Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Diffusion des sports et impérialisme anglo-saxon

 | 
Sébastien Darbon

Chapitre VIII

Pour conclure : histoire et anthropologie

Texte intégral

1Les quatre chapitres précédents l’ont montré : la littérature historique consacrée à la diffusion géographique des sports est très abondante – nous n’en avons pourtant présenté qu’une petite partie, compte tenu des limites que nous avons souhaité donner à notre étude – et souvent d’excellente qualité. La diversité des matériaux recueillis, des sports et des pays considérés, constitue un socle de connaissances, certes encore incomplet et sujet à bien des compléments, mais d’une ampleur déjà impressionnante. On était en droit de s’attendre à ce que ces contributions, pour l’essentiel de caractère historiographique, stimulent la réflexion dans d’autres disciplines, et particulièrement en anthropologie dans la mesure où le thème de la diffusion géographique (des sports comme d’autres productions culturelles) introduit aux questions de la diversité culturelle (entre pays diffuseur et pays d’accueil), des processus hégémoniques ou impérialistes, ou des voies complexes par lesquelles se construisent et s’expriment les revendications identitaires ; à n’en pas douter, les modalités à partir desquelles les sports ont été acceptés, refusés, réinterprétés ou instrumentalisés par les peuples soumis à l’impérialisme anglo-saxon ont été de très importants révélateurs de ces questions, et ont même dans bien des cas permis de les poser de façon éclairante et novatrice.

  • 1 Par exemple, les jeux de balle amérindiens, les pratiques ludiques des Dani de Nouvelle-Guinée...

2Or, il faut bien constater que rares sont les travaux véritablement anthropologiques qui s’y sont attelés. Certes, on trouve des ouvrages ou des articles qui tentent de se présenter comme tels, au moins dans l’énoncé de leur titre : c’est notamment le cas pour Mandell (1984), McClancy (1996), Dyck (2000) ou Mangan et Ritchie (2004) ; malgré leur référence à l’« anthropologie », à l’« ethnicité » ou à l’« identité culturelle », ils restent néanmoins, dans leur contenu, strictement historiographiques. Par ailleurs, certains auteurs abordent d’emblée la dimension anthropologique des « sports », mais se cantonnent en réalité à l’examen des pratiques ludiques mettant en jeu le corps dans les sociétés traditionnelles1, ou analysent la façon dont des sports (au sens correct du terme) ont été réinterprétés, de façon souvent radicale, par ces sociétés. Blanchard (1981, 1995) s’est notamment illustré dans cette perspective, mais on pense évidemment aux travaux relatifs à la manière dont les Trobriandais ont passé le cricket à leur propre moulinette culturelle, réalisant en l’occurrence une sorte de sportisation à l’envers, ou plus exactement de « désportisation » (Leach, 1976 ; Weiner, 1977, 1978). Enfin, si l’on élargit encore l’angle d’attaque, des travaux ont bien abordé de front la dimension anthropologique de l’activité sportive dans les sociétés actuelles : c’est le cas du remarquable ouvrage – dont nous reparlerons plus loin – de Alter sur la lutte dans le nord de l’Inde (Alter, 1992), ou de travaux réalisés dans le contexte français sur le soccer (Bromberger, 1995, 1998) ou sur le rugby à XV (Saouter, 1995, 2000 ; Darbon, 1995, 2002, 2003).

3En revanche, dans le cadre des limites que nous nous sommes fixées – la diffusion des principaux sports collectifs de balle ou de ballon nés au xixe siècle en Angleterre et aux États-Unis en excluant les réinterprétations radicales du style « cricket trobriandais » – seule la dimension proprement historiographique est présente. La question que nous voudrions à présent aborder est la suivante : l’apport d’une réflexion anthropologique permettrait-elle d’éclairer certaines zones d’ombre qui subsistent à l’issue de cet examen des travaux historiographiques, et sur quels fondements théoriques un tel apport est-il possible ?

4Avant d’aborder cette question, il paraît opportun de synthétiser dans un premier temps les avancées que ces travaux historiographiques ont permis et les limites qu’ils manifestent.

Apports et limites de l’approche historique

Principaux enseignements

5Parmi les innombrables avancées que les travaux historiques ont permis de faire dans la connaissance des processus de diffusion des sports, certaines d’entre elles retiennent plus particulièrement l’attention, en raison soit de la récurrence dans la littérature des questions qui sont soulevées, soit de leur pertinence générale (au-delà du fait simplement sportif) dans l’histoire de la dynamique impérialiste.

6Bien qu’elle soit par nature peu susceptible de s’appuyer sur des matériaux historiographiques abondants et fiables, la question du « premier contact » est sans doute la plus fréquemment abordée. Dans cette quête frustrante et bien souvent vouée à l’échec – du fait de la rareté des matériaux disponibles –, mais néanmoins inévitable dès lors qu’il s’agit de fixer une origine aussi précise que possible à un phénomène de diffusion, ce sont bien entendu les premiers acteurs de l’emprise coloniale qui retiennent l’attention : aventuriers, commerçants, militaires, missionnaires et maîtres d’école, hommes politiques et administrateurs coloniaux. On a souvent mentionné le rôle des marins ou des militaires faisant escale dans les ports, mais aussi celui de la présence de camps militaires dans les villes de garnison : le terrain de cricket (ou de football dans sa forme primitive) est souvent un élément central de la topographie des camps. C’est ainsi que les premiers germes du cricket sont posés dans les colonies de peuplement et dans la Caraïbe, que le soccer s’installe au Bengale, ou le baseball dans la Caraïbe hispano-américaine (et plus tardivement, le basket-ball à Trinidad et Tobago). D’une façon qui semble souffrir peu d’exceptions, cette influence des militaires est d’autant plus importante que l’on a affaire à des territoires faisant partie du « premier cercle », voire du « deuxième cercle », c’est-à-dire du noyau dur de la colonisation. Les cas de l’Argentine et du Japon (« troisième cercle ») montrent à l’inverse que les commerçants et les hommes d’affaires britanniques expatriés ont occupé l’essentiel de la scène de ces premiers contacts (polo, rugby et fútbol en Argentine, baseball au Japon), très vite relayés – ou parfois même précédés dans le cas du Japon – par des établissements scolaires locaux calqués sur le modèle anglais.

7L’influence de ces structures d’enseignement, qui reproduisent le plus souvent avec une extraordinaire fidélité le système des public schools en vigueur dans l’Angleterre victorienne, s’est en revanche manifestée à peu près partout. Que ce soit en Inde, en Océanie, en Afrique ou dans la Caraïbe, les Anglais sont ainsi parvenus à créer de puissants mécanismes de reproduction de l’idéologie impériale fondée sur ces valeurs de la « chrétienté musculaire » dont nous avons détaillé les caractéristiques dans le chapitre I. Il n’est pas étonnant de retrouver dans ce paysage la figure du missionnaire, dans la mesure où le principal support de l’action de ce dernier réside dans l’enseignement. Le prosélytisme des missionnaires dans la diffusion des sports, manifeste dans à peu près tous les cas étudiés mais dont nous avons vu l’importance particulière dans l’apprentissage du cricket, du rugby et du soccer en Afrique du Sud, doit cependant être nuancé. À l’image de ce qui se passait en Angleterre même, il arrivait à certains missionnaires exerçant des fonctions d’enseignement de n’accorder à la part musculaire de la chrétienté qu’une attention distraite, voire réticente, adhérant au mieux à une conception du sport comme instrument parmi d’autres du dressage des corps et des esprits. Mais dans l’ensemble, la force de ce système éducatif, soutenu ou non par les missionnaires, résidait dans le fait que, tout comme en Angleterre, les anciens élèves issus des milieux sociaux les plus favorisés, futurs administrateurs civils ou militaires susceptibles d’être envoyés en poste aux quatre coins de l’Empire, reproduisaient le système avec enthousiasme, portaient la bonne parole sportive et, plus concrètement, fondaient des clubs qui leur permettaient de continuer à se livrer à leurs sports favoris ; le désir de compétition était alors à l’origine de la création de trophées, de tournois et de championnats pour l’organisation desquels des structures administratives régulatrices et organisatrices (ligues, fédérations locales, régionales puis nationales...) s’imposaient.

8Dans ce contexte, des hommes politiques ont pu jouer, ici ou là, un rôle non négligeable – comme en atteste notamment les cas du soccer, et surtout du cricket, en Inde. Mus par des attachements passionnels à tel ou tel sport et à leur passé d’anciens élèves d’Oxbridge, ou par la conviction que la mission civilisatrice britannique devait s’appuyer sur ce type de dressage du corps et de l’esprit, ou encore par la compréhension du rôle que le sport pouvait jouer dans une forme « douce » (ou si l’on préfère paternaliste) d’asservissement des populations colonisées (cf. notamment la façon dont le cricket a pu, assez tardivement toutefois, être un instrument d’alliance avec les princes indiens), ces personnages ont pu mettre leurs importants pouvoirs au service de la construction de terrains de jeu ou de stades, ou de la création de compétitions auxquelles étaient associées des primes ou des trophées.

9Pour autant – et c’est là un deuxième enseignement important qui se dégage de cette historiographie – il serait abusif de voir dans la conjonction de ces actions d’origines diverses (militaires, hommes d’affaires, enseignants/missionnaires ou hommes politiques), ou même dans chacune d’entre elles prises isolément, l’application d’un principe général systématique, réfléchi et volontariste, qui s’appuierait sur une conception du sport comme l’instrument d’une imposition de l’État colonial.

10Tout d’abord, il faut mettre l’accent sur un trait qui revient avec une grande régularité ; à l’occasion de ce premier contact, mais aussi pendant des périodes ultérieures souvent très étendues, les Britanniques ont été généralement fort réticents à partager leur passe-temps favori avec les autochtones : la règle générale, c’est qu’ils souhaitent avant tout jouer entre eux.

  • 2 Ce qui ne signifie pas que la pratique elle-même n’ait pas été aussi entravée.

11Nous verrons plus loin comment cette question s’inscrit dans le débat plus général sur les relations hégémoniques et l’impérialisme culturel. Il nous suffit ici de noter que, dans la grande majorité des cas que nous avons étudiés, la participation des colonisés aux sports pratiqués par les colons britanniques a été acquise de haute lutte, et en tout cas bien davantage parce qu’ils y voyaient des intérêts non négligeables (le simple plaisir de jouer, la fascination pour des pratiques culturelles étrangères, le désir de côtoyer le monde des puissants et les cercles du pouvoir, le calcul politique...) que par l’effet de la soumission à une règle coloniale. Quelques exemples spectaculaires, à l’image d’un Tyndale-Biscoe imposant à coups de trique à ses élèves de Srinagar la participation à des matchs de soccer, au mépris des tabous relatifs au contact avec le cuir, masquent la tendance générale, qui est plutôt celle d’une forte répugnance, de la part des membres de la société coloniale, à laisser les autochtones s’emparer de pratiques hautement codifiées par lesquelles se manifeste la quintessence d’une civilisation imbue de sa supériorité. Ce fut particulièrement le cas, on l’a noté, avec le cricket (les exemples les plus spectaculaires étant ceux de l’Inde et de la Caraïbe) et le rugby, sports « impériaux » par excellence, alors que le soccer, de par ses origines plus populaires et son inscription rapide dans le professionnalisme, était moins l’objet de comportements élitistes, dans les colonies comme en Angleterre. Mais parfois les mécanismes d’appropriation sont plus détournés et plus difficiles à mettre en évidence ; en Afrique du Sud, on l’a vu, les populations « noires » ont assez vite réussi à investir le cricket et le rugby, mais leur participation a été longtemps niée ou occultée par les Blancs2. Un phénomène identique s’est produit dans les Antilles britanniques où, malgré l’éclosion rapide de joueurs de grand talent d’origine africaine ou indienne, il fallut attendre longtemps pour qu’une place leur soit faite dans les grandes équipes.

12Ces réticences correspondent généralement à une première période de la diffusion et ont tendance à s’atténuer ou à disparaître ultérieurement. Non seulement parce que les qualités des joueurs locaux finissent par attirer les suffrages des Britanniques, mais aussi parce que ceux-ci ont pu, dans certaines circonstances, apprécier le rôle que pouvait jouer le sport dans le jeu politique colonial : on a vu à quel point le cricket, notamment, avait pu être un instrument de rapprochement entre la puissance coloniale et les princes indiens.

13La question ne semble pas s’être posée dans les mêmes termes en ce qui concerne la diffusion des sports américains. Tout d’abord, rappelons-le, parce que l’impérialisme américain ne s’est que rarement traduit par des occupations de territoires ou par des modalités de colonialisme dans le style britannique. Mais surtout parce que la présence économique et culturelle américaine, aussi importante soit-elle, n’a pas donné lieu au même type d’affirmation d’une supériorité morale ou culturelle qui serait véhiculée par la pratique du sport. Si le baseball est supposé incarner des vertus essentiellement américaines – et les Américains eux-mêmes n’ont pas été avares de discours exaltant celles du national pastime – les valeurs qui sont censées être transmises à travers lui aux peuples soumis, que ce soit dans le cadre d’un programme d’expansion commerciale « à la Spalding » ou dans le sillage du prosélytisme missionnaire, n’ont pas grand-chose à voir avec celles, plus aristocratiques, dont se paraient orgueilleusement bon nombre de colons britanniques. Le baseball, et à sa suite le football, le basket-ball et le volley-ball, devaient très naturellement être accessibles aux peuples du monde entier, qui ne manqueraient pas d’être subjugués par ce qu’ils étaient supposés incarner d’idéal de démocratie, de liberté et de modernité. En utilisant la caricature (mais une caricature qui cherche à « toucher juste ») on pourrait dire qu’à travers le sport l’orgueil britannique, renforcé par les conditions spécifiques de l’isolement et des difficultés de la vie dans les colonies, valorisait le fait de « rester entre soi » pour mieux préserver les valeurs culturelles de référence, alors que l’orgueil américain, par ailleurs moins contraint par des situations coloniales « classiques », poussait au contraire à réaliser d’emblée une diffusion aussi complète que possible des idéaux dont la nation américaine s’imaginait (et s’imagine encore) la dépositaire.

  • 3 Des vagues ultérieures d’immigration ont accentué le phénomène dans certaines colonies, comme on a (...)

14Dans cette mesure, il n’est pas étonnant que la diffusion des sports dans les colonies britanniques se soit manifestée par une série de clivages à la fois sociaux et ethniques d’une ampleur souvent considérable. Notons tout d’abord la tendance à reproduire dans les colonies un certain nombre de tensions en vigueur dans la métropole. On pense entre autres aux attitudes relatives à l’éthique du jeu et à l’opposition entre amateurs et professionnels, qui ont été particulièrement visibles dans les colonies de peuplement. Au milieu du xixe siècle, on l’a vu, les clubs de cricket fondés en Nouvelle-Zélande défendent très vigoureusement les principes de l’amateurisme et le fait de « jouer pour jouer » (et non pour « gagner »). Tout comme en Angleterre dans la seconde moitié du xixe siècle, l’Australie sera le théâtre d’un combat acharné entre partisans de la Rugby Union (amateur) et la Rugby League (professionnelle). Par ailleurs, conséquence souvent de l’éloignement par rapport à la métropole, on note soit une crispation sur des archaïsmes qui n’ont déjà plus cours dans la métropole (cf. le cricket dans la Caraïbe ou en Nouvelle-Zélande), soit l’adoption de comportements innovants et « modernes » (cf. les solutions trouvées en Australie par rapport au cricket et au rugby). Mais il est frappant de constater que les affiliations de classe que l’on a pu décrire dans la métropole se sont trouvées assez exactement reproduites dans les colonies. Ainsi, le cricket et le rugby à XV y ont-ils conservé un recrutement qui, pour l’essentiel, concerne les classes moyennes et supérieures. Le cas australien est peut-être le plus frappant dans cette perspective : tout comme en Angleterre, le rugby à XIII s’y est développé, à l’inverse de son homologue à XV, au sein des populations ouvrières, urbaines, immigrées, voire même aborigènes. De même, comme en Angleterre, le soccer a été investi par les classes populaires en Afrique du Sud, en Argentine, en Australie3... Dans le cas particulier du soccer, on peut même faire état d’un mimétisme frappant avec la métropole : s’il s’est essentiellement manifesté comme un sport des classes populaires, ce n’est qu’après que les classes moyennes et supérieures, qui en avaient d’abord développé la pratique, s’en soient assez rapidement détachées – sans doute rebutées par la montée du professionnalisme. La situation est d’autant plus complexe qu’à ces clivages sociaux se mêlent intimement des clivages ethniques qui sont loin de se résumer à l’opposition entre colons et colonisés. Les exemples de l’Afrique du Sud (chapitre IV) et de la Caraïbe (chapitre VI) sont de ce point de vue particulièrement frappants.

15Une autre constatation générale, qui découle directement de ce qui précède, est l’organisation très fréquente des sports coloniaux sur des bases communautaires qui sont le plus souvent liées à des critères ethniques ou/ et religieux – c’est notamment le cas, on l’a vu, pour le soccer en Inde, en Australie et en Argentine, ou pour le cricket en Inde.

16Enfin, tous les cas étudiés renvoient à la question fondamentale de la dépendance culturelle et de l’hégémonie impérialiste, sur laquelle il nous faut à présent insister.

Impérialisme et dépendance culturelle

17Cette question, qui sous-tend de façon plus ou moins explicite les travaux dont nous avons parlé, a reçu des réponses diverses et parfois contrastées. Pour Eichberg (1998), qui représente dans ce débat une forme que l’on pourrait qualifier de « dure », la diffusion des sports vers le Tiers-Monde résulte d’une imposition par la force du modèle colonial et néo-colonial issu du capitalisme, qui instaure entre les deux parties une relation asymétrique de domination économique, en matière de sport comme en d’autres matières. Prenant l’exemple des Jeux olympiques, l’auteur écrit : « Ce n’est pas par hasard que les Jeux olympiques ont débuté au plus fort de la période coloniale. Les disciplines sportives représentées dans l’olympisme sont – à l’unique exception du judo (venant du Japon) – exclusivement d’origine européenne ou nord-américaine [...]. La question est ici de savoir si les disciplines sportives doivent se développer à partir de traditions nationales, ou continuer à être imposées par des pressions colonialistes et néo-colonialistes » (Eichberg, 1998 : 101). De la même façon, Gruneau (1983 : 173) met l’accent sur les relations dissymétriques entre pays développés et pays en voie de développement dans le domaine sportif. La dépendance des seconds vis-à-vis des premiers s’effectue au moyen de l’imposition d’une forme particulière d’affrontement sportif, née dans les pays occidentaux et diffusée ailleurs par le processus colonial.

18À cette conception assez peu nuancée de l’impérialisme culturel s’est agrégée une version plus subtile, d’inspiration gramscienne, qui préfère utiliser l’expression d’« hégémonie culturelle ». Gramsci, on le sait, identifiait deux catégories fondamentales de contrôle politique : l’imposition brutale de la force, et le contrôle à travers l’hégémonie qu’il définissait comme « l’infiltration au sein de la société civile [...] d’un système complet de valeurs, de croyances, d’attitudes, de morale, etc., qui d’une façon ou d’une autre soutient l’ordre établi et les intérêts de classe dominants » (Gramsci, 1980 : 39). Reposant sur des forces de contrôle idéologique, la subordination de la classe laborieuse vis-à-vis de la classe dominante s’effectue au moyen du consentement de la première. Si l’hégémonie fonctionne à travers le contrôle idéologique, elle ne renvoie pas nécessairement à des idées fausses ou à des perceptions erronées de la part de la classe dominée : son efficacité réside au contraire dans le fait qu’elle conduit à intégrer certains de ses membres au sein des institutions-clés et dans des structures représentatives de la puissance et de l’autorité de l’ordre social dominant. Cette analyse, que Gramsci appliquait essentiellement au domaine de la société civile et de l’État, a été étendue à d’autres types de relations asymétriques, et notamment, comme nous l’avons vu à propos de certains travaux relatifs à la Caraïbe (cf. chapitre VI), à la situation coloniale.

19Reprenant à son compte cette notion d’hégémonie culturelle, qu’il préfère à celle d’impérialisme culturel, Guttmann remarque que « la théorie gramscienne met l’accent avec raison sur le fait que l’interaction culturelle est quelques chose de plus complexe que la domination par le totalement puissant de l’entièrement faible » (1994 : 178). Cependant, il identifie une insuffisance dans le raisonnement gramscien : « Comme l’impérialisme culturel, l’hégémonie culturelle implique l’intentionnalité, ce qui est fâcheux car ceux qui adoptent un sport sont souvent les initiateurs impatients d’une transaction dont les “donateurs” sont rarement conscients » (ibid. : 179). Dans cette perspective, l’auteur introduit une autre notion, inspirée des travaux de T. Veblen, qui est celle de l’émulation, en tant que puissant moteur d’appropriation de certains traits culturels dominants : « Les groupes culturellement dominés se sont fréquemment vus imposer les sports ; ils ont également – et peut-être aussi fréquemment – imposé leur présence non souhaitée dans des sports dont le groupe dominant désirait les exclure. Déconsidérer cette sorte d’émulation comme une “conscience erronée” ou une “colonisation de l’esprit” n’est guère convaincant. Cela nous conduirait à imaginer un degré inimaginable (en tout cas pour moi) de manipulation psychologique » (ibid. : 179).

  • 4 Ce dont atteste notamment le statut emblématique et symboliquement fort chargé des « premiers » ma (...)
  • 5 On a vu comment le cosmopolitisme qui caractérisait La Havane dans la seconde moitié du xixe siècl (...)

20De nombreux exemples que nous avons analysés peuvent être mobilisés à l’appui de cette thèse – la façon dont les colonisés, reprenant les sports occidentaux à leur compte, se sont employés à « battre les maîtres à leur propre jeu4 » ; le plaisir qu’ils peuvent éprouver à s’insérer dans les formes culturelles de la puissance dominante, comme en attestent les cas personnels de C. L. R. James et de Ranji ou, d’un point de vue plus général, les modalités d’adoption du baseball en République dominicaine ou à Cuba5 ; les nombreux et complexes processus de réutilisation (ou de réinvention) de spécificités culturelles propres aux colonisés pour affirmer leur identité nationale (cf. la façon dont la pratique du fútbol et du polo en Argentine s’est construite en relation avec certaines définitions de l’« Argentinité » et le mythe gaucho, ou encore l’inscription du cricket dans les tensions entre réputation et respectabilité à l’œuvre dans la société caraïbe) ; les tentations de ramener le sport anglo-saxon à des racines locales inventées (comme par exemple la fiction selon laquelle les Indiens taïnos de Cuba auraient joué à un jeu de balle et de batte anticipant le baseball...) ; et bien entendu, l’exemple mille fois invoqué des Trobriandais subvertissant entièrement le cricket en le dépouillant de ses caractéristiques de sport pour en faire un jeu participant à la ritualisation traditionnelle de la vie quotidienne !

21Dans ce débat relatif à l’impérialisme culturel, c’est Thomas qui, à notre sens, a posé le problème dans les termes les plus pénétrants. Dans son ouvrage sur la culture du colonialisme, bien qu’il ne mentionne guère la question de la diffusion des sports, il fournit une grille d’analyse générale des relations entre colonisés et colons qui s’applique pourtant de façon très pertinente à cette question. Remarquant que « le colonialisme est un projet non pas unitaire, mais fracturé, criblé de contradictions et épuisé aussi bien par ses propres débats internes que par la résistance des colonisés » (Thomas, 1994 : 51), il propose de prendre en compte non seulement la diversité des colonisés et des situations concrètes dans lesquelles ils se trouvent (ce que les analyses relatives à la diffusion des sports réalisent relativement bien), mais encore la diversité des colons et de leur inscription dans l’espace colonial (ce qui est beaucoup moins fréquent). Concernant le premier point, Thomas développe une critique des auteurs les plus influents relativement au thème de l’impérialisme culturel (Said, 1978 ; Fabian, 1983 ; Bhabha, 1984), en montrant comment leurs travaux tendent à exagérer la pénétration des idées occidentales et à négliger les processus de résistance et l’autonomie qui accompagnent bien souvent leur appropriation par les colonisés. Le discours colonial, même le mieux intentionné, fige les communautés dans une « essence » homogène que leurs membres seraient tous censés partager. Prenant l’exemple de l’Australie – mais son argumentation s’applique aussi bien aux Maoris de Nouvelle-Zélande ou aux Indiens d’Amérique du Nord – il écrit :

« En Australie, la culture aborigène est maintenant plus valorisée que dénigrée ; ce qui est indigène est identifié à la mythologie des Temps rêvés, au Serpent arc-en-ciel, à la spiritualité, au fait de prendre soin de ses proches, au rapport à la Terre ; à tout ce qui est primordial, métaphysique et naturel. Dans l’idéologie écologique, et dans la conscience des Verts qui s’est diffusée bien au-delà des groupes de pression et des actions militantes, l’utilisation de la terre et des ressources naturelles par les Aborigènes est idéalisée comme non destructrice et précautionneuse, en opposition avec l’incapacité de la société blanche à restreindre sa rapacité. Être aborigène, c’est ne pas être cupide ; cela fait référence à des choses élémentaires et ancestrales ; à des forces du paysage et de la nature et non à des artifices de la ville et des comportements égoïstes » (Thomas, 1994 : 28).

22Mais c’est sur le second point que la critique de Thomas porte le plus loin, lorsqu’il remarque qu’à l’attention qu’ont portée les ethnographes à la complexité culturelle des colonisés n’a guère répondu un intérêt ou une sensibilité équivalents aux hétérogénéités et aux tensions qui ont pu se manifester au sein du groupe des colonisateurs :

« Les colonisateurs ont aussi souvent été divisés par des intérêts stratégiques et des visions divergentes de leur mission civilisatrice [...] Plus fondamentalement, le fait de coloniser a constamment généré des obstacles à l’établissement de limites et de hiérarchies nettes entre les populations, ce qui s’est traduit par exemple par les demi-castes « dégénérées » et les Blancs de la Frontière, qui étaient tout sauf civilisés. Les projets de colonisation se trouvaient de surcroît fréquemment écartelés entre des façons de s’occuper des peuples indigènes qui prônaient soit l’assimilation, soit la ségrégation ; entre des tentatives de définir les nouveaux territoires comme des espaces vides appelant les réalisations européennes et une volonté de définir, recueillir et cartographier les cultures qui s’y trouvaient déjà représentées ; et dans la définition des identités des colonisateurs, qui se devaient de réconcilier la civilité et les valeurs de la mère patrie avec les rudes nouveautés des lieux d’implantation. En d’autres termes, leur cohérence était mise en péril à la fois par des contradictions internes et par l’intransigeance et la résistance des colonisés » (ibid. : 2-3).

23Autrement dit, à l’essentialisation des cultures dominées répond une essentialisation tout aussi fâcheuse des cultures dominantes. Le discours colonial n’est pas l’imposition cohérente d’un système homogène, mais une relation médiatisée qui s’exprime dans des situations concrètes, pratiques, contextualisées. Ces réflexions nous confirment dans l’opinion que c’est en prenant davantage la mesure de cette complexité et en mettant au centre de l’analyse des processus d’interaction plus que d’imposition, ou ce que la brutalité du fait colonial a pu paradoxalement générer comme échanges et négociations entre peuples, que les travaux sur la diffusion des sports par l’intermédiaire de l’impérialisme et du colonialisme pourront gagner en pertinence.

La monographie historique et ses limites

24Une des grandes forces de l’historiographie du sport et des développements qu’elle a consacrés à la diffusion géographique réside dans la précision qu’autorise le recours à la forme monographique : à la spécificité de l’objet étudié, mais aussi à sa limitation parfois étroite dans l’espace et dans le temps, répond bien souvent la profondeur de l’investigation.

25Néanmoins, le recours à la monographie historique fait ressentir le manque d’une perspective synthétique et/ou comparative qui permettrait de relier ces analyses entre elles et de les situer dans un ensemble plus vaste, et conduit à privilégier le particulier au détriment de la recherche de régularités et d’invariances.

  • 6 Il en va de même, bien entendu, pour Morgan et l’« invention » du volley-ball.

26Une première manifestation de cette conséquence est le recours fréquent à l’invocation du rôle exemplaire joué par les individus dans la diffusion des sports. Il s’agit là d’un phénomène très général, dont nous avons vu (cf. chapitres I et II) qu’elle concernait aussi l’histoire de la naissance des sports. Si, pour ce qui est du rugby à XV en Angleterre, l’ouvrage magistral de Dunning et Sheard (1979) remet les choses en place – montrant toute la complexité des processus sociaux qui ont concouru, pendant une longue période, à la formation d’un sport particulier et reléguant au rayon des « mythes fondateurs » la geste tant de fois invoquée de William Webb Ellis se saisissant du ballon au mépris des règles en vigueur – les exemples d’une telle rigueur historique sont malheureusement rares. Une histoire du basket-ball (pour ne prendre que cet exemple) reste à écrire, qui insisterait moins sur le « génie » d’un Naismith inventant, au cours d’une nuit fiévreuse, les règles d’un jeu qui allait ensuite se diffuser dans le monde entier, et davantage sur les multiples (et complexes) conditions sociales qui ont constitué le terreau à partir duquel cette innovation a pu avoir lieu et à partir duquel elle a pu susciter un tel engouement6. Il ne s’agit pas de nier le rôle de Naismith, ou celui de Morgan, mais de les resituer plus complètement dans le contexte de l’époque – les spécificités du mouvement protestant américain, les engagements de la YMCA, les rejets exprimés par un courant de l’opinion vis-à-vis d’une « dérive » sportive concrétisée à l’époque par le baseball professionnel, etc. – et de faire une place à la prise en compte des dimensions structurelles qui sont à l’œuvre et qui se traduisent, pour notre objet, par les propriétés formelles des sports étudiés (cf. infra). Cette prépondérance accordée à l’action déployée par des individus remarquables conduit parfois à des prises de position involontairement comiques ; dans sa tentative de prendre en compte les critiques de certains historiens quant à l’attribution de la naissance du baseball à Abner Doubleday, l’ouvrage de Peterson (1973), intitulé The Man who Invented Baseball, a pour sous-titre No, it was not Abner Doubleday... L’auteur croit rectifier le tir en prétendant qu’il s’agit d’Alexander Joy Cartwright. Certes, ce dernier a de multiples raisons d’être associé au développement du baseball (contrairement à Doubleday), mais on est encore en présence d’un procédé qui consiste à mettre sur le devant de la scène un individu. Commentant une mystification analogue (celle qui fait de William Webb Ellis l’inventeur du rugby), Dunning et Sheard précisent très justement :

« Les mythes des origines réductionnistes de ce type sont communs dans notre société. Ils reflètent une représentation atomistique, courante et prédominante, de la structure sociale et une conception du processus historique comme une séquence non structurée d’événements. Pour l’idéologie dominante, les évolutions sociales résultent d’idées et d’actions, de la part de “grands hommes” ou d’individus identifiables qui, même s’ils n’étaient pas reconnus de leur temps comme étant “grands”, ont endossé à titre posthume une forme de charisme. De telles conceptions illustrent la façon dont nos valeurs individualistes tendent à brouiller la perception de la structure sociale et des processus sociaux, tant il est évident qu’un jeu aussi complexe que le rugby ne pouvait pas s’être développé comme la simple conséquence d’un acte déviant singulier provoqué par un individu spécifique. Cela ne pouvait être, comme le dirait Norbert Elias, que le fruit de “l’action des hommes” et non de “l’action d’un homme”, une invention collective et non l’invention d’un seul individu, une institution dont l’émergence s’est étalée sur quelques décennies en tant que processus social non programmé et mettant en cause les interactions d’individus nombreux et interdépendants » (1979 : 61-62).

27Mais c’est en matière de diffusion des sports que le procédé a sans doute été poussé le plus loin. Les travaux historiographiques sur lesquels nous nous sommes appuyés le montrent à l’évidence. À propos du développement du cricket en Inde, ils ont ainsi mis en exergue l’action déterminante de quelques grands administrateurs coloniaux (gouverneurs et vice-rois – Lord Curzon, Lord Harris, Lord Brabourne...) et au relais princier initié par Ranji (les maharadjahs de la famille Singh, les Digooba et autres Vizzy...). Guttmann lui-même, habituellement si pertinent et nuancé, insiste sur le rôle des vice-rois britanniques : « Comment ce jeu improbable [le cricket] est-il devenu le sport drainant le plus grand nombre de spectateurs dans un contexte d’indifférence ou d’hostilité à l’égard de sa diffusion de la part des Anglo-Indiens ? Largement, semble-t-il, à travers les efforts d’une série de vice-rois britanniques, dont deux d’entre eux devinrent par la suite présidents du Marylebone Cricket Club » (1994 : 33).

28Toujours sur le sous-continent indien, des figures exemplaires de missionnaires émergent de certains travaux historiques. C’est le cas, on l’a vu en détail, d’A. G. Fraser à Ceylan et de C. E. Tyndale-Biscoe au Cachemire. Dans son étude insistant très justement sur l’importance du mouvement missionnaire dans la diffusion du sport (à partir notamment des établissements scolaires), Mangan est amené à mettre en exergue l’action de trois individus assurément exceptionnels : T. L. Pennel, A. G. Fraser et C. E. Tyndale-Biscoe, et à préciser en conclusion : « Dans ce processus de diffusion culturelle les chevaliers errants de la chrétienté du xixe siècle ont joué un grand rôle en amenant à toutes les races de l’Empire, avec de nobles intentions, les compétences physiques, les règles du jeu et un code de comportement » (1998 : 175-192).

29Il serait certes dommage de sous-estimer la capacité de ces individus remarquables à former des élèves qui à leur tour ont pu porter la bonne parole en d’autres lieux, ou celle d’administrateurs coloniaux à faciliter la mise en place d’institutions sportives ou à développer les équipements adéquats. Mais la focalisation sur l’action individuelle contribue à occulter la question centrale de la réceptivité des populations concernées – d’autant que ces interventions, on l’a vu, étaient souvent davantage destinées aux représentants de la puissance coloniale qu’aux populations qu’ils soumettaient. Pourquoi les Indiens se sont-ils appropriés le cricket, malgré les réticences des Anglais à les initier au sport impérial par excellence ? Comment expliquer que le baseball soit devenu le « sport national » au Japon, à Taiwan, à Cuba ou en République dominicaine ? Lorsqu’elle s’applique à la diffusion géographique, la mise en garde de Dunning et Sheard (cf. supra) nous paraît d’autant plus valable : il s’agit bien d’un « processus social non programmé et mettant en cause les interactions d’individus nombreux et interdépendants », et mettre en avant le rôle de quelques individus, aussi puissants soient-ils, conduit à minimiser à l’excès la complexité des « processus à long terme non planifiés » (1979 : 62).

30En deuxième lieu, la forme monographique s’exprime également par l’attention portée à un sport particulier dans un contexte particulier. Or, les phénomènes de diffusion deviennent, nous semble-t-il, plus compréhensibles lorsqu’ils prennent en compte les relations qu’entretiennent, à un moment donné et dans un lieu donné, différents sports qui sont présents au sein d’une palette parfois assez riche. Par exemple, nous avons vu que les questions relatives au nationalisme argentin pouvaient être éclairées par la façon dont différentes catégories de population se sont appropriées trois sports bien différents : le soccer, le rugby et le polo. Ou encore, la compréhension de l’extraordinaire engouement des Indiens pour le cricket s’enrichit de la prise en compte de leur rejet radical du rugby (cf. infra). Plus qu’à un sport particulier, c’est à une combinaison ou à un système de sports qu’il convient de s’intéresser.

  • 7 Il est troublant de constater que, des cinq sports de balle ou de ballon qu’étudie Guttmann (1994) (...)

31Par ailleurs, la focalisation sur un seul sport contribue à lui donner des qualités dont on suppose implicitement qu’elles ne sont pas partagées par d’autres sports. Lorsque, par exemple, la diffusion du soccer est analysée, ce dernier est décrit comme un sport susceptible de développer de façon éminente les qualités physiques et morales des pratiquants (force, courage, endurance, fair play, contrôle des émotions, etc.) ; or, ces qualités sont également développées par d’autres sports, et l’on peut même avancer que dans cette perspective le rugby les représente de manière beaucoup plus complète que le soccer – d’autant, encore une fois, qu’il incarnait, comme le cricket et beaucoup plus que le soccer, les valeurs victoriennes et impériales7. On peut ainsi être amené à donner à un sport une importance exclusive, simplement parce que c’est celui que l’on a choisi d’étudier.

32Une troisième conséquence découlant de la forme monographique (mais aussi plus généralement de la démarche historiographique qui est à l’œuvre dans l’analyse des sports et de leur diffusion) est que l’on est conduit à n’étudier que les greffes qui ont pris, au détriment des « ratés ». De ce point de vue, l’exemple de la façon dont a été traitée la diffusion des sports en Inde est particulièrement éclairant et fait ressortir plusieurs attitudes. Soit on passe sous silence l’absence pourtant a priori étonnante d’un sport comme le rugby – c’est l’attitude la plus répandue chez les historiens qui se sont penchés sur le sujet. Soit on se risque à des interprétations aussi expéditives que fantaisistes (il fait trop chaud pour jouer au rugby, ou bien les autochtones ne sont pas physiquement assez forts...). Soit on mentionne l’absence sans y accorder d’importance ; par exemple, Aplin et Jin Jong, qui dans leur étude de la diffusion du sport à Singapour dans la période coloniale, se bornent à mentionner : « Parmi ceux qui imitaient les Britanniques, les activités qu’ils adoptaient ne leur convenaient pas exactement, dans la mesure où les Chinois évitaient les contacts corporels excessifs qui caractérisent, par exemple, le rugby » (2002 : 72). Ou encore, à propos du soccer au Bengale, Dimeo indique que « le Calcutta Football Club (CFC) a été créé pour jouer au rugby en 1872, mais s’est aperçu que les Britanniques du Bengale y trouvaient peu d’intérêt. En 1894 le club avait abandonné le rugby en faveur du soccer » (2001 : 58). Que s’est-il passé entre 1872 et 1894 pour que les Britanniques « abandonnent » ainsi le rugby ? Autre exemple : Mangan (2002a : 44-46) précise que le rugby fut introduit à Ceylan en 1891, dans le collège de Kingswood, par un ancien élève de Trinity – l’établissement dont Fraser était le directeur ; celui-ci avait d’ailleurs mis le rugby au programme de Trinity, et ce sport constitua une spécialité du collège pendant de nombreuses années, ce qui suppose un nombre d’équipes suffisant pour que des compétitions suivies puissent être organisées.

33La question de la disparition du rugby dans ce contexte spécifique ne semble pas avoir ému outre mesure les historiens qui se sont penchés sur la diffusion des sports dans le sous-continent indien, comme si l’absence d’un événement qui aurait pourtant eu a priori des chances très raisonnables d’avoir été présent ne constituait ni un problème, ni une interrogation riche de sens : il n’y a pas de problème, et pas d’interrogation, parce qu’il n’y a pas d’événements sur lesquels fonder la démarche historiographique. C’est à ce point précis que nous souhaiterions introduire quelques réflexions plus théoriques sur la manière dont une approche anthropologique du sport permettrait de repousser certaines limites que rencontrent les études que nous avons présentées.

Formes d’une approche anthropologique

Nécessité d’une réflexion théorique

34Que la question de la diffusion des sports puisse se poser en termes théoriques, voilà qui apparemment ne fait pas l’unanimité. Dans une contribution à un ouvrage collectif consacré au sport en Amérique latine et co-édité par J. A. Mangan, Arbena se livre à une attaque en règle des prétentions de certains chercheurs à utiliser des arguments théoriques ; nous la reproduisons ici, car elle est assez représentative des opinions de nombreux chercheurs travaillant sur le sport.

« En bref, nous devons nous garder de nous empêtrer de façon trop rigide dans la poursuite de la théorie. Il y a un risque de se prendre trop au sérieux et de perdre le contact avec l’humanité vraie qui est en nous. Mario Vargas Llosa conclut que le problème qui se pose quand on cherche à intellectualiser le sport est que “la réalité cède le pouvoir à la théorie”. Alors que les théories sont rationnelles et logiques, “dans le comportement de la société et de l’individu, le non-raisonnable, l’inconscient et la pure spontanéité joueront toujours un rôle”. Ariel Dorfman prévient que “si l’on réduit tout à la politique et à l’idéologie, on finit par totaliser, par exclure le mystère de la vie et par trouver trop facilement des explications là où parfois il n’y en a pas”. Jorge Valdano et Eduardo Galeano avertissent de la même façon que le soccer – et j’étends cela à tous les sports – peut être gâté par les pseudo-scientifiques qui n’arrivent pas à comprendre sa réalité émotionnelle et qui menacent de le détruire par un excès de sérieux, lequel produit en définitive l’ennui » (2002 : 54).

35Mise en garde pour le moins étonnante dans un ouvrage universitaire qui s’inscrit dans une collection intitulée « Sport in the Global Society » et qui, dans ses quelques lignes de présentation, invoque la figure d’Eric Hobsbawm... N’en déplaise aux romanciers appelés à la rescousse par Arbena, il nous faut ici défendre le point de vue selon lequel le recours à une bonne dose de réflexion théorique est indispensable pour tenter d’ordonner (et donner du sens à) la profusion de données historiographiques accumulées au fil du temps. Du point de vue qui est le nôtre – celui de l’anthropologie – la démarche théorique qui peut nous être utile pour débrouiller quelques questions empiriquement non résolues n’est pas de caractère hypothético-déductif et ne découle pas de schémas généraux de pensée forgés dans d’autres domaines, voire dans d’autres disciplines ; elle est résolument inductive en ce sens qu’elle s’appuie sur une accumulation d’observations empiriques et sur des travaux de terrain mettant en œuvre la méthode comparative. De cette démarche en construction, nous présenterons plus loin un exemple précis en reprenant une question que l’historiographie, comme nous l’avons noté auparavant, a laissé en friche, faute précisément d’instruments théoriques adéquats pour la traiter correctement (ou pour simplement l’aborder) : l’extraordinaire engouement des Indiens pour le cricket et leur refus du rugby. Mais pour l’heure, il convient de préciser en quoi elle se rapproche ou se distingue des quelques rares tentatives qui ont abordé les sports sous un angle théorique.

De quelques contributions théoriques

36Les critiques que nous avons formulées vis-à-vis de la façon dont les travaux historiques rendent compte des phénomènes de diffusion des sport l’ont bien souligné : la nécessaire et enrichissante analyse des situations singulières par les monographies historiques doit être prolongée par une réflexion visant à dégager des régularités et des tendances générales permettant de donner du sens à ce qui, autrement, ne peut être perçu que comme une accumulation d’expériences individuelles contingentes. Chercher ce qu’il peut y avoir de commun entre ces expériences singulières, comprendre à quels principes d’organisation elles répondent, constitue une démarche qui, nous le verrons, conduit à mettre en avant la notion de structure.

37Dans cette perspective, Bourdieu (1987) a produit une intéressante contribution programmatique qui, en France tout au moins, a beaucoup influencé la sociologie des pratiques sportives. D’après lui, la compréhension d’un sport, quel qu’il soit, passe par la reconnaissance de la position qu’il occupe dans l’espace général des sports, en prenant en considération soit des éléments externes au sport lui-même (la distribution des pratiquants dans l’espace social, le nombre d’adhérents par fédération, la richesse de celle-ci...), soit des éléments internes (et notamment le rapport au corps qu’implique sa pratique).

38Sur le premier point (qui a surtout retenu l’attention des disciples), il est possible de formuler de sérieuses réserves. Sans nier bien entendu le fait qu’en tel lieu et à un moment donné on puisse mettre en relation certaines propriétés de tel ou tel sport et l’inscription sociale des groupes qui le pratiquent, il est clair que cette relation n’a guère de stabilité (dans le temps) ni de généralité (dans l’espace) et que, de ce fait, son pouvoir explicatif s’en trouve gravement affecté. Bourdieu (1987 : 204) estime ainsi que les pratiques imposant le « terre à terre », le « viril », le « corps à corps » et le « direct » (par exemple la lutte ou le rugby) sont susceptibles d’être l’apanage des classes populaires, alors qu’avec les pratiques favorisant l’« aérien », le « léger », la « distance » ou le « gracieux » (par exemple l’aïkido) on serait dans un système de distinction, d’esthétisation et d’euphémisation de la violence physique qui est privilégié par les classes aisées.

  • 8 On pourrait d’ailleurs soutenir qu’à l’origine, par construction, pratiquement tous les sports se (...)

39On voit immédiatement à quel point une telle analyse repose sur des observations erronées. Le rugby à XV, qui est certainement un des sports dans lesquels le « viril », le « terre à terre » et le « corps à corps » sont les plus présents, non seulement compte parmi ses pratiquants des membres de toutes les classes sociales, mais encore a séduit bien davantage – et ceci est vrai pour la période actuelle aussi bien que d’un point de vue historique – les classes aisées ou moyennes que les classes populaires. Par ailleurs, il est clair que si l’on peut désigner certains sports, à certaines périodes, comme « élitistes », il leur arrive bien souvent de séduire à leur tour les classes populaires8.

40Comprenant ce que ses propositions peuvent avoir d’excessivement substantialiste, Bourdieu précise dans le même texte qu’il « faut se garder d’établir une relation directe [...] entre un sport et une position sociale, entre la lutte ou le football et les ouvriers, le judo et les employés » (ibid. : 205). Mais la mise en garde semble avoir été oubliée par les auteurs qui se sont emparés de cette grille d’analyse (cf. notamment Pociello, 1995).

41En tout état de cause, cette perspective ne prend en compte qu’une dimension des pratiques sportives : la relation entre espaces des sports et espace social. Elle est étroitement déterminée par l’inscription dans un paradigme de départ qui s’intéresse pour l’essentiel aux processus de domination sociale – les sports étant conçus comme un exemple parmi d’autres de la réalité de cette domination. Il ne s’agit pas de prétendre que ces phénomènes sont inexistants – ce serait nier l’évidence – mais d’insister plutôt sur le deuxième point qu’avait mentionné Bourdieu : les éléments internes, ou le type de rapport au corps qu’implique la pratique d’un sport.

42Remarquant, à propos de la pédagogie sportive, qu’« il y a une manière de comprendre tout à fait particulière, souvent oubliée dans les théories de l’intelligence, celle qui consiste à comprendre avec son corps [...], en deçà de la conscience, sans avoir les mots pour le dire » (ibid. : 214), Bourdieu développe cependant cette idée dans une perspective qui ne retient que l’utilisation que des régimes autoritaires peuvent faire du sport :

« Je pense qu’il y a un lien entre le corps et ce qu’en français nous appelons “l’esprit de corps”. Si la plupart des organisations, que ce soit l’Église, l’armée, les partis, les entreprises industrielles, etc., font une si grande place aux disciplines corporelles, c’est qu’une grande partie de l’obéissance, c’est de la croyance, et que la croyance est ce que le corps accorde lors même que l’esprit dit non [...]. C’est peut-être en réfléchissant sur ce que le sport a de plus spécifique, c’est-à-dire la manipulation réglée du corps, sur le fait que le sport, comme toutes les disciplines dans toutes les institutions totales ou totalitaires, les couvents, les prisons, les asiles, les partis, etc., est une manière d’obtenir du corps une adhésion que l’esprit pourrait refuser, que l’on parviendrait à comprendre le mieux l’usage que la plupart des régimes autoritaires font du sport. La discipline corporelle est l’instrument par excellence de toute espèce de “domestication” » (ibid. : 215).

  • 9 À propos de la comparaison entre la façon de marcher des Américaines et celle des Françaises : « L (...)

43Ce qui nous paraît intéressant ici pour notre propos, c’est moins le lien entre sport et régime totalitaire (le sport peut aussi, on l’a vu, être un instrument de contestation, voire de libération) que le fait que, par l’apprentissage de ce que Marcel Mauss appelait les « techniques du corps9 », s’expriment des traits culturels spécifiques. Position que Parlebas a développée avec beaucoup de rigueur dans ses Éléments de sociologie du sport en insistant sur le fait que « chaque sport répond fondamentalement à un contrat social qui prescrit un système d’astreintes très précises. Tout jeu sportif est avant tout un système de règles et de contraintes qui pré-oriente de façon particulière les comportements de chaque pratiquant potentiel. C’est ce système qui détient la clef ; affirmons-le nettement : il est d’ordre socio-institutionnel » (1986 : 23).

44Un tel corps de règles du jeu, qui régit les conditions de la pratique et fixe les modalités d’interaction des pratiquants, est « omniprésent » (Parlebas, 1986 : 97) en ce sens qu’il s’impose de façon absolue aux protagonistes du jeu dont il modèle les obligations. Mais en même temps, ce cadre contraignant est créateur de liberté – ce que Duflo (1997) identifie par le néologisme de « légaliberté », qui signifie en l’occurrence que « le jeu est l’invention d’une liberté dans et par une légalité ». Par exemple, les règles du rugby à XV imposent des contraintes très précises à l’action des joueurs : la taille du terrain, ses délimitations, les manières autorisées de marquer des points, l’obligation de passer le ballon en arrière, et d’une façon générale les multiples sanctions qui s’attachent à tout ce que le corpus des règles a institué comme « fautes ». Néanmoins, à l’intérieur de ce cadre contraignant, les joueurs disposent d’une liberté d’action considérable qui fait tout l’intérêt du jeu – comme par exemple, pour un joueur courant ballon en main, décider de le passer à un coéquipier, de percuter l’adversaire, de tenter un « cadrage-débordement » ou d’effectuer un coup de pied de dégagement. Surtout, cette liberté n’a de sens que par rapport au corpus de règles considéré ; autrement dit, la liberté du joueur du rugby n’est pas la même que celle du joueur de basket-ball : elle n’est définie (et concrètement mise en pratique) qu’en fonction de ce qu’imposent les règles du rugby (Duflo, 1997).

45À partir de ces quelques remarques, nous pouvons maintenant essayer de préciser quelles sont les positions théoriques qu’il nous paraît important de développer pour tenter d’éclairer les phénomènes de diffusion géographique des sports.

Règles du jeu, propriétés formelles et cultures sportives

46Précisons en premier lieu que nous définissons une culture sportive comme une combinaison spécifique de pratiques, de comportement, de systèmes de valeurs et, surtout, de rapports au corps (à son propre corps, à ceux de ses adversaires et à ceux de ses coéquipiers).

  • 10 Comme par exemple comportements collectifs marqués par la solidarité vs comportements individualis (...)

47Nous partirons de l’idée selon laquelle, plutôt que de parler d’une culture sportive, dont les traits seraient communs à toutes les pratiques – concept trop général pour qu’il ait la moindre valeur opératoire – il est préférable de considérer qu’il existe autant de cultures sportives qu’il existe de sports différents. Cela ne signifie pas pour autant que les différentes cultures sportives constituent des ensembles disjoints. Pour que deux sports fassent référence à des cultures distinctes, il n’est pas nécessaire que tous les éléments des deux combinaisons considérées soient différents, ou dans un rapport d’opposition10. Certains de ces comportements peuvent être identiques : pour reprendre l’exemple que nous venons de citer en note, on pourra retrouver des comportements marqués par l’individualisme à la fois dans le soccer et dans le rugby à XIII ; d’autres éléments peuvent varier, comme le rapport au corps ou les comportements d’excès, du fait que le rugby à XIII est un sport de combat collectif, ce qui n’est pas le cas du soccer (cf. infra). Pour distinguer deux cultures sportives, il faut donc que l’on ait pu repérer, au sein de la combinaison des éléments pertinents, au moins un de ces éléments qui diffère.

48Nous avons abondamment analysé (chapitres I et II) comment s’étaient constituées les différentes cultures sportives en tant que résultat de l’interaction complexe de forces sociales à l’œuvre dans un pays donné, à un moment donné. Il nous faut maintenant aller plus loin et développer les propositions suivantes :

  1. Ce qui distingue de la façon la plus évidente un sport d’un autre sport, c’est l’ensemble de ses règles du jeu.
  2. Les règles du jeu constituent un cadre extrêmement précis et contraignant pour la pratique d’un sport, et l’investissent d’un ensemble de propriétés formelles spécifiques11. Par exemple au cricket, les protagonistes, sans être séparés comme au volley-ball par un filet qui interdit toute interpénétration de l’espace de jeu par les deux équipes, ne sont pas censés entrer en contact les uns avec les autres, alors qu’au rugby à XV le plaquage de l’adversaire est autorisé et les corps sont dans une relation d’étroite promiscuité corporelle à l’occasion des mêlées, ouvertes ou fermées.
  3. Les propriétés formelles d’un sport donné ont le pouvoir de façonner, par elles-mêmes, des comportements et des pratiques, de les renforcer, et de les constituer en systèmes de référence. Elles ne sont plus seulement conséquences d’un ensemble complexe de facteurs historiques (leur dimension en quelque sorte « passive »), mais doivent aussi être considérées comme un formidable moteur d’élaboration et de consolidation d’une culture sportive.

49Les cultures sportives telles que nous les avons définies ont ceci de particulier face à bien d’autres formes culturelles qui sont davantage inscrites dans des territoires ou liées à l’ethnicité (ce qui va souvent de pair), qu’elles ont une dimension transversale, précisément dépendante de la nécessaire universalité des règles du jeu. Si l’on veut en effet que les différents pays où se pratique le soccer puissent se rencontrer dans le cadre de compétitions (comme c’est le cas, par exemple, avec la Coupe du monde), il faut bien que les mêmes règles s’appliquent partout. Nous déduirons alors logiquement des propositions précédentes qu’un certain nombre de dimensions fondamentales de la culture du soccer doivent être présentes à Turin comme à Rio de Janeiro, à Bordeaux comme à Bucarest. Autrement dit, on sera amené à identifier ce que nous appellerons des invariants ou des universaux de la culture du soccer, quel que soit le contexte de réception. Ces termes fortement connotés doivent ici être compris seulement comme s’appliquant à des propriétés qui seraient valables dans tous les contextes où s’appliquent les mêmes règles du jeu.

50Mais il est bien évident qu’à l’inverse la souplesse et la perméabilité des cultures sportives (comme celles de toutes les formes de culture), d’une part les soumettent aux influences du temps qui passe (elles évoluent, se transforment, de façon parfois radicale), et, d’autre part, donnent nécessairement lieu à des réinterprétations de leurs configurations en fonction des contextes au sein desquels elles sont immergées (le soccer argentin, nous l’avons vu, n’est pas tout à fait le soccer anglais). On assiste alors à un jeu dialectique complexe entre la dimension universelle et la dimension contextuelle des cultures sportives. Bien entendu, la distinction entre éléments universels et contextuels correspond ici à un artifice de présentation, dans la mesure où l’on n’observe jamais que des manifestations culturelles déjà contextualisées ; mais cet artifice s’impose d’un point de vue analytique comme un passage obligé qui permet d’assigner à la notion de règles du jeu (et corrélativement à celle de propriétés formelles) la place qui, selon nous, lui revient.

51Afin d’illustrer plus concrètement l’application que nous pouvons faire de ce schéma théorique, nous reprendrons la question, non résolue par les travaux historiographiques que nous avons mentionnés, du traitement différentiel reçu par le cricket et le rugby dans le sous-continent indien.

L’Inde, le cricket et le rugby

52Lorsqu’il a analysé les raisons pour lesquelles le cricket a eu un succès mondial très inférieur à celui du soccer, Guttmann a posé le problème en ces termes :

« Pourquoi le cricket a-t-il été moins largement adopté que le soccer ? On ne peut que spéculer. C’est peut-être parce que le cricket était désavantagé par la complexité plus grande de ses règles, mais j’incline vers une explication qui met l’accent sur des facteurs plus extrinsèques qu’intrinsèques. Je soupçonne que le handicap du cricket fut que sa diffusion initiale est apparue à un moment où il n’était pas du tout évident que la Grande-Bretagne était destinée à sortir victorieuse des guerres impériales des xviiie et xixe siècles. Quand les Britanniques ont exporté le cricket dans leurs colonies américaines au xviiie siècle, l’Espagne, le Portugal et la France régnaient sur la plus grande partie de l’hémisphère occidental et les politiques protectionnistes et mercantiles limitaient les activités des entrepreneurs étrangers. À l’époque où les marins britanniques commencèrent à taper dans des balles de soccer sur des plages étrangères, Britannia régnait sur les vagues et la Grande-Bretagne était – comme un autre de ces slogans irritants l’exprimait – l’atelier du monde. En d’autres termes, la Grande-Bretagne victorienne était devenue une véritable puissance hégémonique. La doctrine libérale de l’économie du « laissez-faire », soutenue par la puissance terrifiante de la marine britannique, avait ouvert les marchés mondiaux, et les entrepreneurs britanniques étaient omniprésents. L’influence économique – et culturelle – de Manchester s’étendait bien au-delà des limites du contrôle politique exercé par Londres. Et le sport favori de Manchester était le soccer » (1994 : 39-40 ; souligné par nous).

53L’hypothèse est assurément séduisante, en tout cas pour ce qui est de l’opposition entre le cricket et le soccer. Mais elle ne s’applique guère au rugby, aussi peu diffusé mondialement que le cricket et pourtant apparu au même moment que le soccer. Pourquoi les facteurs extrinsèques que privilégie Guttmann n’ont-ils pas joué en faveur du rugby comme ils ont joué pour le soccer ? Ne serait-ce pas précisément parce que des raisons intrinsèques ont été en l’occurrence déterminantes ?

54Par raisons intrinsèques, nous ne faisons que renvoyer à ce que nous avons défini comme étant des propriétés formelles, elles-mêmes issues des règles du jeu : au moyen de quelles modalités concrètes les joueurs s’affrontent-ils ? Comment remet-on le ballon en jeu ? Y a-t-il ou non contact physique entre joueurs, et de quel ordre ? Comment le temps de l’affrontement est-il découpé ? Quelles sont les caractéristiques de l’espace dévolu au jeu ? etc. Et ce qui nous semble être central en la matière, puisqu’il s’agit de la diffusion d’une pratique culturelle qui se présente comme déjà très structurée, c’est l’adéquation ou l’inadéquation de ces propriétés formelles avec certains traits culturels dominants des sociétés dans lesquelles s’effectue la diffusion.

  • 12 Guttmann n’est apparemment pas insensible à cette proposition, puisqu’il écrit : « Le rugby, lui a (...)

55Certes, il est bien évident que les raisons intrinsèques (ici les propriétés formelles) ne sauraient expliquer à elles seules l’adoption ou le rejet d’une pratique sportive donnée. Guttmann (1994 : 172) indique lui-même qu’il y a peu de chances de voir émerger un grand champion de surf chez les Ouzbeks, ou de bobsleigh chez les Fidjiens. De même, il précise avec pertinence que la supposée congruence de ces propriétés formelles et de soi-disant « dispositions psychologiques » ne sert qu’à masquer une vision ethnocentriste et superficielle de la question : le baseball, « national pas-time » censé incarner les profondeurs de l’âme américaine, est aussi le sport le plus pratiqué au Japon, en Chine (Taiwan) et dans certains pays de la Caraïbe. Une insistance sur une supposée « différence innée de goûts » ne peut manifester qu’un essentialisme stérile. Néanmoins, cela n’évacue pas pour autant la question de la façon dont, dans des situations chaque fois étroitement qualifiées et délimitées, les propriétés formelles d’un sport peuvent entrer en résonance ou en opposition avec ce que certains groupes humains valorisent, que ces groupe soient définis en fonction de critères (ou de combinaisons spécifiques de critères) ethniques, religieux ou sociaux. Il ne s’agit pas de prétendre que les facteurs extrinsèques n’ont aucun rôle à jouer, mais d’enrichir l’analyse en faisant intervenir, en dehors de tout tropisme psychologique et de tout essentialisme (« la » culture indienne, « la » culture japonaise...), la prise en compte de ce que les propriétés formelles des sports favorisent, tolèrent ou interdisent12.

À propos des propriétés formelles du rugby

56Nous avons souvent insisté sur le fait que le cricket et le rugby, du point de vue de la diffusion géographique induite par le fait colonial, bénéficiaient tous les deux du statut de « sport impérial » pratiqué par les élites, supposant ainsi très souvent au soccer, marqué par des structures professionnelles et un recrutement nettement plus populaire. Néanmoins, du strict point de vue des propriétés formelles, il s’agit de deux sports qui manifestent des oppositions structurelles importantes.

57Pour le mettre en évidence, il convient tout d’abord de faire appel au critère du type d’opposition qui caractérise les relations entre joueurs :

  • Dans la plupart des sports collectifs (soccer, basket-ball, handball, hockey sur glace ou sur gazon, water-polo, squash, pelote basque...13), les adversaires s’opposent au ballon ou à la balle.
  • Dans un petit nombre de sports collectifs (rugby à XV et à XIII, football, footie), on n’obtient le ballon qu’en s’opposant au corps de l’adversaire.
  • 14 Sur une discussion de la distinction entre ces deux catégories, cf. Darbon (2002 : 8-9).

58Cette distinction est tout à fait fondamentale, en ce sens qu’elle permet d’opposer, traditionnellement, les sports de « contact » et les sports de « combat »14. Au rugby à XV (comme au rugby à XIII et au football), la forme la plus spectaculaire que peuvent prendre les modalités d’affrontement à l’homme (et non à la balle) est certainement le plaquage.

59Le vocabulaire est ici très explicite : en plaquant l’adversaire, on cherche à le « châtier », à le « laminer », à le « désosser » ; le « tampon », le « bouchon » ou le « caramel » n’ont pas seulement pour but d’arrêter un joueur porteur du ballon, ils doivent aussi l’user physiquement de façon à amoindrir ses capacités ultérieures à attaquer et à défendre. Le plaquage est explicitement autorisé par les règles, avec pour seules restrictions l’interdiction de plaquage haut, ou « cravate », les plaquages par anticipation ou à retardement et ceux effectués sur un joueur ne portant pas le ballon.

60Dans la mesure où ces considérations valent aussi bien, à quelques détails réglementaires près, pour le rugby à XIII et le football que pour le rugby à XV, en quoi peut-on marquer la spécificité de ce dernier au sein des sports de combat collectif ? Il nous semble qu’elle réside essentiellement dans les modalités spécifiques qu’y prennent les regroupements de joueurs dans des phases statiques ou dynamiques : le maul ou groupé pénétrant, la mêlée ouverte et, surtout, la mêlée ordonnée, qui n’ont pas d’équivalent dans le rugby à XIII ou le football. Plus peut-être que les autres phases de jeu en rugby à XV, la mêlée ordonnée est un dispositif particulièrement opaque au profane, qui n’y voit souvent que mystère et confusion... Un petit détour par des considérations techniques est ici nécessaire.

61Pénétrons au sein même de la « soute » – également nommée « chambre des machines », « cage » ou « mine » (puisqu’on y « va au charbon »)... L’âpre combat qui s’y mène exige bien sûr des pratiquants un certain nombre de qualités morales que les intéressés eux-mêmes (et les discours stéréotypés) rangent sous le vocable passe-partout de « vaillance » (où l’on retrouve le courage, la persévérance dans l’effort, la capacité à supporter la souffrance sans fléchir...). Mais il s’exerce également sous la forme d’une promiscuité corporelle dont l’analyse est fondamentale pour notre propos et qui n’a aucun équivalent dans les autres sports collectifs de balle ou de ballon. C’est dans le dispositif de la mêlée que se noue la dimension la plus collective de l’engagement physique, notamment dans la façon dont les deux piliers et le talonneur d’une même équipe se lient les uns aux autres ; plusieurs solutions techniques sont ici possibles : soit les deux piliers ceinturent le talonneur avec le bras intérieur ; soit ils se lient l’un à l’autre directement au niveau des épaules ; soit seul le pilier droit saisit le pilier gauche par l’épaule, ce dernier prenant son partenaire par le haut de la culotte.

62Quant aux deux deuxièmes lignes, ils ont à résoudre deux problèmes principaux de liaison : celle avec le couple pilier/talonneur, et celle avec leur coéquipier de la même ligne. Le deuxième ligne place son épaule en dessous du pli fessier du pilier et, le plus souvent, engage son bras entre les jambes du pilier afin de saisir la ceinture de son short. Il peut ceinturer son partenaire de la deuxième ligne de deux manières : soit en passant la main de son bras intérieur sous l’aisselle du partenaire, soit en le saisissant par la ceinture du short.

63Des quelques notations techniques qui précèdent, il résulte qu’au-delà d’une nécessaire synergie entre avants, le fait d’être liés physiquement sous l’effort intense – et le fait d’être liés de cette manière particulière, faite d’une grande proximité charnelle – crée une communauté de sensations et d’intérêts extrêmement concrète. Il n’existe sans doute pas de sport collectif où l’on touche l’autre de manière aussi intime. Or – et ceci nous paraît absolument déterminant – cet autre est à la fois un coéquipier et un adversaire. D’une part, on l’a vu, la position en mêlée d’un joueur occupant le poste de deuxième ligne implique que sa tête soit prise en étau entre les fesses du pilier (droit ou gauche) et celles du talonneur, mais aussi qu’il passe son bras entre les cuisses du pilier pour l’agripper par la ceinture du short, par devant, touchant ainsi ses parties génitales... Situation inimaginable dans n’importe quel autre sport collectif. D’autre part, cette intimité se double d’une autre : celle qui, au moment de la poussée en mêlée, réunit les deux premières lignes adverses, épaule contre épaule, cou contre cou. D’une certaine façon, on pourrait dire que, tout au moins en première ligne, la proximité est plus grande entre adversaires qu’entre coéquipiers – et cela au plus fort du combat !

  • 15 Au rugby à XIII la mêlée est loin d’avoir la même importance et la même signification, et au footb (...)

64Cette configuration particulière, on le répète, est unique dans le domaine sportif15. Elle se trouve en outre redoublée, dans le rugby à XV, par une autre série de dispositifs réglementaires qui concernent certaines phases dynamiques dans le cours du jeu : mauls (regroupements de joueurs autour du ballon qui est porté par l’un d’eux) et mêlées spontanées ou ouvertes (regroupements autour du ballon qui se trouve au sol). Dans le premier cas, la lutte pour progresser en direction du camp adverse (ou pour stopper la progression de l’adversaire) est éminemment collective et suppose là encore une extrême promiscuité des corps dans le combat. Dans le second cas, l’effort pour obtenir le ballon suppose que certains joueurs « fassent le ménage » autour de celui-ci, pour éviter que des adversaires ne viennent s’en emparer ou pour faciliter son extraction par un coéquipier ; travail obscur où se manifeste au plus haut point à la fois l’idée de sacrifice au profit du groupe et une forme assez achevée de promiscuité corporelle. Seul un sport individuel comme la lutte (cf. infra) met en scène un tel dispositif.

Régime des castes et principe de séparation

65Nous faisons ici l’hypothèse qu’un certain nombre de dimensions culturelles inscrites au cœur du système des castes ne peuvent que rendre très problématique la pratique du rugby. Parmi les trois grands principes qui se situent au fondement de ce système – séparation, division du travail, hiérarchie (Bouglé, [1908] 1993 ; Dumont, 1966) – c’est apparemment le premier qui semble poser les problèmes les plus aigus dans la perspective d’une diffusion du rugby à XV, dans la mesure où il interdit, ou dans certains cas codifie de façon assez contraignante, certaines formes de relations entre membres de castes différentes, et notamment le contact corporel. Même si l’on peut défendre l’idée selon laquelle la colonisation anglaise et, plus tardivement, l’évolution du monde moderne et des échanges économiques ont pu tempérer le rôle effectif des castes en Inde, il n’en reste pas moins que les principes qui sont au fondement du système des castes (« l’état d’esprit », pour parler comme Dumont) sont encore très présents à l’heure actuelle. Dans le rapport entre brahmanes et intouchables, par exemple, la réforme gandhiste a beaucoup atténué les interdits, et l’Inde indépendante a déclaré l’intouchabilité illégale ; mais de telles mesures ne peuvent transformer du jour au lendemain la situation traditionnelle, concrètement vécue par les individus. Rappelons que le problème de la diffusion du rugby à XV s’est posé dès la fin du xixe siècle, à une époque où l’inscription de l’Inde dans le monde « moderne » et la mise en question du régime des castes ne se posaient pas du tout dans les mêmes termes.

  • 16 Constitutifs de ce que Lahire (1998) appelle « l’homme pluriel ».
  • 17 Cette notion de cosmopolitisme ne doit pas être confondue avec celle de westernization (« occident (...)

66Il reste qu’il faut ici éviter le piège de l’essentialisme culturel et que la société indienne manifeste de ce point de vue une complexité souvent déroutante, dans la mesure où l’on voit souvent co-exister, chez les mêmes individus, des codes culturels opposés16 : d’une part les valeurs de ce que Heinrich et Landy (1995) appellent le cosmopolitisme (adoption d’un code culturel universel fondé sur certaines valeurs occidentales, notamment anglo-saxonnes), et d’autre part les valeurs traditionnelles ; coexistence qui peut se traduire par exemple par le fait qu’« un brahmane, cadre supérieur à Bombay, pourra déjeuner de mouton à la cantine de son entreprise en compagnie d’un collègue de caste inférieure. Mais le soir, une fois rentré chez lui, il consommera une nourriture strictement végétarienne et refusera l’entrée de certaines pièces de son appartement aux personnes de castes inférieures » (ibid. : 21)17. Plus respectueux des valeurs traditionnelles et conservant une cohérence et une homogénéité propres, le cosmopolitisme permettrait ainsi « la relative permanence de l’indianité face à l’occidentalisation mondiale – mais aussi la persistance du système des castes au détriment d’une véritable démocratie – tout autant que le maintien de la stabilité dans la diversité [...] » (ibid. : 21).

67Si une telle analyse est acceptable, comment expliquer alors que la pratique du rugby à XV ne fasse pas partie de ce que le « cosmopolitisme » peut admettre en marge, ou simplement à côté, des valeurs les plus traditionnelles de la société indienne ? Rappelons tout de même que le rugby est un jeu, inscrit à ce titre dans la catégorie des loisirs volontairement consentis, et non une contrainte sociale forte dont dépendent les moyens d’existence de ceux qui y sont soumis. Par exemple, il pourra être vital pour un informaticien de Bombay travaillant chez IBM d’accepter la contrainte culturelle qui en découle dans le cadre de son travail, alors que le même individu aura toute latitude non seulement de décider s’il souhaite pratiquer ou non un sport, mais encore de préférer éventuellement le cricket ou le soccer au rugby. Autrement dit, s’il est un domaine où les dimensions les plus rigides du système des castes ont encore des chances de se manifester le plus librement, c’est entre autres celui des pratiques sportives...

  • 18 Ils n’en constituent plus actuellement que 43 %.
  • 19 Nous appelons ici « fidjienne » la population d’origine mélanésienne présente avant l’arrivée des (...)
  • 20 Pour une analyse détaillée de la situation fidjienne, cf. Darbon (2003).

68Une telle interprétation semble confortée par la situation qui prévaut dans l’archipel des Fidji en matière sportive. Le cas fidjien est intéressant à divers titres. En premier lieu, il fournit un exemple opposé à celui des White Dominions que nous avons présenté dans le chapitre IV : la présence anglaise y a certes été importante et durable, mais elle s’est manifestée par une colonisation d’un type entièrement différent, qui n’a pas conduit à une immigration massive de populations d’origine européenne et qui s’est traduite par l’application extensive d’une forme de gouvernement indirect (indirect rule). Par ailleurs, le souci de mettre en valeur certaines richesses locales, et notamment la canne à sucre, a conduit dès les premières années de la colonisation à faire appel, après plusieurs tentatives locales infructueuses, à une main-d’œuvre immigrée d’origine indienne selon un système d’emploi « sous contrat » (indenture) déjà mis au point à l’île Maurice et dans la Caraïbe ; bien que cette immigration, initiée à la fin des années 1870, ait cessé en 1926, elle a permis l’établissement à Fidji d’un grand nombre d’Indiens dont les descendants constituaient, dès les années 1980, la majorité de la population18. Les antagonismes, parfois violents, engendrés par la nécessaire cohabitation entre deux ensembles culturels très différents ont pris la forme, dans le domaine sportif, d’un partage assez radical, que l’on peut grossièrement résumer par la formule : aux Fidjiens le rugby, aux Indo-Fidjiens le soccer...19 Le rugby, qui suscite chez les Fidjiens un engouement extraordinaire, n’est pratiqué que de façon extrêmement marginale par les Indo-Fidjiens, qui ont en revanche investi de façon massive la pratique et les structures du soccer20.

  • 21 Concernant Fidji, on pourra consulter Mayer (1963), Gillion (1962), Kelly (1991) ; concernant Maur (...)
  • 22 En tant que témoignage de la permanence du système des castes à Fidji, la littérature romanesque f (...)

69Deux nuances doivent cependant être apportées à ce tableau. En premier lieu, la permanence des principaux traits culturels – et notamment du régime des castes – des émigrés indiens déplacés à Fidji (comme dans tous les autres lieux ayant accueilli des travailleurs indiens sous contrat) a été souvent mise en doute : en franchissant les « eaux noires », en subissant la promiscuité imposée par le long trajet en bateau, en étant soumis dès leur arrivée à des conditions de vie qui niaient leur religion et leur appartenance de classe et de caste, en les privant du contexte (villageois, familial) au sein duquel leurs coutumes pouvaient s’exercer, ils auraient abandonné toute référence à leurs conceptions traditionnelles en matière de séparation, de division du travail et de hiérarchie21. La connaissance que nous avons de la société fidjienne nous amène à dire, bien au contraire, que ces principes fondamentaux sont encore extrêmement opérants au sein de la communauté indo-fidjienne, et cela pour des raisons à la fois historiques et structurelles. À la fin du système « sous contrat », les nombreux Indiens « libres » qui sont venus s’établir à Fidji, relayés par (ou à l’origine) de multiples initiatives d’enseignement destinées à la seule communauté indo-fidjienne, ont fortement contribué à raffermir ou à pérenniser certaines attitudes culturelles liées au système des castes, ou le cas échéant à « recadrer » ce qui devait l’être. Diverses organisations, religieuses ou laïques, ont ainsi œuvré pour redonner aux Indo-Fidjiens le sens de leur unité culturelle et de leur identité : British Indian Association, Arya Samaj, Indian Reform League, Sanatan Dharm Sabha, Fiji Muslim League, Sangam, The Gujerati Society... Elles ont par exemple eu une influence considérable en matière d’éducation, de préservation de l’héritage culturel, de pratique religieuse et aussi de pratique sportive. Ce processus s’est avéré d’autant plus efficace qu’il prenait pour cible une communauté qui, du fait de son isolement culturel radical au sein de la population fidjienne et des lourds conflits politiques dans l’archipel, avait (et a encore) tendance à renforcer ses propres caractéristiques et à faire la preuve de son unité22. D’un point de vue plus structurel, au-delà des nombreux accommodements qui ont été nécessaires pour tenir compte d’un environnement entièrement nouveau, les fondements mêmes du régime des castes ne semblent pas avoir été remis en question : si les modalités par lesquels ils s’expriment peuvent avoir changé, les principes généraux relatifs à la division du travail, à la hiérarchie et à la séparation continuent d’opérer en profondeur.

70En second lieu, les propos qui précèdent tendraient à accréditer l’idée d’une « culture indienne », essentielle et homogène, distribuée dans l’ensemble de la population – ce qui serait évidemment absurde. Tout d’abord, nous n’avons envisagé ici, pour discuter des raisons du rejet du rugby par les Indiens, que les traits culturels qui font référence au régime des castes, et plus spécifiquement au principe de séparation. Même si l’on peut admettre que ce principe a largement traversé (et traverse encore) la société indienne (y compris sa fraction musulmane), tous les Indiens n’y sont pas soumis, et ceux qui s’en réclament peuvent y associer de multiples aménagements dans leur vie quotidienne. Il reste cependant que, par rapport à la question qui nous occupe, le fait que des fractions très importantes de la population y soient attachées rend tout simplement impossible la présence, au sein d’un système des sports national, du rugby en tant que sport organisé, où des équipes se rencontrent au hasard de championnats locaux, régionaux ou nationaux. Ce qui n’empêche évidemment pas que certains Indiens (ou Indo-Fidjiens) jouent, ici ou là, au rugby... et y prennent plaisir.

Le temps qui passe, le temps qu’il fait

71Avec le cricket, sport de distance et d’évitement, la question se pose en des termes très différents... et plus complexes. Il serait trop simple en effet de s’en tenir à l’opposition des propriétés formelles entre rugby et cricket et de se satisfaire de la proposition suivante : le cricket a eu en Inde le succès que l’on sait parce que ses propriétés formelles ne sont en rien incompatibles avec les structures culturelles fondamentales à l’œuvre dans la société indienne. Peut-on aller plus loin, et mettre en évidence un certain nombre d’affinités entre les propriétés formelles du cricket et des traits culturels largement répandus dans la société indienne ?

72On peut remarquer en premier lieu qu’une des propriétés formelles du cricket qui lui donne son caractère « archaïque » (cf. chapitre III) réside dans la dimension temporelle à l’intérieur de laquelle il s’inscrit. Contrairement aux sports collectifs de balle ou de ballon, mais en revanche comme au tennis, un match de cricket n’a pas une durée fixée à l’avance (par exemple les deux mi-temps de quarante minutes chacune du rugby). Dans le cadre d’un test-match, qui peut aller jusqu’à cinq jours, soit plus de trente heures de jeu effectif, il faut en outre prendre en compte les nombreuses pauses (déjeuner, cup of tea...) à l’occasion desquelles se manifeste une convivialité codifiée et ritualisée. Le jeu lui-même se déroule avec beaucoup de lenteur ; entre les moments, intenses et rapides, où le lanceur projette sa balle, où le batteur la renvoie et court éventuellement entre les guichets pour faire le plus grand nombre possible de runs – moments d’ailleurs assez répétitifs dans leur forme – s’insèrent de longues plages de temps où il ne se passe apparemment pas grand-chose, où les joueurs reprennent leur place lentement, où ils discutent de la stratégie à adopter, où des changements ont lieu dans l’équipe... D’une façon générale, l’idée d’une utilisation productive et intensive du temps, telle qu’elle est valorisée dans les sports « modernes », est absolument antithétique avec la conception du jeu incarnée par le cricket. Pour apprécier un tel déroulement des événements – d’autant que bien souvent l’affaire se termine par un match nul – il est sans cloute préférable d’occuper la position d’un aristocrate anglais (ou d’un prince indien) ostensiblement dépensier de son temps. Un tel dispositif n’évoque-t-il pas les grandes épopées anhistoriques extrêmement populaires en Inde, dont l’exemple le plus connu est le Mahabharata ?

  • 23 Les biographies de joueurs sont jalonnées de références au hasard, à la chance ou à la malchance. (...)

73En second lieu, du fait de ses règles spécifiques, le cricket s’insère dans un cadre formel qui accroît considérablement la part du hasard dans le jeu. On n’y trouve en effet aucune situation pendant laquelle les 22 joueurs sont sur le terrain en même temps. Ce caractère unique donne aux aléas du temps atmosphérique, et non plus seulement du « temps qui passe », un poids considérable. Par exemple, une équipe qui lance sera, pendant une heure ou une heure et demie, au complet sur le terrain, face à seulement deux joueurs de l’équipe adverse (les deux batteurs) ; elle peut à cette occasion bénéficier (ou pâtir) de conditions atmosphériques (une averse qui a rendu le pitch très vicieux par rapport aux rebondissements de la balle, ou au contraire un assèchement du revêtement) que l’équipe adverse ne retrouvera pas forcément quand ce sera son tour d’occuper le terrain pour lancer. Que l’état du terrain puisse changer au long de la partie, c’est évidemment le cas pour tous les sports joués en extérieur ; mais au cricket, la succession des phases d’attaque et de défense rend la chose particulièrement inégale et donne au hasard une place fondamentale. Ce qui est vrai du pitch l’est aussi du terrain alentour, où évoluent les joueurs de champ : après une averse, il peut devenir glissant, voire boueux, et rendre le contrôle des balles plus ou moins difficile. Une équipe qui, sur le papier, est a priori inférieure, peut avoir la chance de « battre » par temps sec, sur un pitch qui favorise donc les batteurs, et l’équipe adverse, qui est a priori supérieure, la remplacera dans ce rôle à un moment où une averse aura rendu le pitch vicieux et la trajectoire de la balle imprévisible. Enfin, le rôle de l’arbitrage n’est pas à négliger. Dans tous les sports, l’arbitrage est une forme que peut prendre le destin pour octroyer la victoire ou la défaite ; c’est ce que les sports « modernes » prennent en compte lorsqu’ils tentent par tous les moyens de diminuer cette part d’incertitude – par exemple en utilisant les moyens de la vidéo. Mais avec le cricket, on est en présence d’un éventail impressionnant de règles du jeu très complexes et particulièrement difficiles à arbitrer, qui renforce le poids de l’incertitude ; d’autant que les arbitres, surtout dans les rencontres internationales ou importantes, sont le plus souvent des hommes âgés, dont l’expérience est compensée par des réflexes plus lents, un coup d’œil plus hésitant, voire des difficultés d’audition... Or, la plupart des phases de jeu réclament des jugements très sophistiqués et délicats à mettre en œuvre – par exemple, un lancer est jugé correct si la balle se dirige vers le batteur à l’intérieur d’une sorte de cadre virtuel approximativement situé à mi-hauteur du batteur. Un joueur de cricket compose ainsi constamment avec le rôle assez exorbitant (ou en tout cas contraire au principe d’égalité pour tous sur lequel est notamment fondé le sport « moderne ») du destin, et doit intégrer ce rapport dialectique qui consiste à la fois à accepter l’intervention inéluctable du destin et à agir comme s’il n’existait pas. Ne serait-ce pas une des raisons pour lesquelles, au cricket, le match nul – autre manifestation du destin – n’est jamais décevant23... ?

74Du fait de ces ambiguïtés, le cricket ne délivre pas de vérité ultime. Il donne diverses versions de la vérité, permet à ces versions (parfois contradictoires) de cohabiter et fournit une structure rituelle permettant à la fois cette diversité et cette cohabitation. Oserons-nous une comparaison avec l’hindouisme quotidiennement vécu ?

75Nandy (2000 : 42-51) s’est livré sur ce point à une analyse éclairante du cinéma populaire indien (Bollywood), où l’on trouve des manifestations de cette ambiguïté fondamentale. Dans les structures narratives qu’il met en place surgissent les peurs et les anxiétés d’individus que le monde moderne – depuis l’irruption de cet « Autre » qu’est l’envahisseur anglais – a menacé par l’imposition de styles de vie et de cadres normatifs différents, voire opposés. En font partie, par exemple, les incompatibilités entre les modes de vie occidentaux et ce qu’imposent les tabous liés à l’impureté ou à la hiérarchie. Une façon finalement traditionnelle de résoudre, ou d’intégrer, cette contradiction, passerait par l’utilisation d’une structure fondamentale qui est celle du double, qui parcourt entièrement le cinéma indien. En témoigne notamment le thème récurrent du jumeau – l’histoire très classique des jumeaux séparés par la fatalité, qui grandissent séparément : l’un devient policier et l’autre voleur ; ou l’un devient un homme d’affaires occidentalisé, l’autre reste un paysan arriéré ; ou encore l’une devient une femme incarnant les idéaux de la classe moyenne, l’autre une call-girl. Le policier poursuit bien entendu le voleur, mais à la fin du film ils se réconcilient dans une affirmation supérieure de la destinée (ils sont frères) ; et la call-girl expie son passé en faisant tel sacrifice dès qu’elle reconnaît l’autre comme étant sa sœur, etc. Entre les deux ordres, il n’y a pas discontinuité mais continuité et fusion dans un principe supérieur, et cette continuité est établie à partir d’événements aléatoires. Plutôt qu’à des ruptures créatrices, on a affaire à des continuités recréatrices. La façon de résister au monde occidental passerait ainsi par le fait de considérer celui-ci non comme un ennemi extérieur et radicalement étranger, mais comme une expression pathologique (ou simplement dévalorisée) d’une part de son identité. Il y aurait rencontre nécessaire entre le « bien » et le « mal », combat entre eux, et résolution dans un ordre supérieur.

76Avec ses multiples ambiguïtés, le cricket entrerait en parfaite résonance avec ces façons de concevoir le monde. Au même titre que certaines dimensions de l’hindouisme, le cricket est porteur d’options multiples, difficilement rationalisables, et que l’on peut comprendre de diverses façons ; mais il se produit une ouverture à des conceptions qui sont davantage d’ordre qualitatif que quantitatif. Pour juger de la qualité d’un match, d’une équipe, d’un joueur, les statistiques finales ne sont qu’un élément du problème, et pas souvent le plus déterminant ; un joueur comme Sunil Gavaskar a eu à son actif plus de centuries qu’un Donald Bradman, mais ce dernier est pourtant considéré comme un batteur plus remarquable, pour des raisons complexes et pratiquement indéfinissables qui font référence à des critères qualitatifs comme le style, la gestuelle, le fair play, etc.

77Ajoutons au tableau que lorsque les Indiens se sont emparés du cricket avec l’enthousiasme que l’on sait, il s’agissait encore d’une version du jeu intégrant exclusivement les principes, sinon d’un amateurisme pur et dur, tout au moins d’un professionnalisme marqué par l’idéologie victorienne (cf. chapitre I), qui avait toutes les chances de plaire aux castes supérieures – qu’il s’agisse de la posture de supériorité morale et de self control du gentleman, du rôle joué par la ritualisation des comportements, de l’importance du destin et du hasard, de la valorisation du style et du sens de l’honneur, de la méfiance vis-à-vis de la recherche du profit ou de la performance à tout prix (que l’on associait aux castes inférieures et, assez ironiquement, aux colonisateurs). De telles conceptions ne sont pas étrangères à celles que mettent en scène certains aspects du mode de vie idéalisé des brahmanes ou des kshatriyas (les premiers par rapport aux notions de pureté ou de polludon, d’austérité rituelle, les seconds par rapport aux notions de règle, de flair et de courage au combat) ; le rythme lent du jeu (pratiquement hors du temps), l’idée implicite selon laquelle seules les classes de loisir peuvent se permettre de jouer ce jeu (les autres ne pouvant être que des professionnels que l’on paie), l’encadrement de la pratique par une série de rituels, l’élégance raffinée des vêtements des joueurs (chemise blanche, pantalon de flanelle blanche, foulard en soie), l’affectation des gestes de sportivité (applaudir l’adversaire lorsqu’il vient de vous battre, ou lorsque vous venez de le battre) – tout semble valoriser l’intemporalité, la pureté (dans un contexte où s’impose malgré tout la nécessité de gagner) et l’encadrement de l’agressivité dans un ensemble de comportements hautement ritualisés imposant des limites à la violence. On pense ici aux grandes épopées guerrières de la mythologie indienne – par exemple, dans le Mahabharata, lors de la bataille de Kurukshata, les ennemis se rencontrent à l’occasion des pauses du soir pour bavarder et échanger des plaisanteries.

  • 24 En revanche, elle ne suscite pas un engouement considérable chez les Indo-Fidjiens.

78Compte tenu de ce qui précède, comment expliquer alors ce qui pourrait apparaître à première vue comme une importante contradiction au regard de nos propositions théoriques, à savoir la présence non négligeable en Inde d’une pratique sportive, la lutte, qui implique des contacts étroits entre les corps et qui n’est pas sans évoquer le type de promiscuité corporelle en vigueur chez les avants de rugby ? Bien qu’influencée par la tradition de la lutte classique turco-persanne à main nue, surtout présente au nord du pays et souvent pratiquée au sein de la communauté musulmane, la lutte est aussi, indiscutablement, ancrée dans la culture hindoue24. Parmi les nombreuses variantes régionales qu’on lui connaît, l’une d’elles, kabaddi, n’est d’ailleurs pas sans évoquer l’alternance de certaines phases d’évitement et de combat au rugby : chaque équipe, à son tour, envoie un joueur (le raider) de l’autre côté de la ligne qui les sépare pour essayer d’attraper des adversaires (les anti-raiders). Il doit le faire en retenant son souffle, ou plus exactement en le laissant s’échapper lentement, en une seule fois, tout en répétant une phrase plus ou moins longue contenant le terme kabaddi. Avant d’avoir perdu son souffle, il doit être revenu dans son camp. Pour éliminer un anti-raider, le raider doit seulement le toucher ; mais l’objectif des anti-raiders est de capturer le raider avant qu’il revienne dans son camp : c’est là qu’intervient la dimension de lutte et d’affrontement des corps, le reste du jeu consistant surtout en évitement et en feinte pour s’échapper. La capacité à retenir sa respiration pendant l’effort se mélange avec la performance énonciatrice (contenu souvent burlesque des paroles, rythme de l’énonciation en fonction des phases de jeu...) (Alter, 2000). D’autres formes, plus classiques et mieux représentées dans l’Inde du Nord, opposent deux individus en des combats qui s’apparentent davantage à la lutte à main ouverte évoquée précédemment à propos de la tradition turco-persanne. Mais quelles que soient les variantes, la lutte fait souvent se rencontrer et combattre dans l’akhara des individus de castes différentes, dans le cadre d’une pratique librement consentie.

  • 25 De ce point de vue, il serait intéressant d’effectuer une comparaison avec d’autres pays limitroph (...)

79Dans son admirable travail sur le corps du lutteur, consacré à la variante « classique », Alter (1992) précise que, sans constituer une critique explicite et volontaire du régime des castes, l’idéologie qui est au fondement de cette activité (austérité et renonciation au monde) réalise de fait, par son incorporation dans le corps individuel du lutteur, une éthique sociale visionnaire. Refusant le sectarisme et se situant au-delà des limites des relations de caste, les lutteurs ne se sentent pas contraints par un modèle hiérarchique. En adoptant les pratiques somatiques de la renonciation au monde, et en inscrivant cette renonciation dans une pratique (le combat corps à corps, la préparation ritualisée du corps) très marquée par l’individualisme, ils réajustent les catégories relationnelles qui structurent l’idéologie du régime des castes. C’est ici l’individualité hautement symbolique du lutteur citoyen ayant renoncé au monde (sannyasi), en tant qu’il incorpore une force morale, physique et spirituelle, qui bouleverse l’intégrité de ce régime25.

80Sans doute, en Inde, une telle « solution » a-t-elle un sens, socialement et culturellement admissible, pour une activité – la lutte – qui plonge ses racines dans une longue tradition (serait-elle ici ou là réinventée). Ce n’est certes pas le cas du cricket, du soccer, du hockey ou du golf, mais ces activités n’imposent pas, contrairement au rugby, un rapport au corps problématique. Si le rugby n’arrive pas à s’insérer dans les pratiques sportives admissibles en Inde, ne serait-ce pas du fait de la conjonction entre, d’une part, la trop grande promiscuité corporelle qu’il institue et, d’autre part, sa totale absence d’ancrage dans la tradition culturelle hindoue (dont, en revanche, la lutte bénéficie) ?

81En reprenant ces deux critères essentiels que sont l’existence (ou non) d’une tradition sportive en Inde et le degré de promiscuité corporelle qui caractérise les pratiques considérées, il serait donc possible d’établir, formalisée par le schéma quadrangulaire ci-après, une série de rapports d’opposition terme à terme concernant quelques pratiques que l’on peut considérer comme emblématiques du point de vue des deux critères privilégiés : le cricket et le soccer (absence de tradition/absence de promiscuité), le rugby (absence de tradition/promiscuité), le polo (tradition/absence de promiscuité) et la lutte (tradition/promiscuité). Lorsque la promiscuité est absente, peu importe l’absence de tradition (cricket ou soccer) : l’adoption de la pratique ne pose pas de problème majeur. A fortiori pour le polo, qui ajoute au tableau un ancrage dans la tradition. Lorsque la promiscuité corporelle est présente, l’adoption d’une pratique n’est possible que si elle s’inscrit dans une tradition culturelle au sein de laquelle la contradiction peut être gérée (c’est le cas, nous l’avons vu plus haut, de la lutte), mais devient impossible dès lors que la pratique ne plonge ses racines dans aucune tradition culturelle : le rugby, de par la conjonction de ses propriétés formelles spécifiques et de son caractère « importé », ne peut guère prétendre, dans la société indienne, s’inscrire dans la panoplie des sports légitimes...

82L’exemple indien nous a fourni l’illustration d’une approche anthropologique qui se veut complémentaire de la démarche historiographique classique. Lorsqu’on cherche à expliquer pourquoi un sport a suscité un engouement extraordinaire (ou a été rejeté) hors des frontières où il a pris forme, cette historiographie invoque une quantité souvent impressionnante de données qui conduisent à désigner comme responsables de ce succès (ou de cet échec) un certain nombre d’institutions, de groupes ou d’individus providentiels, dont l’action est jugée déterminante dans un sens ou dans l’autre. De telles analyses sont fort utiles pour comprendre comment s’est effectuée la diffusion géographique. Malheureusement, elles ne permettent pas souvent de répondre à la question essentielle, à savoir : pourquoi les choses se sont-elles passées ainsi et non autrement ? L’histoire événementielle, on le sait, n’est jamais explicative : elle est précisément ce qu’il faut expliquer. Si, pour reprendre l’exemple sur lequel nous nous sommes penché, on cherche à comprendre pourquoi, dans l’Inde de la fin du xixe siècle et du début du xxe, la pratique du rugby et celle du cricket – sports impériaux par excellence, que les Britanniques avaient amené dans leurs bagages – ont connu des destins aussi opposés, il est nécessaire de mobiliser des éléments de réflexion plus spécifiquement anthropologiques, qui se situent au croisement des propriétés formelles des sports considérés et des contextes culturels dans lesquels viennent s’insérer leurs pratiques.

83Si une telle démarche peut être étendue à d’autres sports et à d’autres contextes d’accueil, elle doit passer à la fois par l’analyse fine des propriétés formelles des sports et par une connaissance ethnographique approfondie des traits culturels pertinents au sein des sociétés étudiées. Bien entendu, dans l’analyse des relations complexes entre, d’une part les dimensions « universelles » des cultures sportives telles qu’on peut les dériver des propriétés formelles des pratiques correspondantes, et d’autre part les éléments de variabilité introduits par la prise en compte du temps et des contextes culturels locaux dans lesquels ces pratiques viennent s’insérer, on voit bien qu’il s’agit chaque fois de mettre en évidence des solutions qui ne sont valables que localement, c’est-à-dire qui dépendent de la rencontre singulière entre un certain sport et un contexte culturel spécifique. Par ailleurs, on le répète, ce dernier ne saurait être considéré comme une totalité essentielle, homogène et stable – « les Indiens », « les Japonais », etc. Cependant, nous avons souhaité dans cet ouvrage défendre l’idée selon laquelle la compréhension d’une question aussi complexe que celle de la diffusion géographique des sports ne peut se passer d’une tentative de construire, au moyen d’un travail comparatif et d’une confrontation réitérée d’expériences singulières, des régularités, des principes généraux – bref, une perspective théorique.

Notes

1 Par exemple, les jeux de balle amérindiens, les pratiques ludiques des Dani de Nouvelle-Guinée...

2 Ce qui ne signifie pas que la pratique elle-même n’ait pas été aussi entravée.

3 Des vagues ultérieures d’immigration ont accentué le phénomène dans certaines colonies, comme on a pu le constater avec l’arrivée de populations latines en Argentine, ou européennes en Australie. On a aussi vu comment l’émigration de travailleurs goanais vers la région de Bombay avait contribué à diffuser le soccer dans l’Ouest du sous-continent indien.

4 Ce dont atteste notamment le statut emblématique et symboliquement fort chargé des « premiers » matchs gagnés contre la puissance coloniale ou (pour ce qui est des colonies de peuplement) la mère patrie.

5 On a vu comment le cosmopolitisme qui caractérisait La Havane dans la seconde moitié du xixe siècle et la première moitié du xxe avait contribué à une adoption enthousiaste du baseball qu’il serait erroné d’imputer à un processus d’imposition pure et simple de la part des Américains.

6 Il en va de même, bien entendu, pour Morgan et l’« invention » du volley-ball.

7 Il est troublant de constater que, des cinq sports de balle ou de ballon qu’étudie Guttmann (1994), le rugby est absent.

8 On pourrait d’ailleurs soutenir qu’à l’origine, par construction, pratiquement tous les sports se sont développés au sein des classes les plus favorisées. Dans certains cas, pour des raisons qui tiennent aussi bien à leurs propriétés formelles (par exemple, le coût associé à la pratique pour le polo) qu’à des considérations extrinsèques (par exemple la force de l’idéologie amateur dans le cas du rugby à XV) les classes moyennes et supérieures ont fourni les principaux bataillons des pratiquants ; dans d’autres cas (on pense au soccer, ou à la scission opérée par le rugby à XIII), des sports ont été abandonnés par les classes supérieures et investies par les classes populaires.

9 À propos de la comparaison entre la façon de marcher des Américaines et celle des Françaises : « La position des bras, celle des mains pendant qu’on marche forment une idiosyncrasie sociale, et non simplement un produit de je ne sais quels agencements et mécanismes purement individuels, presque entièrement psychiques » (Mauss, [1950] 1989 : 368).

10 Comme par exemple comportements collectifs marqués par la solidarité vs comportements individualistes – cf. le couple rugby à XV/rugby à XIII (Darbon, 2002 : 14-17).

11 Pierre Parlebas préfère parler de « logiques internes », mais il s’agit du même phénomène.

12 Guttmann n’est apparemment pas insensible à cette proposition, puisqu’il écrit : « Le rugby, lui aussi, était associé à Oxford et Cambridge et à l’ethos amateur de l’Angleterre victorienne, mais le cricket avait des avantages intrinsèques aux yeux des anglophiles des hautes castes ; le cricket n’exigeait ni des contacts physiques durs avec les joueurs adverses ni un épuisement physique radical incompatible avec la dignité princière » (1994 : 39). Malheureusement, il ne développe pas cette perspective, qui nous paraît au contraire prometteuse.

13 Il s’agit là de jeux interpénétrés et de circulation de balle. Il faut aussi mentionner, toujours dans la même configuration d’opposition à la balle, le badminton, le tennis (y compris de table) et le volley-ball, qui sont des jeux de renvoi, pour lesquels les deux équipes sont cantonnées dans leur terrain respectif. De ce point de vue, le cricket et le baseball impliquent à la fois le renvoi (un lanceur contre un batteur), l’interpénétration (les joueurs sont répartis dans l’ensemble du champ de jeu) et la circulation (la balle renvoyée par le batteur étant susceptible d’être lancée en n’importe quel endroit du terrain par un joueur de champ).

14 Sur une discussion de la distinction entre ces deux catégories, cf. Darbon (2002 : 8-9).

15 Au rugby à XIII la mêlée est loin d’avoir la même importance et la même signification, et au football elle est remplacée par les affrontements de la « ligne de scrimmage ». De plus, dans ce dernier sport, le harnachement des joueurs rend moins intimes les contacts éventuels entre joueurs, coéquipiers ou adversaires.

16 Constitutifs de ce que Lahire (1998) appelle « l’homme pluriel ».

17 Cette notion de cosmopolitisme ne doit pas être confondue avec celle de westernization (« occidentalisation ») telle que Srinivas (1952, 1966) l’a définie, et qui fait par exemple référence à l’interdiction, par le colonisateur britannique, de l’intouchabilité, de la crémation des veuves ou des sacrifices humains.

18 Ils n’en constituent plus actuellement que 43 %.

19 Nous appelons ici « fidjienne » la population d’origine mélanésienne présente avant l’arrivée des Européens, et « indo-fidjienne » la population provenant d’Inde, bien que toutes les deux soient évidemment de « nationalité fidjienne ».

20 Pour une analyse détaillée de la situation fidjienne, cf. Darbon (2003).

21 Concernant Fidji, on pourra consulter Mayer (1963), Gillion (1962), Kelly (1991) ; concernant Maurice, Eriksen (1998) ; concernant la Caraïbe, Kale (1998), Munasinghe (2001), Khan (2004), Klass ([1961] 1988).

22 En tant que témoignage de la permanence du système des castes à Fidji, la littérature romanesque fournit un éclairage intéressant. Cf. Colpani (2001).

23 Les biographies de joueurs sont jalonnées de références au hasard, à la chance ou à la malchance. Un célèbre capitaine d’équipe de cricket, Richie Benaud, estimait à 90 % la contribution de la chance au succès de son équipe. On dit souvent du cricket qu’il s’agit d’un « jeu de hasard et d’adresse qui doit être pratiqué comme s’il était essentiellement un jeu d’adresse ».

24 En revanche, elle ne suscite pas un engouement considérable chez les Indo-Fidjiens.

25 De ce point de vue, il serait intéressant d’effectuer une comparaison avec d’autres pays limitrophes ou proches qui ont des traditions très anciennes de lutte (Pakistan, Afghanistan, Iran, Turquie...), mais où le problème du rapport au corps ne se pose pas du tout de la même façon qu’en Inde (cf. Stokes, 1996 ; Rochard, 2000).

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/1053/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 162k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540