Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Amériques, des constitutions aux démocraties

 | 
Jean-René Garcia
, 
Denis Rolland
, 
Patrice Vermeren

Deuxième partie. De la modernité constitutionnelle renouvelée dans les Amériques

Diviser les eaux : les rives internationales du fleuve Uruguay1

Ricardo Viscardi
Traduction de Anne-Cécile Fayolle

Résumé

L’article étudie le conflit bilatéral frontalier entre l’Argentine et l’Uruguay. Ce conflit est apparu à la suite de l’installation d’une usine de pâte à papier sur la rive uruguayenne du fleuve, déclenchant ainsi la contestation des habitants du côté argentin. Les proportions prises par le conflit pendant plusieurs années ont amené les deux gouvernements à porter leur litige devant la Cour internationale de La Haye. Loin de refléter les intérêts nationaux, le conflit dont il s’agit ici est le reflet de la mondialisation. L’auteur s’interroge sur les transferts de pouvoir des États-nations vers les secteurs sociaux mobilisés. Il développe une lecture de l’inversion de rôles qui se produit dans l’opinion publique à travers les medias. Il s’agit de l’analyse d’un conflit de la mondialisation dont les caractéristiques et les perspectives sont distinctes d’un conflit international.

Texte intégral

1. La condition discursive de la force publique

  • 1 Texte traduit de l’espagnol par Anne-Cécile Fayolle.

1Ces pages auront pour but d’analyser le conflit du fleuve Uruguay et notamment de voir dans quelle mesure ce conflit met en avant aussi bien la crise des États-nations que celle de la forme-personne qui caractérise la souveraineté actuelle.

  • 2 Estatuto del Río Uruguay http://es.wikisource.org/wiki/Estatuto_del_Río_Uruguay_(1975) consulté le (...)

2Le conflit situé sur les rives du fleuve Uruguay, à hauteur de Fray Bentos du côté uruguayen et de Gualeguaychú du côté argentin, a fait l’objet d’un jugement de la Cour interaméricaine de justice. Cependant, l’efficacité d’un tel jugement paraissait d’avance limitée, puisque le recours à la Cour internationale de justice (La Haye) fut précédé de l’échec d’un outil juridique spécifique existant depuis longtemps, un traité destiné aux deux parties qui régulait l’usage des eaux du fleuve Uruguay2. D’autre part, l’intensité des polémiques n’a pas touché les adversaires de manière égale, ni dans les mêmes secteurs ; elle n’a pas non plus entraîné un affrontement généralisé ni mené à la violence physique, une situation extrême qui, dans une perspective de pacification, aurait justifié un jugement international.

  • 3 Presidencia de la República, Investigación por hechos de Plaza Independencia vinculados con la pro (...)

3L’âpreté du débat atteint des limites inhabituelles, en raison de l’étroit lien existant entre les deux rives du fleuve Uruguay, enracinées à cause de l’histoire dans un avenir partagé depuis le début, proximité à laquelle s’ajoute désormais l’affinité idéologique entre les gouvernants. La régularité des échanges bilatéraux n’excluait pas la présence de différends, mais elle les modulait avec un succès relatif, contrairement à la virulence verbale3 qui se répandit à la suite de l’installation de l’usine Botnia sur la rive gauche de l’Uruguay. L’insularité de l’affaire a semblé renforcer la perception d’une anomalie significative et d’un événement inhabituel, qui, en raison de l’impuissance des pouvoirs publics des deux bords, a favorisé le caractère dilatoire de l’affaire, évitant ainsi d’affronter une solution lointaine du conflit, et notamment sa planification. Face à la pression publique et face à la perspective d’une formule qui paraît aussi rigoureuse que brumeuse, l’hypothèse d’une querelle discursive qui renfermerait le recours juridique paraît intéressante.

4Dans une telle mesure, le recours à une Cour internationale mondiale prend la tournure d’une synthèse universelle de la distance entre le droit et le conflit, car elle interpose une instance juridique de troisième degré, qui s’ajoute aux instances nationales et régionales jusqu’alors infructueuses. L’intervention juridique internationale prévaut, par la somme d’instances et de distances qui ne parviennent pas à un résultat favorable, un sens d’appel à l’universalité du paradigme juridique, c’est-à-dire à la force de loi en tant qu’interpellation politique. Telle force de loi discursive fait partie de la panoplie des ressources propres au droit, tels ses effets dissuasifs, mais dès que la validité possible d’une décision juridique adopte une voie conduite par des tiers, sa jurisprudence décline dans un sens subjectif propre aux marges de la loi, c’est-à-dire aux conditions politiques relatives à l’État de droit en vigueur.

5Contrairement à une certaine ostentation qui entoure l’instance juridique mondiale, on pourrait penser que sous l’influence de l’opinion publique et de l’action politique, les effets normatifs du droit s’affaiblissent concernant la validité publique du pouvoir. Les procédures elles-mêmes des parties devant la Cour de La Haye présentent cette facette de manquement juridique délibéré lorsque du côté argentin une coupure de route contraire au principe de liberté de circulation est tolérée et que du côté uruguayen on diminue la portée de l’accord commun exigé par le traité bilatéral sur le fleuve Uruguay. Bien que l’instance de conciliation qui recommande le jugement émis par La Haye fasse partie de la normativité juridique en tant que telle, dans ce cas elle semble acquérir la signification d’un retour aux instances précédentes, dès que l’on a caractérisé ce retour avant tout par l’impuissance institutionnelle pour trancher l’affaire.

6On peut considérer que l’intervention de la Cour internationale de La Haye dans cet affrontement doit être comprise comme un effet reflet du propre cours du conflit, aussi bien dans un enracinement institutionnel imposé par les circonstances, que dans le cours effectif d’une crise dont les traits s’inscrivent de préférence dans le devenir de l’opinion publique, avec une participation relative de l’élucidation institutionnelle.

7Dans cette perspective, les conclusions qui suivront interpelleront non seulement les puissances des appareils d’État dans l’orientation des événements publics, mais aussi la vigueur normative du droit, particulièrement dans sa dimension propre de « force de loi ». La lecture philosophique du biais discursif que peut adopter le droit paraît ainsi possible, en raison du lien concret qui s’établit, particulièrement dans ce cas, entre l’intervention de la justice et les différentes stratégies de persuasion publique.

2. Sécularisation politique et force publique

  • 4 Michel Foucault, Surveiller et punir, Paris, Gallimard, 1975, p. 75-77.

8L’objectif de parvenir à une certaine prédisposition de l’opinion publique au travers du recours juridique suppose, si notre lecture de la signification conjoncturelle du recours à la Cour internationale de La Haye est juste, une diminution importante des puissances coercitives de l’État. Mais cette soustraction institutionnelle n’équivaut pas nécessairement à une erreur politique, puisque le pouvoir public reprend son ordonnance propre à partir d’une procédure de plus grande portée sociale. Le passage du Corps du roi au Corps social4, contient ce principe d’une soustraction à laquelle il ne manque rien dès qu’une structure qui survit transforme ses rituels de pouvoir en coutumes de lien intersubjectif. La subjectivité moderne serait liée, tout comme la littérature, à cette condition contenue dans un tout cependant manifeste hors du même tout, auquel elle se soustrait sans l’affaiblir pour autant.

  • 5 Jacques Derrida, La dissémination, Seuil, 1972, p. 64-65.

9Comme le dit Jacques Derrida : « Ce qui coupe court à la littérature : elle n’existe pas puisqu’il n’y a rien hors du tout. Elle existe puisqu’il y a une “exception de tout”, un hors du tout, à savoir une sorte de soustraction sans manque5. »

10Dans l’ensemble, la lecture du processus de sécularisation de l’arcane religieux qui abandonne l’autorité ecclésiastique pour se trouver dans une projection normative de la société, correspond au transfert d’une forme sacrée à une forme profane. Lorsque le titulaire de la souveraineté revêt une personnalité institutionnelle distincte selon le fondement religieux ou laïc du pouvoir public, cette transformation s’exprime particulièrement dans le sens qu’adopte l’usage de la force. Cependant, dans les deux cas subsiste l’élément déterminant de la Souveraineté qui concentre la puissance coercitive dans la figure individuelle du titulaire du pouvoir public. De même, les variations qui interviennent dans l’articulation du champ politique qui détient l’exercice effectif du pouvoir public vont se traduire par différentes corrélations dans l’usage de la force, dans la mesure où le mandat qui entre en jeu dans chaque cas contient différentes instructions destinées à un même souverain. Giacomo Marramao précise à ce sujet :

  • 6 Giacomo Marramao, Cielo y tierra, Buenos Aires, Paidós, 1994, p. 69-70.

Exprimé par une ligne de pensée qui, partant de Locke, arrive, à travers Kant, jusqu’aux théories « normativistes » de Krabbe et Kelsen, le déisme politique représente pour Schmitt le dénominateur commun à toutes les multiples variantes de la conception « libérale » et « positiviste » de l’État. Et son trait caractéristique consisterait à neutraliser ou reléguer au fond l’analogie productive entre miracle et décision souveraine (comprise comme intervention directe du souverain sur l’ordonnance en vigueur), sans laquelle la sécularisation dégénère en une véritable et authentique « profanation » du noyau théologique originaire : « le déisme exclut Dieu du monde mais continue à croire en son existence […]. La bourgeoisie libérale veut un Dieu qui, cependant, se verra obligé de ne pas pouvoir agir ; elle veut un monarque, mais privé de pouvoir. » Les résultats de cette profanation seraient constitués par le pouvoir « neutre » du XIXe siècle « qui règne et ne gouverne pas » et par l’État technico-administratif du XXe siècle « qui administre et ne gouverne pas6 ».

  • 7 Giacomo Marramao, Pasaje a Occidente, Buenos Aires, Katz, 2006, p. 125.

11Une des règles induites par le processus de sécularisation réside dans le contingent majeur relatif du champ politique. En même temps que la démocratie représentative distend, au sens démographique du terme, la titularité de la Souveraineté, elle introduit un principe aléatoire et de variation de la personnalité du Souverain, lié à la pluralité idéologique7. Par conséquent, la fonction répressive sera exercée selon la tendance idiosyncrasique d’un quantum variable de majorités, variation contingente du pouvoir qui révèle les oscillations subtiles entre la force et la forme, au-delà du contenu de la force qui s’exerce et comme effet de la pression des circonstances sur une forme.

12Un tel profil de l’usage de la force, relatif au biais idéologique d’un champ politico-institutionnel, se manifeste à travers le refus de la part du gouvernement argentin de lever coactivement la coupure de la libre circulation sur le pont qui relie les deux rives du fleuve à hauteur de Fray Bentos. Cependant, l’opinion publique uruguayenne ne semble pas avoir intégré, ni dans ses organisations académiques ni dans ses expressions journalistiques, le rôle qu’ont joué les mobilisations sociales focalisées sur les propositions péronistes, se cristallisant sous le mandat de Néstor Kirchner. D’autre part, la lecture argentine de l’alignement du système politique uruguayen derrière la posture gouvernementale qui renonce aux marges possibles de la négociation avec Botnia, ne prend pas en compte le jeu de recomposition des alliances propres d’un système politique hyperintégré. Dans ce moment de transition idéologique majeure, la transformation d’un conflit local en une cause nationale apporta des bénéfices relatifs à toutes les parties. Beaucoup ont oublié le contexte dans lequel s’inscrit le premier mandat de gauche de l’histoire uruguayenne, immédiatement après la pire crise économique du pays, au moment où la gauche latino-américaine n’en était qu’au début d’une ascension continentale qui se consolida par la suite.

3. La personne-État et la globalisation

  • 8 Ricardo Viscardi, Celulosa que me hiciste guapo, Montevideo, Lapzus, 2006, p. 31-32.

13Il est surprenant que le conflit concernant l’installation de Botnia n’ait pas été perçu comme le premier épisode de la globalisation, ou pour le traduire doxographiquement, le premier épisode du XXIe siècle dans le bassin platense. Peut-être que cette difficulté interprétative se manifesta par une opposition dans la période initiale du conflit, qui coïncida avec la crise internationale causée par les caricatures du Prophète, déclenchée par un hebdomadaire danois, mais qui mit le feu aux poudres dans toute une région du monde. Dans ce moment d’éruption irrationnelle qui surgissait du champ même de la communication, marquée par la violence de transgressions et d’anathèmes, l’opinion publique uruguayenne demandait vivement une solution rationnelle du conflit platense, qui préserverait la manne de la transformation sociale qui provenait des cieux multinationaux8.

14Peu de fois, l’obsolescence d’un biais interprétatif se sera présentée avec un profil aussi instruit. La référence historique au conflit des ports ou la réflexion économique à propos de la signification stratégique de l’hydrovoie, fatalement inclinée vers le canal profond de la côte uruguayenne à cause de l’œuvre commune de la géographie et de la société, auront été d’autres expressions de ce que Foucault appela le doublet empirico-transcendantal. De ce savoir centré entre références empiriques et spéculation transcendantale, le langage est exclu en tant qu’extérieur idiomatique et inclus en tant que marge anthropologique, faisant que la communication se réduise au lien de l’expression.

  • 9 Helios Sarthou, « ¿Qué votarán las redes? » Voces, n ° 247, Montevideo, p. 5., http://www.vocesfa. (...)

15Cependant, le processus de la communication massive, tout comme celui de la communication interactive, ont été signalés comme responsables directs d’un transfert de légitimité, du champ de l’institutionnalité d’État à celui de l’opinion publique. Ce transfert suppose une déclinaison de pouvoir analogue à celle qui intervint entre le fondement théologique du pouvoir et son enracinement dans la souveraineté populaire. Dans les deux cas, la signification du pouvoir ne s’altère pas de manière vectorielle, mais la configuration du champ politique se transforme dès qu’il incorpore une articulation plus importante des expressions publiques. Le meilleur témoin de cette transformation est peut-être l’émergence en Uruguay de réseaux politiques virtuels qui, sur le plan de l’organisation politique, modifient l’activité politico-partisane9.

  • 10 Giacomo Marramao, Pasaje a Occidente, Buenos Aires, Katz, 2006, p. 147.
  • 11 Jacques Derrida, Bernard Stiegler, Echographie de la télévision, Paris, Galilée, 1996, p. 16.

16Parmi les transformations qu’induit la technologie de la communication dans le lien politique ressort la crise de la relation publique qui passe de la relation présentielle à la concentration à distance, en particulier à partir de la croissante influence des médias interactifs véhiculés par l’Internet. Cette substitution médiatique de la relation présentielle modifie une figure symbolique inaltérée par le processus de sécularisation, tandis que la continuité historique a préservé la forme-personne du souverain en tant que titulaire du pouvoir10. Telle forme-personne correspond à une forme-en-présence, alors que la titularité effective d’une puissance reste liée à l’instance institutionnelle occupée par une personnalité particulière. Le lien à distance, au contraire, ignore la titularité propre d’une présence en personne, dans la mesure où le seuil de possibilité n’est pas la relation qui subsiste à la suite d’une présence mais la connectivité, dont le lien subsiste par un artifice. Derrida signala l’intervalle entre le présent et la présence qui introduit cette différenciation qui elle-même introduit le lien au moyen d’un canal dans la propre condition du philosophe : « Tel philosophe peut s’occuper du présent, de ce qui se présente présentement, de ce qui arrive actuellement, sans se demander, jusqu’à l’abîme, ce que signifie, présuppose ou cache cette valeur de présence. Sera-ce un philosophe du présent ? Oui – mais non. Un autre peut faire le contraire : se plonger dans la méditation quant à la présence ou à la présentation du présent sans accorder la moindre attention à ce qui arrive présentement dans le monde ou autour de lui. Sera-ce un philosophe du présent ? Non – mais si. Pourtant je suis sûr qu’aucun philosophe-digne-de-ce-nom n’accepterait cette alternative11. »

17La connectivité désarticule la continuité symbolique de la personne, car toute personne est dans la subsistance immédiate d’une présence, et par conséquent, interroge aussi la validité de l’instance institutionnelle, dans la mesure où les effets qui s’ensuivent de la personne en présence diffèrent, par sa propre structure, de la programmation artificielle d’un canal de communication. La relation à distance suppose la continuité d’une activité qu’on exerce, mais, dans la perspective d’une destination projective. Cette union du local et du global dans la relation à distance désarticule la condition de la forme-personne, alors que le support artificiel introduit, à travers la destination conduite par le même canal, un caractère aléatoire et une variation symbolique du lien public.

4. Navigation océanique et navigation fluviale

18En ce qui concerne les inquiétudes qui motivent notre rencontre autour de « Les Amériques, des constitutions aux démocraties », le conflit du fleuve Uruguay met en avant aussi bien la crise des États-nations que celle de la forme-personne qui caractérise la souveraineté. La position uruguayenne dans le conflit peut se lire comme la dénégation systématique de cette perspective de crise symbolique de la souveraineté et de la faillite de l’État-nation. La prolongation et l’aggravation du conflit qui entraîne cette dénégation des conditions politiques actuelles des relations internationales, non seulement devient inéluctable face au calendrier, mais a en plus été discréditée dans son soutien discursif, dès qu’on allégua principalement la morale juridique de l’exécution normative, lorsque quelques jours auparavant la Cour internationale de La Haye avait mis en cause l’État uruguayen à ce sujet.

  • 12 Ricardo Viscardi, Después de la política, Montevideo, Juán Darién, 1991, p. 7-8.

19Cependant, la crise des États-nations et la crise de la forme-personne de la souveraineté ne correspondent pas au même cours des événements. Les États-nations, de notre point de vue, ne sont plus menacés de dissolution, mais d’insignifiance. En effet, le rôle joué par les organisations étatiques dans la période de développement organique des nationalités entraîna l’identification du destin social à la cristallisation institutionnelle qui pourvoyait la conduite politique, et à la concentration symbolique que procurait l’organicité publique. Après la Seconde Guerre mondiale, les effets de la technologie sur les contextes stratégiques et le développement culturel entraînèrent la composition de blocs géopolitiques caractérisés par leur inscription à l’échelle mondiale. Aussi, la diversification technologique et culturelle en cours favorisa une différenciation d’identités publiques orientées vers leurs propres demandes sectorielles, bien qu’elles aient une signification stratégique pour le tout social. Se retrouvant entre les blocs géopolitiques et les organisations internationales qui conditionnent leur exercice gouvernemental d’une part, et d’autre part les mouvements sociaux qui mettent en place une diversification démocratique défiant l’unification étatique12, les États-nations ne semblent pas destinés à disparaître mais à subir un affaiblissement stratégique important.

20La crise de la forme-personne de la souveraineté semble liée à une dimension d’unification mondiale et sociale sous l’égide des technologies de communication. En tant que telle, elle comporte une phase différenciée du processus d’essor technologique du pouvoir, qui installe une hégémonie des audiences gouvernées par le marketing médiatique et la programmation des médias. Par cette voie, la technologie de la communication favorise la configuration d’un axe idiosyncrasique variable selon les contextes, mais inexorablement enclin à motiver une personnalité-néant de l’électeur moyen. Jesús Martín-Barbero précise notamment

  • 13 Jesús Martín-Barbero, « Dislocaciones del tiempo y nuevas topografías de la memoria ». In Artelati (...)

Nous sommes face à des sujets dotés d’une élasticité culturelle qui, bien qu’elle ressemble à un manque de forme, est davantage l’ouverture à de très nombreuses formes caméléon par l’adaptation aux plus divers contextes et à une énorme facilité pour les « langues » de la vidéo et de l’ordinateur, cela est pour entrer et se repérer dans la complexité des réseaux informatiques. Au sensorium moderne que W. Benjamin vit émerger dans le promeneur des avenues de la grande ville, les jeunes articulent maintenant les sensibilités post-modernes des tribus éphémères qui se déplacent dans la ville éclatée et celles des communautés virtuelles, cybernétiques13.

21Dépourvu d’orientation significative par sa soumission aux règles du marché médiatique, tel registre modulaire peut être employé par une personnalité formellement vigoureuse, plus proche de l’agitation que de l’action, dès qu’une action lest exigée de lui, et non une orientation. En ce sens, la personnalité-personne de l’électeur moyen fera pencher la balance sans avoir besoin, comme la contingence de Leibniz, de l’harmonie préétablie. Certains exemples européens illustrent cette hypothèse, et un cas latino-américain l’inscrit déjà parmi nous. Les gouvernants qui ont joué un rôle essentiel du côté argentin dans le conflit lié aux demandes environnementales de Gualeguaychú semblent osciller entre le radicalisme d’une structuration idéologico-partisane et le protagonisme des revendications focalisées sur des secteurs en question. La tentative d’inscrire une orientation de l’État sur une ligne dorée de conduite politique, tel que cela a été testé du côté uruguayen, paraît voué à endurer les avatars de la multiplication des mobilisations environnementales au niveau international, tandis que d’autre part, elle est limitée par la pression internationale concernant la conduite gouvernementale.

22Les rives internationales de l’Uruguay voient s’ajouter des berges océaniques ; prétendre naviguer à l’échelle de l’État-nation, ou supposer que la forme-personne de la souveraineté maintiendra le cap est tout aussi illusoire que prétendre diviser les eaux de la globalisation.

Notes

1 Texte traduit de l’espagnol par Anne-Cécile Fayolle.

2 Estatuto del Río Uruguay http://es.wikisource.org/wiki/Estatuto_del_Río_Uruguay_(1975) consulté le 07/02/2007.

3 Presidencia de la República, Investigación por hechos de Plaza Independencia vinculados con la protesta de activistas argentinos http://www.ired.gub.uy/contenido/2007/02/2007020712.htm consulté le 07/02/2007.

4 Michel Foucault, Surveiller et punir, Paris, Gallimard, 1975, p. 75-77.

5 Jacques Derrida, La dissémination, Seuil, 1972, p. 64-65.

6 Giacomo Marramao, Cielo y tierra, Buenos Aires, Paidós, 1994, p. 69-70.

7 Giacomo Marramao, Pasaje a Occidente, Buenos Aires, Katz, 2006, p. 125.

8 Ricardo Viscardi, Celulosa que me hiciste guapo, Montevideo, Lapzus, 2006, p. 31-32.

9 Helios Sarthou, « ¿Qué votarán las redes? » Voces, n ° 247, Montevideo, p. 5., http://www.vocesfa.com.uy/No247/voces247.pdf consulté le 25/03/2012.

10 Giacomo Marramao, Pasaje a Occidente, Buenos Aires, Katz, 2006, p. 147.

11 Jacques Derrida, Bernard Stiegler, Echographie de la télévision, Paris, Galilée, 1996, p. 16.

12 Ricardo Viscardi, Después de la política, Montevideo, Juán Darién, 1991, p. 7-8.

13 Jesús Martín-Barbero, « Dislocaciones del tiempo y nuevas topografías de la memoria ». In Artelatina, Rio de Janeiro, Aeroplano, 2000, p. 154.

Auteur

Professeur à l’Institut de philosophie de l’université de la République de l’Uruguay, il a aussi été directeur des sciences de la communication de cette université. Il est titulaire d’une habilitation à diriger les recherches en philosophie à l’université Paris 8 Vincennes Saint-Denis. Il est membre du système national de chercheurs de l’Uruguay et auteur de nombreux livres et articles de revues sur l’Amérique latine.

Anne-Cécile Fayolle (Traducteur)

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540