Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La sociologie chinoise avant la Révolution

 | 
Qu Jingdong
, 
Li Peilin

Introduction à l’histoire académique de la sociologie chinoise de la première moitié du xxe siècle

Texte intégral

1En Chine, la première moitié du XXe siècle est marquée par l’effondrement du système des dynasties, les conflits entre les seigneurs de guerre, les invasions étrangères, l’affrontement des courants scientifiques et le développement du mécontentement populaire. Au même moment, on assiste à l’émergence de grands courants de pensée dans le domaine des humanités ; de nouvelles voix s’élèvent et de grands noms d’intellectuels apparaissent sur le devant de la scène. La sociologie chinoise connaît alors une évolution particulièrement rapide ; certaines études donnent lieu à des résultats inattendus pour l’époque. Il est évidemment difficile de rassembler les connaissances produites à cette période pour écrire une introduction à l’histoire académique de la sociologie.

2Le début du XXe siècle est l’occasion en Chine d’un épanouissement intellectuel semblable à celui de la période des Printemps et Automnes et des Royaumes combattants. Quels facteurs ont favorisé ce phénomène au cœur d’une époque si troublée ? Tout d’abord, l’influence grandissante des sciences occidentales en Orient, puis la rencontre entre les cultures chinoise et occidentale, invitent les Chinois à remettre en question leur tradition intellectuelle et à se lancer dans un travail d’introspection collective. Par la suite, différents courants idéologiques opposés aux traditions intellectuelles émergent en réaction à la violence des invasions étrangères et des humiliations infligées au peuple chinois. Certains intellectuels prônent une réforme et une modernisation politique, d’autres le salut de la Nation par l’éducation, d’autres encore, par une critique révolutionnaire, expriment une conscience autonome et forte. Dans un contexte de réforme sociale, c’est l’idée de défendre des positions pragmatiques qui domine.

  • 1 Liang Qichao, 1985, « Histoire du savoir en Chine au cours des trois derniers siècles », in Liang (...)
  • 2 Liang Qichao, 1985, « Les Tendances intellectuelles à l’époque des Qing », in Liang Qichao, deux h (...)
  • 3 Chen Guying, Xin Guanjie, Ge Rongjin, 1989, Histoire de la pensée pratique des Ming et Qing (en 3 (...)

3Dans sa conférence de 1923 intitulée « Histoire de la pensée en Chine au cours des trois derniers siècles », Liang Qichao tente de remonter aux origines de cette tendance pragmatiste de la recherche chinoise. Il estime que la pensée des trois derniers siècles s’inscrit en réaction à six cents ans de taoïsme en Chine, et précise que « les lettrés d’alors, quelle que soit leur discipline, préfèrent adopter une démarche scientifique plutôt que se livrer à des considérations personnelles1 ». Cette idée est partagée par d’autres : en 1921, Jiang Fangzhen écrit dans sa préface à l’ouvrage de Liang Qichao intitulé Les Tendances intellectuelles à l’époque des Qing : « Sous les Qing, au raisonnement déductif fondé sur la subjectivité de l’individu, succède un raisonnement inductif plus objectif, qui est comparable à celui de la Renaissance européenne2 ». Beaucoup de chercheurs qualifient la pensée régnant en Chine du XVIe siècle aux années 1940 de « pensée pragmatique » ou de « pensée pratique des Ming et des Qing3 ».

4La naissance de la sociologie chinoise coïncide tout naturellement avec le développement de cette tendance dans la société chinoise tout entière. Avec l’enquête sociale, la sociologie ira plus loin que toutes les autres disciplines dans ses exigences pragmatiques. Aussi, la quasi-vénération dont l’enquête fait l’objet donnera naissance au « mouvement pour l’enquête sociale ». Nous laisserons ici de côté l’apport sociologique de Yan Fu, Zhang Taiyan ou encore Liang Qichao ; en effet, la sociologie d’alors n’était pas encore constituée comme discipline spécifique. Nous nous centrerons sur la pensée sociologique au moment où elle est apparue comme une discipline universitaire.

5Pour qui ne serait pas effrayé par l’ampleur de la tâche, constituer une histoire de la pensée pose un problème important : comment assurer la narration simultanée des idées et des faits historiques ? Par souci de clarté, nous avons fait le choix de donner la priorité à l’analyse des courants de la pensée sociologique, et de reléguer la description des événements historiques au second plan.

6La pensée sociologique chinoise du début du XXe siècle peut être divisée en cinq grands courants : la sociologie marxiste, l’enquête sociologique, l’école chinoise de sociologie, l’école académique de sociologie, et l’histoire sociale. Cette division a le mérite d’introduire toutes les branches de cette discipline mais ne saurait prétendre à rendre fidèlement compte d’une réalité extrêmement complexe.

7Parmi ces courants qui ne cessent de dialoguer entre eux, certains se construisent à partir de la dialectique théorie/expérience, d’autres à partir des relations entre études chinoises et occidentales.

Notes

1 Liang Qichao, 1985, « Histoire du savoir en Chine au cours des trois derniers siècles », in Liang Qichao, deux histoires de la pensée des Qing, Shanghai, Presses de l’université Fudan. Cette édition a bénéficié des révisions de M. Zhu Weizheng, et comporte beaucoup moins d’erreurs que le recueil mieux connu des Œuvres collectées du Yinbingshi.

2 Liang Qichao, 1985, « Les Tendances intellectuelles à l’époque des Qing », in Liang Qichao, deux histoires de la pensée des Qing, Shanghai, Presses de l’université Fudan. Les Tendances intellectuelles à l’époque des Qing était au départ destiné à la préface de l’ouvrage de Jiang Fanzhen intitulé Histoire de la Renaissance en Europe. Mais l’auteur, incapable de relever sa plume, rédigea une préface presque aussi longue que l’ouvrage, qui fut dès lors publiée indépendamment avec un avant-propos de Jiang Fanzhen.

3 Chen Guying, Xin Guanjie, Ge Rongjin, 1989, Histoire de la pensée pratique des Ming et Qing (en 3 tomes), Jinan, Qilu Press.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540