Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Musicologie et Occupation

 | 
Sara Iglesias

Deuxième partie. La musique au service de la nation

6. Imaginer la musique française : affirmations du national

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le titre de ce chapitre se réfère évidemment à la définition proposée par Benedict Anderson en 1983 de la nation comme une « communauté politique imaginée1 » qui est à la fois délimitée et souveraine. Il n’est plus à prouver aujourd’hui que la musique peut participer de manière active à ce processus d’imagination d’une identité communautaire nationale, que penser la musique d’un pays comme distincte de celle d’autres pays contribue à la délimitation de cette identité, et que la défense de cette « nationalité musicale » est à la fois porteuse et tributaire d’un caractère libre et souverain de l’État-nation. Ce fait qui peut nous sembler quelque peu banal est pourtant une prémisse essentielle de l’interprétation critique des affirmations nationales dans le discours scientifique sur la musique dans le contexte qui nous intéresse. Le nationalisme en musique – dans le sens donc de la revendication d’une identité nationale musicale, de la conviction de la force créatrice d’une essence pop...

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540