Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les horreurs du monde

 | 
André Stanguennec

Première partie. L’horreur, l’angoisse, la joie

Chapitre III. Les philosophies de l’horreur et leur logique du Pire

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Ainsi que l’écrivait de la Révolution française Hegel, philosophe pourtant peu suspect d’incliner au lyrisme : « C’était donc là un superbe lever de soleil. Tous les êtres pensants ont célébré cette époque. Une émotion sublime a régné en ce temps-là, l’enthousiasme de l’esprit a fait frissonner le monde1 […] ». Ces phrases semblent particulièrement significatives, en ce qu’elles associent l’aurore au frisson de la joie, succédant aux horreurs du despotisme. Ayant cité Hegel, philosophe de la joie triomphant du tragique toujours relativisé par lui comme un moment dialectiquement nécessaire, nous pouvons affirmer que chaque période d’horreur, succédant à une crise affectant une unité joyeusement extatique, a eu néanmoins ses témoins et ses interprètes en autant de philosophies de l’horreur apparemment insurmontable. Leur pensée s’alimente à ce que C. Rosset a justement nommé la « logique du pire », dans le livre qui porte ce titre2. Et comme toute vraie philosophie est une vision du m...

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540