Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Musicologie et Occupation

 | 
Sara Iglesias

Troisième partie. Présences allemandes

10. « Définitivement aimée au-dessus des contingences » : musique allemande, musique européenne

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Les programmes [de concert] ont retrouvé assez vite [après l’été 1940] leur ancienne tenue artistique et leur variété internationale, malgré quelques exclusives imposées par les circonstances. Le public a eu l’impression bienfaisante que certaines valeurs spirituelles de la civilisation occidentale n’avaient pas sombré dans la tourmente. Les musiques allemande et française ont naturellement formé le fond du répertoire […]. Les classiques allemands, auxquels s’ajoute désormais Wagner, ont gardé tout leur attrait pour les auditeurs des concerts parisiens. Au lendemain de l’armistice, le public accourait en foule à l’annonce des grandes œuvres beethoveniennes ou wagnériennes. Et ce n’était nullement l’effet d’une complaisance forcée, car rien n’interdisait de s’abstenir. C’était un élan spontané vers de belles œuvres devenues familières et presque indispensables, définitivement aimées au-dessus des contingences. La France de 1940 n’a pas éprouvé ces accès de chauvinisme artistique qui ...

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540