Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Journal

 | 
Comte Harry Kessler

Journal

1898–1900

Texte intégral

Berlin, 26 janvier 1898

1Meier-Graefe et Sattler ont mangé chez moi. Meier-Graefe sur Van Gogh. Il dit que pour ses formes décoratives, Van de Velde s’est inspiré en premier lieu du coup de pinceau de Van Gogh. Il dit en outre que les Byzantins ont obtenu dans leurs mosaïques, par des moyens similaires, les mêmes effets que les pointillistes aujourd’hui.

Berlin, 30 janvier 1898

  • 1 [Berlin, 30 janvier 1898] Dominical (Anvers, J.-E. Buschmann, 1892) du poète belge Max Elskamp fut (...)
  • 2 Rattaché à la mouvance naturaliste, l’auteur dramatique Georges Ancey a souvent travaillé avec And (...)

2[…] Passé la soirée avec Meier-Graefe et Van de Velde. J’ai demandé à Van de Velde ce qu’il y avait de vrai dans la remarque de M.-G. disant que le coup de pinceau de Van Gogh l’aurait inspiré. Il m’a répondu que dans une certaine mesure, c’était juste, mais que son véritable point de départ a été la théorie de Seurat, pour qui il y a des lignes mélancoliques et des lignes gaies. C’est de là que vient son idée qu’il doit exister des lignes exprimant autre chose que ces deux seuls sentiments de la mélancolie et de la gaieté. La couverture des Dominicales d’Elskamp a été sa première tentative d’appliquer ce symbolisme élargi de la ligne1. Chacune des quatre lignes est censée y exprimer quelque chose de différent. « Ce n’est qu’ensuite que je me suis aperçu de la qualité décorative de mes lignes. À présent, ce qui me semble le plus important dans mon art, c’est d’abord la recherche des complémentaires, c’est-à-dire que quand je dessine une ligne, tout de suite j’ai la sensation de la nécessité absolue d’une seconde ligne qui complète la première. Peut-être n’est-ce qu’un mouvement réflexe, mais pour vous dire toute la vérité, entre nous – peut-être que vous en rirez – il me semble qu’il y a des lignes féminines et des lignes mâles, les unes pénétrant les autres. Deuxièmement, il me semble que j’ai retrouvé un principe qui, je le crois, était certainement connu ou bien senti instinctivement par les anciens, c’est-à-dire que chaque forme que je crée a, elle, une forme limitrophe, une forme qui l’entoure et s’ajoute à elle, et que donc une forme n’est vraiment belle que quand la forme limitrophe, elle aussi, est belle. Dans tous mes meubles j’applique ce principe. » Quand il parle de ses œuvres et de ses théories, V. est toujours intéressant et original. Dès qu’il va au-delà, il perd complètement pied et se montre capricieux et étroit. Il trouve Ancey plus profond et plus tragique que Molière, etc.2. Lorsque je lui ai dit qu’Ancey m’avait fait l’impression d’un grand enfant chez qui m’ont surtout étonné la naïveté et l’innocence que présuppose sa façon de voir le monde, il en a été tout à fait « horripilé ». – Beaucoup discuté de l’éventuel déménagement de V. à Berlin.

Berlin, 4 février 1898

  • 1 [Berlin, 4 février 1898] Il s’agit en réalité de la commande passée au printemps 1894 par Louise S (...)
  • 2 Vraisemblablement Émile van Mons, secrétaire depuis 1893 de la Commission directrice des musées ro (...)

3Avec Van de Velde chez Mme Richter, à qui je l’ai présenté. En chemin, il m’a raconté comment il en était arrivé à faire des meubles, d’abord pour sa belle-sœur1, puis un directeur de musée2 était venu le voir et lui avait demandé d’aménager une véranda pour ses filles, très jolies, très minces. « Il y avait quelque chose à faire, et c’est la première fois que j’avais une vraie responsabilité en faisant des meubles. » […]

Berlin, 10 février 1898

  • 1 [Berlin, 10 février 1898] Après avoir vainement tenté de faire entrer Les Poseuses à la Nationalga (...)

4[…] J’ai amené ce matin Tschudi et Liebermann avec Van de Velde devant mon Seurat1. Liebermann d’abord totalement négatif, trouve que les femmes ne sont pas sensuelles : « Vous savez, je voudrais quelque chose pour ici », avec un geste. Mais peu à peu, ils ont admis l’un et l’autre l’excellence de certaines parties, la vivacité du mur, le charme de la lumière autour des têtes des deux femmes assises et sur les seins de la femme debout, et de tel ou tel morceau de nature morte. Au total un succès.

Bruxelles, 22 mars 1898

  • 1 [Bruxelles, 22 mars 1898] Maria Sèthe portait souvent des robes d’intérieur dessinées par son mari (...)
  • 2 Au Groupe des XX, constitué en 1884 et dissous au printemps 1893, succède, toujours sous la direct (...)
  • 3 C’est en effet une exposition importante pour Minne, qui y exposait sept sculptures (nos 266 à 272 (...)
  • 4 Jan Thorn Prikker, dans un envoi composé de dix-neuf œuvres uniquement à base de textiles (nos 318 (...)
  • 5 No 382, L’Heure ardente (1897, Weimar, Schlossmuseum), exposée sous le titre L’Heure embrasée, Pro (...)
  • 6 Dès l’été 1897, Kessler caressa le projet d’une édition de luxe de Zarathoustra, à laquelle devaie (...)

5Arrivé de bonne heure. Van de Velde était venu me chercher à la gare pour me conduire jusque chez lui, à Uccle, où je vais habiter. Sa femme est une jolie blonde qui porte une sorte de costume préraphaélite, à dominante bleue, de coupe rectangulaire, qui lui va très bien1. L’atmosphère de la maison absolument claire et saine. Aux repas, il n’y a pas de domestiques dans la pièce, mais les plats sont passés à travers une ouverture depuis la cuisine qui est, de façon très rationnelle, directement attenante à la salle à manger. La femme prend les plats, sans se lever (le guichet est juste derrière elle), des mains du serviteur et les fait passer autour de la table. La conversation est naturelle, sans craindre les inconvenances devant la femme et sans les chercher non plus. Après déjeuner, avec Van de Velde à la Libre Esthétique2, où sont intéressants les sculptures de Minne3, les batiks de Thorn Prikker4 et le grand tableau de L’Heure ardente de van Rysselberghe5. La technique de R. est néo-impressionniste, son dessin totalement classique. C’est un art de transition, donc plus convaincant pour le grand public que ce qui est proprement nouveau, et comportant d’ailleurs de bonnes qualités décoratives. Discuté en détail avec Van de Velde de son projet d’ornementation pour le Zarathoustra6. Il était d’accord avec quelques petites modifications.

Bruxelles, 23 mars 1898

  • 1 [Bruxelles, 23 mars 1898] Voir 22 mars 1898. Georges Minne reçut en 1897 la commande du Monument à (...)
  • 2 Il pourrait s’agir de L’Homme à l’outre (1897) ou de la deuxième version du Grand Blessé (1898).
  • 3 Kessler ne posséda que deux œuvres de Minne, une Baigneuse et un exemplaire en plâtre de l’Agenoui (...)
  • 4 Cette commande n’a probablement pas été réalisée.
  • 5 Voir 26 mai 1896. Les principaux poètes et chansonniers qui fréquentaient le Chat noir étaient Ari (...)

6Les Van de Velde prennent leur petit déjeuner dans la cuisine, afin que les domestiques se sentent obligés de tenir cet espace aussi propre et rangé que les autres pièces de la maison. Cet espace clair, tout étincelant de casseroles et de récipients briqués, donne à ce premier repas quelque chose de très frais et en même temps d’intime. Le jour commence par un bain dans les conditions les plus naturelles, les plus simples. Après le petit déjeuner, nous allons avec Van de Velde au-delà d’Uccle, à travers champs, jusqu’à la maison qu’habite maintenant le sculpteur Minne. C’est une ancienne petite chapelle où il s’est aménagé quelques pièces, pour lui et sa femme. L’atelier qu’il a bâti de ses propres mains tout à côté semble d’une petitesse presque impossible pour le colossal monument funéraire de Volders qu’il est en train d’y réaliser1. Les têtes des deux figures touchent le plafond et on ne voit pas comment il pourra les tourner. Il y avait dans l’atelier, sur une sorte de soupente, une étude de nu que Minne a réalisée d’après son petit commis pour l’une des grandes figures, une pièce nerveuse, splendide de fraîcheur juvénile, à la manière des Florentins, comme un David de Donatello2. Est caractéristique des intentions de Minne le contraste entre cette figure modelée de façon parfaitement réaliste, avec une pleine maîtrise autodidacte, et les très larges formes simplifiées, d’un archaïsme presque assyrien, auxquelles il tend sur sa grande statue en pierre. Lui-même est un Flamand taillé à la hache, trapu, blond, avec le teint singulièrement clair de sa race, débordant de vitalité, comme en état de flux perpétuel, éclaboussé d’argile des pieds à la tête et entouré d’une nombreuse progéniture de petites têtes blondes. Je lui ai demandé de me faire couler un bronze du jeune garçon nu3 et lui ai commandé une sculpture en pierre de la première esquisse du monument funéraire de Volders, dont un petit mais saisissant fragment était accroché au mur de l’atelier4. Van Rysselberghe nous a rejoints à vélo pour le lunch, il donne l’impression d’un sportif en pleine santé. La femme de Van de Velde est son élève. Le soir à dîner Lemmen, qui tombait d’un paradoxe à l’autre, une conversation peu sympathique mais très cocasse. Par sa « tournure d’esprit », il me fait penser à Salis et aux chansonniers du Chat noir5.

Bruxelles, 24 mars 1898, mardi

  • 1 [Bruxelles, 24 mars 1898, mardi] 67, rue de l’Abbaye à Bruxelles, selon le livret de l’exposition (...)
  • 2 L’esquisse de La Moisson ou L’Air (un exemplaire en bronze est au musée d’Orsay), un des quatre re (...)
  • 3 Outre les quatre reliefs, le monument devait comporter quatre grandes figures de travailleurs (réa (...)

7De bonne heure ce matin à l’atelier de van Rysselberghe1, qui m’a montré de belles lithographies et de beaux paysages. On a l’impression d’un talent très productif, mais plus éclectique qu’original. Déjeuné chez Meunier. Il vit tout à l’autre bout de la ville, à Schaerbeek, dans un faubourg petit-bourgeois où l’on construit encore beaucoup. L’aménagement et le genre de la maison sont eux aussi tout à fait bourgeois. Meunier, avec sa blouse de flanelle rouge qu’il ne quitte même pas pour manger, détonne presque là-dedans. Dans l’atelier, le modelage en terre du grand relief du Moissonneur est maintenant fini2. Il a réussi à le composer en un mois, un travail énorme. Il dit qu’à présent, il ne voit plus que des détails, qu’il ne se rend plus compte de l’effet d’ensemble. Tout le temps que nous étions là, il n’a cessé de modifier des choses ici ou là, gommant surtout des détails, pour donner toujours plus d’ampleur au tout. Il efface d’un mouvement du pouce. « Le coup de pouce, voilà ce qui est agréable avec la terre glaise. Et c’est pour ça que je préfère le bronze à la pierre, parce que les praticiens ne peuvent jamais rendre ce qu’il y a de personnel et de nerveux dans la facture, tandis que le bronze conserve tout. » Le modelage du monument dans son entier, qui se trouve aussi en format réduit dans l’atelier, est beau dans ses détails, en particulier le Semeur qui le couronne, mais il est encore massif et rectangulaire dans sa structure3. Lui-même n’en est pas content. Il pense désormais à installer les reliefs dans une salle. Chez lui, on ne parle encore guère de son fils mort à Rio de la fièvre jaune, le vieux Meunier en souffre trop. Il ne lui a pas été possible de faire son relief, comme il le voulait. Sa fille m’a confirmé que Meunier avait eu le pressentiment spontané de cette mort. Il est vrai qu’elle en avait déjà reçu la nouvelle la veille, mais elle n’avait rien dit. […]

Paris, 28 mars 1898

8Rendu visite au peintre Cross. C’est, depuis la mort de Seurat, le plus caractérisé des néo-impressionnistes, avec une forte dose d’influences japonaises, mais c’est peut-être celui qui a tout de même, avec Signac, le plus d’originalité. Il fait l’impression de quelqu’un d’usé, qui s’est battu jusqu’à épuisement.

Weimar, 17 avril 1898

9Dans la matinée, discuté avec Mme Förster des aspects commerciaux de l’édition de luxe, transmission aux éditions Spemann, établissement des Archives à Hambourg (Lichtwark). Je suis monté ensuite chez Nietzsche. Il était assis à la fenêtre donnant sur la ville de Weimar qui s’étend en bas, dans la vallée. Lorsque nous sommes entrés, d’abord un peu hésitant mais avec calme et levant les yeux comme pour demander quelque chose, il nous a tendu sa main, à sa sœur puis à moi, et pendant que je lui serrais la main, il m’a également regardé avec sérieux et calme, comme un bel animal fidèle. Et de même quand nous sommes partis. […]

Berlin, 19 juin 1898, dimanche

  • 1 [Berlin, 19 juin 1898, dimanche] Voir 9 novembre 1897.

10Dans l’après-midi, Van de Velde est passé chez moi à l’improviste. Le soir, je suis allé le voir chez Curt Herrmann. Il aménage ici plusieurs galeries d’art (Keller et Reiner, Cassirer1) et voudrait lui-même fonder un commerce avec Gutbier.

Berlin, 20 octobre 1898

  • 1 [Berlin, 20 octobre 1898] Entre 1899 et 1903, Van de Velde a réalisé plusieurs peignes en or et en (...)

11Van de Velde et sa femme, Ludwig von Hofmann, Hartleben et Peter Behrens chez moi pour déjeuner. Mme Van de Velde en violet, comme ma salle à manger. Dans ses cheveux blond-gris, elle portait un peigne en or dessiné par son mari1. Peter Behrens prétend que tout art est une mathématique inconsciente, ce qui veut sans doute dire qu’il est gouverné par des lois rythmiques secrètes. Lui-même pense à vrai dire à des formules qui pourraient se représenter par des chiffres, ce qui n’est pas juste, puisque les chiffres sont des abstractions tirées des opérations de la raison, alors que l’art en appelle à certaines tendances des sens qui sont naturellement régies par le rythme. Hofmann s’est moqué de l’idée développée par Behrens.

Berlin, 24 octobre 1898, lundi

  • 1 [Berlin, 24 octobre 1898, lundi] Stimulé par sa rencontre avec le milieu néo-impressionniste, Kess (...)
  • 2 Il s’agit probablement de l’ambassadeur de France, qui était alors Emmanuel Henri Victurnien de No (...)
  • 3 Paul Signac, « Französische Kunst. Neoimpressionismus », Pan, IV, no 1, 1898, p. 55-62, extrait du (...)

12Ce matin avec les Radowitz à l’exposition des néo-impressionnistes, qui s’est ouverte samedi1. L’ambassadeur2 d’abord passablement hostile, mais se laissant peu à peu convaincre. La comtesse Schlippenbach et Nadine Radowitz ont adhéré beaucoup plus vite et avec moins de réserve. Il en est allé de même pour moi avec les Chelius et Peter Behrens. Le public en général calme et attentif. On voit les gens assis un peu partout, à étudier l’article de Signac3 publié dans Pan qui est mis à la disposition des visiteurs. […]

Berlin, 5 novembre 1898, samedi

  • 1 [Berlin, 5 novembre 1898, samedi] La pièce Fuhrmann Henschel de Gerhart Hauptmann a été créée le 5 (...)
  • 2 L’exposition Max Liebermann – Edgar Degas – Constantin Meunier, du 1er novembre au 3 décembre 1898 (...)
  • 3 Le déclin du nombre des abonnés à 650 devait entraîner un déficit commercial de plus en plus impor (...)
  • 4 Heinrich Abeken, Ein schlichtes Leben in bewegter Zeit. Aus Briefen zusammengestellt (Une vie simp (...)

13Première du Voiturier Henschel de Hauptmann1 […]. Rencontré beaucoup de gens que je connais, Liebermann, Ludwig von Hofmann, les Mutzenbecher, etc. Lorsque j’ai fait quelques compliments à Liebermann sur son exposition avec Degas et Meunier chez Cassirer2, il m’a répondu : « Oui, voyez-vous, j’en suis particulièrement heureux, parce qu’il y a deux ou trois personnes qui voudraient bien me contester déjà le droit d’exister, on me jette à la ferraille. Ce qu’ils préféreraient encore, c’est me couper les mains, que je ne puisse plus peindre du tout. » Il a parlé ensuite de la cession de Pan à Cassirer3. – À midi, à l’exposition des néo-impressionnistes chez Keller et Reiner, rencontré la vieille Mme Abeken, les Mémoires de son mari viennent de paraître4. Elle montrait, comme le grand public en général, beaucoup de compréhension pour les n.-i. C’est l’assiduité qui leur en impose d’abord, puis ils étudient l’article de Pan. […]

Berlin, 8 novembre 1898

14Chez Cassirer : Degas, Liebermann, Meunier. Degas observe le corps humain en tant que mécanisme, il est intéressé par chaque position de la machine, par chaque possibilité de position. D’où sa prédilection pour les danseuses et le fait qu’il évite toute modification de la réalité pour d’éventuelles raisons esthétiques. Car si une ligne était autrement, toute la machine devrait alors être construite autrement, ou elle serait fausse, peu pratique, impropre au travail. Degas cherche donc ici à satisfaire sa raison. Il ne s’abandonne au plaisir des sens que dans la couleur et il la choisit alors presque arbitrairement, uniquement pour des raisons esthétiques. Il crée à l’inverse des néo-impressionnistes, qui composent leur tableau par la ligne, mais observent le plus grand naturalisme quant à la couleur, jusqu’à la scientificité. […]

Berlin, 20 décembre 1898

  • 1 [Berlin, 20 décembre 1898] Le projet n’aboutira pas, mais l’éditeur Samuel Fischer restera en rela (...)

15[…] Bodenhausen a réuni aujourd’hui en faveur de Van de Velde une société par actions, qui est domiciliée ici. Il lui apporte ainsi ce dont il avait le plus besoin pour la réalisation de ses commandes, de l’argent et du temps qu’aucun souci économique ne vient réduire, en mettant pour l’essentiel son talent au service du développement allemand. – Tard ce soir, je me suis entendu avec Fischer sur un avant-contrat pour l’édition de Zarathoustra qui sera illustrée par Van de Velde1.

Berlin, 22 décembre 1898

  • 1 [Berlin, 22 décembre 1898] Georges Lemmen s’est très tôt distingué dans le domaine spécifique du d (...)

16Van de Velde et S. Fischer à déjeuner chez moi. Discuté de l’édition de Zarathoustra. Pour finir, nous sommes convenus de solliciter tout d’abord Lemmen pour la création d’une nouvelle police de caractères1.

Leipzig, 1er août 1899

  • 1 [Leipzig, 1er août 1899] Arnold Böcklin a réalisé plusieurs versions de L’Île des morts, dont la c (...)
  • 2 Voir 1er novembre 1894 et 8 mars 1896.
  • 3 Klinger a fait plusieurs esquisses de peintures murales pour l’escalier du Museum der bildenden Kü (...)
  • 4 Neue Salome, 1893, Leipzig, Museum der bildenden Künste.
  • 5 Voir 1er novembre 1894.
  • 6 Plâtre d’après la sculpture de Michel-Ange (1501–1504, Florence, Académie des beaux-arts).

17Avec Gee au musée, où je lui ai montré L’Île des morts et Salomé1. L’après-midi, je suis sorti pour aller chez Klinger. La partie inférieure du Beethoven, le vêtement, est achevée, le torse et la tête sont déjà bien avancés2. On sent déjà la force que la statue veut exprimer. Klinger était occupé, mais de bonne humeur. Il aspergeait ses blocs de pierre et de marbre pour en faire ressortir la couleur, m’a montré ses esquisses pour le musée3. Je l’ai amené à parler de l’installation malvenue de sa Salomé4 et de sa Cassandre5 au milieu des moulages en plâtre. « Oui, m’a-t-il répondu, nous étions par bonheur sur le point de jeter dehors tous les plâtres et voilà que quelqu’un offre un des moulages prétendument “rares” du David6, et il nous a de nouveau fallu tout conserver. Je suis moi-même coupable de cette installation. Autrefois, la Salomé était très bien exposée, au premier étage. Ensuite, je lui ai ajouté son socle en marbre, trop lourd pour que le bâtiment puisse le supporter. Si le projet de repeindre le musée se concrétise, cela changera peut-être, puisqu’en tout état de cause, de grandes modifications seront alors nécessaires. Mais pour l’heure, nous en sommes encore aux pré-négociations des pré-négociations. » – Chez Klinger, la nature est impitoyable et tout ce qu’il crée est un morceau de nature : la Salomé, le Beethoven, ses paysages, toutes choses qui sont pure individualité, n’ayant d’autre souci que de se déployer librement. Le contraire de Böcklin. […]

Berlin, 10 mars 1900

  • 1 [Berlin, 10 mars 1900] Devant un public d’une quarantaine de personnes, Van de Velde a donné plusi (...)
  • 2 Cosima dirigeait le Festival de Bayreuth depuis 1883. Kessler s’y est rendu à plusieurs reprises à (...)

18Première conférence de Van de Velde chez Keller et Reiner1. Ensuite avec lui chez Mme Richter, où je l’ai présenté à Cosima Wagner2. Quatuor de Beethoven. Voyant Cosima assise là, Van de Velde me dit : « C’est vraiment comme la Musique incarnée. »

Berlin, 13 mars 1900, mardi

  • 1 [Berlin, 13 mars 1900, mardi] Siegfried et Eva Wagner.

19Dîner chez Mme von Hindenburg pour Cosima, avec Siegfried, Eva1, Knesebeck, Platen, Mlle von Owe. Après le repas, à la conférence de Van de Velde, puis retour chez les Hindenburg.

Berlin, 17 mars 1900

20Van de Velde a donné une conférence pour quelques membres de la cour chez Mme Richter […]. Une centaine de personnes. Succès et contradiction, mais un certain intérêt.

Paris, 5 juillet 1900, jeudi

  • 1 [Paris, 5 juillet 1900, jeudi] Rodin avait acquis en décembre 1895 la villa des Brillants à Meudon (...)

21Avec Gee et les Hindenburg chez Rodin à Meudon1. Il a un atelier dans sa maison de campagne, mais il préfère apparemment travailler dans le jardin. Extraits de conversation : « J’ai commencé à m’affranchir par Michel-Ange. À une certaine époque, on m’a même reproché de le copier. Mais j’arrivais par lui à la nature. La nature, la vie, tout est là. » – Il montre un groupe, en lui donnant un nom quelconque. Mme von Hindenburg dit que cela lui fait plutôt penser à ceci ou cela, autre chose que ce que Rodin avait énoncé : « Oui, oui, c’est vrai… Du reste, je prends assez volontiers l’avis de mes collaborateurs pour les noms de mes groupes. » Je n’étais pas tout à fait certain qu’il ait lui-même perçu l’ironie de sa remarque. […]

Paris, 8 juillet 1900

  • 1 [Paris, 8 juillet 1900] Exposition universelle et internationale de Paris, 15 avril – 12 novembre (...)
  • 2 L’Exposition centennale de l’art français, qui réunissait des œuvres conçues entre 1800 et 1899, s (...)
  • 3 L’Exposition rétrospective des arts français des origines à nos jours ne présentait que du mobilie (...)
  • 4 Ces tapisseries flamandes des xve et xvie siècles, exécutées à la demande de Marguerite d’Autriche (...)
  • 5 Grâce à l’entremise de Hayashi Tadamasa, de nombreuses feuilles furent prêtées par des collectionn (...)
  • 6 Guillaume II avait envoyé à l’Exposition universelle une grande partie de la collection des peintu (...)
  • 7 Le Pavillon anglais, construit sur l’esplanade du quai des Nations par l’architecte Edwin Lutyens, (...)
  • 8 Les pavillons du ministère des Colonies et ceux des Colonies et Protectorats français étaient réun (...)
  • 9 Présentées dans la classe 87 (Industries chimiques).
  • 10 Lampe électrique à filament métallique inventée entre 1865 et 1898 par le physicien allemand Walth (...)
  • 11 Kessler s’élève ici contre l’avis général qui faisait de l’Exposition universelle de 1889 la référ (...)

22L’impression générale de l’Exposition1, qui n’est guère heureuse, commence à s’émousser en moi. Furieuse, sans cohérence, la confusion de lignes des bâtiments et des ouvrages décoratifs reste tout de même gênante. Au milieu, la calme grandeur de la tour Eiffel vous réjouit encore et sans fin. Isolément, tant de trésors, qui jamais sans doute n’ont été réunis aussi vite et pour un but aussi provisoire sur un aussi petit coin de terre : l’Exposition centennale de l’art français2, les richesses des arts décoratifs au Petit Palais3, les tapisseries flamandes d’une invraisemblable beauté présentées par les Espagnols4, les peintures et les estampes japonaises anciennes5, les Watteau et les Lancret de Potsdam6, les Raeburn et les Gainsborough du Pavillon anglais7, et à côté de ça, tous les échelons de la technique humaine, depuis les nattes et les poteries rudimentaires de la très belle exposition coloniale8 jusqu’aux préparations de sérum9 et aux lampes Nernst10 sur le Champ-de-Mars. Jamais encore il n’y a eu et plus jamais sans doute il n’y aura, dans une telle profusion et une telle exhaustivité, avec d’aussi singuliers joyaux, un semblable panorama de tout ce que l’homme a créé depuis les premières ébauches d’une civilisation jusqu’à l’époque la plus récente. Par son contenu, cette Exposition est la plus imposante de toutes les foires de l’humanité considérée comme une entité11. – Je me limite de plus en plus aux détails, en particulier à l’art.

Paris, 14 juillet 1900

  • 1 [Paris, 14 juillet 1900] 130 faubourg Saint-Honoré.
  • 2 Corrida de toros à Eibar (1899, Malaga, musée Thyssen-Bornemisza), montré à l’Exposition décennale(...)

23Sorti de bonne heure pour aller chez Zuloaga1 avec Tschudi. Grande vérité de caractère de ses figures humaines. Dans sa Corrida de toros, où il y a une soixantaine de personnages, chaque individu est un être complet2. Sa peinture est habile et sans reproche mais, comparée à cette vérité humaine, elle compte jusqu’à présent assez peu.

Paris, 22 juillet 1900, lundi

24[…] Rentré chez moi en passant par le pont de Grenelle. C’est d’ici que l’image de l’Exposition est le plus grandiose, le plus fantastique, un océan de lumières au bord du fleuve paisible d’où jaillit, comme d’une prairie liquide, immensément haute, dessinée tout entière par la lumière, la gigantesque tour Eiffel. À son sommet, dans leur mouvement de rotation, les cônes lumineux de ses projecteurs glissent, en blanc nacré presque matériel, comme les jambes d’un compas géant par-dessus les immeubles des faubourgs.

Bruxelles, 29 juillet 1900

  • 1 [Bruxelles, 29 juillet 1900] 59, rue de l’Abbaye, selon le livret du Salon de la Société nationale (...)
  • 2 Meunier avait modifié l’architecture de son Monument au travail, les statues et reliefs étant déso (...)
  • 3 À la fin de l’année 1899, Van de Velde a reçu de Paul Otlet la commande de deux villas à Westwende (...)
  • 4 En avril 1900, à l’occasion de l’exposition de la Krefelder Stadthalle, Sonderausstellung moderner (...)

25Ce matin avec Van de Velde chez Meunier, qui a déménagé1. Nous avons trouvé M. seul. Il nous a montré l’esquisse maintenant terminée de son grand monument au travail. Il a choisi pour base une sorte de glacis qui est en tout cas une nette amélioration par rapport à la version antérieure2. Van de Velde et moi lui avons conseillé d’ôter les figures placées devant pour ne pas gêner l’effet puissant, simple, du glacis. Meunier a dit : « Dans toute sculpture, la peinture entre pour moitié. » Quand il fait l’éloge de quelqu’un, il dit toujours : « Il est vraiment bon, humain, si humain ! » Il est lui-même, dans son être et son apparence, un des hommes les plus aimables que j’aie rencontrés. La cordialité lui sort par les yeux. – Van de Velde m’a montré les plans des maisons qu’il construit3. À ma question, il a répondu que l’architecture est une chose très facile, qu’il s’agit seulement de quelques connaissances toutes simples, que même l’architecte de métier fait exécuter ses calculs de résistance et de force par des ingénieurs. Il a ajouté, relativement au fait qu’il se lance aussi désormais dans les vêtements4, qu’il préfère bâtir dix maisons qu’une robe. […]

Weimar, 26 août 1900, dimanche

  • 1 [Weimar, 26 août 1900, dimanche] Le philosophe était décédé le 25 août après une longue maladie. L (...)

26[…] Je suis monté vers trois heures aux Archives Nietzsche. Mme Förster m’accueille dans la salle des archives. Le corps de Nietzsche y est exposé, déjà dans son cercueil ouvert au milieu des palmiers et des fleurs1. Enveloppée de damas et de lin blancs, la tête est un peu penchée vers la gauche, d’une blancheur d’ivoire avec les yeux à moitié ouverts qui semblent encore dormir, tout pâles, dans le visage figé. La dernière maladie lui a donné une expression misérablement étrécie, émaciée, mais la grosse moustache grise comme le gel masque de sa garniture la douleur de la bouche. Et cette grandeur de la forme transparaît partout derrière l’épuisement : le front amplement bombé, l’ossature solide et marquée des tempes et des mâchoires ressortent encore plus nettement sous la peau que de son vivant. Malgré l’effondrement, l’expression générale, c’est la force. […]

Weimar, 27 août 1900

  • 1 [Weimar, 27 août 1900] Le peintre Curt Stoeving avait publié, dans le troisième numéro de la revue (...)
  • 2 Stoeving, n’ayant pas l’habitude de réaliser de tels masques, ne put mener à bien la commande, et (...)

27Ce matin, avec Stoeving1 et un ouvrier plâtrier, nous avons pris le masque mortuaire, puisque ni Klinger ni Geyger ne pouvaient venir. La tête a été légèrement redressée, de sorte qu’elle fût droite. Un jeune apprenti, qui s’occupait des décorations funéraires, a aidé à poser l’enduit. En une demi-heure, le masque était fini2.

Berlin, 2 septembre 1900

  • 1 [Berlin, 2 septembre 1900] Le premier Pergamonmuseum a été construit entre 1897 et 1899 sur les pl (...)
  • 2 L’archéologue Hans Schrader, alors responsable des collections antiques aux musées de Berlin, avai (...)

28Amené Bodenhausen et Van de Velde au Pergamon1. Schrader2 nous a servi de guide. Forte impression sur Van de Velde, d’une étonnante et prodigieuse intensité. Il dit que c’est la première fois que la chose grecque s’ouvre à lui. Ce n’est qu’ici, dans ces fragments d’architecture, qu’il comprend l’ornement grec, qu’il a toujours trouvé absurde dans les imitations romaines et renaissantes. C’est l’« exécution » qui fait tout. On sent que les plantes et les masques d’animaux leur étaient au fond complètement indifférents, que tout est dans l’exécution, par laquelle ils obtiennent le grand flux ornemental de lumière et d’ombre. Il dit sentir qu’ils ont fait ce à quoi il aspire, non qu’il veuille imiter un jour leurs formes et leurs formules, mais l’esprit, le mode d’action est celui qu’il cherche. À propos de Rodin : « Oui, il a sans doute redécouvert cette dissolution de la pierre dans la lumière que les Grecs avaient atteinte, comme ici. Mais Rodin ne sait à vrai dire que faire de ses splendides formes, alors qu’ici, ces formes lumineuses s’inscrivent dans le plus grandiose flux ornemental. » Il ajoute avoir toujours pensé que les hommes poursuivaient l’ambition de transformer progressivement toute matière en quelque chose d’immatériel par le moyen de l’art, par exemple la pierre en lumière, la peinture à l’huile en vibrations colorées, dans la manière de peindre de Rubens puis dans celle des néo-impressionnistes, etc. Van de Velde et Bodenhausen étaient totalement bouleversés : à l’un comme à l’autre, l’élément grec s’est révélé ici pour la première fois de façon compréhensible. Déjeuné ensuite chez moi, où Mme von Bodenhausen nous a rejoints, puis nous sommes allés tous ensemble à Wannsee, chez les Richter, avec Knesebeck. – Van de Velde a fait remarquer en outre que la diversité des formes qu’il avait observée à l’Exposition universelle sur des machines destinées à un même usage avait ébranlé sa croyance que l’adéquation parfaite d’une forme à sa fonction est toujours créatrice de beauté. Il est impossible de nier que certaines de ces machines sont plus belles que d’autres, alors qu’elles remplissent tout aussi bien leur objectif. Cette prise de conscience ne peut cependant que le rapprocher de mon esthétique, car elle met au jour son erreur, qui est de confondre la beauté de la forme extérieure, qui ne dépend que du rythme ou de l’harmonie, avec la beauté qu’elle possède pour l’imagination.

Berlin, 6 septembre 1900, jeudi

  • 1 [Berlin, 6 septembre 1900, jeudi] Hermann Hirschwald, propriétaire du Hohenzollern Kaufhaus, magas (...)
  • 2 La sculpture a disparu.
  • 3 Les Dialogues de Maître Eckhart avec sœur Catherine de Strasbourg, récit apocryphe publié pour la (...)

29Dans l’après-midi, Knesebeck et plus tard Van de Velde et sa femme chez moi. V. me fait savoir qu’il a passé contrat avec Hirschwald1 et qu’il s’installe à Berlin en octobre. – Acheté hier chez Pächter, pour 135 marks, une sculpture japonaise en bois d’une extrême beauté, probablement la nonne Daishi Denkio, en tout cas de la meilleure époque de l’art japonais ancien2, une incarnation du plus profond mysticisme, une œuvre sublime d’art religieux dans l’expression du visage, dans la suggestivité des yeux presque clos, dans la majesté et le rythme du flux de ses lignes. Elle me fait penser à la sœur Catherine de Maître Eckhart3. Elle était depuis cinq ans chez Pächter, sans que personne n’y fasse attention, à la cave (!), où j’étais descendu voir un tableau de Cross et où elle m’a frappé par hasard, dans un coin sombre, d’abord par le style rigoureux de son habit, jusqu’à ce que, ramenée à la lumière, elle se révèle dans toute sa splendeur.

Notes de fin

1 [Berlin, 30 janvier 1898] Dominical (Anvers, J.-E. Buschmann, 1892) du poète belge Max Elskamp fut le premier livre dont Henry Van de Velde réalisa la couverture.

2 Rattaché à la mouvance naturaliste, l’auteur dramatique Georges Ancey a souvent travaillé avec André Antoine. Le titre de l’une de ses pièces peut rappeler Molière : L’École des veufs. Comédie en cinq actes (Paris, E. Dentu, 1889).

1 [Berlin, 4 février 1898] Il s’agit en réalité de la commande passée au printemps 1894 par Louise Sèthe, belle-mère de Van de Velde, d’un mobilier de salon de musique destiné à la plus jeune de ses filles, Irma, violoniste virtuose.

2 Vraisemblablement Émile van Mons, secrétaire depuis 1893 de la Commission directrice des musées royaux de peinture et de sculpture de Bruxelles.

1 [Berlin, 10 février 1898] Après avoir vainement tenté de faire entrer Les Poseuses à la Nationalgalerie de Berlin, Kessler montrait l’œuvre de Seurat dans son appartement, mais sous une forme très particulière, puisqu’un mécanisme réalisé par Van de Velde permettait d’enrouler la toile sur elle-même, ne laissant apparaître que la figure de droite.

1 [Bruxelles, 22 mars 1898] Maria Sèthe portait souvent des robes d’intérieur dessinées par son mari, qui s’harmonisaient par leurs coloris et leurs ornements brodés avec le décor de la maison. On peut se faire une idée de ces toilettes grâce à une reproduction réalisée en 1964 d’une robe bleue de 1895 (Gand, Museum voor Sierkunst).

2 Au Groupe des XX, constitué en 1884 et dissous au printemps 1893, succède, toujours sous la direction de l’avocat Octave Maus, la Libre Esthétique. Animé par le même esprit d’indépendance, le groupe présente cependant une organisation radicalement différente. Ni règlement ni commission d’aucune sorte ne lient ses membres, le conseil d’administration se réduit à un seul délégué. Par ailleurs, le Salon annuel réunit toutes les expressions artistiques (peinture, sculpture, arts graphiques, arts décoratifs) et accueille en son sein concerts et conférences.

3 C’est en effet une exposition importante pour Minne, qui y exposait sept sculptures (nos 266 à 272), dont L’Homme à l’outre, Trois Saintes Femmes, le Petit Porteur de reliques et l’Esquisse pour le monument Volders, connue sous le nom de Solidarité ou La Barque humaine.

4 Jan Thorn Prikker, dans un envoi composé de dix-neuf œuvres uniquement à base de textiles (nos 318 à 336), présentait sous les nos 326 à 334 des Batiks appliqués à la reliure. Le Nordenfjeldske Kunstindustrimuseum de Trondheim, en Norvège, possède un modèle de fauteuil créé par Van de Velde vers 1898, recouvert d’un batik de Thorn Prikker.

5 No 382, L’Heure ardente (1897, Weimar, Schlossmuseum), exposée sous le titre L’Heure embrasée, Provence.

6 Dès l’été 1897, Kessler caressa le projet d’une édition de luxe de Zarathoustra, à laquelle devaient participer Lemmen, Ricketts et Morris. Le livre ne fut publié qu’en 1908, aux éditions Insel à Leipzig.

1 [Bruxelles, 23 mars 1898] Voir 22 mars 1898. Georges Minne reçut en 1897 la commande du Monument à Jan Volders (1855–1896), socialiste, journaliste et cofondateur du Parti ouvrier belge. Le monument ayant été refusé, Minne détruisit le grand modèle. Seule l’esquisse de 1897 a subsisté, dont on connaît un exemplaire en marbre (Cleveland, Museum of Art) et plusieurs en bronze.

2 Il pourrait s’agir de L’Homme à l’outre (1897) ou de la deuxième version du Grand Blessé (1898).

3 Kessler ne posséda que deux œuvres de Minne, une Baigneuse et un exemplaire en plâtre de l’Agenouillé à la fontaine (1898). Vendu en 1936 à l’Angermuseum d’Erfurt, celui-ci a disparu en 1940.

4 Cette commande n’a probablement pas été réalisée.

5 Voir 26 mai 1896. Les principaux poètes et chansonniers qui fréquentaient le Chat noir étaient Aristide Bruant, Jules Jouy et Jean Goudezki.

1 [Bruxelles, 24 mars 1898, mardi] 67, rue de l’Abbaye à Bruxelles, selon le livret de l’exposition de la Libre Esthétique.

2 L’esquisse de La Moisson ou L’Air (un exemplaire en bronze est au musée d’Orsay), un des quatre reliefs du Monument au travail auquel le sculpteur travaillait depuis 1890, fut exposée à Paris à la galerie Bing puis à la Société nationale des beaux-arts en 1896. Agrandie en 1898, elle donna lieu, comme les trois autres, à une transposition en pierre (achevée en mai 1907). Les quatre reliefs ont été mis en place sur le monument en 1930. Entre-temps, sur la suggestion de Kessler, une autre série avait été réalisée pour le monument élevé en 1911 à Iéna par Henry Van de Velde pour le physicien et opticien Ernst Abbe.

3 Outre les quatre reliefs, le monument devait comporter quatre grandes figures de travailleurs (réalisées entre 1893 et 1904), Le Semeur couronnant l’ensemble. La première version de cette figure, exposée à la galerie Bing en 1896, puis à la Société nationale des beaux-arts en 1898, a été fondue en bronze pour le Jardin botanique de Bruxelles. Entre 1902 et 1904, Meunier la reprit sous une forme un peu différente pour le monument. Le monument lui-même a fait l’objet de nombreuses maquettes, dont quatre ont été exécutées par Victor Horta. Réalisé de façon provisoire en 1909 pour l’exposition posthume consacrée à Meunier, il ne sera définitivement mis en place qu’en 1930 à Laeken, après un concours d’architectes.

1 [Berlin, 19 juin 1898, dimanche] Voir 9 novembre 1897.

1 [Berlin, 20 octobre 1898] Entre 1899 et 1903, Van de Velde a réalisé plusieurs peignes en or et en écaille de tortue, dont l’un se trouve au British Museum (Henry Van de Velde, Werkverzeichnis, établi par Thomas Föhl et Antje Neumann, Klassik Stiftung Weimar, vol. 1, Metallkunst, E. A. Seemann, Leipzig, 2009, p. 44).

1 [Berlin, 24 octobre 1898, lundi] Stimulé par sa rencontre avec le milieu néo-impressionniste, Kessler organisa une exposition des amis de Signac, présentée du 22 octobre au 3 décembre 1898 à la galerie Keller & Reiner.

2 Il s’agit probablement de l’ambassadeur de France, qui était alors Emmanuel Henri Victurnien de Noailles.

3 Paul Signac, « Französische Kunst. Neoimpressionismus », Pan, IV, no 1, 1898, p. 55-62, extrait du manuscrit De Delacroix au Néo-Impressionnisme.

1 [Berlin, 5 novembre 1898, samedi] La pièce Fuhrmann Henschel de Gerhart Hauptmann a été créée le 5 novembre au Deutsches Theater, sous la direction d’Otto Brahm.

2 L’exposition Max Liebermann – Edgar Degas – Constantin Meunier, du 1er novembre au 3 décembre 1898, fut la première manifestation organisée par la galerie Cassirer.

3 Le déclin du nombre des abonnés à 650 devait entraîner un déficit commercial de plus en plus important et de fréquents retards de parution dus à la fatigue du rédacteur Cäsar Flaischlen. Il s’ensuivit bientôt des interrogations sur l’avenir de la revue. Celle-ci cessa de paraître en 1900. Paul Cassirer ne la relancera qu’en 1910, sous une forme profondément remaniée.

4 Heinrich Abeken, Ein schlichtes Leben in bewegter Zeit. Aus Briefen zusammengestellt (Une vie simple dans une époque mouvementée), Berlin, E. Mittler, 2e édition, 1898.

1 [Berlin, 20 décembre 1898] Le projet n’aboutira pas, mais l’éditeur Samuel Fischer restera en relation suivie avec Kessler.

1 [Berlin, 22 décembre 1898] Georges Lemmen s’est très tôt distingué dans le domaine spécifique du dessin de caractères d’imprimerie. Dès 1895, Bing s’est attaché ses services pour la création de la ligne graphique de sa galerie L’Art nouveau. Lorsqu’il installe en 1898 à Paris les bureaux de la rédaction de sa revue L’Art décoratif, puis l’année suivante sa propre galerie, La Maison moderne, Meier-Graefe s’adresse à lui pour des travaux graphiques de même nature.

1 [Leipzig, 1er août 1899] Arnold Böcklin a réalisé plusieurs versions de L’Île des morts, dont la cinquième et dernière, datée de 1886, est encore aujourd’hui exposée à Leipzig, au Museum der bildenden Künste. La Nouvelle Salomé de Max Klinger (1893, Leipzig, Museum der bildenden Künste), en marbre blanc, repose sur un cube massif de marbre foncé, que le sculpteur a ajouté en 1895.

2 Voir 1er novembre 1894 et 8 mars 1896.

3 Klinger a fait plusieurs esquisses de peintures murales pour l’escalier du Museum der bildenden Künste de Leipzig, qui n’ont cependant jamais été réalisées.

4 Neue Salome, 1893, Leipzig, Museum der bildenden Künste.

5 Voir 1er novembre 1894.

6 Plâtre d’après la sculpture de Michel-Ange (1501–1504, Florence, Académie des beaux-arts).

1 [Berlin, 10 mars 1900] Devant un public d’une quarantaine de personnes, Van de Velde a donné plusieurs conférences qui ont été publiées en novembre de la même année dans un volume intitulé Die Renaissance im modernen Kunstgewerbe (Berlin, Paul Cassirer, 1901).

2 Cosima dirigeait le Festival de Bayreuth depuis 1883. Kessler s’y est rendu à plusieurs reprises à partir de l’été 1898.

1 [Berlin, 13 mars 1900, mardi] Siegfried et Eva Wagner.

1 [Paris, 5 juillet 1900, jeudi] Rodin avait acquis en décembre 1895 la villa des Brillants à Meudon. C’était là qu’il vivait, tout en conservant ses ateliers principaux au Dépôt des marbres.

1 [Paris, 8 juillet 1900] Exposition universelle et internationale de Paris, 15 avril – 12 novembre 1900.

2 L’Exposition centennale de l’art français, qui réunissait des œuvres conçues entre 1800 et 1899, se tenait au Grand Palais.

3 L’Exposition rétrospective des arts français des origines à nos jours ne présentait que du mobilier et des objets d’art.

4 Ces tapisseries flamandes des xve et xvie siècles, exécutées à la demande de Marguerite d’Autriche, de Charles Quint et de Philippe II, étaient présentées au rez-de-chaussée du Pavillon royal espagnol construit sur la rive gauche de la Seine. Le clou de l’exposition était la suite de la Conquête de Tunis par Charles Quint, tissée dans l’atelier de Guillermo Pannemaker à Bruxelles d’après les cartons de Juan Vermayen.

5 Grâce à l’entremise de Hayashi Tadamasa, de nombreuses feuilles furent prêtées par des collectionneurs japonais et des temples. L’empereur lui-même accepta qu’on expose certaines de ses estampes les plus rares. L’ensemble fut présenté dans une construction de style japonais, érigée dans les jardins du Trocadéro.

6 Guillaume II avait envoyé à l’Exposition universelle une grande partie de la collection des peintures françaises de Frédéric II, comportant un nombre considérable d’œuvres de Watteau, Lancret, etc., conservées à la Bildergalerie du château de Sans Souci à Potsdam.

7 Le Pavillon anglais, construit sur l’esplanade du quai des Nations par l’architecte Edwin Lutyens, copiait Kingston House, à Bradford-on-Avon.

8 Les pavillons du ministère des Colonies et ceux des Colonies et Protectorats français étaient réunis sur la colline du Trocadéro.

9 Présentées dans la classe 87 (Industries chimiques).

10 Lampe électrique à filament métallique inventée entre 1865 et 1898 par le physicien allemand Walther Hermann Nernst. Huit cents ampoules décoraient la façade du pavillon de l’entreprise A.E.G.

11 Kessler s’élève ici contre l’avis général qui faisait de l’Exposition universelle de 1889 la référence, tant dans son contenu que dans son organisation.

1 [Paris, 14 juillet 1900] 130 faubourg Saint-Honoré.

2 Corrida de toros à Eibar (1899, Malaga, musée Thyssen-Bornemisza), montré à l’Exposition décennale de l’Exposition universelle.

1 [Bruxelles, 29 juillet 1900] 59, rue de l’Abbaye, selon le livret du Salon de la Société nationale des beaux-arts de 1901.

2 Meunier avait modifié l’architecture de son Monument au travail, les statues et reliefs étant désormais disposés en demi-cercle.

3 À la fin de l’année 1899, Van de Velde a reçu de Paul Otlet la commande de deux villas à Westwende. En mai 1900, Karl Ernst Osthaus lui a confié l’aménagement du musée Folkwang à Essen.

4 En avril 1900, à l’occasion de l’exposition de la Krefelder Stadthalle, Sonderausstellung moderner, nach Künstlerentwürfen ausgeführter Damenkleider, est publié un album préfacé par Maria Van de Velde.

1 [Weimar, 26 août 1900, dimanche] Le philosophe était décédé le 25 août après une longue maladie. L’inhumation eut lieu le 27 août 1900, à Röcken.

1 [Weimar, 27 août 1900] Le peintre Curt Stoeving avait publié, dans le troisième numéro de la revue Pan en 1895, un portrait en couleurs du philosophe malade (Pan, I, no 3, septembre, octobre, novembre 1895, p. 7).

2 Stoeving, n’ayant pas l’habitude de réaliser de tels masques, ne put mener à bien la commande, et Elisabeth Förster-Nietzsche chargea Max Klinger de reprendre le travail.

1 [Berlin, 2 septembre 1900] Le premier Pergamonmuseum a été construit entre 1897 et 1899 sur les plans de Fritz Wolff. Il a été officiellement inauguré par Guillaume II en 1901. Kessler a donc eu accès au musée avant qu’il ne soit ouvert.

2 L’archéologue Hans Schrader, alors responsable des collections antiques aux musées de Berlin, avait exploré avec Theodor Wiegand l’Asie Mineure et avait fait paraître en 1899 un ouvrage de référence sur le temple de Pergame.

1 [Berlin, 6 septembre 1900, jeudi] Hermann Hirschwald, propriétaire du Hohenzollern Kaufhaus, magasin d’ameublement de luxe dans la Leipziger Strasse, proposa de racheter la société de Van de Velde pour 60 000 marks. Van de Velde devait recevoir un salaire mensuel de 1 000 marks, soit le double des émoluments qu’il percevra à Weimar. Ces sommes n’ayant jamais été versées, il recourut à un avocat pour se dégager de Hirschwald, qui prétendait avoir acquis le droit de se servir de son nom.

2 La sculpture a disparu.

3 Les Dialogues de Maître Eckhart avec sœur Catherine de Strasbourg, récit apocryphe publié pour la première fois en 1857 par le philologue Franz Pfeiffer. Sans l’intervention de Maître Eckhart, sœur Catherine de Strasbourg, saisie d’une vision spirituelle, aurait été enterrée vivante.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable