Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Amériques, des constitutions aux démocraties

 | 
Jean-René Garcia
, 
Denis Rolland
, 
Patrice Vermeren

Première partie. De l'invention constitutionnelle dans les Amériques

Sarmiento, Alberdi et la naissance de l’Argentine moderne

Emilio de Ipola

Résumé

Les thèses de Domingo Faustino Sarmiento et de Juan Bautista Alberdi, auteurs de la même époque, ont profondément influencé la construction de la nation argentine.
Il s’agit d’analyser les principales lignes de force présentes chez les deux auteurs. Ainsi, on peut opposer le décisionnisme progressiste d’inspiration étatsunienne présent chez Sarmiento et le gradualisme conservateur d’inspiration européenne présent chez Alberdi. Tout en soulignant que les deux penseurs s’accordent à dire que l’Argentine est un pays d’exception destiné à un avenir de grandeur, au point de se transformer en un mythe collectif partagé par l’ensemble des Argentins.

Texte intégral

  • 1 Au Chili, les deux ; en France, Alberdi ; au Paraguay, Sarmiento pendant ses dernières années.

1Au-delà des disputes souvent soulevées par la simple évocation de leurs noms, il est indiscutable que Domingo Faustino Sarmiento et Juan Bautista Alberdi furent deux des principaux gestionnaires idéologiques et politiques de la Nation argentine. Ils avaient beaucoup de traits communs : tous deux étaient savants, prolifiques avec leur plume – souvent aiguisée –, combatifs, et ont eu un rôle central dans tous les débats dans lesquels étaient tranchées des questions centrales de la République naissante. De même, tous deux vécurent de longues années en dehors de l’Argentine1 et parcoururent une grande partie de l’Europe, des États-Unis et de l’Amérique du Sud. Ces voyages furent qualifiés de « pragmatiques » puisque, pendant ceux-ci, ils portèrent une attention particulière à tout (habitudes, formes de sociabilité, lois, participation politique des populations, culture) ce qu’ils ont pu juger d’intérêt pour la République en gestation.

2Protagonistes et rivaux lors de célèbres polémiques, auteurs d’ouvrages fondamentaux pour la compréhension des processus de la réalité argentine – Facundo, Bases – leurs apports peuvent être mis en cause mais jamais négligés. Tous deux font partie de plein droit du panthéon des fondateurs de la nouvelle République.

  • 2 Emblématiques en ce sens sont les Cartas quillotanas de Alberdi et Las ciento y una de Sarmiento.

3Leurs écrits ont un double intérêt : un intérêt intrinsèque lié à leur contenu (et sans doute aussi à leur forme) et un autre, disons, extrinsèque, vectorisé, par rapport aux sujets sur lesquels s’opposaient leurs points de vue. Les polémiques pleines d’énergie et d’intelligence qui les opposèrent forment des chapitres essentiels des œuvres de l’un et de l’autre2. Leurs différences mêmes sont instructives.

4Dans ces quelques lignes, nous nous concentrerons sur les principales lignes de force qui ont caractérisé, au-delà des faux pas et changements occasionnels d’opinion, la pensée de ces deux auteurs. On ne doit pas être surpris si, dans des œuvres si prolifiques et si attentives aux avatars des processus politiques qui se succédaient dans nos sociétés, apparaissent de façon inespérée des déclarations changeantes et parfois incompatibles avec les points de vue plus fermes et permanents de l’un et de l’autre. Seuls ces derniers points de vue retiendront notre attention.

5Sarmiento et Alberdi ont été des membres éminents de ce qui fut appelé « la génération de 37 », un cercle de jeunes intellectuels qui avaient perçu le besoin et assumé le devoir de penser et d’étudier la singulière réalité sociale argentine. Il ne leur fallut pas longtemps pour s’apercevoir que la première grande difficulté gisait dans l’enchevêtrement infernal de guerres civiles entre unitaires et fédéraux qui ravageaient les provinces.

6Au début, ils portent leurs espoirs sur Juan Manuel de Rosas, peut-être parce qu’ils pensent que seul un caudillo peut imposer son autorité et rétablir l’ordre. Mais peu de temps après, ils s’opposent activement à Rosas, ce qui leur vaudra un exil prolongé. Ils reviendront, après la destitution de Rosas à la suite de la bataille de Caseros. Dans son excellent ouvrage Historia de las ideas en la Argentina, Oscar Terán cite un paragraphe des Mémoires du général José María Paz qui décrit avec beaucoup de talent, sous un angle « antirosiste », la situation de l’époque.

  • 3 Oscar Terán, Historia de las Ideas en la Argentina, siglo XXI Editores, Argentina, 2008.

7Il ne serait pas inopportun d’avertir que cette fraction de la République que formait le Parti fédéral ne combattait pas seulement pour la simple forme de gouvernement. D’autres intérêts et d’autres sentiments se refondaient en un seul pour le faire triompher. D’abord, il s’agissait de la lutte de la partie la plus cultivée contre la partie la plus ignorante. Deuxièmement, les gens de la campagne s’opposaient aux gens des villes. Troisièmement, la plèbe voulait s’imposer à l’élite de la société. Quatrièmement, les provinces, jalouses de la prépondérance de la capitale, voulaient devenir ses égales. Cinquièmement, les tendances démocratiques s’opposaient aux prétentions aristocratiques et monarchiques. Toutes ces passions, tous ces éléments de dissolution et d’anarchie s’affrontaient avec une terrible violence3.

8On verra que ce qui les différencie et ce qui les oppose ont un grand intérêt : on dirait que l’histoire a démenti chacun d’entre eux et conclu en donnant raison aux deux.

9Chez Sarmiento, il faut remarquer avant tout l’admiration pour le dynamisme et l’égalité qu’il perçoit dans la société nord-américaine. Il s’agit d’une admiration dépourvue des peurs de Tocqueville, qui était sensible aux théories européennes sur le danger représenté par les masses. Sarmiento remarque les vertus civiques de cette société constamment active et intéressée par la chose publique ; une société vive, qui dialogue, discute, entreprend. Il l’oppose à l’apathie et l’ineptie des Européens, à leur dépendance au respect de l’État, à son immobilisme. Il est de même convaincu que cette société démocratique et égalitaire – sans la tache que représente l’esclavagisme en vigueur en Amérique du Nord – peut être le modèle qui s’adapte le mieux à la société argentine.

  • 4 Idem, p. 95.

10Alberdi porte un regard différent, presque opposé à celui de Sarmiento. Il considère la population native étrangère à la civilisation, comme dépourvue de ressources intellectuelles, de savoirs pratiques et même comme majoritairement analphabète. Il ne croit pas non plus que les us et coutumes civilisés puissent être inculqués depuis l’intérieur ni ne puissent surgir là où ils n’ont jamais existé, même pas sous forme « larvaire ». Il ne voit qu’un remède à cette impasse : la promotion de l’immigration européenne. Oscar Terán écrit : « […] la question est comment européaniser, comment civiliser. La réponse est : par la greffe migratoire et l’éducation par les choses4 ». D’un autre côté, il propose un modèle de République qui restreint le vote et la participation politique aux classes savantes, c’est-à-dire aux fortunés. Il défend l’opinion que refuser le suffrage aux ignorants et aux indigents garantit la limpidité et la justesse du vote émis. Ainsi naît l’idée de la « République possible », où les présidents gouvernent comme dans une monarchie et où le principe démocratique n’est qu’une apparence.

11Il ne s’agit pas, pour Alberdi, du point d’arrivée de la nouvelle Nation, mais d’une étape provisoire qui, moyennant immigration, nouvelle population et éducation, sera dépassée et donnera lieu à la « véritable République ».

12Au décisionnisme progressiste de Sarmiento, inspiré par la vision de la société américaine, Alberdi oppose une graduation plus conservatrice d’inspiration européenne. Mais ils se retrouvent sur un point fondamental : pour les deux auteurs, l’Argentine est un pays d’exception, destiné par nature à un destin hors pair. Cette croyance va prospérer et acquérir un caractère de mythe collectif, partagé par les Argentins – et aussi par beaucoup d’étrangers.

Notes

1 Au Chili, les deux ; en France, Alberdi ; au Paraguay, Sarmiento pendant ses dernières années.

2 Emblématiques en ce sens sont les Cartas quillotanas de Alberdi et Las ciento y una de Sarmiento.

3 Oscar Terán, Historia de las Ideas en la Argentina, siglo XXI Editores, Argentina, 2008.

4 Idem, p. 95.

Auteur

Sociologue argentin. Professeur émérite à l’université de Buenos Aires. Il a enseigné dans différents pays, notamment en France, à l’EHESS, au Collège international de philosophie de Paris, et au Canada, dans les universités de Montréal et du Québec. Il a également enseigné à la faculté latino-américaine de Sciences Sociales (FLACSO) en Argentine et au Mexique. Parmi ses publications : La Bemba (réédité en 2005), Althuser, el infinitoadiós (2009).

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable