Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les horreurs du monde

 | 
André Stanguennec

Deuxième partie. Esthétiques de l’horreur de crise

Chapitre IV. L’esthétique de l’horreur tragique : d’Eschyle et Platon à Freud et Sartre

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Pourquoi ce cri ? Quelle horreur a frappé ton âme
– Le souffle de ce palais, chargé de meurtre, de flots de sang…
Eschyle1

Eschyle2

L’une des premières figures majeures de l’horreur tragique en Europe fut à coup sûr celle du meurtre adultère dans le couple royal de l’Antiquité grecque. Ajoutons que cette thématique de l’horreur tragique s’est trouvée prolongée par la suite chez Racine et W. Shakespeare. À vrai dire, l’on peut répertorier trois lieux traditionnels de la société grecque dans lesquels naît le tragique : le politique, le familial, et l’espace des rapports entre famille et État, dont l’Antigone de Sophocle illustre le conflit. Dans la mesure toutefois où la « nature » (phusis) est l’instance normative et fondatrice première, nous pouvons considérer que la tragédie familiale détient un privilège particulier. En effet, comme le soulignera Antigone, les lois divines de la famille, celles qui fondent la reproduction du « genre » (genos) sont sans provenance historique, et la fam...

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540