Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Ce que la religion fait aux gens

 | 
Anne Gotman

Chapitre 2. Constance

Piété filiale et foi en la religion

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Notre foi est foi en la foi d’autrui […]
William James1

La religiosité, comme l’humeur religieuse, a pour enjeu, écrit Simmel, « l’insertion du sujet dans un ordre supérieur qui est ressenti par lui néanmoins, simultanément, comme quelque chose d’intime et de personnel »2. Ainsi les formes religieuses et sociologiques de l’existence individuelle « jaillissent de la même source », entraînant une « curieuse analogie entre l’attitude de l’individu à l’égard de la divinité et à l’égard de la collectivité sociale »3. Pour Simmel, en effet, l’origine de la religion qui est interprétation de l’existence « dans une tonalité particulière », n’est à rechercher nulle part ailleurs que dans la multiplicité des relations et des intérêts qui existent en deçà de la religion. Le religieux grandit au contact du social et la religion comme forme sociale instituée naît de la religiosité, non l’inverse.

Le portrait de cette catholique fidèle autant que pratiquante illustre le caractère profondément social...

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540