Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Amériques, des constitutions aux démocraties

 | 
Jean-René Garcia
, 
Denis Rolland
, 
Patrice Vermeren

Première partie. De l'invention constitutionnelle dans les Amériques

La femme et la loi : critique du code Vélez Sarsfield à la fin du xixe siècle argentin

Marisa Muñoz

Résumé

Dans la seconde moitié du XIXe siècle, se forme en Argentine un système politique qui, plus tard, devait instituer un ordre juridique pour la nation. Le Code civil élaboré par Vélez Sarsfield représente un changement important dans le processus de régulation des droits, dans lesquels on perçoit que la visibilité sociale des femmes n’a pas abouti juridiquement car elles n’ont pas été considérées comme sujets de plein droit.
Il est intéressant de mettre en lumière le texte peu connu d’un jeune philosophe argentin dont la thèse de doctorat en jurisprudence traitait de la notion de “sujet juridique” dans le cadre du Code civil. En proposant une analyse critique du Code de Vélez Sarsfield, l’auteur offre au lecteur une conception ouverte de la notion juridique, entre droit et émergence sociale.

Texte intégral

  • 1 Dora Barrancos, “Inferioridad jurídica y encierro doméstico”, in Fernanda Gil Lozano, Valeria Pita (...)

1Notre XIXe siècle pourrait être pensé en fonction de certaines catégories sociales qui ont joué à cette époque un rôle régulateur de pratiques et de savoirs. Ces catégories correspondaient à un certain « esprit émancipateur » de l’époque, dont les tensions faisaient allusion à un « être » et à un « devoir être » social, politique, existentiel. Dans la seconde moitié du XIXe siècle en Argentine, il s’agissait plutôt d’un projet de système politique façonnant un ordre juridique pour la nation. Il fallait, dans ce cas, non seulement instaurer l’ordre dans le domaine public mais aussi intervenir sur les régulations du privé. Pensons aux femmes et à leurs droits civils ou aux mandats liés à l’ordre familial. Dora Barrancos note que « le Code de Dalmacio Vélez Sarsfield est particulièrement néfaste non seulement parce qu’il a accentué l’infériorité féminine, mais aussi par son pouvoir instituant et par la capacité d’enseignement de son auteur1 ».

  • 2 Le Code civil écrit par Vélez Sarsfield a été approuvé en 1869 à « livre fermé », soit sans modifi (...)

2De nombreuses critiques ont été faites contre ce Code, notamment celle d’être la copie pure et simple d’autres législations ou de s’inspirer du droit canonique2. Au lieu de faire la liste des critiques émises, il nous semble plus intéressant de mettre au jour un texte presque inconnu d’un jeune philosophe argentin, dont la thèse – pour accéder au titre de docteur en jurisprudence – concerne la notion de « sujet juridique » dans le cadre du Code civil. Adoptant une position critique envers le texte de Vélez Sarsfield, son travail présente une notion élargie du « sujet » qui concerne à la fois le droit et l’émergence sociale.

  • 3 On entend par « spiritualisme », suivant le schéma proposé par Arturo Roig, « un ensemble de tenda (...)
  • 4 Hugo Biagini (comp.), El movimiento positivista argentino, Buenos Aires, Editorial de Belgrano, 19 (...)

3Macedonio Fernández est un penseur et écrivain argentin né en 1874, au moment de l’essor de ce que l’on appelle dans l’historiographie philosophique le « spiritualisme », et dont les débuts se font jour en Argentine au cours de la seconde moitié du XIXe siècle3. Le positivisme, malgré la présence qu’il occupe dès 1890 dans les différents domaines du savoir, n’impliquera pas la disparition des courants spiritualistes chez certains auteurs. De plus, le positivisme en Argentine n’a pas été un ensemble homogène de doctrines, il s’est plutôt manifesté sous diverses formes et son influence embrasse de vastes secteurs de la culture4.

4Le climat précédent l’irruption du positivisme est déterminé par une série d’expressions, cohabitant au sein du spiritualisme, divergentes mais qui présentent à la fois certains traits communs. L’éclectisme, le rationalisme, le panthéisme, le pessimisme, le krausisme sont quelques-uns de ces courants. Si la constante de cette ample tendance spiritualiste est liée à un certain romantisme et au libéralisme doctrinaire, avec l’apparition du positi visme, elle commence elle-même à être dépassée.

  • 5 L’influence d’Amadeo Jacques (1813-1865), appartenant à l’éclectisme français, fut sûrement import (...)

5Macedonio Fernández suit des études secondaires au collège national de Buenos Aires, en pleine action des représentants de la génération de 1880, et entre à la faculté de Droit en 1891. Les textes philosophiques utilisés lors de ces années passées au collège national suivent le schéma d’enseignement d’Amadeo Jacques, proposé dans son Manual de filosofía5. À la fin des années 1880, la philosophie inscrite dans les programmes officiels annonce l’arrivée des doctrines positivistes, même si perdurent des topiques éclectiques. Dans une évaluation de cette époque, José Ingenieros (1877-1925), contemporain de Macedonio Fernández, affirme :

  • 6 José Ingenieros, « Los estudios psicológicos en la Argentina », Revista de Filosofía (Buenos Aires (...)

Le peu de philosophie qui est enseigné dans le pays à l’époque de l’organisation nationale fut éclectique et de bas aloi […]. Les professeurs de philosophie qui se succédèrent dans le pays jusqu’en 1890 oscillèrent entre l’éclecticisme et la scolastique, restant éloignés des nouveaux idéaux qui orientaient la culture des pays éclairés6.

  • 7 Carlos García, « Macedonio Fernández y Carlos Malagarriga », Hamburg : www.macedonio.net, 2004 y A (...)

6Futur avocat, Macedonio Fernández suit des études de philosophie du droit avec le krausiste Wenceslao Escalante (1852-1912) et fait sa thèse de doctorat avec le journaliste et avocat Carlos Malagarriga (1860-1936), Espagnol républicain qui arrive à Buenos Aires en 18897. Cette faculté, tout comme celle de médecine et, quelques années plus tard, celle de philosophie et lettres, est un centre où se propagent rapidement les idées positivistes.

7La thèse « De las personas » (1897) avec laquelle Macedonio Fernández a obtenu son diplôme de « docteur en jurisprudence » est presque inconnue des lecteurs et lectrices de son œuvre. L’une des raisons en est qu’elle demeure encore inédite ; un autre motif est qu’elle s’est perdue pendant des années, à la suite de son vol dans les archives de la Bibliothèque nationale de Buenos Aires. Par chance, elle a été retrouvée et il semblerait qu’elle doive être publiée prochainement par la maison d’édition Editorial Corregidor.

8Le texte s’inscrit dans la première étape de sa trajectoire intellectuelle. Pour cette raison, de nombreuses références seront faites sur le genre de philosophie qui se transmettait à la faculté de droit et sciences sociales, notamment en philosophie du droit, chaire créée en 1884. Quelques informations biographiques seront également données sur son directeur de thèse, le Dr Carlos Malagarriga.

9La faculté de droit fut un lieu de formation philosophico-idéologique pour la future classe dirigeante argentine. Dans ses amphithéâtres, le pouvoir en place fut souvent mis en question. Cette institution n’est donc pas restée en marge de l’histoire argentine, et encore moins des idées qui imposèrent la constitution d’un État moderne ; c’est à partir de là que Macedonio Fernández commence son parcours intellectuel dans un climat d’idées où cohabitent diverses tendances idéologiques à l’approche de la fin du siècle.

  • 8 Ricaurte Soler, El positivismo argentino, Buenos Aires, Paidos, 1968, p. 143-197.

10Ricaurte Soler, dans son étude sur le positivisme argentin, signale que les études sociologiques, si importantes dans les années 1890, trouvent leur origine dans le positivisme juridique. L’importance sociale et politique des juristes provenait d’une décadence des études théologiques. Le droit canonique commence à être remplacé par le droit naturel, question qui contribue à l’apparition de la sociologie comme discipline scientifique8.

  • 9 Les études d’Arturo Roig nous ont orientée dans l’organisation du plan d’idées philosophiques comp (...)

11En 1884 est créée la chaire de philosophie du droit, assurée par Wenceslao Escalante pendant plus de vingt ans. Ce sera cependant la seule matière philosophique que suivra Macedonio de toute sa carrière. De plus, par rapport aux idées exprimées dans sa thèse doctorale, Macedonio identifie deux conceptions philosophiques opposées sur la manière de comprendre le droit et le sujet du droit, qu’il appelle « positiviste » et « idéaliste ». C’est à cette dernière qu’appartient, selon lui, son professeur W. Escalante. Les « idéalistes » de la fin du XIXe siècle ont également été regroupés sous le nom de spiritualistes, mais cette dénomination doit être précisée9.

12La résistance que W. Escalante a opposée aux conceptions positivistes qui ont eu une incidence fondamentale en Argentine à partir des années 1890 est célèbre. Arturo Roig, dans ses études sur le krausisme en Argentine, a contribué à ce que les positions d’Escalante soient connues, tout comme les différentes expressions philosophiques présentes dans la seconde moitié du XIXe siècle. De son étude sur le krausisme juridique nous retiendrons quelques concepts liés au sujet du droit dans son fondement philosophique.

13Dans l’idéologie krausiste, le concept de « personnalité » est lié à la moralité et au droit. Il y aurait, dans cette conception, comme un jugement de fond : la priorité de la « personne » sur le « sujet juridique », c’est-à-dire que le juridique et la portée de la citoyenneté reprendraient sens à partir des sujets réels les rendant possibles, et ces sujets réels seraient compris comme précédant le droit même ou, mieux encore, en seraient le point de départ.

  • 10 Arturo Roig cite les témoignages d’Elías Martínez Buteler concernant les sources de W. Escalante e (...)

14Pour W. Escalante, la connaissance de la nature humaine est fondamentale. La psychologie qui teinte ses études octroie une forte valeur à l’instance « subjective » des conduites humaines, même si elle n’en oublie pas pour autant la face objective. Dans le cas du positivisme, ce sont les faits ou phénomènes objectifs qui sont prépondérants. L’orientation de la psychologie spiritualiste de la seconde moitié du XIXe siècle s’est appuyée sur les lectures de Leibniz et de Maine de Biran, qu’il s’agisse de la philosophie éclectique ou de la conception krausiste. En ce sens, la notion de « substance » est reprise et considérée comme fondamentale, et elle est lue de plus à partir du concept de « force » que Leibniz imprimera au concept cartésien. De même pour les notions de « conscience » et d’« intimité » qui commencent à acquérir de l’importance. Paul Janet, Amadeo Jacques et Émile Boirac apparaissent, selon des témoignages de l’époque, comme des sources de la psychologie d’Escalante, où est également présente l’idée de substance liée au concept de liberté10.

15Le krausisme part d’une conception « organiciste » et « solidariste » de la société. Les êtres humains déploient au cours de leur vie les facultés inhérentes à leur nature dans le cadre d’une harmonie munie d’une rationalité participante de l’idée divine. Comme l’on peut voir, ces idées ne sont pas loin d’une conception métaphysique de l’être humain. L’anthropologie qui s’en détache fait partie de la position de W. Escalante. Dans le concept de « personne », en rapport avec le juridique, on peut apprécier la place fondamentale accordée au côté moral au sein de la conception krausiste, sujette à un ordre divin. Il y aurait par ailleurs une différence essentielle avec le positivisme, qui lisait la morale à partir de présupposés biologico-évolutifs.

  • 11 Dans une étude récente, nous avons trouvé une analyse du Code civil argentin comportant une minuti (...)

16La décision de Macedonio Fernández de « choisir l’étude historique et positive du sujet du droit » n’est pas – comprenons-le – un hasard, mais répond à une forte différence par rapport au texte du Code civil élaboré par Dalmacio Vélez Sarsfield. Dans la dernière partie de sa thèse, la réfutation devient sa figure de proue – qui est générale à ce moment, en plus d’être confirmée par l’auteur lui-même – concernant le fait que Vélez Sarsfield a presque réalisé une copie conforme du Code civil brésilien ou de Freitas (1816-1883)11.

  • 12 À partir de maintenant, tous les textes cités seront extraits de sa thèse inédite.

17On sent que notre codificateur, qui professait tant de respect pour l’autorité de Freitas, qu’il a fréquemment suivi à la lettre, comme lui-même l’avoue, s’est éloigné de lui sur un des sujets les plus dignes d’être imités, la classification des personnes12.

18L’axe de la première partie de la thèse réside dans la notion de « personne ». Ainsi, il la divise en deux sections : la première effectue une « sommaire étude au caractère empirique, qui retombera sur les traits les plus saillants de notre législation, où il y ajoute des personnes » ; et dans la deuxième, il s’essaiera à une classification des « personnes », d’où l’ouverture de sa Section Première, avec le concept de « personnes juridiques ». Dans cette partie, Macedonio Fernández trouve justifiable le fait que l’État soit déclaré « personne juridique », même s’il observe quelques erreurs qui pourraient être de style, comme des pléonasmes ou des redondances inutiles dans les définitions, en particulier celle qui concerne la « Personne ». Il n’est pas nécessaire de définir le délit dont peut être rendue responsable une personne de « toute action ou omission punie par la loi », tout simplement parce que l’« omission » est en elle-même une action.

19Mais en plus d’un autre cas de pléonasme, la forte critique envers Vélez Sarsfield s’attarde sur les articles du Code qui concernent la femme. Les limitations imposées à la femme, tout comme les motifs qui les fondent, – entre autres, l’incapacité morale qui la rend inapte à être témoin – manifestent un concept « si déprimant pour la femme argentine que je ne le pardonnerai jamais au Dr Vélez Sarfield ». Il est intéressant de préciser que le projet de Code civil fut approuvé par le Congrès à « livre fermé ».

  • 13 Juan B. Alberdi avait dénoncé dans un « tract » la copie réalisée par Vélez Sarfield, spécialement (...)

20Au début de la Section Première, faisant référence au concept de « personne juridique », Macedonio Fernández fait remarquer qu’entre les codes civils existants, l’Argentin a porté une grande attention à l’étude des « personnes juridiques », au sein desquelles l’État est compris comme un « sujet moral et de droits13 ». Macedonio s’arrête sur la portée de cet élargissement de la notion de « sujet juridique » dans lequel est respecté le « droit international public », c’est-à-dire comment l’État entre dans la société des nations. En particulier chez les nations démocratiques comme l’Argentine, il est important que la loi civile érige l’État en « personne juridique » ; situation qui oblige les mandataires successifs à reconnaître les dettes contractées par les gouvernements précédents. Logiquement, Macedonio Fernández fait référence aux dettes « légitimes », en plus d’être raisonnables. La demilivre de viande, expression par laquelle Shakespeare a exprimé férocement l’avarice des usuriers, est hors d’esprit du thésard. De plus, cette manière d’évaluer les relations internationales n’est pas étrangère au rêve de la Paix perpétuelle. Derrière cette conception se trouvaient l’abbé Saint-Pierre, Rousseau, Kant et surtout Juan Bautista Alberdi.

21De toute manière, certains aspects de son écrit demeurent difficiles à comprendre. Macedonio Fernández nous dit que :

La nécessité essentielle requise, la seule que la société des nations devra exiger pour octroyer la carte de citoyenneté internationale à l’État naissant qui aspirera à en devenir membre serait l’attribution à cet État lui-même de la personnalité juridique qui détermine la séparation d’un capital social distinct du capital de chaque sujet et seule garantie des obligations communes.

22En quoi consiste ce « capital social » qui servira de garantie ? La réponse n’est pas claire. Pour le moment, pour qu’il existe, la différence entre « capital public » et « capital privé » doit s’imposer. En quoi consiste le premier ? On ne doit pas oublier que Macedonio Fernández écrivait sa thèse après ce que l’on a appelé la « Campagne du désert » et l’incorporation en tant que propriété de l’État national des 20 000 lieues carrées dont se vantait Julio A. Roca, doublant ainsi la superficie de l’Argentine. Le système de « gouvernements » se créait. L’auteur suppose, en faisant un exercice hypothétique, que dans le cas de contrats internationaux, son accomplissement établirait une différence entre les biens de l’État et les biens du citoyen ; c’est-à-dire qu’il y aurait une différenciation claire entre le « capital public » et le « capital privé ». Ses exposés supposent – ce qui fut contesté avec le temps – que les États les plus forts n’exerceront pas leur pouvoir sur les autres, jusqu’à refuser leur propre part dans le contrat au sein de la société des nations.

23Un autre thème qui apparaît important aux yeux de Macedonio, au point de dire qu’il s’agit « du plus grand des problèmes juridiques, que l’on peut appeler problème du droit, sans exagération aucune », c’est ce que Vélez Sarfield nomme la « personne visible » ou « naturelle ». Avec cette interrogation, il s’agit d’aborder la problématique des individus en tant qu’« entités juridiques », puisqu’il ne s’agit plus de l’État : « Tous les êtres qui présentent des signes caractéristiques d’humanité sans distinction de qualités ou d’accidents sont des personnes à l’existence visible. » En un mot, « personne » est synonyme d’« homme ». Cette « visibilité » est à la fois « viabilité », c’est-à-dire que la loi présume comme « viable », vers le plein pouvoir juridique, « tout humain qui naît vivant ». Il ne fait aucun doute que tous ces concepts montrent des aspects fondamentaux du Code civil que commente Macedonio Fernández. Mais au sujet de la femme en tant que « personne juridique », il n’en sera évidemment pas de même.

24La femme a été maintenue pendant longtemps par presque toutes les législations en une minorité permanente. La loi de Mann voulait qu’elle ne gouvernât jamais seule, la faisant passer de l’autorité du père à celle du mari, à celle des fils, à celle des parents, etc. Quant aux droits politiques, jamais la femme n’en a profité… La femme n’est pas une personne de notre droit constitutionnel, ni d’aucun autre contemporain […]. »

25Macedonio Fernández signale les pour et les contre qui se trouvent dans la législation argentine, où persistent les limitations de la loi civile proposée par Vélez Sarfield. Il rend explicite sa position de rejet concernant les préjugés de l’époque qui recherchent la justification « naturelle » de l’inégalité des sexes. Le jeune penseur adhère, d’une certaine manière, au mouvement « féministe » quand il pense qu’il n’existe pas de différences intellectuelles, pas plus que morales, entre la femme et l’homme, car sa position est celle, si nous souhaitons lui donner un nom, d’un féminisme d’« égalité ».

  • 14 Parmi les critiques émises à l’encontre du Code, certaines étaient dirigées tout particulièrement (...)

26Même si dans le Code de Vélez Sarfield, quelques avantages sont reconnus : déterminer le même âge de majorité pour les deux sexes, à vingt ans, « la nubilité et la puberté ont la même durée », « l’émancipation pour le mariage est commun aux deux (art. 131), tout comme son irrévocabilité (art. 133) », Macedonio ajoute qu’il y a d’autres « dispositions » en rapport avec le régime matrimonial qui « mutilent considérablement sa capacité, au point de rendre difficile sa reconnaissance en tant que personne en droit civil14 ».

  • 15 Macedonio Fernández, Une thèse inédite : « Des personnes », Buenos Aires, 1897.

27Face à cette situation d’oppression Macedonio, parlant à la première personne, dit : « À mon avis, on se doit de réfuter où l’on veut que soit plaidée […] l’affirmation d’une supériorité intellectuelle et morale de l’homme15. »

  • 16 Au XIXe siècle, apparaissent en Europe et en Amérique les mouvements féministes. En janvier 1896, (...)
  • 17 Macedonio Fernández, op. cit.

28À ce propos, il évoque le « mouvement féministe », ainsi que les « arguties déduites de la biologie physiologique et psychologique, de la sociologie, etc. », avec une claire référence à des personnages comme Lombroso et autres détracteurs du sexe féminin16. Macedonio nous prévient que ce grossier antiféminisme dont souffre Schopenhauer et ceux qui le suivent n’a pas réussi à le convaincre d’une chose, à savoir que si l’opinion de Schopenhauer était probable, selon laquelle la femme souffre d’une myopie intellectuelle qui ne lui permet de voir clairement que de près, il serait en échange certain que l’homme voit moins quand cela lui convient le plus et qu’il voit mieux quand il souhaite voir17.

29Il invoquera ensuite des autorités indiscutables – comme Ribot, Lange, James, Sergi et « toute l’école psychophysiologique » – en accord avec lesquelles le rôle « prépondérant de la vie émotionnelle sur l’intellectuelle » est prouvé. Il conclut en se demandant qui maintenant « prétendrait que la femme est inférieure à l’homme dans ses sentiments » et si « la femme ne manifeste-t-elle pas de mille manières différentes son activité intellectuelle à travers les choses auxquelles elle se consacre, l’homme les ayant abandonnées ? ».

30Rien n’est plus absurde, face à des évidences décisives, que le fait que les législateurs aient interdit à la femme le droit de tutelle, « sachant qu’elle possède des aptitudes supérieures à l’homme, surtout quand elle tombe sur des pupilles de même sexe ». Une autre limitation est celle de la privation de l’exercice de l’autorité parentale, tant que vit le mari, même si en cas de décès de ce dernier elle lui est concédée. Et le comble, la privation de l’« administration de ses biens propres » est maintenue concernant la femme ce qui « autorise le mari à disposer des biens meubles de la femme, sans son assentiment […] ». Macedonio conclut cette énumération révoltante de privation des droits, appuyée par des préjugés sans fondement, par ce qui lui semble l’outrage le plus grand : l’interdiction d’être « témoin », ce que, selon lui, comme il a déjà été signalé, « […] la femme argentine ne pardonnera jamais au Dr Vélez Sarsfield ».

31Dans la Section II de sa thèse, Macedonio Fernández s’intéresse au « concept et [à la] classification rationnelle des personnes », sujet qui s’ouvre sur une ébauche d’histoire. Il reprend quelques aspects de la question sur la femme, toujours d’un point de vue juridique. Le thème est ensuite développé avec la problématique juridique de l’étranger et du prolétaire. Il est facile de voir que l’intérêt qui meut Macedonio Fernández concerne les secteurs sociaux qui ont souffert et qui souffrent de privation de droits. De fait, il s’agit de l’un des principaux sujets de sa thèse. Si nous tenons compte de la participation de la femme dans les relations de droit, à la fin du XIXe siècle, celle-ci s’est accrue (avec toutes les exceptions que nous avons vues), et cependant ce progrès est moins complet que ce qu’obtinrent les esclaves en éliminant légalement l’esclavage, et les étrangers. Ces derniers, bien que privés de droits politiques, possèdent tous les droits civils. En plus de ces secteurs, il y a le « prolétariat moderne » qui – même s’il jouit des droits civils et politiques – dépend, de par sa condition économique, de l’organisation de la propriété, d’où l’affirmation suivante : « […] l’existence d’une classe innombrable de personnes pauvres est inévitable. » Il est certain que pour nombre d’entre eux l’accès à un certain niveau de richesse est possible. Mais il ajoute : « […] la loi de concentration du capital, déjà parfaitement vérifiée, aura tendance à augmenter le nombre de pauvres et l’intensité de la pauvreté. » ; situation face à laquelle Macedonio ne voit d’autre solution que la bienfaisance. Cependant, un fait ne lui échappe pas : l’idée qu’aux yeux de l’élite, des « riches », la pauvreté ne soit pas le fruit du système de propriété mais de la culpabilité des pauvres eux-mêmes, d’où il résulte qu’ils sont « indignes de protection ». Macedonio en arrive à penser que la situation du prolétariat est « plus injuste » que celle des anciens esclaves. La sensibilité sociale du jeune Macedonio Fernández, dans ses années universitaires, est là clairement exprimée.

32Le dernier chapitre de la thèse est consacré à l’aspect théorique du vocabulaire sur les termes de « sujet » et de « personne ». Si, dans les chapitres précédents, l’auteur a travaillé sur une éventuelle synonymie de ces deux termes, maintenant, s’attardant sur leur portée purement juridique, il se verra obligé à leur donner une certaine autonomie sémantique, telle que l’exige une lecture minutieuse du Code civil. Il avait procédé auparavant à une synonymie car son analyse ne se réduisait pas qu’au domaine du droit, mais plutôt aux aspects qui déterminent le droit même, le limitant et le soumettant à des usages qui attentent à des principes sociaux et anthropologiques.

33Nous pourrions dire que les parties i et ii de sa thèse montrent un jeu rhétorique, destiné à convaincre le jury de sa connaissance du texte de Vélez Sarfield et de sa capacité à l’appliquer à des cas concrets du droit. Il est évidemment certain que ce penchant à la critique sociale qui prime dans la première partie n’a pas totalement disparu. Notre auteur ne rate pas une occasion d’accuser le maître Vélez Sarfield d’avoir projeté un code civil qui serait une copie presque textuelle du Code civil brésilien, sauf dans certaine partie où il n’aurait pas dû s’éloigner de l’original.

34Le moment intéressant où il aborde des approches pas tout à fait juridiques, mais philosophiques, est celui de sa chaleureuse défense en faveur de la femme, s’appuyant alors sur des auteurs qui avaient défendu ouvertement l’importance de la vie émotionnelle : Ribot, Lange, James et Sergi. Ces auteurs accompagneront Macedonio tout au long de sa carrière philosophique, principalement William James.

35À la fin de la thèse, on relève un autre texte de grand intérêt. C’est celui dans lequel il fait expressément référence à son maître de philosophie de la faculté, le Dr Wenceslao Escalante, partisan des doctrines du krausisme, qui – outre le fait de conserver vivante la lecture de Henrich Ahrens, le célèbre disciple de Krause – maintenait une forte discussion avec les positivistes déjà présents à la faculté de droit. Si nous nous reportons à la philosophie que développera plus tard Macedonio Fernández, il ne fait aucun doute que ses sympathies penchaient du côté d’Escalante, mais il ne cessa jamais de souligner l’importance de la question sociale, facteur décisif pour les positivistes.

  • 18 Diego Abad de Santillán, El movimiento anarquista en la Argentina, Buenos Aires, Ed. Argonauta, 19 (...)

36Bien qu’Escalante soit une figure importante permettant de rendre compte de l’esprit philosophique expérimenté à la faculté de droit au cours de ces années, une brève référence à celui qui sera le directeur de thèse de Macedonio Fernández est nécessaire. Le Dr Carlos Malagarriga était d’origine espagnole, avocat, militant au sein des rangs républicains, arrivé en Argentine en 1889 pour des raisons politiques. Ses idées étaient liées au socialisme et à l’anarchisme, et ses collaborations à divers journaux et revues suivront ces lignes. Aux côtés d’autres intellectuels affiliés au Parti socialiste, comme José Ingenieros, Payró, Lugones, de la Cárcova et Schiaffino, il assumera la tâche d’organisation des premiers centres culturels ouvriers. Quelques années plus tôt, il participe au projet de création de bibliothèques ouvrières, soutenant Juan B. Justo. Ce projet se concrétisera en même temps que la création de l’École Libre pour Travailleurs, la même année que la soutenance de thèse doctorale de Macedonio18.

37Le fait que Macedonio Fernández le choisisse comme directeur de thèse répond d’une certaine estime intellectuelle et d’une affinité d’idées, de circonstances qui ont été exprimées dans des lettres et dans des fragments de leurs livres respectifs. Tous deux ont publié des articles dans La Montaña, journal socialiste et révolutionnaire dirigé par José Ingenieros et Leopoldo Lugones.

Notes

1 Dora Barrancos, “Inferioridad jurídica y encierro doméstico”, in Fernanda Gil Lozano, Valeria Pita, María Gabriela Ini (dir.), Historia de las Mujeres en la Argentina. Tome I (Colonia y Siglo XIX), Buenos Aires, Taurus, 2000, p. 111-127.

2 Le Code civil écrit par Vélez Sarsfield a été approuvé en 1869 à « livre fermé », soit sans modifications, et est entré en vigueur le 1er janvier 1871.

3 On entend par « spiritualisme », suivant le schéma proposé par Arturo Roig, « un ensemble de tendances et de doctrines qui ont traditionnellement été considérées comme immédiatement antérieures à l’apparition du “positivisme” ». En référence à la tendance qui fait grand bruit, ce courant d’idées a également reçu le nom de « romantisme ». La thèse de Roig est que ce courant spiritualiste perdure avec des variantes jusqu’au début du XXe siècle. In Arturo Roig, El espiritualismo argentino entre 1850 y 1900, Puebla, Cajica, 1972.

4 Hugo Biagini (comp.), El movimiento positivista argentino, Buenos Aires, Editorial de Belgrano, 1985 ; Ricaurte Soler, El positivismo argentino, Buenos Aires, Paidós, 1968 y Oscar Terán (Coord.), Ideas en el siglo. Intelectuales y cultura en el siglo XX latinoamericano, Buenos Aires, Siglo XXI et Fondation OSDE, 2004.

5 L’influence d’Amadeo Jacques (1813-1865), appartenant à l’éclectisme français, fut sûrement importante et de longue durée dans les programmes d’enseignement des collèges nationaux de Buenos Aires. Le Manual de Filosofía, écrit conjointement avec Julio Simon et Emilio Saisset, compte plusieurs éditions : la première en espagnol a été publiée en 1848, Madrid, imprimerie Hilario Martínez, Librairie de Don Ángel Calleja. Cette version espagnole a été réalisée par Martínez del Romero, en tenant compte de la deuxième édition française. Jusqu’en 1888, les programmes officiels dans ces collèges continuent d’aborder des thèmes éclectiques ; orientation qui est rendue évidente par le choix de diviser la philosophie en psychologie, logique, morale et théodicées. Jacques – représentant de ce qui s’appelait, plus spécifiquement l’« éclectisme de chaire » – fut directeur des études du collège national entre 1863 et 1865 à Buenos Aires. In Francisco Leocata, Los caminos de la filosofía en la Argentina, Buenos Aires, CESBA, 2004, p. 111-151 y Arturo Roig, « Notas sobre el eclecticismo en la Argentina », Revista de Historia Americana y Argentina (Mendoza, Universidad Nacional de Cuyo, Facultad de Filosofía y Letras) III, 5 y 6, 1960-1961, p. 159-182.

6 José Ingenieros, « Los estudios psicológicos en la Argentina », Revista de Filosofía (Buenos Aires), an V, 1919, p. 300-301.

7 Carlos García, « Macedonio Fernández y Carlos Malagarriga », Hamburg : www.macedonio.net, 2004 y Arturo Roig, Los krausistas argentinos, Puebla, Cajica, 1969, p. 52-163.

8 Ricaurte Soler, El positivismo argentino, Buenos Aires, Paidos, 1968, p. 143-197.

9 Les études d’Arturo Roig nous ont orientée dans l’organisation du plan d’idées philosophiques complexe en Argentine lors de cette étape. Sa thèse cherche précisément à montrer comment différentes conceptions cohabitent au cours de la période appelée « spiritualiste » et signale qu’il n’est pas suffisant de faire appel à ce courant d’idées s’il n’est pas accompagné d’analyses spécifiques sur les conceptions et doctrines qui cohabitent.

10 Arturo Roig cite les témoignages d’Elías Martínez Buteler concernant les sources de W. Escalante et il cite également le positiviste Rodolfo Rivarola, qui lit Ribot et Sergi et écrit sur la « volonté criminelle ». In Arturo Roig, Los krausistas argentinos, Puebla, Cajica, 1969, p. 35.

11 Dans une étude récente, nous avons trouvé une analyse du Code civil argentin comportant une minutieuse analyse du concept de « personne juridique », qui est justement le thème abordé par Macedonio dans sa thèse. Cf. « Derecho civil : La obra cumbre. El Código » et « Instituciones del código civil », in Abelardo Levaggi, Dalmacio Vélez Sarsfield, jurisconsulto, Córdoba, Universidad Nacional de Córdoba, 2005, p. 169-259.

12 À partir de maintenant, tous les textes cités seront extraits de sa thèse inédite.

13 Juan B. Alberdi avait dénoncé dans un « tract » la copie réalisée par Vélez Sarfield, spécialement du Code civil brésilien réalisé par Augusto Teixeira de Freitas (1816-1883). Parmi les nombreuses accusations dont est la cible à l’époque l’auteur du Code, la seule à laquelle il répond est celle d’Alberdi. Sa lecture est particulièrement intéressante, dans la mesure où elle détermine certaines singularités du concept de « personne juridique », qui s’avèrent différentes des autres codes civils consultés. Cf Dalmacio Vélez Sarsfield, Páginas Magistrales, Prologue de Domingo Faustino Sarmiento (Collection « Grandes Escritores Argentinos », dirigée par Alberto Palcos), Buenos Aires, Ed. Jackson, 1944, p. 174-202.

14 Parmi les critiques émises à l’encontre du Code, certaines étaient dirigées tout particulièrement contre le mariage. L’un de ceux qui fit parvenir ses observations à Vélez Sarfield était Manuel A. Sáez, de Mendoza, Juicios críticos sobre el proyecto del código civil argentino, Buenos Aires, J. Menéndez (Plusieurs auteurs avaient participé à ce livre : Manuel R. García, José F. López, Manuel A. Sáez, Dalmacio Vélez Sarsfield, Vicente F. López, Alfredo Lahitte, Juan Bautista Alberdi, Victorino de la Plaza), 1920.

15 Macedonio Fernández, Une thèse inédite : « Des personnes », Buenos Aires, 1897.

16 Au XIXe siècle, apparaissent en Europe et en Amérique les mouvements féministes. En janvier 1896, naît La Voz de la Mujer. Periódico comunista-anárquico (1896-1897), dans le contexte de la littérature socialiste et anarchiste de la fin du siècle. C’est la première publication où sont articulées des positions sociales et politiques, aux côtés d’une forme radicale d’interpellation au sujet des sexes. Le journal a été fort heureusement tiré de l’oubli et publié par la Universidad Nacional de Quilmes (Argentine), 2002.

17 Macedonio Fernández, op. cit.

18 Diego Abad de Santillán, El movimiento anarquista en la Argentina, Buenos Aires, Ed. Argonauta, 1930 ; Emilio Corbière, Historia integral argentina, Tome 5, Buenos Aires, Centro Editor de América Latina, 1971 y Carlos García, « Macedonio Fernández y Carlos Malagarriga », Hamburg : www.macedonio.net, 2004.

Auteur

Professeure en philosophie argentine à l’université nationale de Cuyo et chercheure indépendante du Consejo Nacional de Investigaciones Científicas y Técnicas (CONICET), Marisa Muñoz mène des recherches sur la philosophie argentine latino-américaine. Directrice du projet de recherches « Politiques de la subjectivité. Amour, corps et écritures dans la culture contemporaine » (université de Cuyo, 2011-2013), elle a coédité notamment, Repensando el siglo XIX desde América Latina y Francia. Hommage au philosophe Arturo Andrés Roig (2009) et a publié récemment Macedonio Fernández Philosophe. Le sujet, l’expérience et l’amour (2012).

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable