Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Amériques, des constitutions aux démocraties

 | 
Jean-René Garcia
, 
Denis Rolland
, 
Patrice Vermeren

Deuxième partie. De la modernité constitutionnelle renouvelée dans les Amériques

Domingo F. Sarmiento : penser la Révolution

Susana Villavicencio

Résumé

La fondation de la République argentine, qui succéda à la période révolutionnaire du début du XVIIIe siècle, interroge le concept et le sens de révolution. Dans un premier temps, notamment avec l’étude de la pensée de Sarmiento, il s’agit d’étudier la sémiologie du terme à l’aune des polémiques accompagnant l’étude historiographique de la Révolution française. Alimentée par les idées modernes, mais également classiques, la révolution devient aux yeux de Sarmiento une dynamique marquée du sceau « du progrès historique » qu’embrassent tous les peuples de son époque désireux de conquérir leur indépendance. De même qu’avec l’exemple français et les querelles qui agitèrent la réflexion sur la Révolution française, la question de la fin de la Révolution argentine fut posée et étudiée par Sarmiento.

Texte intégral

1Repenser aujourd’hui comme hier l’avènement de la République argentine ainsi que les mots qui ont commandé son déroulement – révolution, liberté, égalité, démocratie – suppose de réécrire chaque fois une tradition, de lui donner une origine réelle ou mythique, légitimant un présent qui ne soit pas une pure répétition du même mais une invention du nouveau. C’est aussi s’interroger sur les ruptures plutôt que sur les continuités, sur les tensions conceptuelles que réorganise, à chaque célébration, la pensée. C’est pourquoi on a voulu à cette occasion du bicentenaire de l’indépendance revisiter la vision que Domingo F. Sarmiento avait portée sur ces événements révolutionnaires. En tant que membre de la génération de 1837 en Argentine, il représente en effet un des moments privilégiés de la (re)fondation de la tradition de la naissance de la République.

  • 1 Alain Rey, Révolution. Histoire d’un mot, Gallimard, Paris, 1989, préface.
  • 2 Pierre Rosanvallon, Le moment Guizot, Gallimard, Paris, 1985, p. 205.

2Le mot révolution est marqué par son histoire, comme le montrent les strates de sens accumulées. Du mouvement des astres, puis des changements de gouvernements et de sociétés, il passe de la régularité et du calme absolu aux changements violents, avant de s’incarner dans le grand événement de 1789, où, comme le dit Alain Rey, « la date déchaîne un nom1 ». Jusque-là, il désignait une relation entre le renouveau scientifique et philosophique des XVIIe et XVIIIe siècles et les mutations politiques et sociales en Angleterre, en Amérique du Nord et en France. Au XIXe siècle, il devient alors la nouveauté du patrimoine idéologique français. Pendant la Restauration, interpréter la Révolution française a non seulement été une constante dans la pensée de l’époque, mais a aussi eu une importance politique centrale durant toutes ces années. En effet, les réflexions philosophiques qui surgirent des deux côtés du spectre idéologique avaient en arrière-plan la menace du retour des moments de désordre et de crimes qui constituèrent la période de la Terreur, ce qui divisait les eaux entre les partisans de l’Ancien Régime et ceux qui voyaient la nécessité d’assumer les principes de la Révolution, en évitant le risque de revenir sur « la terreur révolutionnaire ». L’Histoire de la Révolution française de Michelet paraît entre 1847 et 1853 ; Guizot, lui aussi, s’occupe de la Révolution dans ses Leçons de 1820-1822 et de 1828-1830, et il y consacrera de nombreuses réflexions dans ses œuvres majeures. Mais ce qui les intéressait dans la Révolution, plus que le fait lui-même, c’était la compréhension historique de ce qui opérait à travers cet événement, c’est-à-dire le mouvement de la civilisation moderne2.

  • 3 Sarmiento, « Discurso de recepción en el Instituto Histórico de Francia », op. cit., p. 16.

3C’est dans ce cadre idéologique fortement marqué par les événements de la Révolution en France et en Amérique du Nord, et imprégné des influences philosophiques de Hegel et de Vico à travers les lectures qu’en font Cousin, Guizot et plus tard Michelet, Quinet et Thiers, que Sarmiento interprète la révolution d’indépendance de l’Argentine. Dans un discours prononcé à l’Institut Historique de France en 1847, lors de son premier voyage en Europe, peu après la parution de Facundo (1845), Sarmiento compare les révolutions du Mexique et d’Amérique du Sud en les distinguant par leurs origines. La mexicaine – explique-t-il – reste indigène dans son essence, puisque ses leaders sont des représentants de la race des anciens Aztèques, qui forment les masses populaires, et Morelo est un personnage à la fois religieux et politique, comme l’est le curé dans les villages espagnols. Au contraire, dans le sud du continent, le mouvement suit un sens inverse. À Caracas et Buenos Aires, la Révolution descendait de la partie instruite de la société jusqu’aux masses3.

4En cela, l’Amérique du Sud participait d’un processus commun, à l’influence duquel elle pouvait difficilement se soustraire. La révolution moderne naissait avec les idées des Lumières qui considèrent la liberté comme la base des relations entre les hommes et qui établissent un nouvel ordre politique sous l’empire de la loi. L’impulsion de ces idées, qui avaient comme origine lointaine la conception politique du monde classique, réapparut avec une nouvelle force dans les principes révolutionnaires, ce qui entraîna une réponse en chaîne qui allait de l’Amérique du Nord à la France et de celle-ci à l’Espagne, à travers écrits et actions. Au regard de Sarmiento, la révolution n’était pas seulement une rupture par rapport à l’Ancien Régime mais aussi un processus général et inéluctable des peuples modernes, qui influençait les luttes pour l’indépendance d’un bout à l’autre de l’Amérique du Sud.

5En résonance avec ce processus, que l’interprétation historique du XVIIIe siècle nommera civilisation – dans lequel quelques peuples restent stationnaires, alors que d’autres croissent ou déclinent – la Révolution en Amérique du Sud, bien qu’attachée aux singularités de chaque nation, s’inscrit sous la loi du progrès historique. Dans ce cadre, Sarmiento construit un récit conceptuel dans lequel le terme de révolution ne sera appliqué qu’aux mouvements dont la fin est la liberté. C’est ce sens qu’il assigne à la révolution dans les pages qu’il lui consacre dans Facundo, et qu’il reprendra plus tard comme une clé de l’interprétation historique de l’évolution naturelle de l’humanité, en 1858, dans le mémoire présenté au moment d’être nommé Directeur d’histoire à l’Ateneo del Plata et intitulé Espíritu y condiciones de la historia en América :

  • 4 Sarmiento, « Espíritu y condiciones de la historia en América », in Cuatro Conferencias, El Ateneo (...)

L’histoire moderne [dit-il] ce n’est l’histoire de personne, comme en témoigne Sainte-Hélène ; ni celle d’une nation, comme en témoigne l’Amérique. L’histoire est la science qui déduit des faits la marche de l’esprit humain dans chaque lieu, selon le niveau de liberté et de civilisation qu’atteignent les différents groupes d’hommes, et le meilleur historien du monde serait celui qui situerait les nations selon la mesure de leurs progrès moraux, intellectuels, politiques et économiques4.

6Pour Juan Bautista Alberdi, la Révolution sera également une rupture inévitable marquée par la loi du progrès historique :

  • 5 Alberdi, « Discours prononcé le jour de l’ouverture du Salon Littéraire », Salon Literario de Buen (...)

Chaque fois que l’on a dit que notre révolution était fille des conduites arbitraires d’un vice-roi, de l’invasion péninsulaire de Napoléon, et d’autres faits, on a pris, à mon avis, un motif, un prétexte pour une cause. […] tout ce qui reste et continue de se dérouler, a eu et doit avoir un déroulement fatal et nécessaire. Si vous vous situez un moment aux cimes de l’histoire, vous verrez le genre humain marchant, depuis les temps les plus reculés, dans une admirable solidarité, vers son développement, vers sa perfection indéfinie5.

1. L’énigme de la révolution argentine

  • 6 Sarmiento, Facundo, Cahiers de l´Herne, Paris, 1964, p. 85.
  • 7 Groupes armés populaires surgis durant la révolution (ndt).
  • 8 Ibid., p. 86.

7Quand Sarmiento, dans le chapitre IV de Facundo, prend pour objet la révolution de l’indépendance argentine, il précise en premier lieu que ce n’est pas à cette origine commune qu’il est important de faire référence, mais au destin particulier que ce processus a eu pour les Argentins, et qui constitue « le point avec lequel notre drame commence6 ». Que la Révolution soit le point de départ d’un drame constitue donc la singularité et l’énigme qu’il se propose de résoudre. Premièrement, c’est un drame parce qu’à la différence de la révolution en Amérique du Nord qui se vivait comme l’héritière d’une longue histoire de luttes pour la liberté, ou de la Révolution française qui fondait un nouveau régime et un nouveau sujet politique, la révolution en Amérique du Sud avait été le début de l’anarchie et du despotisme qui dégénérèrent en une interminable et sanglante guerre civile. Ce sera par ailleurs un drame à cause de l’incertitude du moment qui rendait peu probable son succès final. Ainsi, dans une première réflexion, il explique que la révolution ne pouvait être comprise que dans les villes ; pour la campagne au contraire, la révolution était « étrange et sans prestige » parce qu’elle était étrangère à son mode de vie et éloignée de ses nécessités. Les campagnes ont pu comprendre le symbole extérieur de l’indépendance de la couronne, et ont même pu le valoriser puisqu’il était satisfaisant, pour l’esprit américain, de se séparer de cette tutelle ; elles ont pu comprendre le fait mais elles n’ont pas compris la révolution dans son sens de liberté et de responsabilité du pouvoir. L’effet inespéré sera donc que la révolution serve dans la campagne comme moyen d’expression du caractère singulier de ses hommes, que Sarmiento n’hésite pas à comparer avec celui de l’antique Sparte en vertu de « la disposition à la guerre » et de « l’antipathie envers l’autorité ». Le mouvement révolutionnaire, qui avait commencé à Buenos Aires et auquel les villes de l’intérieur répondent, prend une autre forme quand les campagnes adhèrent également. « La révolution s’est étendue, elle a apporté partout le mouvement et la rumeur des armes […] les montoneras7 provinciales entrèrent dans la révolution en tant qu’appartenant à la vie publique, ennemie de la ville et de l’armée patriote révolutionnaire8. » Dans son interprétation, la révolution entraînait la réunion de deux cultures politiques qui avaient coexisté sans se connaître. Elle avait donc servi à réunir les éléments issus des cultures distribuées entre la ville et la campagne et dans lesquelles s’étaient formées des habitudes et des valeurs durant les longues années de domination coloniale, que Sarmiento va présenter sous les figures conceptuelles de « la ville » et de « la campagne ». Ce sont des éléments de cultures hétérogènes, réparties entre la province et les villes, qui coexistent durant cette période incertaine de passage du monde colonial à un nouvel ordre encore inexistant, et que Sarmiento convertit, dans son récit, en contraires irréductibles.

  • 9 Paysans des pampas argentines [ndt].
  • 10 Dans Facundo, il y a plusieurs références au siège de Montevideo et aux différentes forces qui int (...)
  • 11 Ibid., p. 87.

8Son analyse veut donc montrer ce qui fut singulier et étranger à la nature propre de la révolution et qu’elle a pourtant elle-même suscité au cœur des pampas argentines. La figure d’Artigas sert d’archétype à son récit. Il le décrit comme un chef célèbre, élevé par les autorités civiles de Buenos Aires au rang de commandant de campagne après les avoir combattues, et qui s’était joint, avec « quelques milliers de gauchos9 », au général Rondeau, qui dirigeait le siège de Montevideo10. Mais très vite, Artigas s’en sépare et commence une guerre contre lui. Sarmiento ne donne aucune explication du motif de cette rupture, ni ne veut donner à cet acte un nom consacré en politique. Son écriture n’est pas ici, et comme dans la plupart des cas, une reconstruction historique mais une interprétation du sens du politique ; Artigas est bien plus, pour lui, un exemple de ce tort qui surgit entre nous, qui détourne le caractère naturel des révolutions. En effet, quand les peuples entrent en révolution, on considère comme naturelle l’existence de deux intérêts opposés qui luttent entre eux : le conservateur et le révolutionnaire ; les réalistes et les patriotes, dans le cas de l’Argentine. Il est aussi naturel que, après la victoire, le parti vainqueur se divise en factions, entre modérés et exaltés, les uns voulant pousser les choses jusqu’aux extrêmes, alors que les autres chercheraient à les maintenir dans le cadre de leurs propres limites. De même, il est propre aux révolutions que les vaincus se réorganisent et puissent triompher, en profitant de la division des vainqueurs. Mais l’action d’Artigas montrait autre chose, c’était une force qui s’isolait et formait une troisième entité hostile aux combattants des deux bords, révélant, comme le dira Sarmiento, sa condition hétérogène et inconnue aux yeux de la société à laquelle il appartenait11. Il ne s’agissait plus, alors, d’une lutte entre les factions opposées des conservateurs et des révolutionnaires, pas plus que d’une lutte sur des principes comme pouvait s’expliquer la lutte entre la noblesse et le Tiers État pendant la Révolution française, mais bien d’un combat entre des forces qui représentaient des « conditions différentes de l’humanité », où s’affrontaient des instances irréconciliables.

9On passe donc de la révolution à la guerre. L’interprétation qu’il donne dans Facundo est bien connue et insiste sur cette confrontation entre des éléments irréconciliables :

  • 12 Ibid., p. 90.

10La guerre de la révolution argentine a été double : 1) guerre des villes, initiée dans la culture européenne, contre les Espagnols, afin d’étendre cette culture ; 2) guerre des chefs de campagne contre les villes, afin de se libérer de tout assujettissement civil, de recouvrer leur caractère et leur haine de la civilisation. Les villes triomphent des Espagnols et les campagnes des villes. J’ai ici expliqué l’énigme de la Révolution argentine, dont le premier coup a été tiré en 1810, et le dernier ne s’est toujours pas fait entendre12.

2. Terminer la Révolution

  • 13 Pierre Rosanvallon, op. cit., p. 16-17.

11Apparaît, alors, un second élément : la révolution n’est pas terminée. « Terminer la révolution », c’est la tâche qu’a devant elle cette « nouvelle génération » dans laquelle Sarmiento se sent appelé à occuper la place de leader. « Terminer la révolution », comme nous le savons, fut aussi le programme de Guizot sous la Restauration, et que réalisera finalement la IIIe République13. Nous pourrions dire que ce fut même la consigne de la philosophie politique du XIXe siècle, commune à la droite et à la gauche, à Guizot et à Saint-Simon. Terminer la Révolution, c’était l’instituer positivement. Nous pouvons interpréter avec cette clé le projet que Sarmiento expose dans Facundo, sa première œuvre programmatique. Pour lui, construire un ordre politique stable et fonder un régime garant des libertés seront également les objectifs liés à la tâche de terminer la Révolution ; tâche qui est indissolublement intellectuelle et politique, et qui, dans ce moment particulier, prend la forme de la lutte contre la politique de la campagne, contre la politique du despotisme incarnée par le gouvernement de Rosas. Comprendre « l’énigme » de la Révolution argentine c’était donc le premier pas à accomplir pour la rendre durable, pour la stabiliser.

12C’est ainsi que seule la Révolution permet de penser les révolutions. En accord avec Guizot, Sarmiento distingue la révolution comme mouvement de civilisation et la révolution comme événement. Il développe alors un second thème où les événements du mois de mai et les erreurs des unitaires, en tant qu’expression de la raison abstraite des Lumières, jouent le rôle de la négativité dans le schéma hégélien. À partir de cette interprétation, il reconstitue les épisodes de mai comme une représentation théâtrale des excès du jacobinisme de la Révolution française sur la scène américaine :

  • 14 Sarmiento, op. cit., p. 16

13Mais les juntes du gouvernement commençaient, pour tel ou tel motif, par écarter les Espagnols de l’administration, leur substituer des Américains pour le commandement des troupes, jusqu’à ce qu’ils déclarent enfin de véritables commissions de salut public, en prenant des mesures énergiques et terribles pour assurer la Révolution. À Buenos Aires, on commence par fusiller le Vice-roi Liniers, précisément pour la bonne influence sur l’opinion publique que lui conféraient ses services prêtés au pays durant l’invasion anglaise qu’il a mise à mal. Terrible ostracisme que celui qui punit la bonne réputation en tant que dangereuse pour la République ! Le Dr Moreno, âgé de 26 ans seulement mais plein de talent et d’audace, était le Danton qui concevait des mesures de salut comme celle-ci et bien d’autres14.

14Sarmiento dramatise les concepts. Les principes appris dans le ciel abstrait des Lumières, appliqués sans médiation par les unitaires, avaient ouvert la porte à l’anarchie et au despotisme. Parce que si Rosas représentait le despotisme, la dialectique de la révolution argentine avait aussi, même si cela peut être interprété comme un détournement de la démocratie, son moment négatif avec les unitaires. L’effet de cette politique erronée était plus proche du paradoxe que de la contradiction : les porteurs des lumières de la raison avaient contribué à son éclipse. Lorsqu’il fait référence aux unitaires, Sarmiento les considère comme une génération – de laquelle il veut se différencier – « qui use de la raison et de la déduction » mais qui a manqué au plus haut point de sens pratique. La figure de l’unitaire apparaît dans Facundo comme un personnage qui joue aussi son rôle dans le drame historique :

  • 15 Sarmiento, Facundo, op. cit., p. 147.

15L’Unitaire typique marche droit, la tête haute, il ne dévie pas de son chemin […] il a des idées fixes, invariables, et, à la veille d´une bataille, il discutera encore dans les formes un règlement ou s ´ occupera d´établir une nouvelle formule égale, car les formules légales sont le culte extérieur qu´il rend à ses idoles : la constitution, les garanties individuelles15.

  • 16 Pierre Rosanvallon, op. cit., p. 205.

16Comment terminer la révolution ? Pour Guizot, la révolution était « un désordre organisateur » et il reconnaissait en elle deux dimensions, l’une de pure destruction, la force désorganisatrice qui a mené la France à la Terreur, de laquelle il fallait sortir ; l’autre, la force des principes qui impliquaient un nouveau fondement16. Le désordre, c’est-à-dire la rupture de l’ordre existant qu’entraîne la révolution, conduit au nouveau fondement ; Guizot construit, contre ceux qui voulaient revenir en arrière sous la Restauration, sa solution doctrinaire. En Argentine, l’action politique entamée depuis l’abstraction de la génération rationaliste avait produit les luttes civiles et le despotisme de Rosas. La révolution en était à son premier moment, celui de la pure destruction, et si la révolution est la mise en œuvre du principe de liberté, il fallait ensuite passer au moment de la fondation d’un ordre politique de la liberté, le moment constitutionnel.

  • 17 Sur ce point voir Natalio Botana, La tradición republicana, 2ª ed, Buenos Aires, Sudamericana, 199 (...)
  • 18 Sarmiento, Recuerdos de Provincia, Julio Belin y Co, Chile, 1850, tome III, p. 197.

17En accord avec Guizot, Sarmiento trouve nécessaire de recourir à une sociologie qui s’articule avec une politique, parce que la construction d’un nouveau régime politique suppose une nouvelle relation entre la société et le pouvoir politique. Au contraire de Guizot, il ne verra pas dans la solution doctrinaire la réalisation du principe de liberté. À la différence d’Alberdi, dont l’éclectisme que traduisent ses premiers écrits était le contrepoint de son rejet des formes mixtes de gouvernement, Sarmiento voyait dans le gouvernement mixte de Montesquieu la domination exclusive du pouvoir aristocratique17. Au contraire, la révolution est, pour lui, la démocratie, et l’assemblage doctrinaire du vieux et du neuf représentait un nouveau masque pour l’inégalité. Ce seront donc Tocqueville et Leroux – qu’il mentionne dans Recuerdos de Provincia comme les lectures qui l’ont formé à l’idée de démocratie18 – qui marqueront ses idées.

  • 19 Natalio Botana, La Libertad política y su historia, Ed. Sudamericana, Buenos Aires, 1991, p. 201.
  • 20 Miguel Abensour, Cahiers de Philosophie Politique, Éditions Ousia, n° 1, France, 1983. Présentatio (...)

18Si le despotisme est le mal politique à combattre, Sarmiento situe le bien politique dans une épopée de la révolution qui trace la marche de l’humanité vers un État supérieur. En elle se livre également le combat entre les valeurs du monde ancien et celles de la modernité ascendante. Ainsi, la « liberté des anciens » et la « liberté moderne » que Benjamin Constant oppose dans sa version de la Querelle des Anciens et des Modernes, sont également présentes dans la pensée de Sarmiento. Mais, à la différence de Constant, dans le modèle républicain de Sarmiento, la liberté moderne est en dialogue permanent avec la liberté antique. Cet assemblage se cristallise dans les hommes qu’il a admirés toute sa vie, comme Franklin, dont l’élan inventif et autodidacte l’a touché dans ses premières lectures, ou Horace Mann, l’infatigable éducateur qui lui a transmis sa vision émancipatrice de l’éducation. Natalio Botana soutient très justement que la confrontation entre ces deux mondes – la liberté vertu et la liberté intérêt – a agité l’esprit de Sarmiento et que l’« idéal » antique de la vertu persiste dans son modèle républicain tout au long de sa vie, et ceci malgré les désillusions de la réalité politique qu’il est amené à vivre19. Cependant, nous pouvons peut-être avancer que c’est une autre représentation de la liberté moderne, moins liée à l’intérêt, et qui exprimerait la condition émancipatrice de la raison, qui est sous-jacente dans cette réappropriation du modèle de la vertu classique. Dans ce sens, ce serait bien plus Leroux qui serait dans la ligne de filiation politique de Sarmiento. Leroux, qui était bien conscient du sens politique de cette opposition, et qui voyait dans l’émancipation l’essence même de la modernité20.

3. Fonder la nation

19Pour finir, nous dirons que Sarmiento formule son projet sur un fond de philosophie de l’histoire : l’État-nation comme principe de centralisation dans l’ordre temporel, et la liberté et l’égalité comme principes de déploiement de l’esprit humain dans l’ordre spirituel. Telle est la base de légitimité de la République qui présuppose l’égalité de droits dans la chose publique comme condition de possibilité de l’organisation politique. Cette proposition qui comprend un certain degré d’abstraction cherchera à se matérialiser par la suite dans le plein exercice de la souveraineté populaire.

20Sur quelles bases fonder la nation ? En premier lieu, la nation s’identifie à la constitution, qui « ordonne et installe un gouvernement » et qui institue la soumission de chacun à la loi de la cité/ville. L’on retrouve dans cette formulation plusieurs dimensions de la liberté moderne qui sont particulièrement visibles dans la lutte contre le colonialisme espagnol. La nation civique oppose la loi à la domination arbitraire du chef, la pluralité de l’opinion à la voix du commandement, le consensus rationnel à la tutelle du despotisme. Mais, en même temps, cette formulation s’inscrit dans le telos d’une humanité en marche vers l’émancipation. La constitution de la communauté politique sous l’emprise de la loi commune est, depuis Rousseau et Kant, la condition d’autonomie et de progrès pour l’humanité. À la marche du progrès s’oppose l’immobilité rétrograde des systèmes du passé. La complexité dans la formulation de ce paradigme ne passe, à notre avis, pas tant par la confrontation entre l’idéal antique et l’idéal moderne, entre celui de la République de la vertu et celui de la République de l’intérêt, que par l’héritage de certains principes de la Révolution française qui conjuguent des références spirituelles et libérales avec d’autres renvoyant à des courants humanitaristes et du socialisme utopique du XIXe siècle, pour qui l’émancipation de l’humanité est au centre de la transformation politique de la modernité. Nous pensons que Sarmiento maintient tout au long de son œuvre cet idéal émancipateur, lié à un modèle de République démocratique, même s’il peine à incarner le peuple souverain dans la réalité sociale de son époque. La présente occasion de célébration du bicentenaire offre ainsi la possibilité de penser le « moment Sarmiento » de la République argentine afin d’ouvrir à nouveau l’espace démocratique reposant sur le principe de la souveraineté du peuple qui court toujours le risque de retomber dans de nouvelles formes de servitude, mais qui esquisse sans cesse, dans sa dimension utopique, la carte du possible.

Notes

1 Alain Rey, Révolution. Histoire d’un mot, Gallimard, Paris, 1989, préface.

2 Pierre Rosanvallon, Le moment Guizot, Gallimard, Paris, 1985, p. 205.

3 Sarmiento, « Discurso de recepción en el Instituto Histórico de Francia », op. cit., p. 16.

4 Sarmiento, « Espíritu y condiciones de la historia en América », in Cuatro Conferencias, El Ateneo, Buenos Aires, 1928, p. 30.

5 Alberdi, « Discours prononcé le jour de l’ouverture du Salon Littéraire », Salon Literario de Buenos Aires, 1837, p. 261.

6 Sarmiento, Facundo, Cahiers de l´Herne, Paris, 1964, p. 85.

7 Groupes armés populaires surgis durant la révolution (ndt).

8 Ibid., p. 86.

9 Paysans des pampas argentines [ndt].

10 Dans Facundo, il y a plusieurs références au siège de Montevideo et aux différentes forces qui intervinrent, cet épisode historique sert de condensation du conflit existant qui montre les forces en jeu : Rondeau et Artigas seront d’autres figures du combat de la liberté contre le despotisme, op. cit., Introduction.

11 Ibid., p. 87.

12 Ibid., p. 90.

13 Pierre Rosanvallon, op. cit., p. 16-17.

14 Sarmiento, op. cit., p. 16

15 Sarmiento, Facundo, op. cit., p. 147.

16 Pierre Rosanvallon, op. cit., p. 205.

17 Sur ce point voir Natalio Botana, La tradición republicana, 2ª ed, Buenos Aires, Sudamericana, 1997, p. 363.

18 Sarmiento, Recuerdos de Provincia, Julio Belin y Co, Chile, 1850, tome III, p. 197.

19 Natalio Botana, La Libertad política y su historia, Ed. Sudamericana, Buenos Aires, 1991, p. 201.

20 Miguel Abensour, Cahiers de Philosophie Politique, Éditions Ousia, n° 1, France, 1983. Présentation, p. 6. Par rapport au sens émancipateur de la raison chez Leroux, voir également, du même auteur, Le procès des maîtres rêveurs, Arles, Éditions Sulliver, 1985.

Auteur

Professeure de philosophie et de sciences politiques à la faculté des sciences sociales de l’université de Buenos Aires et chercheure à l’Institut Gino Germani de la même université. Docteure en philosophie de l’université Paris 8. Elle est aussi chercheure associée au Laboratoire d’études et de recherches sur les logiques contemporaines de la philosophie, université Paris 8, et directrice du projet de coordination scientifique franco-argentin. Parmi ses publications : Diversité culturelle et figures de l’hétérogénéité (2013), Sarmiento et la nation civique. Citoyenneté et philosophies de la nation. Argentine XIXe siècle, (2012), Bicentenario. Otrosrelatos, (2010).

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540