Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Ce que la religion fait aux gens

 | 
Anne Gotman

Chapitre 5. Élias, Raphaëlle et Myriam

La religion du foyer

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’homme aimait alors sa maison comme il aime aujourd’hui son église.
Fustel de Coulanges1

Élias, Raphaëlle et Myriam sont tous trois juifs et se définissent comme tels. Mais ce qui les caractérise n’est pas tant la fidélité à leur religion que la manière dont ils l’observent : en famille et pour la famille. C’est à l’entretien du foyer familial qu’est vouée leur pratique religieuse, non à la communauté comme Zacharie, ni à leur salut individuel comme Laudan. Plus proches de Constance dans l’écart qui subsiste, au moins pour deux d’entre eux, entre Dieu et la religion, ils s’en distinguent cependant par la dimension collective et non pas individuelle de leur pratique. Constance, on s’en souvient, tirait directement son adhésion religieuse de l’amour et du respect qu’elle vouait à ses parents, elle n’aurait pu épouser un homme qui ne partageât pas sa foi et se félicitait de ce que ses enfants s’y montrent fidèles. Pourtant, chacun, dans cette unité religieuse, commerçait avec Dieu et co...

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540