Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Journal

 | 
Comte Harry Kessler

Journal

1905

Texte intégral

Début février 1905

  • 1 [Début février 1905] Mutzenbecher en avait chargé Van de Velde et Denis (voir également 21 août 19 (...)
  • 2 Drame en trois actes de Maurice Maeterlinck, dont la première eut lieu à Paris le 7 mai 1902 au No (...)
  • 3 Adaptation scénique du roman d’Alexandre Dumas de 1848, présentée lors de la même tournée que Monn (...)
  • 4 Kessler a peut-être assisté à la première de La Dame aux camélias au Burgtheater à Vienne, le 11 j (...)
  • 5 Eleonora Duse, qui songeait à en assurer la mise en scène, s’était adressée à Edward Gordon Craig (...)
  • 6 Kessler fut le premier mécène du dramaturge anglais Edward Gordon Craig en Allemagne. Il avait déc (...)
  • 7 Elektra, tragédie en un acte de Hugo von Hofmannsthal tirée de l’Électre (vers 420 av. J.-C.) de S (...)
  • 8 Thomas Otway, Venise sauvée (Venice Preserved or a Plot Discovered, 1682). La pièce a été donnée e (...)
  • 9 Ce voyage en Grèce ne se fera qu’au printemps 1908, sans les Van de Velde.

1[…] – À propos des trois jours passés en compagnie de Hofmannsthal, Van de Velde, des Bodenhausen, de Mutzenbecher à Wiesbaden, du 5 au 8 décembre, pour l’inauguration du nouvel appartement de Mutzenbecher1. La Duse a joué Monna Vanna2, La Dame aux camélias3, en interprétant le rôle exactement comme une danse grecque4. Nous avons parlé de la mise en scène5 de Craig6 pour Elektra7 et pour Venise sauvée, que j’ai lue8. Projet pour un voyage en Grèce avec les Hofmannsthal, les Van de Velde et Maillol9.

Paris, 8 février 1905

2Chez Rodin. Au sujet des bustes, après que je lui eus lancé la proposition de faire celui de Nietzsche. Il a souligné la grande difficulté de modeler le portrait de quelqu’un qu’il n’a jamais vu vivant. Je lui ai dit qu’il existait un masque. « Ah, c’est bien. L’ossature, c’est déjà beaucoup, c’est le fondement de tout ce que nous faisons. Mais là-dessus, il y a le mouvement des plans qu’il faut observer, la direction principale du mouvement des muscles sur l’ossature, qu’on ne peut observer que sur le modèle (cf. le jeune homme qu’il faisait bouger nu la dernière fois). Quand on a ce mouvement, on a tout. Mais pour les gens que je ne peux pas voir, je suis dans le même cas que mes collègues, je ne leur suis pas supérieur, parce que le mouvement, la vie, est le fond de tout ce que je fais. » […]

Paris, 17 février 1905

  • 1 [Paris, 17 février 1905] L’un des plus importants prêteurs d’œuvres de Gauguin pour l’exposition m (...)
  • 2 Projet non réalisé.

3Gauguin chez Fayet1. Avec lui chez Fabre puis chez de Monfreid. Au sujet d’une édition de Noa Noa et des écrits posthumes. Je me suis offert pour les publier2.

Paris, 18 février 1905, samedi

  • 1 [Paris, 18 février 1905, samedi] Demoiselles des bords de Seine (1857, Paris, Petit Palais).
  • 2 Commentaire erroné, puisque les œuvres de Manet et de Monet auxquelles pense Kessler sont de 1863 (...)
  • 3 Juliette Courbet réécrit là l’histoire de son frère. Des deux tableaux cités ensuite, seul le seco (...)
  • 4 Non identifié.
  • 5 Probablement l’Autoportrait dit Courbet au chien noir (1842, Paris, Petit Palais).
  • 6 Ce qui est faux, puisque Courbet a reçu à Ornans l’enseignement de Claude-Antoine Beau, élève du b (...)
  • 7 En mai 1867, à l’occasion de l’Exposition universelle, Manet avait organisé à ses frais, à l’exemp (...)
  • 8 André Lhôte, dans son Traité du paysage et de la figure (Paris, Grasset, 1958), rétablit une vérit (...)
  • 9 Probable allusion aux organes génitaux des chiens et des cerfs dans la peinture de Courbet.

4Avec Duret chez Mlle Courbet, la sœur de Courbet. Des œuvres de toutes les périodes de Courbet, dont les plus intéressantes sont Les Demoiselles de la Seine (vers 1866)1 et les tout premiers petits tableaux datant de son enfance, quand il était âgé de quinze à dix-sept ans. Dans les Demoiselles, bien que plus tardives que les Déjeuners de Manet et de Monet2, pas de plein air, pas d’ombres colorées sur les robes (peut-être un peu de bleu au visage de l’une des femmes), éclairage d’atelier. Étonnant d’observer déjà, dans les tout premiers tableaux, cette manière propre à Courbet, totalement nouvelle, d’appliquer la couleur, avec quoi il a fondé la peinture moderne. Ainsi sur deux petits tableaux où il ne doit guère avoir plus de quinze ans, deux autoportraits avec sa petite fiancée Ottilie3, comme l’appelle Mlle Courbet. Sur ces deux tableaux, il a encore l’air d’un tout jeune garçon. Sur l’une des toiles, il traverse un ruisseau en portant la petite dans ses bras, il y a une petite hauteur sur la droite, qui est entièrement peinte dans la manière qu’il aura plus tard, à grands coups de pinceau qui s’empilent les uns sur les autres comme des pavés, en formant une masse pesante, riche, pareille à l’émail. Sur le second tableau, il est étendu avec Ottilie sous un arbre, dont le tronc est peint à son tour de cette façon, tout comme le ciel. Puis un autoportrait un peu plus tardif, en jeune homme d’environ dix-sept ans, nu dans son atelier4. Pour finir un autoportrait qui doit à peu près dater de l’année 1844, appuyé contre un rocher également peint dans cette facture caractéristique, terreuse, riche5. Courbet ne tient donc cette manière révolutionnaire de peindre que de lui-même. Sa sœur me confirme qu’il n’a reçu aucun enseignement de peinture à Ornans6. Tout était intuition géniale. Ainsi est élucidé un problème majeur de la peinture moderne. – À l’évocation de Manet, la sœur s’enflamme et me demande si moi aussi alors, je trouve beau un machin aussi atroce que l’Olympia. Elle me dit que son frère n’a jamais pu comprendre ce que les gens lui trouvaient. Duret me le confirmera un peu plus tard. En visitant la grande exposition Manet7, Courbet ne faisait que répéter : « Que d’Espagnols, que d’Espagnols. » Il me parlera aussi des postures bohèmes un peu forcées que se donnait Courbet. Devant un des paysages léchés de Français, il avait dit à un cercle d’environ dix à quinze académiciens qui s’étouffaient d’admiration : « Oui, c’est très beau, mais il n’y a pas d’endroit où on peut chier. » Français ne le lui avait jamais pardonné. – En partant, Duret me raconte encore quantité d’anecdotes sur le groupe des impressionnistes. Le méchant mot de Degas sur Renoir, un jour qu’ils exposaient ensemble, dans les années 1870, Degas lâchant devant un tableau de Renoir : « C’est pas mal pour de la gelée de groseilles8. » – La pauvreté et la misère du groupe, Sisley mendiant 5 francs, Monet après la ruine des Hoschedé avec toute la famille sur le dos, puis Monet émettant sous la caution de Manet des traites qui furent protestées et le méchant mot de Degas sur cet épisode : « Quand on n’a pas d’argent, on ne fait pas de billets. » Duret est curieusement mal informé de certaines choses, par exemple il ne savait rien du grand Déjeuner sur l’herbe de Monet et fut tout étonné quand je lui en racontai l’histoire. – Sur les rapports entre Manet et Courbet, Duret rapporte à nouveau que, en visitant l’exposition de Manet, Courbet n’avait fait que dire : « Que d’Espagnols, que d’Espagnols ! » Manet l’avait très mal pris et ne parlait plus que de Courbet « et ses boules9 ».

Paris, 20 février 1905

  • 1 [Paris, 20 février 1905] Voir 12 mai 1903.
  • 2 Référence à l’œuvre du peintre espagnol Velázquez (1656, Madrid, musée du Prado).

5Avec Louis Rouart1 (9, rue de Chanaleilles) chez Mme Desfossés (6, rue Galilée) pour voir L’Atelier de Courbet (1855), qui y sert de rideau de théâtre. La composition est extrêmement agitée, mais l’ensemble est tout de même « un » à la manière de Courbet. Les plus belles choses, la femme tout à droite, portant un châle à motifs, et le nu à côté de Courbet. La lumière en tant que telle, l’éclairage intérieur, ne joue aucun rôle (comme par exemple dans Les Ménines2). Mais l’ensemble est tout de même un et calme dans un tout autre sens que Delacroix. […]

Paris, 28 mai 1905, dimanche

  • 1 [Paris, 28 mai 1905, dimanche] Vers 1490–1500, Paris, musée du Louvre.
  • 2 Rodin collectionnait les antiques depuis 1895 environ. Il les exposa à Meudon dans le « Musée des (...)
  • 3 Sur des photographies anciennes, on voit en effet un torse antique. Pour Iris, il s’agit probablem (...)
  • 4 Malgré la mention de l’Assistance publique, il pourrait s’agir de Rosette Van Rasbourgh (petite-fi (...)
  • 5 Peut-être Fernand Lareynie, qui fut secrétaire de Rodin du 2 mai au 21 octobre 1905.
  • 6 Sans doute Jean Limet, qui travailla pour Rodin à partir de 1900, à la fois comme photographe et c (...)
  • 7 Intitulée en réalité Les Arts de la Vie, cette revue a été fondée en 1904 par l’homme de lettres G (...)
  • 8 Geschichte Friedrichs des Großen, geschrieben von Franz Kugler, gezeichnet von Adolph Menzel (Hist (...)
  • 9 L’exposition fit scandale, un des dessins les plus choquants aux yeux d’un public encore très conv (...)
  • 10 Voir 1er juillet 1911.

6Déjeuné chez Rodin à Meudon. Il est venu, dans un costume d’été de couleur blanche, me chercher à la gare avec une voiture de place. Pendant le trajet, il s’est plaint de l’hostilité de l’Institut à son endroit. Il dit qu’il ne reçoit rien, aucune commande officielle, etc. Il exagère manifestement beaucoup. Ces jérémiades sont chez lui une sorte de cliché. Il a parlé ensuite de la quantité de choses pas terminées, des innombrables fragments qui traînent partout chez lui. Toutes choses qui ont été un jour complètes, car on ne fait jamais un corps humain qu’en entier, pas une jambe, un tronc, un bras. Mais il retranche souvent un morceau en plein travail, pour mieux modeler le reste, ne cessant de reprendre et reprendre sans fin la même chose, pour y mettre toujours plus de vie, et chaque fois, il lui faut alors « amplifier les masses », pour que le détail ne fasse pas un effet d’accumulation et de sécheresse. – Au sujet de son évolution : « À l’époque de ma Porte, à l’époque où je cherchais la vie par le mouvement, je croyais qu’en mettant beaucoup de mouvement, je ferais une chose vivante. Plus tard, je me suis aperçu que la vie est tout entière dans le modelé. C’est par là que je rejoins l’antique. – Par modelé, j’entends la masse, le cube, la qualité du cube. – Quand vous êtes là, planté là, il n’y a pas une ligne, il y a des lignes partout, tout autour, et c’est vivant partout. Quand une chose est vivante, il n’y a pas un mouvement dedans, il y en a cent. » Nous avons quitté ensuite le jardin pour aller dans son « musée », la grande salle lumineuse avec toutes ses œuvres et il m’a montré ce qu’il a fait tout récemment. « Je laisse un peu de côté les grands monuments, les choses qu’on m’a commandées, parce que je poursuis mon but qui m’intéresse le plus. Le but que je poursuis, c’est la vie par le modelé. » Il m’a fait voir ensuite ses fragments. Il aurait beau les compléter, « ce ne sera jamais aussi beau que le morceau original. Je peux bien refaire une tête, un bras, mais l’unité n’y est plus, la circulation du sang est interrompue. » – Nous avons parlé de la Renaissance et de l’Antiquité. Il me raconte qu’à l’époque où il étudiait à l’École des beaux-arts, il préférait la Renaissance, parce qu’il ne comprenait pas l’Antiquité, qu’il ne voyait d’elle que ce que l’art officiel savait en montrer, le nombre de longueurs de tête dans un corps et ce genre de choses. Mais aujourd’hui, il est d’un tout autre avis. Les sculpteurs du Quattrocento « font des lignes, des silhouettes, mais ils ne les remplissent pas. C’est cerné ». Les peintres aussi. « Et cependant il y a le Pérugin. Ah ! la belle lumière qui semble sortir du corps chez le Pérugin. Ce Saint Sébastien1 du Louvre ! Que c’est beau, que c’est lumineux ! Quelquefois les primitifs ont la couleur de l’antique, non pas la compréhension des masses, mais la couleur. Ainsi Jean Goujon. Je veux dire par couleurs les oppositions de clairs et d’ombres, les chairs blanches des femmes et les vêtements plus sombres. » – Puis nous sommes allés voir sa collection d’antiques2. Il m’a montré des pièces grecques, romaines, égyptiennes. Il dit que les Égyptiens ont été grands, mais que les Grecs ont inventé la grâce. Il m’approuve quand je dis que les Grecs ont introduit la volupté dans les arts. Pour lui, l’essentiel dans l’art antique, c’est la masse, « et l’équilibre des masses, qui fait la grâce ». Le déjeuner fut parfaitement campagnard et bourgeois. Mme Rodin, une pimpante et bonne maîtresse de maison aux cheveux gris, aidait le domestique à faire le service. Iris et un petit torse antique étaient disposés sur la table3. Outre Rodin et sa femme, mangeaient avec nous une petite fille de l’Assistance4, un jeune secrétaire âgé de dix-sept ans5 et un monsieur qui patine les bronzes6. Le secrétaire et la fillette aidaient aussi au service. Après moi, c’est Rodin qui était servi en premier, avant sa femme. Il parle d’une phrase de Mallarmé qui a paru dans le dernier numéro de la revue Les Arts et la Vie7. Il envoie son secrétaire chercher la publication pendant que nous sommes encore à table. « Ça exprime tout ce qu’il y a à dire sur l’art. » Il parle de Menzel, dont il tient les illustrations pour Kugler en très haute estime8. Après le repas, nous allons dans une petite maison en bas du village pour choisir des dessins pour Weimar9. Comme je ne les accepte pas pour moi-même, il les offre au musée. Il veut aussi y fonder une salle Rodin avec des esquisses en plâtre, etc. Il trouve que c’est le plâtre qui rend le plus parfaitement ses intentions, mieux que le marbre ou même le bronze. Je lui propose de faire un résumé de toutes ses idées sur l’art, en faisant sténographier ses conversations qu’il dépouillerait et synthétiserait ensuite10. Il en est tout à fait d’accord, propose de le faire cet hiver à Athènes, décembre, janvier.

Paris, 29 mai 1905, lundi

  • 1 [Paris, 29 mai 1905, lundi] Le buste de Natascha Goloubew, exécuté en 1906, a donné lieu à une uni (...)
  • 2 Il s’agit probablement du groupe intitulé aujourd’hui Le Minotaure (vers 1885), dont il existe de (...)
  • 3 Après la mort de Maurice Rollinat, Rodin proposa de lui rendre hommage par un bas-relief d’inspira (...)

7Avec Mme Goloubew en automobile à Saint-Germain pour aller voir Maurice Denis. Il y avait là Sérusier. Il vient de rentrer d’Espagne avec quelques belles études. Ses esquisses pour Mutzenbecher. – Puis retour à Paris, chez Rodin, à qui Mme Goloubew veut demander de lui faire son buste1. Il nous a gardés chez lui toute une heure. Je lui ai demandé s’il ne voulait pas faire exécuter en terre cuite plutôt qu’en bronze le groupe Nymphe et satyre que je lui ai commandé, pour rester plus proche de la couleur claire du plâtre2. Il m’a répondu que non, que la terre cuite est encore plus mauvaise que le bronze, qu’elle modifie encore plus fâcheusement les formes. « C’était très bien pour le xviiie siècle parce que ce qu’on faisait était surtout décoratif, pas près de la nature. Mais pour des choses poussées d’après nature, ça altère trop. Mes choses sont bien aussi décoratives, mais elles sont en outre aussi près que possible de la nature. » Il nous a montré un monument funéraire pour Rollinat3. Il dit que Rollinat était un grand musicien, notamment dans ses chansons sur des poèmes de Baudelaire, mais qu’on ne l’a pas pris au sérieux, ce qui l’a poussé au désespoir. D’ailleurs, Baudelaire lui-même n’est pas sain non plus. « Il observait trop la vie. » Rodin dit avoir fortement subi jadis l’influence de Baudelaire, plus maintenant, parce qu’il trouve que ça le rend trop pessimiste. En art, il faut chercher « la joie ». – Propos recueillis d’une conversation récente avec Rodin, un jour que j’étais chez lui avec Hofmannsthal et Bonnard, sur la composition des statues antiques. Avant, il s’étonnait des trous entre leurs jambes, etc., mais depuis qu’il les a vues en plein air à Naples et au bord de la mer, il comprend : le ciel et la mer remplissent les trous. Par cette composition ample, il entre au contraire plus de lumière et de vie dans ces œuvres que si elles étaient plus ramassées. – Au sujet de ses praticiens : ils sont habitués par les autres sculpteurs à « cerner les formes », ce qui fait que la vie s’arrête. Lui cherche au contraire la continuité du jeu de la lumière […], c’est ça qui amplifie les formes, « leur donne cette enveloppe de lumière, cette atmosphère, etc. ».

Paris, 31 mai 1905, mercredi

  • 1 [Paris, 31 mai 1905, mercredi] Grâce au soutien de l’écrivain Octave Mirbeau, Maillol obtint la co (...)

8À huit heures ce matin, Maillol m’a réveillé en frappant de grands coups à ma porte en criant : « C’est moi, Maillol, ouvrez, c’est moi, Maillol. » Il est rentré hier soir à minuit. Nous avons causé une demi-heure entre deux portes, puis il est revenu à midi, pour déjeuner, avec sa femme et son fils. Je suis sorti avec lui pour aller chez Mirbeau, à cause du monument à Blanqui1. Nous sommes retournés ensuite à l’hôtel où nous avons retrouvé Wilma. Maillol nous a raconté comment il en était venu à faire de la sculpture. « Dans les derniers temps, quand je faisais de la peinture, les bras me tombaient. Je me demandais pourquoi est-ce que je fais de la peinture, dans quel but ? Pourquoi pas autre chose ? Je ne voyais plus ce que ma peinture avait à faire avec la vie. À la fin, j’ai complètement cessé. J’ai fait de la tapisserie, parce que au moins là, je voyais le but décoratif. Et puis un jour, j’ai essayé de faire de la sculpture. J’ai tout de suite vu que ça allait. Et j’ai continué. » Avec Maillol chez Odilon Redon.

Paris, 1er juin 1905, jeudi

  • 1 [Paris, 1er juin 1905, jeudi] Probablement Femme acroupoir 1(...)
  • 2 Peu de temps après avoir commencé la réalisation de la statue destinée à Kessler, Maillol entrepri (...)

9Chez Maillol à Marly. Il m’a montré une petite figure en glaise. Il m’a déconseillé d’acheter la statuette enpa couleur c [qu’il a faite] pour les Bernheim. « Oui, c’est joli, c’est élégant, mais Clodion a fait des choses comme ça, c’est pas fait d’après nature, c’est seulement décoratif. Tandis que celle-ci (celle qui n’est pas encore eur c)1, Clodion n’a jamais rien fait comme ça, c’est tout fait aussi près que possible de la nature. Voyez comme ça emplit la chambre. Une figure doit emplir toute la chambre, elle doit être grande comme trois glaces, tout en étant toute petite. » – Il m’a montré une autre photographie de sa dernière statue de femme grandeur nature, que je préfère à celle ébauchée pour moi, parce qu’elle est plus petite et plus facile à placer2.

Paris, 1er septembre 1905, vendredi

10[…] On ne peut jamais arriver à la vie par la théorie, à l’art par l’archéologie. On y arrive seulement à travers le lien que la vie tresse entre nous et l’art vivant, par cette même voie on arrive ensuite aussi à l’art antique et ancien et à la littérature. Aussi devons-nous accepter la culture et la vie de notre époque dans toute leur complexité et leur mélange national. L’« art régionaliste » est en réalité un déracinement, une tentative de faire pousser l’art dans un isolement contre nature, sous une s cou. Notre patrie, c’est le présent, si mélangé qu’il puisse être nationalement. Les hypothétiques passés qu’on fait ressortir depa coulne sont rien d’autre qu’une forme particulière d’exotisme. C’est l’erreur depLichtwark, Barrès, etc. Ils sont totalement aveugles aux faits quand ils croient que pour le Hambourgeois, le Munichois, le Berlinois, le Messin moderne, le passé de la ville où il vit lui est plus proche que le présent où il vit et qui l’attache à chaque instant par mille impressions. Combien est fantomatique au contraire ce passé historique qu’il ne rencontre tout au plus qu’occasionnellement dans des livres ou les articles de tête des publications d’art régional. […]

Berlin, 17 septembre 1905, dimanche

  • 1 [Berlin, 17 septembre 1905, dimanche] Zweite Ausstellung des Deutschen Künstlerbundes, Berlin, Aus (...)

11À l’exposition du Deutscher Künstlerbund1. La très forte impression Hodler, le style de son dessin, débusquant dans la nature de nouvelles lignes et de nouveaux enchevêtrements de lignes qui sont pourtant à chaque fois aussi rythmés que des coups de cloche. Son interprétation des couleurs est celle d’un insulaire des mers du Sud, il manque en outre d’humour, mais le dessin et le rythme des couleurs et des formes triomphent malgré tout. – Klimt cherche le style exactement à l’autre extrémité, par le ton, mais en dessous l’ossature est faible et sans nouveauté, en particulier le dessin, même là où il pense de toute évidence à Hodler (la vieille femme des Âges de la viir 1

Weimar, 2 novembre 1905, jeudi

  • 1 [Weimar, 2 novembre 1905, jeudi] Paul Gauguin, exposition au Museum für Kunst und Kunstgewerbe, We (...)

12Reçu tôt ce matin l’accord du grand-duc pour la salle. – L’après-midi chez Ruland, pour lui faire savoir par courtoisie que j’avais sollicité la mise à disposition de son musée pour l’exposition du Deutscher Künstlerbund. Il a éclaté d’une rage furieuse, frappant autour de lui et sur la table, m’a demandé à grands cris si je croyais qu’il céderait son musée à quelqu’un qui avait montré « à une honnête ville allemande Gauguin1, une pareille saleté », et à une association comme le Künstlerbund, après l’ignoble exposition de Berlin… Je me suis levé et lui ai dit que je n’étais pas venu chez lui pour me faire insulter, mais par courtoisie et pour discuter de questions concrètes et que, s’il n’était pas si viiux, j’aurais su de quelle façon lui répondre, mais que dans ces circonstances, il ne me restait cependant qu’à prendre congé. Il s’est précipité derrière moi, a empoigné ma main dans les siennes, m’a prié de l’excuser de s’être laissé emporter de la sorte, que je devais me rasseoir, qu’il n’avait jamais eu l’intention de m’offenser, etc. Après ces explications, je lui ai dit que je l’excusais de sa compréhensible irritation et que nous allions donc parler des questions pratiques. Il m’a finalement déclaré qu’il s’en irait si on le forçait à céder son musée, « s’il devait être empêché par une action violente, ajouta-t-il, de protéger les trésors que lui avait confiés Son Altesse le grand-duc. » C’est donc entre nous une question de vie ou de mort. L’un de nous devra mordre la poussière dans cette gu coultragicomique des rats et des grenouilles.

Weimar, 10 novembre 1905, vendredi

13Chez le grand-duc. Dîner de chasse. […] Il m’a dit, en guise d’amabilités particulières, que le néo-impressionnisme était bien mort et qu’il espérait que le Künstlerbund ne tarderait pas à disparaître aussi. J’ai pris la chose en plaisanterie et j’ai ri, ce qui lui a fait perdre toute contenance, il est devenu tout rouge, s’est mis à bégayer, avant de repartir de plus belle.

Berlin, 15 novembre 1905

14Je me suis demandé quels moyens d’action j’ai en Allemagne : le Künstlerbund, ma position à Weimar, y compris son prestige, malgré l’idiotie du grand-duc, les liens avec le théâtre de Reinhardt, mes rapports personnels avec les archives Nietzsche, avec Hofmannsthal, Van de Velde, mes relations étroites avec Dehmel, Liliencron, Klinger, Liebermann, Ansorge, Gerhart Hauptmann, ainsi qu’avec les deux journaux les plus influents, Zukunft et Neue Rundschau, et puis, de l’autre côté, avec la société berlinoise, les Harrach, Richter, Sascha Schlippenbach, le régiment, et pour finir mon prestige personnel. Le bilan est assez surprenant et sans doute unique. Personne d’autre en Allemagne n’occupe une position aussi forte, ouverte de tous les côtés. L’exploiter au service d’une rénovation de la culture allemande : mirage ou possibilité ? Quelqu’un disposant de pareils moyens pourrait être le princeps juventutis, c’est sûr. Cela en vaut-il la peine ? […]

Weimar, 30 novembre 1905, jeudi

  • 1 [Weimar, 30 novembre 1905, jeudi] Lettre ouverte publiée dans The Times, 12 janvier 1906. À la pag (...)
  • 2 Hugo von Hofmannsthal, Ödipus und die Sphinx. Tragödie in drei Aufzügen (Berlin, S. Fischer, 1906)

15Hofmannsthal est arrivé à midi. Après déjeuner, promenade jusqu’au Belvédère. Il m’a très résolument interrogé sur la situation ici, si je croyais que les choses pouvaient continuer, etc. Je lui ai dit toute la vérité, ne lui ai pas caché qu’il fallait définitivement renoncer au grand-duc, parce que ses talents sont au-dessous de la moyenne et qu’il a mauvais caractère, mais je lui ai dit que, même si je rompais mes relations avec la cour et le gouvernement, je resterais quand même ici. Le cercle culturelupa l que nous nous l’étions figuré au commencement, pourrait s’établir malgré tout. Il nous faudrait seulement nous resserrer, consolider nos relations de tous les côtés et les étendre là où de nouvelles forces surgissent, nous engager à chaque fois de tout notre cœur pour chacun et considérer chaque jour davantage Weimar comme notre centre car, par son passé et par son nom, Weimar se prête mieux que n’importe quel autre lieu en Allemagne à être un foyer, la cour étant au fond parfaitement sans importance à cet égard. Hofmannsthal m’a approuvé et m’a promis de venir ici de plus en plus souvent et de plus en plus longtemps, peut-être même de s’y prendre un petit appartement. Il est essentiel de nous attacher aussi de la même façon Gerhart Hauptmann et de l’attacher à Weimar. – Parlé ensuite avec Hofmannsthal du rapport à l’Anglea coulet de la lettre anglaise1. Il partage totalement mes idées. Au sujet de la lettre, il m’a dit que c’était la chose la mieux écrite qu’il connaissait de moi, meilleure que n’importe lequel de mes textes en allemand. Le soir, après le dîner, il m’a lu le premier acte de son Œdipe2.

Berlin, 19 décembre 1905

16[…] Dans l’après-midi, passé aussi chez Liebermann, à cause de la proposition de Rothenstein d’une exposition d’artistes allemands à Londres. Liebermann assez dur à bouger, parce qu’il serait difficile d’obtenir ses tableaux qui sont dans des collections privées, puis il ajoute : « Monsieur le comte, tout de même, nous sommes entre nous, vous ne le répéterez pas, mais franchement, qu’est-ce que nous allons bien pouvoir faire là-bas après les géants Monet, Renoir, Manet, etc. Ce sont des gens qu’on ne reverra pas de deux siècles, à quoi bon nous autres petits bonshommes à côté, etc. »

Paris, 26 décembre 1905, mardi

17À Marly chez Maillol. Ma statue. Impression de sublime grandeur et de calme. Attiré son attention sur les chevilles et les poignets, dont l’épaisseur me gêne, surtout l’attache de la main en appui. Il m’a dit que rien n’avait été travaillé avec plus de soin, davantage pensé sous tous les angles. Quand il fait un poignet d’après nature, il semble « si petit, si petit, et la ligne est cassée ». En outre, cette « masse » qui soutient tout le corps n’a plus alors aucun rapport avec les autres masses du corps. Il m’a montré le rectangle rempli par la silhouette : « Voyez, c’est plein, il n’y a pas de trous, c’est ça que j’ai voulu. » Enthousiasme ensuite à propos d’Olympie. Nous convenons d’y aller ensemble en 1907.

Paris, 29 décembre 1905

  • 1 [Paris, 29 décembre 1905] Plusieurs auteurs rapportent que Maillol aurait déclaré vouloir réaliser (...)
  • 2 Non repéré, peut-être une esquisse pour le Nu sur fond de verdure (1894, collection particulière).
  • 3 Les Faunes (vers 1905, Winterthur, collection Hahnloser).
  • 4 La nouvelle adresse était en fait 65, rue de Douai.
  • 5 Le Déjeuner (1899, Zurich, collection Bührle).

18Maillol est venu déjeuner chez moi. Les histoires qu’on raconte sur son compte, la séance du Comité Blanqui1, etc. Il a protesté avec vigueur. Nous nous sommes mis plus précisément d’accord sur notre voyage en Grèce en 1907. Son rapport à Rodin. Avec Maillol et Gee chez Bonnard. Acheté à Bonnard une petite esquisse de femmes nues dans la forêt2. Il m’a dit : « C’est un rien. Ce que j’ai cherché, c’est seulement ce rapport de la femme couchée avec l’herbe éclairée autour. J’avais vu ces deux tons et j’ai voulu les noter. » – Son grand tableau avec des créatures faunesques dans une forêt3 qu’il dit avoir déjà repeint et remanié dix fois : « J’ai voulu placer ces deux verts (le vert foncé, ombreux, du sol de la forêt et un vert clair éclatant d’un lointain paysage ensoleillé), ils sont assez rapprochés et cependant, il y a quelque chose dans leur rapport, etc. » Il déménage prochainement du 69, rue de Douai au couvent désaffecté situé en face4. « Je serai excommunié. J’en ai parlé à Maurice Denis, mais il pourra tout de même continuer à me voir, etc. » – Devant un tableau de membres de sa famille attablés5 (gris et rose avec une tache orange) : « J’ai fait ça cet été en Dauphiné, chez nous. J’avais là un petit neveu de douze ans qui faisait des choses vraiment extraordinaires. Il rendait la nature avec une simplification, une synthèse vraiment étonnantes. J’ai été très influencé par lui. Si on pouvait arriver à une telle simplicité, comme en ont quelquefois les gens tout à fait naïfs ! Mais voilà, on est toujours repris par ce naturalisme idiot. Je me dis : il faut tout de même mettre ce rapport-ci et ce rapport-là, et à la fin, ça redevient petit, il y a trop de détails. »

Notes de fin

1 [Début février 1905] Mutzenbecher en avait chargé Van de Velde et Denis (voir également 21 août 1904 et 31 janvier 1906).

2 Drame en trois actes de Maurice Maea clinck, dont la première eut lieu à Paris le 7 mai 1902 au Nouveau Théâtre. La Duse interpréta cette pièce à trois reprises durant sa tournée en Allemagne à la fin de 1904 et au début de 1905 : à partir du 1er novembre au Nationaltheater de Berlin, à partir du 1er décembre au Kölner Residenz Theater de Cologne et à partir du 30 décembre au Münchner Schauspielhaus de Munich.

3 Adaptation scénique du roman d’Alexandre Dumas de 1848, présentée lors de la même tournée que Monna Vanna.

4 Kessler a peut-être assisté à la première de La Dame aux camélias au Burgtheater à Vienne, le 11 janvier 1905.

5 Eleonora Duse, qui songeait à en assurer la mise en scène, s’était adressée à Edward Gordon Craig pour les décors et les costumes. Le projet sera finalement abandonné.

6 Kessler fut le premier mécène du dramaturge anglais Edward Gordon Craig en Allemagne. Il avait découvert ce dernier à Londres à l’occasion de l’exposition Ex libris, mentionnée dans le Journal le 16 avril 1903. Plus tard, Kessler lui consacra une exposition au Museum für Kunst und Kunstgewerbe de Weimar : Edward Gordon Craig, croquis pour décorations de théâtre et costumes, 30 avril – 15 juin 1906.

7 Elektrar 1Électre (vers 420 av. J.-C.) de Sophocle, a été créée le 30 novembre 1903 à Berlin (Kleines Theater), dans une mise en scène de Max Reinhardt.

8 Thomas Otway, Venise sauvée (Venice Preserved or a Plot Discovered, 1682). La pièce a été donnée en 1904 au Lessing Theater de Berlin dans des décors et costumes de Craig.

9 Ce voyage en Grèce ne s fera qu’au printemps 1908, sans les Van de Velde.

1 [Paris, 17 février 1905] L’un des plus importants prêteurs d’œuvres de Gauguin pour l’exposition monographique de Weimar en 1905.

2 Projet non réalisé.

1 [Paris, 18 février 1905, samedi] Demoiselles des bords de Seine (1857, Paris, Petit Palais).

2 Commentaire erroné, puisque les œuvres de Manet et de Monet auxquelles pense Kessler sont de 1863 et de 1866, donc postérieures aux Demoiselles.

3 Juliette Courbet réécrit là l’histoire de son frère. Des deux tableaux cités ensuite, seul le second, Le Gros Chêne (1843–1844, collection particulière), est connu, où le prénom de sa compagne, Lise, est gravé sur l’arbre.

4 Non identifié.

5 Probablement l’Autoportrait dit Courbet au chien noir (1842, Paris, Petit Palais).

6 Ce qui est faux, puisque Courbet a reçu à Ornans l’enseignement de Claude-Antoine Beau, élève du baron Gros, et à Besançon celui de Charles-Antoine Flajoulot, élève de David.

7 En mai 1867, à l’occasion de l’Exposition universelle, Manet avait organisé à ses frais, à l’exemple de Courbet, une exposition particulière de ses œuvres dans un pavillon près du pont de l’Alma.

8 André Lhôte, dans son Traité du paysage et de la figure (Paris, Grasset, 1958), rétablit une vérité : « Mais les critiques ignares ont reproché à Renoir, comme jadis à Ingres, sa palette groseille ou vineuse ; le refrain a duré vingt ans. » Comme bien souvent, le mot d’esprit avait été attribué à Degas, qui n’en était pas l’auteur.

9 Probable allusion aux organes génitaux des chiens et des cerfs dans la peinture de Courbet.

1 [Paris, 20 février 1905] Voir 12 mai 1903.

2 Référence à l’œuvre du peintre espagnol Velázquez (1656, Madrid, musée du Prado).

1 [Paris, 28 mai 1905, dimanche] Vers 1490–1500, Paris, musée du Louvre.

2 Rodin collectionnait les antiques depuis 1895 environ. Il les exposa à Meudon dans le « Musée des antiques », construit vers 1906, puis, à partir de 1912, à l’hôtel Biron, à côté de ses propres œuvres. Certains, notamment des vases, ont nourri sa propre création.

3 Sur des photographies anciennes, on voit en effet un torse antique. Pour Iris, il s’agit probablement de l’une des variantes de l’Étude modelée vers 1891 pour le Monument à Victor Hugo.

4 Malgré la mention de l’Assistance publique, il pourrait s’agir de Rosette Van Rasbourgh (petite-fille du sculpteur belge Joseph Van Rasbourgh), dont Rodin était le parrain et qui séjourna souvent chez lui à Meudon. Dès 1892, Rodin est venu en aide à la famille Van Rasbourgh, qui connaissait de grandes difficultés, et a employé le fils comme assistant.

5 Peut-être Fernand Lareynie, qui fut secrétaire de Rodin du 2 mai au 21 octobre 1905.

6 Sans doute Jean Limet, qui travailla pour Rodin à partir de 1900, à la fois comme photographe et comme patineur de bronzes.

7 Intitulée en réalité Les Arts de la Voir 1o 17 de mai 1905, p. 273 : « Quand s’isole pour le regard un signe de l’éparse beauté générale… » Elle est tirée du texte « Crayonné au théâtre », initialement paru dans La Revue Indépendante et repris dans le recueil Divagations [1897].

8 Geschichte Friedrichs des Großen, geschrieben von Franz Kugler, gezeichnet von Adolph Menzel (Histoire de Frédéric le Grandr 1

9 L’exposition fit scandale, un des dessins les plus choquants aux yeux d’un public encore très conventionnel, une femme acroupoi vue de dos, étant dédicacé au grand-duc. Soutenue par une virulente campagne de presse, l’intrigue de cour qui s’ensuivit entraîna la démission de Kessler.

10 Voir 1er juillet 1911.

1 [Paris, 29 mai 1905, lundi] Le buste de Natascha Goloubew, exécuté en 1906, a donné lieu à une unique fonte enpbronze (Paris, musée Rodin) et à une traduction en marbre, due à Antoine Bourdelle (1907, Hakone [Japon], Pola Museum of Art).

2 Il s’agit probablement du groupe intitulé aujourd’hui Le Minotaure (vers 1885), dont il existe de nombreux exemplaires en plâtre ou enpbronze.

3 Après la mort de Maurice Rollinat, Rodin proposa de lui rendre hommage par un bas-relief d’inspiration symboliste, plutôt que par un portrait posthume. Dernière VisionÉtoile du matin Avant le naufrage (avant 1903).

1 [Paris, 31 mai 1905, mercredi] Grâce au soutien de l’écrivain Octave Mirbeau, Maillol obtint la commande d’un monument pour le socialiste Auguste Blanqui à Puget-Théniers, dans les Alpes-Maritimes.

1 [Paris, 1er juin 1905, jeudi] Probablement Femme acroupoir 1

2 Peu de temps après avoir commencé la réalisation de la statue destinée à Kessler, Maillol entreprit une s conde grande statue, qui devait pareillement être exécutée en pi cou : Sérénité La Nympher 1La Média coanée.

1 [Berlin, 17 septembre 1905, dimanche] Zweite Ausstellung des Deutschen Künstlerbundes, Berlin, Ausstellungshaus am Kurfürstendamm, 2 mai – octobre 1905 ; 280 œuvres y étaient exposées.

1 [Weimar, 2 novembre 1905, jeudi] Paul Gauguin, exposition au Museum für Kunst und Kunstgewerbe, Weimar, 7 juillet – 15 septembre 1905.

1 [Weimar, 30 novembre 1905, jeudi] Lettre ouverte publiée dans The Times, 12 janvier 1906. À la pagu 15, Kessler évoquait la possibilité pour le gouvernement allemand de resserrer ses liens avec la Grande-Bretagne.

2 Hugo von Hofmannsthal, Ödipus und die Sphinx. Tragödie in drei Aufzügen (Berlin, S. Fischer, 1906).

1 [Paris, 29 décembre 1905] Plusieurs auteurs rapportent que Maillol aurait déclaré vouloir réaliser pour le monument à Blanqui une femme nue au postérieur avantageux.

2 Non repéré, peut-être une esquisse pour le Nu sur fond de verdure (1894, collection particulière).

3 Les Faunes (vers 1905, Winterthur, collection Hahnloser).

4 La nouvelle adresse était en fait 65, rue de Douai.

5 Le Déjeuner (1899, Zurich, collection Bührle).

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable