Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Semé sans compter

 | 
Nicolas Ellison

Deuxième partie. Les cycles de la fertilité

Chapitre 5. La « communauté du vivant »

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Un jour, revenant de son champ de maïs, Francisco s’arrêta auprès d’une source afin d’étancher sa soif. Il humecta son visage pour se rafraîchir sans se rendre compte qu’il devait être près de midi : c’est pour cela qu’il tomba malade de la gorge, me dit-il quelques jours plus tard. En effet, c’est à ce moment de la journée que se manifeste le Xmalana Chuchut, le maître de l’eau, et Francisco pâtit du choc entre la chaleur de son corps et l’essence froide de l’esprit. L’explication de son rhume lui vint après coup en plein sommeil : il rêva de la source car le maître de l’eau appelait son esprit listakni (ou son âme pourrait-on dire). Il s’administra donc un traitement à base d’eau-de-vie (kuchu, litt. « guérit »), de tabac et d’ail, substances à la qualité « chaude » utilisées contre les symptômes des maladies dues au contact avec les esprits chthoniens, auxquels appartiennent les maîtres des sources.

Cette brève anecdote évoque plusieurs traits de la thérapeutique totonaque qui ser...

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540