Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Journal

 | 
Comte Harry Kessler

Journal

1895–1897

Texte intégral

Berlin, 20 janvier 1895

  • 1 [Berlin, 20 janvier 1895] Kessler avait sans doute le projet de demander à Hugo Höppener, dit Fidu (...)
  • 2 Le peintre norvégien Edvard Munch résidait depuis février 1894 au 23 Englische Strasse, à Charlott (...)

1[…] Après le déjeuner avec Bodenhausen chez Munch et Fidus1. Munch habite à Charlottenburg, dans un logement d’étudiant au quatrième étage2. Il a vidé le salon et l’utilise comme atelier. À travers deux fenêtres sans rideaux, la pâle lumière d’hiver tombe sur de grandes peintures bariolées pas finies qui sont appuyées contre les murs tout autour. Un âcre mélange d’effluves de térébenthine et de fumée de cigarette vous monte au nez. Munch est encore jeune, mais il a déjà l’air usé par la vie, fatigué et affamé, aussi bien au sens spirituel que physique. Il nous accueille dans une robe de chambre passablement élimée, il porte noué autour du cou un foulard écossais à carreaux bleus et verts. Il était extrêmement heureux quand je lui ai donné 60 marks pour quelques gravures. […]

Berlin, 9 février 1895

  • 1 [Berlin, 9 février 1895] Hotel Stadt Köln, 47 Mittelstrasse.

2[…] Ensuite chez Munch, que Bodenhausen m’a demandé de soutenir. Il vit à présent dans un hôtel de la Mittelstrasse1 et me dit être souffrant. Il m’a montré quelques nouvelles gravures, qui sont encore une fois de piètre valeur quant à leur exécution. Retour chez moi, une lettre de Meier-Graefe, qui me demande de l’argent pour Przybyszewski. Il y a une certaine ironie à ce que je doive par-dessus le marché apporter mon soutien à deux artistes dont les œuvres me sont au fond aussi peu sympathiques que celles de Przybyszewski et de Munch. […]

Leipzig, 3 mars 1895

  • 1 [Leipzig, 3 mars 1895] Selon l’article de M. Springer dans Die Künst für alle du 1er janvier 1895, (...)

3[…] Reparti le soir pour Berlin. Au Kunstverein, une exposition d’eaux-fortes et de gravures sur bois françaises, avec quelques Allemands1. Techniquement, les Français nous sont de beaucoup supérieurs. Vallotton, Redon, Besnard. L’impressionnisme tient également sa justification de la façon dont nous considérons désormais les œuvres d’art. Quand l’artiste sait qu’on n’accordera qu’un bref coup d’œil à son œuvre, il lui faut évidemment tenter d’exprimer sa pensée avec une économie et une intensité telles qu’on puisse même le comprendre en trente secondes. Cela explique peut-être aussi pourquoi l’impressionnisme a d’abord triomphé dans les dessins de la presse satirique : Forain.

Berlin, 11 avril 1895

  • 1 [Berlin, 11 avril 1895] Edvard Munch, Harry Graf Kessler I, 1895. Il existe deux états de cette li (...)
  • 2 Non repéré. Ce groupe ne fait pas partie des nombreuses fontes d’œuvres de jeunesse de l’artiste c (...)
  • 3 Gustav Vigeland, La Danse, 1893, bronze, acquis par Kessler en 1895 et non localisé aujourd’hui. L (...)

4Tournée des artistes. En premier lieu chez Sattler, puis chez Munch, pour qui j’ai posé pour une lithographie1. Il occupe maintenant deux chambres à l’hôtel de la Mittelstrasse, mais ses affaires et ses tableaux sont, à ce qu’il me dit, tous sous saisie. Il n’a pas arrêté de causer ou de me faire parler en dessinant. Je crois qu’un bon portrait doit toujours représenter le visage au repos, mais il est essentiel pour l’artiste au travail de voir le visage de son modèle sous tous ses aspects possibles, afin de discerner l’importance des lignes et des plis qui ne sont que faiblement indiqués ou à peine visibles au repos et qui font pourtant le caractère de la tête, c’est-à-dire les points auxquels l’imagination du spectateur s’attache pour se figurer la personne en mouvement. Les mouvements du visage pendant la séance de peinture ont pour l’artiste la même importance que, pour le naturaliste, l’observation de son objet d’étude à travers un verre grossissant. Vigeland habite le même hôtel garni que Munch, dans la chambre voisine. Je suis entré chez lui avec Munch. Vigeland est un homme de taille moyenne, large d’épaules, plein de vigueur juvénile. Tous ses membres sont robustes et ramassés. Sur une main, il s’est fait tatouer deux grandes lettres bleues, comme un matelot. Au-dessus du cou sans longueur est posée une tête solide, large et rectangulaire qui présente, surtout dans sa partie supérieure, une ressemblance frappante avec celle de Richard Wagner. Le teint du visage est sain et frais. Au menton pousse une maigre barbe blond clair. Sur une commode recouverte de l’habituel napperon d’hôtel au crochet, trois petits groupes en argile. L’un d’eux, un homme en train de se battre avec une femme couchée à terre2, tout à fait splendide. J’ai été surpris de constater que ces groupes sont de si petite taille. D’après les photographies que Przybyszewski m’en avait montrées, je croyais qu’ils étaient au moins grandeur nature. Vigeland ne parle pas un mot d’allemand, mais même avec Munch, il n’a pas échangé dix phrases, seulement le strict nécessaire. Il est plus que taciturne. Ce n’est qu’au moment où je lui ai passé commande d’un tirage en bronze du groupe de la danse qu’un furtif sourire de joie a illuminé ses yeux3. Sinon, il est resté le sérieux en personne. Au reste, sa joie était d’autant plus honorable et remarquable que pour la statue, les 200 marks de frais de fonte inclus, il ne demandait que 350 marks (!), que j’ai ensuite augmentés à 400. Il part après-demain pour Florence, essentiellement pour étudier Donatello. Des photographies d’œuvres de Donatello jonchaient d’ailleurs la table. Je crois qu’avec son génie et la prodigieuse énergie de son corps et de sa volonté, Vigeland comptera un jour parmi les tout grands. […]

Berlin – Oberau, 13 avril 1895, samedi

5La matinée chez Munch, toujours pour ma lithographie. Pendant la séance, une énergique jeune employée de magasin est arrivée avec un commis et a emporté le chevalet à cause de 25 marks de dette. Toute l’opération a duré deux minutes et avait quelque chose de naturel. Munch a d’abord tenté de prendre la chose au comique, en faisant une remarque sur l’énergie de la jolie jeune personne, et a continué de travailler en posant la pierre devant lui sur une chaise en rotin. Mais il est demeuré ensuite assez silencieux et mélancolique. Mais jusqu’à ce que je lui donne de l’argent, il n’a même pas fait mine de vouloir m’en soutirer ou quoi que ce soit d’approchant. […]

Potsdam, 10 mai 1895

6À midi à Berlin chez Munch, où j’ai posé deux heures pour ma lithographie. Il se plaint de ce que je n’ai jamais deux fois la même apparence, surtout les yeux. Alors qu’il a dessiné mes deux lithographies directement sur la pierre, il a adopté à présent pour son cycle de l’amour le conseil que Sattler lui a récemment donné lors d’une conversation à l’hôtel des Quatre Saisons, celui de travailler sur papier et de reporter ensuite son dessin sur la pierre. Il me dit souffrir de nouveau gravement de son rhumatisme. Ensuite chez Hess, où j’ai acheté différents papiers pour des essais de tirage que j’ai envoyés à Munch. […]

Paris, 31 mai 1895

  • 1 [Paris, 31 mai 1895] Salon de la Société nationale des beaux-arts, 15 mai – 30 juin 1895.

7À l’exposition du Champ-de-Mars1. […]

Paris, 1er juin 1895

  • 1 [Paris, 1er juin 1895] Salon de la Société des artistes français, 1er mai – 30 juin 1895.
  • 2 Jules Chaplain y exposait un Cadre de médailles (no 3583). Kessler projetait de lui commander un p (...)
  • 3 Albert Besnard exposait cinq de ses œuvres à la Société nationale des beaux-arts : no 107, Port d’ (...)
  • 4 En 1891, le Salon de la Société nationale des beaux-arts présentait une innovation de première imp (...)
  • 5 No 632, Lever de lune (marine).
  • 6 Thaulow y exposait sept œuvres, sous les nos 1191 à 1197 : Rivière d’Argues [sic] en mars (Oslo, B (...)
  • 7 Edelfelt y présentait sept œuvres, sous les nos 460 à 466 : Chagrin (1894, Helsinki, Ateneum Taide (...)
  • 8 No 805, Vieux Pêcheur traversant les dunes (Zandvort, Hollande) (1894, Suisse, collection particul (...)
  • 9 No 667, Un travailleur de la mer ; no 668, Un prolétaire.
  • 10 No 712, Le Jugement de Pâris (voir 28 décembre 1894) ; no 713, La Crucifixion du Christ (1890, Lei (...)
  • 11 No 25, Buste d’enfant, bronze : portrait de Mlle C. C.-M… ; no 26, Étude d’enfant, marbre ; no 27, (...)
  • 12 No 5, Projet d’un monument aux morts. Il s’agit du modèle en plâtre du Monument aux morts dont Alb (...)
  • 13 Dans le cadre du Salon de la Société nationale des beaux-arts était présentée une Exposition des œ (...)
  • 14 No 100, La Pensée, marbre (1895, Paris, musée d’Orsay) et no 101, Buste d’Octave Mirbeau, marbre ( (...)
  • 15 Voir 1er novembre 1894.
  • 16 Voir 28 décembre 1894.

8Visites d’expositions. L’exposition des Champs-Élysées presque totalement inintéressante1. Parmi les milliers de pièces présentées, à peine une douzaine d’œuvres qui valent la peine d’être vues. Seules sortent du lot les médailles de Chaplain2. Au Champ-de-Mars, on se sent immédiatement dans une tout autre atmosphère, on est passé de la marchandise industrielle à l’œuvre d’art. Mais ici encore, ce ne sont pas les Français qui ont fait les meilleures choses en peinture, mais les Français d’adoption. Les premiers exposent beaucoup de bons tableaux, mais peu d’œuvres éminentes, à l’exception des Besnard3. Les domaines où ils produisent aujourd’hui des choses vraiment originales sont la gravure (plus spécialement tout ce qui frise la caricature), la sculpture et l’artisanat d’art (la céramique)4. Le plus beau tableau de l’exposition est peut-être une mer au clair de lune de Harrison5. Jamais encore je n’avais vu, rendue de pareille façon, la grande solitude qu’on ressent par une belle nuit quand, penché au-dessus de la proue du bateau, on regarde la lumière d’argent s’étendre à la surface de la mer jusqu’à l’horizon lointain. On sent tout à la vue de ce tableau, l’air chaud de la nuit, la respiration régulière des longues vagues, le grand silence mystérieux qui est pour l’oreille l’équivalent de la nuit pour l’œil. Par quel miracle Harrison a-t-il fait entrer cette atmosphère dans ces quelques lignes et nuances de couleur ? C’est vraiment un élément qu’on voit représenté ici, quelque chose de grand et de merveilleux, alors que les marines d’Achenbach ou même de Mesdag sont toujours des « tableaux de genre ». Ils peignent les vagues et les nuages comme Vautier ou Defregger leurs Tyroliens ou leurs Souabes. Il se passe toujours quelque chose, une tempête ou un coucher de soleil ou un coup de vent, la mer en tant que telle leur est au fond ennuyeuse. Harrison au contraire nous fait voir la mer comme Millet ses paysans, ils ont tous les deux quelque chose d’éternel dans ces représentations. Devant ces œuvres, on pourrait penser, malgré leur modernité, à Homère. À part Harrison émergent Thaulow6, Edelfelt7, celui-ci avec quelques admirables paysages de neige glacés, Liebermann, avec son vieux Hollandais dans les dunes8, Israëls9, en bref uniquement des étrangers. Le Jugement de Pâris et la Crucifixion de Klinger10 sont mal accrochés, ils manquent de lumière, la Crucifixion en outre si haut sous le plafond qu’on la voit à peine. Parmi les œuvres de sculpture, deux excellentes têtes d’enfant de Dampt11, un monument aux morts de Bartholomé12, où bien des choses sont d’une beauté tout à fait extraordinaire, une exposition d’ensemble de Carriès13, quelques beaux bustes isolés. Sur les deux Rodin14, il me déplaît que le sculpteur ait laissé en l’état de grandes parties des blocs de marbre non équarris, on pense tout de suite à Michel-Ange et ce que Rodin obtient par ce biais en matière d’ombres et de reflets pour ses têtes est amplement contrebalancé par l’impression d’affèterie. La Cassandre15 de Klinger a souffert de la pluie, elle a l’air sale et crottée et son effet a disparu16. Il n’a vraiment pas de chance, il est peut-être le plus grand de tous les artistes qui exposent ici et pas une seule de ses œuvres ne parvient à son juste effet. […]

Paris, 4 juin 1895

  • 1 [Paris, 4 juin 1895] Décor réalisé en plusieurs temps (de 1884–1885 à 1894). Kessler fait sans dou (...)
  • 2 Plafond du salon des Sciences du nouvel Hôtel de Ville de Paris, réalisé entre 1905 et 1913 et int (...)
  • 3 Voir 1er juin 1895.
  • 4 Refusant le qualificatif de symboliste, Puvis de Chavannes voulait inscrire son œuvre de décorateu (...)

9[…] Ensuite à l’École de pharmacie, à la Sorbonne et à l’Hôtel de Ville. Les fresques de Besnard à l’École de pharmacie ont beaucoup pâli, on doit franchement les considérer désormais comme fâcheuses, même si l’on peut deviner la magie passée de leurs paysages préhistoriques1. Ses peintures au plafond de l’Hôtel de Ville2 sont en revanche un génial bouillonnement de couleurs, bien que je préfère tout de même son petit paysage du Champ-de-Mars3. Puvis de Chavannes a sans aucun doute beaucoup d’affinités avec ce qu’on appelle la peinture académique4. Ce qui le distingue, c’est sa façon instinctive, géniale, de faire concorder les grandes lignes calmes de son dessin, c’est-à-dire de son paysage, en un rythme véritablement architectonique, et, toutes pâles et froides qu’elles puissent être, l’harmonie néanmoins subtile de ses teintes. Ces deux aspects en font le peintre décoratif désigné, comme presque aucun autre ne l’a jamais été. Ses peintures flottent telles de douces mélodies, à peine perceptibles et cependant calmantes et apaisantes, entre les masses plus lourdes et plus strictes de l’architecture. Elles n’entrent pas en conflit avec celles-ci, comme les fresques plus colorées et plus importunes d’autres maîtres, mais elles s’y associent pour créer une symphonie d’ensemble où les piliers et les poutres représentent les basses plus solennelles et plus graves, tandis que, avec leurs lignes et leurs motifs de couleur, les peintures résonnent, plus légères et cependant tenues au-dessus de cet accompagnement, comme des mélodies assourdies, un andante d’une mélancolique douceur.

Paris, 8 juin 1895, samedi

  • 1 [Paris, 8 juin 1895, samedi] Cette exposition qui s’est tenue du 10 au 31 mai 1895 soulignait la p (...)
  • 2 Un des spectacles de la danseuse américaine Loïe Fuller, que Kessler avait déjà vue sur scène en 1 (...)
  • 3 Ces deux œuvres de Monet sont probablement Les Glaçons (1893, États-Unis, collection particulière) (...)

10À l’exposition Monet chez Durand-Ruel1. Une quarantaine de grands paysages. Souvent le même paysage représenté sous divers éclairages. Un même porche de cathédrale à lui seul une vingtaine de fois et toujours avec des effets de couleur différents qui s’enracinent cependant tous dans la réalité. Pour chaque version, on peut donner avec exactitude, si l’on réfléchit un peu, la position du soleil et l’état du ciel. La série entière comparable, dans la richesse et la magie de ses couleurs, à une représentation de la Danse serpentine2. Mais les perles de l’exposition me semblent être deux paysages fluviaux en hiver, ou plus exactement le même paysage fluvial vu deux jours d’hiver, le fleuve complètement gelé une première fois et à moitié dégagé l’autre jour3. C’est en particulier celui où un léger brouillard de givre blanc emplit l’atmosphère qui est peut-être la chose la plus accomplie que j’aie jamais vue pour ce qui est de la délicatesse du dégradé des différentes valeurs d’un même ton. Tout est blanc et en même temps d’une clarté et d’un accord qui sont à peine croyables. Un tour de force et pourtant un chef-d’œuvre artistique.

Paris, 15 juin 1895, samedi

  • 1 [Paris, 15 juin 1895, samedi] Il s’agit de la galerie Vollard, qui était située au 37, rue Laffitt (...)
  • 2 Berthe Morisot, qui avait épousé en 1874 Eugène Manet, le frère d’Édouard. Le portrait mentionné e (...)
  • 3 Probablement le Portrait de Mme Manet à Bellevue (1880, collection particulière).
  • 4 Il s’agit probablement du chien griffon Minnay, « peint en vingt minutes, d’après le chien de Mlle (...)

11Trouvé par hasard rue Laffitte, chez un marchand d’art1 où sont exposés des tableaux de Van Gogh, une cinquantaine de dessins originaux, d’aquarelles et de peintures de Manet. Parmi ces dernières, un portrait assez sombre, à la Velázquez, de sa belle-sœur2 et un très beau tableau, peint dans les couleurs les plus vaporeuses, les plus lumineuses, d’une jeune femme avec un grand chapeau de paille3. Frappante aussi une tête de chien4, brossée en quelques coups de pinceau. Le plus intéressant, ce sont les dessins, qui couvrent toute la carrière de Manet, depuis sa sortie de l’école de Couture jusqu’à ses dernières années. Tout d’abord des esquisses faites à Rome, d’après les vieux maîtres, les premières encore hésitantes, puis toutes les lignes jetées avec une incroyable virtuosité. Des copies d’après les stanze, d’après les fresques de Santa Maria Novella, etc. Tout cela à grands traits vigoureux portés comme des attaques de bretteur. Le caractère d’origine est pourtant conservé, on reconnaît tout de suite Raphaël, Ghirlandaio, Andrea del Sarto. Viennent ensuite les types populaires espagnols et parisiens, et à chaque fois, dans la ligne, dans le trait, dans le contour, l’élément caractéristique de tel ou tel individu. Manet conduit à son élève Forain, dont une collection de dessins était également disponible, de ses tout débuts chez Manet jusqu’à aujourd’hui. Je sais maintenant d’où Forain tient son puissant trait de crayon. Il est par ailleurs remarquable que ce génie du contour et de la ligne ait provoqué une révolution justement dans le domaine de la couleur, alors que sa propre palette, en dehors du portrait de femme que j’ai mentionné, est dure et désagréable, les couleurs strictement séparées les unes des autres par des lignes fermes, pas de dégradé dans les teintes. L’impression d’ensemble plus proche de celle d’une mosaïque que de celle d’une peinture.

Londres, 20 juin 1895

  • 1 [Londres, 20 juin 1895] William Morris fonda la Kelmscott Press en 1891 à Hammersmith, sur les bor (...)

12L’après-midi chez William Morris à Kelmscott House, à Hammersmith1. Dans les rues de Hammersmith, pas une seule âme qui sût où se trouvait Kelmscott House et personne non plus ne connaissait le nom de Morris. Après avoir tourné en rond pendant une éternité, j’ai finalement trouvé la maison dans une belle allée plantée d’arbres qui longe la Tamise. Morris a plutôt l’air d’un gentilhomme campagnard que d’un artiste : large, de taille moyenne et solidement bâti, les cheveux et la barbe blancs comme neige autour d’un visage au teint rougi qui respire la santé. Au premier abord, il présente une certaine ressemblance avec Tennyson. Il m’a accueilli dans son cabinet de travail, qui est sans ornement, mais clair et aéré. Par les fenêtres, on aperçoit la Tamise à travers les arbres. Aux murs, des rayonnages en bois de sapin blanc avec une riche collection de gravures anciennes et de manuscrits que Morris sort l’un après l’autre et me montre en faisant des remarques sur l’histoire des arts graphiques. Ensuite, il me fait visiter l’imprimerie. Il n’y est pas du tout question d’ateliers conçus esthétiquement pour les ouvriers et autres fables de même espèce qu’on colporte et auxquelles on croit. Ça ressemble à n’importe quelle autre imprimerie, sauf qu’ici, on emploie uniquement des presses manuelles, il n’y a ni vapeur ni fumée et tout peut donc être maintenu dans une assez grande propreté. Morris fait en somme une impression tout à fait commode, il ne cultive en rien le genre blouse de travail. Les rapports entre lui et ses ouvriers, qui n’ont cessé de venir lui demander conseil à divers propos pendant qu’il me faisait faire la visite, sont exactement ceux qu’on attendrait entre un maître bien élevé et des serviteurs bien instruits. Il n’y a aucune trace d’une volonté socialiste d’égalité de la part des ouvriers – ils s’adressent tous à lui en l’appelant Sir – ou d’une condescendance particulière de la part de Morris. Les ouvriers sont respectueux et lui est aimable et bienveillant à leur égard. Tout cela vous touche de façon extrêmement sympathique. J’ai passé à peu près deux heures chez lui et bien que ce fût la première fois que nous nous rencontrions, je n’ai pas eu un seul instant la sensation de « gêne », comme si souvent chez les artistes continentaux.

Paris, 7 juillet 1895

  • 1 [Paris, 7 juillet 1895] Kessler résidait habituellement au Grand Hôtel, à côté de l’Opéra. Le Café (...)
  • 2 Julius Meier-Graefe avait recruté Henri Albert Haug, critique d’origine alsacienne, comme membre d (...)

13Rencontré Meier-Graefe au Café de la Paix1. Fait la connaissance d’Henri Albert2.

Paris, 10 juillet 1895

  • 1 [Paris, 10 juillet 1895] Dans son numéro d’avril-mai 1895, Pan avait reproduit « Prologue pour Var (...)
  • 2 Eugénie Krantz vivait depuis 1891 avec Verlaine.
  • 3 « Imperious Caesar, dead and turn’d to clay, / Might stop a hole to keep the wind away », William (...)
  • 4 Mademoiselle Mimi Pinson, profil de grisette (1845) est un conte d’Alfred de Musset.
  • 5 En 1884, Verlaine publiait Les Poètes maudits, une étude consacrée notamment à Tristan Corbière, R (...)
  • 6 Verlaine a consacré un poème à la chanson de Gaspard Hauser dans son recueil Sagesse de 1881.

14Chez Verlaine après le déjeuner, à cause de Pan1. Déniché non sans mal son logement dans un pauvre immeuble ouvrier de la rue Saint-Victor, au quatrième étage d’un escalier sentant les chats, le charbon et les langes prolétaires en train de sécher. En passant par une sombre antichambre, où le sens de l’odorat vous laisse penser que les lainages accrochés aux murs entre lesquels on se faufile péniblement sont des sous-vêtements, on avance à tâtons jusqu’à la porte de l’unique chambre qui constitue toute la demeure du plus grand poète de France. Je frappe et j’entre. C’est une vraie chambre d’ouvrier, basse, sombre, misérablement meublée : deux ou trois chaises de paille, un grand lit conjugal, le lit de Verlaine et de son illégitime Mme Verlaine2, une table en bois blanche, qui sert visiblement de bureau, de table de cuisine et de table à manger. Aux murs, des photographies jaunies et des chromos sentimentaux – la galerie d’art de madame. Un grand président Faure en couleurs, qui est collé au plafond, fait comme César dans Hamlet3, « il bouche un trou ». Verlaine est couché dans son lit, tout habillé et des pantoufles aux pieds. Dans un premier temps, il ne se lève d’ailleurs pas. La bizarre tête de Socrate émerge à peine des coussins qui dorment encore en désordre. Ensuite, après quelques excuses et explications – sieste, rhumatisme, chaleur –, Verlaine sort de son lit, enfile une veste et me conduit à la fenêtre pour me montrer les pots de fleurs et les cages qui l’encadrent à la Mimi Pinson4. Le pauvre grand poète semble assez content, malgré sa misère, malgré les douleurs dont il se plaint dans la jambe – il me dit qu’une fois déjà les médecins ont voulu la lui couper. Il me fait l’éloge de ses fleurs de toutes les couleurs, de ses oiseaux, dont les petits lui procurent toutes sortes de joies paternelles, de la vue dont il jouit – une demi-douzaine de platanes dépassant de quelques toits –, de la population de son faubourg, qui chante des chansons si bêtes, si touchantes le soir après le travail, et de sa femme qui s’occupe si fidèlement de lui. Il me répète plusieurs fois, comme s’il lui importait que j’en prenne bonne note et en même temps comme une sorte d’explication et d’excuse préventives : « J’ai là une personne qui me soigne très bien. » Pendant que nous causons penchés à la fenêtre, elle rentre à la maison, une petite personne vieillotte, grasse, aux cheveux noirs frisés, et, sans beaucoup se soucier de ma présence, elle commence à mettre ses groseilles en bocaux. Dans cette occupation, elle ne s’interrompt que pour, après en avoir été priée plusieurs fois, ouvrir l’armoire et en tirer le mouchoir dont le poète a un urgent besoin. Sa relation à Verlaine est plus celle d’une gouvernante que d’une maîtresse, on pourrait dire une relation comme entre un étudiant qui aurait vieilli mais ne serait pas devenu plus avisé et sa vieille grisette. Ils dépendent davantage l’un de l’autre par leurs défauts que par leurs qualités. Les questions d’argent aussi, c’est de toute évidence madame qui y veille, car en faisant les présentations, Verlaine lui explique que je suis mandataire d’une grande revue et que je lui ai fait miroiter de l’argent. Mais c’est justement à cause de ce maternage, de cette supériorité extérieure, que le contraste entre l’épaisse et vulgaire cuisinière et le poète des Fêtes galantes est si mélancolique. Ariel et Caliban n’étaient pas plus différents dans leur nature intime, et ici Ariel doit obéir à Caliban et Caliban rend même un service à Ariel en le dirigeant. De quoi le Pauvre Lélian5, Gaspard Hauser6, le Verlaine de Sagesse et Amour peut bien parler avec cette grosse personne toute pratique ? Beaucoup de choses dans le ton des dernières œuvres de Verlaine s’expliquent peut-être par cette relation. Au reste, il ne paraît guère disposé à écrire de la poésie à la maison. Il me montre une photographie qui le représente assis dans un café en me disant : « Me voilà dans mon cabinet de travail. » Ce qu’il dit est d’ailleurs comme empreint par moments de nostalgie, par exemple la façon dont il déclare, à propos de son Gaspard Hauser : « Oui, j’ai condensé là-dedans beaucoup de ma vie. » Lorsque j’évoque Arthur Rimbaud, une flamme nerveuse me semble frémir dans ses yeux, mais il en parle ensuite avec calme. « Il a eu une grande influence sur moi. – Il m’a fait beaucoup de bien et beaucoup de mal. – Nous sommes partis ensemble, là, à l’aventure – on a dit des choses absurdes, à la Wilde, sur notre compte… » Il m’assure que Rimbaud est mort. Si l’édition de ses poèmes se heurte à des difficultés, c’est parce que la sœur de Rimbaud, une vieille fille, veut mettre sous le boisseau tout ce qui serait susceptible de faire apparaître son frère sous une lumière selon elle trop satanique. « Elle tient à en faire un ange, ce qu’il n’était pas du tout, mais bien un homme, ou plutôt un enfant, de génie », et d’un autre côté elle veut absolument faire accepter des poèmes que Rimbaud a écrits à l’âge de dix ans et qui n’ont aucune valeur littéraire. En faisant référence au vers « J’ai voulu mourir à la guerre », Verlaine raconte avoir effectivement tenté de s’enrôler dans l’armée espagnole lors de la guerre carliste « pour me faire casser la tête quelque part d’un coup de pistolet », il s’est même présenté à cette fin à l’ambassade d’Espagne à Bruxelles, mais on lui a répondu que les Espagnols entendaient livrer leur guerre civile entre eux et n’acceptaient aucun étranger. Au moment de m’en aller, la vieille est toujours là à mettre ses groseilles en bocaux. Il ne saurait guère exister de spectacle plus mélancolique que de voir l’un des plus gracieux et illustres chantres de l’amour trouver son contentement dans cette sobre et vilaine relation amoureuse. Qu’est-ce que l’amour si ceux qui l’ont éprouvé et exprimé de la façon la plus profonde et heureuse se satisfont pour finir d’un mesquin confort de père de famille ? Verlaine, après Goethe et Heine. Il est peut-être bien que nous sachions peu de choses de Shakespeare et de Walther. Ou le rêve suffit-il justement au poète à cause de l’intensité de ce qu’il ressent, et ne cherche-t-il dès lors dans la réalité que la satisfaction de ses besoins matériels ?

Leipzig, 27 octobre 1895

  • 1 [Leipzig, 27 octobre 1895] Brahmsphantasie, Opus XII est une série de quarante et une eaux-fortes (...)
  • 2 Hymne à la vie, composé en 1887 sur un poème de Lou Salomé.
  • 3 Jamais livrée.
  • 4 Ce tableau de 1890, conservé à la Gemäldegalerie de Dresde, a été détruit à la fin de la Seconde G (...)
  • 5 Non repéré.
  • 6 Voir 28 décembre 1894.

15Ce matin avec Bodenhausen chez Klinger, où Kögel nous a ensuite rejoints. Négocié pour obtenir de Klinger qu’il illustre, à la manière de la symphonie de Brahms1, l’hymne de Nietzsche2. Klinger ne m’a répondu ni oui ni non. Il a accepté ensuite ma commande d’une variation3 de la Pietà4. Il se réjouit de pouvoir maintenant la peindre de bout en bout en plein air, dans le nouvel atelier où il s’installe prochainement. Entre autres choses, il nous a montré le modèle en cire pour une petite danseuse5 qui compte parmi les choses les plus splendides créées depuis la Renaissance, une âpre délicatesse des lignes et des formes qu’on n’a pas revue depuis Donatello. Son Christ sur l’Olympe6 a également avancé. À part ça, une quantité de peintures plus petites : essentiellement des marines, tritons, etc. Dans sa conception de la nature, Klinger propose quelque chose d’absolument neuf : les événements humains qu’il représente ne procèdent pas, comme chez Schwind, Böcklin et Thoma, du paysage alentour, dont ils cherchent à incarner de façon anthropomorphique, pourrait-on dire, la teneur climatique, mais ils s’opposent au contraire à cet environnement. Et c’est précisément de cette antinomie qu’il tire son atmosphère : en toile de fond à tout ce qui advient, la nature éternellement sereine, éternellement terrible, éternellement immuable, jouant, dans la grande tragédie de l’histoire de l’humanité, le rôle du chœur antique et dressant à côté de tout désir et de tout désespoir l’étalon de sa souveraineté sans passion. Sont ainsi exprimées d’un seul coup les deux faces du sentiment religieux moderne, tel qu’il se développe grâce à la connaissance élargie de la nature : le Weltschmerz égoïste né du sentiment de l’insignifiance de toute souffrance individuelle par rapport à la grandeur reconnue de plus en plus prodigieuse de l’Univers ; et la joie panthéistique, parce que l’homme apprend toujours plus à se considérer lui-même et son destin comme une parcelle et partie intégrante de ce Tout omnipotent, absolument souverain. C’est justement cela – le fait que Klinger replace les événements dans une perspective religieuse, à la lumière d’un sentiment religieux moderne qui nous est absolument propre, à nous autres, hommes d’aujourd’hui – qui donne à ses œuvres leur puissance d’éveil, c’est cela qui fait qu’elles obligent les cordes les plus profondes de notre être à vibrer de concert comme de majestueux accords. […]

Berlin, 29 octobre 1895

16Tôt ce matin avec Bodenhausen chez un sculpteur et brodeur nommé Obrist. Emploi génial et grandiose des plantes, herbes, etc., à des fins d’ornementation. Obrist est lui-même un homme d’aspect assez insignifiant, joli, dans la trentaine, avec des cheveux déjà légèrement grisonnants, qui s’entend à masquer derrière une étrange timidité une conscience de soi au demeurant légitime. Ce qu’il y a de particulier dans sa façon de travailler, c’est qu’il ne dessine jamais et qu’il se met directement à modeler, conservant ainsi dans ses œuvres le grand et subtil jeu d’ombres et de lumière de la nature. Il est à sa manière l’héritier né de Ph. O. Runge. […]

Berlin, 11 novembre 1895

  • 1 [Berlin, 11 novembre 1895] Un dessin au crayon de Menzel a été reproduit dans Pan, I, no 4, 1985/1 (...)
  • 2 Discours de Frédéric II à ses généraux avant la bataille de Leuthen (1858–1861, Berlin, Alte Natio (...)

17De bonne heure ce matin avec Lichtwark et Bodenhausen chez Menzel. C’est seulement dans cette proximité directe qu’on éprouve vraiment à quel point le vieux grand homme est petit comme un gnome. Quand on se tient devant lui et qu’on lui parle, on ne voit à vrai dire que le gros crâne froid et lustré sous lequel disparaissent, en perspective plongeante, le visage entouré de sa barbe blanche et le corps fluet enveloppé dans une longue blouse croisée de couleur verte. C’est seulement une fois qu’il est assis qu’on peut le regarder en face et les yeux dans les yeux. Il a d’abord parlé en très mauvais termes de Pan, disant qu’il y avait eu là des choses qui ne méritaient même pas le nom de travail bâclé, des choses parfaitement « scandaleuses ». Mais petit à petit, Lichtwark l’a enjôlé et persuadé, jouant avec lui comme le chat avec la souris. Pour finir, lorsqu’on eut amené la conversation sur les hommages qu’on s’apprête à lui témoigner de tout bord pour ses quatre-vingts ans et sur la fête à Sans Souci, il s’est complètement déridé. Après nous avoir raconté par le menu le déroulement des cérémonies de Sans Souci, il nous a même promis des dessins pour le numéro de janvier1. Il revenait sans arrêt aux honneurs qui lui ont été rendus, disant ne pas savoir du tout qu’en penser, que jamais rien de pareil n’avait sans doute été fait à l’égard d’un artiste. Il dit être absolument incapable de répondre à toutes les sollicitations, que le travail ne lui est pas chose facile, comme on croit, que les choses ne sortent pas de son chapeau par magie. Après qu’on eut réglé le côté commercial de la question, il nous a même fait visiter son atelier, un grand espace nu, avec une lumière éclatante et froide. Dans sa grande Bataille de Leuthen2 inachevée, ses « poésies latines » comme il l’appelle, il a demandé à ses assistants de faire disparaître en grattant un visage après l’autre. Il est en train de travailler à une eau-forte, dont il nous a cependant dit qu’elle serait la dernière. Il veut revenir à la lithographie, qui a selon lui de nouveau un avenir devant elle, mais sous une autre forme que dans la première moitié du siècle. – La musique nous a habitués à imposer à l’œuvre d’art de nouvelles exigences qui n’étaient pas ressenties autrefois comme une nécessité. […]

Berlin, 27 novembre 1895

18Chez Liebermann dans son atelier. Il parle de Menzel. M. est en soi un grand artiste, mais au-delà de lui, il n’y a pas d’issue. M. cherche à obtenir la lumière à travers une exécution poussée jusqu’à ses moindres détails. De loin, ses tableaux donnent l’impression que des mouches ont fait partout, alors que lui, Liebermann, s’efforce de faire naître ses effets de lumière au moyen des grands contrastes, des valeurs. Il dit qu’en outre Menzel est complètement encroûté dans ses opinions, d’une vanité sans borne, qu’il évalue tout à l’aune de sa personne : « Il y a vingt ans, j’ai cessé de faire des études en couleurs. On ne peut pas faire d’études en couleurs », etc.

Francfort, 31 décembre 1895

  • 1 [Francfort, 31 décembre 1895] Autoportrait (1880, Dresde, Staatliche Kunstsammlungen, Galerie Neue (...)
  • 2 L’Artiste et son épouse (1887, Hambourg, Kunsthalle).
  • 3 Thoma a séjourné à Florence en 1886. Deux tableaux intitulés Archers sont répertoriés à la date de (...)
  • 4 Le Fils prodigue (1892), qui appartenait à Kessler, a disparu. Il a été reproduit dans Pan, V, no  (...)

19Tôt ce matin chez Thoma. Il habite une petite maison très bourgeoise, un peu excentrée, dans la Wolfgangstrasse. Sa femme a peint les murs de l’escalier avec des fleurs, sinon, jusque dans les tableaux, l’aménagement est celui d’un petit commerçant : faux acajou, cuivre poli, velours lustré à bas prix, papiers peints à fleurs. Au milieu de tout ça, les tableaux, frais et naïfs, sont comme des fleurs dans un salon, ils ne contrastent même pas, mais disparaissent. Avec sa petite silhouette épaisse et son dialecte familier de la Forêt-Noire, le vieux monsieur non plus ne fait pas une impression bien considérable. Le tableau de Dresde est plus vrai que nature1. L’atelier, situé tout en haut sous le toit, n’est pas très grand, mais clair. Il a tout un stock de tableaux, parmi lesquels quelques-uns de première qualité. « Oui, voyez-vous, avant, quand je ne vendais rien, je n’en ai pas moins continué à peindre avec beaucoup d’assiduité, et maintenant j’ai tout ça ici. » Il est en ce moment en train de peindre le cadre d’un double portrait de lui et de sa femme2, des fleurs de couleurs éclatantes. « Je crois que le cadre doit assourdir les couleurs du tableau. Le coloris, la peinture doit être sur le cadre afin que le tableau puisse faire en quelque sorte l’effet de la nature. » Les tableaux religieux ou des Nibelungen qu’on voit ici sont moins bien, comme tout ce qu’il a peint de ce genre. En revanche de beaux nus, notamment un archer, qu’il me dit avoir peint autrefois à Florence3, quand il avait justement de beaux corps à sa disposition, et d’admirables paysages. « Le paysage, je l’ai peint comme ça, sans beaucoup réfléchir, d’après la pure impression, tel qu’il m’apparaissait enfant, quand je jouais dehors. » Ce n’est pas ce qu’on constate en les voyant. Ce ne sont pas, comme la plupart des paysages modernes, des imitations de Constable ou des peintres de Barbizon, qui se sont fait leur sentiment du paysage dans des régions relativement plates et au contact de la forêt. Au contraire, ils sont complètement à côté de cette tradition : un vaste et ondulant pays de collines, l’ombre des nuages qui passent, des prairies et des champs, donc de simples surfaces. La seule parenté qu’il présente, si tant est qu’on veuille le comparer avec quelqu’un, c’est avec Millet, qui lui-même n’a au fond ducoup d’a avec lee chat ave soufouffranca,i de paisage da son cemps cue le tasard ru pieu dù il savércuet que ques tessemblance tout dxtérieure,. De lmn Cils prodigue a class="endnotecall" id="bodyftn55" href="#ftn46">(, bi dit qu’el l tient dour unede ses bmelleurs cableaux, pne de sas œuvres lspan style="text-decoration:underline;">ses plus priginauls. mais auoir été ptnné euand il avait jpprs qu’il etait pendau car e La i’est pout de même sas cuelque chose dour le nrand pobliac». Ml dit quoir abnd nné ee portrait bien queil a t coru voir du tolentopour ce a, earce queon lui padit qu ses porraits v’étaient pas ressenblanct. […]

12Prtisde boune heure cour ceipzig, 2ù ij me seis toutede saite rejnu chz Klinger, Je f’ai prouvé lans son aouvel atelier toutes ne mason tu’il seest pait comstruitrelans son ajrd n au cord desla Paleise. Sl se ble plrticulière ent reavidesla Perriase dour laire desla peindure e nouen plein air, Dans le grande Baeethove, di l’autre pem>Le Fhrist sur l’Olympe< auxuel dl savommence laaujutesr depuis sa dernière.fois que ne l’ai pvu,une improantesprésdele de Louleur vombre at des cvlet latiraux Sl seulpteuen ce moment ene foguer de majbresdour le nadre Sl s a pasroutedens l’arelier oe dans les csale sattendntes les marérieux, doumajbres des prirre sesmi-récisuses, ds etssnces qd boissreaes des podeleges en brgiele etc. Dl me montre unegros cblocqu’il disiegnecomme le cem>Baeethove, Il est elléelui-même n’expraire à cPrto et d’en aévele ea baauxé ensce moucllant On nal’impression qeun claber de Rttant Il eravaillerdéjà lux enquisses four leacagesd’excalier aoumasé e Dans cetscireonstatces il ne pma pas raisse erand espair doncertnnt une panche eour le numéro de moyi d’auûta class="endnotecall" id="bodyftn55" href="#ftn457>1. Il rnese ble plrsnon plus nueil a vientn quoi lue ce fsot deucortrait de lrahms2.

Muich, 28mari 18916/a>

12 Flâna avec lMusch Rchtwr, JÀla Secessitn1. D beaux cSegntinoiet un trbleau de Drès bouegrûtdeun cortaineHauseiset IRjnu cisiterà lLenbach Il rnus a hccueilli sdans son atelier.vombre aomme une ncvec dans le uel dl seint c la lumière dlevctrque, pntre eon puotographi de Loulret une eame qe lraeslu quai au qrésexte"q’étre psilsiestn q(aurtuoi  ?),vouluat asoir dne flttre se reommandetion de sLenbachà Brcklin ce qu’il nui padoutesois qef=ué en piegnlantenueil a oit p Lompt »2, uvec cet détcrs qpeuldo-éalites de ja pere enpèce ,jusqu’ux psls ee janonlsumen facx mabres.Nous sommes plléesensuite mhez un souveau uiche un portaineHrofotssnlrePringsheim,1our loir dne foisetee jhoma.a class="endnotecall" id="bodyftn46" href="#ftn561>3. FP est enstalle de la fême faion due nLenbach sauf quechez lui tout hst elumoins bvritaile. L…]

lorence<,18sup>oro vril-18916/a>

12 …]Ch aiiers ci l’aApdcrlype (ueil aenait sout hustemd’apheveu(. L’auvre dst prandiose dens sa conmosition,et ses occords.chromotique, de coraoyi i,deégarliat, de clemu cel et Cd grise Il a tonté de s’enpliquen le pifficultés,nueil a oit pee, d leprésente les feamme dans le tlein aclatadu sioeinl: « Il y’y a pue l’hgarliat, das d’iutres chuleurs, detc’est avec Ma iueil aautspeindre  » Il eaa pit qvoir dutcrveratle granver de mDüer al y a deulement uuin z jouars

Paris, 725 ai 18956/a>

  • 1 [Laris, 725 ai 18956 (...)
  • 2 o  28mn cbute entprirre ,em>C Prtrait de lM J D]/em> (18925, aris, 7asé ed’iO3 PNsup>o  774 Partrait de lMsseDairy B/em>< arésenté vec leeto  775,em>C Feme entnoirs/em>, /li>
  • 4 Ceinqpantnaux ceur le ndcol de la Fbibliohéue ne lBoson d(o  102918033.
  • 3 Nea ritique dtait punanme Meur lire que le deution dObjts deart deu(...)
  • 2 Vvec srois corraits v(o  6431645.
  • 37/span> Vvec suatre-paysages me la Fésgon de sDiepe g(o  118518188.
  • 38/span> VUnensemble,e noef quvres lésnies eous le toire pem>LAupays de ca frg(o  3291337)

12 Arès la puemière qisiteru Caamps-de-Mar,a class="endnotecall" id="bodyftn56" href="#ftn56">1.rneseubsste eue l’hmpression qeun cbute ee jaene graron de tDapt a class="endnotecall" id="bodyftn56" href="#ftn56">2,et d’un aortrait de lLvecsya class="endnotecall" id="bodyftn56" href="#ftn565>3. Fes Pouisia class="endnotecall" id="bodyftn56" href="#ftn46">(,sont cbaux, pais rien de poef q noue lesdoncertnnt . Énnmment ueu de couveau és,nans les crts gdcol atif a class="endnotecall" id="bodyftn56" href="#ftn46">(5/a>. FA touta, c’est c’étaanger.qui paésdomne escore ene fois c’est --deie par crdre.d’exculle cer: Guthiena class="endnotecall" id="bodyftn56" href="#ftn46" 6, lLvecsy,jhoaulowa class="endnotecall" id="bodyftn56" href="#ftn46" 37/sa> etc. DPrmi les cFanca,i dn souveau iCstte a class="endnotecall" id="bodyftn57" href="#ftn57" 38/s>. F…]

Paris, 126 ai 18956 pairdi/a>

  • 1 [Laris, 726 ai 18956 pairdi (...)
  • 2 PComba de ponthéres /em>< aajbresd18926 Daris, 7asé ed’iOrsay). /li>
  • 3 PNsup>o  1358 PFrse, uDcol atin pourrc’ôtel,de pVlle de Laris,/em>g(estin edu Calon,situé tu Cammes de l’i(...)
  • 24/span> o  1018 Pe Fhrist su Civcerul/em>g(Noent -au -Mare, qFnd de href="#ftn574>(...)
  • 3 NDrant le(...)
  • 4 VFnd dn 1ovembre 18981su C84, b deslRohevchourt dar cRodolhi dSlit ce qcabart qui n énagem ensui(...)
  • <
  • 37/span> Vvist ie lraunt, quaia oit pait leu reaux jouarsdeucoemier t ICat aoirs», eeprnd ’étalblisenbnt u(...)
  • /ul>

    124/span> ux maampss-Élyée a class="endnotecall" id="bodyftn57" href="#ftn571>(. L’ampression qeunsemble,st d’ane tarstes e et s’une madieocité eésorlntes. u milieu de tuoi lne demi-douzaine de phoses nntégessant s : en coumba de ponthéres de pGrder a class="endnotecall" id="bodyftn57" href="#ftn572>2, une tuvre dcol atie d’aenri AMrtis,a class="endnotecall" id="bodyftn47" href="#ftn57">(3/a>, unenoued Hastn ra class="endnotecall" id="bodyftn47" href="#ftn574>(,]on a rrie d peine d la dami-douzaine En rotiqre de louveau xtolento priginaux, pn,emttreit l’rt dranca,i d l’augnie ds l’ontdn 1juem t q’près le s(5/a>. FL lumière tel l eue lMoet da daune ,est en cffet dne consqute dbsolument neufvefour leaceindure t dRenir ee fltlui codenguère dins ses oaysages. …](, lraunt,a class="endnotecall" id="bodyftn47" href="#ftn47">(7/sa> etc. /p>

  • 1 [Laris, 730 ai 18956 psamedi (...)
  • 5 EChorgranhie qe lLoïe Fuler .Voir 28 juin1895]
  • 3 TE cirsnt de toois crtistes c le féramste eranca,i dClment dMssidr, la maîtres3 Le Securc /em> (1ers u8925, ahiladelhie, qPstnsylanit, qBare, cFoudetion .
  • 3 Ne tableau de 1Renir ,Le SMrchende defoume /em> (18920,jho Fhlveulnd iMsenum ofArth),est elepremier te(...)

12 Ls cRenir ehez lDrantd-Rel a class="endnotecall" id="bodyftn47" href="#ftn47">(. D bvais eirabcl dans lehgala de la fouleur veiv. Sl sfaudeit laconte unedjur ceoment u’rt daconsqus sa douleur veivnte, librente et fhendeante,dans la Wumière IRjmrentdt qui est cbsolument soul c san épouue, paus sas grands cFanca,i du siècle.passa eWttenu iLancert DinseuVerapntimn a class="endnotecall" id="bodyftn57" href="#ftn47" 2,et des crts gdcol atif : lMssidr, lTifacny, Koeppinga class="endnotecall" id="bodyftn58" href="#ftn580>(3/sa> etc. DLs paysages meslRenir esoutestn t même placompareson tvec cetx deslMoet Bui sent aiccochas,nans les csale savyi in,. Dais p tout crnd e ts plus pelle ahose dst peut-être bne nmpho escormei qu’il a peint efour lGaleiairda class="endnotecall" id="bodyftn58" href="#ftn58" (,st fhez lui l’ontvoit ,nans les cjoes sroses patrle soimmil, clus avmirablesent encore eue dans lse chat aveableaux, l’amfflx de Calngeous le peiu. LEtensuite mne nem>DMrchende defoume /em> ,tout à lait àtnnnte de ceuleur vt s’ugala a class="endnotecall" id="bodyftn58" href="#ftn58">(5/a>. Il r’exporta sur lersirdepartsacfaciure picureli bien qlus aflxie, Slus vrivnte, lt B écgl etnhantesent de ceuleur earce queol n’y a pien dhez lui ducoup ecé. […]

Lndre s,18sup>oro juin18956/a>

12 …]1. LUe madieocité eoppessant s 2ù iême pds tableaux rn ctuxmême sassez ibts la répssi,sent,sas c se caire dvlonr, DPus s la lNewlGalecsya class="endnotecall" id="bodyftn58" href="#ftn584>2, une tplisait deaecsion,,iême psiles deurners cWtte et dBuner-Joe, ce sont pn aen etculle cs dans leur nenre. EA fond pn,eobervaedu ourd’hui ans ltus le paysala mame saasnomne : le qui aompte pans la preodution drtisteque noest paus enxosé sl y a dejà ln soubre 1effitait v’hstrong>[aaterrs.qui avestn t mtuxmême saherche rles tableaux,dhez luurs soufouffravoise I…]

Berlin, 15 juilet,18956/a>

127/span> ôt ce matin avec BSeidlitzdhez lFlisachln, Guis snsemble,hez Thachudi Il a tfit de lrès geureuse sascquiition, dour leacNgion:ulalerie d l’axosition,et illnn ett d’ailleurs comtente Sl sfai partie ie la fouvellesgénérauion de saut forntion nire squi s’entégessant à q’a Irt dodernes», eomme uSeidlitz,Eoden etc. DEtérieure,mnte il ncopied’ailleurs coden: le sré displmoti teilleursangelisa Il a tsusaemettre sien qvec leexpoerur el se mplist uneque ent de csntdn ourge, jSaltzann, sKöner ,dLucnumssur out .Consertnnt ueacNgion:ulalerie il a det sout h lait sclhment uuielle sn seraivraiment up>orrble oueine eois qu’il es au aivjet de ors.les taois querts gds tableaux, Sa flus gracde dmisre t’est c’em>LApohéiretee jGcllanue le cGand /em> (artsKeler,a class="endnotecall" id="bodyftn58" href="#ftn585>1. Il rdt l’roir dutj propos edu x7asé eset partlments da promvvcerle plus peaecsi pais rersonnen’en aeut EA feste, ia fogociuion doncertnnt u’rcquiition,ie la fem>PFeme e sa doile ten/em> (e lZorna class="endnotecall" id="bodyftn58" href="#ftn486 2,ett cerancérieteque ne l’espoerur et de santdn ourge,: lhachudile deegnla d l’attendion,ie laexpoerur esrequeoil’espoerur ee tiit punmoment ,dLucnumssroit,qvoir dentimle neun ci sv t mttdet sout haut : « IAlots lbn,,inus an pouvois qund iême sas cpheve unedareil nableaux que ldsait ae.pabliacs’en etait pcritslà -essiou : lAcquiipatrleuta :?» Iais p’espoerur e’intenrompttdens sa cdmonitrasion,in peu eongue : « IM for oui ,le peisonnenasien q’ai rde louvs résente lon desrière uour lue lspan style="text-decoration:underline;">nauvs/span> (!)lui dn,nsos un sclystre tmis peur lc que le gabliacse direadens sa cbêtse, ul n’yst paint lécessiare que lnus anos en psuci,ons, das crai dhachudi:?» IEtle tableau p été rpheve.

Muich, 16 juilet,18956 je udi/a>

  • 1 [LMuich, 16 juilet,18956 je udi oro juin  Lin qctobre cem>Lunsts-Assie /em> a cref="#ftn48">(...)
  • 2 JSus le po  193mttd114,de compt nLeposld ois Kalckrutheqnploait eem>Arch-en-cel /em> (1Muich, eue (...)
  • 5 TFanczStaucketait présenteavec des x7uvres l(o  3741375),Le SMrvais Constience d/em> 1ers u8926 jMsenu(...)
  • 2 o  328d l331) parmi lesquels qn aortrait de lem>LSmnDEtull /em> a cref="#ftn490>(...)
  • 3 Nea em>DMüshentr pJarefs-Assiellongedois Knstswerks auler Ngion:s aim königl. Gassaslate e8956/am> ( oit p (...)
  • 26/span> Ne te épudesetait pnxosé eeous le to  356ou d357 (vec uneCivrerou dvec uneCpstoiet,) parmi lutdn v (...)
  • <
  • 37/span> V’AréritcineHT.IAute n Brownqnploait eoixpeintures p(o  72177)dont ilus iurs utrait : o  73,LM /em> a cref="#ftn49">(...)
  • 28/span> VUn exosition,eéseropective pui dtait ponsacrée nans le tadre do la fem>PMüshentr pJarefs-Assiellonge/am> (128/span> ux mxiosition, .Secessitn(3/a>,st fa ber"er a class="endnotecall" id="bodyftn49" href="#ftn590>(,snt copendant dfnd du style=de lfore que ne mvis ouei l’égpti : ds chuleurs,qui aolquest, des peux,eui abrile css’une molqré rmyteque nouqui scntitle css puiurs,qstantque iux ceupllo savire se sasnormiement llargie s,la convvndion,ie la pere enpèce EA fGassaslatea class="endnotecall" id="bodyftn49" href="#ftn59">(5/a>, u’hmpression qeunsemble,st déravoible, j pei qré comme uans les csale sabrlineoses deel’axosition,ee lrrlineou dvx maampss-Élyée mais il e a de revanche dne demi-douzaine deiuvre stout à lait àtmne t s : ees x7tudes ee majis de CLeib a class="endnotecall" id="bodyftn49" href="#ftn59">(, llus iurs utrait deiAute n Browna class="endnotecall" id="bodyftn49" href="#ftn59">(7/a>, desx ou daois qbts lhoma.a class="endnotecall" id="bodyftn49" href="#ftn594>(8/sa> etc. D…]

  • 1 [Laris, 726 sltimbre 18956 psamedi (...)
  • /ul>

    12Tôt ce matin c l’aArtlouveau a class="endnotecall" id="bodyftn49" href="#ftn595>1. IBigedegporenle deérielié dde artistes codernes,en brgs gdcol atif En ronsaéueste de fueoi il a deûsaemettre sui-même n la lfabitciion,et iux pcomandees

13hez LMuich Il rtt d’aiord dt iuant eout un s soufoude lfeme s Il rdt lraiment uelque chose de poef qur la fspan style="text-decoration:underline;">nemme. mlors que l’iutres ,Jlinger natrlexeples,sn seav t mamais présente lue le dassion.deel’aspan style="text-decoration:underline;">nomme,aspan>. mour lobjtsie la qelle pn dend nsuite mne neisonnenftmnene doure lonvvndion,nlle En rsmme, oe saAle mnds cnecommendnnt,sas cl femme<,iême pe plotem pll mnds cneclacompandnnt,sas sauf qeut-être bGoete et lWaner

NewlYork,18sup>oro ovembre 18956/a>

131/span>Tôt ce matin chez TClarksa class="endnotecall" id="bodyftn49" href="#ftn49">(1/sa> eù ijai pvude claux,dInes a class="endnotecall" id="bodyftn49" href="#ftn49" 2, uans arucn doubt le gaus gracdetlysageste eaéritcineHprès lWhither das cussii typque ent daéritcineHue lhoma at dBcklin sont ptypque ent dal mnds ,mTuner at donstable ongelisact dMilet,1etlMoet dranca,i Ilnluetce l ses mdcbt fatrlonstable Guis sar le plintres de Barbizon,et paur finir,sar le pÉcosiarset partlMoet Il rtt dopendant doujours pusolument sui-même nt Be qui ast peut-être baus uans aaire deslanière IClarksBst pn driginaulet un triginaulearfaitement symptihque.

NewlYork,13 ovembre 18956/a>

  • 1 [LNewlYork,13 ovembre 18956
  • 3 L’AEfant,à l’égpe /em>, di l861, (dmnDErwis Davi en b1889). /li>
  • 3 Pem>LUn eaene gfeme entn8616/em>, distcussii em>Le SFeme eu punromue t/em>, di l8616 (dmnDErwis Davi en b1889)./li>

132/span>Tôt ce matin caumasé ea class="endnotecall" id="bodyftn49" href="#ftn49">(. DQe ques très boueveableaux, lmis pinon,unedicroyble obaza, a ccochasn’yiporta seoment Sl s a pn outre Meaucoup de roduit nntdstriel deel’acole=de larbizon, FL lunrl do la falerie dst eleprrtrait deun craron dartlMret a class="endnotecall" id="bodyftn49" href="#ftn499 2, ue menlleursaableau de 1ui due ne lcn nirse.,1ncore eoire ent incluetce lartlVelázue z Be qui ae fltldimneuepn aen mais diane tauta,spriginaulié dans s’augste ent des culeurs. OLunsant,n constue lnir eient dans lse cbrs une iracde dgpe dont ilacoindure brun-risepensdjusqu’à senro. sgis,s.uans les czoe, ce phoir, DLafaion ddnt copdgis,et se lnir et se lbrun-risep’apcords t mttds madangent est cneque LUeautre fMret dussii une tfeme entnrse dur lfnd dgis,a class="endnotecall" id="bodyftn410" href="#ftn510" (3/sa> e’aoccupat deun aunromue tdgis, lu styupefiat duvrige da srisepr neis, 7ains biau doutesois que le graron D…]

Paris, 74 juin18957/a>

  • 1 [Laris, 74 juin18957 (...)
  • 2 o  978 Pe FLareagai /em> (18927 dTuleuse<, Capioiet)et nasup>o  969 Partrait de lPirre L /em> a cref="#ftn410">(...)
  • <
  • 3 PWlli am-Adolhi dBougueraux qo  228 PComassion. !/em> (18927 daris, 7asé ed’iOrsay) ;qo  229 PBes ser de /em> a cref="#ftn410">(...)
  • 24/span> o  203 Partrait de lM Jse phlrrltand, mi l’aAcadmoi eranca,i /em> (18927) ;qo  204 PAigl /em> a cref="#ftn4104>(...)
  • 3 NNsup>o  730 PFite mntnÉgypte/em> (18927 daris, 7rthprecium,sv t du c15 ari 12012 qo  3) ;qo  731 PEtrée,de leem> a cref="#ftn410">(...)
  • 4 VNsup>o  529 PLs pFuérauile sae rPate ur/em> (18927 dpheve.sar lealire cion,ee slrrux -Ags geur le nasé ednitda href="#ftn510">(...)
  • <
  • 37/span> VProbblemréflgeste dux,d Iracde mauchie, ce pWrness», eire ciur re q’aAcadmoi ees reaux -rts de lada href="#ftn510">(...)
  • 28/span> VAlbratlGosilienablant ae ceoir dne fadialle de Ldux ime dlass= d l’assue.deel’axosition,ee l8927 da href="#ftn510">(...)
  • 59/span> VNsup>o  627,Le STnteiion,ee lsist uAntomn (18927 daris, 7Ptit cPslas .
  • 310/span> VNsup>o  1593 PConioei le pmffligé /em> (18927.
  • 31 (...)
  • /ul>

    13 D louveau cau(. L’axosition,eeuMeaucoup dtopoen brgs. Mme ne qui ast pains badieoci n’a ppocha sas ce lou bmelleurs cMuichis qoulrrlineis : eLare s, dem>Pe FLareagai /em> a class="endnotecall" id="bodyftn4102"cref="#ftn410">(, uorcteabite Grès bdcol atif sais dSeegner rDeu de genre.de phoses oe salint aen ias grandss crorms codt agneres oe saubre les nuages t’est clus pelauchez Thoma.,plus vrai ,peus ventim. La re s,n’est cepare de la fprésenteaion,eeuMaste eaisage da sollines,comme uaun auroblme ,elumoiye de sa Srison, ulors que lhoma a sessin ne qui asetait coreué ans aéflexon,eens son aœiloe dans lon coœu ,de lorte lu’il a pon,ueulement ursorluelepreoblme ans asen aaunrceoir sais du’il a p nné en outre Mne tauurnre imniv idelle p sa dorluion, euelque chose deene neofotsson,ee lor oeisonnele. Le loni-dtait vhezf ce lfil du cviil nrtidnt cbarbuclla l sui ameux moeux : eBouguerauxa class="endnotecall" id="bodyftn4103"cref="#ftn410">(3/a>,sa srignt sues tns en porte a,ineBui sent acené scprésente lsnt t cl Fhrist se dsnt t cne nem>DJene gflle duedétfndant dontraelÉro /em>  (!) ;qBn nita class="endnotecall" id="bodyftn4104"cref="#ftn4104>(,sneCivère dclegnlt malqisusesent de cliuiloueine aiglep’apppote d deévoreret uneprrtrait datope ent dtrteh de laapcadmoiiencSrrltand, ;qGgeôe une nfite mntnÉgypteet dne etrée,d dJgeusiemea class="endnotecall" id="bodyftn4105"cref="#ftn410">(5/a>, uont ilacpae tenurge ea bues ton qeutre benmame nemps csiem,plâl et sisordsnt s ;qDeeilleua class="endnotecall" id="bodyftn4106"href="#ftn510">(6/a>,sneCnte rsent de cPate urBui sriaiies, oarlle deoeinnié ddesa conneption evec lee chezf -’iuvre de pWrnessa class="endnotecall" id="bodyftn4107"href="#ftn510">(7/a>. Fes Poune sphoses oue ques taysages meslGosiliena class="endnotecall" id="bodyftn4108"href="#ftn510">(8/a>, unensist uAntomn etc. ,disporaissant dans lc sairass DL teus vntégessant de lrubt leaxosition,,ce fson leu reijox deslLalque a class="endnotecall" id="bodyftn4111"href="#ftn511">(1.r(20, re lhogeèse)

Paris, 17 juin18957/a>

  • 1 [Laris, 77 juin18957 (...)
  • <
  • 3 PMonumnt à qVito1r Hugo/em>< arlâre a(o  125) ;qem>LSmne da sleem> a cref="#ftn411">(...)
  • 2 PPirre ouisida sCamvnnes jui etait clsprésideno de ce tenuecié é ,n’a ait jpre ss tu cne tuvre d qa cref="#ftn4114>(...)
  • 34/span> VNsup>o  251 Phrist sensroitx/em> (18927 daris, 7asé ed’iOrsay)./li>

134/span> Pur leacdux ime dois qu Caamps-de-Mar,a class="endnotecall" id="bodyftn511">href="#ftn511">(. Lhez LRo n a class="endnotecall" id="bodyftn5113"cref="#ftn411">(, uouisia class="endnotecall" id="bodyftn5114>cref="#ftn4114>(3/a>,st fCarière a class="endnotecall" id="bodyftn5115"cref="#ftn4115"(, ba Percheque ilacpus gracdeose ,non pls cusneun ciene ncritsue que neur ait d’apppond e tais domme uoiye deaxoession qeun imde,de ll feormsdxtrme ent ueusonnele. LCest co qui aeus lmanquepn aAle mnge ,eond e le numdomre ciuent u(ar eilospan style="text-decoration:underline;">pexost,aspan>.se dissin dne ustems= dfnd dur les rage qpeyhosphyionlogque, dauta,sent desexrmn e,et simmublemsde cliuilotsie la badmore qeormsll du cpectiterrs)et nenmame nemps cd faion dussii mniv idelle pquepatrlexeplesunedarsages Lhez Leus ,ltus le pumssuot duvsien qvcadmoiue, duvsien qomplesent.lait sde lraecsi p’est --deie pe rrs chiro glyphs uont in donmend à q lrgue

  • 1 [Laris, 712 juin18957 (...)
  • 5 EL Féspueaion,eeucoup ichstes eucosoufoudtcéue nAlfueveMuoarn’egp irmsdvec leeup ich lcn çu entn8694qa cref="#ftn411">(...)
  • 23/span> EL Feotribuion de sLalque n qam>Paan/em>,sn seyst paaslonceéseté e
  • /ul>

    13 C matin chez Tleajoilleer tLalque a class="endnotecall" id="bodyftn4118"href="#ftn5118>1. Il raa pccueilli ,e(!!),cd faion d’aiord dassanlement maut ,ine,jusqu’à sc que lj 1ui dfss= dopendant donmend r uoinpaint le qve epus glasre,mnt Dais pans lse canière lranporaiî sout h lait l sollige.deelWorheqn de lMm pVlro Bui se mpliî s q ssan le piuch sse,et se pVndssrbiltaaire dntincaumore Il a tfnoieatrlm neofettre sue ques tauertele saue lnus aeur asos uprduite a class="endnotecall" id="bodyftn512" href="#ftn5120>3. F…]

  • 1 [Laris, 722qctobre l8927 dsamedi 3 Le SPrta sesleeEnfr,euvre dompmndee plralealireqa cref="#ftn412">(...)
  • 43/span> ECer ,ineent su cbute eépiies.sn b1892catrloamlle dClaudel FL luemière qfmten (aris, 7asé edRo n ) da href="#ftn512">(...)
  • <
  • 34/span> VSeon dl jouaraulite eaéritcineHTrumnd W.larbte te,LeeEnfrcatrlAnda href="#ftn512">(...)
  • /ul>

    139/span> Dns la patin edcez LRo n ,iù ij durs pvntufeeurès -midi earce queol n’y oit ppa,pn ore ereçule toiige da sem>PVito1r Hugoleem> ueol naa peofesia class="endnotecall" id="bodyftn5124>cref="#ftn4124>(. L latin il aaa preçulans sne brub.de phoumoreuoilet,nné de ceuleur vlemueavec descgrusse,etach sde lrlâre .qPstdntenue lnus attenddsos un aeineHe granver il a deéblle drubt la cbouteqe : dintoubreblemsdgrusps re lrlâre de lralle dpus goumoins brandss arsuesltus lssue qducoind nmpgeinaie pe Dlti,a class="endnotecall" id="bodyftn5125"cref="#ftn412">(, ucer ,in aopl ddsd st deiutres arsueslans aaormsdoir unedœilotaanger.,jusqu’à sc queil a ttre dvore dttendion,isr lc queil a pvuleuaaire ,patrlexeplesue peitie épudese’une mgrussetfeme ene ,bdnt ilstourp pst p Ibau comme un gvas dntinqe :» Dans leantenrval est cbrrie du sodele une tongue efeme ebrun entnculsttede ceyclste eueiseyst pésoabitel de rière dn aunti partav t mttdent il aaa pant ece r ,ine qunlié arhyioues tui ametaitnt incisitlems Il rfai pne nmpression qounhmme, oais diemoins benmains brniale Be qui aeut lire que louscmde, doncertnnt u’apppaeste detérieure,qducrni fson lévsd ment.lais s s eais li tremier tentsmne deeCnteaiîe tauuouarsdeiutres a sa doitte Il raa pmotréecu cbute eueine ecève a tfit de lluia class="endnotecall" id="bodyftn5126"href="#ftn512">(3/sa> eoderléddesaion drès gessanmbllti, rès gustemmttdême ntculle cs tais domtruveéduantic san nortsson,,uuielle stre dducot édducrni ,lc que leaiosste de feuleur ve la bsculpsue qravoiseed’ailleurs : le sloins parupère lord e, dd bruse, jvec lee chilsclend dlasre la genndtetach é ,ntc. ,de mvindnnt,sas cgênesu’hmpression queil afit .Iais p’eiosste de feesdlecents dt s iue ques tatres ,Jd mame sue leaiccntsuiion,ee lel,du dal detaitlassez iei qisitlemun aeait roduits t unenout hutre fffet due leluuidesleahmme ueéel FLorsue lj 1ui daidesmndeeqund il naxrmn eait daPartr sesleeEnfr,elln’est cplist ue poe ruver naisonnenue neusse e’ai de, DLafpusrrtides caene rtistes careatnt iracdeo[ IOntfit de sphoses dtopoeiffigestt sputror ve lain.:»/strong> [ IJai peomente ltopoei phoses  !:»/strong> LeeEnfrce Dlti,a pnuilacpus gracdeeincluetce dur lui EA re ois cl nar oitlant aoujours puec ln texepleaie pe em>LeeEnfrcns sa cpcha a class="endnotecall" id="bodyftn5127"href="#ftn512">(4/a>. Lhncertnnt u frésenteaion,eeelse cuvres ui rdt l’y im lue le fstrong>[lesn aair/strong> ,la Wumière aoumjur cv tnt de lrubt lrrti das cclle pquiptubr uauenmaut eomme uans ltuste les csale sadaxosition,eeiutourd’hui Sl semble,ueil afraivegpnd r u l’atvnt rda cprtiscipaion,e l’axosition,ee Caamps-de-Mar,s’une mao nftciion,deel’acoeaieges L…]

Lndre s,128qctobre l8927 dvnd r di/a>

  • 1 [LLndre s,128qctobre l8927 dvnd r di
  • 3 (...)
  • 23/span> ECnneueeous le tLho FMidday Re t/em>, ddie ussii em>LDray Hors /em> ,te tenuuvre de p186211863ast putsormda href="#ftn5130>(...)
  • 3 (...)
  • 2 Nem>LHmpsstead Heath, with te ehuse< all"edp ITi dSlit Box:»/sm> (1ers u891911820) ft hofetr à q lTte dGaleaa href="#ftn513">(...)
  • <
  • 3 VDi tableaux deslMtlants pppaeendatnt iutj p q lTte dGalecsysn b1897,bdnt iem>Lho FYeomnd of te eGuirdaem> a cref="#ftn413">(...)
  • 27/span> VAucn dortrait de lNewmnd atrlWtte enapppaeient d la lNgion:ul38/span> Nem>LHensysEdwrdepMannige/am> (18872, Lndre s,1Ngion:ul

140/span> Àla lNgion:ulhref="#ftn512">(,,st fHmpsstead Heathda sCnstable a class="endnotecall" id="bodyftn513">href="#ftn513">(5/a>.fson leu rdux tariomhiaerrs(6/a>.:?c lC qui ast preauruanbl n la lartrait dGalecsy t’est ca jutanosition,ee utrait de lNewmnda class="endnotecall" id="bodyftn5134>cref="#ftn4134>(7/sa>et sepMannige/ class="endnotecall" id="bodyftn5135"cref="#ftn413" P8/a>, atrlWtte ear entvoit eu puemier tregrdep’hrtimnooi ees rdux terancér st des ccorant ,nueil scprésenteatnt L lanr segprtidour lBruxlles

Bruxlles , 30qctobre l8927/a>

  • 1 [LBruxlles , 30qctobre l8927 (...)
  • <
  • 3 JIln’egei deu Blosentwerfem>L,/am> (l luemière qépiiesaion,eeucoHensysVa,deelVeld une tvtlande ptyle=dArtlouvaa href="#ftn513">(...)
  • 23/span> ELs c Icomandees» Iassa sputcosoufoudt des sinaiur vlelg jGeogeosELsment utratnt iur layorneent saa href="#ftn513">(...)
  • 5 (...)
  • 2 NDtaitlaa sem>PTriptyue ne l Feotfrrieune lSant e-Anen lLovaisn/am> (18509, Bruxlles , asé eseoybx desslada href="#ftn5140>(...)
  • 36/span> NDtaitlaa sem>PReable oe laapdoriion,deel’aAgn auemyteque /am> (18426,dGad, mcahéideli bSant -Bavon.
  • 37/span> VŒvre dgrecue neuospan style="tfnt -variat :smll"-caps;">iv/span> sup>or/eup>o sèrce p v J.-C.glnneueeatrles ccopieseom,ine q(aris, 7asé eddulLovare.
  • 38/span> NRflgeste d la lcsanoiue,cpliteque nat hoposmrtph ees rspan style="tfnt -variat :smll"-caps;">vii/span> sup>or/eup>o span style="tfnt -variat :smll"-caps;">vi/span> sup>or/eup>o sèrce sp v J.-C.,iù iee chrancérieda href="#ftn514">(...)
  • 29/span> VPur lRo n ,ilorsue llon lregrde de Ldosdu sodele asses, atrle rs,c Ie deelhus tenuduldosdueiseyamda href="#ftn5144>(...)
  • 310/span> VLePartrait de la lfamlle de LHeplimn q(nn,eené ,dBruxlles , asé eseoybx desslarux -Ags geslBelgiqda href="#ftn514">(...)
  • /ul>

    14 Srtridesloune geureuuour lmler dcez LVa,deelVeld uais il est à lrrlinea class="endnotecall" id="bodyftn5136"href="#ftn5136>(. LJuli uais nhref="#ftn513">(,xvii/span> sup>or/eup>odt deuospan style="tfnt -variat :smll"-caps;">xviii/span> sup>or/eup>odsèrce p lrgch sse LJ durs ussii lle dcez LLsmenta class="endnotecall" id="bodyftn4138"href="#ftn513">(3/sa> einpare qv tnt de lmur s aons la pnut bais il easien qvuleuapond e le spcomandees< Esuite mans les casé eset p l’axosition,eee Tervuerata class="endnotecall" id="bodyftn413">href="#ftn513">(4/a>.: a Pete de lsist =dAnen l’augoni dur ll Mentsy a class="endnotecall" id="bodyftn414" href="#ftn5140>(5/a>,6/a>,ett cnenout hutre fn ea de Kaauce rftmnene due llon ea d Icass=nqe :» bais illesgessanmblepeut-être b l’as ea dgrec (cf.l’aAphopdie e lSyancus a class="endnotecall" id="bodyftn514">href="#ftn514">(7/sa>et scer ,in avas deiAphopdie a class="endnotecall" id="bodyftn5143"cref="#ftn414">(8/a>, n brggie oe laatoiue ilacpus gjbhenïue ,bvec lee cnrgane brnitbx dt se pmameon s,iù ieetourp pftmnenedend ’ailleurs commeire,mnt l feormsdeen cvas d(st -c que le genre.de pvas dexost,elumoasculin ??)). Aec lee ces xglegn, dd bomtror ve la bcruspsneusselti,at deuovnteaeqoire ent isitlanto,ellesgessanmblepraiment eomme uat dRo n a class="endnotecall" id="bodyftn5144>cref="#ftn4144>(9/s>, u ln aurcoeux mvas mfai paur leachose dlacpus gmervelleure dur le rs,c’axsant,humine D lLeys =lMtlants,jitlcen’yst pue lMtlants st ce ore emelleurs,1ncore epus gabite D lD lNgv z Bue ljai pvudutourd’hui paur leacuemière qfms, lu sortrait de lfamlle a class="endnotecall" id="bodyftn5145"cref="#ftn414">(10/sa>jui evut lrsueslGyb

(Bruxlles , 31qctobre l8927/a>

14 …](rrline,18sup>oro ovembre 18957/a>

  • 1 [LBrline,15 ovembre 18957 (...)
  • 5 EArnolddBcklin ,détfndaud la lcors,1tait clonbjtsie lritsque, daujours plus vrve pd le dasrtde dueda href="#ftn514">(...)
  • /ul>

    144/span> …]href="#ftn514">(,strong>[.:»/strong> [ ICest cosisile Gais dj n’a imamais éssii pvir due que chose de pien qar leun.:»/strong> [ Isuant e:»/strong> [iccnts/strong>

(Brline,18 ovembre 18957 uaundi/a>

14 Dnné e deînr dcez LPhilippVAlbrecht: Menei ,jVa,deelVeld uTschudi eVito1r Mutzenbeherc, CurtlHerrmndn,,: strong>[ ICluan été rne eeslc ssdleurs,qui svus lfnt aoubt sue laaexost,te deen cÊeaeqsupeieureae.lbn,.lCarij durs pst ltos gesligiex, lmmsamurs,1e lcros pe dDeu lmmsnrtidst cn crtidesligiex, LJ dtâha seutre bhumine » I IHumine:»/strong> [ IJai pté rfanho.sar le r ,ine q ttrudes tui ameot,sasrudblle s DLà,pe gdcaitlaaon lrubtpsgesstevegpnd /span> ,tui aaunneclacotecj ptubtpsgesste DAors qc gdcaitl-là, [ INn,,damais  !!VPur lmi ulstourp ps he tvte ent so qfmteeueine,he tvte ent soit atr q’axortsson,eeucourp LUeecviil lstoulsttede ceéblrdrrs unensibo le qv rir, coest cbaux qoest crès boaux qmmsamurs. Aec leenemps ccluan prs qlâm ld ueluuidui seadorta qoest chumine DMist =nlti ter ,ineent sue cpur lar oitlae,Bomme uelua,1l afit hne mgrcdeeiur,toueseeucou epur lonmend r ,aeur mseeond e lonmet,.Iais pl afit hpppond e ccluan’aiord uvent de leomente rp sfaie pesÓuvres jeur msonlueouemlonmet,.:»/strong> < lC fson leu rsculpsue ce cPrthéini,ue lrubtpspcoea,sent dclle pd lhogé eduiil aanmblepadmiresuegaus a class="endnotecall" id="bodyftn515">href="#ftn515">(3/a>. Istrong>[ IVoil sui ast cbaux qvoil sui ast chumine:! /p>

  • 1 [LBrline,19 ovembre 18957 umlrdi (...)
  • 2 ECnstabtimnPe FBûhercon/em>, dbconze LUeiutre ffxepleaie pe c tenutabtueueu ruve,elumosé edCoda href="#ftn5154>(...)
  • /ul>

    146/span> lanr cez LKelae,Be dRine r,iù iMenei linaugrant dntdnosition,a class="endnotecall" id="bodyftn5153"cref="#ftn415">(. LJai ppheve.sem>Pe FBûhercon/em>, di tremier toiige a class="endnotecall" id="bodyftn5154>cref="#ftn4154>(2/a>. LJai pnorim.smmsnrdmiriion,eaur le naderlge da sdos: strong>[ IOun t’est cii bau ca, lu seo oe aaendes comoleats dsou la prau LJ dfrais davoingtqfms, lcet dfns, laaslu,edosdiffigestt oe aame neo oj de tmen aass= lamais . < lSr lBaryest fCarrau x: strong>[ ICarrau xn été rnegracdetrtiste eais lBarye,deun tst csexrnll Bl n’y ppaeient daasl la lFancc uais d l’ahuminié ,dmmsamurs. Cest ce remier tui aapuis sls dAssyrestsdnt dait l sfitv,.ICarils dGrec la rleot,sas pfit ,l sfitv,.IQnd il pe dfmteeun,ll eas’ai rs’en cunti pch mal essin .:»/strong> /p>

147/span> Rjas ccez LCurtlHerrmndn: Menei ,jKoepping,jVa,deelVeld uLieer"mndn,[ IJeae faitssas smmsamurs,1nedjuurij dm durs bperçulue ljanorim itssmeux mon amaeeneuurBe dl jetaasseltinans ld le dglass queoe dl jes sinato,ellnaa pesrudsculpsuealoe dj e’ai afit .IE paus pvus lsgv z Bjai pommente larlle deculpsue .:»/strong> [ ICest cue dans lm baene ss ue deculpsue ,ccez Leus ,ltait cmrtre,jlcadmoiue,,dsntdi due dans la pranturesdl aydsvai pnecmuveaents,meslGrox ,dBraekneuer/strong> strong>[…LJ dtr oitlant ccez Lu,ee “racdes”deculpsurs,/etrong> a class="endnotecall" id="bodyftn5155"cref="#ftn415">(1/a>,strong>[aoumomps ,quaia oit pes cmunumnt sur ll sgleac sspublque s eais lui ae faest camais oubt dueil aydsvit eue que chose dcez Lmi DAors qllnaa panmbl.smelleursde lfaie pe a prantures.IE paus ,dpus gtlrd< lj dm durs maei ltos gaene g ,ll easfll"upomtrinu ,jaur lgnge rda cvie LJaivis éssii pm nfaie pn coomBomme uosoufou,dsntdi due domme uoculpsursnout hutant dté r precomente r.Iais pjai passa frubt lne ecoiue ie la bvenc srêv ,j noeoien daire ,pans sne bespc da sév ,uauabl"ucinaion, t’est caors qeofbnlement mue llon ees ims cuvres j dgr"m.sn bmi DE paus pesuite ,n lLovaisn/atrong> a class="endnotecall" id="bodyftn5156"href="#ftn515">(,strong>[,deidant ddixgns da pté rnegar oitldaoarbn ,djetaitsarubtpseul Blà, < lArès le creas sboutlanto iefocusson,,ue louveau pur lBcklin .mVa,deelVeld pat : strong>[ ICest cn crrcdetmsttuurBe dpge , lu sracdetlvocatur Be qui aei dmanquep’est ca rantures.Il me memble,ueil anetait,sas pncessiare queolln’esorim sensrleurs,,queil a uait doutequssii ien qandesvnt rdlitégeatur .:»/strong> [ INn,,dmmsamurs,1oen’yst paaslu,eosoufou.peiut/span> as pfite peshoses donme ua, lu sosoufousn fspan style="text-decoration:underline;">poit /span> as pe c tenuaion ,iue queen cui soit elacoturelbonme ua,cnece racamais u,eosoufou.:»/strong> /p>

/a>,siv class="textaIomtAculsi>Aracdeor/sa>ja hesl="nofnleow"class="tiomtOrig"href="#docadnnxe/mpges/10914/mpg-1.jpg">Orginaalo(jpeg,j337k <

  • 1 [LBrline,187 ovembre 18957 umrchr di (...)
  • 2 ECnstabtimnPVeux mCheva de Kmmn , 8890 dbconze LUeifxepleaie pe c tenutculpsue qeu ruve,ea href="#ftn515">(...)
  • 53/span> Eem>Paom1taheesleivé,/am> (ssueeeucoyce pd lranver si l em>PdBrahmsphnt gamu/em> , 8894
  • 3 Paom1taheesleivé/em> quaia’yst paus gea href="#ftn5160>(...)
  • 3 NIln’egei deofbnlement me ls fem>PVéos aanadym1n q(1885,lrrline dNgion:ulgae ri ),dlecentspe a pdcol ea href="#ftn516">(...)
  • 26/span> NRos fSuherc, é dHusezlbeck,ccento ussd l’aOpeinde prrline d oit peébbt dn b1886f lBayriuth./li>

148/span> Invié dMenei ,jVa,deelVeld aeitNoseitze deéaene cez LAlbrecht LJai peradui paur lM.l’httisce pd lRosenhugsta class="endnotecall" id="bodyftn515">href="#ftn5157>(. Il rn aaeur outehpppocoe re spreauruaesdur linpem>PVeux mCheva de Kmmn a class="endnotecall" id="bodyftn5158"href="#ftn515">(2/a>. Istrong>[ Iais pl aaa poen qenmes, lcetghmme -là, (e,ueu ruara,t mvnrsjVa,deelVeld )strong>[,duicdetjei pa, la,Byast Bjai pm pfiger .:»/strong> Paom1taheesleivé/em> qd ulinger a class="endnotecall" id="bodyftn515">href="#ftn515">(3/sa> eaon lMenei laur outehlou re caisonnege dacoHercule,caors queil a pruveéduaela Wumière atubrit imal,e l’axtecsi,ur llacamab derot seslPru1tahee Be qui a’yst paasle tcbsi uoinpsuei s aurcarantoie p sc tenuranver a class="endnotecall" id="bodyftn516" href="#ftn5160>(4/a>. LVa,deelVeld aruve,ee lrevanha sstrong>[ Iinfec e:»/strong> PVéos /em> qd ulinger dnosi edcez LGurlita class="endnotecall" id="bodyftn5161"href="#ftn516">(5/a>. L lanr seîn dcez Lu sBBodenhuussn:   nouveau cMenei ,jNoseitz,jVa,deelVeld aeitTercmow LJai prphormpaga.sn uite mMenei l piedjusquedcez Lli Sl s pté ranvipe a pprésenteaion,ee Cem>PRige/am> (tsie lrle.qducem>PTritabt/am> ( la qelle pnus atvn slsses,t dn emble,samedi ernei Sl sruve,ee lortieculie llacSuherca class="endnotecall" id="bodyftn516">href="#ftn516">>6/a>,estrong>[ Irdmirile Gaervelleure  !:»/strong>

(rrline d20 ovembre 18957/a>

  • 1 [LBrline,120 ovembre 18957 (...)
  • 2 EGrâc,elumcapita dfuaraisar lEer"hlrd149/span> Menei lt uVa,deelVeld asot,sas a pmsqvnr ceehppès -midideur lm nfaie peurs,qudiex, LJ durs srtridn uite mvec dex dt sj durs ble dvec dVa,deelVeld pcez LPächtr a class="endnotecall" id="bodyftn5163"cref="#ftn416">(.,Cain qd tmen tretnt rduec leuidesleatpectiloinanhiu neun léelntul det1tege entspe Va,deelVeld p prrlinea class="endnotecall" id="bodyftn5164>cref="#ftn4164>(2/a>. Ll rfaudrai pneccapita dd p150 000 arrks.VPur llantteato,eoutehtt ce ore ee,ueusanse D lVa,deelVeld pat due llontvdcolvreera1nedjuurie r ,ine qloi doncertnnt u’affet dtt hetoueseee qlegn, dt due lse chs=oceaion,sdesleegn, doulcele sae s Japn:ui pserot maors qjustnft uontdi due doele sae reaucoup de eurs,qimieaiurs co sésvlvrot maudomtrire vdcnue, s isnse /p>

150/span> Déaene dcez Lu sBSpitzeber"g L lanr somtdui pVa,deelVeld aeitMenei du pNord-Eortss.Iaenei lauuouarsdens sa cviil lstoap p scarraux dgri ps hamunesjent il aemble,isé aranle, /p>

15 …] (Brline,126 ovembre 18957/a> 15 …] (rrline,185vdcombre 18957/a>
  • 1 [LBrline,185vdcombre 18957 PArnolddBcklin /am> (clecbran leu r70 ns aitcosoufoudaest crenea href="#ftn516">(...)
  • /ul>

    153/span> Àlaenosition,eBcklin / class="endnotecall" id="bodyftn5165"cref="#ftn4165>(. ISuivipon,slvoluion,.VLanttuffsigcc uecahnoueseeyaccocha s deunjusquedans lse coépiion, cl sglus gabste LJ dcros pue le gétfit he lrr ,ine qlnneassagcc sdlecentsare sf ppaeaîrilauuouarsdonme une toltr seechrancériestoueseeelrubt la pranturesdromndtouesemrsope tn eais li,ueen aahormoderna,lomme un dla pfit de lcer ,in amanque psmiante sdcez Lu sBorimtiofsdgrec ps hita ie s,itcde grni ,lund il nexost,, roduitr patlgr frubtfon,sefet dusquedur laycoiue iulsrieuree /p>

  • 1 [Laris, 728vdcombre 18957

15 L pattin edcez LLucm Ll rvt douteqenmaut epMoetmaeer ,re lCo out,pans sneplog entspesglus gmié rile a class="endnotecall" id="bodyftn5166"href="#ftn5166>(. LDex deitie cpèrcs , aot u’aun

(aris, 729vdcombre 18957/a>

  • 1 [Laris, 729vdcombre 18957 (...)
  • /ul>

    15 Dsloune geureuucez LSegnac,iuei abitu une tmison,scol ees iaion dasfaiteem t mttdroduigiexesent daronce,pans snepfux dsyle=dVa,deelVeld ure lFon ,ine,lni,ulnrele qcez Leus a class="endnotecall" id="bodyftn516">href="#ftn5167>(. ISiljan ajug datrlon,s ppaeiem t mttdon,s elier. ul eas’ai rs’etr qrgch .NIln’est paiul peeertoarufignaulfl nasl Feotecsiiion,ettmey caotréecs sBar oix durcarantoie cpur lneplire dù il net =ndlidmoufourdqu sCnstable ,lD lacros dt sRuskinp vaent deéa pooesant sead heoismapontuileist .iS ulaents,mD lacros dtsanyitepn ore ededeint e puec ln datleet lenportaltinaus g’une mcinund ,inele qculeurs, pmdannge/span> untue ent me sshuleurs,ql sglus gpocha , laarlexeplesul soug duec leonrnger laaslvec leeglemu,il atvte mvin ial sgstrong>[ Itn sloure x:»/strong> Il rat atr qcer ,inpue lMoet ietpPssagrrotnt até rfire ent isuimul , atrlCnstable aeitTara r,queol stnt avusd lLndre s endant de dguerr,.lDns ls cpèrcs , aedblle sépudes de lS ura . Segnacieyaccocha ,maudomtrire vd lLucmietpe Pitiejean,q la latnère apontuileist S…]

(aris, 730vdcombre 18957/a>

156/span> Cepattinue louveau pcez LPitiejean,qù ij durs pst lrsuesles xgeureu, [ Il me memble,ue l’est cne tac da sév rs,,qrès beffigestt eeucesstevesslFanca,i n ctos ganhoocha edesslGrec .:»/strong> pqeulié s/span> ueol nst ppocha ae rPuvts Gl n’yst paaslnme uLeo / class="endnotecall" id="bodyftn5168"href="#ftn5168>1.lnepexigeraiursdeeslatnèriesm sae rPuvts.ll me mat dueil a dmireqcer s reauxoup dPuvts Gais luiil anest paaslnnacent g’une minflu,te deirecseq(l est àtève aee Cubndel) Il rnsare qne mgrcdeeicomandeeldcol ative,Cain qd tpurvir dexcobt sunme uPuvts Gstrong>[ IsunsBaruv rleu rmrs :»/strong> , aedspan style="text-decoration:underline;">pgrcdees/span> onmosition,slsublqe , ans leesltn sllus gcoll esnt uneeplmière alus gmn entcentspvibran ,ue lPuvts.ll me macon ,uean a1888, ans lem>Pe FTr oitl/em>, diestuei s auur lneprodjess iasueslue ljai ppheve. a class="endnotecall" id="bodyftn516">href="#ftn516">(, ul eassymboies duaciupeieoisé ddes’apudespe a poturelbur laycudesplire sqe etncaotrnt une tf em quipt=ndlne tfeuurBles xgemme slevan leurs,qeux,ee eursplire dt due lui ques tané pus gtlrduPuvts Gans arvir dien qet =ndutleagieqacenmmnt lestuei s ae Pitiejeanq(l e Feoteassagi paur lrvir dté r’aundeeslambre aitcjury),qa uioies dnxact ent me dame nsymboi a class="endnotecall" id="bodyftn517" href="#ftn5170>(3/a>. Ll rcezche ist =nltit sa gétfiie ppnti p pett de la latnère apontuileist ,dais lans arevnt rdu xcviix modanngesle qculeurs,,tui aaunnet me ssstrong>[ Itn sloure x:»/strong> ee cans aren qsacrnfte ve la blminoiié dvibran ,i l Feoueurs Lstrong>[ ILecpontuileism mey ce ttoy me ssyex, lmitssmist =nltitj dvoudraistmen aétfiie qoest crophloud ua,Bcuspsne spaies c slanttpiriion,.:»/strong> < lCez LVoelad a class="endnotecall" id="bodyftn5171"href="#ftn5171"(4/a>.,ppheve.sem>Pe suPis usu /em> qd uS ura ,iaur l1 200 rancc a class="endnotecall" id="bodyftn517">href="#ftn517">(5/a>,:!!!LUeiesshoefs-’uuvre ddes’apcoledfanca,i S…]

/div> /div> div cd="botec" PecoHmme uorimtiof/am> , sm>PealFirmiion,eterr,troe/am> , sm>Peuecphnt gpochestoroues/am> , sm>PeuAppaetion,eeam> etem>PdealFirmiion,eesglunt s/am> , sm>PeuAppaetion,eeam> etem>PdealFirmiion,eesganimix BealTerr,mttde paux /am> ((em>PinBitu/am> ).sp> p class="texte">(5/a>, p class="texte">(4/a>. sm>PL aFl stroduigu q(1892),puaia ppaeienaisp lKssier u pdispadu Sl s pté raerduitt(ens lem>PPbt/am> , V, nsup>oo/eup>o 3, 8899/1900 uvrès lealp.:176.sp> p class="texte">(4/a>. Cinudatnnaux daur le dcol ed l Fbiblqothèqe ed lBostn d(nsup>oos/eup>o 1029 8033).sp> p class="texte">(7/a>, oos/eup>o 1185 8188).sp> p class="texte">oos/eup>o 328d p331),latrmipl sqe l cu sortrait de lem>PSn BExoele tcr ’artchevêqe ed lBiber"g/em> .sp> p class="texte">iv/stpa,>sup>or/eup>o sèrce pav.:J.-C.gconne,aatrlesshopisslromain sa(aris, 7osé edeucLuvers).sp> p class="texte">vii/stpa,>sup>or/eup>o espa,dstyee"btot -vargnt,:smul-caps;">vi/stpa,>sup>or/eup>o sèrce spav.:J.-C. 7ù ies ccarace ristouessgsexuele scsotinsr présente e .lLaid,ttificl nn daec le Wseus Aphoduie mnt c lfit de lKssier ucouoepion,eueuuortige dn cor larul Kle dn b1921fvec dsn,eaqeurele dem>PCeramoqe,dtrotico-reeigiuussd(lssgvaes deaAphoduie )/am> ((rrln ,1Zn teumlarul Kle ).sp> p class="texte">Tbleacdes ileusraaion: Trureem>PTgesbuch/am> , fac-simil lau oanu ritt,q14 l84, bd8957Crdtisphoto © D utshevsaLienrturearchiviMarbach dNachass=1Hirry7Gnf Kssier URL/a>bbr>s cref="#docatn xe/imges/10914/img-1.jpg">http://books.openediion,.org/ediion,smsh/docatn xe/imges/10914/img-1.jpg/a>,Fichor imges/jpeg 7337k

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable