Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Amériques, des constitutions aux démocraties

 | 
Jean-René Garcia
, 
Denis Rolland
, 
Patrice Vermeren

Deuxième partie. De la modernité constitutionnelle renouvelée dans les Amériques

Modèles importés, modèles nationaux ?

Remarques sur l’invention de la France-modèle

Denis Rolland

Résumé

Certains mécanismes ont conduit à utiliser la référence française comme modèle quasi général d’explication des indépendances et du passage à la souveraineté nationale en Amérique latine.
La diffusion des idées des Lumières et des principes mis en place par la Révolution française a favorisé la référence dominante à la France dans son influence sur les indépendances d’Amérique latine. Quatre phases conduisent à l’affirmation de la référence française comme modèle fondamental : la première est celle des indépendances hispano-américaines correspondant à la Révolution française. Ensuite vient une phase doctrinaire en Amérique qui correspond, en France, à la monarchie de Juillet. La troisième concerne la diffusion du suffrage universel aussi bien en France qu’en Amérique latine et, enfin, la dernière phase correspond au positivisme en Amérique latine.
Par ailleurs, il faut aussi s’interroger sur la réalité de cette influence que certains chercheurs ont questionnée, soulignant les effets dévastateurs que celle-ci aurait eus dans la région latino-américaine.

Texte intégral

  • 1 La « plus fine culture intellectuelle » peut être ici comprise comme européenne. « Premier entreti (...)

Reportons-nous à cinquante ou soixante ans en arrière : l’homme très intelligent, très cultivé, en Amérique, à quoi aspirait-il ? Non pas à être brésilien, mais à être, au Brésil, le représentant de la plus haute et de la plus fine culture intellectuelle.
Lucien Febvre, 19541

1Comme l’énonce Marco Palacios dans un ouvrage récent, notable au milieu du déluge nécessairement inégal de publications liées au bicentenaire des Indépendances,

  • 2 Amparados.
  • 3 Marco Palacios, (coord.), Las independencias hispanoamericanas. Interpretaciones 200 años después,(...)

le désordre, les destructions matérielles des guerres, la discorde entre les élites, la perturbation et la dévaluation sociale des croyances populaires, la mobilisation militaire des esclaves (contre la promesse de la liberté), la reconnaissance politique des métis, une certaine indifférence face aux Indiens [et variant beaucoup d’une vice-royauté à l’autre] figés2 dans le mot citoyens, tout cela conduit à une facture difficile à payer en terme de construction de nations modernes, libérales et démocratiques3.

2Difficile alors a priori d’expliquer les indépendances selon le modèle français en termes de passage radical de l’Ancien Régime à la Révolution. Et pourtant, c’est le discours simplificateur dominant qui a été tenu globalement en Amérique latine, de la seconde moitié du XIXe siècle à la seconde moitié du XXe siècle : formés à l’aune de l’historiographie libérale latino-américaine du XIXe siècle dont le modèle principal est en Sorbonne, les catéchismes républicains latino-américains ont durablement enseigné les indépendances à travers une transposition du modèle révolutionnaire français, comme un changement politique et social radical promu par des élites éclairées avec le peuple pour le bien des citoyens contre une minorité importée d’exploiteurs.

  • 4 Marcela Ternavasio in Marco Palacios (coord.), Las independencias hispanoamericanas. Interpretacio (...)

3L’histoire de l’indépendance du Río de la Plata inclut, comme presque toutes les histoires d’indépendance en Amérique latine, différentes histoires d’indépendances. Ce n’est qu’à partir de la réduction du processus révolutionnaire aux contours de l’État-nation moderne que la pluralité de ces histoires peut se convertir en une histoire au singulier, pour reprendre les mots de Marcela Ternavasio4.

4Depuis quelques décennies et des deux côtés de l’Atlantique, un important courant de l’historiographie a critiqué et sapé les présupposés idéologiques qui, depuis la fin du XIXe siècle, ont dominé les interprétations sur les processus d’indépendance hispano-américains, considérant que ces mouvements ne furent pas essentiellement la manifestation d’une maturation supposée de sentiments nationaux mais d’abord des réponses progressives et variées au vide de pouvoir créé par l’occupation napoléonienne.

5Cette nouvelle interprétation dominante où toutes les émancipations sont considérées comme conséquences d’un phénomène unique dont l’épicentre est localisé dans la péninsule ibérique ne contredit toutefois pas l’idée de la multiplicité des processus hispano-américains ; mais elle lui donne un sens nouveau : d’une part, ces mouvements ne sont pas nés de plans anticoloniaux préconçus ; d’autre part, la crise ouvre des possibilités très diverses en matière d’autonomie ou d’autogouvernement.

6Mais ceci n’est pas l’objet d’étude de ce rapide exposé, et c’est encore moins notre domaine de compétence.

7Notre objet d’études consiste plutôt à examiner ici certains des mécanismes qui ont conduit à ce « forçage politique exceptionnel », à cette représentation ou mode d’énonciation homogène des indépendances et, en particulier, à utiliser la référence française comme modèle quasi général d’explication des indépendances et du passage à la souveraineté nationale. Ou comment on a levé tout champ d’incertitude quant à l’influence d’un modèle politique et social.

  • 5 Mélanges de la Casa de Velázquez, Madrid-Paris, 1992, t. XXVIII (3), p. 161-189.
  • 6 Ou construction mentale globale et collective. L’imaginaire fait partie du processus d’abstraction (...)
  • 7 Cf. les communications de colloques qui ont précisé les modalités de cette diffusion : Michel Vove (...)

8Selon une chronologie complexe et variable d’un pays à l’autre5, la référence dominante6 à la France paraît procéder de la diffusion des idées des Lumières et des principes mis en place par la Révolution française7. Cela, pour des raisons multiples et notamment :

  • parce que la Révolution française a rompu de façon totale et soudaine avec l’absolutisme, la monarchie et tout l’Ancien Régime hiérarchique ;
  • parce qu’elle a construit le modèle théorique et abstrait d’une République idéale fondée sur la modernité à l’état pur8 ;
  • parce qu’en Amérique espagnole9, avec les indépendances et l’adoption de la forme républicaine qui placent les nouveaux États dans le droit fil de la Révolution française et dans la logique libérale, on constate le triomphe d’une modernité théorique plus radicale même qu’en France, revenue au cadre de la monarchie constitutionnelle après l’Empire10. En outre, en Amérique latine, contrairement à ce qui se passe en Europe, l’appartenance à la nation ne peut être définie par le sang ou, sauf au Brésil, la langue : au moment des indépendances, la nation ne peut être qu’un projet, organisé, pensé par les élites, prenant pour référence le Contrat social de Jean-Jacques Rousseau et s’appuyant sur l’idée d’une nation formée d’individus libres et égaux décidant de former cette nation. Le modèle du nationalisme latino-américain est ainsi, de fait, fortement lié aux Lumières11.

1. L’héritage de chronologies concordantes

9En France et en Amérique latine, même avec des exceptions ou des particularismes ponctuels, la concordance des chronologies au XIXe siècle (ou concordance des moments culturels et politiques) s’enracine dans de très vastes mouvements d’opinion d’une époque déterminée.

  • 12 Cf. pour plus de détails, François-Xavier Guerra, « Les avatars de la représentation au XIXe siècl (...)

10Schématiquement, quatre phases peuvent être distinguées qui conduisent à l’affirmation de la référence française comme modèle fondamental des indépendances latino-américaines12.

  • Une première phase, lors des indépendances hispano-américaines, correspond assez bien à la Révolution française. De 1808 à 1810, « on passe d’un régime absolutiste […] à la proclamation par tous les pays hispaniques de la souveraineté nationale comme principe de légitimité » ; et vers 1812-1813, les références politiques modernes se sont imposées dans le monde hispanique, avec « partout, des constitutions écrites, entièrement nouvelles, de coupe française13 ». Le cas du Brésil est évidemment singulier : avec la famille royale portugaise, ce sont les institutions monarchiques qui s’installent à Rio en 1808 ; et, lorsque Pierre Ier est proclamé en 1822 empereur constitutionnel d’un Brésil uni, le modèle, s’il y en a un, parce que l’État portugais n’a jamais cessé de fonctionner, est bien plus anglais que français, même si le « pouvoir royal » de Benjamin Constant14 inspire la conception d’un empereur « modérateur15 ».
  • Puis vient une phase doctrinaire en Amérique, laquelle concorde avec la Monarchie de Juillet, avec la prédominance de Guizot, de Thiers, et une restriction du suffrage. Importée de France et, secondairement, d’Espagne, « dans le Chili, l’Argentine, et le Mexique des années 1830, la théorie de la souveraineté rationnelle, la distinction entre souveraineté du peuple et souveraineté nationale et le suffrage capacitaire » semblent fournir un modèle largement utilisé par les élites hispano-américaines16. Au Brésil, l’indépendance est, selon certains auteurs, complète, lorsqu’en 1831 Pierre Ier abdique en faveur de son fils mineur né au Brésil ; la concordance des chronologies entre Brésil et France, deux monarchies constitutionnelles, est alors un peu plus visible : « la monarchie bragantine est liée aux Orléans », a-t-on écrit17. Certes, certaines institutions sont alors inspirées de modèles français, comme la Garde nationale, dont la loi de création reprend la loi française de la même année, avec la même idée de confier la défense du pays aux citoyens propriétaires, notamment face aux « classes dangereuses ». Mais le libéralisme qui entre en scène au Brésil demeure plus nettement influencé par le domaine anglo-saxon18.
  • Une vague d’aspiration au suffrage universel et à la démocratisation des institutions déferle ensuite : la vague touche, avec les révolutions de 1848, aussi bien la France que l’Allemagne, l’Autriche ou l’Amérique latine. À quelques exceptions près (Bolivie, Équateur, Pérou en raison de la forte présence indienne, et Colombie qui, après avoir adopté le suffrage universel en 1853, le supprime dans la Constitution de 1886), il devient presque impossible de restreindre le suffrage sur le continent : en Argentine, la Constitution de 1853 doit accepter le suffrage universel, au Mexique, le Congrès constituant de 1856-1857 supprime toutes les restrictions de l’ancien suffrage large19, au Venezuela, toutes les restrictions disparaissent en 1858, au Chili, le processus engagé en 1849 aboutit en 1887. Point d’évolution comparable cependant au Brésil : le pays conserve des élections indirectes et un suffrage restreint.
  • La dernière phase, majeure sans doute20, correspond au positivisme. Quoique ce terme recouvre en Amérique latine des idées diverses, parfois fort différentes de celles d’Auguste Comte21, après les vagues de l’utilitarisme et du libéralisme, quoiqu’il paraisse aussi nécessaire de remettre sur le métier une évaluation souvent donnée comme évidente à partir d’échantillonnages restreints, le positivisme parvient à irriguer et dominer dans beaucoup de pays22 la pensée de l’élite latino-américaine moderne dans les dernières décennies du XIXe siècle23.
  • 24 Antón Pazos, La Iglesia en la América del IV Centenario, Madrid, MAPFRE, 1992, p. 209.

11De diffusion quasi continentale, même si cette doctrine du progrès et de la science est plus combative au Brésil, au Mexique, au Chili et au Pérou, cette nouvelle manifestation de la mimétique « européisante24 » du XIXe siècle latino-américain est très liée au modèle proposé par la France. Mais de quel modèle s’agit-il ? La question n’admet pas ici de réponse univoque, parce que cette dernière diffère selon les modes de transmission et leur date.

  • 25 Pierre Bouretz, « D’Auguste Comte au positivisme républicain », in Pascal Ory (dir.), Nouvelle his (...)

12Dès l’origine, le comtisme politique est extrêmement ambigu par rapport aux valeurs qui sous-tendent le modèle français dominant. Pour Comte, la Révolution a détruit les fondements du lien social et, dès lors, la société est menacée de désordre ; l’appel aux principes de la science fonde la légitimité d’un pouvoir qui assure la cohérence de la société en respectant les principes nouveaux. En France, l’ancien collaborateur de Saint-Simon est mort depuis plus d’une décennie lorsque la Troisième République s’installe. En Amérique latine, les positivistes républicains trouvent dans la pensée d’Auguste Comte un idéal de « scientificité » ; dans l’ensemble cependant, ils se gardent de prendre à la lettre l’idée d’un gouvernement des savants. Ils retiennent l’inquiétude de Comte face à la dissolution des solidarités sociales engendrées par l’individualisme, mais ils agissent « de manière pragmatique sans vouloir à tout prix restaurer l’unité perdue de la société25 ».

13Donnons-en trois exemples au fil du continent, dans le domaine hispanoaméricain d’abord, au Mexique et au Venezuela, puis au Brésil.

  • 26 François Chevalier, op. cit., 2e éd., p. 435.

14Au Mexique, Gabino Barreda, ministre de l’Éducation tente de réorganiser l’enseignement supérieur à partir des propositions sur la hiérarchie des sciences de Comte. Il le cite longuement et en français lors d’un discours pour la fête nationale, l’année même (1867) où la chute de Maximilien met fin à l’expédition française et alors que les relations diplomatiques avec la France sont rompues26.

  • 27 Morny paraît avoir largement bénéficié de monopoles octroyés par son gendre (qui ne gouverne perso (...)
  • 28 Guzmán Blanco décrète le 27 juin 1870 l’éducation primaire publique et obligatoire. À partir de 18 (...)
  • 29 On peut consulter, entre autres travaux, ceux déjà cités de Marisa Vannini de Gerulewicz et ceux d (...)

15Au Venezuela, à l’époque de l’autoritaire et cultivé président Guzmán Blanco (1870-1888), francophile et gendre du duc de Morny27, la jeune élite accueille les nouvelles idées venues d’Europe28 : Ernst, Villavicencio, Lisandro Alvarado, Gil Fortoul, López Méndez, Manuel Revenga, Alejandro Urbaneja, Rómulo Gallegos29

16L’influence du positivisme a donc été forte au nord, au Mexique ou au Venezuela, au sud aussi, sur les bords du Río de la Plata. Mais, pour le non-spécialiste, elle a été moins visible qu’au Brésil qui l’affiche – mais assez tardivement, en 1889 – sur son drapeau.

  • 30 Daniel Pécaut, Entre le peuple et la nation, les intellectuels et la politique au Brésil, Paris, M (...)
  • 31 Mario Carelli, op. cit., p. 84.
  • 32 La diplomatie française est d’emblée méfiante face au coup d’État républicain qu’elle n’avait pas (...)
  • 33 Au Brésil, l’opposition jacobine à l’Empire, au premier rang de laquelle Silva Jardim, utilise vol (...)

17Là, « la poussée des intellectuels s’effectue, dans une large mesure, sous le signe de la science30 ». Tandis que les sentiments antiportugais et antibritanniques contribuent à favoriser le développement à la fois de l’identité nationale et de la référence française, le positivisme, avec notamment Francisco Brandão Junior, Luis Pereira Barreto et Benjamin Constant Botelho de Magalhães, nourrit un fort courant de contestation politique. On a pu écrire qu’il avait « donné les instruments conceptuels à l’instauration de la République31 ». En 1889, la devise Ordem e Progresso est inscrite sur le drapeau national du Brésil républicain et un « positivisme intégral » est mis en œuvre. L’historien cerne là le caractère spontané, non étatique, de cette diffusion, et donc du modèle : car toute la correspondance atteste que les diplomates français en poste à Rio de Janeiro avant la proclamation de la République au Brésil, même ceux de la Troisième République, apprécient très peu cette image « subversive » de la France au Brésil ; de sorte que l’adaptation du gouvernement français à la nouvelle République n’est pas aisée32. Le cas brésilien est néanmoins singulier. Dans les premières décennies du XXe siècle, le positivisme, mâtiné d’autres théories en vogue en Europe, renvoie alors surtout à l’idée que la politique et la science ont partie liée : on distingue bien qu’il y a au Brésil des représentations non totalement assimilables de la France, jacobine33 d’une part, positiviste de l’autre ; mais il faut ajouter celle, générale, aussi idéale qu’indécise et qui recouvre plus ou moins les deux précédentes, d’une France rêvée qui participe fortement à la formation de l’imaginaire populaire républicain brésilien.

  • 34 La Colombie est, à cet égard, un cas particulier : si le positivisme se ressent un peu dans le dis (...)
  • 35 C. A. Hale, « Ideas políticas y sociales en América Latina, 1870-1930 », in Leslie Bethel ed., op. (...)
  • 36 Afrancesado : « francisé », avec un fort sens d’acculturation. Annick Lempérière, Intellectuels, É (...)

18Appuyé souvent sur un libéralisme politique34 auquel la France de la Troisième République fournit des références mais dont elle n’a pas le monopole d’inspiration (au Brésil, il est largement d’origine nord-américaine), le positivisme irrigue les élites latino-américaines de la fin du XIXe siècle (et de plusieurs décennies encore par l’enseignement et la formation des enseignants alors mis en place)35. Cela à tel point qu’il constitue, ultérieurement et a contrario, au Mexique par exemple, l’un des arguments fédérateurs d’une opposition qui dénonce le « caractère antinational, afrancesado, cosmopolite du régime en place36 ».

  • 37 Certains auteurs la notent pour l’Espagne et le Portugal. François Chevalier souligne par exemple (...)

19Cette synchronie, ces conjonctures politiques et culturelles communes, ont été maintes fois constatées entre France et Amérique latine depuis les indépendances ; elles ont ensuite été instrumentalisées et répétées, à tel point que l’historien peut établir une véritable généalogie de ce type de discours37. Ce fait peut être illustré par deux seuls exemples. Le premier est donné par un Latino-Américain dans un amphithéâtre de la Sorbonne avant la Première Guerre mondiale et publié sans modification en 1921 :

  • 38 Francisco García Calderón, cité par Mateo Pérez-Pacheco, « La culture française en Amérique latine (...)

Notre histoire se développe parallèlement à la vôtre. Nous avons aussi nos girondins, votre Déclaration des droits est traduite à l’heure tragique de notre Indépendance. Bolívar médite le Contrat Social dans les premières années de sa mission libératrice. Bilbao demande des inspirations à Edgar Quinet, Montalvo exalte la démocratie chrétienne de Lamartine. Quand la dissolution nous menace, Guizot sera le maître de nos conservateurs angoissés. Auguste Comte donne une religion aux hommes d’État du Brésil qui avaient abandonné leurs vieux dogmes38.

  • 39 Sur le détail de ces synchronies, il existe toutefois de nombreuses distinctions d’un auteur à l’a (...)
  • 40 Charles Morazé, op. cit., p. 24.

20À la fin de la période étudiée, le second exemple de cette permanence du constat de semblables synchronies39 est donné par le politologue français Charles Morazé : « […] au Brésil les vicissitudes politiques sont exactement les nôtres, à l’échelle près, à leur position près, dans le temps et dans l’espace40. »

  • 41 Littéralement « non noir » et « non blanc ». Le remarquable ouvrage de Jeffrey Lesser (O Brasil e (...)

21En fait, le XXe siècle latino-américain pose de nombreux problèmes : sans nier l’autonomie globale des pays de l’Amérique latine par rapport à l’Europe, les concordances de chronologie contribuent peut-être à fournir des éléments d’explication pour des phénomènes complexes. Ainsi, la question juive telle qu’elle est développée en Argentine ou au Brésil dans les années trente et quarante est-elle exclusivement liée à des problèmes nationaux, en particulier à la définition d’une identité par certaines élites ? Doit-on seulement relier le singulier antisémitisme brésilien d’alors, impulsé par certains responsables politiques et intellectuels, à des considérations intérieures, notamment à un nativisme qui fait la part entre un juif réel, intérieur, « não-negro », sans problème, et un juif extérieur, imaginé, « não-branco », seul dangereux41 ?

2. L’instrumentalisation et l’amplification tardives de l’influence

22Ainsi, plutôt qu’examiner d’emblée, sous forme d’une exégèse difficile, l’influence variable de la Révolution française dans les processus d’indépendance du Nouveau Monde, nous avons souhaité d’abord montrer certains phénomènes de synchronies : car, chez nombre d’historiens de la fin du XIXe siècle, ils participent à enraciner l’idée que la France, depuis la Révolution, a grandement contribué à la naissance des jeunes nations américaines.

23Il ne s’agit donc pas de remettre une fois de plus sur le métier la question de l’influence française dans ces processus des indépendances. Mais il convient de tenir compte des apports récents de la recherche.

24L’influence française est d’abord un discours sur un passé reconstitué. Elle participe du processus d’invention d’une tradition afin de satisfaire aux besoins du présent : elle a été puissamment renforcée par une instrumentalisation tardive ; et, bien que nécessitant quelques acrobaties méthodologiques, le procédé n’a pas tout à fait cessé d’être répété. Nous donnerons deux exemples de cette difficulté à ne pas reprendre les pas tracés par les maîtres des dernières décennies du XIXe siècle.

  • 42 Marisa Vannini de Gerulewicz, La influencia francesa en Venezuela, Maracaibo, Universidad de Zulia (...)
  • 43 Rafael María Baralt, Carácter Nacional, Primer Libro Venezolano de Literatura, Ciencia y Bellas Ar (...)

25En 1968, un essai documenté sur l’influence française au Venezuela42 est primé par l’université, édité, rapidement épuisé et réédité. Tout en soulignant l’importance de la culture française dans « l’éloignement spirituel et culturel entre les colonies et la Mère patrie », il prévient bien que « les idées révolutionnaires ne sont plus considérées comme une des causes qui produisent l’Émancipation ». Mais les principales citations du chapitre sur « L’influence française dans la pensée politique », celles qui font foi dans l’esprit du lecteur, sont (sauf une, de 1943) extraites d’ouvrages ou de revues publiés entre 1895 et 1904, c’est-à-dire à l’apogée de l’instrumentalisation du modèle français43.

  • 44 Luis Alberto de Herrera, La Revolución Francesa y Sud América, F. Sempere, Valencia, 1910, p. 56.
  • 45 E. Bradford Burns, « Introduction », Les Révolutions dans le monde ibérique (1766-1834), II. L’Amé (...)

26Plus récemment, en introduction à l’une des manifestations du bicentenaire de la Révolution française consacrée aux révolutions dans le monde ibérique, un historien nord-américain écrit en première phrase d’un article « en 1789, le monde entier avait les yeux fixés sur Paris » ; il poursuit, à propos des premiers États-nations créés hors de l’Europe occidentale après 1789, en affirmant que « c’est à la Révolution qu’ils devaient, en partie, leur naissance et l’essentiel des idéaux qu’ils professaient » ; puis il conclut de manière significative et sans qu’il y ait à redire : « Les pays ibériques et l’Amérique latine rejetèrent les actes, mais flirtèrent avec les idées. » Il termine en citant un historien uruguayen de la fin du XIXe siècle44, insistant sur « la contribution de la France à la culture universelle45 ».

  • 46 Les participants de ce mouvement lisaient certes des auteurs français interdits, ce qu’a confirmé (...)
  • 47 Cf., pour le cas mexicain, F.-X. Guerra, Le Mexique, de l’Ancien Régime à la Révolution, t. 1, Par (...)

27En dépit de ces quelques errements contemporains que l’on pourrait aussi étendre au domaine lusophone, comme avec l’Inconfidência Mineira (1789)46, l’influence directe de la France a, durant ces dernières décennies, été sensiblement revue à la baisse. Le rôle postérieur des historiens latino-américains a été souligné, en particulier ceux de la seconde moitié du XIXe siècle. On sait en outre que, dans la construction des histoires nationales américaines, l’influence des historiens français a contribué à accentuer le rôle supposé des idées venues de France : ils fournirent une grille d’interprétation historique jugée comme étant la seule à pouvoir fonder la légitimité des régimes politiques libéraux47.

  • 48 Les « agitations politiques auraient été plus fréquentes depuis l’indépendance des États-Unis, et (...)
  • 49 Au Brésil, à Recife en 1824, noirs et mulâtres manifestent en chantant dans les rues : « Comme moi (...)
  • 50 Cités par Maria Beatriz Nizza da Silva, Cultura e sociedade no Rio de Janeiro, 1808-1821, São Paul (...)
  • 51 Au Brésil, après 1811, l’anglophilie domine largement tandis que l’influence française n’est pas r (...)
  • 52 François-Xavier Guerra, « Préface » à C. Parra Pérez, Miranda et la Révolution française, Caracas, (...)

28On sait en Europe, au moins depuis la publication (1816-1831) du Voyage aux régions équinoxiales du Nouveau Continent d’Alexandre de Humboldt48, que l’insurrection des populations noires de la colonie française de Saint-Domingue, en août 1791, a vivement et durablement inquiété des élites créoles américaines nullement soucieuses de révolution sociale49. De même, l’expérience de la Terreur, la « dérive jacobine » de la Révolution et, dans certains cas, le « despotisme » napoléonien (les épithètes ont fleuri, du « dragon corse » au « dictateur gaulois » en passant par « l’Antéchrist50 ») eurent des conséquences appréciables : cela conduisit nombre de Latino-Américains à penser que les principes politiques de la Révolution française avaient été mal appliqués et, parfois, à rechercher, avec d’autres références (anglaises notamment51), une forme de gouvernement « où le respect des lois rende compatibles l’ordre et la liberté52 » ; la chose a été depuis longtemps analysée pour Francisco de Miranda comme pour d’autres figures héroïques des Indépendances.

  • 53 Marie-Danièle Demélas, L’invention politique, Bolivie, Équateur, Pérou au XIXe siècle, ERC, Paris, (...)

29Des travaux récents ont, de surcroît, souligné en Amérique andine tant « la greffe absolutiste » à partir de 1770, « forme politique la plus radicale » de la modernité européenne puis du sentiment des Quiténiens à la veille de l’indépendance, que la perception d’une Révolution française satanique53. Certes, discrètement, par le biais par exemple du clergé français ou formé en France dans le courant du XIXe siècle, demeure la perception d’une France « fille aînée de l’Église » ; c’est dans ce registre que les polémiques touchant le catholicisme français sont immédiatement répercutées en Amérique latine, relayées par le clivage conservateurs-libéraux.

  • 54 André Bellesort in Pierre Foncin (dir.), La langue française dans le monde, Paris, Alliance frança (...)

30Certaines grandes revues françaises nourrissent presque autant de polémiques de chaque côté de l’Atlantique. Tel est le cas, par exemple, de la Revue des Deux Mondes. Les articles de Ferdinand Brunetière y critiquant violemment le positivisme traversent en quelques semaines l’océan : ainsi, lorsqu’en 1886 il écrit qu’il « se pourrait bien que Schopenhauer fût, un jour, avec Darwin, l’homme dont les idées auront exercé sur cette fin de siècle la plus profonde influence » ; ainsi encore lorsqu’au début des années 1890 paraît « Sciences et religion » : cette dénonciation du positivisme et du matérialisme ambiant est immédiatement « traduite et discutée » en Amérique latine ; au Chili, l’article est « reproduit aussitôt par un des grands journaux », et, là, il « n’y soulève guère moins de polémique qu’en France ». D’ailleurs, écrit-on « Taine, Renan sont à chaque instant cités dans les feuilles chiliennes54 ».

31Ces constats ont contribué à décaper le modèle hérité d’une historiographie libérale latino-américaine aux liens étroits, à la fin du XIXe siècle, avec la production scientifique de la Troisième République. Ils n’ont toutefois pas remis en cause le phénomène dominant.

  • 55 Ernest Renan, Qu’est-ce qu’une nation ?, Œuvres complètes, Paris, Calmann-Lévy, 1947, p. 891.

32Établies récemment, ces modulations de la réalité de l’influence au moment des indépendances américaines, ne sont en effet pas déterminantes pour cette étude des représentations au XXe siècle. Ce qui importe ici est, plus que la résultante, la représentation au XXe siècle des deux étapes principales de construction de cette influence : lors des indépendances et, plus tard, lors de la construction des États-nations et de leur histoire ; une image construite durant le XIXe siècle, en partie donc élaborée et diffusée par ces historiens latino-américains et durablement présente des deux côtés de l’Atlantique. Renan l’écrivait : « L’oubli, et je dirai même l’erreur historique, sont un facteur essentiel de la création d’une nation55. »

33Car, avec plus ou moins d’enthousiasme, le constat dominant fut en Amérique latine très homogène :

  • 56 Eugène Garzón (ancien sénateur uruguayen), in Comité d’action parlementaire à l’étranger, Première (...)

Le sens de la Révolution française avait pénétré au plus profond les hommes de la Révolution américaine, et ils se le communiquaient les uns aux autres comme un évangile de salut. Les pages les plus fameuses qui s’écrivaient en Europe sur la liberté, l’égalité et les droits de l’homme, parvenaient jusqu’à nos rivages et nous apportaient la formule de la future existence que nous devions réaliser. Et c’est après les avoir longuement mûries et s’en être imprégnés, que les hommes du Nouveau Monde, confiants en leur foi révolutionnaire, se lancèrent dans la lutte et obtinrent la victoire56.

34Et d’illustres Français de passage en Amérique latine le constatèrent avec satisfaction, jusqu’au lendemain de la Première Guerre mondiale :

  • 57 Ernest Martinenche, « L’Amérique latine et la guerre », Bulletin de l’Amérique latine, Paris, 03/0 (...)

On continue à enseigner que c’est la France qui a déclenché le mouvement de son indépendance. Sans doute, c’est la forme de Constitution des États-Unis qu’ont adoptée plus ou moins […] les Républiques issues des grandes colonies de l’Espagne et du Portugal ; mais elles ne se sont émues d’abord qu’au souffle de nos idées révolutionnaires. En cette phase décisive de leur histoire, la France ne leur a pas seulement fourni une aide intellectuelle et morale57

  • 58 Pierre Laborie, L’opinion française sous Vichy, Paris, Seuil, 1990, p. 47.
  • 59 Gilles Deleuze, Pourparlers, 1972-1990, Paris, Minuit, 1990, p. 93.

35Ainsi, lorsque s’ouvre la réflexion, les représentations sont devenues « créatrices de réalité58 » et l’élaboration imaginaire est désormais prépondérante. La « double action », pour reprendre l’expression de Marc Bloch, de l’instrumentalisation et de l’adhésion révèle l’espace de l’imaginaire : les faits sont avérés du moment qu’un groupe y croit ; « l’imaginaire, ce n’est pas l’irréel, mais l’indiscernabilité du réel et de l’irréel59. »

  • 60 Voir la mise au point sur l’apparition de l’expression « Amérique latine » en France par Paul Estr (...)
  • 61 Alain Rouquié, L’Amérique latine, Paris, Seuil, 1987, p. 17.
  • 62 Manuel Ugarte, El porvenir de la América Latina, Valencia, Sempere, 1911. Traduction de Francisco (...)

36À partir du milieu du XIXe siècle, les éléments réfractés ou représentations composant l’image dominante de la France se sont progressivement mêlés à la latinité. Ce concept nouveau est très vite plus proche, dans sa définition originelle française, de la légitimation d’expansion que du seul constat linguistique60. Mais l’invention donne au sous-continent indépendant une première interprétation d’ensemble, avec un nom collectif, Amérique latine, bientôt communément admis. Elle donne aussi un repère d’identité lié encore à l’Europe, avec la France comme tête de pont cette fois : à côté des nationalismes, une nouvelle communauté est imaginée. Le concept a l’avantage de donner au pouvoir français, circonstanciellement oublieux de sa laïcité, de « légitimes devoirs envers ses sœurs américaines catholiques et romanes ». L’idée d’une communauté latine œuvre de plus dans le sens de l’amenuisement d’une perception d’une singularité culturelle latino-américaine, « en gommant les liens particuliers de l’Espagne avec une partie du Nouveau Monde61 ». La latinité, enfin, contribue à séparer l’Amérique anglo-saxonne et l’Amérique latine : l’héritage latin est vite reconnu par ceux des Américains cultivant un antinord-américanisme appelé à de vifs développements. L’écrivain argentin Manuel Ugarte identifie ainsi la principale dette latino-américaine envers une France ayant « contribué dans les différentes Républiques américaines à raffermir les qualités latines » devant « souligner les différences qui séparent les deux Amériques62 ». Et, à l’orée du XXe siècle, l’écrivain brésilien Machado de Assis est célébré en Sorbonne en tant que génie de la latinité.

  • 63 Émile Zola (1900-1901) cité par Claude Digeon, La crise allemande de la pensée française, Paris, P (...)
  • 64 Jean Jaurès (1890) cité par Marchesi, France as La nation-guide in the Thought of Péguy and Jaurès(...)
  • 65 Jean-François Bayart, L’illusion identitaire, Paris, Fayard, 1996, p. 231.

37Depuis la fin du XVIIIe siècle, placée de ce côté-ci de l’Atlantique comme « chevalière du droit et de la Liberté63 », comme « préparée par toute son histoire à confondre sa vie nationale avec la vie du monde64 » et admise bientôt de l’autre comme « dissonance éclairante sur le continent », la France a de très nombreux échos outre-Atlantique. L’afrancesamiento plus ou moins poussé ou durable d’une frange urbaine, aisée et minoritaire des sociétés latino-américaines de la fin du XIXe siècle n’est alors qu’un reflet visible d’un phénomène plus ample : car « une imagination constituante » très référencée à la France joue dans beaucoup de pays « un rôle central dans la formation de l’État, et plus généralement dans la production du politique65 ».

Notes

1 La « plus fine culture intellectuelle » peut être ici comprise comme européenne. « Premier entretien public », in Marco Palacios, Le Nouveau Monde et l’Europe, ouvr. cité, p. 204-205. (coord.), Las independencias hispanoamericanas. Interpretaciones 200 años después, Bogotá, Editorial Norma, 2009.

2 Amparados.

3 Marco Palacios, (coord.), Las independencias hispanoamericanas. Interpretaciones 200 años después, op. cit..

4 Marcela Ternavasio in Marco Palacios (coord.), Las independencias hispanoamericanas. Interpretaciones 200 años después, Bogotá, Editorial Norma, 2009.

5 Mélanges de la Casa de Velázquez, Madrid-Paris, 1992, t. XXVIII (3), p. 161-189.

6 Ou construction mentale globale et collective. L’imaginaire fait partie du processus d’abstraction, donc du champ de la représentation : l’imaginaire y « occupe la partie de la traduction non-reproductrice » […] mais créatrice », débordant le champ de la représentation (Jacques Le Goff, L’imaginaire médiéval, Paris, Gallimard, 2e édition, 1991, préface p. II).

7 Cf. les communications de colloques qui ont précisé les modalités de cette diffusion : Michel Vovelle (dir.), L’image de la Révolution française, 3 vol. , Pergamon Press, 1989 ; pour « L’Amérique latine face à la Révolution française » (Paris 1989), le n° 54 de Caravelle (Toulouse, 1990) et le n° 10 des Cahiers des Amériques latines, (Paris, 1990) ; cf. aussi le catalogue de l’exposition (Madrid et Paris, 1989), La Révolution française et l’Amérique latine (La Découverte, 1989). « En France et longtemps en Amérique latine, la Révolution française est considérée comme l’unique », c’est-à-dire « l’événement qui permet de construire l’idée de révolution et qui fournit au moins sous forme d’indications et de potentialités une description déjà exhaustive du processus révolutionnaire. » (Patrick Thierry, « De l’équilibre à la terreur, une vision transatlantique », coll. Elseneur, n° 6, Caen : Centre de la modernité, 1991).

8 « Le concept individualiste de l’homme libre dans une nouvelle société égalitaire et contractuelle vue comme le « » peuple souverain », seule autorité légitime… » (François Chevalier, l’Amérique latine, de l’indépendance à nos jours, Presses Universitaires de France ; 2e éd., 1993, p. 157).

9 Le Brésil impérial a suivi une voie de compromis entre modernité et tradition. En 1889, à l’extrême fin de l’Empire, la célébration du centième anniversaire de la Révolution n’a pu occuper le même espace symbolique que dans de nombreux autres pays d’Amérique latine.

10 François Chevalier, op. cit., p. 157.

11 La mémoire collective a peu retenu l’influence de la Révolution de 1830 et du « moment Guizot » qui établirent le modèle d’un libéralisme pragmatique de compromis réduisant le « peuple » à la catégorie de modernité (restrictions du suffrage au Chili, en Argentine, au Mexique…).

12 Cf. pour plus de détails, François-Xavier Guerra, « Les avatars de la représentation au XIXe siècle », in Georges Couffignal, Réinventer la démocratie, Le défi latino-américain, Paris, FNSP, 1992, p. 49-84.

13 François-Xavier Guerra, ibid., p. 54 et 62.

14 D’origine suisse.

15 Au Foreign Office, Canning souhaite préserver la monarchie au Brésil comme antidote contre « les démons de la démocratie universelle » (cité par Leslie Bethell, Historia de América Latina, 5, Barcelona, Crítica, p. 199). L’assemblée constituante de juin 1822 est dissoute en novembre 1823, et un conseil d’État nommé rédige la constitution (système bicaméral, sénateurs élus à vie, députés élus au suffrage indirect et restreint). La maçonnerie, importée d’Angleterre et dans une moindre mesure des métropoles coloniales, joue un rôle important dans les processus d’indépendance. Sur le « pouvoir modérateur de Benjamin Constant », voir aussi Jean-René Garcia, La Bolivie, histoire constitutionnelle et ambivalence du pouvoir exécutif, L’Harmattan, Paris, 2012.

16 François-Xavier Guerra, op. cit., p. 70.

17 Mario Carelli, « Les Brésiliens à Paris de la naissance du romantisme aux avant-gardes », in André Kaspi et Antoine Marès (dir.), Le Paris des étrangers, Paris, Imprimerie nationale, 1989, p. 287.

18 Quant à savoir d’où provient le système bicaméral mis en place dans la plupart des pays latino-américains, la réponse n’est pas simple : si c’est encore un modèle anglais (le modèle est assurément d’inspiration britannique et sa stabilité est assez exemplaire pour avoir été imitée), c’est peut-être transmis par les États-Unis qu’il arrive au sud du continent. Mais, selon certains auteurs, cela peut aussi être considéré comme une réminiscence des institutions coloniales qui avaient mis en place deux échelons d’assemblées. Quant à la référence française, elle n’est pas impossible, sauf qu’il faut considérer que la France issue de la Révolution a compté entre une et trois assemblées et que cette instabilité institutionnelle n’a pas favorisé les transferts. Chaque cas national mérite donc une réponse spécifique.

19 François-Xavier Guerra emploie le terme de « modèle français » pour la Constitution mexicaine de 1857 : […] « Malgré des emprunts aux institutions nord-américaines », inévitables, dès lors que le particularisme régional rendait impérative la forme fédérale, l’influence des Lumières et de la pensée libérale européenne était dominante dans le congrès constituant (1856-1857). Si l’on y cite Jefferson, on cite plus souvent encore Voltaire, Rousseau, Bentham, Locke, Montesquieu, Constant et Lamartine. Mais surtout l’esprit et l’exemple de la Révolution française – la première révolution et celle, plus récente, de 1848 – restaient l’inspiration essentielle ». Le Mexique, de l’Ancien régime à la Révolution, Paris, Publications de la Sorbonne - L’Harmattan, t. 1, 1985, p. 29-30.

20 À moins qu’on ne considère le nationalisme comme un mouvement issu de l’Europe.

21 Cf. pour une introduction très synthétique en français, François Chevalier, L’Amérique latine, de l’indépendance à nos jours, Op. cit., p. 434.

22 La pensée de Spencer et de Darwin paraît l’emporter sur celle de Comte en Uruguay et en Argentine. Mais, même au Brésil, le principal théoricien pauliste de la République, Alberto Sales, idéologue de la République libérale, est un héritier du darwinisme social par l’intermédiaire de Spencer. Et, dans ce cas, le modèle de la République idéale est sans doute fourni par les États-Unis (cf. José Murilo de Carvalho, La formación de las almas, El imaginario de la República en el Brasil, Buenos Aires, Universidad nacional de Quilmes, 1997, p. 38-39 ; lu en version argentine).

23 John Lynch, « La Iglesia católica en América Latina 1830-1930 », in Leslie Bethell ed., Historia de América latina, vol. 8, Ed. Crítica, Barcelona, 1991, p. 91.

24 Antón Pazos, La Iglesia en la América del IV Centenario, Madrid, MAPFRE, 1992, p. 209.

25 Pierre Bouretz, « D’Auguste Comte au positivisme républicain », in Pascal Ory (dir.), Nouvelle histoire des idées politiques, Paris, Hachette, 1987, p. 301.

26 François Chevalier, op. cit., 2e éd., p. 435.

27 Morny paraît avoir largement bénéficié de monopoles octroyés par son gendre (qui ne gouverne personnellement que jusqu’en 1888, avant de partir pour Paris où il meurt en 1889).

28 Guzmán Blanco décrète le 27 juin 1870 l’éducation primaire publique et obligatoire. À partir de 1863, la pensée comtiste se diffuse à travers les enseignements d’Adolfo Ernst et de Rafael de Villa-Vicencio, titulaire d’une chaire de philosophie positive. L’université est elle-même réformée sous l’influence du positivisme. Cf. en français J. Yepez, Origines et diffusion du positivisme intellectuel et politique au Venezuela, 1866-1890, thèse, Paris 1, F. Chevalier dir., 1984.

29 On peut consulter, entre autres travaux, ceux déjà cités de Marisa Vannini de Gerulewicz et ceux de Nikita Harwich.

30 Daniel Pécaut, Entre le peuple et la nation, les intellectuels et la politique au Brésil, Paris, MSH, 1989, p. 25.

31 Mario Carelli, op. cit., p. 84.

32 La diplomatie française est d’emblée méfiante face au coup d’État républicain qu’elle n’avait pas su prévoir. En dépit de certaines réactions positives (« Apparemment il n’y a pas lieu de changer les relations amicales qui existaient avec le Brésil. Le principe Ordre et Progrès plaît. » AMAE, CP, Brésil, 53, Spuller, 23-11-1889 cité par Ph.-H. Adant, mém. cit., p. 42), les excellentes relations politiques entre la France et l’Empire se dégradent avec le passage à la République.

33 Au Brésil, l’opposition jacobine à l’Empire, au premier rang de laquelle Silva Jardim, utilise volontiers les critiques traditionnelles contre l’Ancien Régime français, quelles que soient les réalités respectives, peu comparables (cf. José Murilo de Carvalho, op. cit., p. 40-41).

34 La Colombie est, à cet égard, un cas particulier : si le positivisme se ressent un peu dans le discours politique au début du gouvernement Nuñez, à la fin des années 1880, il est balayé par le conservatisme politique.

35 C. A. Hale, « Ideas políticas y sociales en América Latina, 1870-1930 », in Leslie Bethel ed., op. cit., vol. 8 et F. B. Pike, « La Iglesia en Latinoamérica de la Independencia a nuestros días », in L. J. Rogier, R. Aubert, M. D. Knowles (dir.), Nueva Historia de la Iglesia, t. V, Madrid, Cristiandad, 1977, p. 316-370.

36 Afrancesado : « francisé », avec un fort sens d’acculturation. Annick Lempérière, Intellectuels, État et société au Mexique, Les clercs de la nation, Paris, L’Harmattan, 1992, p. 38.

37 Certains auteurs la notent pour l’Espagne et le Portugal. François Chevalier souligne par exemple que « les bases luso-hispaniques sont évidentes en certains domaines. Elles naissent d’une présence de trois siècles dans le Nouveau Monde : les structures restent en partie semblables après l’indépendance. Ainsi n’est-il pas rare aux dix-neuvième et vingtième siècles que les réactions à la conjoncture soient parallèles de part et d’autre de l’Atlantique ». Ce que l’on a pu qualifier de « background ibéro-latin » représentait ainsi il y a peu un vaste champ encore modestement travaillé (François Chevalier, op. cit., p. 29).

38 Francisco García Calderón, cité par Mateo Pérez-Pacheco, « La culture française en Amérique latine », Bulletin de l’Amérique latine, Paris, 06/07-1921, p. 272.

39 Sur le détail de ces synchronies, il existe toutefois de nombreuses distinctions d’un auteur à l’autre, d’un pays à l’autre et des explications divergentes, selon que l’on donne plus ou moins d’importance à la permanence des structures d’origine européenne dans le monde indépendant latino-américain, à l’ère des Lumières et à une conduite du Progrès sous direction européenne… Pour Charles Morazé et le cas du Brésil, jusqu’en 1848 « ce n’est, de fait, qu’une seule histoire et que les avatars d’une seule et même doctrine juridique, l’histoire des ambitions nées du progrès de l’ère des Encyclopédies », mais, en 1848, « nos destinées se séparent » ; l’auteur renoue la comparaison, en dissociant les chronologies, entre 1930 au Brésil « qui brûle le vieux Brésil » et 1848 en France (Charles Morazé, Les trois âges du Brésil, Essai de politique, Paris, Armand Colin, 1954, p. 26-27, p. 42 et 53).

40 Charles Morazé, op. cit., p. 24.

41 Littéralement « non noir » et « non blanc ». Le remarquable ouvrage de Jeffrey Lesser (O Brasil e a Questão Judaica, Rio de Janeiro, Imago, 1995) nous paraît ainsi omettre cette perspective.

42 Marisa Vannini de Gerulewicz, La influencia francesa en Venezuela, Maracaibo, Universidad de Zulia, 1968, 2a ed.

43 Rafael María Baralt, Carácter Nacional, Primer Libro Venezolano de Literatura, Ciencia y Bellas Artes, Caracas, 1895, p. CIX. Pedro Emilio Coll, « Notas sobre la evolución literaria en Venezuela », El Cojo Ilustrado, 1-02-1901. Jacinto López, El Cojo Ilustrado, 1-01-1904 (avec Cosmopolis, cette revue marque le triomphe de l’influence française au Venezuela).

44 Luis Alberto de Herrera, La Revolución Francesa y Sud América, F. Sempere, Valencia, 1910, p. 56.

45 E. Bradford Burns, « Introduction », Les Révolutions dans le monde ibérique (1766-1834), II. L’Amérique, Talence, Presses Universitaires de Bordeaux, 1991, p. 7 et 13.

46 Les participants de ce mouvement lisaient certes des auteurs français interdits, ce qu’a confirmé l’analyse des documents liés aux séquestres de certaines de leurs bibliothèques. Il en est de même quelques années plus tard pour la Sociedade literária de Rio. Mais seul le mouvement bahianais Conjuração dos Alfaiates a divulgué les idées révolutionnaires au-delà d’un cercle très restreint (K. de Queirós Mattoso, Presença francesa no movimento democrático bahiano de 1798, Salvador, Ed. Itapõa, 1969). Saluée par des acclamations à la religion, au prince et à l’union luso-brésilienne, l’indépendance du Brésil s’est effectuée sui generis pour des raisons moins idéologiques que pragmatiques. Jusqu’à la fin du XIXe siècle, le Parti conservateur et l’Église condamnent l’« athéisme » des révolutionnaires français et la « démocratie chaotique » (José Bonifácio) des jacobins.

47 Cf., pour le cas mexicain, F.-X. Guerra, Le Mexique, de l’Ancien Régime à la Révolution, t. 1, Paris, L’Harmattan, 1985, p. 390 et suiv.

48 Les « agitations politiques auraient été plus fréquentes depuis l’indépendance des États-Unis, et surtout depuis 1789, si la haine mutuelle des castes et la crainte qu’inspire aux blancs et à tous les hommes libres le grand nombre de noirs et d’indiens, n’avaient arrêté les effets du mécontentement populaire. Ces motifs sont devenus plus puissants encore depuis les événements qui ont eu lieu à Saint-Domingue, et l’on ne saurait révoquer en doute qu’ils ont plus contribué à maintenir le calme dans les colonies espagnoles que les mesures de rigueur et la formation des milices », Alexandre de Humboldt, Voyage aux régions équinoxiales du Nouveau Continent fait en 1799-1804, Paris, 1816-1831. Cf. aussi du même auteur dans la rééd., Voyages dans l’Amérique équinoxiale II, Paris, Maspero, 1980, p. 63-66.

49 Au Brésil, à Recife en 1824, noirs et mulâtres manifestent en chantant dans les rues : « Comme moi j’imite Christophe / Cet immortel Haïtien / Allons imite son peuple / Ô, mon peuple souverain ! » Cité par Gilbert Freyre, Terres du sucre, Paris, Gallimard, 1956, p. 158.

50 Cités par Maria Beatriz Nizza da Silva, Cultura e sociedade no Rio de Janeiro, 1808-1821, São Paulo, Cia Editora Nacional, 1977.

51 Au Brésil, après 1811, l’anglophilie domine largement tandis que l’influence française n’est pas reçue simplement par les Luso-Brésiliens. Napoléon y est volontiers désigné comme le « dragon corse », le « dictateur gaulois ».

52 François-Xavier Guerra, « Préface » à C. Parra Pérez, Miranda et la Révolution française, Caracas, Banco del Caribe, 1989, p. IV.

53 Marie-Danièle Demélas, L’invention politique, Bolivie, Équateur, Pérou au XIXe siècle, ERC, Paris, 1992, p. 73 et suiv., p. 189-190.

54 André Bellesort in Pierre Foncin (dir.), La langue française dans le monde, Paris, Alliance française, 1900, p. 245.

55 Ernest Renan, Qu’est-ce qu’une nation ?, Œuvres complètes, Paris, Calmann-Lévy, 1947, p. 891.

56 Eugène Garzón (ancien sénateur uruguayen), in Comité d’action parlementaire à l’étranger, Première Semaine de l’Amérique Latine, Paris, s.é., 1916, p. 14.

57 Ernest Martinenche, « L’Amérique latine et la guerre », Bulletin de l’Amérique latine, Paris, 03/04-1918, p. 164.

58 Pierre Laborie, L’opinion française sous Vichy, Paris, Seuil, 1990, p. 47.

59 Gilles Deleuze, Pourparlers, 1972-1990, Paris, Minuit, 1990, p. 93.

60 Voir la mise au point sur l’apparition de l’expression « Amérique latine » en France par Paul Estrade, « Observaciones a Don Manuel Alvar y demás académicos sobre el uso legítimo del concepto de América latina », message de remerciements pour la remise de la médaille « Marc Bloch », texte inédit communiqué par l’auteur, Caracas, 29/31 juillet 1993.

61 Alain Rouquié, L’Amérique latine, Paris, Seuil, 1987, p. 17.

62 Manuel Ugarte, El porvenir de la América Latina, Valencia, Sempere, 1911. Traduction de Francisco García Calderón, Bulletin de la bibliothèque américaine, 9, 15-04-1911, p. 283.

63 Émile Zola (1900-1901) cité par Claude Digeon, La crise allemande de la pensée française, Paris, PUF, 1958, p. 285.

64 Jean Jaurès (1890) cité par Marchesi, France as La nation-guide in the Thought of Péguy and Jaurès, thèse de PhD, Melbourne University Press, 1968 (5-3), p. 110.

65 Jean-François Bayart, L’illusion identitaire, Paris, Fayard, 1996, p. 231.

Auteur

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540