Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Journal

 | 
Comte Harry Kessler

Journal

1889–1894

Texte intégral

Paris, 9 juin 1889, dimanche

  • 1 [Paris, 9 juin 1889, dimanche] Exposition universelle de Paris, du 5 mai au 31 octobre 1889. Kessl (...)
  • 2 Construite entre juin 1887 et mars 1889, la tour de l’architecte Stephen Sauvestre et de l’ingénie (...)
  • 3 Cette galerie de 77 000 m2 a été construite par l’architecte Fernand Dutert et l’ingénieur Victor (...)
  • 4 Hébergées dans le palais des Beaux-Arts (démoli en 1897) construit par Camille Formigé à proximité (...)
  • 5 Il s’agit du portrait Lady Katherine Grant (The Lady in White), 1884, du peintre germano-anglais H (...)
  • 6 Sir Frederic Leighton exposait sous les nos 85 à 87 de la section britannique : Andromaque captive(...)
  • 7 Sir Lawrence Alma-Tadema exposait Les Femmes d’Amphissa (no 2, 1887, Williamstown, Sterling and Fr (...)

1Levé à huit heures et à l’Exposition1 à neuf. Premier aperçu d’ensemble. La tour Eiffel est trop immense pour avoir l’air immense. Je me souviens l’avoir vue depuis Versailles quand elle n’était encore qu’à moitié terminée et elle m’avait fait alors une plus forte impression qu’elle m’a fait aujourd’hui de près2. La galerie des machines3 est superbe. Je doute qu’il ait jamais existé au monde de construction aussi splendide. Les plus grands édifices de Rome n’étaient que des nains en comparaison. Les proportions en sont tout à fait imposantes et, bien que je sois resté plus d’une demi-heure à regarder les immenses arches, je n’ai pas vraiment pu les saisir dans toute leur grandeur. Après, je suis allé voir les peintures4. Ma vieille amie Miss Grant5, quelques beaux Leighton6 et Alma-Tadema7. […]

Paris, 10 juin 1889, lundi

  • 1 [Paris, 10 juin 1889, lundi] Sans doute la sœur cadette de Kessler, Wilhelma, familièrement appelé (...)
  • 2 Restaurant parisien dont la création remontait à la fin du xviiie siècle. Situé boulevard Poissonn (...)

2À l’Exposition tôt ce matin. J’ai de nouveau passé la plus grande partie de la matinée dans les salles de peintures. Les tableaux anglais sont de loin les meilleurs. Papa, maman et Baby1 sont arrivés à midi et demi et nous avons déjeuné chez Brébant2, au premier étage de la tour Eiffel. Nous sommes montés ensuite au deuxième étage à pied, l’ascenseur étant cassé. […]

Paris, 11 juin 1889, mardi

  • 1 [Paris, 11 juin 1889, mardi] Le peintre préraphaélite Walter Crane participait à l’Exposition univ (...)
  • 2 Voir 10 juin 1889.
  • 3 Sous la houlette d’Antonin Proust, l’Exposition universelle apporta la consécration à l’école fran (...)
  • 4 Fontaine lumineuse électrique de Jules Coutan installée sur le Champ-de-Mars, devant le palais des (...)
  • 5 Opéra de Jules Massenet créé sur la scène de l’Opéra-Comique le 14 mai 1889.
  • 6 Opéra romanesque de Jules Massenet, spécialement créé pour l’Exposition universelle, qui fut donné (...)

3Ce matin chez Crane1 avec Gee2. Après le déjeuner, visite de l’Exposition avec maman. Nous avons vu de beaux Corot et de beaux Courbet3. […] À l’Exposition de nouveau avec papa. Nous sommes montés sur la tour Eiffel et nous avons vu les illuminations et les fontaines4 depuis le premier étage. Nous avons écouté ensuite un acte d’Esclarmonde5 par téléphone6 et sommes rentrés à la maison en passant par le Trocadéro.

Paris, 12 juin 1889, mercredi

4Passé la matinée à l’Exposition, à étudier Corot, Rousseau et les grands peintres français de paysage. Je n’aimais pas les paysages, je renie à présent cette opinion : peu de choses en art m’ont donné autant de plaisir que la clarté et la fraîcheur exquises de Rousseau ou le panthéisme rêveur de Corot. […]

Bonn, 13 juin 1889, jeudi

  • 1 [Bonn, 13 juin 1889, jeudi] Publié en feuilleton dans Le Bien public en 1876 et en livre chez Char (...)

5Arrivé ici à huit heures et demie le soir ; parti de Paris à huit heures ce matin, lu L’Assommoir1, un livre puissant, bien que défiguré par une obscénité sans retenue. Mais Zola est le seul, ou à peu près le seul romancier moderne français qui ait une conception fermement marquée, une personnalité. Ses images ne sont pas plus des photographies que ne le sont les peintures de Meissonier : chacune d’elles a passé par son cerveau et s’est fortement imbibée de sa propre Auffassung individuelle. Il durera donc aussi longtemps que la langue française, tandis que ses vils imitateurs sont simplement au-dessous de tout. […]

Paris, 10 septembre 1889, mardi

  • 1 [Paris, 10 septembre 1889, mardi] Les Sept Péchés capitaux. Ce coffret fut exécuté sur les instruc (...)
  • 2 Le ciseleur Guillemin Diomède était déjà présent, alors comme collaborateur d’Odiot, à l’Expositio (...)

6À l’Exposition après dîner. Particulièrement admiré une petite cassette en argent, Les Sept Péchés1, par Diomède2, chez Odiot.

Paris, 1er octobre 1889, mardi

  • 1 [Paris, 1er octobre 1889, mardi] Cycle consacré à l’histoire de sainte Geneviève (1874–1898).
  • 2 Référence au cycle de Cabanel consacré à La vie de saint Louis (achevé en 1878), également peint s (...)

7Au Panthéon après déjeuner. J’ai été frappé par la supériorité des fresques de Puvis de Chavannes, dans la couleur et le dessin1. Elles s’harmonisent incomparablement mieux avec l’architecture que les autres peintures. Je pense que Cabanel vient ensuite2. […]

Leipzig, 12 novembre 1889, mardi

  • 1 [Leipzig, 12 novembre 1889, mardi] Cette mention renvoie probablement aux Grundzüge der Kunstgesch (...)

8Mon programme de cours est maintenant fixé : 8–9, Sohm, droit commercial ; 9–10, Sohm, droit privé allemand ; 10–11, Schmidt, Pandectes II ; 11–12, Springer, histoire de l’art du Moyen Âge, Dürer et Holbein. 12–1, Springer, exercices ; 5–6, Wundt, psychologie. Je suis à présent plongé dans Masolino et Masaccio1 […].

Paris, 22 mars 1890, samedi

  • 1 [Paris, 22 mars 1890, samedi] Les Faucheurs de luzerne (1880, Paris, Sénat) et La Vache blanche (1 (...)
  • 2 Les Foins (1877, Paris, musée d’Orsay).
  • 3 À cette date, le musée du Luxembourg conservait deux œuvres de Bonnat : le Portrait de Léon Cognie (...)

9Au Luxembourg, après déjeuner. Deux splendides Dupré1, un bon Bastien-Lepage2, quelques Bonnat convenables3, mais au total j’ai été déçu.

Paris, 9 avril 1890, mercredi

10Après-midi au Louvre, je me suis principalement intéressé aux peintres français du siècle passé : Watteau, Fragonard, Lancret, Greuze, Chardin, etc. Ils ont une gaieté et une espièglerie que l’école française moderne a pratiquement perdues. La Révolution a eu sur l’esprit artistique et littéraire français un effet analogue à celui des guerres civiles sur l’art et la littérature en Angleterre. De même qu’en Angleterre Sidney et Ben Jonson ont été remplacés par Wycherley et Pope, en France Millet a succédé à Watteau et Zola a pris la place de Louvet. La vieille école était tout aussi immorale et peut-être même plus immorale, mais son immoralité était moins froide et moins pédante, elle venait du cœur et des sens plus que du cerveau et de l’intellect, il y avait en elle davantage de rire et moins de sarcasme. Et dans les deux cas, la révolution a été favorisée par l’importation de l’art et de l’idéal étrangers : en Angleterre la rectitude de Racine et Boileau, en France l’intelligence historique et critique de Lessing et de Goethe.

Paris, 14 avril 1890, lundi

  • 1 [Paris, 14 avril 1890, lundi] La sixième exposition de la Société des artistes indépendants s’est (...)
  • 2 Protagoniste de L’Œuvre d’Émile Zola, roman publié en 1886. Kessler avait lu presque toutes les œu (...)

11À l’exposition des Artistes indépendants1. Je ne pensais pas que de telles orgies de laideur et de telles combinaisons de couleurs qui vous mettent les nerfs à vif fussent possibles en dehors d’un asile de fous. Des arbres violets dans un champ rouge et au-dessus un ciel jaune, des femmes au visage tout couvert de taches rouges comme si elles avaient la rougeole, des arbres qui ont l’aspect d’une bataille de serpents en furie. Je n’ai jamais rien vu d’aussi terrible dans mes plus douloureux cauchemars. Et pourtant il est triste, bien triste de songer à la somme d’énergie et peut-être de talent qui est gaspillée ainsi sans aucune utilité pour l’art et pour l’humanité, au nombre d’espoirs et d’amères déceptions, de souffrance, de faim, de maladie et de misère représenté par ces idées délirantes. J’ai pensé au Claude Lantier de Zola2 et me suis senti plus près de pleurer que de rire. […]

Paris, 3 mai 1890, samedi

  • 1 [Paris, 3 mai 1890, samedi] Non repéré.
  • 2 Non repéré.
  • 3 De la Société des artistes français, au palais des Champs-Élysées (1er mai – 30 juin 1890).
  • 4 Sous le no 1173, Harpignies exposait Crépuscule, souvenir de l’Allier.
  • 5 No 774, « En batterie » ; artillerie de la Garde, régiment monté, dit aussi Mise en batterie du ré (...)
  • 6 No 517, du peintre espagnol Ulpiano Checa y Sanz, Course de chars romains (probablement Londres, S (...)
  • 7 Le passage de Sophocle le plus proche de l’œuvre de Checa y Sanz se trouve en réalité dans Électre(...)
  • 8 De Charles Chaplin étaient exposés sous les nos 494 et 495 Portrait de Mlle H… et L’Âge d’or (Pari (...)

12Chez Deweuillés et Mercier1 le matin. Rien de nouveau. Après déjeuner, au bureau et chez Diguet2, puis au Salon3. Un océan de médiocrité et de demi-talent, sur cent tableaux à peine un qui soit remarquable. Il y a quand même un délicieux soleil couchant par Harpignies4, d’un merveilleux raffinement dans sa palette et son atmosphère, un très bon Detaille5, un magnifique Checa6, un accident dans une course de chars, les chevaux d’un attelage tombant les uns sur les autres, tandis que tout autour d’autres chars et d’autres chevaux poursuivent la course dans une excitation sauvage, au risque de verser sur le premier dans leur frénétique échappée, ça m’a fait penser à la brillante description de Sophocle dans Antigone7. Deux Chaplin8 très légers et gracieux. Le soir, lu Taine et A.

Leipzig, 28 janvier 1891, mercredi

  • 1 [Leipzig, 28 janvier 1891, mercredi] Paul Müller-Walde, Leonardo da Vinci. Lebensskizze und Forsch (...)
  • 2 Peinte vers 1508, cette œuvre, qui formait une partie de l’autel de l’église San Francesco à Milan (...)
  • 3 Commandé en 1483, ce tableau fut jugé inachevé en 1499 et remplacé dans l’église San Francesco à M (...)
  • 4 Ce dessin (vers 1504) est conservé dans les collections royales britanniques à Buckingham Palace.

13Travaillé et feuilleté le Leonardo de Müller-Walde1. Ses dessins me fascinent infiniment, ensuite La Vierge aux rochers de Londres2 ! Je ne comprends pas que l’on puisse hésiter un seul instant entre l’exemplaire de Londres et celui du Louvre3. L’admirable beauté des têtes et de l’expression, la composition parfaite élèvent l’exemplaire londonien loin au-dessus du tableau parisien. En particulier, la façon dont l’extrémité de la croix de Jean Baptiste s’aligne avec le sommet de la tête de l’ange, de sorte que le groupe se dresse pour ainsi dire en une pyramide brisée, me semble plaider en faveur de Léonard. Dans beaucoup de ses dessins, par exemple celui de Neptune4, on retrouve les axes de la croix sur lesquels il a en quelque sorte tendu ici sa composition. Tout cela est détruit dans le tableau parisien, de même que la relation entre la main de la Vierge et la tête de l’Enfant Jésus. Comparé à l’exemplaire de Londres, il ressemble à une mauvaise copie bâclée sans intelligence.

Berlin, 28 mai 1893

  • 1 [Berlin, 28 mai 1893] La Grosse Kunstausstellung de Berlin (Landesausstellungsgebäude am Lehrter B (...)
  • 2 Arnold Böcklin, Schweigen im Walde (Le Silence dans la forêt), 1885, Galerie nationale de Poznań.
  • 3 Le Culte de la beauté désigne une gravure intitulée An die Schönheit, tirée du cycle Vom Tode. II, (...)

14À l’Exposition d’art1. Les gravures de Klinger, etc. La nouveauté chez Klinger, Böcklin, etc., c’est que l’effet ne tient pas à la part directement visible de l’œuvre d’art elle-même, mais aux associations qui sont produites par ce qui est perceptible à l’œil. Par exemple Le Silence de la forêt chez Böcklin2, Le Culte de la beauté de Klinger, Autoportrait au bord de la mer au clair de lune3. D’où la parenté de ces œuvres avec la musique et aussi avec l’art japonais. Elles supposent chez le spectateur une prépondérance de l’imagination sur la sensibilité, tandis qu’elles trahissent peut-être chez l’artiste une certaine incapacité à donner une forme plastique aux figures de son imagination, à traduire ses sentiments et ses pensées en visions. […]

Berlin, 28 octobre 1893

  • 1 [Berlin, 28 octobre 1893] Fritz Louis Gurlitt (1854–1893) tenait une galerie d’art, le Kunstsalon (...)
  • 2 Un troupeau de moutons (1888, New York, collection particulière).
  • 3 Ne figure pas dans le catalogue raisonné de l’artiste.

15Chez Gurlitt1. Un troupeau de moutons de Liebermann2 à côté de vaches au pâturage de Ziem3. L’art subjectif et l’art objectif. Je suis à l’ancienne mode, Ziem m’a donné un instant de pur bonheur, de profond plaisir, parce qu’il voit la nature comme je la vois : parmi les innombrables atomes de la sensation qui composent le tout de la nature, ce sont les mêmes qui éveillent un écho dans son âme et dans la mienne. Il ne m’en montre qu’une partie, mais cette partie est celle qui me ravit à mon tour, la seule que je voie moi aussi vraiment. Liebermann veut tout rendre et il ne me donne rien, car ce qui me touche disparaît dans l’amas de ce qui me laisse indifférent. Il en va des peintres objectifs comme des poètes objectifs, les Parnassiens, les naturalistes. Ils veulent être impersonnels, et en éliminant leur personnalité, ils éteignent la seule flamme qui aurait donné à leurs œuvres la lumière et les ombres, l’apparence de la vie.

Berlin, 19 décembre 1893

  • 1 [Berlin, 19 décembre 1893] Nous n’avons pas retrouvé les dates ni le titre de cette exposition.

16À l’exposition symboliste chez Gurlitt1. Toorop. Ces fantaisies sont trop éloignées de la forme de notre pensée, et plus encore de nos habitudes d’association, pour qu’elles puissent nous parler. Ce ne sont donc pas des œuvres d’art pour nous ou, plus exactement, elles ne le sont peut-être pas encore pour nous aujourd’hui. […]

Berlin, 24 janvier 1894

  • 1 [Berlin, 24 janvier 1894] La presse rend surtout compte de la grande rétrospective que lui consacr (...)
  • 2 Abandonnée, planche de la série Ein Leben Opus VIII (1884).
  • 3 Évocation, planche de la série Brahmsphantasie Opus XII (1894).

17[…] Visité encore une fois l’exposition Klinger1. Certaines choses, le portrait au bord de la mer éclairée par la lune2, la grande symphonie devant la mer3, etc., m’empoignent à chaque fois plus profondément. D’autres en revanche me sont encore restées aujourd’hui obscures ou incompréhensibles. Le grand chef-d’œuvre ne naît pas d’un coup. De même que ce ne sont pas les gestes du musicien touchant les cordes de sa harpe, mais seulement les sons ainsi produits qui sont l’œuvre d’art, de même ce n’est pas l’« œuvre » nue du peintre ou du poète qui est la véritable œuvre d’art, mais seulement ce qu’il suscite dans les âmes des spectateurs ou des auditeurs. Et chez le peintre ou le poète, souvent les cordes qu’il touche ne se mettent à sonner qu’au bout d’un certain temps, les âmes qu’il pourrait mouvoir ne sont pas encore disponibles.

Berlin, 19 avril 1894, jeudi

  • 1 [Berlin, 19 avril 1894, jeudi] Exposition temporaire Henri Martin, Julius Exter, H. Heimes, Helene (...)
  • 2 Dit aussi Fatalité (1892, Lille, palais des Beaux-Arts).
  • 3 Non identifié.

18[…] Chez Gurlitt, exposition Exter et Henri Martin1. L’Anankè2 de Martin, grande et simple comme un Klinger, mais moins âpre. L’autoportrait d’Exter3, on ne sait pas très bien d’où tombe cette lumière bleuâtre et rouge, mais les tonalités blafardes, nerveuses et sensibles, expriment avec justesse le caractère recherché.

Leipzig, 22 juillet 1894, dimanche

  • 1 [Leipzig, 22 juillet 1894, dimanche] 1884, Leipzig, Museum der bildenden Künste.
  • 2 1886, Stuttgart, Staatsgalerie.

19Au musée tôt ce matin avec Nostitz. On doit considérer le Laissez venir à moi les petits enfants1 d’Uhde comme le pendant de sa Sainte Cène2. Dans celle-ci l’action du Christ, c’est-à-dire de sa douceur et de son amour, s’exerce sur des hommes endurcis, dans celui-là sur des enfants. Les deux tableaux illustrent l’institution de quelque chose de nouveau, à savoir un rayon de la lumière divine, chez les différents auditeurs du Christ, la transformation que le Christ provoque en eux. La renaissance de l’homme par le Christ, la rencontre de l’ancien et du nouveau dans un être, la complexité d’expression qui en résulte, non seulement sur le visage mais dans le corps entier, son attitude, ses mouvements, le dégel libérant le vieil homme de sa torpeur et la naissance d’une vie nouvelle, avec toutes les contradictions ainsi produites entre les formes des visages et des corps façonnées par les années et les humeurs qu’elles doivent tout à coup exprimer à présent, voilà le thème des deux tableaux. Le costume moderne est une affaire accessoire, bien qu’il soit au reste avantageusement choisi, dans la mesure où ce sont les hommes modernes et les variations de leur expression qui nous sont le plus immédiatement intelligibles. À cet égard, il importe peu de savoir si Uhde en était ou non conscient.

Potsdam, 26 juillet 1894, mardi

20Repas chez les Richter. […] Mme R. raconte que Menzel, lors d’une réception chez elle, s’était planté devant une très belle femme et s’était mis à dessiner dans son carnet de croquis. La dame en question s’était sentie très flattée, avait pris une pose poétique et avait attendu. Au bout d’un moment, ayant terminé, Menzel avait refermé son carnet. La dame lui demanda si elle pouvait voir l’esquisse. Menzel la lui montra. Il n’avait dessiné que ses pieds, dont la position, etc., l’avait intéressé. La belle femme lui demanda pourquoi il n’avait pas dessiné le reste de sa personne et les traits de son visage. À quoi Menzel avait répondu : « Oui, voyez-vous, chère madame, pour “cela”, il n’y avait plus de place. »

Berlin, 19 octobre 1894

  • 1 [Berlin, 19 octobre 1894] Plutôt que d’une exposition, il doit s’agir ici d’une référence aux poin (...)

21Eaux-fortes d’Helleu1, elles restituent le parfum enivrant de la Parisienne d’aujourd’hui, ce mélange de magie léonardienne et d’enchantement japonais qui agit sur nos sens fatigués comme un philtre d’amour. Si la perversité du goût consiste à être attiré par quelque chose qui devrait nous répugner, à ressentir la décrépitude, la souffrance comme des charmes, alors la magie de ces têtes féminines est peut-être perverse, comme l’est d’ailleurs aussi celle de l’ange de Burne-Jones. […]

Berlin, 1er novembre 1894

  • 1 [Berlin, 1er novembre 1894] Klinger achèvera sa statue de Beethoven en 1902 (Leipzig, Museum der b (...)
  • 2 Commencée en 1886, cette sculpture a été achevée en 1895 (Leipzig, Museum der bildenden Künste).
  • 3 Peinture monumentale terminée en 1897 (Leipzig, Museum der bildenden Künste).
  • 4 Hebdomadaire illustré, satirique et humoristique très apprécié par la bourgeoisie allemande, les F (...)
  • 5 C’est chez Louise Begas que Julius Meier-Graefe proposa à Kessler de rejoindre la Société Pan. Le (...)

22[…] Passé ensuite la soirée chez Mme Begas. Il y avait une sorte de médium anglais, Shepard, puis Wendelstadt, Mme Lessing et Meier-Graefe. Meier-Graefe à propos des dernières créations de Klinger : Beethoven1, Cassandre2, Le Christ sur l’Olympe3. Meier-Graefe intéressant, toujours enthousiaste, mais avec une certaine insolence dans sa façon de s’exprimer, jusqu’à tomber dans le jargon des Fliegende Blätter4 : Klinger, Böcklin, Rethel, Goethe sont tous des « chics types » et autres formules du genre. Et puis, les matériaux précieux que Klinger utilise lui en imposent un peu trop. Se développe pourtant très vite autour de la table, dans la conversation sur les nouveaux phénomènes de l’art, dans l’enthousiasme du pour et du contre, dans l’éloge excessif et la critique trop dure, cette atmosphère suffocante de mont de Vénus qui est indissociable de toute chose moderne, quoi qu’elle puisse être. Avec au reste pour résultat que je suis entré à la Société Pan5.

Tagebuch, fac-similé du manuscrit, 30 octobre – 1er novembre 1894

Tagebuch, fac-similé du manuscrit, 30 octobre – 1er novembre 1894

photo © Deutsches Literaturarchiv Marbach, Nachlass Harry Graf Kessler

Berlin, 3 novembre 1894, samedi

23À la librairie Stargard avec Meier-Graefe cet après-midi, pour voir les gravures de Sattler. Sans aucun doute l’une des personnalités les plus importantes de l’art moderne allemand. L’âpre sentiment du style qui saisit jusqu’aux créations les plus hardies d’une imagination démoniaque dans des formes claires et poignantes était aussi un élément majeur du génie de Dürer et de Menzel. Et lorsque j’ai demandé, il y a huit jours, chez Amsler et Ruthardt, le plus gros commerce d’art de Berlin, s’ils avaient des œuvres de cet artiste, ils n’en connaissaient pas même le nom. […]

Leipzig, 28 décembre 1894

  • 1 [Leipzig, 28 décembre 1894] L’atelier de Klinger se situait sur le terrain de l’usine de savon de (...)
  • 2 Vers 1885–1887, Vienne, Österreichische Galerie Belvedere.
  • 3 Petit modèle en plâtre peint pour le monument à Beethoven (1885/1886, Bonn, Beethoven-Haus).
  • 4 Cassandre, buste en marbre polychrome (1886–1895, Leipzig, Museum der bildenden Künste).
  • 5 Kessler a découvert les œuvres de Friedrich Nietzsche vers 1893 et en a été profondément marqué, a (...)
  • 6 Pendant l’année 1894, Kessler mentionne à plusieurs reprises le nom du romancier et poète suisse G (...)
  • 7 Toutes caractéristiques des éditions Flammarion et du Mercure de France.
  • 8 Kessler pense sans doute ici aux Caprichos (1797–1798) de Goya, ainsi qu’à des œuvres de Félicien (...)
  • 9 La Nouvelle Salomé, demi-figure de Max Klinger en marbre polychrome (1894, Leipzig, Museum der bil (...)
  • 10 Klinger était membre du conseil d’administration de Pan depuis sa création. Ses œuvres ont été rég (...)
  • 11 À la suite d’un infarctus survenu en 1892.

24Parti avec Meier-Graefe à sept heures pour Leipzig. Nous sommes passés chercher Nostitz pour nous rendre ensuite ensemble chez Klinger, à Plagwitz. Son atelier est situé à l’arrière d’une cour de stockage jonchée de charbon et de gravats qui est entourée de hangars en planches, de bureaux et de cheminées d’usine fumantes. L’atelier faisait lui-même partie autrefois de l’usine1. C’est un vaste espace clair, dénudé, avec les murs badigeonnés en blanc et de grandes fenêtres en hauteur. Sur l’un des murs, à droite de l’entrée, il y a Le Christ sur l’Olympe inachevé, sur l’autre Le Jugement de Pâris2 ; à côté le modèle en plâtre coloré pour le Beethoven3. Au milieu de la pièce, un poêle en fonte pareil à une tour s’élève presque jusqu’au plafond. Au fond, un coin de la salle est séparé du reste par un rideau de reps. Quelques chaises ont été poussées près du poêle. Au milieu Cassandre4. À droite et à gauche de la statue, une grande table blanche sur laquelle se trouvent des outils, pinceaux, burins, et une étagère de livres avec des œuvres de Nietzsche5, Keller6, Léonard, quelques classiques et un grand nombre de romans français à couverture brochée de couleur jaune7. C’est le lieu de travail proprement dit. Klinger nous accueille dans une longue blouse de lin qui fait penser de loin à un imperméable. Il est maigre, tout en nerfs, de taille plus grande que la moyenne, animé dans ses mouvements. Il a la tête coiffée d’un bonnet blanc comme celui que portent les boulangers. Son visage, qui est pâle et où brillent deux yeux marron sombre anormalement enfoncés, est totalement encadré par une abondante chevelure et une barbe fournie de couleur rousse. En le voyant, on pense machinalement à Loge, le dieu du feu. Il nous montre ses travaux, un nu féminin qu’il a peint à Rome, en plein air sur son balcon, entre quatre et six heures du matin, jusqu’à ce que la police, à l’instigation d’un voisin malveillant, fasse irruption et en empêche l’achèvement ; Cassandre, dont il est en train de peindre le vêtement, et, après beaucoup de résistance, ses dessins. Les nombreux dessins érotiques et obscènes dans l’esprit de Goya et de Rops8, spécialement ceux de sa période bruxelloise et parisienne, entre 1879 et 1882, projettent pour moi une lumière inédite sur des œuvres comme Salomé9. Il admire tout particulièrement Rops, dont il va chercher dans une pièce attenante quelques gravures qu’il s’est achetées. Il ne nie pas l’influence de Goya sur ses propres travaux du début. On passe ensuite aux affaires. Il donne des conseils pour Pan10, déplore que Böcklin ait été placé pour ainsi dire sous curatelle par sa propre famille11 et qu’il ne puisse donc plus rien régler de son propre chef, loue et recommande Sascha Schneider, qu’il appelle Wagner, jusqu’à ce que je lui remette en mémoire le bon patronyme. Ce qu’il dit est clair et concret, intéressant à vrai dire uniquement parce que c’est lui qui le dit. Il est peut-être embarrassé, mais sa conversation est aujourd’hui sans couleur, dénuée d’anecdotes ou d’humour ou de ces éclairs de génie qui vous étonnent par exemple chez Bismarck. Si l’on ne connaissait pas ses œuvres, on ne penserait jamais qu’on est en train de parler avec l’un des plus grands génies vivants. Le plus admirable aujourd’hui a été sa patience. Lorsque nous sommes partis au bout de deux heures, son amabilité et son calme étaient encore aussi grands qu’à notre arrivée. […]

Leipzig, 29 décembre 1894, samedi

  • 1 [Leipzig, 29 décembre 1894, samedi] Le premier numéro de Pan ne comporte pas de reproduction du Be (...)

25Retourné cet après-midi chez Klinger pour discuter avec lui de la reproduction du Beethoven dans le premier numéro de Pan1. Il s’est de nouveau montré extrêmement aimable et a même eu la courtoisie de me demander conseil concernant un détail du vêtement de Cassandre – où il devait mettre la pierre précieuse sur le devant. Au moment de partir, il m’a chargé de transmettre ses salutations à Bierbaum et à Dehmel. Le soir, dîné avec Nostitz chez Steinmann. Nous avons regardé et nous nous sommes partagé les dessins achetés à Klinger.

Notes de fin

1 [Paris, 9 juin 1889, dimanche] Exposition universelle de Paris, du 5 mai au 31 octobre 1889. Kessler y fera de nombreuses autres visites.

2 Construite entre juin 1887 et mars 1889, la tour de l’architecte Stephen Sauvestre et de l’ingénieur Gustave Eiffel mesurait alors 312 mètres.

3 Cette galerie de 77 000 m2 a été construite par l’architecte Fernand Dutert et l’ingénieur Victor Contamin au fond du Champ-de-Mars. Elle était portée par des fermes mesurant jusqu’à 115 mètres et sera démolie en 1909.

4 Hébergées dans le palais des Beaux-Arts (démoli en 1897) construit par Camille Formigé à proximité de la tour Eiffel.

5 Il s’agit du portrait Lady Katherine Grant (The Lady in White), 1884, du peintre germano-anglais Hubert von Herkomer (1849–1914), que Kessler avait vu lors de son exposition triomphale à Berlin en juin 1886.

6 Sir Frederic Leighton exposait sous les nos 85 à 87 de la section britannique : Andromaque captive (1886, Manchester, City Art Gallery), Simoetha, la sorcière (s. d.) et Portrait de Lady Coleridge (1885, collection particulière).

7 Sir Lawrence Alma-Tadema exposait Les Femmes d’Amphissa (no 2, 1887, Williamstown, Sterling and Francine Clark Art Institute) et L’Attente (no 3, 1885, collection particulière).

1 [Paris, 10 juin 1889, lundi] Sans doute la sœur cadette de Kessler, Wilhelma, familièrement appelée « Gee ».

2 Restaurant parisien dont la création remontait à la fin du xviiie siècle. Situé boulevard Poissonnière, il devint dans les années 1860, sous la direction de Paul Brébant, un lieu de réunion très apprécié des hommes de lettres. L’enseigne ouvrit une annexe sur la plateforme du premier étage de la tour Eiffel, dans un pavillon de bois conçu par Sauvestre et pouvant accueillir 500 personnes.

1 [Paris, 11 juin 1889, mardi] Le peintre préraphaélite Walter Crane participait à l’Exposition universelle. Son envoi fut récompensé par une médaille d’argent.

2 Voir 10 juin 1889.

3 Sous la houlette d’Antonin Proust, l’Exposition universelle apporta la consécration à l’école française du paysage, brillamment représentée par un large choix essentiellement issu de l’école de Barbizon, dont Jean-Baptiste Camille Corot était l’un des champions les plus éminents. L’Exposition de 1889 fut également l’occasion de la consécration officielle de Courbet.

4 Fontaine lumineuse électrique de Jules Coutan installée sur le Champ-de-Mars, devant le palais des Industries.

5 Opéra de Jules Massenet créé sur la scène de l’Opéra-Comique le 14 mai 1889.

6 Opéra romanesque de Jules Massenet, spécialement créé pour l’Exposition universelle, qui fut donné à l’Opéra-Comique et retransmis par « théâtrophone ».

1 [Bonn, 13 juin 1889, jeudi] Publié en feuilleton dans Le Bien public en 1876 et en livre chez Charpentier en 1877. La première édition allemande du roman date de 1881.

1 [Paris, 10 septembre 1889, mardi] Les Sept Péchés capitaux. Ce coffret fut exécuté sur les instructions de son commanditaire, le banquier et collectionneur Hugues Teyssier (Paris, musée des Arts décoratifs).

2 Le ciseleur Guillemin Diomède était déjà présent, alors comme collaborateur d’Odiot, à l’Exposition universelle de 1867.

1 [Paris, 1er octobre 1889, mardi] Cycle consacré à l’histoire de sainte Geneviève (1874–1898).

2 Référence au cycle de Cabanel consacré à La vie de saint Louis (achevé en 1878), également peint sur les murs du Panthéon.

1 [Leipzig, 12 novembre 1889, mardi] Cette mention renvoie probablement aux Grundzüge der Kunstgeschichte. Die Renaissance in Italien (Leipzig, A. Seemann, 1889) de l’historien de l’art Anton Springer (1825–1891). Masolino et Masaccio donnent lieu à de longs développements dans le chapitre 2 : Das Fünfzehnte Jahrhundert (Frührenaissance).

1 [Paris, 22 mars 1890, samedi] Les Faucheurs de luzerne (1880, Paris, Sénat) et La Vache blanche (1890, Paris, musée d’Orsay) de Julien Dupré.

2 Les Foins (1877, Paris, musée d’Orsay).

3 À cette date, le musée du Luxembourg conservait deux œuvres de Bonnat : le Portrait de Léon Cogniet (1880, Paris, musée d’Orsay) et Job (1880, Paris, musée d’Orsay).

1 [Paris, 14 avril 1890, lundi] La sixième exposition de la Société des artistes indépendants s’est tenue du 20 mars au 27 avril 1890, dans le pavillon de la Ville de Paris, aux Champs-Élysées.

2 Protagoniste de L’Œuvre d’Émile Zola, roman publié en 1886. Kessler avait lu presque toutes les œuvres de Zola et il en a relu une partie considérable au cours de l’été 1892.

1 [Paris, 3 mai 1890, samedi] Non repéré.

2 Non repéré.

3 De la Société des artistes français, au palais des Champs-Élysées (1er mai – 30 juin 1890).

4 Sous le no 1173, Harpignies exposait Crépuscule, souvenir de l’Allier.

5 No 774, « En batterie » ; artillerie de la Garde, régiment monté, dit aussi Mise en batterie du régiment monté de l’artillerie à cheval de la Garde impériale (Paris, musée de l’Armée).

6 No 517, du peintre espagnol Ulpiano Checa y Sanz, Course de chars romains (probablement Londres, Sotheby’s, vente du 25 novembre 1992, no 707).

7 Le passage de Sophocle le plus proche de l’œuvre de Checa y Sanz se trouve en réalité dans Électre (vers 700–750), qui fait le récit de la (fausse) mort d’Oreste lors d’une course de chars des Jeux pythiques.

8 De Charles Chaplin étaient exposés sous les nos 494 et 495 Portrait de Mlle H… et L’Âge d’or (Paris, Artcurial, vente du 13 novembre 2013, no 145).

1 [Leipzig, 28 janvier 1891, mercredi] Paul Müller-Walde, Leonardo da Vinci. Lebensskizze und Forschungen über sein Verhältniss zur Florentiner Kunst und zu Rafael, Munich, G. Hirth, 1889.

2 Peinte vers 1508, cette œuvre, qui formait une partie de l’autel de l’église San Francesco à Milan, a été acquise par la National Gallery de Londres en 1880.

3 Commandé en 1483, ce tableau fut jugé inachevé en 1499 et remplacé dans l’église San Francesco à Milan par la version qui est aujourd’hui à Londres. Il passera ensuite des collections de François Ier aux collections nationales.

4 Ce dessin (vers 1504) est conservé dans les collections royales britanniques à Buckingham Palace.

1 [Berlin, 28 mai 1893] La Grosse Kunstausstellung de Berlin (Landesausstellungsgebäude am Lehrter Bahnhof, 14 mai – 17 septembre 1893) regroupait les artistes officiels, mais faisait aussi place aux jeunes talents.

2 Arnold Böcklin, Schweigen im Walde (Le Silence dans la forêt), 1885, Galerie nationale de Poznań.

3 Le Culte de la beauté désigne une gravure intitulée An die Schönheit, tirée du cycle Vom Tode. II, 1890. L’autoportrait mentionné correspond à la planche Nacht, tirée du cycle Vom Tode. I, 1889.

1 [Berlin, 28 octobre 1893] Fritz Louis Gurlitt (1854–1893) tenait une galerie d’art, le Kunstsalon Gurlitt, dans la Behrenstrasse (non loin d’Unter den Linden), qui comptait parmi les plus avant-gardistes de Berlin. Elle fut reprise à sa mort par son fils Wolfgang. Gurlitt fut le premier à exposer, en 1883, des peintures impressionnistes et a beaucoup œuvré pour la reconnaissance des peintres modernes allemands, tels que Böcklin, Feuerbach ou encore Liebermann, Lesser Ury ou Franz Skarbina.

2 Un troupeau de moutons (1888, New York, collection particulière).

3 Ne figure pas dans le catalogue raisonné de l’artiste.

1 [Berlin, 19 décembre 1893] Nous n’avons pas retrouvé les dates ni le titre de cette exposition.

1 [Berlin, 24 janvier 1894] La presse rend surtout compte de la grande rétrospective que lui consacre alors le Kunstverein Leipzig, du 5 janvier au 18 février.

2 Abandonnée, planche de la série Ein Leben Opus VIII (1884).

3 Évocation, planche de la série Brahmsphantasie Opus XII (1894).

1 [Berlin, 19 avril 1894, jeudi] Exposition temporaire Henri Martin, Julius Exter, H. Heimes, Helene Raff, E. Edel, Paul Baum, Jenny Schweminski, dates précises inconnues.

2 Dit aussi Fatalité (1892, Lille, palais des Beaux-Arts).

3 Non identifié.

1 [Leipzig, 22 juillet 1894, dimanche] 1884, Leipzig, Museum der bildenden Künste.

2 1886, Stuttgart, Staatsgalerie.

1 [Berlin, 19 octobre 1894] Plutôt que d’une exposition, il doit s’agir ici d’une référence aux pointes-sèches de Paul Helleu (1859–1927) acquises par le musée de Berlin en 1894 et que Kessler a pu consulter.

1 [Berlin, 1er novembre 1894] Klinger achèvera sa statue de Beethoven en 1902 (Leipzig, Museum der bildenden Künste).

2 Commencée en 1886, cette sculpture a été achevée en 1895 (Leipzig, Museum der bildenden Künste).

3 Peinture monumentale terminée en 1897 (Leipzig, Museum der bildenden Künste).

4 Hebdomadaire illustré, satirique et humoristique très apprécié par la bourgeoisie allemande, les Fliegende Blätter ont paru de 1844 à 1944.

5 C’est chez Louise Begas que Julius Meier-Graefe proposa à Kessler de rejoindre la Société Pan. Le premier numéro de la revue éponyme parut en avril 1895. Kessler n’est cependant cité comme membre du comité éditorial qu’à partir du quatrième numéro, après la démission de Meier-Graefe (Pan, I, no 4, 1895/1896).

1 [Leipzig, 28 décembre 1894] L’atelier de Klinger se situait sur le terrain de l’usine de savon de son père, dans le quartier industriel de Plagwitz, au sud-ouest de Leipzig.

2 Vers 1885–1887, Vienne, Österreichische Galerie Belvedere.

3 Petit modèle en plâtre peint pour le monument à Beethoven (1885/1886, Bonn, Beethoven-Haus).

4 Cassandre, buste en marbre polychrome (1886–1895, Leipzig, Museum der bildenden Künste).

5 Kessler a découvert les œuvres de Friedrich Nietzsche vers 1893 et en a été profondément marqué, au point de voir en lui, dans le premier volume de son autobiographie, le seul être pouvant servir de modèle à l’« homme de l’avenir » dont il fallait favoriser l’avènement par une réforme de la culture (Souvenirs d’un Européen, Plon, Paris, 1936, p. 280).

6 Pendant l’année 1894, Kessler mentionne à plusieurs reprises le nom du romancier et poète suisse Gottfried Keller dans son journal, évoquant notamment ses lectures de Der grüne Heinrich (1854–1855), Sieben Legenden (1872) et Züricher Novellen (1878).

7 Toutes caractéristiques des éditions Flammarion et du Mercure de France.

8 Kessler pense sans doute ici aux Caprichos (1797–1798) de Goya, ainsi qu’à des œuvres de Félicien Rops comme La Tentation de saint Antoine (1878) ou Pornokratès (1879), dont il exista très tôt des versions gravées largement diffusées.

9 La Nouvelle Salomé, demi-figure de Max Klinger en marbre polychrome (1894, Leipzig, Museum der bildenden Künste).

10 Klinger était membre du conseil d’administration de Pan depuis sa création. Ses œuvres ont été régulièrement reproduites dans la revue.

11 À la suite d’un infarctus survenu en 1892.

1 [Leipzig, 29 décembre 1894, samedi] Le premier numéro de Pan ne comporte pas de reproduction du Beethoven de Klinger, mais on en trouve une de sa Cassandre (Pan, I, no 1, 1895/1896, avant p. 15).

Table des illustrations

Titre Tagebuch, fac-similé du manuscrit, 30 octobre – 1er novembre 1894
Crédits photo © Deutsches Literaturarchiv Marbach, Nachlass Harry Graf Kessler
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/10913/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 530k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable