Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Amériques, des constitutions aux démocraties

 | 
Jean-René Garcia
, 
Denis Rolland
, 
Patrice Vermeren

Deuxième partie. De la modernité constitutionnelle renouvelée dans les Amériques

Les relations internes fluctuantes de l’État-nation

Eduardo Piazza

Résumé

La création de l’État-nation pourrait remonter à l’époque où l’Angleterre, dans sa division internationale du travail, avait donné une place à l’Uruguay.
Toutefois, la Seconde Guerre mondiale est venue remettre en question le sens de l’État-nation. C’est au milieu des années 1950 que le divorce entre l’État et la nation a commencé, l’État se transformant alors à la fois en gestionnaire des ressources et en administrateur des ressorts politiques, au détriment de la nation.
Dans les années 1980, la nation a réussi à reprendre, pour elle-même, le siège de la souveraineté, ce qui entraîna la restauration politique de la démocratie formelle, dans l’État, aux yeux de la nation. Depuis lors, l’équilibre entre État et nation a été rétabli.
Cependant, le contexte actuel de globalisation menace cette stabilité en minimisant le rôle de l’État-nation. Pourtant, aujourd’hui, la confiance de la nation dans l’État est restaurée, même si cet ordre est susceptible de modifications.

Texte intégral

1La souveraineté de l’État-nation est-elle le résultat d’une relation particulière d’équilibre entre ses deux pôles internes – l’État et la nation – pas toujours perceptibles par un supposé observateur, ni (pour d’autres raisons) entre eux ? Dans cette hypothèse, il est admis que l’État-nation présente, réunies dès l’origine, deux composantes analytiquement dissociables, et que, dans certains cas, cette dissociation se montre ou apparaît comme réelle, le siège ou la source de la souveraineté pouvant basculer et passer de l’un à l’autre, alors que la souveraineté elle-même se transforme en matière de lutte interne, politique, sociale et imaginaire.

2Cela nous donnera la possibilité d’interpréter presque un siècle de notre histoire politique, convenablement romancée pour les besoins de la cause, et finalement, d’essayer quelques observations critiques en ce qui concerne la présente relation entre les deux pôles.

1. Petit roman de l’État-nation

3Le bicentenaire nous trouve aujourd’hui dans une position peu éloignée de celle de départ, même si les temps et les circonstances ont fondamentalement changé. Il ne s’agit pas de dire que l’État-nation est resté figé dans cette position. Depuis sa date inaugurale, il a plusieurs fois pris son élan, toujours dans des conditions favorables. Mais chacun de ces essais semble avoir été suivi de quelque événement ou fait inéluctable, comme dans le vieux jeu de l’oie. Après quelques coups de dés avantageux, le hasard nous déposait presque invariablement dans une case fixe qui nous obligeait, sous les terribles lois du jeu, à retourner au point de départ et à perdre plusieurs tours avant d’obtenir de nouveau un chiffre nous permettant de recommencer.

  • 1 On appelle « Grande Guerre » (1839-1851) le conflit régional qui vit l’affrontement et l’alliance (...)
  • 2 Héctor Tajam, Jaime Yaffé : « Industria manufacturera y sustitución de importaciones en Uruguay », (...)

4Nous croyons que notre petit État-nation a joui, dans le passé, d’une évolution qui a semblé incontestable pendant un peu plus d’un siècle, depuis la fin de la Grande Guerre1 (cette dernière évidemment de portée mondiale, alors que l’autre n’était que locale). Autrement dit, depuis que l’Angleterre lui a donné une place comme fournisseur de produits alimentaires et de matières premières dans sa division internationale du travail et pendant toute la période de la domination anglaise sur le commerce et les affaires internationales. Pendant les deux dernières guerres mondiales, la seule idée nationale d’importance a reposé sur l’héritage de cette division du travail déjà centenaire. On a encouragé le développement d’industries afin de remplacer les produits d’importation, et celui d’un marché de consommation protégé et assuré, ce qui a rendu possible la croissance d’une bourgeoisie industrielle née sous la protection de l’État, ou bien directement créée par celui-ci, soit pour l’appuyer, soit pour le remplacer dans la dynamisation de la nation2.

5Mais depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, la logique du jeu de l’oie s’est de nouveau imposée : un hasard nous accorda un changement de conditions tel que le vieux sens de l’État-nation fut mis en question ; une autre grande puissance apparut, dans une nouvelle carte du monde et une autre division internationale du travail, dans laquelle nous n’avions aucun rôle important.

  • 3 Luis Batlle (1897-1964), président uruguayen entre 1947 et 1959 et membre du Conseil National de G (...)

6Une fois, j’ai entendu ou lu une histoire bien intéressante à propos de Luis Batlle, homme d’État très tôt préoccupé du futur de la nation et/ou de l’État auquel son nom de famille avait été lié tout au long du siècle dernier. Voyant cette perte de sens, on dit qu’il proposa des échanges avec la Chine à la recherche de nouveaux marchés. D’autres membres de son parti politique, plus soucieux des alignements internationaux et de l’obéissance politique, lui avaient dit qu’il était dangereux de flirter avec les ennemis de la liberté. Ils lui demandèrent ce que nous pourrions vendre à la Chine, et Luis aurait répondu plus ou moins littéralement : « Tout sauf l’âme3. »

7Au-delà de cet exemple de notre folklore politique, vers le milieu des années 1950, il y eut un début de divorce entre l’État et la nation, même si on ne voulait pas l’admettre. La nation semblait vivre les nouvelles conditions extérieures comme des circonstances contraires, dont on n’avait qu’à attendre qu’elles changent, presque comme on attend de gagner le gros lot. De son côté, l’État se transforma en un morose gestionnaire de ressources chaque fois plus insuffisantes. Bien souvent il se transforma en administrateur au service de certains groupes économiques, afin qu’ils puissent conserver leur part des ressources, au détriment de la nation.

  • 4 John Locke, Traité du Gouvernement civil, Paris, GF-Flammarion, 1992, 381 p. Nous faisons référenc (...)
  • 5 Thomas Hobbes, Léviathan, Paris, Sirey, Collection Philosophie politique, 1983, 780 p. Le type de (...)

8État et nation restèrent unis par un contrat de mariage lockéen4 de plus en plus fou et schizoïde puisque, sans rompre l’union formelle, chacun semblait attendre des choses différentes et prenait des directions différentes. Quand finalement la rupture fut évidente, le contrat lockéen fut violemment remplacé par une version hobbesienne5 où l’État abusait la nation, prenant son silence pour un consentement implicite, ce qui lui permettait de sauver les apparences d’une union qui n’existait plus.

  • 6 Voir sur ce sujet Guillermo O’Donnel, Philippe C. Schmitter, Laurence Whitehead, Transitions from (...)

9Entre 1980 et 1985, la nation a réussi à renverser la situation et à retrouver sa souveraineté, pendant que grandissaient les espoirs et la confiance en l’avenir d’une intégration renouvelée à l’État. Avec la restauration politique de la démocratie formelle et le contrat lockéen, celui-ci recouvrait son honorabilité aux yeux de la nation. Mais cette dernière se vit plutôt attribuer le rôle de la fiancée abandonnée devant l’autel avec bouquet de fleurs et illusions, l’ouverture démocratique étant limitée6. Quant à l’espoir de progrès sociaux et de réformes ou au moins de quelques corrections dans la distribution, il fut ajourné sine die.

10La décennie de 1990 fut témoin d’une nouvelle aliénation mutuelle qui s’est maintenue jusqu’à nos jours. Elle accompagna la croissance de l’économie globale ainsi que ses mécanismes internationaux de régulation (ou de non-régulation) accompagnés du néolibéralisme économique et social comme superstructure théorique idéologique.

11Parmi les conditions sociopolitiques imposées par l’expansion du capitalisme central et la conquête des marchés économiques subalternes, l’une des plus importantes fut la réduction radicale de la capacité protectrice et défensive des États locaux (les plus petits ayant souffert de cette réduction plus rapidement et plus profondément). En même temps que se produisait le déclin des fonctions régulatrices internes, la cohésion institutionnelle diminuait, elle aussi, fortement et, avec elle, la légitimité imaginaire des dirigeants des formations politiques traditionnelles.

12Ce fut précisément un des moments auxquels s’appliqua l’hypothèse avancée au début. Dans le contexte du relâchement du lien intime entre l’État et la nation, celle-ci a repris la souveraineté que l’État ne semblait plus capable de garder, en même temps que sa capacité d’initiative, non seulement dans l’imaginaire mais aussi réellement. Cela expliquerait, au moins en partie, le changement d’autorités dirigeantes et de projets politiques de l’État-nation. Depuis lors, l’équilibre a été rétabli, basculant la souveraineté vers l’État, même s’il nous semble que pendant quelque temps une certaine hésitation s’est maintenue.

2. Les possibilités du présent

13Aujourd’hui l’on se trouverait devant un scénario inédit, celui qui résulte de l’addition de situations contraires : d’un côté un État-nation qui s’assume subjectivement fort, de l’autre des conditions externes objectives lui imposant une faiblesse relative.

  • 7 Michael Hardt et Antonio Negri, Imperio, Paidos, Barcelona, 2002.

14En effet, pour tous ceux qui souhaitent se maintenir dans les affaires économiques et commerciales, les contraintes de la globalisation continuent de fixer certaines possibilités d’action tout en en empêchant d’autres. L’État-nation continue de perdre sa place comme acteur sur la scène internationale. Certains théoriciens comme Hardt et Negri7 affirment que ce repli n’a pas de solution de continuité, alors qu’ils annoncent la formation d’une sorte de nouvel empire global, qu’ils souhaitent d’une certaine manière, avec la dissolution future de l’État-nation.

  • 8 Nous faisons référence ici aux propositions de l’ancien président Jorge Batlle. Alors que son père (...)

15Il apparaît clairement que dans le contexte présent de globalisation, les petits États-nations, pris isolément, n’ont pas de grandes perspectives. Les solutions passeraient pour eux par la recherche solitaire de nouveaux marchés, comme l’avait prévu Luis Batlle. Quant aux grandes puissances, elles auraient besoin de quelques leçons d’économie pour percevoir les avantages qu’il y aurait à faire tomber les murs protectionnistes, proposition qui vint à un moment donné (50 ans après) de la même famille politique8.

16Une deuxième voie passe par l’intégration en blocs régionaux suivant le modèle européen, même si pour l’instant notre statut à l’intérieur du bloc auquel nous participons a oscillé entre celui de partenaire mineur et celui de partie méprisable. Il ne s’agit pas ici d’adhérer à l’interprétation Hardt/Negri ni de célébrer la disparition de la capacité opérationnelle de notre État. Pour longtemps encore, les États-nations, au moins les plus puissants, continueront à être des acteurs importants du théâtre mondial. Pour la plupart d’entre eux, cependant, il ne sera plus possible de prétendre au premier rôle, mais tout au plus à celui d’acteur secondaire. Ainsi, les plus petits peuvent encore rêver d’un « Oscar » aux nominations les moins importantes.

3. Nouvelle idylle, nouveau roman

17État et nation se sont retrouvés depuis peu. S’il reste encore quelques hésitations pour savoir qui prend l’initiative, la nation a de nouveau placé la souveraineté en l’État et s’en remettant encore à lui avec confiance, au point d’accepter de l’accompagner dans presque toutes les entreprises qu’il lui propose. Après tout, il est là pour la diriger…

18Mais vers où exactement ? Vers le paradis et l’utopie ? Vers l’union si compliquée entre égalité et liberté ? Vers la deuxième étape d’une indépendance jamais accomplie ? Ou bien vers des buts plus modestes mais perçus comme plus « réalistes ».

  • 9 Karl Marx, El capital, Akal Ediciones, Madrid, 2000, 320 p.

19Au-delà des possibles programmes maximalistes et des divers imaginaires de la gauche, la dénomination « progressiste » est attribuée actuellement à presque tous les partisans de l’expansion du capital (humain, social et matériel) et de l’élargissement des relations sociales de marché ; même si ceci a lieu sous le regard vigilant d’un État qui donne le contrepoids à ces élans en renouvelant l’impulsion régulatrice. Marx soutenait qu’aucune formation sociale ne laisserait sa place avant d’avoir développé au maximum tout son potentiel9. Élargissant cette idée, il croyait aussi que quand l’humanité atteindrait l’utopie, chacun des heureux mortels disposerait du développement de toutes les potentialités contenues dans l’humain. Quelque chose de semblable semble se passer dans notre utopie locale, mais à condition que toutes ces potentialités soient convertibles en argent.

20Dans une dynamique soutenue, l’augmentation de la consommation a conduit à l’augmentation de l’offre, et vice-versa pour l’instant.

21Est-ce que cela signifie augmentation de la liberté ou augmentation de l’aliénation ? Difficile de trancher. Quoi qu’il en soit, une condescendance facile ne nous paraît pas opportune, même au risque d’une éventuelle suraliénation et acceptation forcée par l’imaginaire politique ou par la politique tout court.

4. Du mariage formel, version Locke, à l’idylle rousseauiste

  • 10 Voir à ce sujet Jean-Jacques Rousseau, Du contrat social. Au lieu de la simple intégration formell (...)

22Voyons maintenant quel peut être l’avenir du lien entre l’État et la nation. Nous avons dit qu’il existe aujourd’hui une union forte au sein de laquelle les deux entités semblent s’épauler. Il ne s’agit pas là d’une simple reprise du contrat lockéen, mais d’un autre qui prétend renvoyer à Rousseau10. Dans notre version locale du contrat rousseauiste l’État, plutôt que diriger la nation, semble être l’interprète de sa volonté générale, tandis que de son côté la nation s’imagine être celle qui opère et prend directement les décisions dans les appareils de l’État.

23La réalité objective, si cela existe, peut être tout autre, parfois même très différente de l’imaginaire qui prend sa place. Le même contrat rousseauiste peut être illusoire, puisqu’on perçoit plutôt la disparition des anciennes formes de participation au sein de la gauche et leur remplacement par des appareils de décision plus philo-jacobins que rousseauistes. Ces appareils de décision peuvent être composés d’une pluralité d’individus, mais dans la pratique ils reviennent à être fermés dans leur conformation par les quotes-parts politiques.

24Concernant la société civile de la nation, on ressent les effets débordants et en même temps déconcertants d’une planification sociale permanente qui se présente comme saint-simonienne (les producteurs en général seraient les seuls à s’auto-planifier) mais poussée par des mécanismes qui deviendraient jacobins face à l’incapacité de cette société civile à proposer des choix et des réponses alternatifs, et risquant de se transformer en une simple ingénierie sociale.

  • 11 Nous faisons référence à certaines interprétations dans le sens religieux du dernier ouvrage de Sa (...)

25Dans le domaine des relations sociales quotidiennes, on observe le passage d’une période de prédominance d’un certain catonisme, auquel succéda le prétendu credo ou quasi-religion charismatique, qui rappelle aussi en partie quelques dérives du saint-simonisme11. Mais finalement, le mariage de l’État et de la nation se maintient sans conflits remarquables, ce qui est en partie surprenant étant donné la prétention de le faire sur de nouvelles bases contractuelles, imaginaires et réelles. La constitution est pour l’instant le seul cadre de superstructure à se maintenir pratiquement intact.

26Au-dessous de la constitution, dans l’ordre normatif, tout est sujet à révision et à modification. En partie, à l’inverse de la théorisation de Marx, il semble que la superstructure ait modifié d’elle-même son cadrage, cherchant probablement le développement des forces productives plus ou moins endormies jusqu’à présent.

  • 12 Des processus de ce type ont été peut-être vérifiés en Argentine pendant le premier péronisme et s (...)

27Une telle révision est sans doute caractéristique des moments ou périodes politiques de refondation, et le moment présent l’est encore plus que celui de 2005. Elle pourrait aussi être caractéristique des processus de modernisation sociale et économique. Or on sait que la plupart des processus de modernisation sociale et économique ont comporté un certain degré d’autoritarisme12. Dans quelle mesure les deux processus peuvent-ils coïncider ou correspondre entre eux ? Si cette correspondance est effective, elle pourrait être contraire dans ses effets systémiques, puisque à une éventuelle démocratisation sociale et économique correspondraient peut-être des mécanismes qui pourraient, au moins en partie, porter atteinte à la démocratie politique formelle.

28Ainsi, le contrat rousseauiste qui permet l’action des collectifs, identifiant État et nation souveraine, peut courir le risque de reconversion en jacobinisme politique qui marque de son empreinte les sphères de décision, dans un cadre général d’élargissement des relations sociales et productives du marché, avec des effets à potentiel désagrégeable (ce qui renforce la possibilité de l’imposition de décisions), même si l’initiative régulatrice dont on a parlé tente de le contrôler.

29La vigueur du contrat entre l’État et la nation semble résider aujourd’hui dans l’expansion réelle ou imaginaire de ces sphères de la décision qui sont aussi celles de la participation politique, en ce moment pourtant pratiquement monopolisée par les organisations de la gauche politique. Mais, au-delà de celles-là et de leur monopole ou oligopole de la participation, ce nouveau contrat imaginaire pourrait s’appuyer sur un certain progrès social de groupes moins bien placés jusqu’à présent.

30Risquant une autre hypothèse, dont je ne sais si elle est en relation ou non avec la précédente, je dirais que dans le futur immédiat pourraient se présenter de nombreuses activités pour les professionnels du droit, tant en ce qui concerne la révision critique et la création de nouveaux contextes normatifs, que la défense des droits individuels de la tradition lockéenne, dans des domaines connus et établis comme dans d’autres qui vont se développer.

Notes

1 On appelle « Grande Guerre » (1839-1851) le conflit régional qui vit l’affrontement et l’alliance des deux côtés du Rio de la Plata. Le parti fédéral qui gouvernait alors la Confédération des provinces argentines commandées par Juan Manuel de Rosas, s’allie avec les forces du Général Manuel Oribe et Juan Antonio Lavalleja, fondateurs du parti national ou Blanc. Oribe, ex-président de la République orientale de l’Uruguay, avait été déposé par un coup d’État interne qui mit à la tête de la présidence le général Fructuoso Rivera, leader fondateur du parti Colorado. Celui-ci, à son tour, s’allia avec le parti des Unitaires argentins opposé à Rosas, réfugié à Montévidéo. Le conflit en vint à avoir une dimension internationale puisqu’intervinrent des forces navales anglaises et françaises qui essayèrent d’ouvrir le Rio de la Plata à l’entrée du commerce intérieur du sous-continent, alors que les forces navales de Rosas tentaient de fermer cette entrée. Il faut aussi noter la participation d’un régiment dirigé par le commandant italien Giuseppe Garibaldi, qui logea à Montévidéo. Cette ville fut donc assiégée par voie de terre durant une grande partie de ce conflit, qui la transforma paradoxalement en capitale cosmopolite.

2 Héctor Tajam, Jaime Yaffé : « Industria manufacturera y sustitución de importaciones en Uruguay », en Documentos de Trabajo del Instituto de Economía, N° 7/2003 ; Facultad de Ciencias Económicas y Administración, UdelaR.

3 Luis Batlle (1897-1964), président uruguayen entre 1947 et 1959 et membre du Conseil National de Gouvernement en régime d’« exécutif réuni en collège » entre 1955 et 1959. Militant et cadre du Parti Colorado, un des deux partis dits traditionnels du pays (l’autre étant le Parti National ou « Blanc »). De précédents présidents du pays faisaient partie de sa famille : Lorenzo Batlle (1866 - 1872), José Batlle y Ordóñez (1903 à 1907, 1911 à 1915). De même, son fils Jorge Batlle Ibáñez a accédé à la présidence entre 2000 et 2005, après plusieurs tentatives infructueuses.

4 John Locke, Traité du Gouvernement civil, Paris, GF-Flammarion, 1992, 381 p. Nous faisons référence au « Contrat social » théorisé par Locke dans cet ouvrage.

5 Thomas Hobbes, Léviathan, Paris, Sirey, Collection Philosophie politique, 1983, 780 p. Le type de « contrat social » théorisé par Hobbes légitime l’exercice du pouvoir absolu et démontre sa nécessité.

6 Voir sur ce sujet Guillermo O’Donnel, Philippe C. Schmitter, Laurence Whitehead, Transitions from Authoritarian Rule: Latin America, Baltimore, London, John Hopkins University Press, 1986, 244 p.; O’Donnel, Guillermo, Philippe C. Schmitter, Laurence Whitehead, Transitions from Authoritarian Rule: Comparative perspectives, Baltimore, London, John Hopkins University Press, 1988, 190 p.; Guillermo O’Donnel, Philippe C Schmitter, Laurence Whitehead, Transitions From Authoritarian Rule: Tentative Conclusions About Incertain Democracies, Baltimore, London, John Hopkins University Press, 1990, 81 p.

7 Michael Hardt et Antonio Negri, Imperio, Paidos, Barcelona, 2002.

8 Nous faisons référence ici aux propositions de l’ancien président Jorge Batlle. Alors que son père croyait au développement industriel par substitution d’importations (modèle ISI), soutenu par des politiques d’État protectionnistes qui allaient assurer le marché internet aux industries encore faibles, celui-ci soutenait qu’il était nécessaire de maintenir l’ouverture du marché et de convaincre les puissances centrales d’en finir avec leurs propres politiques protectionnistes.

9 Karl Marx, El capital, Akal Ediciones, Madrid, 2000, 320 p.

10 Voir à ce sujet Jean-Jacques Rousseau, Du contrat social. Au lieu de la simple intégration formelle que suppose le contrat social de Locke, celui de Rousseau encourage, dans notre interprétation, la participation citoyenne continue dans les décisions collectives.

11 Nous faisons référence à certaines interprétations dans le sens religieux du dernier ouvrage de Saint-Simon (Le nouveau Christianisme, de 1825) et aussi de celles de son disciple Comte, qui associait des rituels civils faisant référence à la Révolution française à ceux du catholicisme, dans le culte au Grand Être. Dans son cas comme dans le nôtre, ce Grand Être peut provenir de la société même, mais ici son culte passerait par l’intermédiaire d’un président qui est aussi un leader charismatique.

12 Des processus de ce type ont été peut-être vérifiés en Argentine pendant le premier péronisme et sont probablement en cours actuellement dans plusieurs pays du sous-continent sud-américain.

Auteur

Professeur à l’Institut d’histoire des idées, faculté de droit, université de la République orientale de l’Uruguay. Licencié en philosophie et en sociologie de l’université de la République orientale de l’Uruguay. Chercheur asssocié au Centre d’études interdisciplinaires uruguayen, faculté des humanités et sciences de l´éducation, de l’université de la République orientale de l’Uruguay. Il est spécialiste des notions de la construction de la nation en Amérique latine.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540