Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Amériques, des constitutions aux démocraties

 | 
Jean-René Garcia
, 
Denis Rolland
, 
Patrice Vermeren

Première partie. De l'invention constitutionnelle dans les Amériques

Le « jacobinisme du río de la plata »

Et la philosophie de la révolution

Silvana Carozzi

Résumé

La resémantisation du terme de Révolution est nécessaire pour décrire l’exemple du Río de la Plata : d’événement cataclysmique, il s’imposera au fur et à mesure comme la renaissance anticolonialiste d’un peuple souverain. Au lieu d’un repositionnement bouleversant du monde et de l’ordre cosmologique, la Révolution se structurera peu à peu comme un état transitoire menant au progrès indispensable à l’homme moderne.
La nation argentine n’ayant pas d’existence avant l’émergence de sa Constitution, c’est aux philosophes français, tel Rousseau, que Moreno empruntera le principe législatif. L’utilisation du Contrat social lui permettra de justifier l’acte fondateur de la nouvelle nation, en l’inscrivant dans une tradition européenne de la pensée, qui remonte à Socrate, comme en témoignent ses écrits dans la Gaceta.
Un tournant va s’opérer avec Monteagudo, qui optera pour la lecture que fait Burke de la Révolution française, inaugurant une « liberté à l’anglaise », qui succède à la liberté « à la française », mettant par là en danger la notion d’État d’abord constituée.

Texte intégral

1. État du problème

  • 1 Roger Chartier, Espacio público, crítica y desacralización en el siglo XVIII, Barcelona, Gedisa, 2 (...)

1Dans un texte écrit en 1991, Roger Chartier dit, polémiquant en quelque sorte avec Robert Darnton, quelque chose que nous soupçonnions tous : les livres, à eux seuls, ne font pas les révolutions. Chartier veut dire par là qu’il est impossible de déduire du simple fait de lire, du pur contact du lecteur avec la feuille écrite quelque chose d’aussi complexe que le passage à l’action politique ; il faudrait en effet entre une chose et l’autre compter avec certaines médiations, telles que les effets de persuasion, la production de croyance en faveur de ce qu’on lit et, enfin, l’émergence d’une motivation qui pousserait celui qui serait un lecteur plus ou moins convaincu de la justesse conceptuelle du livre qu’il vient de fermer à devenir celui qui met en acte ou essaie concrètement les solutions théoriques préconisées par l’auteur du texte. Une scène peu vraisemblable, comme on peut facilement s’en rendre compte. Chartier en arrive à inverser l’image classique des idées qui donneraient leur impulsion aux événements, en offrant la possibilité de penser – tout du moins dans le cas français – que la Révolution elle-même puisse être représentée par l’action concrète de Robespierre, elle qui « fait les livres et la philosophie1 ». C’est-à-dire que ce serait la décision que prend Robespierre de faire transférer les corps de Voltaire et de Rousseau (1791 et 1793) au Panthéon afin de « rendre gloire aux grands hommes qui l’ont préparée et annoncée » qui construirait, à travers cette cérémonie et ces paroles, un récit des origines, en attribuant à ces grands noms et à leur philosophie la paternité de la Révolution.

2En résumé, penser que les livres font la révolution ne serait rien d’autre qu’une croyance présente dans la conscience des protagonistes de ces révolutions, ou, tout du moins, aurait été une conviction habitant la conscience insurrectionnelle du Juillet français. Mais les révolutions se ressemblent-elles ? Existe-t-il une métaphysique de la révolution qui permette de comparer, avec la prudence historiographique nécessaire, la Révolution française, la révolution nord-américaine, la révolution soviétique et – ajoutons-nous – la révolution pour l’indépendance de l’Argentine ? Hannah Arendt serait d’accord avec la possibilité de les penser toutes à partir d’une unité ; il est certain qu’elle est philosophe et que les philosophes ne peuvent résister, en général, à une certaine tendance aux universaux. Ou plutôt, même quand ils y résistent, c’est-à-dire quand ils critiquent les concepts universaux, et même parfois s’y opposent et les considèrent flatus voci, ils n’entrent pas pour autant sur le terrain du relativisme historique ou culturel. Mais ce problème risquerait de nous conduire à des digressions peut-être trop éloignées de notre propos. En effet, et bien qu’il s’agisse également de considérer ce lien aussi suggestif qu’opaque entre les livres et les révolutions, notre analyse ne porte ni sur la Révolution française, ni sur les révolutions en général, mais bien sur le champ plus restreint de la révolution pour l’indépendance dont nous célébrons le bicentenaire, même si cela implique d’une certaine manière de situer cette analyse dans le cadre d’une théorie plus générale.

3Nous tenterons donc :

  • de décrire à grands traits la scène révolutionnaire, en soulignant une vision qui y reconnaît un événement dans son sens métaphysique ;
  • de décrire en même temps la relation des acteurs de la région du Río de la Plata les plus radicaux (ce ne sont pas encore des « Argentins ») avec la philosophie, discours auquel ils font appel comme à une forme de validation de leur action politique ;
  • de proposer pour ce cercle de ceux que l’on a appelés les « jacobins argentins2 » des années 1810-1815, une certaine périodisation de la réception et de l’adoption de doctrines philosophiques. Nous distinguerons ainsi un premier « moment français » dont on trouve une des représentations principales avec l’écriture publique de Mariano Moreno, et un second moment inauguré par le discours de son successeur, Bernardo de Monteagudo, et qui diffère du précédent tant par le modèle révolutionnaire qui y est évoqué que par certaines références nouvelles, comme celle faite aux droits de l’homme, un concept qui, dans le sens que lui donne Monteagudo, pourrait remplacer sa version française par une version anglo-américaine ;
  • de justifier, pour finir, à partir de cette périodisation et de ce que nous appelons les « avantages théoriques » des différentes doctrines, la distinction entre celles qui pouvaient proposer une représentation de la révolution proche des formules du rousseauisme et de la tradition française, servant au premier moment, d’autres avantages différents liés au modèle qui commence à s’imposer avec le « moréniste » Monteagudo après la séparation et la mort du leader Moreno, en 1811.

2. La description et le début

  • 3 En plus des perspectives (probablement inaugurales en ce sens) de Martin Heidegger, puis de Hannah (...)
  • 4 Francois-Xavier Guerra, Modernidad e Independencias, México, FCE, 1993 [1992].

4Si un événement, dans le sens où Heidegger (et Arendt) le conçoivent, ne connaît pas de cause3, s’il peut se comprendre, puisqu’il n’est pas un épisode – pur instant temporel dans le cours des choses du monde – comme une occasion de liberté dans l’histoire, à la lumière duquel on réécrit rétrospectivement cette même histoire (comme c’est le cas du geste de Robespierre pour Chartier), il est tout à fait possible de considérer que la révolution pour l’indépendance du Río de la Plata en est le meilleur exemple. Il s’est agi, comme le montrent très bien les derniers travaux historiographiques, d’un devenir politique comprenant l’effondrement puis la chute de la monarchie hispanique, cette « nation à deux hémisphères » dont la famille des Bourbons hispaniques, malgré les réformes de Carlos III, n’avait pu pallier les dysfonctionnements et les crises simultanées. C’est cette exportation depuis la métropole d’une crise que la métropole elle-même ne pourra ensuite résoudre4 qui allume l’étincelle révolutionnaire dans la moitié du continent américain, un défi face auquel les acteurs mêmes déclareront par la suite avoir été surpris, et pour lequel, admettront-ils, la société à laquelle ils appartenaient et eux-mêmes en tant qu’élite intellectuelle n’étaient probablement pas tout à fait prêts.

  • 5 La Gaceta de 1810, dont Moreno est responsable, met en tête de toutes ses premières pages la fameu (...)

5Entrés dans une désobéissance tout d’abord autonomiste, ils finissent par être captivés par le pathos de la révolution, ce qui signifie, pour le dire vite, un rara temporum felicitate5 où l’esprit d’une seconde naissance, politique et républicaine, triomphe. Ainsi Monteagudo prend l’habitude de finir ses articles par un tonitruant « Vive la République ! ».

6Quant au concept de révolution en soi, il devra être également, en ce sens, « révolutionné » pour arriver à le défaire de son ancienne sémantique astronomique, liée à l’idée de repositionnement. Ainsi, le fait qu’aux débuts de ce qui allait être l’événement qui culminerait avec l’Indépendance du Río de la Plata la révolution fut entendue comme une « calamité », ne vient pas seulement de questions factices liées à l’immaturité ou, plus généralement, au moment de son surgissement, mais surtout de ce que le terme de « révolution » renvoyait encore à une vision métaphysique aristotélicienne antique fondée sur les principes d’unité et de conservation pour laquelle la révolution entraînait comme seul changement la corruption.

  • 6 Cette acéphalie avait été provoquée par l’abdication de Ferdinand VII au trône, à la suite de l’in (...)

7Dans la première époque de la Gaceta de Buenos Aires fondée par Moreno en juin 1810, le concept de révolution est empreint de négativité, parce que lié à la notion de guerre civile ; les acteurs n’ont pas particulièrement peur de déclarer qu’ils ont pris la décision d’occuper provisoirement la charge du gouvernement local pour éviter la révolution qui aurait pu éclater à la suite des événements que la crise d’acéphalie espagnole (la vacatio regis) n’avait pas cessé de produire6. Vers la fin de l’année en revanche, la révolution est revendiquée comme une transformation à laquelle il faut participer pour défendre les droits que l’assujettissement colonial avait piétinés. Ces droits étaient alors attribués définitivement à la volonté générale dépositaire d’une souveraineté inaliénable, et non plus à l’ancien souverain roi ou à ses délégués de remplacement. Dans ce déplacement de l’imputation souveraine du monarque vers celle du peuple (dans ce cas, le peuple du Río de la Plata) réside probablement toute la force de transformation d’une perspective comme celle de Rousseau, déjà mentionnée ici, à laquelle s’ajoute le fait que le gouvernement (l’exécutif) sera purement subordonné à cette volonté législative du simple peuple. La révolution, comme cataclysme social qui arrive comme arrivent les météores dans le monde de la nature, se transformera ensuite en un événement de l’action humaine qui fait appel à ceux qui veulent impulser le progrès, c’est-à-dire précisément ces hommes qui deviennent modernes dans la mesure où ils deviennent révolutionnaires.

3. Révolution et philosophie : les raisons qui manquent

8Comme l’ont également souligné avec force les derniers travaux historiographiques, il est impossible de trouver une quelconque unité suffisamment stable dans ce qui allait devenir la République argentine, pour pouvoir parler de quelque forme de nation, préexistante à la révolution pour l’indépendance, que ce soit. N’ayant pas de constitution historique, la constitution politique devra être un travail, long et difficile. Ce monde colonial que les morénistes voient comme l’héritier tourmenté d’une tradition – la tradition hispanique – avec laquelle il faut rompre, est le lieu où se produit ce geste révolutionnaire qui veut construire une nation moderne, sur ce qui est déjà perçu comme un manque et qui, des années plus tard, sera caractérisé symboliquement par la métaphore du « désert ». Se sentant sans histoire et sans héritage, il est compréhensible qu’ils se tournent vers le modèle de la Révolution française et vers l’inspiration qu’ils puisent dans le pacte rousseauiste, de structure créationniste ou ex nihilo. C’est pour cela que l’évocation de Rousseau par le secrétaire de la Junte du Gouvernement et la décision (inédite en Amérique) d’ordonner la réimpression du Contrat Social, pour le faire lire dans les écoles de Buenos Aires, ne peuvent être que sincères, et constituent une donnée chargée de sens. Cela indique tout d’abord, de la part de Moreno, la reconnaissance de ce que le répertoire néoscolastique de sa formation intellectuelle universitaire, bien que consistante, ne pouvait supporter, du fait même d’avoir été une source de conservation de la dépendance, la justification de la désobéissance. Cela indique ensuite également que le rousseauisme, dans son interprétation jacobine, lui offrait certains avantages théoriques pour son application locale, dont, fondamentalement, celui de son principe ex nihilo, par lequel l’État se construit à partir « de rien », imitant et sécularisant la forme par laquelle, dans les Évangiles, Dieu créa le monde. Mais ce n’est pas le seul : le rousseauisme offre également l’avantage, par son usage d’une rhétorique de la persuasion, de pouvoir justifier une souveraineté construite sur le corps législatif qui surgit du contrat et relaie à un second plan tout magistrat, simple exécuteur des lois que cette volonté générale « argentine » établit. À un autre niveau, et pas si secondaire que cela, il offre également la possibilité de comprendre le pacte colonial comme un premier pacte inique, la société qui en découle inéquitable, et les droits naturels modernes comme le lointain jaillissement de la dignité que les habitants du Río de la Plata auraient oubliée, à force de supporter le despotisme des trois cents années passées. Les intellectuels de l’élite révolutionnaire jacobine pourraient alors s’attribuer à eux-mêmes une mission de « réveil des droits », s’intégrant à toute une tradition pédagogique qui remonte, dans le passé, de Rousseau lui-même à Socrate.

  • 7 « Estatua del Papa quemada en el Jardín de la Revolución, el 6 de abril de 1791 », in Eduardo Dürn (...)

9Il n’y a pas, bien sûr, que des avantages, et Moreno devra prendre ses distances avec la formulation d’une démocratie directe telle que Rousseau la propose, étant donné que, comme le dit parfois Monteagudo, le successeur de Moreno, Buenos Aires n’est pas Genève et le pouvoir rustique du peuple doit ici être filtré par la représentation éclairée. Les morénistes rejettent fondamentalement la critique rousseauiste des Lumières qui apparaît encore plus clairement dans son Discours sur les sciences et les arts, où sciences et arts sont accusés de participer de la dégradation du genre humain. D’autre part, l’on sait bien que Moreno décide de retirer le dernier chapitre du Contrat Social lors de sa réimpression historique de 1810, au prétexte que l’auteur, de toute façon respecté par ailleurs, « a eu le malheur de délirer en matière religieuse » dans ce passage. Disons rapidement que dans son prétendu « délire » de ce dernier chapitre, Rousseau ne fait que s’ériger contre le pape de Rome, car il y voit un pouvoir qui veut concurrencer le pouvoir étatique. Aussi, bien que certains écrits jamais publiés du secrétaire de la Junte, Mariano Moreno,7 prouvent que ses positions n’étaient pas si différentes de celles du Genevois, il est probable qu’il ait considéré comme plus prudent de ne pas rendre publique son opinion à ce sujet, dans un monde catholique où le tribunal de l’Inquisition jésuite survivait encore.

10Toutes ces conclusions émergent à travers la lecture minutieuse de l’évolution politique « moréniste » dans la Gaceta, dont les pages les plus enflammées ont été écrites, on le sait, entre octobre et décembre 1810, après que Moreno a décidé de faire fusiller certains séditieux qui avaient jusqu’alors été considérés comme des défenseurs des territoires du Río de la Plata contre les invasions anglaises, décision prise au moment où il se trouve déjà confronté au groupe d’opposition dont le leader est Cornelio Saavedra, président de la Junte du Gouvernement. Moreno sortira de cet affrontement sur un échec, qui le mènera au renoncement, à l’éloignement puis à la mort.

11Au sein de l’histoire de cette forme d’action du « morénisme » qu’est l’intervention dans la presse, Monteagudo prendra le relais de Moreno, et acceptera d’entretenir ce feu. L’intervention de Monteagudo dans la presse de Buenos Aires de la décennie débute également dans la Gaceta, où il occupe la place de leader, devenant ainsi le nouveau porte-parole du groupe jacobin. Jusqu’en 1815 où il est forcé à l’exil, Monteagudo édite et/ou participe à d’autres publications, traçant un itinéraire d’écriture qui nous permet, en le lisant, d’être témoins d’un début de mutation idéologique, qui sera confirmée plus tard par les faits et les dires de la fin de la décennie.

12Si dans le premier moment de ses écrits Monteagudo hérite du ton et des références philosophiques de son prédécesseur disparu, rapidement surgissent quelques divergences et une certaine critique s’échafaude, jusqu’à adopter, dans une série qu’il intitule « Réflexions » dans la Gaceta Ministerial des années 1812 et 1813, le ton sévère d’un premier bilan. Le moréniste décide alors de s’émanciper de certaines perspectives jacobines propres à son leader Moreno et préfère alors, abandonnant les références permanentes à Rousseau, citer les positions, situées aux antipodes, d’Edmund Burke, reprenant quasi mot pour mot les fameuses Réflexions sur la Révolution française que l’Irlandais avait écrites en 1790.

  • 8 Nous reprenons cette distinction de Javier Fernández Sebastián, dans Javier Férnández Sebastián et (...)

13Si le premier moment révolutionnaire a été relativement caractérisé par cet esprit propre à une forme égalitariste et rousseauiste de liberté que certains auteurs ont pris l’habitude d’appeler « française », ce second moment inauguré par Monteagudo organise son discours sur la base d’un autre genre de liberté, que ces mêmes auteurs appellent « anglaise8 ». Le morénisme lui-même se charge de censurer l’événement français de 1789 et, détournant son regard vers le modèle anglo-américain, il défend une forme modérée de liberté et une compréhension distincte de la nouveauté des droits. Il croit que la constitution historique doit être la base de la constitution politique, que la société doit construire l’État et non l’inverse, et que l’existence de cette consuétude que les colons ont héritée de la Grande-Bretagne constitue la clé du succès de l’expérience du Nord. Toutes ces positions, encore plus fermes et longuement méditées, sont celles que l’on retrouvera, dix ans plus tard, dans son fameux « manifeste » constituant le bilan final d’un texte connu sous le nom de Memoria Peruana, écrit en 1823, deux ans avant qu’il ne soit assassiné.

14Ainsi que le comprendra plus tard « la génération de 37 », ce manque de passé qui avait été vécu tout d’abord comme une occasion pour la révolution s’est transformé, au sein même du cercle moréniste, en un risque pour le futur de la Républiquae naissante.

Notes

1 Roger Chartier, Espacio público, crítica y desacralización en el siglo XVIII, Barcelona, Gedisa, 2003 [1991], p. 102.

2 Il faut préciser que le terme de « jacobins » a été utilisé en 1810 pour désigner les morénistes par leurs opposants qui entendaient ainsi les disqualifier, en insistant sur leur première sympathie française et leur réception enthousiaste des textes de Rousseau. L’historiographie postérieure a pris l’habitude de reprendre ce terme, alors même qu’il faudrait consacrer un travail spécifique pour souligner les différences entre ce « jacobinisme » et le jacobinisme français (Moreno était, par exemple, un fervent critique de la Terreur française et un « ami » des girondins), ce que nous ne pouvons faire dans le cadre de cet article.

3 En plus des perspectives (probablement inaugurales en ce sens) de Martin Heidegger, puis de Hannah Arendt, la philosophie de l’événement a trouvé un grand espace dans les travaux d’Alain Badiou, parmi les auteurs que l’on peut consulter sur la question.

4 Francois-Xavier Guerra, Modernidad e Independencias, México, FCE, 1993 [1992].

5 La Gaceta de 1810, dont Moreno est responsable, met en tête de toutes ses premières pages la fameuse épigraphe de Tacite : « … rara temporum felicitate ubi sentire quae velis et quae sentias dicere licet. »

6 Cette acéphalie avait été provoquée par l’abdication de Ferdinand VII au trône, à la suite de l’invasion de l’Espagne par Napoléon.

7 « Estatua del Papa quemada en el Jardín de la Revolución, el 6 de abril de 1791 », in Eduardo Dürnhöfer, Artículos que la Gazeta no llegó a publicar, Buenos Aires, Casa Pardo, 1975, p. 61.

8 Nous reprenons cette distinction de Javier Fernández Sebastián, dans Javier Férnández Sebastián et Juan Francisco Fuentes, Diccionario del s. XIX español, Madrid, Alianza, 2002.

Auteur

Docteure en philosophie de l’université nationale de Rosario (Argentine). Chercheure au Conseil de recherches de l’université nationale de Rosario, professeure de philosophie politique et de pensée latino-américaine et argentine à l’université nationale de Rosario et à l’université nationale du Littoral. Elle est l’auteure de Los derechos humanos en el lenguaje político del Río de la Plata (1810-1815) (2011).

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540