Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La sociologie chinoise avant la Révolution

 | 
Qu Jingdong
, 
Li Peilin

Le mouvement de reconstruction rurale et le mouvement pour l’enquête sociale

Texte intégral

  • 1 Yang Yanchu, 1937, La Chine de ces dix dernières années, The Commercial Press.

1Dans la Chine des années 1920-1930, un mouvement de reconstruction rurale mené par des intellectuels chinois voit le jour. Il s’agit d’une entreprise de réforme des campagnes comparable au mouvement populiste russe qui suivit l’abolition du servage. Alors qu’ils travaillaient à sauver la nation et à mettre en place un âge des Lumières, certains intellectuels ont pris conscience que la Chine était une société de type rural, et ont compris qu’il n’y aurait pas de réforme populaire ou de salut du peuple par le peuple sans reconstruction rurale. Pour des chercheurs comme Yan Yangchu, dont la renommée fut grande à une époque, le mouvement de reconstruction rurale s’inscrit à la sixième place dans la lignée des grands mouvements populaires de l’époque moderne, après la Révolte des Taiping, la Réforme des Cent Jours, le mouvement pour la Révolution Xinhai de 1911, le Mouvement du 4 mai et l’Expédition du Nord1.

2Le mouvement de reconstruction rurale et le mouvement pour l’enquête sociale sont alors étroitement liés. En effet, la reconstruction rurale a poussé les intellectuels à sortir des bibliothèques et à entrer en contact avec la société, accomplissant ainsi le premier pas en direction de la réforme sociale. L’enquête sociale, par son approche renseignée des différents sujets auxquels elle s’intéresse, a eu exactement le même effet. La sociologie a servi de guide aussi bien à l’une qu’à l’autre.

Mouvement pour l’enquête sociale

3Le mouvement pour l’enquête sociale, qui voit le jour en Chine au début du XXe siècle, représente un courant de pensée relativement complexe : il s’oppose aussi bien à la poursuite de l’orthodoxie confucéenne et à l’imitation des anciens qu’à la fascination pour l’étranger. Ni conservateur, ni radical, il combat aussi bien le passéisme que le réformisme. Les préceptes qui tiennent lieu d’étendard moral aux intellectuels partisans de l’enquête sociale sont les suivants : vivre dans les campagnes avec le peuple, adopter des méthodes scientifiques et s’efforcer de comprendre le sentiment national chinois.

4S’il faut distinguer le mouvement pour l’enquête sociale, qui adopte des positions politiques clairement réformistes, des méthodes d’enquête sociale, les deux sont cependant un tant soit peu liés. Les méthodes sociologiques d’enquête sociale viennent d’Occident, et sont introduites en Chine au début du XXe siècle principalement dans les instituts chrétiens ou par des professeurs d’université étrangers. En 1917 par exemple, à l’université Qinghua, le professeur américain C. G. Dittmer organise avec ses étudiants une enquête sur les dépenses quotidiennes de 195 ménages de la banlieue ouest de Pékin. Autre exemple, entre 1918 et 1919, l’Américain S. D. Gamble et le professeur de l’université de Yanjing I. S. Burgess étudient les conditions sociales à Pékin sur le modèle de la Springfield Survey menée aux États-Unis ; ils publient en 1921 aux États-Unis Pékin, une enquête sociologique (Peking, a Survey). À l’université de Shanghai, le professeur D. H. Kulp réalise avec ses étudiants une enquête à Chaozhou (province du Guangdong) auprès des 650 habitants du village de Fenghuang, à la suite de quoi il publie La Vie rurale en Chine du Sud (Country Life in South China), paru en 1925 aux États-Unis.

5Le mouvement pour l’enquête sociale est une entreprise collective menée par des intellectuels pour lesquels l’enquête représente à la fois un dogme, un chemin de vie et un moyen de sauver la Chine. La plupart des chercheurs qui participent à ce mouvement appartiennent au courant académique ; c’est pourquoi ils choisissent de laisser de côté les polémiques politiques, estimant que seule l’utilisation d’une méthode scientifique représente une voie adéquate pour comprendre et sauver la Chine. Dans sa préface de 1932 à l’ouvrage Enquête sociale générale sur le comté de Ding de Li Jinghan, Tao Menghe expose très clairement les principes du mouvement pour l’enquête sociale :

  • 2 Li Jinghan, 2005 (1933), préface à Tao Menghe, Enquête sociale générale sur le comté de Ding, Shan (...)

En Chine, cela fait seulement dix ans que l’on a recours à des méthodes scientifiques et que l’on étudie les conditions sociales. Autrefois, les fonctionnaires lettrés administraient le pays en suivant les préceptes confucéens, sans le moindre égard pour la réalité sociale ; était jugé compétent celui qui parvenait le mieux à imiter les anciens. Quand l’artillerie occidentale les sortit de cette illusion, ils se prosternèrent en témoignant de leur admiration à l’égard de cette civilisation étrangère. S’ensuivit une importation massive et systématique des idéologies et des systèmes occidentaux, sans que personne ne se soucie de savoir comment s’en accommoderait la Chine. À l’époque, on s’imaginait qu’en étudiant ces systèmes et en les reproduisant à l’identique, la société en bénéficierait. Malheureusement, plus ils se sont répandus, plus la société chinoise a sombré dans le chaos et les ténèbres. Quelques individus perspicaces ont alors constaté l’erreur qu’il y avait à imiter autrui sans se connaître soi-même et se sont élevés pour promouvoir le mouvement pour l’enquête sociale. Ils prônaient l’utilisation d’une méthode scientifique adaptée à l’étude de la société chinoise. Il nous faut d’abord connaître notre propre société pour pouvoir, forts de ce savoir-là, préconiser un plan de réforme sociale2.

  • 3 Li Jinghan, 1933, Méthode pour l’enquête sociale de terrain, Xingyun Tang Library.

6Si Tao Menghe et Li Jinghan, personnages centraux du mouvement pour l’enquête sociale, sont aussi versés dans l’art de l’enquête sociale et lui accordent une telle importance, c’est du fait de l’éducation occidentale qu’ils ont reçue. Lors de ses études à l’université de Londres, Tao Menghe, alors âgé de 20 ans, est profondément influencé par les époux Webb, historiens de la sociologie, qui entretiennent des relations étroites avec la Société des Fabiens, et dont les opinions politiques sont fortement marquées par le réformisme social. Ils effectuent ainsi de nombreuses enquêtes d’histoire orale sur différents thèmes (comme celui du travail, du chômage, de la pauvreté, de la vieillesse), s’appuyant sur les résultats qu’ils obtiennent pour influencer des projets de loi sur le temps de travail, les retraites, les syndicats de travailleurs, etc. Ses études au Royaume-Uni définissent les aspirations de Tao Menghe pour le reste de sa vie ; dès son retour en Chine en 1913, il se lance dans la recherche par l’enquête sociale. Dans la préface à son ouvrage Méthode pour l’enquête sociale de terrain, il évoque à quel point son orgueil national a été blessé de ne pouvoir répondre comme ses camarades américains aux questions de ses professeurs sur les données statistiques chinoises les plus élémentaires. Il écrit : « Quand j’étudiais aux États-Unis, les expériences plus ou moins heureuses que j’ai vécues m’ont conforté dans ma décision de me consacrer à l’enquête sociale en Chine3. »

7Tao Menghe est souvent considéré comme un pionnier et un modèle du mouvement pour l’enquête sociale. Son ouvrage Une analyse du coût de la vie à Beiping est l’un des travaux les plus connus des débuts de l’enquête sociale en Chine. Il a organisé et dirigé de nombreuses enquêtes à travers tout le pays. Il estimait que toute réforme sociale doit commencer par un travail d’enquête, que la science ne peut se fonder que sur le raisonnement, et qu’il faut privilégier les faits, les classer en différentes catégories et les soumettre à une étude systématique si l’on veut conférer à la sociologie moderne une véritable assise.

8Pour son enquête sur le coût de la vie à Beiping, Tao Menghe constitue un groupe de chercheurs et d’étudiants ; entre novembre 1926 et avril 1927, ils partent ensemble enquêter sur les comptes de 48 ménages ouvriers ainsi que sur ceux de 12 foyers d’instituteurs du primaire. Tao Menghe utilise des méthodes autres que le questionnaire : il est le premier à mettre en pratique en Chine la méthode de comptabilité domestique de Frédéric Le Play. Il se réfère aussi aux recherches du spécialiste britannique des questions de pauvreté, Benjamin S. Rowntree, pour développer une étude sur les dépenses quotidiennes de la population chinoise. En intégrant les méthodes de comptabilité domestique à l’enquête sociologique, Tao Menghe introduit une innovation qui constitue aujourd’hui encore en Chine la méthodologie de base des enquêtes menées par le bureau des statistiques sur le mode de vie des ménages. Dans Une analyse du coût de la vie à Beiping, Tao Menghe consigne les conditions de vie d’un grand nombre d’individus appartenant aux classes moyennes inférieures de la société. Le champ statistique comprend, en plus des agents de police, domestiques, commis et autres, des professions semi-qualifiées (artisan, vendeur ambulant, tireur de pousse, etc.). Tao Menghe juge que les conditions de vie de ces familles ouvrières équivalent à celles des paysans européens du Moyen Âge.

  • 4 Tao Menghe, 1930, La Question sociale, The Commercial Press.

9Pour ses recherches sur la question de la pauvreté, Tao Menghe s’appuie sur des enquêtes sociales approfondies menées avec le plus grand soin ; aussi le niveau académique en est-il excellent. Pour son analyse des causes de la pauvreté, il examine dans le détail les causes naturelles, physiques, mentales, les liens avec la répartition des richesses et des salaires, le chômage, les conditions de travail, la surpopulation, la corruption politique, l’exploitation et les guerres menées par les grandes puissances occidentales, les causes familiales, etc. Il synthétise ensuite ces différentes causes et les classe en cinq facteurs : naturel, personnel, économique, politique et familial. Sa démarche met en évidence ses capacités d’analyse et la précision de sa pensée. Tao Menghe est aussi le premier en Chine à évoquer la question du « seuil de pauvreté » ; la qualité scientifique de ses recherches sur cette question reste inégalée à bien des égards4.

10Le mouvement pour l’enquête sociale s’appuie principalement à l’époque sur trois institutions académiques : le Centre d’enquête sociale de Beiping, dirigé par Tao Menghe et Li Jinghan ; le Centre de recherches en sciences sociales de l’Academia Sinica, à la tête duquel se trouve Chen Hansheng ; et le Mouvement chinois pour l’éducation des masses, présidé par Yan Yangchu. Le premier remplace le conseil d’administration du Fonds chinois pour la culture et l’éducation, placé sous la direction du Bureau de l’enquête sociale ; en 1934, il intègre le Centre de recherches en sciences sociales de l’Academia Sinica, qui prend en 1945 le nom de Centre de recherche sociale (l’ancêtre de l’actuel Centre de recherche économique de l’Institut chinois de sciences sociales), avec à sa tête Tao Menghe. Le troisième lance pour sa part en 1926 un programme local expérimental d’enquête dans le comté de Ding, que Li Jinghan dirige à partir de 1928.

11Dès 1925, Li Jinghan publie une Enquête sur la situation des tireurs de pousse-pousse pékinois. Il s’agit d’un des premiers modèles d’enquête sociale réalisé en Chine, pour laquelle Li interviewe plus de 1 300 tireurs, 200 loueurs de pousse-pousse et les familles d’une centaine de tireurs. Il sélectionne mille entretiens parmi les plus fiables, dont il se sert pour produire des statistiques précises. Tout cela préfigure l’Enquête sociale générale sur le comté de Ding, son chef-d’œuvre en la matière, dont la préface, sans grande surprise, est cosignée par Tao Menghe, pionnier de l’enquête sociale, Yan Yangchu, père de l’éducation des masses, Chen Hansheng, spécialiste de l’enquête sociale marxiste et Chen Da, qui représente le courant académique.

  • 5 Li Jinghan, 1932, « De l’utilité de l’enquête sociale dans la Chine actuelle », in Revue de l’univ (...)

12Li Jinghan qualifie de véritable révolution ce mouvement chinois pour l’enquête sociale, qui se trouve sous les projecteurs dans les années 1920-1930. Cette « révolution radicale, qui obéissait à une méthode systématique, […] avait pour objectif de transformer la société future grâce à une méthode scientifique. Il s’agissait d’un outil clef, précurseur à bien des égards, qui devait aider à construire la nouvelle Chine et le peuple chinois à trouver sa voie5. »

13La plupart des chercheurs du mouvement pour l’enquête sociale utilisent les méthodes de l’entretien et de la comptabilité domestique. Deux conditions leur semblent nécessaires pour garantir à leurs méthodes d’enquête le niveau académique souhaité : le recours à des analyses statistiques quantitatives et à des domaines d’enquête très étendus. Ces méthodes sont très différentes de celles de Wu Wenzao, représentant de l’« école de Yanjing », qui préconise le recours à des études ethnographiques locales : il entend par là fusionner anthropologie et sociologie et définir comme principale unité de recherche des petits villages soumis à une analyse qualitative. Bien que les membres de ces deux courants aient tous fait leurs études à l’étranger et enseigné dans le supérieur, et éprouvent une même attirance pour les méthodes occidentales, leurs avis divergent largement en termes de méthodologie.

14L’opposition entre le mouvement pour l’enquête sociale, qui se base sur des statistiques, et les études ethnographiques locales, qui reposent sur le présupposé de particularités nationales, a ensuite évolué vers une opposition entre « enquête sociale » d’un côté et « enquête sociologique » de l’autre. Les partisans des études locales ont d’ailleurs émis à l’encontre du mouvement pour l’enquête sociale de nombreuses critiques plus ou moins voilées.

  • 6 Li Jinghan, 1927, « Le mouvement chinois pour l’enquête sociale », in Le Monde de la sociologie, t (...)

15Dans son texte « Le mouvement chinois pour l’enquête sociale », Li Jinghan estime que l’enquête sociale telle qu’il la conçoit ressemble « à la méthode expérimentale des sciences naturelles ». En outre, le recours à des statistiques et à des graphiques, qui servent à illustrer les conditions sociales, représente « une méthode scientifique et un comportement objectif », et aucunement « une description subjective6. » Ce qui n’empêche pas Wu Wenzao, représentant de l’école de Yanjing (aussi appelée « école chinoise de sociologie » par les chercheurs étrangers d’alors), de se répandre en critiques sur l’enquête sociale et sur son insistance à recourir aux statistiques :

  • 7 Wu Wenzao, 1947, préface générale à la Collection sociologique, The Commercial Press.

Malgré les signes de grands progrès effectués au sein de notre discipline scientifique, pour certains, « qui dit qualité scientifique dit quantifier ». Ces mêmes individus s’imaginent encore que, par égard pour l’esprit scientifique, « avant toute enquête de terrain, le cerveau doit n’être qu’une page blanche ». Ils ne semblent pas avoir conscience que toute entreprise scientifique nécessite au préalable une hypothèse valide, et qu’hypothèse et science sont indissociables. Notre position est la suivante : il faut partir d’une hypothèse, et aboutir à une vérification par le terrain. La théorie correspond aux faits, qui doivent inspirer celle-ci ; il nous faut donc fusionner la théorie et les faits pour aboutir à une nouvelle synthèse. Seule la sociologie qui découlera de cette pratique pourra s’enraciner solidement dans le terrain chinois. Par ailleurs, il n’y aura véritablement de sociologie chinoise que lorsque des chercheurs talentueux et indépendants auront été formés, selon cette perspective, à entreprendre des recherches scientifiques indépendantes7.

  • 8 Zhao Chenxin, 1936, « Enquête sociale et études communautaires », in Le Monde de la sociologie, t. (...)

16Wu Wenzao souligne encore que les études ethnographiques locales sont une méthode d’enquête sociologique, et que l’enquête sociologique et l’enquête sociale sont de natures différentes : l’enquête sociale correspond à une collecte d’informations sur la vie sociale, tandis que l’enquête sociologique consiste à vérifier une hypothèse fondamentale de la théorie sociologique grâce à l’observation de la société. L’objectif de l’enquête sociale est donc de répondre à des questions sociales concrètes ; elle est réalisée par ceux qui servent la société en vue de la réformer. L’objectif de l’enquête sociologique consiste pour sa part à découvrir, à connaître et à expliquer la société. L’enquête sociale met donc l’accent sur l’analyse quantitative quand l’enquête sociologique insiste sur l’importance d’une immersion approfondie au sein d’une communauté donnée. Cette dernière ne requiert donc pas une abondance de matériaux, mais plutôt des données complètes, et prévoit une analyse qualitative des ressources. L’enquête sociale est une enquête de type transversal qui décompose la société en structures statiques, tandis que l’enquête sociologique est de type longitudinal et obéit à un processus continu, totalisant et dynamique. Zhao Chenxin, un membre de l’école de Yanjing qui assure les fonctions de président du département de sociologie de l’université de Yanjing, émet lui aussi des critiques virulentes. Il estime que l’enquête menée par Li Jinghan dans le comté de Ding n’est « qu’un rapport statistique mâtiné de données économiques », une sorte d’« enquête dans le style mouvement social » dans laquelle « la conclusion précède l’enquête8. »

17Le mouvement pour l’enquête sociale et les études ethnographiques locales s’inscrivent tous deux dans une tendance politique réformiste ; grâce à eux, l’importance du rôle de l’enquête sociale est réaffirmée. Les études ethnographiques mettent cependant plus l’accent sur la dimension académique, le caractère spécifiquement chinois et la position dominante de l’enquête sociale au sein de la sociologie.

Mouvement de reconstruction rurale et mouvement pour l’autonomie villageoise

  • 9 En chinois, xian (县) veut dire « comté ». Le terme « dingxianisme » renvoie donc au courant qui vo (...)

18La première conférence sur le travail rural se tient au mois de juillet 1933 à l’Institut de recherche pour la reconstruction rurale du Shandong à Zouping, et réunit plus de 70 participants. La seconde édition a lieu en octobre 1934 au siège du mouvement pour l’éducation des masses du comté de Ding, et rassemble cette fois plus de 150 participants. Les organisateurs de ces rencontres représentent les deux principaux courants du mouvement de reconstruction rurale : le mouvement pour l’autonomie villageoise et le parti dingxianiste9 (respectivement l’ancienne et la nouvelle école).

19L’histoire du mouvement pour l’autonomie villageoise remonte au système mis en place en 1904 par Mi Digang dans le village de Cuocheng (comté de Ding). Elle comprend en outre le système modèle mis sur pied dans le Shanxi après la République de Chine, le mouvement des nouveaux villages inspiré par le Mouvement du 4 mai, et jusqu’à l’institut de recherche sur la gouvernance rurale du Henan de Liang Shuming et celui pour la reconstruction rurale du Shandong de Zouping.

20Liang Shuming est le grand théoricien du mouvement de reconstruction rurale. La théorie du mouvement pour l’autonomie villageoise, dont il est le représentant, se fonde sur le système culturel chinois traditionnel. Liang Shuming estime qu’à la différence de la société occidentale, la société chinoise repose sur « une certaine éthique [dans les relations humaines] et une division du travail », et que l’effondrement des campagnes chinoises découle du déclin des élites féodales et de la disparition de cette éthique. Dès lors, le mouvement pour l’autonomie villageoise fixe comme idéal au mouvement de reconstruction rurale l’instauration d’une société et de pratiques politiques plus éthiques, et professe que le chemin le plus court pour y parvenir est de relier les campagnes entre elles et de les industrialiser. La première stratégie avancée participe d’une « méthode douce » : il s’agit d’un travail d’éducation. Le mouvement pour l’autonomie villageoise, représenté par Liang Shuming et l’institut de recherche pour la reconstruction rurale du Shandong de Zouping est connu sous le nom de « mouvement socialiste agrarien » par certains chercheurs japonais.

21C’est dans l’histoire qu’il faut chercher la raison pour laquelle Liang Shuming, spécialiste de philosophie indienne, entre en relation avec le mouvement de reconstruction rurale et devient un de ses théoriciens. Le génie de Liang Shuming n’est pas à prouver ; alors qu’il est issu d’une vieille famille de fonctionnaires, il se rapproche du courant réformiste et s’enthousiasme pour le socialisme. À l’âge de 23 ans, sans jamais avoir mis un pied à l’université, Liang Shuming publie La Casuistique de Jiuyuan, qui lui vaut la reconnaissance de Cai Yuanpei, président de l’université de Pékin. Ce dernier le recrute alors pour donner des cours de philosophie indienne. À 31 ans, Liang démissionne de son poste à l’université de Pékin et décide de se consacrer au mouvement de reconstruction rurale. En 1930, il devient le doyen de l’Institut pour l’autonomie villageoise du Henan ; en 1931 il fonde à Zouping l’institut de recherche pour la reconstruction rurale du Shandong ; en 1932, il publie Le Récent éveil du mouvement pour le salut autonome du peuple chinois ; en 1937, il publie sa Théorie de la reconstruction rurale (alias De l’avenir du peuple chinois) et devient le chef spirituel de l’ancienne école du mouvement de reconstruction.

  • 10 Liang Shuming, 1989 (1937), « Théorie de la reconstruction rurale », in Œuvres complètes de Liang (...)

22Liang Shuming n’a jamais reçu de formation spécifique en sociologie ou en économie ; il n’est pas particulièrement à l’aise dans l’utilisation de données statistiques ou dans la réalisation d’études sociologiques. Pour ces différentes raisons, son mouvement de reconstruction rurale emprunte avant tout à la philosophie, sans pour autant que cela nuise à la grande force de conviction théorique que présente sa structure logique. Liang Shuming définit les données suivantes comme spécifiques à la structure sociale (structure d’organisation sociale) chinoise de jadis : « une certaine éthique », « une division du travail » et « une alternance de périodes d’ordre et d’agitation sans révolution ». Or, selon lui, l’ordre social ne peut être maintenu que s’il repose sur « l’instruction, les coutumes et l’autonomie ». Les traits caractéristiques de la société chinoise impériale ont donc fait de la Chine une société désorganisée, passive, pacifique et faible, une société qui, sans le tournant historique du XIXe siècle, aurait continué à tourner en rond sans espoir de progrès. La culture occidentale repose quant à elle « sur le droit », elle est « divisée en classes » et possède sur la Chine deux avantages : ses « techniques scientifiques » et son « organisation communautaire ». Cette vie communautaire engendre une forte conscience de classe et une conscience nationale ; l’individualisme occidental est donc un concept précieux produit par une société qui possède une vie collective riche, et n’a rien à voir avec un comportement de défiance à l’encontre du bien commun. La structure rurale de la Chine impériale a pâti de la diffusion de la culture occidentale, qui a contribué à désorganiser et à affaiblir le pays. Aussi Liang estime-t-il qu’il faut mettre en place une réforme radicale des campagnes, qui devra en passer par l’édification d’une nouvelle organisation rurale10.

  • 11 Id., p. 389.

23Pour Liang Shuming, cette nouvelle organisation rurale doit être une structure autonome alliant politique et éducation. Elle doit dans un premier temps viser à mettre sur pied des écoles villageoises et communales et à réformer les règles propres à chaque communauté. Afin de s’établir comme nouvelle base de la société, elle doit par la suite chercher à mettre en place au sein des écoles nouvellement constituées trois organisations autonomes chargées respectivement de la surveillance de l’éducation, de l’administration et de la législation, qui remplaceront les comités villageois et locaux. Liang Shuming écrit à ce sujet : « L’organisation que nous avons décrite ci-dessus est une organisation rurale autonome ; nous espérons qu’à l’avenir le système politique chinois se développera selon une structure, un esprit et un modèle semblables. C’est pourquoi j’aime à dire que nous sommes en train de construire une nouvelle structure d’organisation sociale nourrie par nos campagnes ; j’entends par là que nos campagnes portent en germe le nouveau système social dans son intégralité (y compris les systèmes politiques et économiques) et que c’est là que se trouve l’origine de son développement futur11. »

  • 12 Id., p. 508-515.

24Selon la vision de Liang Shuming, l’aspect politique de la reconstruction rurale consiste à unifier ce qui était jusqu’alors épars ; son aspect économique revient quant à lui à orchestrer une transition entre agriculture et industrie. En d’autres termes, l’industrialisation de la Chine ne peut se faire de but en blanc : il faut d’abord créer une demande industrielle, puis la production agricole et la consommation paysanne stimuleront l’industrie. L’agriculture engendre dès lors l’industrie, qui soutient à son tour l’agriculture ; le cercle vertueux ainsi créé permet de réaliser l’idéal de « diffusion de l’industrie dans les campagnes et d’alliance des secteurs industriel et agricole, ainsi que de ruralisation des villes et d’urbanisation des campagnes ». Liang Shuming affirme que cette voie d’industrialisation diffère de celle suivie par l’Occident moderne, qui a « construit son industrie sur le commerce et sur le principe de concurrence, tandis que nous nous appuierons sur le secteur agricole et sur le principe de coopération12. »

25Pour nous résumer, voici les principales propositions que comprend la théorie de reconstruction rurale de Liang Shuming en matière de développement rural : premièrement, il propose de développer l’industrie à partir de l’agriculture et non du commerce capitaliste. Il s’agit donc de réformer l’économie chinoise à partir de la demande paysanne ; ce modèle se distingue de celui du Japon, qui préconise l’industrialisation des campagnes, ou de celui défendu par Ma Yinchu, qui veut combler les déficits de l’agriculture grâce à la proto-industrie et à l’artisanat. Deuxièmement, il prône une industrialisation tournée vers la consommation plutôt que vers le profit, afin de créer une société forte et autosuffisante (il cherche ce faisant à prévenir l’apparition de la concurrence et de phénomènes de concentration, de division de classes et de détérioration des relations sociales). Enfin, il refuse que la Chine suive des modèles préétablis, qu’il s’agisse de l’industrialisation des pays occidentaux capitalistes organisée autour du profit et du développement commercial, ou de celle à l’œuvre en URSS, dont la logique socialiste prône la collectivisation forcée ; elle doit suivre sa propre voie, à savoir une industrialisation socialisante reposant sur la base de la reconstruction rurale.

  • 13 Liang Shuming sera toute sa vie tiraillé entre différentes doctrines, qu’il suivra à tour de rôle. (...)

26La théorie de reconstruction rurale défendue par Liang Shuming est très paradoxale13. En effet, si Liang Shuming a beaucoup été influencé par la culture traditionnelle chinoise, il a pris conscience de ses défauts à la lumière de la culture occidentale, sans pour autant réussir à se défaire de son sentiment de supériorité par rapport à sa propre culture. Il a également identifié et dénoncé, parfois à son corps défendant, bon nombre des problèmes qui se posent dans les campagnes chinoises, et, s’il est séduit par le mouvement d’unification des paysans soviétiques, il craint la collectivisation forcée à l’œuvre en URSS. Il admire le progrès technique et la démocratie qu’il observe dans les sociétés occidentales, mais abhorre la concurrence et la recherche du profit instituées par le capitalisme. En somme, il donne l’impression de souscrire à la voie du milieu prônée par la culture traditionnelle chinoise en piochant à loisir parmi les différents systèmes, cultures, connaissances, points de vue et théories. Sur un autre registre, Liang Shuming joue un rôle actif dans toutes sortes de débats, à l’inverse de bon nombre d’universitaires qui préfèrent se tenir à l’écart des luttes entre les diverses factions politiques.

Mouvement de reconstruction rurale et « dingxianisme »

27C’est principalement grâce à Yan Yangchu et à son mouvement pour l’éducation des masses que le dingxianisme, cette « nouvelle école », s’est fait connaître. Il tire son nom du comté de Ding, qui a servi de base expérimentale à l’amélioration de la vie dans les campagnes. C’est un mouvement qui s’inspire directement de théories occidentales ; le terme « dingxianisme » est utilisé par les universitaires étrangers pour désigner le travail expérimental en matière d’éducation des masses effectué dans le comté de Ding.

  • 14 Li Jinghan, 2005 [1933], Enquête sociale générale sur la société du comté de Ding, Shanghai Centur (...)

28Les défenseurs de ce mouvement sont avant tout des humanistes. Pour eux, tous les problèmes qui accablent la Chine – le déclin, la décadence, la démoralisation nationale – sont liés à son peuple. Or, quels sont les principaux maux qui affligent les Chinois dans leur vie de tous les jours ? L’ignorance, la pauvreté, la maladie et le mauvais gouvernement. Dans la préface à ses conclusions d’enquête sur la vie dans le comté de Ding, Li Jinghan explique que « si nous cherchons à promouvoir l’éducation des masses, c’est que nous voulons offrir au peuple les infrastructures de base nécessaires à une vie décente. Actuellement, au vu de la situation dans laquelle se trouve la société chinoise, on peut affirmer que l’ignorance, la pauvreté, la maladie et le mauvais gouvernement sont ce qui cause le plus de tort aux masses. Nous avons donc conçu quatre moyens d’y remédier : l’éducation artistique et culturelle contre l’ignorance, l’apprentissage des moyens de subsistance contre la pauvreté, l’apprentissage de l’hygiène contre la maladie, et l’éducation civique contre le mauvais gouvernement. L’éducation des masses doit être très en prise avec la réalité et doit être appliquée sur le terrain auprès du peuple […], c’est pourquoi nous accordons une importance toute particulière aux enquêtes sociologiques, et partons du principe que la Chine est avant tout rurale. C’est dans l’optique d’éduquer nos paysans et de reconstruire nos campagnes que nous avons choisi le comté de Ding comme laboratoire14 ».

29Ce mouvement compte deux maîtres à penser : Yan Yangchu et Tao Menghe. Le premier fait ses classes dans une école occidentale tenue par des missionnaires, puis étudie à Hong Kong, au Saint Paul’s College, avant de faire une licence d’économie à l’université Yale et un master d’histoire à l’université de Princeton. Il revient en Chine en 1920, et organise son mouvement d’éducation des masses avec le soutien du département pour l’éducation intellectuelle du YMCA de Shanghai. En 1923, aidé de Tao Xingzhi, Zhu Qihui, Cai Yuanpei et d’autres, il fonde à Pékin le mouvement chinois pour l’éducation des masses, dont il devient le président. En 1926, il choisit le village de Zhaicheng, situé dans le comté de Ding (province du Hebei), comme terrain d’expérimentation pour mettre en place son programme d’éducation des masses et sa réforme rurale. À l’inverse de beaucoup de théoriciens, Yang met ses idées en pratique, et encourage fortement ses collègues docteurs à venir s’installer à la campagne. Lui-même montre l’exemple et s’y établit avec sa famille. Beaucoup de ses collègues ont tout comme lui suivi des masters ou des doctorats à l’étranger ; ils renoncent à des postes de doyen, de professeur d’université ou à des carrières dans la fonction publique pour venir vivre à la campagne et s’investir dans les mouvements de construction rurale et d’autonomisation des paysans.

30Au cours de son expérience dans le comté de Ding, Yan Yangchu observe à quel point le système éducatif chinois est calqué sur le modèle occidental. En sortent des étudiants qui, malgré leurs diplômes, ne connaissent rien à la situation de la Chine, et des citadins extrêmement méprisants à l’égard des paysans. Il se décide alors à transformer les instituts de reconstruction rurale en universités populaires : c’est ainsi que voient le jour l’Institut d’éducation des masses, l’Institut des moyens de subsistance des masses, l’Institut d’hygiène des masses et l’Institut politique des masses, qui emploient des personnalités engagées dans la lutte pour l’éducation des masses et la reconstruction rurale. L’expérience pensée par Yan ne s’arrête pas à une campagne d’alphabétisation : il a pour objectif de mettre sur pied un comté modèle en termes de reconstruction rurale, dont l’exemple puisse être suivi dans toute la Chine. Son projet reçoit le soutien enthousiaste d’un noble local, Mi Digang, qui l’invite à installer sa base là où il réside. N’étant lui-même pas théoricien, Yan se sert beaucoup du travail de Liang Shuming sur le sujet, mais c’est bien grâce à lui que de nombreux intellectuels se rallient à la cause de la reconstruction rurale.

31L’enquête effectuée par Li Jinghan dans le comté de Ding n’aborde qu’un aspect de l’expérience menée par Yan ; il s’agit malgré tout du premier terrain jamais réalisé en Chine dont l’objet d’étude consiste en un comté entier. Le livre Enquête sociale générale sur le comté de Ding fournit une documentation très complète sur les communautés rurales du nord de la Chine dans les années 1920-1930. Il s’agit d’un ouvrage de référence pour toute la première moitié du XXe siècle ; sa réputation gagne rapidement l’étranger. Le livre se compose de deux parties : la première, plus générale, sert à jeter les bases de l’enquête ; elle introduit l’histoire, la géographie, les pratiques de perception d’impôts, les mœurs, etc. La seconde aborde l’éducation, les divertissements, les religions, l’hygiène, la vie, ou encore l’économie des 62 villages du comté. L’enquête dure en tout sept ans ; l’œuvre, grosse d’un bon millier de pages, s’attache à décrire par le menu les 17 secteurs suivants : l’environnement géographique, l’évolution historique, la structure gouvernementale, la démographie, l’éducation, la santé et l’hygiène, les frais liés à la vie rurale, les loisirs ruraux, les mœurs et traditions, les croyances, les impôts, les finances, l’agriculture, le commerce et l’industrie, le crédit agricole, les famines dues aux mauvaises récoltes et les dégâts causés par les guerres. Elle comporte de nombreuses illustrations (314 tableaux et 62 photographies). L’étendue des domaines abordés, la richesse des données et la validité des arguments invoqués en font le premier ouvrage de ce type, à tel point que dans le monde de la sociologie on le surnomme « l’encyclopédie de la vie rurale chinoise ». Ce livre témoigne d’une tentative de la Chine de profiter des découvertes académiques occidentales. Il s’agit d’une composante essentielle de l’histoire de la sociologie chinoise, principalement du fait de la rareté des données qu’il compile ; aussi constitue-t-il une source de premier ordre pour les chercheurs en histoire de la sociologie chinoise. Des sommités comme Yan Yangchu, Tao Menghe, Chen Da, He Lian ou encore Chen Hansheng y ont tous été de leur préface ; chacun en a ainsi à sa manière réaffirmé la valeur unique. Les grands sociologues Sun Benwen et Wu Jingchao en ont également tous deux fait l’éloge. Aussi, grâce aux données objectives que ce livre fournit sur le comté de Ding et, au-delà, sur toute la société de la Chine du nord, est-il devenu une lecture incontournable pour tous ceux qui souhaitent mieux comprendre la société chinoise des années 1930.

Critique du mouvement de reconstruction rurale et mouvement de sauvegarde par les villes

  • 15 Un des dirigeants du mouvement de réforme des campagnes, M. Yang Kaidao, a également joint sa voix (...)

32Les intellectuels de gauche n’ont pas fait la différence entre l’ancienne et la nouvelle école au sein du mouvement de reconstruction rurale, et les ont toutes deux décriées15. En effet, selon eux, le mouvement pour l’autonomie villageoise et le dingxianisme participent de la même logique théorique. Or c’est cette logique que les intellectuels de gauche critiquent, principalement pour les raisons suivantes : tout d’abord, ils rejettent le diagnostic formulé par ces deux courants quant aux maux de la Chine. Le premier identifie l’ignorance, la pauvreté, la maladie et le mauvais gouvernement, là où le second fustige la désorganisation, la passivité, le pacifisme et la faiblesse. Pour les intellectuels de gauche, il ne s’agit là que de la manifestation de problèmes sociaux enfouis bien plus profondément. Pour eux, la logique de ces deux courants s’établit sur des notions abstraites comme l’« être humain » ou encore « le peuple », et laisse de côté les différentes vagues de révolutions populaires et les changements opérés en Chine à la suite de l’invasion impérialiste. Ils considèrent également que ces deux courants simplifient à outrance la situation en se rendant à l’idée que tous les problèmes économiques et sociaux de la Chine découlent d’une mauvaise organisation des villages et de l’absence d’éducation des masses. L’ancien courant serait constitué du noyau dur des défenseurs de la morale chinoise, qui souhaitent maintenir le savoir chinois comme substance et ne garder de la science occidentale que ses « recettes ». En s’attaquant aux « 5 000 ans de dommages occasionnés par la tradition chinoise » et en vouant une admiration sans bornes à tous les savoirs venus d’Occident, le nouveau courant ne chercherait pour sa part rien de plus que la mise en œuvre d’une modernisation et d’une rationalisation des campagnes avec l’aide matérielle et conceptuelle de l’Occident (Li Zixiang, 1935b : 509).

  • 16 En chinois 保 甲 (baojia) : système de gouvernement local collectif instauré dès le XIe siècle, qui (...)

33La critique émise par les partisans d’une réforme agraire, d’obédience marxiste, a été encore plus virulente à l’égard de ces deux écoles. À leurs yeux, si le réformisme a permis d’éduquer les masses, mais aussi d’améliorer les techniques agricoles et d’organiser les villages en structures autonomes, les prémisses sur lesquelles il repose, à savoir une reconnaissance de la structure sociopolitique existante, n’ont à aucun moment porté atteinte ni à l’incursion du capitalisme ni au règne des derniers tenants du féodalisme, qui sont pourtant la raison pour laquelle les campagnes, voire la société chinoise tout entière, peinent à se développer. « Ceux qui ont entrepris un travail de réforme des campagnes après avoir abandonné le confort des villes sont dignes d’admiration ; ils étaient persuadés de travailler à sauver les campagnes chinoises de l’effondrement (il est vrai que certains y voyaient aussi un moyen de faire avancer leur carrière). Pourtant, en toute objectivité, ils ont contribué à un retour en arrière. » En effet, les campagnes chinoises ont avant tout besoin de se débarrasser de l’impérialisme et d’éliminer les vestiges du pouvoir féodal. Le réformisme, bien au contraire, « en alphabétisant les populations, en améliorant les variétés céréalières, en introduisant de nouveaux outils agricoles, en faisant miroiter de nouveaux modes d’organisation comme la gestion autonome, le système baojia16, les milices, a entravé les paysans dans leur lutte pour l’émancipation ». On peut encore lire :

  • 17 Sun Yefang, 1936 : 653-654.

La différence entre ces deux courants est donc manifeste. La polémique qui les oppose n’a rien d’une lutte interne où tous les coups seraient permis, mais met en présence deux visions qui s’affrontent. Pour autant, leur opposition ne s’incarne pas dans leur parti pris vis-à-vis de l’ordre social établi, que le premier cherche à consolider et que le second renie, mais se matérialise à travers la question de l’amélioration de la production agricole : le premier ne l’envisage que par l’alphabétisation et le second que par l’amélioration des techniques17.

  • 18 Xue Muqiao, 1980 [1937], L’Économie rurale en Chine ancienne (titre originel Connaissances général (...)

34Xue Muqiao a dirigé sa critique envers un texte précis intitulé « Le mouvement réformiste des intellectuels à la campagne ». Il estime qu’au sein du mouvement de réforme des campagnes, les actions les plus célèbres sont peut-être l’opération de reconstruction rurale réalisée par Liang Shuming à Zouping, le mouvement d’éducation des masses lancé par Yan Yangchu dans le comté de Ding, ou encore l’Institut d’éducation fondé à Wuxi par Gao Jian. Si chacun a sa théorie et mène ses projets de manière différente, ils partagent en revanche tous les trois la même vision des choses. Pour autant, « s’ils pensent que celle-ci peut suffire à réformer les campagnes et à réveiller les populations, alors ils se fourvoient, car elle a déjà échoué ». En effet, le mouvement réformiste n’a pas su « prévenir l’invasion économique du capitalisme », pas plus qu’il n’a réussi à « empêcher les grands propriétaires locaux d’exploiter les paysans ». Il faut dès lors corriger toutes les erreurs commises par le passé « afin que ce mouvement devienne celui de l’émancipation des populations et de l’amélioration des campagnes18 ».

35Le débat académique qui s’intensifie autour de la question de la marche à suivre pour la reconstruction rurale s’étend à d’autres domaines ; c’est notamment dans son sillage que se forme le mouvement de sauvegarde par les villes représenté par Wu Jingchao. Ce mouvement se fonde sur le rapport entre population et quantité de terres disponibles pour préconiser le sauvetage des campagnes chinoises par l’entremise du développement de l’industrie urbaine. En effet, il défend l’idée que le seul moyen de résoudre le problème des campagnes chinoises est de faire de la société rurale une question urbaine. On peut trouver un condensé des positions de Wu Jingchao dans son ouvrage publié en 1935, The fourth type of nations. Fortement influencé par l’école de Chicago et l’écologie humaine, Wu Jingchao répartit les pays en quatre catégories selon des critères de densité de population et d’emploi : les pays de première catégorie présentent une forte densité mais une part relativement faible de leur population travaille dans le secteur agricole (c’est le cas du Royaume-Uni ou de l’Allemagne) ; les pays de deuxième catégorie présentent une très faible densité de population et une part relativement faible de celle-ci travaille dans le secteur agricole (c’est le cas des États-Unis ou du Canada) ; les pays de troisième catégorie présentent une très faible densité de population, dont une part relativement forte travaille dans le secteur agricole (c’est le cas de la Russie) ; enfin, les pays de quatrième catégorie présentent une forte densité de population, dont une part relativement forte travaille dans le secteur agricole (c’est le cas de la Chine ou de l’Inde). Toujours selon la théorie de Wu Jingchao, quatre facteurs sont à même d’influencer le niveau de vie d’une population : les ressources de son pays, les techniques de production, les méthodes de distribution, ainsi que le nombre d’habitants. Pour que la Chine parvienne à améliorer le niveau de vie de sa population, elle doit avoir une gestion efficace de ses ressources, chercher à améliorer ses techniques de production, procéder à une distribution équitable et contrôler sa croissance démographique. Wu Jingchao identifie plusieurs causes aux problèmes de subsistance des paysans : les exploitations sont trop petites, les méthodes de production dépassées, les moyens de communication inefficaces, les activités complémentaires archaïques. Plus grave encore, les propriétaires terriens, de mèche avec des usuriers, des bandits et des mercenaires, ont mis sur pied des impôts exorbitants pour dépouiller les paysans. C’est pourquoi la question des terres est déterminante pour celui qui veut améliorer les conditions de vie des paysans : en abaissant le coût des loyers, le gouvernement devrait inciter les propriétaires à vendre des terres, en mettant parallèlement en place un système de prêt pour venir en aide aux paysans désireux d’en acquérir.

  • 19 Wu Jingchao, 1936, The fourth type of nations, The Commercial Press.

36Selon Wu Jingchao, ces raisons expliquent pourquoi la Chine ne peut pas suivre la voie de la concurrence pure des marchés capitalistes tracée par les pays développés occidentaux, pas plus que celle de l’accumulation industrielle à la soviétique réalisée sur le dos des paysans. Il lui reste dès lors à ouvrir une voie « de l’entre-deux », qui concilie puissance capitaliste et équilibre social, afin de parvenir à une « nouvelle société égalitaire19 ».

  • 20 Li Shuqing, 1945, La Société chinoise en transition, The Commercial Press.

37Li Shuqing parvient également à cette conclusion, mais son raisonnement est autre. En 1945, il publie un livre intitulé La Société chinoise en transition, dans lequel il défend les idées suivantes : la répartition des terres, au fil des changements dynastiques et de l’avènement de nouvelles grandes familles, a varié au gré des mesures d’imposition ; la société et l’économie chinoises ont toujours conservé des particularités propres à l’économie naturelle ; le rapport entre une forte population et une faible quantité de terres disponibles a façonné la réalité chinoise ; la terre et le travail de la terre sont devenus le seul moyen pour les paysans de garantir leur subsistance et l’ordre moral de leur communauté ; une énorme part de la population chinoise a donc de toute éternité vu son destin lié à celui de la terre, encouragée en cela par des politiques visant à favoriser l’agriculture et restreindre le commerce. La société chinoise doit donc se métamorphoser si elle veut trouver sa voie. Le rôle que les secteurs industriel et commercial peuvent jouer par l’intermédiaire des capitaux amassés par les Chinois de Chine et d’outre-mer n’est pas négligeable : ils peuvent donner à la Chine l’impulsion nécessaire à sa métamorphose. Avec le développement de ces secteurs, la nature de la société chinoise évoluera petit à petit vers un nouveau type de capitalisme, qui ne s’apparentera ni au laisser-faire des pays anglo-saxons, ni au « totalisme » allemand ou russe. Dans ce nouveau mode de gouvernement, « l’État contrôlera les productions économiques importantes, mais laissera aux entreprises privées le soin de gérer les industries lucratives, dont l’industrie minière. Le développement conjoint des secteurs public et privé rendra ainsi possible la création de richesses et l’accumulation du capital20 ».

  • 21 Chen Xujing, 2004 (1934), Quelle voie pour la culture chinoise ? China Renmin University Press.

38Chen Xujing, qui préconise pour sa part une occidentalisation radicale de la culture chinoise, participe lui aussi au débat autour de la reconstruction rurale. Il critique principalement le mouvement que représente Liang Shuming ; à ses yeux, il est absurde de vouloir entreprendre un travail de reconstruction sociale basé sur les campagnes, et complètement illusoire de penser remettre la Chine sur pied grâce à ces dernières. Selon Chen, c’est à la culture chinoise qu’il faut s’attaquer. En 1934, il publie un livre intitulé Quelle voie pour la culture chinoise ? dans lequel il recense les différentes doctrines se rapportant à son sujet et les organise en trois groupes : le groupe des classicistes, qui veulent conserver tout ce qui est inhérent à la culture chinoise, et dont Liang Shuming est le représentant ; le courant du consensus, incarné par Zhang Zhidong, qui cherche à concilier les approches chinoise et occidentale en ne gardant que les « recettes » occidentales et en maintenant le savoir chinois comme substance ; et le groupe des occidentalistes, dont il s’autoproclame le représentant, qui prône une occidentalisation radicale, et dans lequel se reconnaissent également Hu Shi ou encore Lu Guanwei21. Ce dernier courant est la cible de nombreuses critiques, plus ou moins virulentes, et lance la polémique sur les choix culturels qui incombent à la Chine.

39Ainsi, les questions soulevées par le mouvement de reconstruction rurale ont donné naissance à quatre différentes doctrines sociologiques. La première, celle de l’ordre ancien, défendue par Liang Shuming, se caractérise par une attitude mesurée ; elle cherche à réformer la société chinoise en mettant en place via la reconstruction rurale un nouveau type d’institutions conciliant politique et éducation. La deuxième, celle de l’ordre nouveau, que prônent Yan Yangchu et Li Jinghan, avance que les problèmes de la Chine sont liés à quatre maux principaux (l’ignorance, la pauvreté, la maladie et le mauvais gouvernement) ; elle ambitionne le salut de la Chine par l’éducation des masses. La troisième, celle des partisans d’une réforme agraire, comme Xue Muqiao et Sun Yefang, prétend que la Chine ne pourra s’en sortir que si une réforme agraire pousse le peuple à lutter pour son émancipation contre l’impérialisme et le féodalisme. La quatrième enfin, celle du mouvement de sauvegarde par les villes de Wu Jingchao, part du constat d’un rapport déséquilibré entre d’un côté une forte densité de population et de l’autre une faible quantité de terres disponibles pour avancer que le développement des campagnes chinoises ne pourra pas se faire sans celui des secteurs industriel et commercial. À l’époque, alors que la grande majorité des intellectuels s’entend sur le choix d’un modèle autre que celui du capitalisme « laisser-fairiste » à l’américaine et celui du « totalisme à la soviétique », chacun a une vision très différente de ce que devrait être cette troisième voie.

Notes

1 Yang Yanchu, 1937, La Chine de ces dix dernières années, The Commercial Press.

2 Li Jinghan, 2005 (1933), préface à Tao Menghe, Enquête sociale générale sur le comté de Ding, Shanghai Century Publishing Group.

3 Li Jinghan, 1933, Méthode pour l’enquête sociale de terrain, Xingyun Tang Library.

4 Tao Menghe, 1930, La Question sociale, The Commercial Press.

5 Li Jinghan, 1932, « De l’utilité de l’enquête sociale dans la Chine actuelle », in Revue de l’université Qinghua, n° 38, recueil des semestres 7 et 8.

6 Li Jinghan, 1927, « Le mouvement chinois pour l’enquête sociale », in Le Monde de la sociologie, t. I, p. 79-100.

7 Wu Wenzao, 1947, préface générale à la Collection sociologique, The Commercial Press.

8 Zhao Chenxin, 1936, « Enquête sociale et études communautaires », in Le Monde de la sociologie, t. IX.

9 En chinois, xian (县) veut dire « comté ». Le terme « dingxianisme » renvoie donc au courant qui voit le jour dans le comté de Ding (NdT).

10 Liang Shuming, 1989 (1937), « Théorie de la reconstruction rurale », in Œuvres complètes de Liang Shuming, t. II, p. 272.

11 Id., p. 389.

12 Id., p. 508-515.

13 Liang Shuming sera toute sa vie tiraillé entre différentes doctrines, qu’il suivra à tour de rôle. Si, dans un premier temps, il veut être partie prenante de la révolution et prône l’utilitarisme et le constitutionnalisme démocratique de l’Ouest, il est ensuite séduit par le socialisme et se jette à corps perdu dans cette cause. Il adhère ensuite à l’idéal bouddhiste de détachement émotionnel et pense à « devenir moine et [à] ne jamais prendre femme », puis fait son retour au sein de la société, fort de son nouveau credo confucéen et prêt à jouer son rôle dans la « prochaine renaissance de la culture chinoise », tout cela avant ses 29 ans (Liang Shuming, 1942).

14 Li Jinghan, 2005 [1933], Enquête sociale générale sur la société du comté de Ding, Shanghai Century Publishing Group.

15 Un des dirigeants du mouvement de réforme des campagnes, M. Yang Kaidao, a également joint sa voix au chœur des critiques, mais de manière plus mesurée : « M. Liang Shuming a décrété que pour faire cesser le gaspillage de main-d’œuvre et d’argent à l’œuvre dans le village de Shanxi, il fallait tout réformer, et commencer par moderniser et rationaliser les activités. Pourtant, nos paysans ne sont pas en mesure de comprendre, et encore moins de s’investir dans l’autodéfense, l’autogestion, l’économie, l’éducation ou que sais-je encore. Un paysan propriétaire de 10 mu est l’esclave de ses terres, il est loin d’être le pilier de la société ; que dire d’un journalier ou d’un ouvrier agricole ? Un cercle vicieux a rapidement fait de se mettre en place : moins on a d’argent, moins on a de terres, moins ses outils servent, moins on est efficace, moins on est payé, plus on a de mal à joindre les deux bouts, et quoi qu’on fasse, le pire reste à venir. Vouloir réformer nos campagnes revient à vouloir pousser une charrette en haut d’une montagne à la force de ses bras : au début, ça va encore, mais plus ça va et plus c’est difficile, avec en plus le risque croissant que la charrette vous passe par-dessus. » Cf. Yang Kaidao « La voie de la reconstruction rurale », in L’Impartial - la reconstruction rurale n° 17 (cité par Li Zixiang, 1935a : 501).

16 En chinois 保 甲 (baojia) : système de gouvernement local collectif instauré dès le XIe siècle, qui vise à alléger le travail des administrateurs en désignant un représentant par jia (regroupement de 10 familles) (NdT).

17 Sun Yefang, 1936 : 653-654.

18 Xue Muqiao, 1980 [1937], L’Économie rurale en Chine ancienne (titre originel Connaissances générales sur l’économie rurale chinoise), China Agriculture Press, p. 112-121.

19 Wu Jingchao, 1936, The fourth type of nations, The Commercial Press.

20 Li Shuqing, 1945, La Société chinoise en transition, The Commercial Press.

21 Chen Xujing, 2004 (1934), Quelle voie pour la culture chinoise ? China Renmin University Press.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540