Paris–Bruxelles), 1900–1917, Bruxelles, Versa-Flammarion, 1995, t. 2, p. 215-219, en citant notamment un article paru dans The Tribune du 25 mai 1906 : « Les habitués du skating ring pouvaient difficilement croire qu’ils se trouvaient dans le même bâtiment, tellement le professeur Van de Velde et ses assistants le transformèrent intelligemment en une série de spacieuses galeries bien éclairées et sobrement décorées. Les murs sont peints en un mauve pâle, le sol est recouvert de nattes violettes, saupoudrées de sciure de bois et les cadres sont presque tous pendus à la cimaise. Comparé à l’agitation et à la confusion de l’Académie, le simple bon goût de cette manifestation allemande est plus paisible et plus agréable. »

1 [Paris, 31 janvier 1906] Voir 21 août 1904 et début février 1905.

1 [Weimar, 20 février 1906] Hermann Behmer s’était violemment élevé contre l’exposition des dessins « pornographiques » de Rodin organisée par Kessler, dont certaines œuvres étaient dédicacées au grand-duc. Kessler voyait dans cette attaque une intrigue du maréchal de la cour Aimé von Palézieux, ancien directeur du Grossherzogliches Museum, qui craignait pour sa position à la cour.

2 À son arrivée, Kessler avait vendu des œuvres acquises par son prédécesseur afin de développer la collection d’œuvres contemporaines.

1 [Weimar – Francfort, 24 février 1906] Alfred Walter Heymel a soutenu les entreprises de Kessler, notamment par la création de la Wilhelm Ernst Ausgabe, qui proposait des éditions soignées de classiques européens paraissant chez Insel.

1 [Munich, 1er mars 1906] Troisième exposition du Deutscher Künstlerbund à Weimar, Grossherzogliches Museum, Weimar, 7 juin – 15 septembre 1906.

1 [Berlin, 5 mars 1906] Gerhard von Mutius, diplomate et écrivain, assistant à la Chancellerie du Reich entre 1905 et 1908.

2 En sa qualité de secrétaire particulier, le marquis Hermann von Egloffstein avait accepté, au nom du grand-duc Wilhelm Ernst, le don proposé par Rodin des dessins jugés pornographiques par Behmer. Hugo von Fritsch occupait déjà des fonctions à la cour de Weimar, où il allait succéder en qualité de maréchal à Aimé von Palézieux, qui se suicidera en 1907.

1 [Berlin, 25 mars 1906] Deutsche Jahrhundertausstellung aus der Zeit von 1775–1875, Berlin, Nationalgalerie, 24 janvier – 12 mai 1906. L’exposition, organisée par Hugo von Tschudi et Woldemar von Seidlitz avec l’aide de Julius Meier-Graefe, réunissait pour la première fois la création artistique du xixe siècle dans les pays germanophones.

2 Voir 29 décembre 1901.

3 Johann Martin von Rohden (1778–1868) était représenté par trois vues d’Italie (p. xlix du livret), reproduites p. 37-38.

4 Présent avec sept peintures (p. xliv du livret) – dont trois de la Kunsthalle de Hambourg –, reproduites aux pages 144 à 150.

5 Le Britannique John Robert Cozens fut, comme Rohden, l’auteur de nombreux tableaux ayant pour sujet des paysages d’Italie.

1 [Berlin, 26 mars 1906] Il s’agit probablement de l’historien de l’art August Grisebach (1881–1950).

1 [Paris, 29 mars 1906, jeudi] Du 1er au 31 mars 1906, la galerie Durand-Ruel accueillit une Exposition de dix-sept tableaux de M. Claude Monet de la collection Faure et une Exposition de vingt-quatre tableaux et aquarelles par Manet formant la collection Faure.

2 Sous le titre Le Chanteur espagnol (1860, New York, Metropolitan Museum of Art), no 7 du catalogue.

3 No 16 du catalogue (1873, Philadelphie, Philadelphia Museum of Art).

4 Le Buveur d’absinthe (1858–1859, Copenhague, Ny Carlsberg Glyptotek), no 6 du catalogue.

5 No 2 du catalogue (1855–1856, Prague, Galerie nationale).

6 Non repéré.

7 Exposition de tableaux, aquarelles et estampes par Charles Conder (Paris, galerie Durand-Ruel, 2–14 avril 1906).

8 Grandes Serres de l’Alma, cours de la Reine, du 20 mars au 30 avril 1906.

1 [Paris, 30 mars 1906] Voir 29 mars 1906.

2 No 1 du catalogue (1856, Suisse, collection particulière), considérée comme la dernière œuvre peinte par Manet dans l’atelier de Thomas Couture.

3 1800, Paris, musée du Louvre.

4 No 13 (1871, Zurich, collection Bührle).

5 No 11 (1869, Richmond, Virginia Museum of Art).

6 No 19, Le Grand Canal de Venise (1875, San Francisco, Provident Securities Company).

7 Saint-Germain-l’Auxerrois (1867, Berlin, Alte Nationalgalerie).

8 Un coin de jardin à Bellevue (1881, Zurich, collection Bührle) ne figure pas dans le catalogue de l’exposition, qui décrit sous le no 24 Maison à Rueil (1882, Melbourne, National Gallery of Victoria).

9 Coin de jardin à Montgeron (1876, Saint-Pétersbourg, musée de l’Ermitage).

10 La galerie Vollard exposait fin mars 1906 des toiles du peintre Alcide Le Beau. En début d’année, Vollard avait acheté 150 toiles de Manguin.

1 [Paris, 2 avril 1906] Voir 29 mars 1906.

2 Peut-être encore plus que « les épigones des impressionnistes », ce sont les « suiveurs du naturalisme » qui sont achetés par l’État.

3 Maurice Denis exposait sept peintures, nos 1388 à 1394.

4 André Derain exposait trois tableaux, nos 1427 à 1429.

5 Henri Manguin exposait sept tableaux, nos 3246 à 3252.

6 Louis Süe exposait huit peintures, nos 4739 à 4746.

7 Jean Puy avait adressé huit œuvres, nos 4143 à 4150.

8 Henri Matisse, sous le no 2289, n’avait envoyé qu’un tableau, Le Bonheur de vivre (1905–1906, Merion, Barnes Foundation).

9 Paul Signac exposait sept peintures, nos 4625 à 4631. 

10 Henri-Edmond Cross avait adressé quatre peintures et trois aquarelles, nos 1182 à 1188.

11 Pour sa dernière participation à cette manifestation, Théo van Rysselberghe exposait sept peintures, nos 4419 à 4425.

1 [Paris, 4 avril 1906] La Méditerranée.

2 Rilke fut le secrétaire de Rodin du 15 septembre 1905 au 12 mai 1906. Pendant cette période, Rodin a mis à sa disposition l’une des maisons qui faisaient partie de son domaine de Meudon.

3 Voir 1er juin 1905.

1 [Paris, 9 avril 1906, lundi] 54, rue Laffitte.

2 Les commentaires d’Ingres devant L’Après-dînée à Ornans (1849, Lille, palais des Beaux-Arts) se trouvent à la page 69 de l’édition originale de l’ouvrage de Georges Riat, Gustave Courbet peintre (Paris, Floury, 1906).

3 Vers 1845. La galerie Hessèle possédait ce tableau, qu’on ne connaît plus aujourd’hui qu’à travers la gravure qu’en fit Méaulle pour illustrer les Misères des gueux de Jean Bruno (Paris, Lacroix-Verboeckhoven, 1871–1872), sous le titre Le Conscrit dans les bois.

1 [Londres, 24 mai 1906, jeudi] Voir 20 janvier 1906.

1 [Weimar, 1er juin 1906] Dritte Ausstellung des Deutschen Künstlerbundes, Weimar, Groosherzogliches Museum, 1er juin – 15 octobre 1906.

2 Max Beckmann, Junge Männer am Meer (1905, Weimar, Klassik Stiftung Weimar, Schlossmuseum). L’artiste reçut le prix d’honneur du Deutscher Künstlerbund pour cette peinture, qui fut immédiatement achetée pour le musée de Weimar.

1 [Berlin, 3 juin 1906, dimanche] Drama (titre original : Crucifixion, 1906, détruit en 1943).

2 Elfte Ausstellung der Berliner Secession, Kurfürstendamm, avril–septembre 1906.

3 Minna Tube, peintre et chanteuse, a épousé Max Beckmann en septembre 1906.

4 Longus, Les Pastorales, ou Daphnis et Chloé, traduction de messire J. Amyot, revue, corrigée, complétée, de nouveau refaite en grande partie par Paul-Louis Courier, illustré de 156 lithographies originales de Pierre Bonnard, Paris, Vollard, 1902.

1 [Weimar, 11 juin 1906] Prix Villa Romana, le plus ancien prix artistique d’Allemagne. Max Klinger avait acquis cette villa aux portes de Florence afin que le Künstlerbund puisse y accueillir des boursiers pour un séjour en Italie. En 1905, six artistes y furent invités, parmi lesquels Georg Kolbe et Henry Van de Velde, qui déclina cependant l’offre. La villa est encore aujourd’hui un lieu de création ouvert aux artistes allemands.

1 [Berlin, 14 juin 1906, jeudi] Non identifié. Beckmann était néanmoins présent à l’exposition avec Kranke Kinder (Enfants malades, no 15) et Graues Meer (Mer grise, no 16).

2 Ce sujet sera traité à plusieurs reprises par Beckmann. On ne connaît plus sous ce titre qu’une version de 1913 (Munich, Ketterer Kunst, 12 décembre 2009, no 126).

1 [Dresde, 15 juin 1906] Dritte deutsche Kunstgewerbeausstellung (Troisième Exposition allemande des arts décoratifs, Dresde, Ausstellungpalast, 12 mai – fin octobre 1906).

1 [Paris, 28 juin 1906] Le Salon de la Société nationale des beaux-arts s’est tenu du 15 avril au 30 juin 1906 au Grand Palais, avenue d’Antin.

2 La commémoration se limitait à la mention S. D. (Sociétaire décédé) et ne réunissait que quatre tableaux : no 236, Intimité (1889, Paris, musée d’Orsay) ; no 237, Portrait de Mme Ménard-Dorian (1905, Paris, Petit Palais) ; no 238, Mère et fils ; et no 239, Amour maternel.

1 [Weimar, 3 juillet 1906] Voir 1er mars 1906.

1 [Weimar, 9 juillet 1906] Voir 2e quinzaine de mars 1904.

1 [Berlin, 30 octobre 1906] La maison de Liebermann, située au 7 Pariser Platz, jouxtait la porte de Brandebourg.

2 Non repéré, à moins qu’il ne s’agisse de la plus aboutie des trois esquisses du portrait de Justus Brinkman (1905, Hambourg, Kunsthalle), préparation au tableau Le Conseil des professeurs hambourgeois (1906, Hambourg, Kunsthalle).

1 [Weimar, 2 novembre 1906] Qui sera construite entre 1906 et 1908 à Hagen et portera le nom de Hohenhof.

Table des illustrations

Titre Tagebuch, fac-similé du manuscrit, 30 mars – 2 avril 1906
Crédits photo © Deutsches Literaturarchiv Marbach, Nachlass Harry Graf Kessler
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/10921/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 651k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable