Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Semé sans compter

 | 
Nicolas Ellison

Troisième partie. Reproduction paysanne et recompositions sociales à l’heure du « développement durable »

Chapitre 8. Au-delà de l’économie paysanne : études de cas, Lipuntahuaca

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

[...] non, nous ne semons pas le maïs pour le profit, nous semons le maïs pour des raisons ethniques, culturelles... (Un paysan nahua de Xochitlan, cité par Van Dusen [2000].)
Le maïs, nous le semons sans compter. Mais les jeunes qui vont à la ville, eux, ils sortent leur crayon et leur cahier...
(Don Aurelio Cruz Mora, Huehuetla, 2008.)

La pluriactivité paysanne, étudiée jusqu’ici à l’échelle comparative de six villages, m’a permis d’identifier la hiérarchie des préférences dans la valorisation des différentes activités agricoles et non agricoles. Dans ce chapitre, qui adopte une échelle plus ethnographique en se centrant sur un seul village (Lipuntahuaca), j’aborde la mise en œuvre de ces préférences dans les choix d’un nombre limité de ménages, c’est-à-dire au niveau auquel se déploient en premier lieu les stratégies d’adaptation et de reproduction sociale : l’unité domestique.

L’étude des cas choisis ici est centrée sur la production du maïs, sans toutefois oublier l’insertion de l’...

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540