Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La sociologie chinoise avant la Révolution

 | 
Qu Jingdong
, 
Li Peilin

L’école chinoise de sociologie

Texte intégral

Formation de l’école chinoise de sociologie

1On associe souvent à l’école chinoise de sociologie le nom de Wu Wenzao, qui en est le père fondateur. En 1927, il obtient son doctorat à l’université Columbia aux États-Unis avec une thèse intitulée Opinion et prise de décision britanniques quant au problème de l’opium en Chine. Il est alors parmi les premiers docteurs d’université chinois. À son retour en Chine en 1929, il devient professeur au département de sociologie de l’université Yanjing de Pékin, avant d’en prendre la tête en 1933. Il est l’un des précurseurs des études anthropologiques et des recherches ethnographiques en Chine.

2Dans le milieu de la sociologie chinoise du début du XXe siècle, deux tendances coexistent encore en matière d’enseignement et de recherche. D’une part, de nombreux sociologues se contentent d’incorporer, aux ressources livresques chinoises inexistantes, les théories des sciences humaines occidentales. D’autre part, certains sociologues utilisent les méthodes d’enquête sociologique contemporaines développées en Angleterre et aux États-Unis pour décrire la société chinoise. Le retour de Wu Wenzao au pays coïncide précisément avec la période qui voit le développement et l’expansion de la sociologie et de l’anthropologie en Chine. Il met toute son énergie au service du mouvement académique pour la sinisation de la sociologie et mène une âpre réflexion sur les moyens à mettre en œuvre pour y parvenir. Selon lui, la sinisation de la sociologie implique avant tout d’examiner la situation chinoise.

3En 1929, le fondateur de l’écologie humaine, Robert Park, se rend en Chine pour un cycle de conférences afin de diffuser ses théories. Il revient en 1932-1933 et cette fois-ci emmène des élèves du département de sociologie de l’université Yanjing visiter les bidonvilles de Pékin, le quartier de Tianqiao, des prisons et les principaux hutong afin de faire l’expérience des différentes réalités sociales de la capitale. En 1935, l’anthropologue anglais A. R. Radcliffe-Brown se rend en Chine afin de présenter l’anthropologie fonctionnaliste et les méthodes de l’enquête de terrain. En alliant le structuro-fonctionnalisme de l’anthropologue britannique Malinowski et les théories de l’écologie humaine de l’Américain Robert Park, Wu Wenzao réconcilie l’anthropologie et la sociologie. Il met en avant la recherche communautaire comme la problématique centrale de la sinisation de la sociologie et la première étape vers une réforme de la structure sociale chinoise.

4Wu Wenzao fait de la recherche communautaire un point central, intègre l’anthropologie à la sociologie et fonde ainsi la structure fondamentale des prémices de l’enquête sociologique en Chine. L’équipe académique qu’il dirige est baptisée par Malinowski et d’autres anthropo logues « école chinoise de sociologie ». Wu Wenzao a formé beaucoup de chercheurs talentueux, parmi lesquels Lin Yaohua, Fei Xiatong, Li Anzhai ou encore Qu Tongzu, des docteurs d’universités étrangères conscients de la situation chinoise.

  • 1 Wu Wenzao, 1934, Introduction à un « Recueil d’articles sociologiques de Robert Park », in Structu (...)

5Pour Wu Wenzao, les recherches communautaires impliquent « l’utilisation de méthodes et l’adoption d’un même positionnement culturel et méthodologique afin d’effectuer des recherches distinctes portant sur des territoires différents ». Par exemple, les ethnologues doivent s’appuyer sur leur connaissance des tribus frontalières ou des colonies, les sociologues des campagnes sur les communautés rurales de l’intérieur du pays ou sur les communautés de migrants, tandis que les spécialistes des villes doivent s’occuper des métropoles du littoral et de celles situées en bordure de fleuve. Ainsi les études statiques servent à analyser la structure de la société tandis que les recherches dynamiques se penchent sur ses processus ; ces deux perspectives, construites côte à côte, permettent dès lors d’appréhender dans leur totalité les organisations et les changements sociaux. Les efforts de Wu Wenzao ainsi que les résultats des nombreuses études menées dans son sillage eurent une très large influence. Cette école chinoise de sociologie se développe donc pour devenir par la suite le courant principal de la sociologie en Chine, définissant pour longtemps l’orientation des recherches dans cette discipline1.

6Ce courant majoritaire se divise en deux branches : la première est celle de la socio-anthropologie représentée par Fei Xiaotong, la seconde celle de l’anthropologie culturelle de Lin Yaohua. La première insiste sur une analyse des organisations sociales en lien avec l’économie, la seconde propose une analyse culturelle des systèmes sociaux informels comme les clans, les religions, les coutumes, etc. Bien sûr, cette délimitation ne se retrouve pas au niveau des rapports entre enseignants et étudiants, et parmi les élèves et les assistants de Fei Xiaotong, certains appartiennent à l’anthropologie culturelle. De même cette division n’est pas stricte, car les sujets de recherche sont très divers et croisent de nombreux domaines. Les premières recherches anthropologiques occidentales, pour les besoins d’une virulente propagande coloniale, se concentrent sur l’étude des sociétés indigènes analphabètes. La contribution de Fei Xiaotong et Lin Yaohua consiste, elle, à transposer les méthodes anthropologiques pour étudier la société chinoise riche d’un patrimoine civilisationnel ancestral.

L’enquête en anthropologie culturelle

7Parmi les chercheurs emblématiques des débuts de l’anthropologie en Chine, on peut notamment citer Lin Yaohua, Yang Qingkun, Xu Langguang et Xu Rukang. La particularité de leurs travaux consiste à combiner les théories occidentales avec le travail de terrain en Chine, créant ainsi une aire de recherche fortement marquée par la culture chinoise. Ces recherches se concentrent principalement sur les questions claniques et religieuses en Chine, portant ainsi un nouvel éclairage sur l’histoire de la culture populaire.

  • 2 Dans Le Monde de la sociologie, t. IX, 1937.

8Étudiant à l’université Yanjing sous la direction de Wu Wenzao, Lin Yaohua mène une enquête de terrain sur le clan des Huang, à Yixu, dans sa région natale du Fujian. Cette étude obéit aux préceptes de la recherche communautaire. Dans son mémoire de master intitulé « Enquête sur les clans de Yixu », il étudie les rites autour de la naissance, du mariage, des coutumes liées au deuil et à l’enterrement pour proposer une analyse systématique des structures fondamentales du maintien de l’ordre clanique, et un éclairage sur les spécificités en Chine des systèmes culturels et de l’organisation fonctionnelle des clans. Lin Yaohua, influencé par le fonctionnalisme émergent, propose une analyse fonctionnaliste originale du système clanique, dans laquelle les familles représentent les unités de base du clan. En partant de l’individu pour arriver à différentes relations sociales et en passant par la structure familiale et la structure fonctionnelle du clan, il trace avec clarté le fil conducteur logique de son analyse, et ouvre l’horizon d’une connaissance des clans chinois. Dans un texte intitulé « Étude des clans ruraux en Chine d’un point de vue anthropologique2 », Lin Yaohua explicite sa nouvelle méthode d’enquête :

Les campagnes claniques sont une des formes de la ruralité. Le clan est une extension de la famille, les descendants multiples d’ancêtres communs forment ce qu’on appelle un clan, les villages sont des organisations locales issues d’un effet de rassemblement spontané et les districts sont des communautés politiques rassemblant plusieurs villages. L’expression « région rurale clanique » que l’on utilise aujourd’hui désigne toujours une organisation unie à la fois par des liens de sang et des attaches géographiques, que l’on peut désigner par le concept de communauté.

  • 3 Lü Simian, 1929, Brève histoire des clans chinois, Zhongshan Publishing House.
  • 4 Tao Xisheng, 1934, Mariage et Famille, The Commercial Press.
  • 5 Gao Daguan, 1946, Évolutions de la société familiale chinoise, Zheng Zhong Publishing House.

9Avant Lin Yaohua, de nombreuses recherches sur les clans avaient été menées en Chine, mais la plupart étaient de nature historique. On peut notamment citer celles Lü Simian, présentées dans son ouvrage intitulé Brève histoire des clans chinois, qui fut la première histoire concise de ces communautés en Chine. Le livre s’ouvre sur une explication des concepts d’ancêtre (zong) et de clan (zu), et détaille les questions des « grands » et des « petits » ancêtres, des sacrifices, des noms de famille, des arbres généalogiques, du rassemblement du clan en un lieu d’habitation commun, ou encore des chefs de clan et des possessions communes, effectuant ainsi un travail pionnier dans le domaine3. Par la suite, Tao Xisheng, dans son ouvrage Mariage et Famille, décrivit la périodicité des systèmes claniques : des Zhou occidentaux aux Printemps et Automnes s’étend la période de la loi clanique, des Royaumes combattants aux Cinq Dynasties on trouve un système d’habitat clanique par organisations familiales, après les Song on évolue progressivement vers un système patriarcal par famille, enfin, au XXe siècle, le système familial est centré autour du couple des époux4. Dans Évolutions de la société familiale chinoise, Gao Daguan étudie la famille sous les dynasties Zhou, Song et Qing d’un point de vue sociologique, et compare les systèmes familiaux d’hier et d’aujourd’hui5.

  • 6 Liu Jie, 1948, Théorie historique des peuplements claniques en Chine ancienne, Zheng Zhong Publish (...)

10Parmi les recherches en histoire clanique, l’ouvrage de Liu Jie Théorie historique des peuplements claniques en Chine ancienne est un incontournable. Liu Jie est diplômé de l’institut d’études nationales de l’université Qinghua et a été profondément influencé, entre autres, par Wang Guowei, Liang Qichao ou Chen Yinke. Il a analysé et démontré avec précision les origines des clans, les différentes réalités décrites par ce terme, leur périodicité et leurs totems, et ses travaux ont largement influencé l’élaboration de méthodes de recherche rigoureuses sur l’histoire clanique chinoise6.

  • 7 In 1935, « Critique culturelle », recueil 1, numéro 1.
  • 8 In 1936, « Shihuo », recueil 4, numéro 8.
  • 9 In 1935, « Critique culturelle », recueil 3, numéro 3.
  • 10 In 1933, « Revue de l’Orient », recueil 30 numéro 19.
  • 11 In 1936, « Jianguo yuekan », recueil 14, numéros 3 à 5.

11Les recherches historiques sur la question clanique ont fortement influencé la sociologie chinoise et le domaine spécifique de l’histoire sociale des clans. On peut citer les articles de Liu Xintang sur les parentés claniques : « Mise en commun des richesses dans les parentés claniques de la dynastie Song7 », « Les parentés claniques du Fujian8 », « Les parentés claniques du Henan9 ». Ou encore les écrits de Lang Qingxiao sur les combats armés qui survenaient entre les clans : « Causes et organisations des querelles armées en Chine du Sud10 », « Les querelles populaires armées en Chine du Sud depuis trois cents ans11 ».

  • 12 Quentin Pan, 1937, Les Grandes Familles de Jiaxing sous les dynasties Ming et Qing, The Commercial (...)

12Quentin Pan est un chercheur interdisciplinaire d’exception et l’auteur de théories brillantes dans des domaines de recherche tels que la sociologie, la psychologie, l’eugénisme ou encore l’histoire sociale. Il a intégré l’eugénisme et l’étude des talents exceptionnels à ses recherches sur les clans, et est l’auteur d’un ouvrage intitulé Les Grandes Familles de Jiaxing sous les dynasties Ming et Qing, dans lequel il établit la cartographie des liens de parenté des grandes familles de Jiaxing et des schémas de leurs réseaux de parenté. Il établit aussi des cartes de dissémination des reliques, ainsi que des statistiques sur la répartition des vestiges de chaque parenté jusqu’à la huitième génération. Chaque parenté de Jiaxing a une durée de vie moyenne d’un peu plus de 200 ans, aussi estime-t-il que les éléments clefs de la prospérité et du déclin des grandes familles sont l’héritage et l’éducation, qui font la force des ancêtres, mais aussi les migrations, les mariages et la longévité des membres12.

13Les recherches de Lin Yaohua sur les clans, basées sur l’enquête de terrain, quittent le domaine de l’histoire pour entrer dans la réalité actuelle. Son mémoire « Enquête sur les clans de Yixu » pose les fondations de son ouvrage postérieur, La Maison des ailes d’or. Celui-ci a été écrit lorsque Lin Yaohua étudiait à l’université Harvard, et portait alors le titre de Chroniques d’une famille. Quand il fut revu afin d’être publié en 1947, on modifia le titre, qui devint Étude sociologique du système familial chinois. Tous les événements relatés dans La Maison des ailes d’or sont tirés de faits réels. Le livre raconte des histoires survenues entre le début du siècle précédent et les années 1930 dans le village des Huang, situé dans la province du Fujian, en aval du fleuve Min. Elles nous parlent des traditions du Sud de la Chine et dressent un portrait vivant de l’agriculture, de l’industrie, de la politique locale, des associations populaires, du rapport aux paysages, des offrandes aux génies domestiques, du culte des ancêtres, des rites matrimoniaux et funéraires, des jours fériés et des loisirs, etc. Le livre témoigne ainsi des relations étroites qui unissent ce village où tous portent le même nom de famille et où les plus grands foyers abritent quatre générations sous un même toit, de leurs rites et de leurs querelles. La Maison des ailes d’or a aussi inauguré une nouvelle manière d’écrire. Lin Yaohua y emploie une langue littéraire pour rédiger un ouvrage scientifique, et il incorpore les trivialités, les éléments épars et fragmentaires des documents originaux issus de l’enquête en un récit anthropologique complet. Raymond Firth, éco-anthropologue de renommée internationale, rédigea la préface de l’ouvrage, et en fit une présentation scientifique très élogieuse. Pour autant, la méthode littéraire de Lin Yaohua dut affronter pendant plusieurs dizaines d’années une interrogation récurrente de la part des confrères de l’auteur : s’agissait-il finalement d’un récit de fiction ou d’une étude scientifique ? Lin Yaohua dut réaffirmer à de nombreuses reprises que les histoires relatées dans son ouvrage étaient bien réelles, qu’elles étaient un modèle de la société villageoise et des liens familiaux dans le Sud-Est, qu’il se basait sur les résultats d’une enquête socio-anthropologique. Sa méthode de synthèse littéraire si originale fut toujours regardée comme « extraordinaire ». On peut établir ici un lien entre le travail de Lin Yaohua et celui du sociologue de l’école de Chicago W. F. Whyte, qui suit lui aussi un chemin original en cherchant à apporter une finition littéraire à la présentation des résultats obtenus par l’enquête sociologique. En 1943, il publie Street Corner Society, une étude sur la communauté italienne des quartiers défavorisés de Boston, et qui se situe elle aussi quelque part entre l’ouvrage académique et le roman. Whyte avait présenté la première version de Street Corner Society dans une compétition de textes non romanesques, et il parvint par ailleurs à obtenir pour ces mêmes travaux un doctorat du département de sociologie de l’université de Chicago, traditionnellement réputé pour son exigence scientifique. Il sut enfin opposer une défense audacieuse aux critiques sévères formulées à l’encontre de sa thèse, accusée de « manquer de concepts clairs et déterminés et de cohérence documentaire ». Par la suite, Street Corner Society devint l’une des œuvres emblématiques de l’école de Chicago, « une nouvelle méthode pour raconter le monde extérieur », et même un modèle à égaler pour les tenants d’une méthode d’enquête fondée sur l’entretien individualisé.

14Dans La Maison des ailes d’or, toutes les histoires tournent autour de systèmes familiaux et claniques, mais elles ne se contentent pas de rassembler des annotations sur le sujet, elles déploient un réseau dense et fluide dont chaque élément est susceptible de modifier l’ensemble. L’enquête ne se contente pas de mettre l’accent sur les situations individuelles et les parcours de vie, elle s’efforce plutôt de comprendre les liens complexes entre l’individu et la vie en communauté grâce à la description des fonctions culturelles de la famille et du clan.

15Yang Qingkun est un autre nom incontournable de l’anthropologie culturelle han. Alors qu’il est encore étudiant à l’université de Yanjing, il publie un mémoire intitulé Étude des foires du comté de Zouping, qui est la première recherche chinoise sur les foires rurales. L’auteur a enquêté lors de quatorze rassemblements de ce type dans le comté de Zouping, observant les marchandises, les échanges commerciaux, les vendeurs, l’organisation générale, autant d’éléments qui lui permettent de décrire son objet. De nombreux chercheurs tireront ensuite profit des résultats de son travail, qui servit même de fondement à l’élaboration du cadre d’analyse de G. William Skinner sur le réseau des foires dans la société chinoise. Skinner souhaitait proposer un cadre analytique ayant pour unité de base ce réseau de foires rurales afin de s’affranchir du schéma suivi par nombre de chercheurs chinois et fondé sur les villages.

16À ses débuts, l’anthropologie chinoise insistait sur la nécessité de mener des enquêtes en milieu rural et de les poursuivre sur une temporalité longue. L’enquête de Yang Qingkun est basée en banlieue de Canton, dans le village de Lujiang. Entre 1947 et 1950, il y supervise des travaux et donne au village le surnom poétique de « Hameau méridional », traduisant ainsi ses espoirs d’obtenir par la suite une vision d’ensemble des villages du Sud de la Chine. C’est à partir de ce matériau que Yang Qingkun rédige son ouvrage intitulé Les Villages chinois aux premiers temps de la transition communiste, qui fut par la suite édité dans de nombreuses langues. Le nom du hameau de Lujiang gagnait pour sa part en influence dans les milieux académiques chinois comme étrangers. Aux débuts de l’anthropologie chinoise des sociétés han, des ouvrages comme Économie d’un village fluvial de Fei Xiaotong, La Maison des ailes d’or de Lin Yaohua, A Chinese Village : Taitou, Shantung Province de Martin C. Yang, Under the Ancestor’s Shadow de Xu Langguang, Les Villages chinois aux premiers temps de la transition communiste de Yang Qingkun, etc., marquent des étapes clefs de l’histoire du développement de l’anthropologie en Chine.

17Cependant, c’est en 1961 que Yang Qingkun publie son ouvrage le plus influent, intitulé Les Religions dans la société chinoise. Il y conduit une analyse précise de différents types de religions ainsi que de leurs rapports avec la politique, l’économie et le confucianisme. Ces travaux sont considérés comme la bible des études sur les religions en Chine. Dans le domaine des études religieuses chinoises, les polémiques se concentrent autour de deux problématiques majeures, à savoir l’existence réelle ou non de religions au sein de la société chinoise et le fait de considérer ou pas le confucianisme comme une religion. Hu Shi estimait que la Chine était exempte de religions et le peuple chinois dépourvu de superstitions religieuses. Liang Shuming affirmait, lui, que nulle part dans le monde la religion n’était plus fragile qu’en Chine, et qu’aucun peuple n’y était plus indifférent, les rares croyances existantes dans le pays relevant seulement des plus vils motifs. Dans Les Religions de la Chine : confucianisme et taoïsme, Max Weber écrit, lui, que les croyances populaires sont « comme un grand mélange d’esprits utilitaires ». Il est vrai que si l’on dresse une comparaison avec l’Europe, la Chine ne possède pas de religion forte et bien organisée à de nombreuses périodes de son histoire, au fil de laquelle on ne recense pas de luttes interminables entre une Église et l’État.

  • 13 Yang Qingkun, 2007 (1961), Les Religions dans la société chinoise, trad. Fan Lizhu, Shanghai Peopl (...)

18La principale contribution de Yang Qingkun fut, d’une part, d’attester de la présence de religions en Chine. Il écrit : « Sur l’étendue du vaste territoire chinois, il n’y a pour ainsi dire pas un recoin qui n’abrite un temple, un autel aux ancêtres, un laraire ou un sanctuaire… attestant ainsi, comme autant de symboles d’une réalité sociale, de la force et de l’influence de la religion en Chine13. » D’autre part, Yang Qingkun parvient aussi à mettre en évidence les différences entre les religions chinoises et occidentales et leurs particularités. Pour lui, on ne saurait appliquer les concepts de la théologie occidentale à l’étude des religions chinoises : celles-ci manquent en effet d’une « structure évidente » et d’un système d’organisation indépendant, ce qui les empêche de s’affranchir du système séculier. Dès lors, si l’on met face à face religion et pouvoir politique, la première apparaît contrainte de fournir au pouvoir politique des fondements supranaturels, tout en tâchant de survivre et de se développer en absorbant la morale laïque.

19Yang Qingkun emprunte à Joachim Wach une distinction, qu’il établit dans son ouvrage Sociologie des religions, entre groupes naturels (natural groups) et groupes spécifiquement religieux (specifically religious organizations). Il adopte à partir de là un point de vue structuro-fonctionnaliste pour différencier deux formes de religions en Chine : religion institutionnelle (institutional religion) et religion diffuse (diffused religion). La principale caractéristique d’une religion institutionnelle est son autonomie vis-à-vis de la société laïque, dont elle est séparée jusqu’à un certain degré. La religion diffuse possède elle aussi sa théologie propre, ses rituels et son système pour expliquer le monde. Cependant, même si son essence spirituelle ou encore la forme de son cérémonial s’intègrent parfois au système séculier et à l’ordre social, devenant ainsi partie prenante de sa structure, elle ne possède pas de valeur et de signification suffisante pour lui assurer une existence indépendante. Afin d’expliquer ces deux concepts centraux que sont la religion institutionnelle et la religion diffuse, Yang Qingkun utilise les cadres théoriques et les méthodes de la sociologie et de l’anthropologie occidentales (en effet Durkheim a déjà analysé les caractéristiques de ce que l’on a appelé la « religion diffuse »). En s’appuyant aussi sur son expérience de relocalisation des travaux et en se fondant sur un mode d’étude empirique, il affirme que l’indétermination quant à la place de la religion en Chine ne découle pas seulement de la multiplicité des divinités et des vénérations, mais reçoit aussi l’influence du modèle économique et de l’environnement géographique. Par exemple, la région de Yushan est souvent battue par les embruns, on y honore donc les dieux de l’océan ; le quartier de Foshan à Canton révère les divinités du feu car les habitants y vivent sous la menace des explosions des chantiers voisins, etc.

20Dans le cadre théorique du développement des religions élaboré en Occident, l’évolution sociale des croyances religieuses connaît toujours la progression suivante : du panthéisme au monothéisme, en passant par une période de polythéisme. Le panthéisme représente donc une sorte de foi primitive, et le christianisme, en renversant l’« hérésie animiste », permet aux hommes de découvrir la loi unique de la nature et ouvre le chemin de la science moderne. Par extension, la conclusion implicite en serait que la cause culturelle du retard scientifique des pays orientaux est à chercher dans leur polythéisme. Yang Qingkun estime donc que la Chine n’est pas privée de religion mais que la forme culturelle de celle-ci y est différente. Les religions sont apparues en Chine selon un modèle largement décentralisé dans lequel les religions diffuses se sont appliquées à servir le système social laïc. Afin de renforcer leurs organisations, les religions ont infiltré la structure du système social traditionnel pour en obtenir le soutien, et leurs théologies, leurs divinités, leurs croyances et leurs rites ont gagné une influence systématique sur la vie quotidienne des populations. Sur les raisons pour lesquelles les religions chinoises ont développé de telles caractéristiques, Yang Qingkun avance premièrement que toutes les religions chinoises ont émergé sous le règne d’un pouvoir monarchique hégémonique. Les religions ainsi dominées ont eu tendance à se disperser dès leurs débuts pour se fondre dans le système social, sans avoir pu se constituer en organisation ayant une véritable structure et des fonctions. Deuxièmement, la protection accordée par la société aux différentes croyances polythéistes a affaibli la possibilité qu’une seule et unique religion et son système organisationnel se détache des autres et progresse. En définitive, le jugement de Yang Qingkun sur l’imperfection des religions chinoises et son hypothèse selon laquelle celles-ci relèvent d’une autre forme d’existence culturelle entrent en contradiction, et il lui est difficile en réalité de s’affranchir tout à fait des conclusions de la recherche occidentale.

  • 14 Ceux qui célèbrent le bai.

21Tian Rukang mène aussi des recherches tout à fait originales sur les religions populaires en Chine en se basant sur la méthode de l’enquête de terrain. Membre de l’institut de recherche sociologique de Kuige dans le Yunnan, dirigé par Fei Xiaotong, il se rend dans le village de Namu près de Mangshi au Yunnan à partir de 1940 pour enquêter sur le terrain pendant 10 mois. Il observe la fête du bai (baiyi) de l’ethnie Tai et publie en 1946 un livre intitulé La Fête rituelle bai des populations frontalières de Mangshi. Cette fête est une pratique villageoise religieuse locale. En étudiant l’économie villageoise des populations périphériques (comme les Tai), Tian Rukang a découvert l’importance du bai, car bien que la fête en elle-même soit brève, elle « touche à tous les aspects de la vie des baiyi14. » Tian Rukang est influencé par Magic, Religion and Science de Malinowski et par Les Formes élémentaires de la vie religieuse de Durkheim. Dans son ouvrage, il décrit et analyse en détail les différences entre religion et magie, entre bai et « non-bai », entre cérémonie religieuse et rituel de vénération surnaturelle. Selon Tian Rukang, la cérémonie religieuse bai possède des caractéristiques non utilitaristes : au cours de cette cérémonie, les participants s’appliquent collectivement à consommer de la nourriture, leur seul but étant de parvenir à l’épuisement de ces ressources. Ce qui est non-bai par contre, tout comme la magie, vise à utiliser les forces surnaturelles afin de résoudre des problèmes concrets : il s’agit cette fois d’une pratique utilitaire. Pour Tian Rukang, la fête bai est un procédé religieux qui permet de triompher des divisions sociales. L’accumulation des richesses n’a alors pas pour but de fonder des différences de classes sociales, mais au contraire de niveler les disparités par la pratique religieuse de la « consommation ». Les travaux de Tian Rukang ont sans aucun doute contribué à faire évoluer les jugements simplistes sur l’utilitarisme des pratiques religieuses populaires en Chine, pour révéler une dualité réelle entre l’utilitaire et le non utilitaire.

  • 15 Xu Langguang, 2001 (1948), Under the Ancestors’ Shadow: Kinship, Personality and social Mobility i (...)

22Xu Langguang est un autre grand nom de l’anthropologie culturelle des Han. Son ouvrage le plus représentatif est paru en 1948 sous le titre Under the Ancestors’ Shadow : Chinese Culture and Personality (réédité en 1967 sous le titre Under the Ancestors’ Shadow : Kinship, Personality and social Mobility in China, ou dans sa version abrégée Under the Ancestors’ Shadow). Les matériaux de terrain proviennent des enquêtes menées par Xu Langguang à Xizhen lorsqu’il appartenait à l’institut de recherche sociologique de Kuige dans le Yunnan. Le nom de Xizhen désigne aujourd’hui le quartier de Xizhou à Dali. Dans Under the Ancestors’ Shadow, Xu Langguang analyse la culture chinoise de vénération des ancêtres qui s’organise autour de l’axe des relations père-fils. Il met ainsi en évidence une structure psychologique et une spécificité culturelle qui diffèrent totalement de ce qui existe en Occident et devient ainsi le précurseur de la psycho-anthropologie chinoise. Pour Xu Langguang, lors du processus de formation de la personnalité chinoise, le culte des ancêtres et l’organisation familiale jouent un rôle fondamental. Chaque individu naît et grandit « à l’ombre de ses ancêtres », et c’est en poursuivant l’effort de ses aïeux qu’il pourra conférer à sa brève existence physique un caractère d’éternité. Comme l’écrit Xu Langguang, le système théorique chinois insiste sur la prédominance de l’intérêt collectif sur celui de l’individu dans un mouvement de déférence qui va de la famille au pays tout entier. Dès lors, l’existence d’êtres autonomes, indépendants, est peu probable au sein de la société chinoise traditionnelle15. Grâce à des descriptions ethnographiques vivantes et à des analyses anthropologiques systématiques, Under the Ancestors’ Shadow propose une explication de la prépondérance des valeurs collectivistes dans la culture chinoise. Le point de vue exprimé alors par Xu Langguang était en réalité peu novateur pour les lecteurs chinois de l’époque puisqu’il correspondait à l’opinion majoritaire ayant cours dans le monde lettré à la fin des Qing. En effet, la Chine allait connaître de grands changements, il fallait opérer une révolution personnelle et culturelle, mettre à bas les vieilles traditions, briser en éclats la nasse des ancêtres, et réformer en profondeur le moi. La principale contribution de Xu Langguang fut de donner à ce courant d’opinion les bases solides de son enquête de terrain, et de mettre à profit avec succès les méthodes de la psycho-anthropologie.

23La problématique fondamentale au cœur de Under the Ancestors’ Shadow est de résoudre, grâce à une enquête de terrain, la question de l’ascension et de la chute des grandes familles, autrement dit de comprendre pourquoi les descendants d’hommes fortunés se trouvent parfois ruinés. Cependant, l’ambition scientifique de Xu Langguang ne se limite pas à l’étude d’une seule famille. Pour lui, l’ascension et la chute des familles ordinaires dans une communauté donnée possèdent des facteurs communs avec celles des clans de hauts dignitaires ou même des dynasties impériales. Dès lors, il établit une connexion entre les évolutions des familles et celles des États et des sociétés, bien qu’il estime que les événements du second type sont plus complexes que les premiers. Xu Langguang avance qu’en Occident, les recherches existantes sur le destin des sociétés reflètent deux points de vue : le premier correspond à la théorie malthusienne de l’excédent démographique, qui veut que les périodes de stabilité et de paix engendrent une croissance de la population qui place alors celle-ci en conflit avec la terre disponible et les ressources technologiques ; lorsque la population devient excédentaire, des troubles surviennent, qui déciment les habitants, conduisant le pays à entrer dans une ère nouvelle. Le second point de vue correspond à la théorie du cercle des classes de Karl Wittfogel : ce dernier affirme que la société chinoise est divisée entre une classe régnante, une classe bureaucratique et une classe contenant le reste de la population. Les bureaucrates et les nouveaux riches (mandarins, potentats locaux, riches marchands) accumulent les possessions terriennes, causant une crise foncière puis une crise socioéconomique. Bien que ce cercle vicieux puisse connaître un répit cyclique grâce au phénomène d’ascension et de chute des dynasties, on ne parvient jamais à en sortir complètement. Or Xu Langguang estime que les particularités personnelles sont un élément de la prospérité ou du déclin des grandes familles qu’il ne faut pas négliger. Des personnalités lâches vont souvent de pair avec une économie familiale qui périclite, tandis que la force de caractère est souvent l’attribut des membres des clans les plus prospères. Dans son enquête à Xizhen, Xu Langguang a découvert que, sous la protection des ancêtres, deux facteurs principaux influaient sur les personnalités individuelles, à savoir l’autorité et la concurrence. Les plus pauvres luttent souvent pour la survie, tandis que les plus aisés luttent pour le pouvoir et la renommée. Et avec un même modèle de relations père/fils, les conditions économiques, selon que les familles sont riches ou pauvres, engendrent des personnalités complètement différentes parmi les membres des jeunes générations. Les premiers sont dans une dépendance totale vis-à-vis des générations précédentes, obéissant au patriarcat traditionnel. Les plus démunis sont aussi plus indépendants, et ne se résignent pas à obéir aux manipulations de leurs pères. On remarque donc que les conditions socio-économiques façonnent les personnalités individuelles, et en retour les personnalités individuelles dessinent les perspectives de développement des familles. Cette étude socio-psychologique de Xu Langguang est, d’une part, largement influencée par la psychologie comportementale occidentale, mais d’autre part, elle est aussi marquée par des efforts pour relocaliser la discipline sociologique en Chine. Dans un certain sens, on peut dire que les travaux de Xu Langguang ouvrent la voie vers une sinisation de la socio-psychologie autour de concepts clefs comme la sympathie ou l’idée de face.

Recherche communautaire en anthropologie sociale

24En Chine, la sociologie et l’anthropologie entretiennent depuis toujours une relation complexe. Bon nombre d’anthropologues aimeraient que leur discipline se forge sa tradition et son système et s’émancipe de la sociologie. À leurs yeux, les premières enquêtes de terrain réalisées en Chine qui relèvent de l’anthropologie sont celles de Martin C. Yang sur Taitou, son village du Shandong, de Daniel Harrison Kulp sur Fenghuang, un village de la province du Guangdong, de Lin Yaohua sur Yixu et Jinyihuang, des villages de la province du Fujian, de Francis L. K. Hsu sur Xi, bourg de la province du Yunnan, ou encore de C. K. Yang sur Nanjing, village de la province du Guangdong. En revanche, Fei Xiaotong n’est pas considéré comme un chercheur en anthropologie culturelle. Au vu des premières recherches effectuées en Chine sur la question, il ne semble pas exister de ligne de démarcation nette entre sociologie et anthropologie. Fei Xiaotong, en mettant surtout l’accent sur la dimension économique dans ses recherches, est catalogué à l’époque comme un fonctionnaliste doublé d’un gauchiste.

25À ses débuts, la sociologie chinoise ne jure que par des enquêtes de villages. C’est le spécialiste américain Daniel Harrison Kulp, alors professeur à l’université de Shanghai, qui mène la première d’entre elles. Pour ce faire, il se rend à Fenghuang en 1918, 1919 et 1923 avec ses étudiants, avant de publier en 1925 Country Life in South China : The Sociology of Familism.

26L’ouvrage de Martin C. Yang, A Chinese Village : Taitou, Shantung Province, est préfacé dans son édition anglaise par Ralph Linton, le doyen du département d’anthropologie de l’université de Columbia, qui y voit les prémices d’une nouvelle ère pour la recherche communautaire, qui consacrera l’anthropologie nativiste. Martin C. Yang est né et a grandi à Taitou ; à l’instar de Fei Xiaotong et de Lin Yaohua, il choisit d’enquêter sur un univers dont il est familier. Cette façon de faire essuie par la suite son lot de critiques : en effet, comment se départir de son attachement à sa région d’origine et garantir qu’aucun élément affectif ne vient perturber son analyse ? Le débat n’est pas résolu de savoir si un observateur enquêtant sur sa région d’origine compromet ou non les résultats de son enquête. Existe-t-il vraiment une différence entre une enquête réalisée par quelqu’un dont c’est la région d’origine et une autre menée par quelqu’un d’extérieur ? En effet, à enquêter sur sa région d’origine, on réduit le nombre de malentendus auxquels peut être exposé un enquêteur extérieur. Dans le tableau que dresse Martin C. Yang de la vie dans son village, il désigne les habitants par leur vrai nom ; il fait reposer sa description et son analyse minutieuses de la vie familiale à la campagne ou encore des conflits survenant à Taitou sur son expérience familiale personnelle et sur sa connaissance de la vie dans son village.

  • 16 Martin C. Yang, 2001 (1945), A Chinese Village: Taitou, Shantung Province, trad. Zhang Xiong (etc. (...)

27Dans A Chinese Village : Taitou, Shantung Province, Martin C. Yang explique pourquoi il est nécessaire de partir du principe que la vie rurale est déterminée par un faisceau de relations sociales, principalement les relations familiales et villageoises, pour pouvoir appréhender la ruralité chinoise ; ces deux présupposés sont de première importance. Un village n’étant jamais isolé, il ne faut pas oublier d’analyser les relations du village avec l’extérieur ainsi que l’influence des villes à son égard16. L’approche de Martin C. Yang diffère sensiblement de celle de G. William Skinner en la matière. Ce dernier prend pour unité d’analyse la ville marchande (market town) ; pour lui, l’influence qu’exerce la civilisation commerciale urbaine sur la vie dans les sociétés rurales est prépondérante ; elle place notamment les paysans aux marges de la zone marchande (marketing area). S’il s’intéresse également au rapport qu’entretiennent les villages avec le monde extérieur ainsi qu’avec les villes marchandes, Martin C. Yang met quant à lui au premier plan la vie villageoise et familiale, et place les paysans au cœur de la zone villageoise ; son analyse est davantage celle d’une civilisation agricole rurale. Au cours de son enquête à Taitou, il observe que bon nombre de villageois travaillent à Qingdao alors que leurs femmes et leurs enfants restent au village. La reproduction démographique est assurée au niveau du village ; l’interaction ville-campagne obéit donc à une logique vertueuse. Pour Yang, cette relation est de loin préférable à la situation de certaines villes des États-Unis où sont apparus des bidonvilles.

  • 17 Martin C. Yang, 2001 (1945), A Chinese Village : Taitou, Shantung Province, trad. Zhang Xiong (etc (...)

28L’enquête de Martin C. Yang est surtout connue pour son étude de l’organisation d’un village. Selon l’auteur, il existe des structures qui assurent la transition entre d’un côté la famille proche et de l’autre le village : il s’agit de la famille élargie, des voisins, des associations religieuses et des associations reposant sur une base familiale. Il commence par distinguer les différents groupes observés en fonction de leur taille : certains existent à l’échelle du village, d’autres à celle du voisinage et d’autres encore à celle de la famille. Pour lui, les administrateurs d’un village doivent se servir de l’organisation locale traditionnelle pour résoudre les conflits, dans la mesure où une application trop rigide de la législation aurait pour effet de miner la collectivité. Yang analyse la structure de classe de la société rurale à l’aide de différents modèles de stratification sociale. Il découvre ainsi qu’elle ne s’exprime pas seulement en écart de richesses, mais aussi en différences liées au sexe, à l’âge, au nom, au clan, à la position sociale, à la réputation ou encore à la religion17.

  • 18 Gens : dans l’Antiquité romaine, groupe familial portant le même nom antérieur à la famille (NdT).
  • 19 Martin C. Yang, 1970, Évolution de la société rurale chinoise à l’époque moderne, Taibei : Ju-liu (...)

29Dans son livre de 1970, Évolution de la société rurale chinoise à l’époque moderne, Martin C. Yang met en ordre ses recherches sur les campagnes chinoises et s’efforce de tirer des conclusions. C’est à cette occasion qu’il travaille notamment à développer sa réflexion initiée dans A Chinese Village : Taitou, Shantung Province sur une organisation rurale. Il qualifie d’évolution sociale le passage d’une société sans organisation à une autre organisée. Dans le cas de communautés rurales constituées par des tribus troquant leurs pratiques de chasse, de pêche ou d’élevage contre une activité agricole et se sédentarisant, ou par des immigrants partis à la conquête d’un pays, leur organisation sociale répond à leurs problèmes ou besoins spécifiques (ainsi s’explique l’apparition du concept de famille élargie, de gens18 et de clan). Dès que tous ou la grande majorité des habitants d’un village font l’expérience des avantages qu’il peut y avoir à s’entraider, c’est tout naturellement que des activités collectives (milice de protection du village, associations de jeunes Chinois d’outre-mer, système de rotation du temps de travail, participation commune aux événements marquants de la vie du village, processions religieuses, écoles locales, équipes d’intervention en cas de catastrophe naturelle…) se mettent en place en fonction des besoins et se maintiennent ou non19.

30Martin C. Yang distingue deux types de relations sociales dans les campagnes chinoises : les unes, dites « élémentaires » et les autres, secondaires. L’unité de base des relations élémentaires, quand elle n’est pas la famille, est le voisinage. Au sein d’un village, la notion de voisinage est à rattacher à l’ensemble des relations sociales que tissent les familles d’un même quartier ; elle ne correspond pas nécessairement à une réalité géographique, mais doit se comprendre comme une toile invisible dans laquelle les rapports sociaux figurent les fils, le sentiment communautaire le liant et les activités communautaires ainsi que leur objectif les points de rencontre des différents fils de la toile. Dans les villages de moyenne et grande importance, le clan local (zudang) se substitue au voisinage comme unité au cœur des relations sociales élémentaires. En effet, ces villages hébergent dans la plupart des cas une famille clanique ou un clan local, qui a pu présider à la création d’associations à caractère social réservées à un clan, comme des écoles, des entrepôts, des maisons de retraite, ou des associations d’aide aux orphelins défavorisés ou autres. Les associations à caractère non officiel (cercles funéraire ou matrimonial) viennent grossir les rangs de ces relations dites élémentaires.

31Martin C. Yang qualifie de secondaires les relations entre structures éducatives, associations religieuses, familles non constituées en clans et bailleurs et locataires. L’éducation est un ascenseur social en Chine, à la campagne comme à la ville ; à la campagne, les structures éducatives regroupent écoles privées, écoles claniques et écoles publiques. On compte au sein des associations ou groupes religieux aussi bien les associations officielles que les sociétés œuvrant pour la préservation des croyances populaires (comme les festivals locaux, les cultes de la pluie ou encore les sacrifices). La notion de famille est ici à comprendre dans son acception de classe sociale. Pour des raisons économiques ou de géographie sociale, certains groupes sociaux ont pu se constituer en formations changeantes, sans forme définie, comme l’illustrent les maîtres et leurs apprentis, les travailleurs se relayant sur leur lieu de travail, ou encore les personnalités particulièrement sociables. Dans une relation de bailleur à locataire, le bailleur est souvent un propriétaire terrien, le locataire un paysan ; il va sans dire que, dans ce type de relation, le propriétaire a l’ascendant sur le paysan, qu’il écrase de sa domination. Le paysan, faible et sans recours, n’offre qu’une obéissance servile à son bailleur, qu’il ne peut qu’implorer. Ces relations sociales secondaires n’obéissent bien évidemment pas toutes au même modèle ; il en existe autant que de facteurs d’influence, comme les relations familiales, les relations de collaboration, les relations d’interdépendance, les relations d’opposition, etc.

32Incontestablement, Fei Xiaotong est l’auteur de la première enquête communautaire basée sur un village donné. À cette occasion, il a repris à son compte et enrichi la tradition inaugurée par Wu Wenzao. La sociologie a été laissée à l’abandon en Chine entre 1950 et 1980 ; à l’issue de ces trente années, elle a été l’objet d’une reconstruction. Grâce à ses études communautaires sur le milieu rural, Fei Xiaotong a grandement contribué à cette restauration ; ces dernières sont en outre le seul lien qui existe entre les sociologies d’avant 1950 et d’après 1980.

33L’œuvre majeure de Fei Xiaotong s’intitule Peasant Life in China: A Field Study of Country Life in the Yangtze Valley. En 1936, Fei Xiaotong part enquêter dans la campagne du Guangxi ; sa femme, qu’il a épousée trois mois auparavant, l’accompagne, mais trouve la mort dans des circonstances tragiques. Sous le choc, il rentre dans sa région d’origine, le Jiangsu. C’est alors qu’il commence son enquête dans le village de Kaixiangong, situé à Miaogang (municipalité de Wujiang). Quand il part étudier en Grande-Bretagne, il emmène ses notes avec lui et rédige Peasant Life in China : A Field Study of Country Life in the Yangtze Valley, sous la direction, entre autres, de Malinowski. Cet ouvrage sera par la suite traduit en chinois et publié sous le titre Jiangcun Jingji (Économie du village de Jiang). Dans son ouvrage, Fei Xiaotong rend compte de sa méthode d’enquête, très différente de celles de ses contemporains : il emprunte à la socio-anthropologie sa technique d’enquête communautaire pour décrire l’économie rurale d’une communauté située dans une région développée de la Chine, le Sud du Jiangsu. Jusqu’alors, l’anthropologie s’intéressait surtout à des tribus illettrées vivant dans la jungle. En cherchant à étudier le développement industriel d’un endroit donné via l’organisation de sa société rurale, Fei Xiaotong révolutionne les méthodes de recherche de la sociologie. Dans les années 1930, le monde académique chinois dédaigne le phénomène d’industrialisation des campagnes chinoises. En effet, chercheurs en études rurales comme théoriciens de la révolution n’ont alors qu’une chose en tête : l’organisation de la répartition des terres, question au cœur de leurs disciplines respectives. L’urgence est de savoir comment défendre les intérêts des paysans et comment se constituer en une force organisée ; la question de l’industrialisation ne se posera qu’après.

  • 20 Fei Xiaotong, 2006 (1939), Économie du village de Jiang, trad. Dai Kejing, Shanghai People’s Publi (...)

34Du point de vue de Fei Xiaotong, si l’industrie séricicole familiale pratiquée dans le village de Jiang s’est développée du fait d’un environnement riche en main-d’œuvre mais pauvre en terres, alors seule la relocalisation des usines et du secteur industriel en zone rurale peut faire sortir l’industrie rurale du marasme dans lequel l’arrivée d’une force extérieure l’a plongée. Dans l’œuvre de Fei Xiaotong, l’expression « force étrangère » s’applique tantôt à l’introduction de nouvelles techniques, tantôt à l’invasion de l’impérialisme et à l’expansion industrielle des grandes puissances occidentales ; à vrai dire, l’une ne va pas sans l’autre. Toujours selon Fei Xiaotong, la question de la répartition des terres est déterminante dans l’avenir des campagnes chinoises. Pour autant, enjoindre aux paysans de réduire leurs dépenses n’est pas la solution à ses yeux : il faut les aider à accroître leurs revenus et donc remettre sur pied l’industrie rurale. Il s’accorde également à dire que l’invasion étrangère a exacerbé le problème des terres, et avance que l’émergence d’une Chine nouvelle ne pourra se faire que si une réforme agraire efficace et qui mettra un terme aux souffrances des paysans est mise en place20.

  • 21 De retour en Chine après avoir rencontré les personnalités du milieu de la sociologie américaine, (...)
  • 22 Minorité ethnique du Sud-Ouest de la Chine (NdT).
  • 23 Fei Xiaotong, 1990 (1943), Les Terres arables du village de Lu, in Fei Xiaotong, Zhang Zhiyi, Yunn (...)

35À l’heure actuelle, nombreux sont les universitaires qui se trompent en affirmant que les enquêtes communautaires menées par Fei Xiaotong ne reposent sur aucune hypothèse initiale. N’a-t-il pas essuyé nombre de « critiques » et « réfutations21 » de la part d’universitaires occidentaux pour avoir formulé l’hypothèse selon laquelle les secteurs agricole et industriel chinois ont été mis en faillite par les forces étrangères ? Pour autant, avant son séjour au Royaume-Uni, Fei Xiaotong cherchait au contraire à se défaire de toute hypothèse théorique, aussi peu-on arguer que cette hypothèse n’en est pas vraiment une. Alors qu’il essayait de décrire l’organisation sociale des Hualan Yao22, il se rappelle avoir volontairement écarté toute approche théorique. Pour lui, le chercheur qui se rend sur le terrain doit oublier la théorie et ne s’intéresser qu’aux faits ; la théorie sert simplement à « mettre en ordre les faits observés ». Il ne change pas d’avis lors de ses enquêtes suivantes : pour celle menée dans le village de Jiang, il écrit que le chercheur ne doit pas amener sa théorie avec lui sur le terrain, mais doit être un négatif sur lequel s’inscrivent les faits qu’il observe alentour. Après son passage au Royaume-Uni, il se rend compte que cette méthodologie le « prive de nombreuses découvertes importantes ». Pour autant, lorsqu’il rédige son enquête sur ce village, il écrit : « Aucune théorie n’est conséquente de bout en bout. Il n’est pas possible de forcer la correspondance entre une thématique et les faits qu’on observe, et celui qui cherche à le faire commet une erreur monumentale. » Aussi son enquête sur l’économie du village de Jiang est-elle une œuvre « de transition, située à la frontière de l’enquête sociale, de l’enquête sociologique et de l’enquête communautaire ». Ces démarches reflètent toutes trois une approche différente de la collecte d’informations sur la vie en société d’un groupe donné, mais témoignent du même état d’esprit concernant l’observation des faits : elle seule permet de valider des théories sociologiques ou des hypothèses de travail23.

36Lors de son enquête sur le village de Jiang, Fei Xiaotong ne cherche pas à établir un modèle d’étude communautaire selon la méthode de l’analyse fonctionnelle. Il a plutôt pour ambition de saisir la réalité de la société chinoise dans toute sa complexité. Selon lui, partir enquêter dans tous les villages de Chine à la seule fin d’appréhender la ruralité chinoise dans son ensemble relève de l’impossible. Pour cette raison, on ne peut recourir à la méthode par échantillonnage propre à l’analyse quantitative qu’après avoir organisé l’objet d’étude en catégories, ce qui relève de l’analyse qualitative. L’enquête dans ce premier village est le résultat de cette catégorisation, de même que celles menées par la suite dans les villages de Lu, Yi ou Yu. Dans son système, Fei Xiaotong classe les villages en fonction de leur activité économique et de leur modèle organisationnel, ce qui doit l’aider à pénétrer la réalité de la société rurale chinoise.

37From the Soil illustre à merveille la vision d’ensemble que Fei Xiaotong se fait de la société rurale chinoise. De même que The Institutions for Reproduction, ce livre voit le jour à la suite des recherches menées par Fei pour la préparation d’un cours sur la famille et la ruralité. From the Soil est dans un premier temps publié par épisodes dans une revue ; eu égard à ce format, Fei Xiaotong adopte un style très vivant. From the Soil et The Institutions for Reproduction portent tous deux la même marque de fabrique : Fei Xiaotong y fait preuve d’une volonté déterminée de classification et écrit dans un chinois académique. Dans From the Soil, il crée toute une palette de catégories et de concepts académiques (société sans litige et société caractérisée par une solidarité organique, sociétés illettrée et lettrée, sociétés caractérisées par un mode d’association différentiel ou organisationnel, sociétés reposant sur la consanguinité ou sur un lien à la terre, société fondée sur le statut social ou société contractuelle, etc.). Dans The Institutions for Reproduction, il décrit une société reposant sur une structure en triangle, et introduit les notions de sevrage social, d’héritage social, d’irrégularité générationnelle ou encore de hiérarchie générationnelle. Tous ces concepts ont une vraie valeur académique en même temps qu’ils font référence à des notions propres à la culture chinoise.

  • 24 Zhang Zhiyi, 2006, (1940), Le Village de Yi et son artisanat, in Fei Xiaotong, Zhang Zhiyi’s Earth (...)

38On peut voir le livre de Zhang Zhiyi, Le Village de Yi et son artisanat, comme l’héritier spirituel de Peasant Life in China. En s’intéressant à l’artisanat de ce village, Zhang se rend compte qu’il est pratiqué dans des ateliers, alors qu’il est partie intégrante des cercles familiaux dans le village de Jiang, ce qui lui donne de quoi créer une nouvelle catégorie. En 1939, date à laquelle il mène son enquête, l’artisanat du village de Yi, qui est situé dans le comté de Yimen (province du Yunnan), est relativement prospère. On y pratique la fabrication du papier en atelier et la vannerie en famille ; ces deux artisanats, s’ils sont de nature très différente, coexistent sans peine. La fabrication du papier est une industrie rurale qui ne peut être entreprise en famille. À l’origine, si les habitants de ce village se sont tournés vers la vannerie, c’est qu’ils cherchaient à améliorer leurs moyens de subsistance, dans la mesure où elle ne requiert pas un capital important. À l’inverse, la fabrication du papier nécessite la construction d’un atelier, et donc des capitaux importants ; aussi les villageois en difficulté n’ont-ils pas les moyens de développer cette activité. Grâce à son étude comparative de ces deux artisanats, Zhang pose la question suivante : d’où viennent les différents types d’organisation industrielle qu’on peut observer dans les campagnes chinoises ? Il écrit également en guise de conclusion : « Si ce livre devait être le point de départ d’une réflexion, je propose celle-ci : cessons de nous imaginer qu’il n’existe qu’une seule industrie rurale. Le terme “industrie rurale” recoupe des catégories bien distinctes les unes des autres, dont chacune a pu avoir une influence plus ou moins grande sur l’économie rurale24. »

39Dans les années 1930-1940, l’industrie rurale en atelier – à savoir l’artisanat et les activités complémentaires – commence à se développer dans des zones rurales à l’économie florissante. C’est également à cette époque qu’un exode rural se met en place et que des paysans partent chercher un emploi en ville, principalement dans les chantiers et dans le commerce. Il n’en faut pas plus pour attiser la curiosité des sociologues : l’ouvrage de Shi Guoheng intitulé China Enters the Machine Age : a Study of labor in Chinese War Industry est consacré à l’étude de ce phénomène.

  • 25 Shi Guoheng, 1946, introduction à China Enters the Machine Age : a Study of Labor in Chinese War I (...)

40Dans son enquête, Shi Guoheng s’intéresse à la fois à une usine d’armement et à la zone rurale environnante, dite du Pavillon de Kuixing ; il aborde donc aussi bien des questions liées à la ville qu’à la campagne, l’agriculture, l’artisanat rural et l’industrie mécanique en usine. C’est une des premières enquêtes de sociologie dont l’objet d’étude consiste en une entreprise. L’usine en question, située à Kunming, est une usine d’État spécialisée dans la fabrication de munitions, qui emploie environ 500 ouvriers. Shi Guoheng mène son enquête entre le mois d’août et le mois de novembre 1940. Il s’intéresse principalement au processus de transformation des paysans en ouvriers, mais soulève également des questions liées à l’industrialisation de la Chine (notamment les problèmes qui peuvent se poser lors de cette transformation). Il observe que les ouvriers d’origine paysanne sont moins nombreux que les ouvriers n’ayant jamais occupé d’emploi agricole (31 % de moins). En outre, 68 % des ouvriers anciennement paysans ont occupé un emploi transitionnel avant de venir travailler à l’usine ; seuls 13,5 % des ouvriers arrivent directement de la campagne. L’auteur fait entrer dans la catégorie « emploi transitionnel » les occupations suivantes : militaire, marchand ambulant, artisan, travailleur temporaire et chômeur. Les ouvriers riches de l’expérience d’un emploi transitionnel ont donc déjà un tant soit peu perdu la simplicité de leurs mœurs et leur connaissance de la terre. Ils entrent à l’usine après avoir déjà goûté du mode de vie urbain. L’exode rural chinois est donc très différent de celui observé dans les pays occidentaux à l’heure de l’industrialisation, où seuls les paysans ruinés se faisaient ouvriers. Cette différence a fourni aux ouvriers chinois matière à se distinguer des ouvriers d’autres pays. Shi Guoheng s’intéresse également aux liens entre cette transformation et les mutations sociales. Il avance qu’un paysan ne devient ouvrier qu’au terme d’un processus individuel très complexe, comparable à la transformation d’une production agricole en une production industrielle. Un tel changement implique une évolution des modes et des relations de travail, mais aussi des modes de vie ; il doit également s’accompagner d’un réajustement culturel (entre les cultures rurale et urbaine), d’une importante redéfinition des valeurs sociales, d’un rééquilibrage des psychés surstimulées ou encore d’une adaptation des modes de gestion aux nouveaux besoins de l’industrie. L’exode rural est bel et bien « ce processus clef de transformation sociale ». Shi Guoheng aborde en dernier lieu la question de la nature des usines d’État. Dans Reconstructing Rural China, lorsqu’il décrit l’apparition d’un nouveau type d’industrie rurale, Fei Xiaotong met en évidence trois types d’industries qui se sont développées au fil de l’histoire chinoise : l’industrie sous le monopole de la famille impériale, l’artisanat en atelier et celui en famille. Tout ce qui était sel, fer, armement et articles réservés à un usage à la cour constituait le monopole de la famille impériale. Avec l’effondrement de l’empire, tous ces secteurs sont tombés dans le giron de l’État. L’enquête de Shi Guoheng atteste que beaucoup d’ouvriers assimilent les usines d’État à un organe gouvernemental. Ainsi, mis devant le fait accompli de problèmes de gaspillage ou de manque d’efficacité, les ouvriers se sentent rarement concernés par les performances de leur usine ; seuls ceux d’entre eux assumant des fonctions de gestion ou de direction s’en préoccupent25.

41Dans son livre, Shi Guoheng analyse en priorité les facteurs humains. En s’intéressant à l’environnement social, à l’arrière-plan familial, aux conditions sociales et aux relations entre les ouvriers, il cherche à apporter des éléments de réponse aux différents problèmes posés par le processus d’industrialisation. Shi Guoheng doit son approche très orientée « relations humaines » aux débuts de l’école américaine des relations humaines dans la sociologie du travail. Dans sa postface à China Enters the Machine Age, Fei Xiaotong introduit l’enquête menée par le professeur de sociologie australien Elton Mayo à l’usine Western Electric de Cicero. En 1943, Fei Xiaotong se rend à l’université Harvard et fait traduire en anglais le livre de Shi Guoheng grâce à ce même Elton Mayo. L’enquête de Shi Guoheng montre que les paysans chinois de l’époque qui s’installent en ville pour devenir ouvriers avec ou sans expérience professionnelle intermédiaire ne sont pas des cas isolés. Ils constituent une nouvelle catégorie d’ouvriers-paysans, qui n’est pas assimilable à celle des paysans pratiquant une activité artisanale en famille ou en atelier ; en effet, à l’inverse de ces derniers, ils ont quitté leur région d’origine.

  • 26 Tian Shukang, 1946, « Female Workers in a Cotton Textile Mill », annexe à China Enters the Machine (...)

42Les enquêtes de Shi Guoheng et de Tian Rukang sont sans doute les premières à avoir abordé le thème des ouvriers-paysans. Si l’œuvre de Tian Rukang a été publiée comme appendice à celle de Shi Guoheng, il convient de souligner que les ouvrières sont un objet d’étude abondamment traité par la recherche chinoise en sociologie. En effet, l’industrie repose à l’époque quasi exclusivement sur le travail des femmes : dans le Shanghai des années 1920-1930, 55 % des ouvriers sont des femmes, et si l’on ajoute à ce pourcentage celui des petites filles recrutées comme ouvrières, il dépasse les 60 %. Quoi de plus normal pour l’industrie chinoise, encore peu développée, que de reposer sur une main-d’œuvre féminine ? Étant avant tout une industrie légère, elle ne peut se maintenir que grâce à une main-d’œuvre relativement mal payée. « Seul un secteur industriel non mature doit s’en remettre aux bons soins d’une main-d’œuvre féminine », écrit Tian Rukang26.

43Les recherches menées en anthropologie sociale sur l’industrie rurale et l’organisation sociale, ainsi que celles menées en anthropologie culturelle sur les clans et la religion, partagent le même objectif académique de réforme de la société. En revanche, elles n’accordent pas la même importance aux questions du sauvetage de la Chine et de l’éducation des populations. À une époque où le sauvetage de la Chine, que professent les chercheurs en industrie rurale et en organisation sociale, est au cœur de toutes les préoccupations, les recherches sur les clans et la religion se voient petit à petit reléguées au second plan.

Notes

1 Wu Wenzao, 1934, Introduction à un « Recueil d’articles sociologiques de Robert Park », in Structure et Fonction - Notes de cours et articles sociologiques de Park et Brown, documents rassemblés par le Centre d’études sociologiques et anthropologiques de l’université Beida, Presses de l’université Beida, 2002.

2 Dans Le Monde de la sociologie, t. IX, 1937.

3 Lü Simian, 1929, Brève histoire des clans chinois, Zhongshan Publishing House.

4 Tao Xisheng, 1934, Mariage et Famille, The Commercial Press.

5 Gao Daguan, 1946, Évolutions de la société familiale chinoise, Zheng Zhong Publishing House.

6 Liu Jie, 1948, Théorie historique des peuplements claniques en Chine ancienne, Zheng Zhong Publishing House.

7 In 1935, « Critique culturelle », recueil 1, numéro 1.

8 In 1936, « Shihuo », recueil 4, numéro 8.

9 In 1935, « Critique culturelle », recueil 3, numéro 3.

10 In 1933, « Revue de l’Orient », recueil 30 numéro 19.

11 In 1936, « Jianguo yuekan », recueil 14, numéros 3 à 5.

12 Quentin Pan, 1937, Les Grandes Familles de Jiaxing sous les dynasties Ming et Qing, The Commercial Press.

13 Yang Qingkun, 2007 (1961), Les Religions dans la société chinoise, trad. Fan Lizhu, Shanghai People’s Press.

14 Ceux qui célèbrent le bai.

15 Xu Langguang, 2001 (1948), Under the Ancestors’ Shadow: Kinship, Personality and social Mobility in China, trad. Wang Peng et Xu Longde, Taipei, Nantian Publishing House.

16 Martin C. Yang, 2001 (1945), A Chinese Village: Taitou, Shantung Province, trad. Zhang Xiong (etc.), Jiangsu People’s Publishing, p. 222-242.

17 Martin C. Yang, 2001 (1945), A Chinese Village : Taitou, Shantung Province, trad. Zhang Xiong (etc.), Jiangsu People’s Publishing.

18 Gens : dans l’Antiquité romaine, groupe familial portant le même nom antérieur à la famille (NdT).

19 Martin C. Yang, 1970, Évolution de la société rurale chinoise à l’époque moderne, Taibei : Ju-liu Publisher.

20 Fei Xiaotong, 2006 (1939), Économie du village de Jiang, trad. Dai Kejing, Shanghai People’s Publishing House.

21 De retour en Chine après avoir rencontré les personnalités du milieu de la sociologie américaine, Fei Xiaotong écrit en 1979 : « Pendant tout le temps qu’a duré la rupture des relations diplomatiques entre la Chine et les États-Unis, les chercheurs intéressés par la société chinoise n’ont pu mener d’enquêtes qu’à Taïwan et Hong Kong. Ces dix dernières années, beaucoup de rapports d’enquêtes ont été publiés sur ce sujet, dont la méthodologie s’inspire de mon ouvrage, mais dont le parti pris théorique critique assez souvent mes prises de position, et s’attaque notamment à l’idée que j’ai développée selon laquelle “le déclin économique des campagnes chinoises est dû à l’invasion économique de l’impérialisme”. Je citerai l’exemple de M. Potter, qui devrait venir en Chine sous peu en qualité de chercheur en communications : il soutient que l’influence de l’industrie occidentale a contribué au développement et à la prospérité chinoise. » (Fei Xiaotong, 1985 [1979], « Notes sur mon voyage aux États-Unis », in Compilation des œuvres sociologiques de Fei Xiaotong : peuple et société, Tianjin People’s Publishing House, p. 149).

22 Minorité ethnique du Sud-Ouest de la Chine (NdT).

23 Fei Xiaotong, 1990 (1943), Les Terres arables du village de Lu, in Fei Xiaotong, Zhang Zhiyi, Yunnan Three Villages, Tianjin People’s Publishing House, p. 11-12.

24 Zhang Zhiyi, 2006, (1940), Le Village de Yi et son artisanat, in Fei Xiaotong, Zhang Zhiyi’s Earthbound China: a Study of Rural Economy in Yunnan, Social Sciences Academic Press.

25 Shi Guoheng, 1946, introduction à China Enters the Machine Age : a Study of Labor in Chinese War Industry, The Commercial Press.

26 Tian Shukang, 1946, « Female Workers in a Cotton Textile Mill », annexe à China Enters the Machine Age: a Study of Labor in Chinese War Industry, The Commercial Press, p. 169-180.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540