Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les horreurs du monde

 | 
André Stanguennec

Première partie. L’horreur, l’angoisse, la joie

Chapitre I. Une phénoménologie de l’horreur

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

D’un point de vue phénoménologique, il est d’abord particulièrement important de distinguer l’horreur de l’angoisse. Vue en effet sous l’angle de sa modalité, l’angoisse comporte toujours une possibilité inquiétante du fait de son indétermination et de son néant1. Lorsqu’il développe son analyse de l’angoisse, M. Heidegger montre qu’elle nous fait revenir à un rapport originaire au monde au sein duquel celui-ci est un horizon de détermination en puissance, une indétermination saisie comme pure déterminabilité, un néant comme possibilité d’être, signifié par les projets de l’« être-là » (Dasein) : « Ce qui nous serre la gorge, ce n’est donc ni ceci ni cela, mais ce n’est pas davantage la somme de tout ce qui subsiste, c’est la possibilité même de l’étant disponible en tant que tel, c’est-à-dire le monde2. » L’horreur appréhende, au contraire, sous cet aspect de la modalité, une réalité qui est déjà là, déjà faite, irréversiblement accomplie.

Vue ensuite sous l’angle de sa temporalité,...

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable