Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les horreurs du monde

 | 
André Stanguennec

Première partie. L’horreur, l’angoisse, la joie

Chapitre II. La joie opposée à l’horreur

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Dans la gamme des extrêmes, l’émotion opposée à celle de l’horreur entendue comme l’affect d’une décomposition, historiquement irréversible, n’est autre que la joie, qu’il faut distinguer, pour commencer, du plaisir. Celui-ci, d’abord, ne concerne qu’une satisfaction partielle de nos désirs et reste toujours en quelque sorte à la surface de nous-mêmes ; ensuite, c’est un affect qui nous renvoie à nous-mêmes, à notre individualité irréductiblement singulière. Même lorsque c’est une chose ou autrui qui nous fait plaisir, il conserve une dimension essentielle d’auto-affection. Comme l’indique H. Bergson, le plaisir est l’affection d’un bien-être nous confirmant dans ce que nous sommes déjà, tandis que la joie est celle que nous procure un nouvel être auquel nous nous ouvrons. Cette ouverture neuve nous « transporte » en nous menant rapidement à l’enthousiasme : « Il suffit que dans la joie de l’enthousiasme, il y ait plus que dans le plaisir du bien-être, ce plaisir n’impliquant pas ce...

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540