Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Journal

 | 
Comte Harry Kessler

Note sur la présente édition

Texte intégral

1Publié dans son intégralité par le Deutsches Literaturarchiv de Marbach, le Journal du comte Harry Kessler (1868–1937) témoigne d’une vie extraordinairement active et mobile, qui sut abolir les frontières entre les langues et les cultures allemande, française et anglaise et se déployer, entre la fin du xixe siècle et la veille de la Seconde Guerre mondiale, dans le champ des arts et de la politique.

2Le choix que nous proposons ici représente environ 10 % des neuf épais volumes que comptera pour finir l’édition allemande (huit ont paru à ce jour). Les passages retenus montrent Kessler amateur d’art, collectionneur et mécène, critique et infatigable passeur entre Paris, Londres, Bruxelles, Berlin et Weimar, à un moment où s’invente en Allemagne l’idée du musée moderne. Nous nous sommes essentiellement attachés aux textes faisant apparaître son intérêt et son goût pour l’art français, dans lequel Kessler a toujours voulu reconnaître le véritable ferment de la modernité et dont il fut l’ardent médiateur. Ce qu’il en consigne avec passion dans son Journal brosse un paysage inédit de la vie artistique et culturelle en Europe, au cours de ces quelques décennies qui furent si fécondes.

  • 1 Dans les deux volumes de l’édition imprimée du Journal, les passages rédigés directement en françai (...)
  • 2 Dans cette édition électronique, le soulignement de certains membres de phrase omis dans la version (...)

3Kessler côtoie les artistes, il visite les ateliers, achète et passe des commandes, il observe peintres et sculpteurs au travail, il les interroge et les écoute. En plus de ses qualités littéraires intrinsèques, le Journal révèle l’insigne talent de son auteur à restituer la parole des artistes, celle par exemple de Rodin ou Renoir, de Bonnard, Vuillard, Maurice Denis ou Monet, de Max Liebermann et surtout de Maillol. Certains passages ont été rédigés directement en français par Kessler : dans la présente édition électronique nous les avons composés en gras1, dans le souci de favoriser la continuité de la lecture. Les mots, les locutions ou les membres de phrase soulignés dans le manuscrit le sont également ici2 et nous avons réservé l’usage des italiques aux titres d’œuvres. Nous avons corrigé, sans les mentionner, les quelques rares erreurs dans l’orthographe des noms propres.

4Les illustrations dans le corps du texte sont celles que Kessler a lui-même intégrées à son Journal : deux ensembles de photographies qu’il a prises, pour les unes, en août et novembre 1907 dans l’atelier d’Aristide Maillol à Marly-le-Roi, documentant la réalisation de la statue Le Cycliste et du relief Le Désir, et, pour les autres, en mai 1908, lors de son voyage en Grèce avec Maillol et Hofmannsthal. Dans les carnets, ces photographies sont tantôt collées directement sur la page, dans le corps du texte ou à la fin d'une entrée, tantôt regroupées par deux, trois ou quatre sur un carton glissé ensuite entre les pages. Quelques fac-similés du manuscrit ponctuent en outre la présente édition.

Notes de fin

1 Dans les deux volumes de l’édition imprimée du Journal, les passages rédigés directement en français par Kessler ont été composés en violet.

2 Dans cette édition électronique, le soulignement de certains membres de phrase omis dans la version imprimée a été rétabli ; par ailleurs, la liste des œuvres de la collection de Kessler en annexe, initialement établie par Sabine Walter, a été revue et complétée par Ursel Berger, Antoinette Le Normand-Romain et Dominique Lobstein.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable