Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Semé sans compter

 | 
Nicolas Ellison

Première partie. Esquisse d’une histoire agroécologique des hautes terres totonaques

Chapitre 2. L'érosion de la communauté territoriale chuchutsipi : l'accès à la terre et le système des charges à Huehuetla

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Recroquevillé sur son taxtikat (tabouret bas), le « vieil Antonio », qui a plus de quatre-vingt-quinze ans, me raconte d’une voix à peine audible entre le piaillement de la basse-cour et les bruits des activités domestiques comment, à l’âge de huit ans, caché dans les bois, il vit des « révolutionnaires » pendre deux Totonaques parce qu’ils avaient refusé de s’enrôler avec eux et de leur remettre leurs maigres possessions. Il fait le lien entre ces violences de la période révolutionnaire – l’épisode qu’il rapporte se situe sans doute en 1915 – et les affrontements ultérieurs à la fois entre des comités agraires concurrents et contre les propriétaires métis autour de la délimitation des terres à redistribuer en tant qu’ejido'. Le « vieil Antonio », qui ne s’appelle pas ainsi, me demande : « Pourquoi tu veux savoir tout ça ? » Il me prie aussi de ne pas citer son nom : le sujet est encore trop délicat aujourd’hui.

En 1998, l’Organisation indépendante totonaque (OIT) perd les élections ...

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540