Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Amériques, des constitutions aux démocraties

 | 
Jean-René Garcia
, 
Denis Rolland
, 
Patrice Vermeren

Deuxième partie. De la modernité constitutionnelle renouvelée dans les Amériques

Philosophie et ordre politique : la constitution de la nation en Argentine à travers la fiction littéraire

Marcelo Raffin

Résumé

L’article envisage ici une analyse stimulante de la Constitution de l’Argentine au prisme de la fiction littéraire sud-américaine. Comprendre la « communauté imaginée » d’Anderson vise en effet à comprendre les conflits et les représentations à l’origine de la nation selon un « bagage signifiant » naissant de véritables « fictions fondatrices ».
L’étude de romans continentaux, tels que ceux de José Mármol, Jorge Isaacs ou José de Alencar, met ainsi en évidence un véritable érotisme patriotique présentant un amour hétérosexuel entre partenaires de régions différentes à l’intérieur d’un même État. Puis à la fin du XIXe siècle, la littérature a pour fonction nouvelle d’inventer des comportements et des normes nécessaires à l’invention de la citoyenneté et à la « cartographie imaginaire » de l’État en consolidation.
Néanmoins, ces matrices nationales se sont construites autour du mépris systématique mettant en lumière trois traits spécifiques : l’exclusion et la déshumanisation de l’autre, l’obsession de l’invasion, la représentation et la pathologisation d’un corps social et patriotique. Le premier caractère se réfère au « rêve d’extermination » de Giorgi et se matérialise notamment autour des antithèses national-immigrant, péroniste-anti-péroniste et droite-gauche. L’invasion, ou la violation, se mêle aux théories hygiénistes telles que la biopolitique de Foucault. Le dernier trait matérialise le corps contre lequel sont exercées ces différentes formes de violence, tout en reprenant la métaphore du corps malade guéri par le soignant politique.

Note de l’éditeur

Ce texte reprend certaines idées du livre publié avec Adrián Melo, Obsesiones y fantasmas de la Argentina. El antisemitismo, Evita, los desaparecidos y Malvinas en la ficción literaria, Buenos Aires, Editores del Puerto, 2005.

Texte intégral

1Je voudrais aborder quelques aspects fondamentaux de la constitution de la nation en Argentine à travers la fiction littéraire, plus particulièrement ce qu’on appelle les fictions fondatrices, tout au long de son histoire. Pour développer cette question, je ferai une série de remarques préalables.

2La constitution de tout ordre politique dans la modernité renvoie non seulement aux accords et aux conflits qui sont en jeu, passés sous silence ou reformulés dans tout acte de fondation et dans ses rééditions ultérieures selon le changement des conditions de la lutte pour l’hégémonie, mais également aux images et aux représentations de ceux qui sont inclus comme membres de la communauté imaginée de la nation, comme Benedict Anderson le signale dans son étude déjà classique L’imaginaire national : réflexions sur l’origine et l’essor du nationalisme (1983). Parler donc des actes impliqués dans toute constitution d’un État-nation, et notamment dans le contexte latino-américain, exige de travailler avec l’ensemble de l’État et de la nation ainsi qu’avec leurs inclusions et exclusions définies par les pactes d’appartenance et d’exclusion.

  • 2 Adrián Melo et Marcelo Raffin, Obsesiones y fantasmas de la Argentina. El antisemitismo, Evita, los (...)

3Il faut souligner l’importance de la littérature et de ses fictions comme source et comme agent de l’histoire. Si l’on considère le cas des images et des représentations de la nation argentine, le champ littéraire s’avère particulièrement fertile si l’on s’aperçoit de ses caractéristiques constitutives et des imbrications permanentes entre littérature et politique dans ce pays. Or la littérature et sa fiction, ou mieux, la littérature à travers sa fiction, présente un double crible d’abstractions pour l’analyse sociohistorique : d’abord celui de l’alambic littéraire qui digère la réalité par son œil fictionnel même ; ensuite celui de la déconstruction de sa métaphore, le retour du revers de son regard, ou mieux, le dépassement de son regard en un méta-regard qui nous permet d’atteindre la donnée déjà chargée d’un bagage signifiant préalable lui conférant une certaine vérité étrangère à l’analyse sociale ou historique pratiquée en direct à partir d’autres sources. Pour sa part, la fiction littéraire permet de dessiner de nouveau les images de l’histoire en même temps qu’elle incorpore ce dessin à la culture. Ainsi, elle rattrape, récrée et présente de nouveau les fables imaginées et baignées par la tradition à laquelle appartient le créateur littéraire2. Mais j’ai choisi également la littérature car elle rend mieux compte d’une réalité qui, autrement, deviendrait plus fuyante au récit, le tromperait ou se déroberait à lui avec succès. La fiction et l’humour se présentent donc comme des outils plus utiles pour ce faire.

4L’emploi de la catégorie de « fictions fondatrices » proposée par Doris Sommer dans son ouvrage au titre éponyme, où elle analyse le rapport entre érotisme et patriotisme dans ce qu’elle appelle les histoires d’amour fondatrices latino-américaines du XIXe siècle. D’après Sommer, les romans romantiques tels que Amalia de José Mármol en Argentine, María de Jorge Isaacs en Colombie, Iracema de José de Alencar au Brésil ou Doña Bárbara de Romulo Gallegos au Venezuela, entre autres, fonctionnent comme de véritables mythes fondateurs pour promouvoir le nationalisme et le modèle de l’État national tel qu’il s’est constitué dans ces pays après les guerres d’indépendance. Tous ces premiers romans se centraient sur une histoire d’amour hétérosexuel et sur des mariages qui servirent d’exemples de consolidation apparemment pacifique pendant les conflits du milieu du XIXe siècle. Dans Amalia, le roman fondateur par excellence en Argentine, cet aspect peut être observé dans l’amour entre la belle Amalia qui est originaire de Tucumán, une province de l’intérieur, et Eduardo Belgrano qui est de Buenos Aires, deux régions antagonistes qui se réconcilient dans le mariage du couple protagoniste ; de même dans la figure de Daniel Bello qui, sorte d’hybride des positions politiques rivales de l’Argentine du XIXe siècle - unitaires et fédéraux – soutient clairement les idéaux du libéralisme bourgeois.

5Sommer reprend l’idée de Gramsci selon laquelle il est nécessaire de conquérir l’adversaire au moyen de l’intérêt mutuel, de l’amour, plus que de la coercition pour consolider un projet hégémonique. Une fois conquise leur indépendance politique, les criollos devaient conquérir la société civile. Parvenir à ce que le lecteur s’identifie avec l’histoire d’amour c’était, en même temps, obtenir son adhésion au projet politique que le livre soutenait. L’histoire d’amour et la République coïncidaient et, dans la plupart des cas, les écrivains étaient en même temps des acteurs politiques.

6L’érotisme dans la fiction est donc mis au service d’un projet politique, le projet national soutenu par les groupes dirigeants. De ce couple adamique naîtront les enfants de la nouvelle nation. C’est ainsi qu’à la fin du XIXe siècle, une fois les révoltes civiles matées et l’expression territoriale de l’État assurée, la question s’est déplacée vers la nécessité de fabriquer des citoyens. À l’État virtuel instauré par le monopole de la violence correspond la cohésion identitaire de la communauté nationale. Il fallait alors inventer des traditions nationales et imposer une langue commune. La littérature a été l’un des principaux discours dans la production de l’hégémonie. En même temps que se stabilisait l’espagnol local sur un ton et des registres particuliers, le discours littéraire devenait l’espace virtuel où l’on projetait les modèles de comportement, les normes nécessaires à l’invention de la citoyenneté, les limites et les frontières symboliques ainsi que la cartographie imaginaire de l’État en consolidation.

  • 3 Ricardo Piglia, La Argentina en pedazos, Buenos Aires, Ediciones de la Urraca, 1993, en particulier (...)

7La littérature naît en Argentine sous le signe de la politique, qui plus est sous le signe de la violence politique. La violence apparaît comme le trait spécifique et permanent de l’histoire argentine3, depuis les pages d’El Matadero (L’abattoir) (1840) d’Esteban Echeverría et de Facundo (1845) de Domingo Faustino Sarmiento, mais également d’Amalia (1851) de José Mármol dont on vient de parler ci-dessus.

  • 4 Ibid..

8La violence politique se manifeste de différentes manières, particulièrement dans la profanation des corps, laissant également des marques sur le langage et la littérature. Il est donc possible, selon la thèse proposée par l’écrivain Ricardo Piglia, « de faire une histoire de la violence argentine à travers la fiction ». Piglia soutient que cette histoire serait celle de « la reconstruction d’une trame double où l’on pourrait déchiffrer ou imaginer les traits laissés par les relations de pouvoir sur la littérature. Marques sur le corps et sur le langage qui permettent de reconstruire la figure du pays imaginé par les écrivains4 ».

  • 5 Nicolás Shumway, La invención de la Argentina. Historia de una idea, Buenos Aires, Emecé, 1993.

9Nicolás Shumway, dans son livre controversé L’invention de l’Argentine. Histoire d’une idée (La invención de la Argentina. Historia de una idea)5, affirme qu’en Argentine, les premières « fictions de repérage » – guiding fictions – (il entend par là celles qui donnent aux individus composant une unité politique un sentiment de communauté, d’identité collective et d’un destin commun national) élaborées au cours du XIXe siècle, ont servi de matrice idéologique pour le dessein du pays à venir. Suivant cette analyse, on peut constater que dans cette matrice s’est imposée une série de métaphores qui ont marqué, en guise de destin tragique, toute l’histoire argentine et qui sont nées et se sont construites dans le discours littéraire ou sont passées directement dans ce discours. On pourrait peut-être réunir toutes ces métaphores en un même faisceau, celui du mépris systématique comme politique fondatrice : politique systématique d’exclusion, de déshumanisation de l’autre, obsession de l’invasion et représentation et pathologisation d’un corps social et patriotique. Métaphores qui ont été interconnectées et coordonnées entre elles sous la forme d’une antinomie insurmontable.

10Arrêtons-nous sur ces quatre métaphores de la constitution de la nation en Argentine qui marquent de manière structurelle le champ des fictions littéraires.

1. L’exclusion et la déshumanisation

11L’exclusion adopte d’abord la forme d’une mentalité qui divise, qui écarte. L’échec dans la création d’un cadre idéologique pour l’union a contribué à produire une « société d’opposants », tout autant portée à humilier l’autre, qu’à développer une nation viable, unie par le consensus et l’engagement. Cette mentalité d’opposition apparaît dès les premières pages de la littérature argentine. En effet, on peut citer l’hostilité entre fédéraux et unitaires qui marque El Matadero et Amalia, ou celle entre civilisation et barbarie de Facundo, ou encore l’opposition entre Buenos Aires et les provinces. Plus tard, cette division va se prolonger dans l’antithèse national-immigrant, péroniste-antipéroniste, droite-gauche, etc.

12Comme corollaire de l’exclusion apparaît la déshumanisation de l’autre, dépouillement des traits humains chez l’autre. Les autres sont les barbares, les monstres : le fédéral, le « gaucho », l’immigrant, l’ouvrier, le péroniste, le « cabecita negra », etc. Ils ne peuvent parler qu’en faisant partie du monde de la fiction. Avant d’être annihilé, cet autre institué comme ennemi doit être dépouillé de ses qualités humaines. C’est la déshumanisation qui permet le meurtre politique.

  • 6 Gabriel Giorgi, Sueños de exterminio. Homosexualidad y representación en la literatura argentina co (...)

13L’exclusion et la déshumanisation se résument par l’idée de ce que Gabriel Giorgi définit comme des « rêves d’extermination », c’est-à-dire l’idée qui apparaît dans la littérature et l’imaginaire collectif argentins qu’une partie de la société doit être exterminée à la manière de l’homo sacer proposé par Giorgio Agamben pour expliquer la configuration de l’humain dans la matrice politique moderne et occidentale6.

2. L’invasion

14Une autre métaphore fondatrice est l’invasion ou la violation. L’unitaire d’El matadero représente la civilisation, envahie par Matasiete et le reste des fédéraux de l’abattoir, qui jouent aussi bien avec la chair des animaux qu’avec celle des humains. L’abattoir est, chez Echeverría, un simulacre du grand abattoir qu’est devenu tout le pays. Le thème de la violation littérale se répète depuis l’unitaire d’El matadero, en passant par L’enfant prolétaire (El niño proletario) d’Osvaldo Lamborghini jusqu’à The Buenos Aires Affaire de Manuel Puig, entre autres.

15Dans Amalia, l’invasion est claire. C’est l’invasion des mazorqueros chez Amalia. L’invasion de la civilisation par la barbarie dans Facundo est représentée chez un homme, Facundo Quiroga, symbole et synthèse de l’intérieur du pays : inerte, désertique, étendu et sauvage. Dans ce sens, dans Facundo, Sarmiento établit, avec un regard protomédical, la ligne qui divise les termes dichotomiques de la « civilisation » et de la « barbarie », tout en anticipant la ligne qui sépare le « salubre » de l’« insalubre » de l’oligarchie à partir de la peste de 1871 (prenant comme modèle et point de départ cet événement). Cette inflexible division entre civilisation et barbarie, qui sert à expliquer la maladie qui ravage l’organe-corps-pays, deviendra dans le discours des hygiénistes de la seconde moitié du XIXe siècle un autre écart inflexible qui correspond beaucoup mieux au nouveau pouvoir technique moderne salubre-insalubre.

16En effet, un pouvoir qui acquiert les caractéristiques de la biopolitique foucaldienne et qui a besoin à son tour de s’ériger comme défenseur de la vie et d’exercer le vieux pouvoir royal de tuer, a recours au discours de la peste et de la race. Dans ce contexte, on peut lire Les multitudes argentines (Las multitudes argentinas) (1899) de José María Ramos Mejía, La simulation dans la lutte pour la vie (La simulación en la lucha por la vida) (1900) de José Ingenieros et toute la saga de romans anti-immigrants : Innocents ou coupables ? (¿Inocentes o culpables ?) (1884) d’Antonio Argerich, Dans le sang (En la sangre) (1887) d’Eugenio Cambaceres, La bourse (La bolsa) (1891) de Julián Martel…

17La métaphore de la peste a généralement été utilisée par les gouvernements de facto. Le discours de l’hygiène est prioritairement repris par les différents gouvernements militaires jusqu’en 1982 pour justifier l’éradication de « foyers » subversifs ou l’extirpation de « cancers » ou d’« épidémies » nationales de tout genre.

  • 7 Julio Cortázar, Las puertas del cielo, en La isla a mediodía y otros relatos, Barcelona, Salvat, 19 (...)

18Le thème de l’invasion est également récurrent dans la littérature argentine du XXe siècle. La barbarie adoptera pendant les années 1940 et 1950 la figure du péronisme. Casa tomada (1951) de Julio Cortázar raconte l’histoire d’une famille bourgeoise qui habite une maison pleine de livres « occupée » par quelque chose d’indéfini mais qui représente vraisemblablement le péronisme. Les mêmes obsessions de Cortázar apparaissent dans deux autres récits, La bande (La banda) (1956) et Les portes du ciel (Las puertas del cielo) (1951) ainsi que dans le poème La patrie (La patria) (1950). Dans Les portes du ciel, ce sont les secteurs populaires, les cabecitas negras, qui sont décrits comme des monstres. « Moi, j’y vais le soir voir les monstres7 », nous dit Cortázar dans son récit. Monstre est également Perón dans le conte de Borges et Bioy Casares La fête du monstre (La fiesta del monstruo) (1947), dont le personnage principal est un ouvrier qui raconte, en utilisant les termes les plus recherchés et les plus vulgaires, sa participation à une manifestation péroniste sur la place de Mai. Les péronistes sont des êtres difformes, vulgaires, stupides, laids, aux pieds et aux nez plats, obèses, bref, de l’ordure génétique collectée par un camion. Lorsque la foule converge vers la place de Mai, elle rencontre un juif qui porte des livres d’étude sous le bras et qui est brutalement assassiné.

  • 8 Germán Rozenmacher, Cabecita negra, Buenos Aires, CEAL, 1967, p. 47.

19Quelques années plus tard, Germán Rozenmacher se moquera de cette obsession de l’« invasion péroniste » dans son conte Cabecita negra. Dans ce cas, le bourgeois est un quincaillier vulgaire, sans culture, qui a fait fortune et qui prétend guérir son insomnie en faisant la charité à une cabecita negra. Elle et son frère policier s’installent chez le quincaillier, où il y a plein de livres qui n’ont pas été lus. Ils boivent son whisky, dorment dans son lit, appuient leurs pieds nus sur ses fauteuils (qui rappellent d’autres pieds nus dans les fontaines de la place de Mai) et finissent par le frapper. Le bourgeois séduit et abandonné n’hésite pas à réclamer l’ordre et la répression. « La populace […] il faut la faire crever. […] La force publique […] on a toute la force publique et l’armée8 », ou le bourgeois ne pourra jamais être sûr de rien. C’est ainsi que se termine le récit de Rozenmacher.

3. Le corps

20La violence et l’invasion sont toujours exercées sur le corps. Aussi est-il possible de faire une histoire du corps à travers la littérature. Le corps torturé, le corps exclu, le corps violé, le corps disparu, le corps sans sépulture, le corps assassiné. Par contre, la littérature argentine a du mal à reconnaître le corps érotique et l’eschatologie festive.

21Rappelons, pour ne citer qu’un exemple, la configuration du corps patriotique élaborée par le regard hygiéniste du positivisme, à travers le regard de Sarmiento dans Facundo.

22La violence (politique, sexuelle, politique et sexuelle) sur le corps atteint le climax de la cruauté dans L’enfant prolétaire (El niño proletario) d’Osvaldo Lamborghini. Le phallus de trois enfants bourgeois qui pénètrent l’enfant prolétaire après avoir agrandi son anus avec le verre d’une bouteille, n’est autre que la suite d’une œuvre qui commence avec la naissance du prolétaire.

23La métaphore du corps malade apparaît très clairement dans deux romans écrits pendant la dictature de 1976-1983 : Pubis angelical (1979) de Manuel Puig et Respiration artificielle (Respiración artificial) (1980) de Ricardo Piglia. Dans Pubis angelical, l’Argentine est représentée par le corps malade d’une femme appelée Ana, exilée au Mexique. Elle se débat entre la vie et la mort, victime des amours entre la droite et la gauche, représentées par deux hommes qui disent l’aimer. La métaphore du corps malade finit par un diagnostic réservé sur lequel se clôt le roman.

24Dans Respiration artificielle, Piglia oppose au langage médical du gouvernement militaire qui prônait l’application d’une chirurgie sans anesthésie à une société malade, le discours littéraire de la respiration artificielle, une fiction chiffrée sur ce qui se passait et qui constitue la contrepartie de l’horreur. Avec Respiration artificielle, Piglia prétend écrire le Facundo du XXe siècle, c’est-à-dire le roman qui, depuis l’exil, dévoile ce qui se passe réellement dans le pays. C’est pourquoi son roman a lieu sur deux plans temporels différents : l’époque de Rosas et l’époque la plus répressive du gouvernement militaire.

25Il existe en Argentine l’idée d’une promesse qui n’a pas été accomplie, d’un projet sans fin. Cette notion naît peut-être du rêve du « grand pays » encouragé par l’oligarchie agro-exportatrice, le pays « grenier du monde » qui se dessine au début du XXe siècle. Mais les visions oniriques de l’ordre conservateur ont eu un réveil triste. Le silence et la pompe renfermés par les murs du cimetière de La Recoleta à Buenos Aires semblent garder dans son labyrinthe de ruelles pavées et de monuments érigés à la gloire des militaires et des oligarques argentins, le résumé de l’histoire de la désillusion argentine. C’est là que dorment les rêves. Et c’est peut-être également pour cette raison que la sépulture d’Eva Perón se trouve à La Recoleta. Eva représente en Argentine, plus que nul autre, ce qui n’a pu être. Les gouvernements militaires ainsi que ceux des deux grands projets populistes, le radicalisme d’Irigoyen et le justicialisme de Perón, ont promis d’accomplir le rêve : construire ou achever la Grande Argentine, faire la révolution argentine, réorganiser et reconstruire le pays. En paraphrasant l’écrivain Andrés Rivera dans La révolution est un rêve éternel, il se peut que la promesse qui n’a pas été accomplie soit celle de la révolution qui compensera la souffrance des hommes.

Notes

2 Adrián Melo et Marcelo Raffin, Obsesiones y fantasmas de la Argentina. El antisemitismo, Evita, los desaparecidos y Malvinas en la ficción literaria, op. cit., p. 2.

3 Ricardo Piglia, La Argentina en pedazos, Buenos Aires, Ediciones de la Urraca, 1993, en particulier p. 8.

4 Ibid..

5 Nicolás Shumway, La invención de la Argentina. Historia de una idea, Buenos Aires, Emecé, 1993.

6 Gabriel Giorgi, Sueños de exterminio. Homosexualidad y representación en la literatura argentina contemporánea, Buenos Aires, Beatriz Viterbo Editora, 2004.

7 Julio Cortázar, Las puertas del cielo, en La isla a mediodía y otros relatos, Barcelona, Salvat, 1982, p. 126.

8 Germán Rozenmacher, Cabecita negra, Buenos Aires, CEAL, 1967, p. 47.

Auteur

Professeur de philosophie à la faculté de droit de Buenos Aires, et CBC/UBA, Marcelo Raffin est docteur en philosophie de l’université Paris 8. Juriste, sociologue et philosophe, il est l’auteur de La experiencia del horror. Subjetividad y derechos humanos en las dictaduras y posdictaduras del Cono Sur (2006) et de El tratamiento del pasado. Las respuestas de la transición posdictatorial argentina a las violaciones de derechos humanos de la dictadura 1976-1983, (2011).

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540