Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Semé sans compter

 | 
Nicolas Ellison

Première partie. Esquisse d’une histoire agroécologique des hautes terres totonaques

Conclusion

La rémanence des représentations

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’interprétation des changements économiques en termes de confrontation entre différents modes d’usage des ressources naturelles a permis d’aborder la configuration coloniale des espaces sociaux dévolus aux Indiens et aux non-Indiens dans le sud de la Sierra totonaque, la province de Gueytlalpa (voir chapitres 1 et 2). Dans cette formation des « paysages de la Conquête », la région d’étude, bien qu’évangélisée de façon précoce, apparaît comme une zone de refuge. Le caractère accidenté et peu hospitalier, mais aussi l’absence de richesses minières constituaient les conditions d’une insertion en marge de l’édifice colonial. Cette région a donc bénéficié d’une autonomie relative sur le plan des modes de production et des structures locales de gouvernement.

À partir de la fin du XVIIIe siècle cependant, les enjeux territoriaux ont pris de nouvelles proportions avec la pénétration progressive de rancheros et de commerçants espagnols et métis. Cette colonisation s’est d’abord effectuée dan...

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540