Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La sociologie chinoise avant la Révolution

 | 
Qu Jingdong
, 
Li Peilin

L’école académique de sociologie chinoise

Texte intégral

  • 1 En 1926, Sun Benwen, diplômé des universités de New York et de Chicago, prend un poste d’enseignem (...)

1Les recherches en sociologie académique se sont développées un peu avant le mouvement pratique de la reconstruction rurale et les enquêtes de terrain de l’étude communautaire. Au milieu des années 1920, un groupe de jeunes sociologues qui avaient terminé leurs études à l’étranger sont progressivement rentrés en Chine pour intégrer différentes institutions et se consacrer à la recherche et à l’enseignement de la sociologie1. En 1928, à l’initiative de Sun Benwen, Wu Jingchao, Wu Zelin, Quentin Pan, Yang Kaidao, Yan Xinzhe, Li Jianhua, Ke Xiangfeng, Xu Shilian, Chen Da, Wu Wenzao et d’autres, est créée la Southeast Society of Sociology, première institution sociologique de Chine. Sur les bases de cette organisation est fondée en 1930 la Chinese Society of Sociology, dont le premier directoire est composé de neuf personnes : Sun Benwen, Xu Shilian, Wu Jingchao, Wu Zelin, Chen Da, Tao Menghe, Quentin Pan, You Jiade et Qian Zhenya. Sun Benwen en est le président, Xu Shilian le vice-président et Wu Jingchao le secrétaire. La société se dote d’un organe de publication officiel, la Revue de sociologie, dont Sun Benwen est rédacteur en chef. De là peut s’ériger une socio logie chinoise académique, qui a pour objectif de recevoir, d’intégrer et de synthétiser les principes de la sociologie occidentale, en particulier ceux de la sociologie américaine, et de les appliquer à la structure de la vie sociale chinoise, afin de fonder une théorie sociologique chinoise.

2Les quatre pôles au sein de cette société sont l’école de la synthèse culturelle (Cultural Integration School) représentée par Sun Benwen ou encore Wu Zeling, l’école démographique (Demographic School), représentée par Chen Da et Xu Shilian, les recherches en sociologie rurale de Yang Kaidao, et les travaux eugénistes de Quentin Pan.

L’école de la synthèse culturelle

  • 2 Sun Benwen a dirigé le département de sociologie de l’université centrale. Il devient ensuite dire (...)

3Sun Benwen occupe une place prépondérante dans l’histoire de la sociologie du début du XXe siècle, non seulement parce qu’il fut président de la Chinese Society of Sociology et responsable de l’éducation supérieure au ministère de l’Éducation2, mais également parce qu’il a effectué un travail de diffusion de la sociologie et soutenu son établissement comme discipline à part entière. Après son retour en Chine en 1926, il publie consécutivement, en l’espace de deux ans et demi, cinq articles de vulgarisation : « La théorie culturelle en sociologie », « Questions de société », « ABC de la sociologie », « ABC de la démographie », « Culture et société ». Il enchaîne aussi les publications de textes scientifiques dans des revues et journaux nationaux, stimulant ainsi l’intérêt du monde académique et de la population pour la sociologie. Par la suite, la Southeast Society of Sociology, créée sous sa direction et qui deviendra la Chinese Society of Sociology, rassemble des sociologues de tout le pays et instigue une démarche générale de développement national de l’enseignement, de l’enquête et de la recherche en sociologie, permettant une croissance rapide de la discipline.

4La principale contribution scientifique de Sun Benwen consiste en quatre ouvrages rédigés entre les années 1930 et 1940 : Principes de la sociologie (tomes I et II), La Psychologie sociale (tomes I et II), Questions de la société chinoise moderne (quatre tomes) et La Sociologie contemporaine chinoise. Principes de la sociologie pose les bases théoriques de l’école de la synthèse culturelle et de la structure scientifique d’ensemble de la sociologie chinoise. L’ouvrage est simultanément adopté dans toutes les universités du pays comme manuel de référence et généralement considérée comme représentatif du système théorique de la sociologie académique de l’époque. Bien qu’il existe aujourd’hui de nombreuses éditions de manuels de sociologie en Chine, Principes de la sociologie de Sun Benwen reste sur de nombreux points difficile à égaler. La Psychologie sociale est encore plus précoce et constitue le premier manuel chinois de socio-psychologie. Le livre s’appuie sur les travaux les plus récents de la sociologie culturelle et de la socio-psychologie occidentales, appliqués à la structure psychique chinoise, pour fonder le cadre théorique et le domaine d’application de la socio-psychologie chinoise. Questions de la société chinoise moderne est une bonne synthèse classique de la recherche sociologique, qui développe particulièrement les questions familiale, démographique, rurale ainsi que celles du travail et du capital, afin de poser les fondements scientifiques d’ensemble de la sociologie chinoise et de définir son domaine d’application. La Sociologie contemporaine chinoise met en évidence les problématiques centrales des recherches sur la société chinoise actuelle, fondant une sociologie au service de la modernisation du pays. Parmi les quatre ouvrages mentionnés ci-dessus, les trois premiers ont fait partie de la collection des « Classiques universitaires » ; réédités à plusieurs reprises, ils ont ainsi exercé une influence considérable.

5Sun Benwen est souvent considéré comme le représentant de l’école de la synthèse culturelle, et ses travaux sont profondément influencés par les « Cultural Studies » américaines. Cependant, s’ils opèrent bien une synthèse des différentes écoles d’analyse sociale, culturelle et psychologique américaines, ils traitent aussi de la société et de la psychologie chinoises.

  • 3 Traduction Marcel Granet, La Pensée chinoise, Albin Michel, 1999, p. 458.
  • 4 Sun Benwen, Principes de la sociologie, t. I, The Commercial Press, 1935, p. 1.

6À la première page des Principes de la sociologie, Sun Benwen ouvre son exposé en expliquant que quand Xun Zi affirme que « les hommes ne peuvent vivre sans former de société3 », il fonde l’essence même du principe sociologique. C’est pourquoi, en mettant de côté les différences culturelles entre Orient et Occident, la sociologie doit procéder d’un principe généraliste, puisque « le comportement humain, pour parler de sa nature essentielle, est un comportement interactif, commun et collectif ». L’objectivité au sens matérialiste existe, mais les règles culturelles y posent une limite ; l’analyse sociologique doit toujours se structurer autour des principes d’interactivité et de communauté, afin de développer sa construction solidaire et sa nature mécanique4. En ce sens, la sociologie en tant que science est forcément synthétique. En effet, la « communauté » humaine se structure autour de trois grands éléments : des éléments naturels comme la situation, le climat et la lignée, qui appartiennent au domaine du matériel ; mais aussi des éléments du domaine de la culture immatérielle comme les coutumes, la morale, la religion ou la loi ; et des éléments du domaine de l’humain, qui incluent pour leur part les relations d’échange et les comportements sociaux, mais aussi les caractéristiques biologiques et psychologiques de l’être humain. Il nous faut dans le même temps réfléchir à la réalité sociale, c’est-à-dire aux évolutions sociales et à leurs conséquences sur un plan historique. Sun Benwen estime que toute recherche sociologique doit se constituer comme une synthèse générale des facteurs évoqués ci-dessus et qui constituent l’homme ; la société est le « corps » et l’« esprit » à la fois, et on ne saurait privilégier une dimension par rapport à l’autre.

7L’ouvrage intitulé La Psychologie sociale adopte lui aussi le point de vue de la synthèse culturelle. Sun Benwen estime que la psychologie sociale est par essence une sociologie de l’individu, aussi part-il à partir de l’individu pour étudier les fondements des conduites sociales et de leurs représentations. En ce sens, La Psychologie sociale et Les Principes de la sociologie devraient avoir des structures similaires, car les institutions dans lesquelles s’expriment les conduites sociales sont aussi nécessairement des organisations sociales, et ces conduites subissent donc le contrôle de la société. La psychologie ne se préoccupe que de la constitution des individus, mais la société n’est pas engendrée par les seules psychologies individuelles, c’est pourquoi le domaine d’investigation de la psychologie sociale inclut l’influence de l’environnement social sur les conduites individuelles (comportement, opinion, opinion publique, rumeurs, comportement conforme, coutumes et modes…), ainsi que l’étude des règles qui restreignent ces comportements individuels (suggestions, propagande, éducation…).

  • 5 Autre nom de Liang Qichao, universitaire et philosophe réformiste de la dynastie Qing (NdT).
  • 6 Sun Benwen, 1935, Principes de la Sociologie, t. II, The Commercial Press.

8L’étude de Sun Benwen des principes généraux de la sociologie et de la psychologie sociale ne se limite pas à une discussion théorique. Dans les deux ouvrages mentionnés, il travaille sur la façon dont les principes entrent en usage, insistant sur l’importance de la pratique sociale. Selon Sun Benwen, l’étude des principes généraux a pour ambition de permettre « l’édification sociale », « la poursuite d’activités sociales qui répondent aux besoins sociaux et aux aspirations des citoyens, à ce qu’on appelle l’édification sociale. Cela inclut aussi tout ce qui a trait au vivre ensemble et aux comportements normalisés. Parfois, ces pratiques comportent des éléments facteurs de réforme, et contribuent ainsi à la rénovation du système culturel. Parfois, elles sont de nature créatrice et perméables au monde extérieur ou à l’invention sociale, à la création sociale. Mais qu’il s’agisse de création ou de réforme, on a toujours affaire à des pratiques d’édification sociale ». Sun Benwen ajoute encore : « Liang Rengong5 écrivait que les dilettantes finissent toujours par échouer alors que les diligents peuvent échouer ou réussir. J’ajouterai que ceux qui traitent l’édification sociale en dilettante sont voués à échouer, alors que ceux qui s’efforcent de la faire advenir progresseront forcément6. »

  • 7 Wu Zelin, 1930, Le Système de limitation sociale, World Journal Bookstore.

9Cette perspective de synthèse culturelle adoptée par Sun Benwen est aussi celle appliquée par Wu Zelin dans Le Système de limitation sociale. Il était alors tout à fait innovant d’utiliser le concept de « limitation sociale » (social control) pour analyser les phénomènes sociaux en Chine. En 1930, l’ouvrage de Wu Zelin publié par le World Journal marque la première occurrence de ce concept. Mais, bien que le point de vue de Wu Zelin emprunte aux sociologues occidentaux, il n’insiste pas sur la dimension coercitive, qu’auraient mieux soulignée des traductions comme la « sanction sociale » ou bien « le contrôle social ». Ce qu’il choisit de mettre en avant, c’est l’idée d’une réciprocité traduite dans les termes de « système de limitation sociale ». Wu Zelin évoque un quadruple besoin de limitation sociale : biologique (ajustement des conflits naturels entre hommes et femmes), psychologique (pour l’équilibre des mentalités et des tempéraments différents ainsi que le nivellement des disparités héréditaires), social (répartition des opportunités personnelles et résolution des conflits entre différentes cultures ou minorités ethniques) et dans divers autres domaines (disparités professionnelles et de goût, concurrence économique, conflits d’opinions politiques…). Dès lors, les outils de limitation sociale découlent eux aussi de quatre grands traits psychologiques : le conservatisme, l’attrait de la nouveauté, le besoin de transparence et le besoin de sociabilité. Ces quatre éléments sont à la fois le moteur de toute action humaine et les outils de la limitation sociale. Wu Zelin indique ensuite que les systèmes de limitation sociale peuvent être divisés en deux grands types : la limitation par la force (on a recours à la force physique pour imposer les limites) et la limitation par rétribution (verbalisation des contraintes sociales). Parfois, quand toute autre méthode s’avère inefficace, l’usage de la force peut permettre d’atteindre le résultat espéré. Mais bien souvent, cette méthode n’est ni satisfaisante ni économique, le résultat obtenu est superficiel et en aucun cas durable ; dans une société moderne de plus en plus complexe, la rétribution revêt une importance de plus en plus évidente7. La méthode rétributive peut elle aussi être divisée en deux types : la rétribution directe, sous forme de punition, de récompense, d’explicitation ou d’ordre, et la rétribution indirecte allant de la raillerie à la flatterie. De même, les organisations de limitation sociale se répartissent entre institutions concrètes et non concrètes. On trouve parmi les premières la famille, l’école, le gouvernement, l’Église, qui sont des systèmes organisationnels visibles, et parmi les secondes l’opinion publique, la morale, les croyances, entre autres facteurs de religion et de morale.

10Cette pensée de la limitation de Wu Zelin opère un dépassement du légisme qui suffisait traditionnellement à définir la limitation sociale, en démontrant le rôle fondamental de la morale et de la culture dans la limitation sociale. La théorie de Wu Zelin adopte un point de vue interdisciplinaire pour tendre à l’édification d’une sociologie synthétique. Dans ses Principes de la sociologie, Sun Benwen assimile les concepts fondamentaux du Système de limitation sociale pour les intégrer au domaine général des théories sur l’existence sociale et étend même le champ d’analyse du concept à la psychologie sociale. En réalité, qu’il s’agisse de Sun Benwen ou de Wu Zelin, tous deux associent la tradition sociologique occidentale inaugurée par Montesquieu à la situation chinoise afin de les intégrer à une structure d’analyse générale. Ainsi, leur analyse de la logique des comportements sociaux ne se limite pas au cadre du système politique, mais entre en résonance avec l’ensemble des valeurs culturelles d’une société.

  • 8 Yan Jingyao, 1986 (1934), Des liens entre la question de la criminalité et le changement social, t (...)

11Yan Jingyao choisit lui aussi l’angle des transformations culturelles pour analyser les relations étroites entre criminalité et limitation sociale. Il étudie ensemble la question sociale, l’environnement culturel et la criminalité. Dans une Chine où les statistiques sur la criminalité font défaut, Yan Jingyao introduit les méthodes d’observation participante préconisées par l’école de Yanjing dans l’étude du problème de la criminalité. En 1927, il se rend en personne à la prison de Pékin, où il devient un prisonnier comme les autres : il loge, mange, vit avec les détenus. Il y passe trois semaines entières, puis, une fois sorti, continue à s’y rendre deux jours par semaine. Il obtient ainsi un grand nombre de documents de première main, accumulant plus de 200 études de cas représentatifs. Au début de l’année 1930, avec le concours du bureau des sciences sociales de l’institut central de recherche et du département de sociologie de l’université Yanjing, Yan Jingyao dirige des enquêtes menées par ses étudiants auprès de détenus et du personnel d’une vingtaine de prisons dans des villes du Hebei, du Henan, du Hubei, du Jiangxi, de l’Anhui ou encore du Zhejiang, obtenant ainsi plus de 300 études de cas représentatifs. Sa thèse de doctorat à l’université de Chicago, « Des liens entre la question de la criminalité et le changement social », s’appuie sur les études menées dans ces 20 villes8. Dans le domaine de la criminologie, les travaux de Yan Jingyao ont joué un rôle pionnier.

  • 9 Yan Xinzhe, 1946, Entreprises sociales modernes, The Commercial Press (Chongqing).

12Yan Xinzhe, collègue de Sun Benwen au département de sociologie de l’université centrale, souscrit lui aussi à ce nouvel esprit pratique de la sociologie chinoise, et consacre toute sa vie à cette entreprise de progrès social. Ses ouvrages tels que Affaires sociales et Édification sociale, ou encore Entreprises sociales modernes, jouent un rôle notoire dans les débats actuels sur la politique sociale. Yan Xinzhe estime que pour s’investir dans une entreprise sociale, il faut promouvoir à la fois l’action et l’argumentation. Le travail social doit découler d’une théorie de la société, et toute théorie de la société doit être mise à l’épreuve du travail social. Yan Xinzhe affirme encore que le travail social est négligé dans la société chinoise de son époque, où peu ont conscience que la mise en place et l’étude du travail social sont fondamentales pour contribuer à faire reculer la pauvreté, nourrir la vitalité de la nation, augmenter le bien-être social et améliorer la vie du peuple. Tous les pays occidentaux développés ont mis en place des politiques sociales de différentes sortes9.

13Le point de vue de Yan Xinzhe exposé ci-dessus est étroitement lié à la reconstruction sociale conduite par les sociologues d’alors. Yan Xinzhe, Ma Zongrong, Jiang Zhi’ang, Ke Xiangfeng, Wu Yuzhen, Zhang Hongjun, sont de fervents promoteurs de l’enseignement et des recherches dans ce domaine, et deviennent les leaders en matière de politique sociale en Chine. Des ouvrages comme Introduction au travail social, de Jiang Zhi’ang, Assistance publique, de Ke Xiangfeng, Principes généraux pour un travail social au cas par cas, de Wu Yuzhen, Introduction à l’administration sociale, sous la direction de Zhang Hongjun sont tous des textes scientifiques fondateurs, au même titre que Entreprises sociales modernes de Yan Xinzhe.

14L’école de la synthèse culturelle de Sun Benwen part de l’étude générale des principes sociaux et vise au développement des affaires sociales, de la théorie vers la pratique, fournissant à la sociologie chinoise un plan de construction d’ensemble cohérent.

L’école démographique

15Les sociologues chinois ont très tôt considéré la question démographique comme la problématique majeure de la sociologie chinoise ; ils en ont donc proposé une étude approfondie. Un groupe de chercheurs s’est ainsi constitué et a créé l’école démographique. Ce groupe, loin de limiter ses travaux aux questions quantitatives ou à celle de la structure de la population, s’est appuyé sur l’étude démographique pour mener de vastes recherches sur les questions les plus saillantes de la transition sociale chinoise, telles que la reconstruction rurale, l’urbanisation, le niveau de vie, les relations industrielles, la pauvreté, la criminalité, avec pour dénominateur commun la primauté accordée à la question démographique au sein de cette transition. Ce groupe de chercheurs est représenté entre autres par Chen Da, mais aussi Xu Shilian, Wu Jingchao, Yan Xinzhe ou encore Chen Shiheng.

16À l’époque, le principal représentant des études démographiques est Chen Da, qui est professeur à l’université Tsinghua. L’intérêt de Chen Da pour la question démographique découle directement des questions sociales fondamentales engendrées par les problèmes structurels de la population chinoise. Chen Da et ses collègues sont largement influencés par les théories malthusiennes : ils prennent en compte non seulement les effectifs et la structure de la population mais adoptent aussi une réflexion plus qualitative à travers les questions d’hérédité, d’environnement humain et géographique ou encore de sélection naturelle et sociale. En outre, ils suivent de près la croissance démographique et les relations entre migrations, transformations industrielles et différenciation sociale, ce qui confère à leurs recherches une orientation « politiques sociales » manifeste.

17L’étude des questions démographiques est étroitement liée aux enquêtes statistiques : pendant 29 ans, entre 1923 et 1952, Chen Da a dirigé ou du moins pris part à quelque 24 enquêtes sociologiques, parmi lesquelles la plus importante est une enquête démographique réalisée à Kunming dans le Yunnan lors de la guerre sino-japonaise (et qui précède un recensement général touchant 1 300 personnes). En 1923, Chen Da rentre en Chine après avoir obtenu son doctorat aux États-Unis. Il a enquêté successivement sur les faubourgs de Pékin, les conditions de vie des ouvriers à Shanghai, dans le Fujian et à Guangzhou, les conditions démographiques et agricoles de la région de Kunming, les conditions de vie des ouvriers de Chongqing. Il a également étudié dans d’autres pays et d’autres régions, s’intéressant aux conditions de travail au Japon et en Corée du Nord, aux conditions de vie des communautés chinoises d’Asie du Sud-Est et d’Hawaï, aux zones agricoles de Calcutta, aux conditions de vie des travailleurs allemands et italiens, à celles des paysans collectivistes en Union soviétique.

  • 10 Chen Da, 1934, La Question démographique, The Commercial Press.

18L’ouvrage de Chen Da intitulé La Question démographique figure parmi les premiers classiques des études démographiques chinoises. En 1924, Chen Da enseigne les principes de la sociologie à l’université Tsinghua, et insiste particulièrement sur la théorie démographique. En 1926, il inaugure un cours spécifiquement dédié aux questions démographiques, dont il élabore lui-même le matériel pédagogique (après plusieurs améliorations apportées au fil des années, celui-ci apparaît dans La Question démographique, publié en 1934 par les Commercial Press au sein d’une collection universitaire). Dans ce texte, Chen Da fait une présentation très complète des théories démographiques de Malthus et de nombreux autres chercheurs chinois et étrangers. Il y développe des notions clefs de démographie quantitative : enquête démographique, recensement, estimation, taux de natalité ainsi que de mortalité ou encore d’accroissement naturel, et analyse les problématiques qualitatives de l’hérédité, de l’environnement, de la sélection naturelle et sociale, ou encore des taux de natalité différenciés. Il ne s’intéresse pas qu’à la Chine : il présente également les taux de croissance démographique, les migrations ou encore la question des politiques démographiques face au développement industriel de différents pays10.

19L’apport de Chen Da à la discipline consiste en la théorie de la « concurrence démographique ». Il distingue différencié « lutte pour la survie » et « lutte pour la réussite », la première jouant sur les effectifs de la population, la seconde sur sa composition. Ainsi, pour améliorer les propriétés d’une population, faudrait-il appliquer une forme d’eugénisme grâce à des taux de natalité différenciés et développer l’éducation, améliorer l’hygiène, réformer enfin toute la structure et les modes de vie.

20Avec l’industrialisation, le travail est devenu une question majeure pour les démographes. En 1929, Chen Da publie La Question du travail en Chine, qui s’appuie sur des recherches thématiques menées aussi bien en Chine qu’à l’étranger. Dans cet ouvrage, Chen Da aborde avec précision les questions du mode de vie des ouvriers chinois, des organisations de travailleurs, des grèves et des luttes, du salaire et des horaires, du coût de la vie, des aides sociales, du droit du travail, etc. Au cours de son analyse, il utilise des données issues d’enquêtes chinoises : par exemple, quand il aborde la question des grèves, il s’appuie de manière très précise et détaillée sur les données d’effectifs et de fréquence des grèves annuelles de septembre qui eurent lieu entre 1918 et 1926. Tous les points dont il débat donnent également lieu à une analyse comparée appuyée sur des données étrangères.

  • 11 Chen Da, 1929, La Question du travail en Chine, The Commercial Press.

21Chen Da estime que la question du travail ouvre sur trois domaines de recherche : premièrement sur les travailleurs eux-mêmes, avec les questions du coût de la vie, du salaire, du temps de travail ; deuxièmement sur les relations entre travail et capital, c’est-à-dire leurs oppositions, les migrations de travailleurs, les grèves et le chômage ; troisièmement sur une analyse sociale du travail, à travers des questions comme celle des aides sociales ou de la paix industrielle. Chen Da tient beaucoup à l’utilisation de méthodes de recherche scientifiques, fondées sur l’expérimentation et les statistiques. L’expérimentation revient à appliquer les méthodes des sciences naturelles aux sciences sociales, abandonnant les conceptions abstraites pour adopter un point de vue empirique, et à procéder à des collectes, des évaluations, des typologies afin de tirer des conclusions et d’établir des preuves. Les statistiques représentent elles aussi une approche scientifique, dont le niveau de précision vaut bien celui de la méthode empirique11.

22Chen Da applique aussi sa théorie de la concurrence démographique à l’analyse du travail. Il estime que la classe ouvrière est confrontée à deux problématiques majeures : la « lutte pour la survie » et la « lutte pour la réussite ». La première relève du domaine économique, elle est liée aux questions du salaire, du temps de travail ou du traitement des ouvriers. La seconde relève du social et pose la question de la contribution sociale apportée par le travail ouvrier, au-delà de la seule satisfaction d’un besoin économique.

23Le domaine de recherche de Chen Da est très étendu, mais il se concentre principalement sur trois points : le premier en est la population, et, à travers une étude des surfaces cultivables, les niveaux de production et le niveau de vie. Il démontre à cet effet que la population chinoise est trop nombreuse, qu’il faut contrôler les naissances et limiter l’effectif général ; il soutient ainsi la mise en place de la politique de l’enfant unique et l’application d’un renouvellement raisonné des générations, et est parmi les premiers chercheurs chinois à parler de planning familial. Son second champ d’intérêt est celui du travail dans les villes : il estime que l’industrialisation ayant bouleversé les frontières économiques naturelles entre villes et campagnes, la population des ouvriers citadins s’accroît rapidement et la classe ouvrière acquiert une importance sans précédent dans l’histoire chinoise. La question du travail ouvrier peut être reliée à celle du monde du travail, des employeurs, du reste de la société ou même du gouvernement, aussi implique-t-elle d’utiliser des méthodes scientifiques pour appréhender le niveau de vie des travailleurs, de mettre rapidement en place un code du travail, des usines et des assurances, d’appliquer un système de gestion rationalisée des usines et d’améliorer les relations entre le capital et le travail. Le troisième domaine de recherche de Chen Da concerne les Chinois de l’étranger. Dans son ouvrage intitulé La Diaspora chinoise, Chen Da met en évidence les caractéristiques des Chinois émigrés, soulignant leur contribution à l’économie locale du pays où ils résident, mais surtout démontrant qu’ils constituent la première source d’investissements pour l’économie des villes chinoises. Dans son ouvrage intitulé Les Chinois d’Asie du Sud-Est et la société hawaïenne, il procède à une analyse approfondie et détaillée du mode de vie des Chinois à l’étranger et de leur intégration dans la société locale grâce à des comparaisons géographiques et à des typologies, et propose une étude du domaine des enquêtes sur les migrations qui prendra une ampleur internationale.

  • 12 Xu Shilian, Notes sur l’Essai sur le principe de population, Zhonghua Book Company, 1934.

24Xu Shilian est un autre représentant de l’école démographique de sociologie. Son livre, Notes sur l’Essai sur le principe de population, est un grand classique des débuts de la recherche en démographie. Pour Xu Shilian, toute question sociale se pose d’abord en termes démographiques : « La population constitue la matière première d’une société ou d’un pays ; c’est elle qui en produit la culture et la richesse. C’est pourquoi la démographie doit être le point de départ de nos réflexions, qu’elles soient d’ordre social, économique, politique, éducatif ou culturel. » En s’appuyant sur une approche démographique qualitative et sur les théories de l’eugénisme, il avance que la qualité démographique et la distribution des richesses doivent être l’objet central des études démographiques, plutôt que la quantité démographique. Il infère de ce postulat les questions relatives au modèle familial, au mariage, à la répartition professionnelle, aux rapports ville-campagne ou aux méthodes éducatives. Il explique que, « considéré dans son ensemble, le champ d’investigation de la démographie va bien au-delà de la question de la quantité démographique : elle doit encore traiter les questions de la qualité démographique, de l’efficacité économique et de la moyenne de répartition professionnelle. Elle s’intéresse donc non seulement à la quantité de population, mais également à son niveau de richesse et aux théories eugénistes12 ».

25La limitation des naissances faisait à l’époque presque l’unanimité au sein de cette école. Pour ses représentants, la pauvreté de la Chine tenait principalement à sa surpopulation. À l’instar de Yan Yangchu et Li Jinghan, pour qui le déclin de la Chine s’expliquait par l’ignorance, la pauvreté, la maladie et le mauvais gouvernement, ces universitaires considèrent que la pauvreté est un mal social. La conclusion que présentent Xu Shilian et Chen Changheng (un autre démographe de l’époque) dans leur ouvrage Trois Principes du peuple et politiques démographiques n’en est pas très éloignée : si la Chine est actuellement aussi pauvre, c’est parce que sa population a dépassé son point d’équilibre. Si aucune mesure de restriction des naissances n’est mise en place, les Chinois verront leur niveau de vie baisser et devront développer de nouveaux modes de vie. Ils s’inscrivent donc contre l’idée défendue par certains selon laquelle les progrès scientifiques et les découvertes à venir permettront de nourrir une population toujours croissante.

  • 13 Ke Xiangfeng, 1935, The Problem of Poverty in China, Cheng Chung Book. Collection dirigée par Ke X (...)

26Ke Xiangfeng s’appuie sur des données démographiques pour aborder la question de la pauvreté de façon systémique. Avant ses 36 ans, il compose deux œuvres majeures, The Problem of Poverty in China et Le problème de la démographie chinoise. Sa définition de la pauvreté est la suivante : quand un individu (ou une famille) vivant dans une société donnée à une époque donnée ne peut pas faire face au coût de la vie perçu comme minimal, il est en situation de pauvreté. L’auteur distingue à ce propos les notions de « niveau de vie », par laquelle il entend la vie dont jouit réellement la population, et de « référence de vie », qui devrait correspondre à la vie dont jouit la population mais qui renvoie en fait à un objectif d’amélioration sociale, et n’existe donc qu’en tant qu’idéal. La mesure du niveau de vie permet de classer les individus en quatre catégories différentes : ceux en situation de pauvreté, de survie, de bien-être ou de confort, et de luxe. La mesure de la référence de vie permet quant à elle de distinguer les individus en situation de survie (qui se trouvent sous le seuil de pauvreté) de ceux dont la situation est confortable (cette deuxième catégorie change en fonction de la société étudiée). Ke Xiangfeng estime que le niveau de vie est déterminé par trois facteurs principaux : la quantité démographique, les terres et les ressources disponibles ainsi que le niveau technique. La pauvreté de la Chine s’explique par bon nombre de facteurs, d’ordre entre autres matériel, bio logique, politique, économique et social. Pour en briser le cycle, il faut l’attaquer à la racine et ne se pencher que dans un second temps sur les problèmes sociaux qu’elle génère. La prévention est donc de mise de prime abord, et doit consister en politiques démographiques ou mesures visant à améliorer l’environnement naturel, politique, économique et social, par exemple. Le deuxième volet de la lutte contre la pauvreté comporte le développement du secteur humanitaire et social. Ke Xiangfeng a beaucoup travaillé sur la notion de seuil de pauvreté ; en s’inspirant de données d’enquête existantes, il aboutit à la conclusion que la population rurale en situation de pauvreté représente approximativement 60 % de la population totale de l’époque, contre 5 % pour la population citadine. Forts de ces 65 % de pauvres, si l’on considère que la population totale s’élevait alors à 450 millions d’habitants, on obtient environ 300 millions de pauvres13.

27Aucun recensement n’a eu lieu en Chine au cours de la première moitié du XXe siècle : le premier est réalisé en 1953. Cela attise la curiosité des démographes d’alors, qui redoublent d’estimations.

  • 14 Yan Xinzhe, 1935, Analyse du problème de la population rurale chinoise, The Commercial Press.

28En 1935, Yan Xinzhe écrit un ouvrage de quelques dizaines de milliers de caractères, Analyse de la population rurale chinoise, très moderne pour l’époque. Dans un premier temps, il collecte diverses données d’enquêtes et se sert des quelques données statistiques disponibles pour analyser les chiffres, la structure, la répartition en fonction de l’âge, la proportion des sexes, les taux de natalité et de mortalité, les circonstances maritales et professionnelles, les tendances et les mutations de la population rurale chinoise. Il avance le chiffre de 340 millions d’individus, ce qui représente 74,5 % de la population totale. Il cite en outre l’enquête menée dans le Hebei par Qiao Qiming entre 1929 et 1931, selon laquelle une famille compte en moyenne 5,43 membres. L’enquête réalisée par Li Jinghan dans le comté de Ding à la même époque recense 5,8 membres en moyenne par famille. L’enquête de suivi menée par Qiao Qiming auprès de 143 familles du comté de Qingyuan (Shanxi) entre 1926 et 1928 donne 838 individus pour l’année 1926, soit une moyenne de 5,86 membres dans une famille ; 835 individus pour l’année 1927, soit 5,84 et 839 individus pour l’année 1928, soit 5,87. Yan considère donc que 5,8 est un chiffre relativement fiable pour exprimer le nombre moyen de membres dans une famille chinoise de l’époque14.

29Après sa publication, le livre de Yan Xinzhe devient une œuvre de référence dans le monde de l’analyse démographique. Notons que l’auteur ne se contente pas de parler de démographie, mais fait également état de bon nombre de problèmes relatifs au monde rural de l’époque, dont celui de l’exode rural. À l’époque, le milieu de la sociologie utilise le vocable de « désertion des campagnes », là où nous parlons aujourd’hui de paysans-ouvriers. Dans les deux cas, le phénomène étudié est celui de paysans qui quittent leur village de manière temporaire ou définitive. Les raisons de cet exode sont nombreuses : les paysans s’enrôlent dans l’armée, partent poursuivre leurs études, vont rendre visite à des proches, se marient, réussissent un concours… Pour autant, ce phénomène est relativement circonscrit dans l’histoire chinoise moderne. Le départ de ces populations étant motivé par des contraintes d’ordre économique, on les qualifie parfois de « migrantes ». Quelques autres ouvrages de l’époque mentionnent ce problème, plus ou moins dans le détail. On peut notamment citer Hao Ping et son Étude du problème de l’exode des populations rurales chinoises, Zhai Ke et son Étude du problème des campagnes chinoises, Hei Shan et Xu Zhengxue avec Le Problème des campagnes – Étude des causes de l’effondrement des campagnes chinoises, Ke Xiangfeng et The Problem of Poverty in China, Yan Xinzhe et Analyse du problème de la population rurale chinoise, Jin Lunhai et Étude de l’économie rurale chinoise, ou encore Sun Benwen et Problèmes sociaux de la Chine contemporaine.

Recherches en sociologie rurale de l’école académique

30La plupart des représentants de ce courant ont étudié en Europe ou aux États-Unis. Yang Kaidao ne fait pas exception et il est le premier à décrocher un titre de docteur en sociologie rurale. Il a d’abord obtenu un master de sociologie rurale à l’Iowa Agricultural College, puis un doctorat à l’université du Michigan. En 1927, il rentre en Chine pour devenir professeur de sociologie dans les instituts d’agronomie de la Great China University, de l’université Fudan et de l’université centrale de Nankin. Il occupe également les postes de professeur et de responsable du département de sociologie ainsi que celui de doyen de l’institut de droit de l’université de Yanjing.

31La notion centrale de community (communauté) développée par les chercheurs en sociologie rurale occidentaux est introduite dans les études chinoises en sociologie rurale par Yang Kaidao. Plutôt que la traduire par son équivalent chinois shequ, il a préféré l’expression difang gongtong shehui, qui signifie littéralement « société commune locale ». Pour lui, les campagnes ne sont pas une communauté au sens habituel où on l’entend, mais plutôt une société commune locale dont l’activité centrale est l’agriculture. L’appellation « société rurale locale » s’est parfois substituée à celle-ci ; les sociétés communes locales sont de plus grande taille que les zones de voisinage (lingli quyu), mais de plus petite taille que les sociétés communes villageoises (xiangzhen gongtong shehui). La société rurale chinoise se compose donc de ces trois entités superposées.

  • 15 Yang Kaidao, 1930, Autonomie rurale, Shanghai: WJ Bookstore.

32D’après Yang Kaidao, cinq facteurs sont responsables du retard de développement de la vie rurale : les mauvaises conditions d’éducation, les difficultés économiques liées à la taille des exploitations des paysans (1/3 des familles ont moins de 10 mu à cultiver), le nombre accablant de tâches à effectuer (le travail des paysans s’accomplit au détriment de leur santé mentale et physique), la distance entre les différents villages (les transports rudimentaires contribuent au cloisonnement des paysans dans leur vie familiale, au détriment d’une vie sociale, et les privent des ressources humaines et financières nécessaires pour initier une action sociale), et, enfin, l’inorganisation des paysans. Les campagnes abritent en effet une société chaotique dont les habitants ne connaissent ni les mérites de l’organisation sociale ni le moyen d’y parvenir. Yang Kaidao ne conçoit pas un développement rural sans organisation paysanne, et partage en cela les vues de Liang Shuming. La question rurale, à la différence de la question agricole, doit se penser autour des individus et des relations qu’ils entretiennent les uns avec les autres : l’organisation sociale joue donc un rôle déterminant. L’autonomie villageoise serait dès lors la façon la plus simple de réformer la vie rurale dans son ensemble. Pour autant, Yang Kaidao rejette vigoureusement le système d’autonomie locale que le gouvernement propose de mettre en place avec la construction rurale : « Un gouvernement, aussi bienveillant, strict et appliqué soit-il, repose toujours sur la bonne volonté des fonctionnaires qui lui sont soumis ; on ne saurait dès lors parler d’autonomie. » La volonté d’autonomie doit venir des paysans : comment l’autonomie rurale pourrait-elle être légitime si elle n’est pas le fruit d’une revendication paysanne collective de gérer ses propres affaires15 ?

33Yang Kaidao n’a rien de l’intellectuel coupé de la réalité qui juge du haut de sa tour d’ivoire. Il incarne parfaitement la tradition du lettré pour qui beaucoup de choses peuvent être apprises dans les livres, mais qui sait appliquer son savoir. Son ambition est ainsi la suivante : développer les campagnes pour restaurer la puissance de la Chine. À ses yeux, recherche théorique et enquête sur le terrain ne vont pas l’une sans l’autre, aussi préconise-t-il l’étude des campagnes chinoises via une méthode scientifique. « Il y a six ans, alors que j’étais encore étudiant en agriculture, je me suis aperçu d’un problème majeur dans le monde agricole. […] Leur souffrance et leurs soucis [aux paysans] n’étaient partagés par les étudiants en agriculture ni chinois ni étrangers. J’ai alors résolu de ne plus être cet assistant, cet expert, ce professeur qui n’avait rien à voir avec les paysans, mais de devenir leur ami, l’intermédiaire entre eux et les experts, de faire en sorte que les experts les servent et qu’eux-mêmes puissent se servir des experts », écrit-il dans la préface à son ouvrage Autonomie rurale.

34Yang Kaidao s’efforce de mettre ses théories en pratique : avec l’aide de la Fondation Rockefeller, lui et Xu Shilian sont à l’origine d’un observatoire de terrain dans la banlieue pékinoise, qu’ils baptisent « zone d’expérimentation de Qinghe ». L’école de Yanjing s’en sert pour promouvoir sa méthode de recherche communautaire, et pour se différencier des vulgaires « mouvements sociaux » que sont à ses yeux les mouvements de construction rurale et d’enquête sociale instaurés par Liang Shuming et Li Jinghan.

35Yang Kaidao estime que la méthode de construction rurale qu’il préconise avec d’autres est bien plus scientifique que les mouvements mis en place entre autres par Liang Shuming, et investit le débat, fort de cette différence. Au printemps 1929, après s’être rendu dans les provinces du Guangdong, du Jiangsu, du Hebei et du Shanxi pour y étudier différentes formes d’autonomie rurale, Liang Shuming publie dans le quatrième numéro de la première parution du Village Government Monthly un article intitulé « Observations sur le Nord de la Chine ». Il dénombre sept obstacles majeurs à la mise en place d’une autonomie villageoise, et avoue son impuissance. Yang Kaidao consacre un article à chacun d’entre eux dans une série intitulée Liang Shuming et ses sept obstacles à l’autonomie villageoise. Ces textes paraissent dans l’Hebdomadaire de l’agriculture que publie l’institut agricole de l’université centrale de Nankin. À l’inverse de Liang Shuming, qui ne voyait pas de construction rurale possible sans la prise en compte des éléments propres à la culture chinoise, Yang Kaidao estime pour sa part qu’une réforme de la vie rurale dans laquelle on laisse du temps au temps sera trop lente et trop consommatrice d’énergie. Seul un mouvement pensé, nourri des leçons apportées par les précédents et reposant sur des principes pourra donner lieu à de bons résultats en un temps plus court. Les leçons dont il parle sont les expériences des pays occidentaux, qu’il a longuement étudiées afin de pouvoir s’en servir en Chine, notamment les réformes et les différentes formes de reconstruction rurale du Royaume-Uni, des États-Unis, du Danemark et de la France.

36Même s’ils font tous deux partie du mouvement académiste, Yang Kaidao et Fei Xiaotong sont loin de partager la même vision de l’industrialisation rurale. Yang Kaidao s’appuie sur l’expérience occidentale pour professer la mécanisation de l’agriculture et l’abandon de l’artisanat rural. Il va même plus loin, en affirmant qu’une reconstruction rurale dont l’objectif est la mise en place d’une société civile autonome nécessite l’abandon de toute forme d’artisanat. Les paysans, ainsi libérés de dizaines d’heures quotidiennement assignées à un travail physique fatigant, auront alors enfin le loisir de réfléchir à leur condition.

37Yang Kaidao ne se limite pas à une explicitation des principes fondamentaux de la sociologie rurale : son ouvrage Les Règles villageoises en Chine, qui emprunte beaucoup à l’histoire sociale, est une autre de ses contributions à la discipline. C’est la première étude sociologique réalisée sur la question des règles en vigueur dans les villages. En étudiant leur histoire, Yang Kaidao cherche à remonter aux fondements historiques de la tradition d’une société rurale chinoise autonome.

  • 16 Cf. Teng Wen Gong, Tome I, Mencius.

38Ces règles villageoises fournissent un cadre social ; elles sont sanctionnées par l’usage dans une communauté rurale donnée, usage transmis par les habitants. L’organisation ainsi formée vise à privilégier l’entraide. Un tel système repose sur un mécanisme de communication à trois niveaux : les habitants doivent se soumettre aux règles villageoises, à une discipline personnelle, ainsi qu’aux règles établies par les autres. Ce système donne à tous les membres d’une société rurale donnée l’assurance d’une vie en communauté réglée et d’un progrès commun. Il rappelle en cela à bien des égards le système idéal des « champs en forme de caractère puits » développé par Mencius, grâce auquel « les décès ou les déménagements n’obligent pas les paysans à quitter le district. Au sein d’un district, tous les paysans qui vivent sur l’une des neuf parcelles d’un caractère puits se rendent des services à chaque occasion : ils établissent des tours de veille ensemble, et s’entraident en cas de maladie. C’est ainsi qu’ils sont amenés à ressentir de l’affection les uns pour les autres et à vivre en harmonie16 ».

39Après une étude approfondie des différents modes de gouvernement rural chinois, Yang Kaidao oppose à la notion de « centralité », qui existe en Chine de toute éternité, celle de « localité ». Les villages s’organisent autour de règles depuis la dynastie Zhou, aussi des grandes lignes peuvent-elles être tirées de ce système. Son étude du Rites des Zhou lui révèle que l’organisation rurale de cette époque correspond à un modèle de gouvernement villageois idéal :

  • 17 Cf. Tcheou Li (Les Rites des Zhou), t. I, Livre XI, XI. Chefs de commune (Tso Ssé), traduction d’É (...)

Cinq familles font un groupe (Pi) ; dix familles font une association (Lien) ; cinq hommes font une escouade (Ou) ; dix hommes font une association (Lien) ; quatre sections de vingt-cinq familles (Liu) font une commune (Tso) ; huit sections semblables, ou deux communes, font une association (Lien). Le chef de commune recommande aux associés de se soutenir mutuellement, de se recevoir les uns les autres, de participer ensemble aux peines et châtiments, aux éloges et récompenses, à l’effet de recevoir les prescriptions officielles, d’exécuter les services requis par l’État, d’enterrer les morts les uns des autres17.

40Avec la fin de la période des Royaumes combattants coïncide l’essor de la classe des lettrés, phénomène qui affecte profondément la société et les pratiques politiques chinoises. Les lettrés s’attachent à des nobles pour les conseiller (avec des intentions plus ou moins louables), ou occupent des postes de fonctionnaires dans l’administration civile ; certains, convaincus par la doctrine confucéenne, s’en font les porte-parole auprès du peuple. S’il connaît une disconvenue, le lettré cherche souvent à s’en retourner dans sa région natale ; la perte de prestige des écoles publiques sises dans les grandes villes, amorcée dès le temps de Confucius, est donc un phénomène récurrent. C’est ce qui explique que la richesse de la vie culturelle des villes et des campagnes a été la même jusqu’à la moitié du règne des Qing ; en revanche, la vie politique y est très différente. Pendant une courte période s’étendant après la dynastie des Han orientaux, certaines régions chinoises ont été sous la coupe de familles riches et puissantes avant de tomber sous celle de familles de fonctionnaires ; c’est alors que les paysans ont été réduits à l’état de serfs ou de demi-serfs. Après les dynasties du Nord et du Sud et le retrait généralisé du pouvoir dans les campagnes, la division administrative de celles-ci se fait sur la base des villages préexistants. On en voit une illustration avec le système baojia imaginé par Wang Anshi dans la réforme qu’il mène sous les Song du Nord, ou encore avec les systèmes lijia ou des greniers communautaires mis en place sous les Ming. Après l’arrivée des Mandchous au pouvoir, les administrations rurales sont découpées en subdivisions, chacune gérée par un ministère dédié, ce qui porte un coup fatal à l’autonomie villageoise. En Chine, les structures administratives rurales ont pris toutes sortes de noms au fil des époques : zhen, bao, du, zhuang, xiang, cun, li, tu, jia, she, ou encore bao et zhai. Il n’existe pas de structure en deçà du comté ; c’est pourquoi beaucoup de documents historiques qualifient simplement les structures administratives rurales de « locales », une pratique qui est devenue courante dans certaines régions.

41C’est parce qu’il s’inquiète des obstacles en travers de la route menant à l’autonomie villageoise que Yang Kaidao se met à étudier son histoire. Pour lui, le travail du sociologue commence là où s’arrête celui de l’historien. En effet, l’historien cherche des documents historiques authentiques, tandis que le sociologue s’appuie sur des documents historiques dans l’objectif de comprendre la hiérarchie des causes et effets et de mettre à jour les grands principes sociaux. L’approche d’historien de Yang Kaidao permet à bien des égards de révéler l’essence de l’histoire sociale ; en reliant ses observations historiques aux problèmes sociaux de son temps, l’auteur parvient à faire de l’histoire le point de départ de son analyse sociologique. En plus de s’interroger sur le sens premier de l’histoire, il consulte des ouvrages d’histoire populaire, toujours dans le but de contribuer à la mise en place d’un système dans lequel les villages seraient autonomes. Il établit également une classification des différents exemples de gouvernement rural autonome selon leur système de règles. Il lui importe de laisser au peuple son autonomie et il espère voir la Chine revenir au système des règles villageoises. Son engagement dans la cause de la reconstruction rurale se justifie donc historiquement ; en effet, il s’agit d’un engagement qui se fonde sur l’essence même de la tradition chinoise.

Recherches en eugénisme de l’école académique

42Quentin Pan est un autre grand nom de la sociologie chinoise. Alors qu’il est étudiant à l’université Columbia, il suit l’enseignement de Lewis Henry Morgan, puis celui de l’eugéniste Charles Davenport. Par la suite, il se lance dans la recherche et s’intéresse aussi bien à l’eugénisme qu’à la sociologie, l’éthique ou l’histoire sociale ; ce faisant, il inaugure une nouvelle voie pour la recherche en sociologie. La pensée de Quentin Pan est empreinte d’un style propre à l’université Qinghua, où il a fait ses études, qui allie connaissances orientales et occidentales, passé et présent, sciences et humanités.

43Quentin Pan rentre en Chine en 1926, et se met en devoir d’y introduire l’eugénisme, discipline qui y est inconnue. La mission urgente qu’il lui assigne est de découvrir une méthode de reproduction la meilleure possible, qui serve au progrès de l’humanité. Il propose pour ce faire d’étudier le patrimoine génétique de l’espèce humaine et les conséquences des choix opérés par chaque civilisation. Cette discipline donne à ses recherches un angle inhabituel. En effet, il analyse le rôle que jouent les facteurs sociaux, économiques et culturels dans la qualité de la population chinoise, au moyen de différents types d’ouvrages historiques, et intitule sa méthode de recherche « nouvelle pensée humaniste ».

  • 18 Pour plus d’informations sur les recherches en anatomopathologie, voir la première œuvre de Quenti (...)
  • 19 Cf. Quentin Pan, An Overview of Eugenics (1928), The Principles of Eugenics (traduit en 1948), Une (...)

44Cette approche lui sert à souligner l’importance pour la sociologie de partir de la nature humaine. La connaissance de cette nature humaine nécessite la synthèse de données provenant de la biologie, de la génétique, de la physique, de la psychologie, de l’anatomopathologie18, mais aussi de la philosophie, de l’histoire, de la religion et des arts. C’est grâce à cet exercice que la sociologie peut prétendre à être une science complète19.

  • 20 Traduction de S. Couvreur, édition de 1956 (NdT).

45Il est très important de comprendre la notion d’adaptation telle que Quentin Pan la conçoit et qu’il traduit par weiyu pour appréhender sa nouvelle pensée humaniste. Weiyu est un terme auquel il recourt pour donner au mot « adaptation » une tonalité plus chinoise. Il refuse en effet de recourir à la traduction attendue (shiying), à laquelle il préfère un terme classique issu de la tradition culturelle chinoise. Ce terme provient d’une phrase tirée de l’ouvrage classique La Doctrine du milieu : « Quand l’équilibre et l’harmonie atteignent leur plus haut degré, chaque chose est à sa place (wei) dans le ciel et sur la terre ; tous les êtres se propagent et se développent heureusement (yu)20. » Cette phrase met l’accent sur l’importance pour l’être humain en tant que créature à la fois individuelle et sociale de vivre en harmonie avec son environnement naturel, culturel et institutionnel. Dans sa relation avec son environnement, c’est l’homme qui est en position de supériorité ; s’il ne doit pas en concevoir un orgueil démesuré, il ne doit pas davantage se plier aux desiderata de son milieu, mais chercher à s’établir en toute humilité. Toute la difficulté consiste en l’instauration d’une relation où le respect de l’ordre vient nourrir la vie.

  • 21 Quentin Pan, 1931, The Family Problem in China, Shanghai: The Crescent Moon Bookstore, p. 1.

46Dans la théorie de Quentin Pan, les relations sociales se superposent aux relations éthico-morales, elles-mêmes construites sur des données biologiques et psychologiques. Avant de parvenir à cette culture de l’ordre, il faut s’humaniser au contact des préceptes des grands penseurs. Or la famille est cette unité qui préfigure toute relation dans l’éthique chinoise : il est donc normal qu’elle soit devenue la pierre angulaire de la société chinoise. Quentin Pan écrit à ce sujet : « La famille est placée au centre de l’organisation sociale chinoise, aussi la paix sociale repose-t-elle sur elle21 ». Pour lui, toutes les normes sociales se sont construites sur la famille. Trois types de relations existent au sein d’une famille : la relation de dépendance vis-à-vis de ses parents et de la vénération des ancêtres, la relation matrimoniale et l’organisation interne d’une famille, et la relation aux enfants, qui sont élevés, éduqués, et qui peuvent être adoptés. Ces relations servent de modèle aux relations économiques, culturelles, religieuses et morales d’une société. L’étude des valeurs morales occidentales permet de déterminer le rôle et la place de la famille dans les pays occidentaux. En revanche, la structure familiale élargie de la tradition chinoise n’est pas à la base de tout ; de la même façon, au sein d’une famille, on ne peut pas mêler les fonctions d’adaptation et de contrôle. En synthétisant les théories de l’eugénisme et du réformisme social, Quentin Pan fait ressortir un modèle familial « du compromis », assez conservateur, qui repose principalement sur l’idée que les parents doivent élever leurs enfants pour qu’à leur tour ils les servent. Dans son système familial, enfants et parents ont des obligations les uns envers les autres. Il récuse ainsi l’individualisme du système occidental, dans lequel seuls les parents ont une obligation vis-à-vis de leurs enfants, qui ne sont aucunement tenus de les servir par la suite. En définitive, il cherche à mettre un terme au système restrictif qui prévaut jusqu’alors en Chine via le modèle de la famille élargie et entrave pour lui le développement individuel.

47La théorie de Quentin Pan illustre les aspirations et les tendances académiques de cette génération d’universitaires, qui espère pouvoir dépasser l’opposition Orient/Occident et mettre au point des méthodes de recherche adaptées à la réalité chinoise, afin de pouvoir assurer la transmission de leur histoire. Le concept de « culture de l’ordre » a été forgé à partir d’une théorie évolutionniste occidentale revisitée et d’une nouvelle réflexion sur les pratiques et rites de la tradition chinoise. De ce fait, il correspond à un idéal social humaniste affranchi des oppositions conceptuelles du type individu/société, statique/mobile ou encore social/biologique.

48Tout comme Yang Kaidao, Quentin Pan se sert de sa conscience des problèmes contemporains et de ses recherches en histoire de la sociologie pour faire avancer sa quête de la culture de l’ordre et en perpétuer la tradition. C’est à ce titre que Research on the Pedigrees of Chinese Actors et Eminent Lineages of Jiaxing during the Ming and Qing Dynasties, ses deux œuvres majeures, sont considérées en Chine, voire à l’étranger, comme des classiques de la recherche en histoire de la sociologie.

  • 22 Quentin Pan a réalisé une autre étude dans ce domaine, intitulée Personnages célèbres de Suzhou à (...)
  • 23 Quentin Pan, 1941, Research on the Pedigrees of Chinese Actors, The Commercial Press.

49Du fait de sa formation eugénique, Quentin Pan accorde une grande importance aux sources généalogiques. Il s’en sert notamment pour étudier les mécanismes sociaux à l’œuvre lors de périodes données de l’histoire chinoise particulièrement riches en acteurs22. Ainsi, dans Research on the Pedigrees of Chinese Actors, il organise un système de classement pour les documents consignant la vie des acteurs depuis les Printemps et Automnes jusqu’à l’établissement de la République de Chine. Il travaille plus particulièrement à une cartographie du réseau social de dix acteurs sur une période de 120 ans située entre la 17e année du règne de Jiaqing (dynastie Qing) et la 23e année de la République de Chine. Il a pour ce faire recours à des sources provenant de près de 180 différentes lignées. La répartition des acteurs dépend de critères géographiques, de classe sociale, de migrations, de liens du sang ; elle obéit en cela à une transposition de ce que les biologistes appellent la loi de l’accouplement par sélection (law of assortative mating). Dans les rapports qu’ils entretiennent avec des individus liés à eux par le sang ou par des alliances, les acteurs sont mis à distance des autres classes sociales. Grâce à une analyse de la carte des réseaux familiaux et des liens matrimoniaux de 43 lignées, Quentin Pan montre que la reproduction sociale qu’il observe de génération en génération, aussi bien dans le travail que dans le rôle incarné sur scène s’explique par cette mise à distance, autant de la part des autres classes qu’au sein même de la classe à laquelle appartiennent les acteurs. Son enquête sur celle-ci lui révèle qu’au début de la période étudiée, les acteurs sont souvent issus de familles de paysans ou d’artisans pauvres ; pendant les 40 dernières années de cette même période, qui préfigurent une ère d’échanges culturels avec l’Occident, ils sont en revanche principalement issus de familles de marchands ou de lignées de lettrés-fonctionnaires. En définitive, peu importe leur origine : en dehors de ceux issus de grandes familles d’acteurs, la majorité des individus qui embrassent cette profession viennent d’un milieu pauvre. Si des jeunes gens issus de familles de lettrés-fonctionnaires s’y adonnent, ce n’est pas par nécessité économique ; pour ceux-là, Quentin Pan va chercher du côté de la psychologie. En effet, il n’y a que sur les planches qu’ils obtiennent une sorte de satisfaction et d’équilibre émotionnel ; pour autant, quand ils franchissent le pas et passent d’une pratique amateur à une pratique professionnelle, ils cèdent à une addiction qui les emporte loin du plaisir qu’ils trouvaient initialement à jouer23.

  • 24 Quentin Pan, 1947, Eminent Lineages of Jiaxing during the Ming and Qing Dynasties, The Commercial (...)

50Dans Eminent Lineages of Jiaxing during the Ming and Qing Dynasties, Quentin Pan accumule les preuves susceptibles d’étayer son argumentation. Il diversifie considérablement son répertoire et puise aussi bien dans des sources généalogiques que dans les récits d’éminentes familles locales, les notices nécrologiques, les inscriptions funéraires ou les copies corrigées de participants aux examens impériaux provinciaux et nationaux. Il défend l’idée que de telles sources ont aidé à découvrir les origines de la structure sociale clanique, le phénomène de reproduction sociale, les hauts faits de grands personnages, les mariages interclaniques, qui sont autant de manifestations des mécanismes de structuration des lignées. Il exploite également les données relatives aux arbres généalogiques, aux cartes des lignées ou à l’accroissement du capital d’une famille pour décrire les logiques de répartition des grandes familles de Jiaxing. Il recense tous les textes des archives municipales de Jiaxing qui mentionnent des lauréats des examens impériaux (notamment le lauréat de l’examen national, les trois premiers lauréats du grade de docteur de première classe et le lauréat du grade de docteur de deuxième classe) et met sur pied un système qui décrit les relations de sang ou d’alliances entre les uns et les autres. Il recense ainsi plus de 90 lignées différentes. Il fait alors appel à la théorie eugénique pour décrypter les relations relevées sur sa carte de parenté, et parvient à établir que sur la période des dynasties Ming et Qing, 27 des 40 lettrés issus de Jiaxing figurant en tête de liste au concours appartiennent à des lignées qu’il a retracées sur sa carte de parenté. Pour lui, leur réussite à l’examen extraordinaire justifie l’hypothèse eugénique (ou aristogénique). Sur la petite centaine de lignées qu’il a identifiée, Quentin Pan peut affirmer qu’au moins 44 viennent d’une région extérieure. La réussite d’une famille tient donc à ce que son patrimoine génétique est renouvelé, idée qu’il a toujours soutenue. Il découvre en outre qu’à Jiaxing, la durée moyenne pour l’accroissement du patrimoine d’une famille est de 8,3 générations, ce qui contredit la maxime héritée de la Chine classique selon laquelle « le rayonnement d’un honnête homme ne s’éteint qu’au bout de 5 générations ». Quentin Pan découvre 280 relations de mariage entre les lignées qu’il a réussi à isoler ; cela « va de pair avec le principe d’accouplement par sélection évoqué précédemment ainsi qu’avec celui de sélection naturelle. Il n’y a rien de plus naturel que la formation de liens de parenté entre les grandes familles24 ». C’est dans le même esprit que Quentin Pan rédige son Personnages célèbres de Suzhou à l’époque moderne : pour étudier l’impact d’un lettré reçu aux examens sur le patrimoine génétique d’une famille, il ajoute aux critères géographiques et de lien de parenté des critères d’ordre culturel et prend notamment en compte le style universitaire des individus étudiés ou encore leur relation avec leurs disciples. Cette étude démontre une fois de plus la réalité historique et sociale de la loi d’accouplement par sélection.

51Somme toute, le mouvement académiste et la sociologie ont de nombreux points communs. En accord avec les principes scientifiques qui structurent ces deux mouvements, leurs représentants cherchent à assimiler toutes les connaissances sociologiques occidentales. Ils se servent également des connaissances sociologiques contemporaines pour réformer les savoirs chinois traditionnels, tout en donnant un tour chinois à leur pratique de la sociologie. Ils engagent les lettrés à assumer leur responsabilité envers la société en relayant les savoirs contenus dans les livres auprès du peuple, et cherchent à transformer l’idéal social chinois afin que le progrès des connaissances bénéficie à la nation. Enfin, ils mettent en valeur les fondements de la culture et de l’histoire sur lesquels se sont développées les connaissances chinoises, et soulignent l’importance de la recherche en histoire de la sociologie.

Notes

1 En 1926, Sun Benwen, diplômé des universités de New York et de Chicago, prend un poste d’enseignement à l’université de Fudan. En 1927, Yang Kaidao, diplômé de l’Iowa State College et de la Michigan Agricultural University, enseigne successivement à la Great China University, à l’université de Fudan, à l’université centrale et à l’université Yanjing. Quentin Pan, diplômé de l’université Columbia, poursuit ses travaux à Cold Spring Harbour, Long Island, puis rentre en Chine en 1926 pour enseigner dans de nombreuses écoles comme la National Chengchi University ou la Kwang Hua University de Shanghai. En 1928, Wu Jingchao est diplômé de l’université de Chicago et accepte un poste à l’université Jinling de Nankin. En 1927, Wu Zelin est docteur de l’Ohio State University ; de retour en Chine, il enseigne tout d’abord au lycée de Yangzhou, puis à la Great China University. En 1923, Chen Da est docteur de l’université Columbia ; de retour en Chine, il enseigne longtemps à la Tsinghua Academy, puis participe en 1929 à la fondation du département de sociologie de l’université Tsinghua à Pékin. En 1928, Wu Wenzao est docteur en sociologie de l’université Columbia ; l’année suivante, il enseigne à l’université Yanjing. En 1924, Xu Shilian est docteur en philosophie de l’Iowa State University ; de retour en Chine, il est professeur à l’École normale de Wuchan et à l’université Yanjing. En comparaison, Tao Menghe appartient à une génération de chercheurs plus ancienne : dès 1913, il est docteur de la London School of Economics and Political Science. La même année, il devient professeur à l’École normale supérieure de Pékin, puis à l’université de Pékin entre 1914 et 1927.

2 Sun Benwen a dirigé le département de sociologie de l’université centrale. Il devient ensuite directeur des études du même établissement, directeur de l’Institut normal, président du département de sociologie, et dans les années 1940 il est nommé responsable de l’éducation supérieure au ministère de l’Éducation. En 1941, le responsable du ministère de l’Éducation le charge de recruter les premiers enseignants fonctionnaires.

3 Traduction Marcel Granet, La Pensée chinoise, Albin Michel, 1999, p. 458.

4 Sun Benwen, Principes de la sociologie, t. I, The Commercial Press, 1935, p. 1.

5 Autre nom de Liang Qichao, universitaire et philosophe réformiste de la dynastie Qing (NdT).

6 Sun Benwen, 1935, Principes de la Sociologie, t. II, The Commercial Press.

7 Wu Zelin, 1930, Le Système de limitation sociale, World Journal Bookstore.

8 Yan Jingyao, 1986 (1934), Des liens entre la question de la criminalité et le changement social, trad. Wu Zhen, Beijing University Press.

9 Yan Xinzhe, 1946, Entreprises sociales modernes, The Commercial Press (Chongqing).

10 Chen Da, 1934, La Question démographique, The Commercial Press.

11 Chen Da, 1929, La Question du travail en Chine, The Commercial Press.

12 Xu Shilian, Notes sur l’Essai sur le principe de population, Zhonghua Book Company, 1934.

13 Ke Xiangfeng, 1935, The Problem of Poverty in China, Cheng Chung Book. Collection dirigée par Ke Xiangfeng.

14 Yan Xinzhe, 1935, Analyse du problème de la population rurale chinoise, The Commercial Press.

15 Yang Kaidao, 1930, Autonomie rurale, Shanghai: WJ Bookstore.

16 Cf. Teng Wen Gong, Tome I, Mencius.

17 Cf. Tcheou Li (Les Rites des Zhou), t. I, Livre XI, XI. Chefs de commune (Tso Ssé), traduction d’Édouard Biot.

18 Pour plus d’informations sur les recherches en anatomopathologie, voir la première œuvre de Quentin Pan, Feng Xiaoqing, 1927, Shanghai, The Crescent Moon Bookstore.

19 Cf. Quentin Pan, An Overview of Eugenics (1928), The Principles of Eugenics (traduit en 1948), Une perspective historique humaniste (1937).

20 Traduction de S. Couvreur, édition de 1956 (NdT).

21 Quentin Pan, 1931, The Family Problem in China, Shanghai: The Crescent Moon Bookstore, p. 1.

22 Quentin Pan a réalisé une autre étude dans ce domaine, intitulée Personnages célèbres de Suzhou à l’époque moderne (1935).

23 Quentin Pan, 1941, Research on the Pedigrees of Chinese Actors, The Commercial Press.

24 Quentin Pan, 1947, Eminent Lineages of Jiaxing during the Ming and Qing Dynasties, The Commercial Press.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540