Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les horreurs du monde

 | 
André Stanguennec

Deuxième partie. Esthétiques de l’horreur de crise

Chapitre VI. L’esthétique de l’horreur contemporaine

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

La dialectique de la liberté et de la Terreur

Nous sommes apparemment parvenus à l’examen du troisième paradigme européen qui a normé positivement les expressions psychiques, politiques et esthétiques de l’horreur qui en furent la négation. C’est ce paradigme dont « les philosophies de la subjectivité » ont hérité et dont la phénoménologie méthodiquement pratiquée ici en référence à J.-P. Sartre et P. Ricœur est elle même l’héritière. L’on pourrait objecter que la valorisation de la subjectivité fondatrice des normes fut bien antérieure au processus révolutionnaire français. N’était-elle pas déjà, un siècle et demi auparavant, l’œuvre de la pensée cartésienne, et R. Descartes n’a-t-il pas été présenté avec raison par Hegel comme « le père » de la philosophie moderne : « R. Descartes est de fait le véritable initiateur de la philosophie moderne en tant qu’il a pris “le penser”(das Denken) pour principe1 » ? À cette objection, il faut répondre qu’avant R. Descartes, c’est sans doute à ...

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540