Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Musicologie et Occupation

 | 
Sara Iglesias

Première partie. La musicologie et ses publications : entre autonomie et hétéronomie

1. Qu’est-ce qu’un musicologue français en 1940 ?

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’autodéfinition par l’objet

La musicologie serait-elle de ces sciences qui par leur objet même, par leurs méthodes, ont un faible rayonnement ? Ainsi en était-il il y a un demi-siècle, de la préhistoire1.

André Schaeffner, lorsqu’il parle de cette « préhistoire » de la musicologie française en 1967 à l’occasion du cinquantenaire de la Société française de musicologie (SFM), semble la situer très loin du présent, comme si l’isolement social de la musicologie qu’il évoque n’était plus que le pâle souvenir d’une époque depuis longtemps révolue. Cependant en 1940 encore, la musicologie était en grande partie refermée sur elle-même, n’intéressant qu’un nombre très restreint de chercheurs et n’entretenant que peu de liens avec la société du présent.

Dans la huitième édition du Dictionnaire de l’Académie française publiée de 1932 à 1935, les entrées « musicologie », « musicographie »2 et les termes liés n’existent pas. Alors que les « historiens de l’Art » se trouvent mentionnés sous l’entré...

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable