Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Amériques, des constitutions aux démocraties

 | 
Jean-René Garcia
, 
Denis Rolland
, 
Patrice Vermeren

Deuxième partie. De la modernité constitutionnelle renouvelée dans les Amériques

Suffrage féminin en Argentine : défenses législatives, organisation des femmes et pouvoir politique

Liliana Vela

Résumé

L’article montre comment et dans quelle mesure les femmes en Argentine ont lutté contre l’inégalité des sexes. Les événements du XIXe siècle en Amérique latine n’ont pas modifié le rôle secondaire dévolu aux femmes dans la société. Cependant, ces dernières ont tenté de changer cette réalité. Enfermées dans leur fonction reproductrice, les femmes revendiquent leur importance et leurs droits par le biais de création d’associations féministes ainsi que par des actions législatives. Commençant par la revendication du droit à l’éducation et au travail, elles exigent la citoyenneté qui place les femmes dans la même position sociale que les hommes.

Texte intégral

1Les nombreux changements et transformations dérivés des processus indépendantistes en Amérique latine et de là, la création des institutions et des normes conçues par les nouvelles nations au cours du XIXe siècle n’ont pas tenu compte de la condition subalterne des femmes. Au contraire, ils ont renforcé leur dépendance sur tous les points et ont exalté la condition maternelle comme rôle exclusif du sexe féminin. Le fait qu’une telle position soit fixée encorsetait encore plus que le fait de garder les réglementations directrices des pays devenus récemment indépendants du pouvoir espagnol. Les nouveaux ordres politiques ont élaboré leurs constitutions et codes civils en concevant la fonction reproductrice des femmes comme axe de leur participation et de leur contribution sociopolitique. Une continuité était donnée d’un côté à la position qu’elles occupaient dans l’imaginaire colonial et, d’un autre côté, on instituait la légalité de sa soumission dans les Républiques naissantes. Même si cela n’a pas eu lieu qu’en Argentine, c’est sur ce pays que nous nous attarderons. L’intérêt s’oriente vers la reconnaissance des stratégies employées par certaines femmes, puisque les femmes ne sont pas, ni n’ont jamais été des agents passifs, mais plutôt des génératrices de ressources et des productrices de nouveaux sens. Les premières demandes de suffrage féminin ont été incorporées à l’ordre public, y compris bien avant la formulation de la Constitution nationale argentine.

1. L’éducation comme droit prioritaire

  • 1 Vers la fin de la période coloniale, les événements dans la vice-royauté et les opinions qu’ils pr (...)

2Parmi les préoccupations socioculturelles du début du XIXe siècle, l’éducation des femmes a occupé une place privilégiée. À ce sujet, les débats exprimés dans la presse écrite de l’époque1 s’interrogeaient sur le besoin ou non de les instruire, à quel niveau et dans quelles conditions, et quelle institution serait chargée de le faire. En tout cas, le souci de l’éducation féminine n’avait pas pour but l’émancipation, mais plutôt de s’assurer du bon accomplissement de la fonction maternelle et des responsabilités qui en découlent : une épouse instruite serait soit un précieux modèle pour les enfants, soit un sujet utile d’un point de vue sociopolitique et culturel. Au sein du nouveau schéma, si elles faisaient l’objet d’intérêt, ce n’était pas en tant que sujets à qui revenait un droit au développement autonome de capacités orientées vers leur émancipation intellectuelle, sociale et politique. Cependant, l’inévitable dépendance économique des femmes était un poids dans l’organisation familiale, ce qui retint l’attention de quelques penseurs libéraux qui reliaient l’éducation des femmes à la possibilité de les transformer en membres économiquement actifs, capables d’assurer leurs moyens de subsistance. De sorte que l’éducation des femmes, jusqu’alors aux mains de l’Église et du couvent, devint un thème de discussion dans les journaux, qui demanda beaucoup de temps avant de devenir un programme de changements concrets.

3Les discussions concernant le droit des femmes à recevoir une éducation ont été étayées et se sont renforcées dans la deuxième moitié du XIXe siècle et ont eu une importance capitale dans les débats sur l’éducation laïque. Alors que la réflexion était menée dans la presse avec la participation de voix masculines habilitées, des femmes ont créé une presse alternative, à l’adresse d’autres femmes. La Aljaba publiée en 1830 (Petrona Rosende de Sierra) ; La Camelia - 1852 (Rosa Guerra) ; Álbum de Señoritas - 1854 (Juana Manso) ; La Alborada del Plata - 1877 (Juana M. Gorriti), La Voz de la Mujer - 1896 (anarchistes) entre autres sont les preuves de ces initiatives. Ces pages contenaient de solides arguments quant à l’engagement des femmes dans l’évolution de la République et au besoin qu’elles reçoivent une éducation en accord avec les exigences des temps nouveaux. La publication dirigée par Juana Manso a constitué une défense forte du droit des femmes à une éducation laïque, ne sous-estimant pas leurs capacités, égales à celles de l’homme dans l’apprentissage de n’importe quel domaine, même si leur occupation première restait celle de leur « destin » maternel.

4En dehors ou à l’intérieur du continent américain, les femmes journalistes du XIXe siècle ont exercé le droit à la participation politique bien avant que ne leur soit reconnu le droit de le faire et, à travers ces actions, elles ont remis en question leur position subalterne, attribuant à l’ignorance la clé de la soumission. Les contributions de ces femmes ont posé les bases des revendications qui, vers la fin du XIXe siècle, recouvraient les droits du travail, civils et politiques, puisque, du point de vue juridique, le Code civil élaboré par Dalmacio Vélez Sarsfield, en vigueur depuis la fin des années 1860, constituait un véritable verrou pour les aspirations d’autonomie des femmes. Le Code leur supprimait la possibilité de disposer de leurs biens, de pratiquer une profession, de s’associer sans consentement préalable des maris, pères ou hommes de la famille desquels elles dépendaient inexorablement.

2. Demandes de citoyenneté : la maternité comme argument

5De nombreux changements économiques, politiques et démographiques ont eu lieu en Argentine à partir de la fin du XIXe siècle. Les politiques migratoires ne réalisaient qu’un vieux désir : l’augmentation de la population. La composition migratoire hétérogène, très pauvre et presque analphabète, était devenue une grande préoccupation pour le jeune État, dont la capacité de réponse s’est scindée en deux directions : répression envers les activistes politiques au sein du mouvement ouvrier, plus particulièrement envers les anarchistes, ou lentes tentatives de réforme des conditions de vie de la population. L’une de ces stratégies était d’assigner à nouveau les femmes à l’espace domestique au moyen de l’exaltation et de la redéfinition du statut de l’enfance qui, dans le cas argentin, était lié à une double nécessité. D’une part, le fait que la population augmente était un thème majeur, et d’autre part il fallait s’assurer que les nouvelles générations soient physiquement et moralement en bonne santé. C’est pour cette raison que l’exercice de la maternité est devenu pour l’État un mode de contrôle ; les mères devaient être préparées à s’occuper de l’enfant, ayant besoin pour cela de connaissances que le domaine médical pouvait leur transmettre. La médecine a alors pris une place importante, notamment à travers l’hygiénisme et son approche totalisatrice. Elle était apte à préserver le bien-être physique et moral de la population. Dans ce cadre, la puériculture et la pédiatrie se sont renforcées pour devenir de nouveaux champs de connaissance au sein de la médecine hygiéniste et des instruments d’intervention étatique sur les vies privées. Alors que la pédiatrie s’était développée en liaison avec la clinique médicale, la puériculture partageait avec l’hygiénisme un objectif centré sur la prophylaxie et sa méthodologie s’appuyait sur l’éducation des mères en tant qu’agents centraux dans le soin infantile. Cette importance accordée à la médecine comme savoir à l’incontestable prestige scientifique s’est reflétée dans la préférence donnée à cette carrière par la majorité des premières universitaires argentines, le plus souvent membres d’organisations féministes.

6La modernisation a également introduit d’innombrables modifications dans le domaine du travail féminin, certaines se réalisant à partir de l’acquisition de nouveaux niveaux de formation favorisant les possibilités d’autonomisation des femmes dans leurs relations familiales et sociales, même s’il y avait une imbrication considérable entre vie professionnelle et vie personnelle. Les changements dans le monde du travail féminin intervenus dès les premières décennies du XXe siècle attribuaient peu à peu une certaine représentation positive au travail salarié, associée aux bénéfices d’une vague autonomie économique.

7À partir des années 1920, les possibilités de travail en relation directe avec le niveau de formation des aspirantes se sont multipliées, raison pour laquelle le système éducatif était décisif dans la mesure où les femmes ont eu accès à des niveaux d’éducation formelle qui, dans le cas des secteurs socioéconomiques moyens, ont dépassé l’enseignement primaire. Parmi les professions féminines, la plus réputée socialement était l’enseignement, considéré comme une extension de la nature maternelle et morale des femmes, les autres professions étant mal vues.

8D’un autre côté, le discours de la domesticité ne pouvait résister au poids des nécessités matérielles des secteurs les plus pauvres qui avaient besoin du salaire pour la subsistance de la famille, et chez qui un intense désir d’indépendance économique pouvait se manifester.

9Dès le début du XXe siècle en Argentine, l’ouverture des établissements frigorifiques et le développement de l’industrie textile ont absorbé une grande partie de la main-d’œuvre, dont la distribution par sexes rendait compatible les images sociales sur les rôles productifs respectifs des hommes et des femmes. Il y avait par conséquent des tâches que l’on considérait comme spécifiquement féminines et d’autres qui leur étaient inaccessibles et peu adaptées. La main-d’œuvre industrielle féminine était un fait, mais l’imaginaire social, dans ses diverses expressions, renforçait les images de la femme au foyer et mettait l’accent sur les dangers latents et manifestes dans le travail manufacturier pour les femmes et leur descendance ; bien que ces images fussent fortement ancrées, elles n’empêcheront pas certaines ouvrières de participer aux grèves et aux mouvements de protestations.

10Quant aux politiques démographiques, le taux de natalité n’a cessé de baisser, particulièrement dans la ville de Buenos Aires, et les conséquences se sont clairement fait sentir à partir des années 1920. Vers les années 1930, cette tendance s’était installée, ce qui nous autorise à penser que, face aux politiques natalistes, les couples et particulièrement les femmes ont pu commencer à exercer un certain contrôle des naissances. L’éducation des enfants demandait davantage d’attention et l’espérance de vie infantile ayant augmenté, le nombre de naissances pouvait donc se réduire. Face à ces transformations démographiques significatives, il y eut de la part des secteurs conservateurs et traditionalistes des essais constants de revenir à la première version du Code civil, avec toutes les limites et restrictions qu’il fixait à l’encontre de l’autonomie de la femme.

11Au-delà des progrès des femmes dans le domaine professionnel et des effets découlant de l’exercice des droits civils de la population féminine de l’époque, rien n’a ébranlé la centralité du rôle maternel, et la fonction comme destin naturel des femmes s’est élevée jusqu’à lui attribuer une responsabilité sociopolitique, vision partagée par les premières féministes dans le pays, de manière à ce que ces dernières trouvent dans cette conception la clé des demandes de citoyenneté.

3. Les premières associations féministes locales

12Comme nous venons de le voir, les féminismes des premières années ont mis l’accent sur les droits des femmes en tant que femmes (définies principalement par leur capacité à mettre au monde et élever les enfants) ainsi que sur la qualité différente de ces fonctions et sur la contribution des femmes par rapport au reste de la société, qui les autorisait à réclamer les droits que leur conférait cette contribution. Les différences entre les genres étaient vues comme naturelles et justifiaient la division sexuée du travail et des rôles familiaux et sociaux fondés sur la centralité du lien mère/enfant et de la complémentarité dans le couple homme/femme, parce que le début d’une « égalité dans la différence » impliquait la reconnaissance des différences biologiques et également culturelles entre les sexes. Étant donné que ces idées se consolidèrent en même temps que les processus prônant l’organisation de l’État démocratique et les changements économiques induits par l’industrie naissante, les féministes de notre pays au début du XXe siècle conjuguaient la question de l’égalité civile et politique entre femmes et hommes avec la reconnaissance explicite de la différence maternelle. Bien que les différents courants féministes n’aient pas demandé l’égalité civile et politique, ou alors pas en même temps, ils partageaient cependant l’idée de la différence naturelle entre les sexes.

13À la veille des célébrations du centenaire de la Révolution de Mai, le Conseil national des femmes (association de femmes composée de professionnelles féministes alliées à la traditionnelle Société de bienfaisance) organisa le premier Congrès féministe international. Mais des divergences idéologiques aboutirent à la tenue de deux congrès simultanés, le Congrès patriotique et exposition du Centenaire et le Congrès féministe international (CFI).

14Le secteur le plus conservateur évitait l’affrontement avec l’opinion publique et préservait ses bonnes relations historiques avec l’État, dont il obtenait des financements lui permettant de réaliser une grande partie de ses actions politiques. Cette posture, qui évitait de se confronter avec des discours plus émancipateurs ou polémiques sur l’inégalité, confirmait le triomphe de stratégies politiques déjà légitimées dans l’action publique comme l’assistance sociale, qui donnait au secteur représenté par la bienfaisance un pouvoir de négociation fondamentale à l’intérieur du Conseil.

15Quant à l’organisation et à la tenue du CFI, Julieta Lanteri et Alicia Moreau y participèrent, et furent les ferventes défenseures du droit des femmes au suffrage. Mais la position de Lanteri concernant le soutien attendu des femmes ne coïncidait pas avec l’optimisme de la socialiste. Pour Lanteri, les femmes se trouvaient dans un tel état de retard qu’elles étaient des obstacles et non pas des promotrices du progrès vers la conquête des droits. La doctoresse Lanteri, d’origine italienne, avait obtenu la carte de séjour qui lui donnait le droit de voter aux élections municipales de Buenos Aires en 1911. Elle fit remarquer que, malgré l’interdiction du vote des femmes, rien ne les empêchait de se faire élire. À partir de cet argument, elle forma son propre groupe, le Parti féministe national, et se présenta en 1919 à la députation nationale. Avec Alicia Moreau, en 1920, elle organisa des simulations de votes en même temps que les élections officielles, où le vote universel ne concernait que les hommes de plus de 18 ans. À partir du CFI, des groupes en faveur des droits civils et suffragistes naquirent, mais très peu purent maintenir leur existence politique. La Première Guerre mondiale détourna l’attention des revendications des femmes. Une fois la guerre terminée, la lutte pour les droits citoyens au niveau international reprit avec force. Du côté des Argentines, leur demande d’égalité civile et politique se manifesta à nouveau dès 1918. Cette même année, la doctoresse Elvira Rawson fonda l’Association pour les droits de la femme, qui avait pour but l’égalité civile et qui réunissait l’Association des femmes universitaires argentines, une partie de l’Union civique radicale et le Conseil national des femmes. Toutes avaient en commun la réclamation des droits civils, mais pas celle des droits civiques. Cette même année, la doctoresse Alicia Moreau essaya de renforcer les forces socialistes avec l’union du Centre socialiste féminin, du Groupe féminin socialiste et d’une partie du Conseil national des femmes, dans l’Union féministe nationale (UFN).

16Bien que ce ne fût pas une réelle conquête, les progrès féministes et les adhésions chaque fois plus explicites de parlementaires de divers partis, à l’exception des traditionalistes, se stabilisèrent finalement en 1926 avec la reconnaissance de droits civils pour les femmes, tant qu’elles n’étaient pas mariées ; une fois mariées, les obstacles subsistaient pour leur autonomie civile.

  • 2 La possibilité d’être électrices au niveau municipal remonte même à l’époque de Sarmiento. En 1927 (...)

17En 1927, la ville de San Juan, pionnière au niveau national, attribua le droit de vote aux femmes, à partir d’un projet du Partido Bloquista soutenu par les socialistes. San Juan n’en était pas à son premier essai ; dès 1908, la loi organique municipale de San Juan octroyait aux contribuables majeurs de 18 ans, sans discrimination de sexe, la capacité d’élire les représentants municipaux et d’être éligibles, la seule condition requise étant d’être inscrit au registre électoral2.

18Les actions féministes n’ont pas cessé au cours de ces années, et, au milieu des années 1920, eut lieu le IIIe Congrès féminin international, organisé par le Club argentin de femmes, qui vit émerger les figures d’Elvira Rawson de Dellepiane et de Paulina Luisi. Cette rencontre eut un grand retentissement positif, étant donné l’intérêt manifesté par les journaux les plus prestigieux de l’époque, La Nación et La Prensa. Elle montra toute une série d’évolutions quant au nombre et à la diversité des participantes par rapport au premier congrès de 1910. Dans les années 1930, les changements au niveau social et économique atteignirent une certaine maturité, dont l’impact sur les femmes fut bien visible : travail en dehors du foyer, changements au niveau de la mode vestimentaire, des us et coutumes, plus d’occasions d’éducation pour un nombre croissant d’entre elles et exercice de droits civils. Tout ceci fut soudain perturbé par la crise politico-institutionnelle.

4. Les actions législatives pour la citoyenneté des femmes

19La première proposition de réforme du régime matrimonial établi par le Code civil fut présentée par le docteur Luis M. Drago au tout début du XXe siècle (1902) ; peu après, le docteur Alfredo Palacios formula un nouveau projet en 1907, puis en 1919 le sénateur national, le docteur Enrique del Valle Iberlucea, présenta un projet de réforme qui comportait des modifications significatives. Mais aucune de ces propositions ne prospéra en son temps. Cependant les solides stratégies féministes, conjuguées aux effets que les transformations socioculturelles et politiques avaient produits dans le corps social, offrirent des conditions favorables pour le traitement du projet définitif de réforme présenté par le docteur Mario Bravo en 1926. Il faut signaler que de nombreux aspects de cette réforme étaient déjà effectifs dans les conditions de vie des femmes et que les normes ont donc attribué un cadre légal à des situations de fait.

20Quant à la demande de droit au suffrage féminin en Argentine, ce n’était pas un facteur fédérateur pour les différents groupes féministes et les autres acteurs politiques qui se montraient favorables au processus de citoyenneté des femmes. Ils montraient au contraire quelques réticences à propos de l’âge de la majorité pour les femmes, du niveau d’éducation qu’on exigeait d’elles et qui n’existait pas comme restriction dans le vote masculin, et de leur éligibilité à l’exercice de fonctions publiques, ce qui pouvait mettre en danger leur place centrale dans le foyer familial. Les institutions féministes de l’époque, y compris au sein des socialistes, n’ont pas toutes considéré que les femmes étaient prêtes à voter. En effet, fervent défenseur de ce droit dans l’ensemble, celui-ci ne le leur concéda que graduellement, jusqu’à ce que le niveau général de formation éducative des femmes s’améliore.

21Cependant, les premières tentatives aboutirent au tout début du XXe siècle, pendant la convention constituante de Tucumán (1907). À cette occasion, J. Aráoz avait présenté une proposition qu’il défendra des années plus tard devant la Chambre des députés où on reconnaissait le droit de vote des femmes à partir de l’âge de 22 ans et en 1916 le député Francisco Correa proposait d’octroyer le vote aux femmes au niveau municipal, sauf si elles étaient mariées. Le député national radical, le docteur Rogelio Araya, présentait en juillet 1919, à une semaine de différence, deux projets à la Chambre des députés en faveur des droits des femmes. Le premier faisant référence à l’émancipation civile leur donnant la liberté d’association, l’autonomie dans la gestion de leurs biens et dans l’exercice d’une profession et reconnaissait la patrie comme puissance partagée. Le deuxième projet leur reconnaissait des droits politiques de manière paritaire avec les hommes, tant pour voter que pour être éligibles, avec pour seule différence l’âge d’accès à ces droits (18 ans pour les hommes et 22 ans pour les femmes). Ce projet fut remis à l’ordre du jour en 1925 par le député Léopoldo Bard. Trois ans auparavant, une proposition restreinte du député Frugoni ne donnait ce droit qu’aux femmes de plus de 20 ans possédant un niveau d’étude universitaire ou secondaire. En 1929, le sénateur Mario Bravo présentait un projet qui tenait compte de la parité des droits politiques pour les femmes, c’est-à-dire qu’elles pourraient voter et être éligibles dans les mêmes conditions que les hommes. À cette occasion, la proposition reçut une vaste adhésion sociale et politique, bien qu’elle n’ait pas été adoptée, malgré l’insistance de son auteur à travers un plaidoyer en 1932. Plusieurs programmes similaires furent présentés à la Chambre des députés, raison pour laquelle une commission interparlementaire fut désignée. Les débats suscités à la suite des propositions occupèrent plusieurs sessions, durant lesquelles la participation des femmes dans le domaine du travail fut considérable, tout comme leur capacité intellectuelle et leur haut niveau d’études par rapport aux décennies précédentes, leur efficacité et leur sens des responsabilités au niveau social, culturel et politique. Malgré le climat favorable, et presque contre toute attente, le projet stagna à la commission des finances. Même quand les réclamations en faveur du suffrage des femmes se succédèrent ces années-là, ce qui nous donne idée de l’état de la question dans l’opinion publique, les revendications perdirent peu à peu de leur intensité à mesure que grandissait la préoccupation au sujet du destin de la démocratie et l’inquiétude face à l’imminence de la Seconde Guerre mondiale.

22Le fait que les droits politiques aient été sur le point d’être accordés par des accords publics et des politiques généralisées montre également les effets des multiples stratégies déployées par divers acteurs sur plus de trois décennies. Cependant, la guerre changea la hiérarchie des priorités et la question du suffrage féminin, qui avait commencé à perdre du terrain après avoir failli être accepté en 1932, fut freinée par le conflit international, également source de conflits internes. L’habituelle dichotomie politique nationale trouvait alors la possibilité de se raviver dans l’affrontement entre les partisans des Alliés et ceux de l’Axe.

23Au sein du gouvernement de 1943, une série de faits facilitèrent la montée au pouvoir du colonel Perón sur la scène politique, jusqu’à sa candidature aux élections présidentielles de 1946 ; avant d’être président, il s’était manifesté en faveur des droits politiques des femmes, ce qu’il mit en œuvre une fois au pouvoir et qu’il fit incarner par son épouse Eva Perón. Un nouveau projet fut présenté par le sénateur de Mendoza Lorenzo Soler(fils) en 1946 devant la Chambre des sénateurs au Congrès national. Le législateur développa alors le besoin de reconnaître finalement des droits politiques aux femmes et présenta une chronologie historique des actions des féministes à partir de la fin du siècle précédent. Cependant, le projet ne fut pas non plus retenu. Il faudra encore attendre un an. La loi sur le suffrage féminin fut approuvée en 1947, mais les associations féministes, particulièrement les socialistes et les libérales indépendantes, qui faisaient partie de l’antipéronisme de fer et dont le gouvernement ignora les contributions, grâce auxquelles pendant des décennies ces organisations féministes s’étaient construites, ne célébrèrent pas la loi.

24De l’approbation de la loi aux premières élections générales de 1951, Eva Perón fut à la tête de l’organisation et de l’engagement de la population féminine dans le péronisme et dirigea le Parti péroniste féminin, qui fixait avec autonomie les principes de son organisation sous sa conduite exclusive. Les femmes argentines ont voté pour la première fois aux élections générales de 1951 et elles l’ont fait en grande majorité pour le péronisme. En même temps, leurs droits d’être éligibles se sont reflétés à travers la quantité de sièges qu’elles ont occupés dans les différentes législatures provinciales et nationales.

Notes

1 Vers la fin de la période coloniale, les événements dans la vice-royauté et les opinions qu’ils provoquaient trouvaient leur expression dans les journaux de l’époque, dans lesquels les points de vue des colons sur divers thèmes ne manquaient pas. L’un d’eux était la situation des femmes dans la colonie ; à travers les appréciations soigneusement publiées, l’une des nombreuses formes d’intervention sociale dans ce secteur est étudiée. Plusieurs articles publiés dans le Telégrafo Mercantil, rural político-económico, historiográfico, de Río de la Plata, 1801-1802, faisaient référence à la santé, au caractère, au luxe, à l’extravagance et aux problèmes domestiques des femmes, bien que le thème récurrent ait été leur éducation.

2 La possibilité d’être électrices au niveau municipal remonte même à l’époque de Sarmiento. En 1927, la loi élargissait le droit jusqu’à la région et en 1928, les femmes purent exercer ce droit, mais l’intervention fédérale supprima les femmes des registres civils en 1930, après le coup d’État civico-militaire d’Hipólito Yrigoyen. À partir de là, l’Association argentine pour le suffrage féminin, au ton nationaliste, défendit le vote qualifié, graduel, soit municipal, provincial et national, et volontaire.

Auteur

Professeure de philosophie et d’épistémologie des sciences sociales à l’université nationale de Cuyo en Argentine, Liliana Vela est également professeure à la faculté latino-américaine de sciences sociales et membre de l’équipe de recherche de l’unité de philosophie pratique et d’histoire des idées de l’Institut des sciences humaines, sociales et environnementales (INCIHUSA) CONICET-Mendoza. Elle est spécialiste du mouvement féministe argentin des XIXe et XXe siècles et a publié plusieurs livres et articles sur le sujet.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable