Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La sociologie chinoise avant la Révolution

 | 
Qu Jingdong
, 
Li Peilin

La recherche en histoire sociale

Texte intégral

1Traditionnellement, l’histoire est la principale discipline académique chinoise. Aussi, l’évolution de ses méthodes de recherche a non seulement influencé l’histoire elle-même, mais toutes les sciences humaines et sociales, sociologie comprise. Au cours du début du XXe siècle, le domaine historique chinois traditionnel connaît des transformations importantes, qui se répercutent dans tout le champ de la discipline contemporaine.

  • 1 Voir Liang Qichao, La Nouvelle Histoire, Œuvres collectées du Yinbingshi, vol. IX, Zhonghua Book C (...)
  • 2 Huang Gongjue, Introduction aux principes de la nouvelle histoire, in « Collection des grands hist (...)

2En 1902, Liang Qichao publie La Nouvelle Histoire, dans lequel il critique les « quatre erreurs » et les « deux maladies » de la vieille histoire, c’est-à-dire : « premièrement, ne se soucier que de l’État mais point du pays », « deuxièmement, ne connaître que l’individu mais point le collectif », « troisièmement, ne se soucier que des reliques du passé mais point des actualités », « quatrièmement, connaître la réalité mais ignorer l’idéal » ; quant aux deux maladies, elles consistent à « se perdre dans les détails sans être capable de discernement » et à « suivre la tradition sans être capable d’innover ». C’est pourquoi dans le vieux monde clos sur lui-même de l’histoire académique, Liang Qichao souhaite voir souffler un vent de révolution1. L’objectif de cette révolution de l’histoire est de redécouvrir le sens de l’expression « histoire populaire ». Liang Qichao estime que par le passé, l’histoire s’est contentée de faire des chronologies des lignées royales et de commémorer les anciens combattants, ce qui est loin de représenter la totalité de l’histoire chinoise, et encore moins une approche portée par l’esprit national. À partir des critiques de Liang Qichao, la nouvelle histoire a beaucoup élargi son champ de recherches, elle ne se limite plus à tracer des arbres généalogiques : elle a pour objets d’étude tous les facteurs constitutifs de l’essence nationale, comme les affaires, la société, l’économie, la religion, la culture. Elle inclut aussi dans ses méthodes de recherche les angles d’approche de plusieurs disciplines comme l’économie, les sciences politiques, l’anthropologie, l’archéologie, la sociologie, l’ethnologie ou l’étude des folklores. Huang Gongjue a dit un jour : « La vieille histoire est coupée de la réalité. La nouvelle histoire est le fruit de nombreuses unions avec toutes sortes de sciences – particulièrement la sociologie. L’histoire qui divorce de la sociologie devient obsolète2. »

3La naissance de la nouvelle histoire se manifeste non seulement à travers l’élargissement des contenus, mais aussi dans le renouveau des méthodes de recherche. L’histoire traditionnelle est fondée principalement sur l’étude des quatre grands types de textes classiques. À partir des années 1920, avec l’arrivée des méthodes occidentales et l’apport de l’archéologie, le concept de « document historique » a évolué, et c’est celui de « nouveaux documents historiques » qui fait désormais foi. En 1925, Wang Guowei rédige par exemple un texte intitulé « Les nouvelles connaissances des vingt à trente dernières années en Chine », dans lequel il estime que la découverte et la classification des inscriptions gravées sur carapaces de tortues des ruines de Yin, des textes sur lames de bambou trouvées à Dunhuang ou dans la passe de Yumen, des rouleaux des Six Dynasties des grottes des mille Bouddhas, des livres et des dossiers provenant des Archives du grand Secrétariat et des reliques étrangères trouvées sur le sol chinois représentent ces nouvelles connaissances. L’école de la critique textuelle insiste sur la preuve par le document historique et combat la confiance aveugle dans l’ancien, ouvrant la voie d’une remise en question critique des reliques anciennes. Hu Shi et Gu Jiegang, qui fondent la nouvelle histoire, sont les héritiers de cette tendance. Cependant, la nouvelle histoire et la précédente école de la critique textuelle diffèrent en ceci que la première, tout en insistant sur l’importance des documents historiques, accorde aussi beaucoup d’importance au déroulement d’une logique, excellant à utiliser la déduction pour revisiter les anciens documents historiques. La nouvelle histoire et le matérialisme historique ont aussi des points de convergence : tous deux combattent l’histoire traditionnelle, préconisent l’union de l’histoire et de la rationalité logique, et présentent bien souvent dans leurs développements une certaine logique d’exploitation du matériau historique ; simplement, la logique de Hu Shi et consorts diffère complètement de celles des tenants du matérialisme historique. Feng Youlan ou encore Zhu Qianzhi ouvrent pour leur part une troisième voie dans l’interprétation des documents historiques : ils estiment en effet que l’école de la critique textuelle ne tient pas compte des « bouleversements de la société contemporaine », et que le matérialisme historique « s’occupe trop de la théorie et pas assez de la réalité ». Cette tendance représente malgré tout le courant académique dominant à l’époque, et est l’un des moteurs principaux de la révolution historiographique.

4Dans ce contexte général de révolution historiographique, l’histoire sociale et la sociologie entretiennent des relations très étroites, ce qui revient à dire que l’histoire sociale devient un élément constitutif important de la sociologie et influence considérablement son développement. L’histoire sociale chinoise peut être divisée en trois branches ou niveaux : la première consiste en l’étude de l’histoire sociale par les historiens (le concept d’histoire sociale inclut ici l’« histoire du développement social », l’« étude historique de la nature sociale », les « étapes du développement de l’histoire sociale », soit autant de recherches peu spécialisées sur l’évolution de la structure sociale) ; la seconde représente l’histoire sociale faite par les sociologues (qui reflète les grands changements historiques selon un point de vue nouveau et en se plaçant au niveau de la vie quotidienne, comme c’est le cas en histoire des organisations, en histoire familiale, en histoire des rites et des coutumes ou en histoire des systèmes de régulation locaux) ; la troisième est le fait d’économistes ou de politologues, qui proposent une analyse globale de l’histoire sociale via les histoires économique, juridique et culturelle (qui ont été intégrées à l’histoire sociale non pas pour leur contenu mais pour leur champ d’étude).

Polémique en histoire sociale et recherches en histoire sociale antique

5La polémique qui a lieu en Chine dans les années 1930 et qui porte sur l’histoire sociale joue un rôle moteur dans le processus d’émergence de la recherche dans ce domaine. Le point de départ de ces débats, loin d’être purement scientifique, correspond à une atmosphère politique particulière. À l’époque, les discussions sur la nature de la société chinoise consistaient en fait à s’interroger sur sa nature révolutionnaire.

  • 3 À l’époque, le Parti communiste comme le Parti républicain étaient largement sous influence soviét (...)

6À la fin des années 1920, après l’échec de la grande révolution, un groupe de chercheurs se lance dans une âpre réflexion sur l’avenir politique du pays. L’urgence de révolutionner et de refonder la société imposait de commencer par poser un diagnostic pertinent sur la nature de celle-ci. Aussi les débats qui s’ouvrent autour de cette question sont-ils le terrain d’échanges d’opinions divergentes venues des milieux politiques et académiques nationaux, et sont aussi soumis à l’influence de la Russie soviétique3.

  • 4 Voir Wang Lixi, 1931, « Les Prémices du débat sur l’histoire sociale en Chine », Revue Dushu nos 4 (...)

7En 1928, le Parti pour une vie nouvelle, représenté par Tao Xisheng, publie dans la revue Vie nouvelle une série de textes contestant la nature féodale de la société chinoise. En un temps assez court, Tao Xisheng publie plusieurs textes dont « De l’histoire sociale de la Chine » ou encore « Société chinoise et révolution chinoise », affirmant que « la société chinoise est contrôlée par une classe de propriétaires soumis à la finance, au commerce et au capital, et n’est pas une société féodale. » Dès lors, la voie est ouverte, et des gens issus de différents partis émettent successivement toutes sortes d’opinions, faisant bientôt de cette question un brûlant débat qui agite l’ensemble du monde académique. Ainsi « tous les chercheurs sont aujourd’hui contraints d’apporter une réponse à la question de la nature économique de la Chine. Et tous les chercheurs qui souhaitent déterminer ou défendre l’avenir de leur classe se doivent d’examiner cette question4 ».

  • 5 Guo Moruo, 2008 (1930), Étude de la société chinoise ancienne, Chinese Overseas Publishing House.

8En 1930, Guo Moruo, qui réside au Japon, publie une Étude de la société chinoise ancienne, dans laquelle il utilise la toute nouvelle méthodologie historique marxiste pour construire un système discursif historiographique novateur, qui marque immédiatement le point de départ de la polémique sur l’histoire sociale. Dans l’introduction de l’ouvrage, intitulée « Étapes du développement d’une histoire de la société chinoise », Guo Moruo évoque quatre moments : le système communal primitif antérieur aux Zhou occidentaux, le système esclavagiste sous les Zhou occidentaux, la société féodale postérieure aux Printemps et Automnes et enfin le système capitaliste des cent dernières années. Les arguments et les preuves apportés par Guo Moruo créent une véritable onde de choc au sein de la recherche en histoire sociale en Chine ; en effet, une des questions au cœur de la polémique sur l’histoire sociale est de savoir si la Chine a connu ou non une période d’esclavagisme, et cette question est directement liée à celle de la cohérence entre la théorie marxiste de l’évolution sociale et les théories fondatrices de l’histoire chinoise5. Par ailleurs, les os de tortue, les bronzes et autres documents historiques utilisés dans cette étude sont les mêmes que les nouveaux matériaux archéologiques qui seront utilisés dans Compilation des oracles gravés ou encore dans Grande étude des bronzes Zhou. Il s’agit bel et bien d’un défi de taille pour l’historiographie traditionnelle, qui repose sur les registres officiels. Bien que les points de vue théoriques de chercheurs comme Hu Shi ou Fu Sinian soient différents de ceux représentés par Guo Moruo, ils partagent le même désir de nouveauté en matière politique, historique ou méthodologique, et tous s’accordent sur l’importance de « faire parler chaque document historique ».

  • 6 Gu Jiegang, 1947, L’Histoire chinoise contemporaine, Nankin, Shengli Press.

9En opposition exacte avec le point de vue de Guo Moruo, on trouve le positionnement de Tao Xisheng. Comme l’affirme Gu Jiegang, parmi les historiens contemporains, « les premiers grands maîtres à avoir étudié l’histoire socio-économique sont Guo Moruo et Tao Xisheng, dont les travaux sont bien les plus accomplis6 ». Les œuvres de Tao Xisheng sont très nombreuses, mais la plus représentative de son positionnement dans la polémique sur l’histoire sociale est sans doute Histoire de la société féodale chinoise. Il y affirme que trois points de vue coexistent alors à propos de la structure de la société chinoise : le premier considère que la société chinoise, bien que fondée sur le capital foncier, est féodale. Mais Tao Xisheng estime que si le système féodal est une forme de système agraire, tout système agraire n’est pas nécessairement féodal. Si les princes féodaux sous les Han, les gouverneurs féodaux sous les Tang, la noblesse de l’époque Ming, la haute administration sous les Qing représentent tous une élite féodale, le système socioéconomique Han diffère de ceux du Ve siècle avant notre ère, celui des Tang n’est pas celui des Han, et ceux des périodes Ming et Qing ne sont pas identiques au système Tang. Dès lors, comment pourrait-on réduire le féodalisme au système agraire ? Le deuxième point de vue postule que la société chinoise est déjà capitaliste. On se fonde ici sur l’existence, dès le Ve siècle avant notre ère, de capitaux commerciaux en Chine. Tao Xisheng remarque que les capitaux commerciaux sont apparus très tôt dans l’histoire chinoise, sans que cela dénote pour autant l’existence d’une forme de capitalisme. En effet, en Chine, les composantes sociales du féodalisme chinois prennent des formes différentes à travers les époques, mais quelques facteurs précapitalistes hérités ne permettent pas de parler de capitalisme au sens plein du terme. Le troisième point de vue estime que la Chine étant encore semi-féodale, elle n’est ni capitaliste, ni féodale. Mais cet entre-deux n’est pas un terme clair, il permet juste de disserter, et non de fonder une recherche rigoureuse. L’économie agricole de la Chine diffère de celle de l’Europe, et la société chinoise d’alors n’a rien à voir avec celle de l’Europe du Moyen Âge.

  • 7 Cette expression fait référence à la doctrine de Sun Yat-sen qui prône une société fondée sur le b (...)
  • 8 Tao Xisheng, 1930, Histoire de la société féodale chinoise, Shanghai, Nanqiang Publishing House.

10Pour Tao Xisheng, la nature de la structure sociale chinoise ne peut être déterminée que par la prise en compte d’un ensemble de facteurs, tels que le système foncier et le système seigneurial, le monde agricole ou le semi-féodalisme ; c’est seulement alors que l’appréciation formulée englobera le système politique aussi bien que la situation socio-économique. La particularité chinoise tient à ce que si, d’une part, le système féodal, le système clanique patriarcal, le souverain féodal et les grands propriétaires terriens ont disparu, d’autre part, les influences féodales et claniques, les actes de propriété et les relations de subordinations continuent d’exister. Ce type de société peut être désigné comme « une société précapitaliste recelant encore des éléments clefs du féodalisme », ou comme « une société fondée sur les principes du peuple7 en transition », ou une « société de finance et de commerce capitalistes contrôlée par les grands propriétaires », ou encore « une société postféodale et précapitaliste essentiellement structurée par la relation entre les mandarins et la main-d’œuvre agricole », toutes ces formules visant à désigner la particularité et la complexité de la structure sociale chinoise8.

11La vaste polémique sur l’histoire sociale qui naît alors dans le monde académique a eu une influence profonde sur les recherches historiques et sociologiques ultérieures en matière d’histoire sociale, notamment grâce à l’établissement des concepts historiographiques divergents (Guo Moruo et Tao Xisheng) et au matérialisme historique qui prit aussi son essor à partir de ces débats. En premier lieu, cette polémique fit pénétrer les systèmes de concepts historiques et philosophiques au cœur des analyses de l’histoire sociale chinoise. Les exposés marxistes sur les formes sociales et leurs évolutions non seulement incorporent ainsi les structures conceptuelles traditionnelles de l’histoire chinoise, mais aussi prônent en même temps l’utilisation de la logique historique. Il s’agit de prendre en compte l’histoire des successions et des renversements dynastiques et de la placer au cœur de l’analyse générale des structures sociales, tout en redoublant de prudence dans l’appréhension de la nature de la société chinoise et de proposer plusieurs scénarios possibles pour l’avenir. En deuxième lieu, les chercheurs chinois sont à l’origine d’une tradition scientifique fortement marquée par l’« histoire sociale », ce qui explique pourquoi toutes les recherches menées en histoire spécialisée comportent une base d’histoire sociale (même lorsqu’elles semblent traiter de questions plus spécialisées ou partielles, leur orientation est influencée par la prise en compte de l’histoire sociale générale). En troisième lieu, la polémique a aussi modifié en profondeur les méthodes de la discipline historique. Le matérialisme historique fait table rase de l’histoire officielle des élites féodales, et l’argumentaire historique s’affranchit des limites des documents officiels traditionnels ; les fonds documentaires sont élargis, et on ouvre l’accès à des matériaux historiques comme les trouvailles archéologiques, les notes et fragments, les épigraphes, les estampages d’inscriptions lapidaires, permettant ainsi une véritable révolution dans l’approche des sources historiographiques.

  • 9 Lü Zhenyu, 2000 (1934), Étude de la société chinoise préhistorique, Hebei Education Press.

12Dans cette révolution de l’histoire sociale, Lü Zhenyu occupe une place très importante. On peut affirmer en effet qu’il fut le premier à étudier les légendes de la Chine antique et la société préhistorique d’après le point de vue du matérialisme historique. Ses œuvres phares s’intitulent Étude de la société chinoise préhistorique et La Société chinoise de la dynastie Zhou, qui représentent les deux premiers tomes de son grand projet Essentiel de l’histoire sociale chinoise. Lü Zhenyu estime que les concepts occidentaux importés comme ceux de « société de chasseurs/pêcheurs » ou encore de « nomadisme » et de « société agricole », ainsi que l’opinion qui rassemble les dynasties Xia, Shang et Zhou sous l’appellation de « dynasties légendaires », brouillent les frontières entre une période à proprement parler légendaire et une époque civilisée, débouchant sur la conclusion erronée selon laquelle « dans l’état actuel de nos connaissances, les périodes ayant précédé les Zhou orientaux sont des temps anhistoriques » (Gu Jiegang). Lü Zhenyu s’appuie sur les théories sur l’histoire ancienne de L. H. Morgan et d’Engels pour étudier les sociétés préhistoriques, et sur les recueils légendaires anciens ainsi que les reliques archéologiques de la culture de Yangshao dans ses explications sur la société préhistorique chinoise. Il affirme que l’époque des trois souverains Yao, Shun et Yu est celle de la transition d’un système matriarcal vers le patriarcat ; la dynastie Shang est décrite comme une société esclavagiste ; et la dynastie Zhou marque le début de l’époque féodale. Lü Zhenyu s’appuie essentiellement sur les documents excavés lors de fouilles archéologiques pour affirmer que sous la dynastie Shang, des classes et des catégories sociales différenciées s’étaient déjà formées, et la structure politique de base des organes d’État déjà établie, tandis que sur le plan économique l’agriculture, l’élevage, l’artisanat et le commerce s’étaient déjà bien différenciés. Le bâtiment, l’industrie textile, la maroquinerie, la métallurgie et la céramique étaient en pleine expansion. Dès lors, on peut affirmer que la structure sociale, les divisions de classes et la forme de l’État sous les Shang confirment l’analyse logique des évolutions de la société chinoise ancienne proposée par le matérialisme historique marxiste9.

13En marge de la polémique se constitue une école d’histoire sociale matérialiste, représentée entre autres par Guo Moruo, Lü Zhenyu, Fan Wenlan, Hou Wailu ou encore Jian Bozan. Leurs recherches se concentrent sur cinq problématiques centrales : les modes de production asiatiques ; l’existence ou non en Chine d’une période d’esclavagisme ; la périodisation et les caractéristiques de la « société féodale » ; la question du capitalisme marchand ; la question de la nature mi-coloniale mi-féodale de la société chinoise.

  • 10 Comme l’écrit Zhang Yinlin, dans son travail, Guo Moruo « fait des conclusions de l’anthropologie (...)

14À partir d’une comparaison des chemins empruntés par les histoires antiques occidentale et chinoise, Li Xuanbo étudie les propriétés fondamentales de la société de son pays. Dans son ouvrage intitulé Nouvelle étude de la société de la Chine ancienne, dont le titre ne diffère que d’un mot de celui de l’ouvrage de Guo Moruo (Étude de la société de la Chineancienne), la méthode à laquelle il recourt comporte des éléments proches du matérialisme historique10. Cependant, si on y regarde de plus près, il existe une différence importante entre la connaissance de base que possèdent les deux auteurs des apports de la théorie occidentale sur les structures sociales et leurs évolutions. Dans leur analyse de la Chine ancienne, Guo Moruo et Lü Zhenyu s’appuient sur l’anthropologie de L. H. Morgan et sur le matérialisme historique, tandis que Li Xuanbo utilise l’histoire comparative, tout en convoquant les travaux du sociologue français Fustel de Coulanges sur la Grèce et la Rome antiques.

15Durkheim est l’un des trois pères fondateurs de la sociologie, et l’ouvrage La Cité antique de Fustel de Coulanges est l’une des sources principales de sa théorie. Si le livre insiste sur les fondements matériels des premières civilisations européennes, sur leurs cités et sur leurs clans, il met surtout en évidence leur particularité organisationnelle, ainsi que les systèmes idéologiques et les formes religieuses qui permettent à ces organisations de rester intègres. Dès lors, l’analyse sociologique n’en est pas centrée sur les méthodes de production ou sur le système agraire afférent, mais sur les formes organisationnelles et la loi divine qui fondent l’unité sociale. Dans les années 1930, quand Li Xuanbo termine la traduction de La Cité antique, il écrit sans tarder une préface à l’ouvrage imprégnée d’histoire comparative. Il n’en est pas moins parfaitement conscient que l’essence de l’histoire comparée de la Chine ancienne consiste à utiliser les concepts fondamentaux forgés par Fustel de Coulanges, comme ceux de système totémique ou de système clanique ou encore d’organisations, pour analyser la Chine ancienne. Dès lors, il complète La Concentration progressive du système totémique et du pouvoir politique dans la Chine ancienne et son appendice intitulé La Centralisation du système matrimonial en Chine ancienne, qu’il publie ensemble sous le titre Nouvelle étude de la société de la Chine ancienne, et qui devient un classique de l’étude des structures sociales de cette période.

  • 11 Li Xuanbo, 1949, Nouvelle étude de la société de la Chine ancienne, Kaiming Bookstore.

16Li Xuanbo part de la théorie du système totémique pour expliquer les caractéristiques de la civilisation chinoise antique, estimant que les sociétés anciennes d’Orient et d’Occident montraient certaines similarités. Dans les premiers temps du système clanique chinois existaient des pratiques de culte des animaux ; les noms de famille chinois ainsi que la déférence envers les ancêtres découlent de ce système totémique. Li Xuanbo écrit : « Les noms de famille proviennent des totems et on peut encore en déceler les traces dans la graphie aujourd’hui. Le nom Feng (风) vient du totem du phénix (凤, feng), Jiang (姜) de celui du mouton (羊, yang), Hu (扈) a pour totem l'oiseau (鸟, niao)11. » Le système clanique mentionné ci-dessus va aussi de pair avec un système politique : le patriarcat Zhaomu était fondé sur les classes claniques, et le système de succession par abdication (shanrang) impliquait une élection au sein de la tribu ou bien la transmission du pouvoir du père à son beau-fils. Dès lors, la structure sociale reflétée par l’étude de Li Xuanbo est un ordre symbolique exprimé par le système des patronymes et celui des clans, que les moyens de production et le système agraire ne suffisent pas à expliquer, mais qui au contraire en sont le produit. Qian Zhongshu a désigné le livre de Li Xuanbo comme une « excentricité », tandis que l’anthropologue Yang Kun le considère comme « une œuvre qui marqua l’histoire de la méthode comparatiste ».

  • 12 Meng Siming, 2006 (1936), Le système des classes sociales sous la dynastie Yuan, Shanghai Century (...)
  • 13 Meng Siming, 2007 (1941-1943), La Société des dynasties Wei, Jin, du Nord et du Sud, Shanghai Cent (...)
  • 14 Cette terminologie inclut les 56 « nationalités » de Chine.
  • 15 Li Ji, 2005 (1928), La Formation de la nation chinoise, Jiangsu Education Press.

17Meng Siming associe lui aussi sociologie et recherche en histoire ancienne. Il a étudié à l’université Harvard et reçu une formation standard en sociologie. Il associe le point de vue de la sociologie, les méthodes de l’histoire et les documents historiques sur la société ancienne chinoise et ouvre ainsi une nouvelle voie à la recherche en histoire sociale. Le Système des classes sociales sous la dynastie Yuan et La Société des dynasties Wei, Jin, du Nord et du Sud, sont deux repères clefs sur cette nouvelle voie. La théorie ayant cours parmi les historiens de l’époque voyait en la dynastie Yuan une dynastie conquérante, dont la société était gouvernée par les luttes ethniques, et qui prit fin à la suite d’une « révolution raciale ». Pourtant, dans Le Système des classes sociales sous la dynastie Yuan, Meng Siming s’élève contre cette doxa et propose une nouvelle interprétation : premièrement, l’invasion mongole n’a en aucun cas renversé l’organisation et la structure socio-économique des dynasties Song et Jin, fondées sur le principe de ségrégation des riches et des pauvres ; deuxièmement, « l’organisation en grandes familles et le cadre législatif [mis en place par le système des quatre castes ethniques fondé par les Mongols] se fondent sur un critère de puissance » ; troisièmement, la révolution qui renversa la dynastie mongole Yuan, bien qu’elle ait abouti à chasser les Mongols, « est d’abord causée par la pauvreté et la disette », « les révolutionnaires étaient des paysans pauvres », « il ne s’agit donc pas d’une révolution purement ethnique des Han contre les Mongols ». Bien que la problématique centrale de l’ouvrage soit le système des classes sociales, il aborde aussi des sujets connexes sur les conditions générales de l’époque dans différents domaines de la vie sociale (politique, législatif, fiscal, ou encore culturel)12. Après sa parution, le livre est rapidement plébiscité par le monde académique. Le volume de la Cambridge History consacré aux dynasties Liao, Xia, Jin et Yuan désigne l’ouvrage de Meng Siming comme « un jalon majeur dans l’histoire de la dynastie Yuan depuis un demi-siècle ». Dans La Société des dynasties Wei, Jin, du Nord et du Sud, Meng Siming propose une critique très précise du rôle décisif des familles de fonctionnaires, de leur formation et de leur déclin, mais également une analyse de leur influence dans différents domaines (politique, économique, mœurs et coutumes). L’ouvrage se penche sur le développement et l’évolution de la classe des propriétaires fonciers depuis les Han et de ses particularités sous les dynasties Wei, Jin, du Nord et du Sud, affirmant que « les quatre cents ans d’histoire de ces quatre dynasties sont ceux de l’ascension et de la chute d’une famille de mandarins13 ». Li Ji est spécialiste d’histoire ancienne et titulaire d’un doctorat de Harvard ; sa thèse de doctorat, intitulée La Formation de la nation chinoise et publiée en anglais en 1928, est la première étude d’ethnologie chinoise. Il fournit un exemple d’utilisation de la méthode ethnologique appliquée au domaine chinois. Dans sa thèse, Li Ji utilise des données anthropométriques sur la Chine, des documents sur la formation des villes extraits de livres d’histoire, d’autres sur l’origine des noms de famille, des données démographiques, et tout un corpus historique au service d’une démonstration efficace sur la question de la constitution d’une nation chinoise. Dans ses travaux, il opère une distinction entre le « Nous » et les « Autres ». Il procède en commençant par mesurer les caractéristiques physiques de la population chinoise ; à partir de la succession des patronymes à travers les générations passées et de l’évolution des limites fortifiées, il déduit l’échelle et la composition de la communauté du « Nous » à travers ses évolutions et ses migrations, mais aborde aussi les transformations des populations « Autres », ainsi que celles des migrations du peuple chinois14 dans son ensemble. En réalité, ce sont les Han qui sont désignés par le « Nous », tandis que les « Autres » regroupe toutes les minorités ethniques du pays. Selon lui, le peuple chinois se compose de cinq groupes majeurs : les « fils de l’empereur jaune », tête ronde et nez fin ; les Toungouses, tête longue et nez fin ; les « Tibéto-Birmans », tête longue et nez large ; les « locuteurs de langues môn-khmer », tête ronde et nez large ; les locuteurs de langue shan. Tous ces peuples constituent la grande nation chinoise15.

Recherches en histoire sociale et sociologie

18En imposant sa marque à l’histoire académique, le point de vue sociologique donne une véritable impulsion à la recherche en histoire sociale. Il brise la tradition historique centrée sur le pouvoir royal, provoquant l’intérêt des chercheurs pour l’histoire matérialiste et celle des classes modestes, et permettant de resituer les catégories du discours historien dans la vie sociale du peuple. Des historiens issus de différentes écoles s’efforcent alors de lier recherche historique et préoccupations sociales, histoire classique traditionnelle et sciences sociales modernes, registres officiels et matériaux issus du terrain, dans le but d’étendre le domaine de la recherche historique et de donner un nouveau visage à l’histoire académique chinoise. Les ouvrages d’histoire sociale fleurissent alors : Brève histoire du système matrimonial chinois, de Lü Simian, Étude de l’histoire sociale chinoise, de Xiong Deshan, le Manuel d’histoire sociale chinoise, de Deng Chumin, Us et Coutumes de la dynastie Han, de Qu Xuanying, Enquête sur les rites matrimoniaux et funéraires sous la dynastie Han, de Yang Shuda, Étude matérialiste des coutumes sociales des générations passées, de Shang Binghe, Histoire du mariage en Chine ancienne, de Chen Guyuan, Histoire de la prostitution en Chine, de Wang Shunu, Étude sur le voyage en Chine ancienne, de Jiang Shaoyuan, Érémitisme et Culture chinoise, de Jiang Xingyu en sont quelques exemples.

19Au même moment, un groupe de sociologues, d’anthropologues et d’ethnologues s’intéressent à la recherche en histoire et forment bientôt le courant sociologique de l’histoire sociale, qui influence profondément le développement de la sociologie en Chine et figure au nombre des éléments fondateurs de la théorie sociologique chinoise. La Loi et la Société chinoises, de Qu Tongzu, Étude sociologique des Rites et Cérémonies et du Classique des rites, de Li Anzhai, History of the Guild System in China, de Quan Hansheng, Cercles politiques : dang et she sous les Ming et les Qing, de Xie Guozhen, deviennent par la suite des ouvrages de référence de la recherche sociologique en histoire sociale.

  • 16 Qian Mu, Introduction à l’histoire nationale, The Commercial Press, p. 3-5.
  • 17 Id., p. 9.

20La recherche en histoire sociale d’un point de vue sociologique est l’expression d’un courant de pensée indépendant, qui se refuse à emprunter les théories de base de l’histoire occidentale, et s’efforce de trouver des alternatives à l’histoire « positiviste » et au « matérialisme historique ». Les critiques de Qian Mu à l’encontre du « parti traditionnel », du « parti rénovateur » ou du « parti scientiste » reflètent bien cette tendance. Qian Mu estime que le « parti traditionnel » ne fait que « réciter, connaître par cœur les institutions sociales et répéter les paroles des sages anciens » ; que le « parti rénovateur » souffre d’une « fièvre rénovatrice » et « néglige ses sources et sa documentation » ; que le « parti scientiste » est « coupé de la réalité historique », il « s’est un peu trop inspiré d’un mouvement d’alors qui survalorisait les documents historiques… et pouvait pécher par excès de détails16 ». Le « parti rénovateur » n’est « qu’un idéal vide et abstrait », qui affirme que depuis les Qin la Chine a connu 2 000 ans d’une histoire sombre et marquée par le despotisme. Pour Qian Mu, retrouver le vrai visage de l’histoire impose de mener l’enquête sur trois niveaux : avec « pour base l’approche socio-économique », « pour horizon l’appréhension du système politique » et « pour guide une pensée scientifique17 ».

Li Anzhai et l’étude de la structure socioculturelle

21Dans son ouvrage de 1931 intitulé Étude sociologique des Rites et Cérémonies et du Classique des rites, Li Anzhai s’efforce de dépasser l’histoire traditionnelle afin d’étudier d’un point de vue sociologique la structure socioculturelle chinoise dans son ensemble. Dans la préface de l’ouvrage, Li Anzhai indique que :

  • 18 Li Anzhai, Étude sociologique des Rites et cérémonies et du Classique des rites, Shanghai People’s (...)

La méthode qui a présidé à la rédaction de ce livre consiste à examiner ces deux textes, les Rites et cérémonies et le Classique des rites, avec un regard objectif, afin de mettre en évidence leur dimension sociologique. En d’autres termes, il s’agit de considérer ces deux ouvrages comme des objets sociaux, et d’analyser dans quelle mesure ils ont une influence sur certains phénomènes sociaux (sur les comportements). Les questions de contexte : identité des auteurs ou datation de ces ouvrages, ne sont pas centrales pour notre travail, construit comme une étude interne et non externe. En outre, ce qui nous importe, c’est la totalité de ces ouvrages, et non leurs moindres détails ; nous proposons donc une analyse d’ensemble et non une critique sémantique suivie du texte18.

  • 19 Gu Jiegang, Préface au premier volume des Questions d’histoire ancienne, Textes choisis d’historio (...)

22Concrètement, Li Anzhai est en désaccord avec la quadruple théorie élaborée par Gu Jiegang de remise en question critique des reliques anciennes, destinée à questionner les concepts chinois d’unité ethnique et territoriale, mais aussi avec la « personnalisation » de l’histoire ancienne ainsi que sa mythification19. Il n’adhère pas non plus aux méthodes de l’école de la critique textuelle, et encore moins à la mythification prônée par les « défenseurs de l’essence nationale », en tant qu’ils ne s’intéressent qu’aux grands hommes et ne plongent jamais au cœur de la société pour en observer les structures objectives. Pour Li Anzhai, le mot « rite » en chinois désigne un phénomène de masse inconscient, comme un « folklore », mais il désigne aussi une conscience du bien-être social général, une sorte de « baromètre social » ; il désigne encore les structures et le cadre qui englobent ce baromètre, c’est-à-dire le « système », et même ce qui décide de cette structure générale, à savoir les décrets gouvernementaux. Dès lors, en adoptant un point de vue purement objectif, le « rite » apparaît comme le fondement de toute la structure sociale chinoise, il commande à toutes les dimensions de la vie sociale, et, à travers la culture et l’éducation, a permis le maintien de l’équilibre social pendant des milliers d’années. Pour résumer, le rite apparaît aussi bien dans les éléments du quotidien (les interactions entre les hommes et les objets, des hommes entre eux mais aussi avec le surnaturel) qu’au niveau du système et des comportements. En ce sens, il correspond à ce que l’anthropologie désigne comme la culture, et qui relie les dimensions matérielle et spirituelle. Le rite est ce qui différencie les hommes des bêtes, ce qui permet d’« élire des affinités, de résoudre les soupçons, de discerner le semblable du différent et le vrai du faux ».

23Li Anzhai construit un modèle de structuration de la société chinoise centré sur le rite. Il estime qu’à travers l’histoire sociale chinoise, l’appareil rituel a édifié un système (au sens linguistique du terme) de dénominations, qui correspond à l’organisation et aux catégories de l’ordre social. Ainsi le « rite » investit l’habillement, l’alimentation, le logement, le voyage, les objets d’usage ou encore le travail et toutes les dimensions de la culture matérielle, et à travers la culture il permet la transition de la connaissance à la religion et au rituel ; il définit aussi les catégories de rapports sociaux à travers les systèmes matrimoniaux, législatifs et le régime de propriété, il fonde enfin l’ordre social et se trouve au cœur de l’idéal politique chinois. On peut affirmer que Li Anzhai part du concept de rite pour établir un cadre d’analyse sociale englobant ; du sentiment populaire au système politique, il effeuille par couches successives la logique interne du rite et laisse apparaître la façon dont celui-ci gouverne tout le système social.

Qu Tongzu et l’histoire sociale et législative

  • 20 Qu Tongzu, 2003 (1947), La Loi et la Société chinoises, Zhonghua Book Company.

24Qu Tongzu souhaite lui aussi subvertir l’historiographie traditionnelle ; diplômé du département de sociologie de l’université Yanjing à Pékin, il effectue un cycle de recherche sous la direction de Wu Wenzao et de Yang Kaidao, avant de poursuivre sa formation aux États-Unis. Dans son ouvrage intitulé La Loi et la Société chinoises, il propose une analyse systématique de 2 000 ans de législation chinoise des Han aux Qing, autour de catégories admises en histoire sociale comme la famille, le mariage, les classes, la sorcellerie et la religion. Il utilise aussi bien les matériaux législatifs de l’histoire officielle que des références anecdotiques, des notes, des extraits de romans, ou encore divers documents historiques : codes, cas, jugements. Il propose ainsi une analyse novatrice de l’esprit et des particularités de la loi antique chinoise et de leurs évolutions, et inaugure un nouveau domaine scientifique que l’on pourrait désigner par le terme d’« histoire sociale de la législation », et dans lequel ses travaux restent aujourd’hui encore quasi inégalés. Dans son ouvrage, Qu Tongzu fusionne sociologie, droit et histoire, et démontre que le familialisme et le concept de classe constituent à la fois l’esprit fondateur et la particularité essentielle de la législation antique chinoise. Ils sont la clef de voûte de l’idéologie confucéenne, fondent la société chinoise, et représentent l’ordre social que cette législation ancienne s’efforce de protéger. Qu Tongzu fournit une explication relativement exhaustive de ce système familialiste reflété par la loi chinoise. Il étudie longuement les classes sociales en interrogeant les modes de vie, les coutumes et les lois sur le mariage, la sépulture, les sacrifices mais aussi les élites, le peuple et la plèbe, pour démontrer que les différences de mode de vie sont étroitement liées à l’ordre social, et que, dès lors, la loi et l’éthique emploient toutes leurs forces pour préserver ces différences20.

25Mais les travaux de Qu Tongzu ne se limitent pas au champ de l’histoire sociale de la législation : il s’intéresse de près aux problématiques de l’histoire sociale du Moyen Âge européen, et adopte ce point de vue pour examiner les modèles sociaux de l’histoire ancienne chinoise. Il rédige par exemple un ouvrage alors qu’il n’a que 26 ans, qu’il intitule La Société féodale chinoise, dans lequel il décrit les institutions sociales chinoises, depuis le système féodal des Zhou jusqu’au système des préfectures et des comtés de la dynastie Qin. En outre, dans Structure de la société han, il fournit une analyse détaillée de l’édification de la structure sociale chinoise sous l’angle de l’histoire structurelle, tandis que dans Le Gouvernement local sous les Qing, il étudie le fonctionnement concret de la dynamique institutionnelle du point de vue de l’histoire administrative locale. On peut donc dire que ces quatre œuvres de Qu Tongzu, devenues des classiques, révèlent la logique concrète des formes, des structures, des organisations, du système et du fonctionnement de la société chinoise, et établissent le cadre d’analyse général de l’histoire sociale chinoise.

Lei Haizong et Lin Tongji et les recherches en histoire culturelle

26Alors qu’il étudie l’histoire à l’université de Chicago, Lei Haizong est très marqué par la méthode de morphologie historique théorisée par le philosophe de l’histoire allemand Oswald Spengler (pour Lin Tongji, Lei Haizong est le premier spécialiste chinois de l’histoire morphologique). Lei Haizong accorde une grande importance aux liens qui existent entre l’histoire, la philosophie et l’art. Pour lui, une œuvre historiographique de qualité se doit d’examiner, de distinguer et d’organiser ses sources avec une rigueur historique, de mettre en relation et d’interpréter les faits historiques à la lumière d’un raisonnement philosophique et de raconter l’histoire avec art. L’œuvre de Lei Haizong s’intitule La Culture et le Soldat chinois et consiste en une étude des systèmes historique et culturel chinois sur fond d’histoire mondiale. La manière dont Lei appréhende les différents sujets qu’il aborde dans ses recherches (système clanique, relations patriarcales, organisation administrative, rôle du chef de l’État, question démographique, classification historique) est très personnelle. Là où les récits militaires des différentes dynasties traitent avant tout des structures militaires, Lei cherche à donner à voir le génie culturel chinois.

  • 21 Lei Haizong, 2001 [1940], La Culture et le Soldat chinois, The Commercial Press.

27Lei Haizong défend l’idée que la bassesse et la peur qu’on retrouve à tous les niveaux de la société chinoise depuis plus de 2 000 ans découlent d’une perversion des vertus chinoises traditionnelles. L’importance que ces dernières ont prise au fil des siècles a débouché sur des pratiques de plus en plus calculatrices, hypocrites et malhonnêtes. Le délitement de l’armée chinoise s’explique donc par le déclin de la culture chinoise tout entière. L’esprit militaire est le dernier à avoir disparu de la culture chinoise au cours de son évolution ; celle-ci est donc devenue non militaire. Or, « sans soldats, pas de citoyens, et donc pas de vie politique21 ».

28Pour Lei Haizong, l’histoire n’est pas linéaire : elle est le produit ou la libre évolution de diverses civilisations installées en divers endroits à des époques différentes. Si chaque civilisation est fondamentalement unique, l’aspect cyclique qu’il observe dans l’histoire implique qu’elles sont toutes condamnées à un moment ou un autre à disparaître. Pour lui, une civilisation doit en passer par différents stades : cela correspond à une vision morphologique de l’histoire. Toutes les civilisations seraient donc égales, ce qui éliminerait la distinction entre civilisations majeures ou mineures. Cette approche, qui ébranle fortement le milieu universitaire chinois, met en cause le discours dominant dispensé à l’époque par l’Occident sur le rôle de l’Europe dans l’histoire mondiale. En réfutant l’européocentrisme, elle offre un nouveau point de départ à la recherche en histoire mondiale.

29L’Histoire morphologique, ouvrage coécrit par Lin Tongji et Lei Haizong, est à bien des égards la suite de La Culture et le Soldat chinois. À l’aide de leur méthode morphologique, les auteurs dénombrent trois phases dans l’histoire des civilisations : le féodalisme, la division en différents royaumes et l’unification impériale. Ils avancent à ce titre l’idée que l’ère actuelle est une répétition de l’époque des Royaumes combattants. En effet, si l’on compare le monde contemporain à celui de l’époque des Royaumes combattants, on s’aperçoit que, dans le monde actuel, « tout est fait pour la guerre et en fonction d’elle ». La Chine n’a donc pas d’autre choix que de faire renaître l’esprit combatif d’alors et de redéfinir ses stratégies nationales et de politique étrangère, sans quoi son déclin est inévitable. Elle ne peut faire l’économie d’un retour sur son héritage culturel vieux de 2 000 ans.

  • 22 Lin Tongji, Lei Haizong, 1946, L’Histoire morphologique, Dadong Bookstore.

30La civilisation occidentale se situerait en plein apogée de sa phase de division en différents royaumes – qui correspond à l’époque chinoise des Royaumes combattants – et verrait se dérouler devant elle une longue période de prospérité et de forte expansion. Face à cette vigueur, la nécessité d’une adaptation se fait sentir pour les pays souhaitant préserver leur culture. Or les abus perpétrés en Chine par le pouvoir impérial depuis l’unification réalisée par l’empereur Qin Shi Huang quelque 2 000 ans plus tôt diffèrent trop de ce que le monde occidental est en train de vivre. La Chine éprouve donc toutes les peines du monde à s’adapter. Les auteurs proposent de reformer l’esprit guerrier des Royaumes combattants via la notion de « pouvoir » ; seul le pouvoir serait en mesure de réveiller la vigueur chinoise. Sans lui, comment se battre, comment lutter, comment les Chinois pourraient-ils survivre ? Il convient dès lors d’adopter une vision « guerrière » de la vie et de partir guerroyer, le courage en étendard. Lei Haizong et Li Tongji placent de grands espoirs dans leur doctrine et souhaitent la voir transformer la mentalité timorée et le caractère prudent et médiateur du peuple chinois. Parallèlement, ils critiquent sévèrement la tradition bureaucratique chinoise, imprégnée, selon leurs termes, du poison du « pouvoir impérial, des lettrés, du patriarcat et de la vénalité », de plus en plus centrée sur elle-même et corrompue. Leur critique vise également l’évolution sociopolitique chinoise des trois derniers millénaires, qu’ils résument ainsi : « le passage d’un système gouverné par des seigneurs féodaux à un autre aux mains des fonctionnaires lettrés ». Les bureaucrates lettrés l’ont emporté sur les grandes familles guerrières, et ont substitué aux anciennes valeurs de justice (yi) et de soumission aux rites (li) les notions de face (mianzi) et d’obligations sociales (yingchou). Les valeurs de la fidélité, du respect, du courage et de l’acceptation de la mort ont progressivement cédé le pas à celles de la piété filiale, de l’amour, de l’érudition et de la vie, qui ont donné naissance à des « personnalités molles ». Alors qu’incombait au lettré la tâche de transmission culturelle, son art est rapidement devenu celui d’un bureaucrate carriériste, pour le plus grand malheur de la Chine. Comment aujourd’hui faire en sorte que les lettrés redeviennent le fer de lance de la réforme sociale ? Voici une question qui revêt un caractère urgent pour l’avenir de la Chine22.

31La défaite totale de la Chine face à l’Occident a donné à Lin Tongji et Lei Haizong matière à réflexion. Elle les a poussés à remettre complètement en cause leur culture et leurs traditions, et leur a donné l’idée que seule une refonte de la culture chinoise pourrait sauver leur pays. Leur approche a par la suite été qualifiée de « retour aux Royaumes combattants ».

Xie Guozhen et les recherches en histoire des cercles politiques

32Pour Xie Guozhen, la catégorie des documents historiques comprend les récits anecdotiques, les recueils de poèmes, les journaux locaux et les documents d’archives. En effet, les documents officiels présentent par trop de lacunes, imputables à la censure ou à l’autocensure. Son ouvrage de 1934, Cercles politiques : dang et she sous les Ming et les Qing, met à jour les dernières découvertes qu’il a faites sur cette période. Ses recherches l’ont amené à travailler aussi bien avec des sources officielles qu’avec des documents de seconde main ; il a ainsi réussi à restituer les luttes des lettrés les uns avec les autres dans le contexte historique de la période qui s’étend du règne de l’empereur Wanli et à celui de l’empereur Kangxi. L’existence de ces sociétés politiques sous les Ming et les Qing a depuis toujours nourri la controverse, sans que, faute de recherches poussées, des discussions substantielles n’aient réellement pu avoir lieu. Au terme de ses recherches, Xie Guozhen conclut que les dang étaient organisés par des individus appartenant à la classe des lettrés, tandis que les she étaient pour leur part le lieu de rassemblement d’individus éduqués mais sans être lettrés. Il se lance alors dans l’étude de ces cercles depuis les débuts du règne de Wanli, pendant lequel la littérature joue un rôle de liant social, et jusqu’à leur transformation en noyaux révolutionnaires militant contre la dynastie Qing (après la dynastie des Ming du Sud). Il évacue au passage le préjugé courant qui confond dang et she

  • 23 Xie Guozhen, 2006 (1934), Cercles politiques : dang et she sous les Ming et les Qing, Shanghai Cen (...)

33De son propre aveu et « en toute sincérité », Xie Guozhen « ne compose pas cet ouvrage par amour de la controverse et pour mettre en avant un énième point de vue sur la question. [Il] cherche simplement à comprendre pourquoi, entre la fin des Ming et le début des Qing, des groupes d’individus de quelque érudition n’ont pas hésité à donner leur vie pour défier le pouvoir, sans manifester la moindre crainte à l’égard de la terrible répression à l’œuvre. Ils incarnent [pour lui] l’esprit chinois, qui survit à tout23 ».

Luo Xianglin et les recherches sur les Hakkas

  • 24 Luo Xianglin, 1992 (1934), Introduction à la recherche sur les Hakkas, Taibei : Nantian Bookstore, (...)

34Il s’agit d’une recherche en histoire sociale sur un sujet délimité, réalisée à partir de sources historiques, d’enquêtes de terrain et de registres généalogiques. Luo Xianglin emprunte également aux disciplines de l’histoire de la pensée et de l’histoire sociale pour comprendre les modalités de communication et de construction d’identité des différentes ethnies présentes sur le territoire chinois. Dans ses recherches, il s’intéresse aussi bien à la culture qu’à l’histoire hakkas, ce qui confère à son œuvre une dimension sociopolitique. Dans Introduction à la recherche sur les Hakkas, qu’il publie en 1933, Luo Xianglin écrit ceci : « Il existe dans le Sud de la Chine un peuple dynamique, très prometteur, auquel tout semble réussir, et dont je n’ai retrouvé la mentalité nulle part ailleurs : il répond au nom de « Hakka », du nom qu’il se donne lui-même. C’est un peuple issu des Han, qui s’en est séparé à la longue ; il a de tout temps attisé la curiosité des sociologues, anthropologues et autres experts en histoire des civilisations, chinois aussi bien qu’occidentaux. En outre, les changements conjoncturels et l’histoire chinoise de ces derniers siècles sont tous liés de près ou de loin à ce peuple24. » En plus d’étudier les causes historiques et les raisons culturelles à l’origine de l’apparition de ce peuple, Luo Xianglin cherche à comprendre quelle logique culturelle a poussé les Hakkas à s’affirmer dans leur singularité et dans une identité culturelle qui leur est propre.

35Son ouvrage se veut le plus réaliste possible. En effet, à l’époque, les historiens, et avec eux la grande majorité des Chinois, s’imaginent que les Hakkas « ne sont pas des Han » ou qu’ils sont ce que les « Miao, les Yao, les Zhuang ou les She sont aux Han, c’est-à-dire des métis ». L’association de recherche sur les Hakkas (mise sur pied par des personnalités hakkas) révèle que les Hakkas « sont issus des plaines du centre de la Chine ». De nombreux auteurs ont trouvé des sources historiques qui le prouvent, notamment Zou Lu dans Étude des évangiles hakkas des Han, Zhong Yonghe dans Origine et Migration des Hakkas, Wen Tingjin dans Contre l’idée que les Hakkas ne sont pas des Han, Zhang Ziping dans Comparaison de la prononciation entre cantonais et hakka, Gu Zhi dans Les Hakkas ont raison ou encore Luo Aiqi dans Le Dialecte hakka.

36Introduction à la recherche sur les Hakkas, en faisant appel à l’étude du folklore, à la linguistique, à l’ethnographie ou encore à l’anthropologie parvient à démontrer que l’ethnie hakka est une branche de l’ethnie han. L’ouvrage décrit dans le détail l’origine, le système, la répartition, l’environnement naturel ainsi que les spécificités linguistiques du peuple hakka depuis la création de la République populaire de Chine. Il aborde également les raisons qui ont pu pousser les Hakkas à migrer et propose un tracé de leur migration. L’auteur y défend l’idée que les Hakkas ont conservé la culture de la Chine centrale, même s’ils se sont constitués en une ethnie à part entière au fil de leurs croisements avec des peuples du Sud de la Chine. Luo Xianglin recourt également à l’étude du folklore, aux classiques, au néoconfucianisme, à l’histoire, à la géographie et à la linguistique pour décrire différents aspects de la vie des Hakkas, comme leurs croyances, leurs religions, leur conception de l’intégrité morale, les convenances, les techniques de construction des maisons et des tombes ancestrales, les conflits… La raison pour laquelle les recherches de Luo Xianglin ont suscité un tel intérêt tient principalement au fait que le mouvement des Taiping s’est appuyé sur un mouvement paysan hakka. C’est une des raisons pour lesquelles les Hakkas ont toujours fasciné, en Chine comme à l’étranger. L’étude de ce peuple est ainsi devenue une discipline à la croisée de l’étude du folklore et de l’historiographie.

37Dans son ouvrage, Luo Xianglin n’a pas recours au style rédactionnel des chroniques. Il synthétise les conclusions auxquelles parvient chacune des différentes disciplines de sciences humaines invoquées afin de parvenir à une analyse complète de la situation. Pour les besoins de celle-ci, il passe au crible des différentes disciplines mentionnées ci-dessus les sources historiques et les matériaux de terrain qu’il exploite, avant de les organiser en une classification rigoureuse. Luo Xianglin ne s’est pas contenté de connaissances locales et partiales pour composer son œuvre : il y étudie la question hakka dans le contexte historique chinois afin de comprendre pourquoi la place de cette ethnie au sein du système civilisationnel chinois se révèle quelque peu originale. Les arguments qu’il met en place pour expliquer les migrations internes et le mélange des Hakkas avec d’autres peuples sont cohérents. Grâce à lui, les Hakkas ne sont plus considérés comme une « tribu sauvage et [une] peuplade arriérée » : ils sont une branche de la culture chinoise, une culture en tant que telle. Une identité hakka au sens propre du terme se constitue dès cette époque.

Fu Zhenlun et les recherches en histoire des chroniques locales

38Fu Zhenlun a joué un rôle considérable dans cette discipline, et il est à ce titre un personnage clef dans l’histoire de l’étude des chroniques locales. À ses yeux, les chroniques participent de l’histoire au même titre que d’autres types de documents ; le lettré se doit donc de ne pas en altérer le contenu et d’œuvrer à l’élaboration d’une science sur le sujet. Il est le premier à donner des conférences sur cette nouvelle discipline, à la suite de quoi il écrit un ouvrage théorique sur cette question.

39Son livre paraît en 1934 et s’intitule L’Étude des chroniques locales en Chine. Il y analyse des œuvres très connues (notamment le Livre des Yue et des Wu ou encore les Chroniques de Huayang) et revient sur le rôle de Zhang Xuecheng, sa contribution à l’étude des chroniques locales et sa vision de la discipline. Il met également à jour les différentes avancées réalisées dans la discipline et explicite sa vision, pour le moins originale, des origines, du développement, des différentes écoles, de la valeur et des limites de ce type de récits. Il critique au passage les travers imputables à leur ancienne forme, et assigne de nouveaux objectifs à la discipline. Pour Fu Zhenlun, la place qu’occupent ces récits dans l’histoire des sciences est particulière : elle tient au fait que ces documents recensent des événements au jour le jour, qui sont consignés par des témoins directs et donc fiables ; d’autre part, ce sont des documents d’origine populaire, suffisamment rares pour être très précieux. Il souligne la différence qui existe entre l’histoire officielle et l’histoire telle que racontée dans ces chroniques locales en disant :

  • 25 Fu Zhenlun, 1988, (1934), L’Étude des chroniques locales en Chine, Beijing Yanshan Press, p. 13.

L’histoire que ces chroniques nous montrent à voir est à l’histoire officielle ce que le peuple est aux nobles. L’histoire officielle recense les hauts faits de l’élite et ne mentionne que la grandeur et la décadence de telle ou telle famille, tel ou tel empereur. Elle consiste en une compilation approximative et concise de bibliographies, détachée du peuple, et qui ne vise absolument pas à rendre compte dans son intégralité du corps social de l’époque. Les chroniques locales sont tout autres. En premier lieu, elles font du peuple leur objet d’étude principal. Là où les subtilités du système social, les mœurs, les coutumes ou encore les moyens et les conditions d’existence du peuple ne sont pas très clairs pour l’historiographe officiel, le chroniqueur consigne tout dans le plus grand détail, et comble ainsi les lacunes des livres d’histoire. Les historiens modernes doivent être sensibles à cette question25.

40Cette discipline a beaucoup gagné en visibilité au sein de l’histoire des sciences grâce à la révolution historique lancée par Liang Qichao, qui voulait mettre en avant les savoirs locaux. Il estimait en effet que l’histoire telle qu’elle a toujours été pratiquée en Chine est une histoire des princes, une tradition à des années-lumière de celle qui existe en Occident, où l’on fait l’histoire des peuples. Pour autant, l’étude des chroniques locales ne comprend pas l’étude des questions sociales et locales, qui sont pourtant abondamment traitées dans ses documents sources. En 1924, Liang Qichao publie dans la revue Eastern Miscellany un article intitulé « Notes sur l’entreprise d’organisation des vieux savoirs des Qing et étude des chroniques locales », dans lequel il crée le nom de cette nouvelle discipline tout en résumant la théorie développée par Zhang Xuecheng à ce sujet. Il insiste sur l’importance d’une approche distinctive dans la pratique de l’histoire chinoise : jusqu’alors, l’histoire en Chine obéissait à une logique de centralisation, le gouvernement central figurant comme point de départ – et ce au détriment de l’exhaustivité historique. Pour réellement comprendre la Chine, il faut enquêter sur chaque région l’une après l’autre, au cas par cas. La publication de l’article de Liang fait beaucoup de bruit, et amène de nombreux lettrés à prendre la plume et à s’interroger sur la nature, les origines, la valeur ou les méthodes de compilation. Cela donne naissance à un vaste débat, que rejoint Fu Zhenlun en publiant Débat autour des chroniques et Un essai de révision des chroniques de Beiping. En définitive, cette discipline, qui fait son apparition pendant la République de Chine, est alors réévaluée et connaît un regain d’intérêt grâce au débat autour de sa valeur scientifique.

Chen Dongyuan et les recherches en histoire des femmes

41Dans les années 1930, les recherches menées par Chen Dongyuan sur l’histoire des femmes ont eu un impact de taille sur les avancées de l’histoire sociale et ont contribué à renverser la suprématie de l’histoire officielle. Son livre, Chinese Women’s Life History, qu’il publie en 1936, est une œuvre fondatrice de l’époque moderne qui aborde l’histoire de la vie des femmes. En partie inspiré par le mouvement du 4 mai 1919, il traite de la question du sacrifice imposé à la femme dans le système patriarcal depuis la dynastie Zhou jusqu’à la République de Chine.

  • 26 Chen Dongyuan, 1937, Chinese Women’s Life History, Shanghai Bookstore.

42Pour l’auteur, la tradition culturelle chinoise selon laquelle l’homme prévaut sur la femme est issue du système patriarcal, lui-même reposant sur une structure traditionnellement patrilinéaire. Ce système voit le jour dès la dynastie Zhou ; organisation sociale prépondérante dans la société chinoise, il reste inchangé pendant des millénaires. Dans ce système, le fait qu’une femme mariée ait été abandonnée, soit veuve ou se soit remariée donne un indice sur sa situation et sur celle de sa famille. D’après Chen Dongyuan, l’histoire de la vie des femmes évolue autour de leur famille élargie et de leur situation conjugale. Non content de condamner le tort que la société féodale a fait aux femmes, il analyse l’évolution de la place des femmes dans la société en étudiant la structure familiale, les relations matrimoniales, le système patriarcal ou encore l’organisation de l’État26.

43L’ambition première de Chen Dongyuan était d’étudier l’histoire de l’éducation, comme le prouve le livre qu’il écrit en 1934, Education in the Era of the Imperial Examinations, lecture obligée pour tous ceux qui s’intéressent au système des examens impériaux. C’est dans cet objectif que, sur les conseils de Hu Shi, il se met à la lecture d’ouvrages sur l’histoire de l’éducation. Au fil de ses recherches, il se découvre un intérêt marqué pour l’histoire des femmes, qu’il va se mettre à étudier pour finalement écrire ce livre sur l’histoire de la vie des femmes. Pour lui, les trois derniers millénaires de l’histoire chinoise ont été le témoin de la mise à l’écart des femmes et des abus perpétrés à leur égard par le système patriarcal. Après le système de rites mis en place par les Han, la condition de la femme souffre énormément sous la dynastie du Nord et du Sud. La dynastie Song met la chasteté à l’honneur et, quelques siècles plus tard (à la fin des Ming), on voit apparaître la maxime « l’ignorance chez les femmes est une vertu ». Cet état de fait a duré jusqu’à la cinquième année de la République de Chine (1916) ; Chen Duxiu publie alors dans la revue Bingbao Qingnian un texte intitulé « 1916 », qui remet complètement en cause le code d’éthique féodal. Par la suite, la revue New Youth publie beaucoup de textes prônant l’émancipation féminine ; le mouvement du 4 mai, quant à lui, révolutionne la vie des femmes chinoises.

44Chen Dongyuan cherche dans son livre à montrer comment la supériorité masculine a pu évoluer, comment les femmes ont été victimes de toujours plus d’abus et contre quels vestiges de cette tradition la femme chinoise actuelle doit encore se battre. Selon lui, on ne peut comprendre la nouvelle direction prise par la vie moderne que si l’on connaît les 3 000 ans d’histoire chinoise.

45Nous avons passé en revue les recherches de Li Anzhai sur les structures socioculturelles, celles de Qu Tongzu sur l’histoire juridique et sociale, celles de Lei Haizong et Lin Tongji sur l’histoire culturelle, celles de Xie Guozhen sur l’histoire des cercles politiques, celles de Luo Xianglin sur les Hakkas, celles de Fu Zhenlun sur l’histoire des chroniques locales, et celles de Chen Dongyuan sur l’histoire des femmes. Chacun de ces auteurs a contribué à l’histoire sociale à sa façon, et a ouvert la voie à une nouvelle période de prospérité pour cette discipline.

Recherches en histoire économique et politique

46Grâce à la controverse dont l’histoire sociale fait l’objet, elle séduit de plus en plus, quelle qu’en soit la spécialité – histoire des sociétés antiques mais aussi histoire économique, politique, nationale, culturelle, des systèmes juridiques, et bien d’autres encore. L’histoire sociale prend une place plus importante dans la théorie sociologique, et influence la méthode de recherche des autres sciences sociales, notamment celle de l’histoire économique et politique, que l’histoire sociale intègre dans son champ d’étude.

47Il existe plusieurs raisons à cet essor de l’histoire sociale au sein des sciences sociales : tout d’abord, les connaissances et les arguments invoqués par la polémique qui fait rage incitent à abandonner le terrain théorique pour en revenir à une analyse historique pratique, de sorte que les recherches en histoire spécialisée se mettent à déborder ostensiblement du cadre imposé à cette discipline. Le début du XXe siècle voit les différentes disciplines universitaires se renfermer sur elles-mêmes ; les disciples de l’histoire sociale profitent de l’occasion et mettent à profit leurs problématiques et leur méthode pour infiltrer d’autres matières. L’histoire sociale assimile alors les notions analytiques et les champs de recherche d’autres disciplines ; c’est ainsi que s’élargit son aire d’influence au sein des sciences sociales. Dans le débat académique qui succède à la controverse politique, l’élaboration d’un nouvel ensemble de concepts scientifiques et la révision de la traditionnelle suprématie des récits classiques sur les ouvrages historiques paraissent nécessaires. Grâce à ces différents bouleversements, les chercheurs en histoire sociale connaissent pour la première fois l’estime de leurs confrères des autres disciplines.

48L’essor de l’histoire sociale a donc contribué à enrichir la discipline en tant que telle, mais également à réaffirmer l’intérêt que différentes disciplines peuvent avoir à se lier à l’histoire sociale et à fusionner différentes notions requises pour l’analyse de cas historiques. Il a donc permis aux sciences sociales chinoises de suivre leur voie.

49À l’époque, la recherche en histoire économique constituait le gros de la recherche en histoire sociale, et avait sur elle une influence non négligeable. Le magazine Denrées et Monnaies, considéré comme une revue spécialisée en histoire sociale chinoise, a joué un rôle très important dans la recherche en histoire socio-économique. Une multitude de sujets était abordée dans ses articles : les systèmes de classes, hiérarchiques, claniques, agricoles, la question des impôts et des corvées, la finance, l’économie monastique, la ruralité et le monde agricole, l’artisanat, les villes, le commerce extérieur, la monnaie, la vie sociale, ou encore la démographie. Il couvrait ainsi la quasi-totalité des recherches menées en histoire socio-économique. De nombreux chercheurs participaient à la rédaction de ces articles, notamment Lü Zhenyu, Ji Wenfu, Zhou Yiliang, Fu Yiling, Li Wenzhi, Wang Yuquan, Quan Hansheng ou encore Yang Liansheng, avec chacun leurs positions, leurs méthodes et leurs points de vue personnels.

50À l’époque, trois tendances s’affrontent au sein de la recherche en histoire économique : la première, représentée par le magazine Denrées et Monnaies, réalise une étude des structures socio-économiques chinoises en retraçant l’histoire économique de la Chine dans l’objectif d’appréhender la nature de la société chinoise. La deuxième cherche pour sa part à rétablir la tradition de la recherche en histoire locale ; elle se met en quête de documents historiques locaux et étudie l’histoire économique locale (notamment via les questions de la terre ou des organisations). La troisième, à la suite du débat autour de l’histoire économique de l’époque moderne et contemporaine, cherche dans les changements subis récemment par la structure socio-économique des perspectives pour la société chinoise.

51Un des auteurs les plus prolifiques de la revue Denrées et Monnaies s’appelle Quan Hansheng ; c’est un spécialiste de l’histoire socioéconomique, surtout connu pour ses recherches sur le système des guildes et des monastères. Il écrit History of the Guild System in China alors qu’il fait ses études à l’université de Pékin, et le publie en 1934 à 22 ans. Son œuvre est le point de départ de la recherche dans ce domaine, et devient une référence pour ceux qui entreprennent des recherches en histoire socio-économique.

52L’étude de Quan Hansheng sur les guildes chinoises s’attache à deux aspects de la question : les maisons des corporations, huiguan (qu’il décrit comme une association de guildes dans une même région et compare aux associations provinciales, tongxianghui). Ces maisons ont vu le jour en Chine à la suite du développement économique qui a lieu entre la fin des Ming et le début des Qing. Le commerce et l’artisanat ont alors le vent en poupe. À l’époque, le riz produit dans le Sud doit être transporté vers le Nord pour y être vendu, tandis que le coton produit dans le Nord fait le chemin inverse. Il est alors impossible pour les commerçants de connaître tous les marchés et de s’informer sur tous les sujets relatifs à leur commerce. C’est ainsi que les marchands créent des maisons des corporations à des endroits destinés à jouer le rôle de têtes de pont ; ils disposent dès lors de bases leur permettant de collecter des informations sur le marché local, d’avoir une idée des réserves ou des marchandises stockées à des fins de spéculation, et surtout d’avoir un pied-à-terre dans de nombreuses régions. L’œuvre de Quan Hansheng s’intéresse également aux associations de coolies qui voient le jour à l’époque moderne au sein des couches sociales les plus défavorisées. Il s’agit de guildes professionnelles rattachées à des zones délimitées ; jusque-là, le milieu académique ne s’était jamais penché dessus. En traitant ces deux sujets, Quan Hansheng élargit considérablement le panorama de l’histoire des systèmes de guildes.

  • 27 Fu Yiling, 1944, Étude sur l’histoire économique des métayers du Fujian, Fukien Christian Universi (...)

53Les études réalisées par Fu Yiling ont également contribué à façonner le paysage de l’histoire économique. Plutôt que de recourir aux ouvrages d’histoire officielle, ce sociologue aborde les problèmes auxquels se heurte la société chinoise en partant de son observation des sociétés et des économies locales, et crée ainsi une nouvelle tradition universitaire. Il publie en 1944 une œuvre révolutionnaire, Étude sur l’histoire économique des métayers du Fujian, dans laquelle il analyse de nouveaux documents historiques avec les méthodes de l’histoire sociale, et traite notamment de questions sociologiques, économiques et folkloriques. En dehors des traditionnels ouvrages d’historiographie officielle, la majorité de ses sources proviennent du peuple (contrats, actes notariés, arbres généalogiques, annales locales, œuvres littéraires, livres de comptes, inscriptions sur stèle) ; il se distingue ainsi de ses aînés historiographes. Il « écrit l’histoire à partir des coutumes locales, des inscriptions sur stèle ou des documents aux mains du peuple (contrats ou autres) », c’est-à-dire qu’il privilégie les documents historiques locaux. Ainsi, à l’occasion de son étude des contrats datant de l’époque des Ming et des Qing ou de ses recherches sur les récits populaires de Huizhou, plutôt que de décrire la vie et la société locales au moyen des seuls écrits officiels, il esquisse la vie quotidienne des populations puis la relie aux événements historiques de l’époque. Ainsi ses recherches sont-elles aussi riches en détails, ses sources aussi variées et son raisonnement aussi fondé. « Il ne faut pas oublier de rappeler les grands traits de l’économie et de la société chinoise lorsqu’on mène une recherche dans une petite zone économique rurale », écrit-il. Il cherche à éviter les généralisations abusives nées de faits isolés, dans l’objectif de mettre au point un système cohérent sur lequel fonder la recherche en histoire socio-économique chinoise27. Son Étude sur l’histoire économique des métayers du Fujian, si elle peut donner l’impression de traiter exclusivement de contrats, est en réalité un véritable défi jeté à la face de la méthode traditionnelle de recherche en historiographie.

54À l’époque, nombreux étaient les universitaires à considérer que l’économie et la société chinoises d’après les Qin et les Han n’avaient plus rien de féodal : les serfs avaient disparu, remplacés par des paysans libres (souvent des métayers) dont le statut social équivalait à celui des propriétaires terriens qui les recrutaient sous contrat. Fu Yiling fait à ce sujet des trouvailles de première importance : ses recherches dans le comté de Yong’An (province du Fujian) lui donnent l’occasion de consulter des titres de propriété, des contrats de location ainsi que des livres de compte datant des Ming et des Qing, qui révèlent que les rapports de classes découlant de la construction sociale à l’œuvre dans les campagnes et ceux issus du système de propriété foncière étaient interconnectés. Si la société féodale a été violemment attaquée par des armées paysannes, le pouvoir des propriétaires terriens féodaux est pour sa part resté égal à lui-même, rallongeant d’autant la durée de vie du système de propriété foncière féodal. D’après Fu Yiling, pour comprendre la structure de l’économie et de la société rurales chinoises, l’étude du système de propriété foncière ne suffit pas : il faut prendre en compte les facteurs sociaux.

  • 28 Yan Zhongping, 1943, Development of the Chinese Cotton Textile Industry, 1289-1937, The Commercial (...)

55Les recherches de Yan Zhongping sur l’industrie du coton constituent un autre modèle pour les chercheurs en histoire socio-économique chinoise d’alors. Yan Zhongping estime que les changements fondamentaux survenus au cours des derniers siècles dans l’économie chinoise sont imputables au capitalisme. La culture du coton et le tissage reflètent à merveille l’évolution des techniques de production dans l’agriculture et dans l’industrie. Elles révèlent également les points forts et les lacunes de la structure économique chinoise, et permettent de se faire une idée des différentes étapes de l’implantation du capitalisme en Chine au cours de ces derniers siècles. Dans son livre, intitulé Development of the Chinese Cotton Textile Industry, 1289-1937 – A Case Study in the Birth of Capitalism, Yan Zhongping examine au peigne fin la formation et l’évolution de structures financières et commerciales en Chine dans les années 1880 avec l’introduction en masse sur le marché chinois de textiles et de capitaux en provenance des pays occidentaux. Il s’intéresse également aux ajustements que subissent les structures de l’artisanat et du marché textile. Il montre que les produits textiles occidentaux ont commencé à inonder le marché chinois avant la guerre sino-japonaise. Si l’on ajoute à cela le pouvoir impérial des Qing, à qui profitent alors encore les impôts et le commerce, l’industrie textile chinoise naissante et l’artisanat textile rural, frappés durement, ont du mal à se relever. Les matières premières sont en effet taxées, tandis que l’écoulement des produits sur le marché est limité par l’abondance des marchandises étrangères. En revanche, la fin de la guerre voit l’industrie textile chinoise développer un mode de production capitaliste. Deux traités sont à la même époque imposés à la Chine : un premier sur les impôts, et un second qui autorise les marchands étrangers à établir des usines sur le territoire chinois. La Chine devient alors l’objet d’un dumping généralisé : les puissances étrangères y déversent à la fois leurs marchandises et leurs capitaux. Les capitaux chinois, jusqu’alors quasi exclusivement détenus par les marchands, investissent petit à petit l’industrie, où ils sont rapidement grignotés par les capitaux étrangers28.

56Yan Zhongping met au jour un phénomène intéressant : alors que les usines textiles peinent à se développer, l’artisanat de tissage et de filage du coton connaît, à la suite de sa transformation, un essor très rapide entre 1914 et 1937. La raison majeure en est la suivante : les structures de production qui existaient à l’origine en Chine et qui regroupaient tissage et filage en une seule industrie se sont progressivement scindées en deux. Alors qu’à l’échelle nationale l’industrie est en pleine débâcle, l’artisanat familial du nord de la Chine connaît une expansion fulgurante. Le système de production des marchandises a donné lieu à une séparation précise des tâches, tandis que les techniques s’améliorent et que le niveau de collaboration s’approfondit. Ainsi, le nouveau système de production de l’industrie du tissage manuel a mis un terme au conflit qui existait entre d’un côté l’artisanat familial et de l’autre les tâches agricoles. Cela a permis au marché textile chinois, sur le point de s’écrouler face à la pression exercée par les marchandises et les capitaux étrangers, de reprendre du poil de la bête ; la gaze chinoise est progressivement entrée en concurrence avec les tissus étrangers, et a fini par occuper la moitié du marché, à égalité avec son homologue.

57Les recherches de Yan Zhongping l’ont amené à consulter de nombreuses sources classiques aussi bien que modernes sur le secteur textile chinois, ainsi que des documents sur le secteur textile de pays ayant réalisé leur révolution industrielle. C’est à partir de ces documents que l’auteur construit son analyse du développement d’une production capitaliste dans le secteur textile chinois moderne. Cette approche lui fournit l’occasion de dévoiler la logique interne du développement économique et social de la société chinoise moderne. Yan Zhongping a su voir que la politique internationale d’alors, régie par un capitalisme étranger prompt à installer son emprise par la force, se réduisait à une lutte sanglante entre capital chinois et capital international. Il a également montré que, dans un contexte de concurrence entre économies marchandes, l’industrie familiale n’était pas forcément vouée à se faire engloutir par un capitalisme ploutocrate, mais pouvait s’épanouir dans le cadre du marché intérieur chinois et ainsi se constituer sa propre chaîne organisationnelle. Les recherches de Yan Zhongping ont ouvert une voie nouvelle à l’industrialisation des campagnes chinoises, et ont posé des jalons théoriques et pratiques qui ont largement contribué à l’élaboration d’une économie et d’une société chinoises à nulles autres pareilles.

58En Chine, il est difficile de séparer l’histoire sociale de l’histoire politique ; de même, l’histoire des systèmes administratifs et celle de la pensée politique sont une sous-catégorie de l’histoire sociale. History of China’s Local Administrative System de Yan Gengwang compte 4 volumes, qui sont divisés en 2 parties (2 volumes par partie). Ce livre retrace l’histoire de la Chine sur plus de vingt ans, entre les années 1940 et 1960. Dans un texte intitulé « Les modèles sans prétention de l’historiographie chinoise », Yu Yingshi en fait l’éloge suivant : « Yan Gengwang, à la suite de Qian Mu, adopte dans ses recherches une vision d’ensemble, élabore son analyse dans le plus grand détail à l’instar de Chen Yinque et avec la sobriété de style de Chen Yuan, et se tient à son programme avec rigueur, tout comme Lü Simian. » History of China’s Local Administrative System a beaucoup marqué les esprits de l’époque : le livre fait entendre une nouvelle voix dans le chœur traditionnel des études en historiographie, et, à certains égards, créé une nouvelle méthode historiographique en s’intéressant à l’histoire sociale contemporaine. Dans cet ouvrage, les opinions défendues en matière d’histoire politique et administrative chinoise recoupent largement celles de Qian Mu. Pour Yan Gengwang, du temps des Zhou de l’Ouest, la société était encore patriarcale et féodale, et n’abritait pas de système administratif local. Avec la migration des Zhou vers l’est, le système féodal s’est progressivement effondré, donnant naissance à la période des Royaumes combattants à de nombreux états guerriers, chacun doté d’un pouvoir central ; ce sont les débuts de la division en provinces et comtés, qui préfigurent les premiers pas d’un système administratif local en Chine. Par la suite, les Qin unifient la Chine, portent un coup fatal au système féodal et développent le système de division administrative évoqué ci-dessus. Ils favorisent ainsi la formation d’un système politique centralisé qui délègue son pouvoir selon cette même division administrative. La dynastie Han voit réapparaître le féodalisme, sans pour autant que disparaisse la division administrative adoptée sous les Qin. Un peu plus tard, en décidant d’inféoder les nobles pour les éloigner de sa cour, l’empereur Han reproduit en substance ce que l’empereur Qin avait fait en son temps.

  • 29 Yan Gengwang, 1961, History of China’s Local Administrative System, introduction à la 1re partie, (...)

59Voici la conclusion que Yan Gengwang tire de ces observations : « Les débuts du système administratif organisé selon un découpage en provinces et en comtés ont lieu à l’époque des Printemps et Automnes. Le système se développe par la suite pendant les Royaumes combattants, et connaît son âge d’or sous les Han29. » Le système d’administration locale se développe en parallèle de ce dernier depuis sa mise en place par les Qin ; c’est ainsi que commence à se mettre en place l’opposition central/local, qui va perdurer tout au long de l’histoire chinoise et devenir cruciale pour comprendre sa réalité politique aussi bien que sociale. C’est d’ailleurs en ce sens qu’il peut être intéressant de débattre sur le sujet du totalitarisme oriental.

60L’œuvre de Xiao Gongquan, A History of Chinese Political Thought, fait autorité dans les études en histoire de la pensée politique. L’auteur y combine les méthodes de la science politique et de l’historiographie pour retranscrire les progrès de la pensée politique depuis la fin des Zhou, soit depuis plus de deux millénaires. Il divise l’histoire de la pensée politique chinoise en cinq périodes : celle des débuts, qui correspond au féodalisme, celle du conservatisme, qui voit le succès du totalitarisme, celle de la transition, également sous la coupe d’un système totalitaire, une deuxième période de transition pendant laquelle se développe la pensée politique étatique moderne et une période de maturité dominée par cette dernière.

  • 30 Xiao Gongquan, 2005 [1945], A History of Chinese Political Thought, New Star Press.

61Selon Xiao Gongquan, pendant les 2 000 ans qui s’étendent entre la dynastie des Qin et la fin de la dynastie des Qing, le code de conduite des monarques a été au cœur de la vie politique chinoise. En conséquence, la pensée et les systèmes politiques ont « davantage repris de systèmes précédents qu’innové » ; ce qui explique pourquoi « la Chine n’a pas d’égal en matière de théorie et de système totalitaires ». Xiao Gongquan distingue également la notion chinoise de peuple comme élément au cœur du politique (mingui et minben) des notions occidentales de droit civil et de démocratie. Il range dans la notion de droit civil l’idée de plaisir (minxiang), de possession (minyou) et de gouvernement du peuple (ou démisme). En revanche, les notions chinoises excluent le principe de démisme, alors même qu’il est au cœur du politique : en effet, le politique, c’est bien le peuple s’occupant des affaires publiques30.

62Pendant la République de Chine, la question du constitutionnalisme agite tous les esprits, et avec elle les notions de système étatique, de droits de l’homme, de démocratie, de dictature. Alors que la théorie de Sun Yat-sen prône que le gouvernement chinois doit d’abord obéir à une administration militaire, puis doit être mis sous tutelle, avant de pouvoir devenir un système constitutionnel, Xiao Gongquan professe la mise en place immédiate d’un État constitutionnel. Un tel système ne doit pas être un idéal lointain : il s’agit d’un mode de vie politique, qui doit représenter à la fois le processus et l’objectif, ce dernier étant de toute façon contenu en germe dans le processus. Dès lors, la réponse qu’il fait aux partisans d’un système de tutelle peut se résumer ainsi : « Jamais fille, avant de se marier, n’eut besoin d’apprendre à élever des enfants. »

63Zhang Youyu élabore un cadre théorique pour une pensée du constitutionnalisme démocratique, qu’il publie sous le titre Le Constitutionnalisme en Chine. Le constitutionnalisme tel qu’il le conçoit consiste à définir un système étatique, les organes du pouvoir politique, les droits et devoirs qu’ont gouvernement et citoyens l’un envers l’autre au moyen d’une constitution. Dans un cadre constitutionnel, les citoyens doivent accepter qu’il existe des droits aussi bien que des devoirs, qui sont les mêmes pour les gouvernants et les gouvernés ; tous doivent apprendre à évoluer librement dans les limites fixées par ce cadre.

  • 31 Zhang Youyu, 1944, Le Constitutionnalisme en Chine, Chongqing : Shengsheng Press.

64Grâce à ses recherches sur l’histoire des constitutions, Zhang Youyu s’aperçoit que gouvernement constitutionnel et constitution sont des notions importées de l’Occident. Si les chercheurs occidentaux ont chacun leur définition du constitutionnalisme, la plupart s’entendent pour dire qu’il est lié aux notions de mécanismes de contre-pouvoir, de démocratie représentative, de multipartisme, de bicamérisme, de fédéralisme, d’indépendance de la justice, de déclaration des droits du citoyen, d’un système électoral, etc. Pourtant, autant un système constitutionnel est vivant et tire son origine d’idées substantielles, autant une constitution est un texte formel et mort. Une excellente constitution ne se traduit pas forcément par un excellent gouvernement constitutionnel ; à l’inverse, si un gouvernement constitutionnel est excellent, sa constitution l’est forcément aussi31.

65La recherche en histoire économique ou politique a élargi la palette de la recherche en histoire sociale, lui permettant au passage d’investir plus avant ses thématiques centrales. Elle a également aidé à construire de nombreux ponts entre d’un côté la recherche en histoire sociale et de l’autre les structures théoriques propres à d’autres disciplines.

Notes

1 Voir Liang Qichao, La Nouvelle Histoire, Œuvres collectées du Yinbingshi, vol. IX, Zhonghua Book Company, 1989, p. 3-6.

2 Huang Gongjue, Introduction aux principes de la nouvelle histoire, in « Collection des grands historiens », vol. 1 n° 1, 1931. Cité d’après Zhao Shiyu, Deng Qingping, « Retours et réflexions sur l’histoire sociale chinoise au XXe siècle », in La Recherche historique, 2001, n° 6 ; voir aussi Chang Jianhua, « L’histoire sociale en Chine au XXe siècle », dans Théorie de l’histoire sociale chinoise, dir. Zhou Jiming et Song Dejin, Wuhan, Hubei Education Press, 2000.

3 À l’époque, le Parti communiste comme le Parti républicain étaient largement sous influence soviétique, leurs réflexions étaient donc profondément liées au matérialisme historique. En URSS, le Parti communiste d’opposition représenté par Trotsky et Radek affirmait que la société chinoise était un système capitaliste. Tandis que la majorité, représentée par Staline et Boukharine, désignait la Chine comme un système féodal. En 1928, le 6e Congrès du Parti communiste chinois prit en compte les opinions émises par Staline et Boukharine, entre autres, et reconnut que la société chinoise était encore semi-féodale.

4 Voir Wang Lixi, 1931, « Les Prémices du débat sur l’histoire sociale en Chine », Revue Dushu nos 4 et 5.

5 Guo Moruo, 2008 (1930), Étude de la société chinoise ancienne, Chinese Overseas Publishing House.

6 Gu Jiegang, 1947, L’Histoire chinoise contemporaine, Nankin, Shengli Press.

7 Cette expression fait référence à la doctrine de Sun Yat-sen qui prône une société fondée sur le bien-être du peuple à travers trois principes souverains : redistribution des richesses, autosuffisance et commerce intérieur (Ndt).

8 Tao Xisheng, 1930, Histoire de la société féodale chinoise, Shanghai, Nanqiang Publishing House.

9 Lü Zhenyu, 2000 (1934), Étude de la société chinoise préhistorique, Hebei Education Press.

10 Comme l’écrit Zhang Yinlin, dans son travail, Guo Moruo « fait des conclusions de l’anthropologie des outils pour appréhender les documents anciens, et leur substitue la recherche de preuves dans les annales chinoises ; Li Xuanbo utilise quant à lui des méthodes similaires, mais ne part pas des mêmes sources théoriques au sein de la science occidentale ».

11 Li Xuanbo, 1949, Nouvelle étude de la société de la Chine ancienne, Kaiming Bookstore.

12 Meng Siming, 2006 (1936), Le système des classes sociales sous la dynastie Yuan, Shanghai Century Publishing Group.

13 Meng Siming, 2007 (1941-1943), La Société des dynasties Wei, Jin, du Nord et du Sud, Shanghai Century Publishing Group.

14 Cette terminologie inclut les 56 « nationalités » de Chine.

15 Li Ji, 2005 (1928), La Formation de la nation chinoise, Jiangsu Education Press.

16 Qian Mu, Introduction à l’histoire nationale, The Commercial Press, p. 3-5.

17 Id., p. 9.

18 Li Anzhai, Étude sociologique des Rites et cérémonies et du Classique des rites, Shanghai People’s Publishing House, 2005, p. 1.

19 Gu Jiegang, Préface au premier volume des Questions d’histoire ancienne, Textes choisis d’historiographie ancienne de Gu Jiegang, vol. I, Zhonghua Book Company, 1988, p. 64-72.

20 Qu Tongzu, 2003 (1947), La Loi et la Société chinoises, Zhonghua Book Company.

21 Lei Haizong, 2001 [1940], La Culture et le Soldat chinois, The Commercial Press.

22 Lin Tongji, Lei Haizong, 1946, L’Histoire morphologique, Dadong Bookstore.

23 Xie Guozhen, 2006 (1934), Cercles politiques : dang et she sous les Ming et les Qing, Shanghai Century Publishing Group, p. 10.

24 Luo Xianglin, 1992 (1934), Introduction à la recherche sur les Hakkas, Taibei : Nantian Bookstore, p. 1.

25 Fu Zhenlun, 1988, (1934), L’Étude des chroniques locales en Chine, Beijing Yanshan Press, p. 13.

26 Chen Dongyuan, 1937, Chinese Women’s Life History, Shanghai Bookstore.

27 Fu Yiling, 1944, Étude sur l’histoire économique des métayers du Fujian, Fukien Christian University, publication effectuée à l’occasion d’une conférence sur la culture chinoise.

28 Yan Zhongping, 1943, Development of the Chinese Cotton Textile Industry, 1289-1937, The Commercial Press.

29 Yan Gengwang, 1961, History of China’s Local Administrative System, introduction à la 1re partie, Taiwan: Rongtai Yin Press, p. 7.

30 Xiao Gongquan, 2005 [1945], A History of Chinese Political Thought, New Star Press.

31 Zhang Youyu, 1944, Le Constitutionnalisme en Chine, Chongqing : Shengsheng Press.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540