Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Semé sans compter

 | 
Nicolas Ellison

Troisième partie. Reproduction paysanne et recompositions sociales à l’heure du « développement durable »

Chapitre 7. De la pluriactivité dans six villages totonaques

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Nous avons déjà abordé en première partie (voir chapitre 4) les caractéristiques générales de l’agriculture de Huehuetla, situant notamment les petites exploitations paysannes totonaques dans un contexte de diversification productive où productions commerciales (café principalement, mais aussi poivre et canne à sucre) et vivrières (polyculture autour du maïs) sont associées au sein d’un modèle particulier d’usage multiple des ressources naturelles. Au-delà de l’usage de la terre et de ses ressources, ce modèle de pratiques agroécologiques semble s’inscrire dans un fonctionnement « économique » spécifique où la reproduction de l’unité domestique joue un rôle central. D’autres activités, agricoles et non agricoles, viennent se greffer au café et à la culture de la milpa, complétant et diversifiant les stratégies de reproduction des unités domestiques des communautés totonaques : le travail journalier, les migrations temporaires, le petit élevage porcin, les échoppes et autres activité...

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540