Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les horreurs du monde

 | 
André Stanguennec

Deuxième partie. Esthétiques de l’horreur de crise

Chapitre V. L’esthétique de l’horreur moderne

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Nous avons supposé plus haut que la source première des valeurs médiévales et classiques en Europe résidait dans le Dieu chrétien, créateur moral de l’univers dont la « métaphore absolue » (Blumenberg) est celle de « la maison du monde » : « Si Jéhovah lui-même ne bâtit la maison, c’est inutilement que ses bâtisseurs y ont travaillé dur1. » La divinité est la source de la maison du monde habitable de façon finie par l’homme qui, dans son petit domaine, en partage et en applique les lois de construction, garanties par le Bâtisseur premier. Le Christ lui-même a bâti son Église sur cette pierre robuste qu’était Pierre, le chef des apôtres : « Tu es Pierre et sur cette pierre je bâtirai mon Église, et les portes de l’Enfer n’auront pas raison d’elle2. » Ces principes symbolisent la « loi » structurant les interdits et les refoulements de la conscience humaine durant toute cette période : loi divine du Créateur se soumettant les édifices, les royautés et les empires, loi de l’Église impo...

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540