Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les sept laïcités françaises

 | 
Jean Baubérot

Quelques raisons du glissement de la laïcité dominante de gauche à droite

Laïcités et seuils de laïcisation

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

La typologie des laïcités permet de percevoir des continuités et de constater d’indéniables nouveautés. Un des changements les plus nets est la modification du rapport de forces. En 1905, les laïcités religion civile et la laïcité séparatiste stricte ont accepté, bon gré mal gré, la loi inspirée par Aristide Briand. La gauche s’unit, le 3 juillet 1905, pour voter l’ensemble de la loi et, dans la tourmente qui suit le refus du pape, en dépit de nouvelles secousses, cette union ne se brise pas. Le résultat est net. À partir de 1908, la séparation fonctionne de façon apaisée. En 1914, l’Union sacrée s’avère possible. Dix ans plus tôt, quand des congréganistes se trouvaient acculés à l’exil ou prenaient le maquis, cette Union aurait été impossible72. La laïcité est sortie de l’engrenage où l’avait conduite la recherche de la « laïcité intégrale ».

Depuis le début du XXIe siècle et l’émergence de la laïcité identitaire, celle-ci a pris de plus en plus d’importance. Elle s’est montrée attr...

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540