Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Diffusion des sports et impérialisme anglo-saxon

 | 
Sébastien Darbon

Chapitre V

Diffusion 2 : Le sous-continent indien

Texte intégral

1Par rapport aux principales « colonies de peuplement », le fleuron de l’Empire britannique fournit un exemple de modalités de diffusion des pratiques sportives bien différentes. Alors que dans le premier cas (l’Amérique du Nord, l’Australie ou la Nouvelle-Zélande) les colons britanniques furent assez vite en mesure de reproduire sur place, moyennant d’inévitables adaptations locales, les traits essentiels de leur culture et de leur organisation sociale, dans le cas de l’Inde (comme dans celui de l’Afrique du Sud analysé plus haut) les occupants ne constituèrent jamais qu’une petite minorité au sein d’un territoire très vaste et très peuplé (200 millions d’habitants dans les années 1860). Les Anglais prirent possession de l’Inde avant tout pour consolider les positions commerciales acquises par la Compagnie des Indes orientales, une de ces Chartered Companies créées dès la fin du xvie siècle à partir de capitaux privés pour exploiter les ressources des pays lointains. Fieldhouse résume la situation de la façon suivante :

« Une fois la conquête effectuée, la fonction de la domination britannique, ainsi que les bénéfices que l’on pouvait en tirer, furent bien compris. On renonça aux attitudes conventionnelles vis-à-vis de la colonisation. Une implantation européenne était improbable, une économie de plantation sans nécessité. Le monopole commercial était à la fois non désirable et impossible à appliquer. La Compagnie perdit son monopole commercial en Inde en 1813 ; les ports indiens avaient déjà été ouverts aux étrangers ; la Grande-Bretagne était en passe d’adopter la liberté des échanges. L’Inde constituait un marché très intéressant, mais qui faisait partie d’un système d’échange multilatéral. Et les Britanniques ne souhaitaient pas vraiment changer ou améliorer l’Inde. Certains en Grande-Bretagne voulaient convertir les Indiens à la culture européenne, mais dans les faits la politique coloniale avait pour objectif de former les Indiens à occuper des rôles de subordonnés dans les structures gouvernementales plutôt que de les transformer en Européens. Les missions chrétiennes furent autorisées après 1813 mais leur impact fut très limité. En bref, les Britanniques gouvernèrent l’Inde comme un grand pays oriental dont ils avaient pris le contrôle de façon fortuite. Leur récompense fut une moisson de pouvoir politique centré sur (et symbolisé par) l’armée indienne » (1987 : 271-272).

  • 1 Armée qui joua un grand rôle dans les guerres d’expansion coloniale en Afrique de l’Est et en Asie (...)

2L’impossibilité de maintenir une armée proprement britannique sur de si vastes territoires conduisit la puissance coloniale à favoriser la création d’une armée autochtone, sous la direction d’officiers supérieurs britanniques1. Mais un des éléments essentiels du pouvoir de la puissance coloniale résidait dans le fameux Indian Civil Service, première structure administrative de ce type à voir le jour dans l’histoire coloniale européenne. Créé en 1793, n’ayant aucune fonction commerciale et cantonné à la seule administration du pays, il était composé d’individus issus de l’élite sociale, recrutés d’abord selon le système du patronage, puis sur concours. Percevant de bons salaires, bénéficiant de promotions et de retraites correctes, représentant une alternative aux débouchés professionnels traditionnels dans les colonies (enseignants, militaires, médecins, hommes de Loi ou d’Église), ils avaient généralement une haute idée de leur mission « civilisatrice », qui s’exerçait par l’intermédiaire de l’administration générale, de la loi et de la collecte des taxes.

3Le pouvoir central était entre les mains du Parlement britannique et de la Couronne ; mais en pratique il était exercé par le gouverneur général, qui avait aussi le titre de vice-roi vis-à-vis des États indiens et qui, au moins jusque vers les années 1920 – qui vit une reprise en main progressive par le gouvernement anglais – disposait de moyens d’action quasi illimités.

  • 2 Sur les raisons de cette révolte, cf. Hyam (2002 : 134-144), Johnson (2003 : 31-38).

4La grande mutinerie de 1857 entraîna une redéfinition des modalités de l’occupation anglaise2. Si les possessions dépendant directement du Raj furent marquées par une affirmation plus grande de la puissance coloniale et par une administration plus directe et autoritaire des assujettis, en revanche, dans les Native States, c’est le principe de l’indirect rule qui fut étendu. Les princes dont le loyalisme avait permis aux Anglais de mater la révolte furent particulièrement courtisés : non seulement ils obtinrent des titres et des terres, mais aussi l’octroi d’une autonomie administrative encore plus large leur permit de se comporter vis-à-vis de leurs sujets en véritables despotes à l’arbitraire illimité. En contrepartie, l’occupant s’assura leur concours et en fit un des vecteurs importants de l’occidentalisation du pays. Ce processus reçut une illustration particulièrement éclatante dans le domaine de la diffusion des pratiques sportives.

Le triomphe du cricket

« Le cricket est un jeu indien accidentellement découvert par les Anglais. Plus encore que le chilli, qui a été découvert en Amérique du Sud et qui parvint en Inde à l’époque médiévale pour finalement constituer un élément incontournable de la cuisine indienne, le cricket n’est maintenant étranger à l’Inde que pour les historiens et les spécialistes de l’Inde. Pour la plupart des Indiens le jeu semble à présent plus indien qu’anglais. Ils trouvent parfaitement naturel que le cricket soulève davantage de passions en Inde qu’en Angleterre » (Nandy, 2000 : 1).

5Un éminent politicien proche de Gandhi, C. Rajagopalachari, prétendait que « le jour viendrait où l’Inde abandonnerait les Anglais, mais pas le cricket » (cité in Cashman, 1980 : 22). Appadurai de son côté pouvait écrire : « Dans les domaines de la politique et de l’économie, la relation spéciale entre l’Inde et l’Angleterre n’a plus grande signification, dans la mesure où l’Angleterre lutte pour éviter le désastre économique et où les Indiens se tournent de plus en plus vers les États-Unis, le Moyen-Orient et le reste du monde asiatique. Mais il est une part de la culture indienne aujourd’hui qui semble être pour toujours anglaise, c’est le cricket » (1995 : 23).

  • 3 Notamment sous l’influence d’un administrateur libéral comme T. B. Macaulay, qui déclarait en 1833 (...)

6Comment expliquer la profondeur de la diffusion du plus anglais des sports anglais dans un pays dont les traditions et la culture sont aussi éloignées ? Le phénomène paraît d’autant plus surprenant qu’à l’inverse du domaine éducatif où la politique, dès les années 1830, a été assez volontariste3, il n’y a guère eu de planification de l’expansion sportive en Inde. Mais peut-être cette apparente indifférence est-elle à l’origine du fait que le cricket n’a jamais été considéré par le Indiens comme une menace pour leur culture, contrairement, par exemple, à l’enseignement de la religion anglicane par les missionnaires. Le cricket restait un jeu, et surtout semblait être l’apanage des seuls Anglais, qui répugnaient à en partager les délices.

7L’historiographie retient qu’en 1721 un navire anglais fit escale dans le « golfe de Cambay » et que les marins firent étalage de leurs qualités de joueurs de cricket devant un public d’indigènes probablement médusés. De façon plus sérieuse, il est clair que c’est au sein de la communauté anglaise de commerçants et d’hommes d’affaires, puis de plus en plus d’administrateurs coloniaux, que la pratique du jeu se développe. Le premier club – le Calcutta Cricket Club, qui est probablement aussi le deuxième à avoir vu le jour dans le monde – est créé en 1792 ; il n’est réservé qu’à la fraction européenne de la population.

8Le Bengale étant, on l’a vu, la première province importante à tomber entre les mains du pouvoir colonial, il est naturel que ce soit dans la région de Calcutta que l’on note les premières mentions d’une pratique continue du cricket. C’est aussi au Bengale que l’assimilation de la culture anglaise s’est effectuée de la façon la plus profonde, inspirant notamment de nombreux écrivains ou cinéastes parmi lesquels Rabindranath Tagore (prix Nobel), Bankim Chatterjee, Nirad Chaudhuri, ou Satyajit Ray. Cependant, cette influence ne s’est pas manifestée de façon bien éclatante en matière sportive : bien que les Bengalis aient été, et soient encore, des spectateurs de cricket enthousiastes, ils n’ont guère fourni de joueurs et ont laissé cette activité à peu près sans partage aux Anglais.

  • 4 L’écrivain Nirad Chaudhuri (1987) parlait même « d’apartheid racial ».

9Comment expliquer ces réticences bengalies ? Est-ce, comme le prétend Bose (2002 : 16-19), du fait d’une « approche hautement individualiste » de l’existence qui détournerait les Bengalis des sports collectifs ? L’argument paraît d’un essentialisme bien excessif. De façon plus convaincante, le même auteur invoque le clivage entre une élite pétrie de culture anglaise et l’immense majorité de la population moins bien disposée à l’égard de la puissance coloniale. Ce qui semble avéré, lorsque l’on parcourt les écrits des administrateurs coloniaux du xixe siècle, c’est que les Bengalis souffraient d’un considérable déficit d’image, qui était davantage susceptible de leur barrer l’accès à des activités aussi symboliquement valorisées que le cricket. Le fait même que les Bengalis aient accepté aussi facilement l’intrusion anglaise du temps de la Compagnie des Indes orientales, se soient soumis sans broncher au pouvoir impérial et aient adopté la culture anglaise de façon aussi enthousiaste s’est finalement traduit, de la part de la puissance coloniale, par une assez remarquable condescendance. S’il est un peuple qui a suscité de la part des Britanniques un mépris sans grande retenue4, c’est bien le peuple bengali, volontiers opposé aux Gurkhas et aux Pathans ou aux habitants du Pendjab (qu’ils soient sikhs, musulmans, rajputs ou jats) : les premiers étaient décrits comme étant lâches, faibles, efféminés et incapables, alors que les seconds passaient pour forts, braves, loyaux, indépendants et martiaux (Dimeo, 2002 : 77). Une telle stigmatisation n’a pas empêché les Bengalis d’adopter le football, comme on le verra plus loin, mais elle a fortement contribué à cantonner le cricket au sein de la seule communauté anglaise.

10En revanche, bien que le cricket y soit apparu plus tardivement, c’est à Bombay que la participation indienne sera, dès les premiers jours, la plus notable. À partir de Bombay, le cricket va étendre, en quelques décennies, son influence sur l’Inde tout entière. Trois éléments semblent avoir joué un rôle majeur dans cette expansion : la présence de la communauté parsie, l’implication de quelques administrateurs coloniaux de haut rang et le relais pris à partir des années 1920 par les princes indiens.

L’effet parsi

11Les parsis, qui tiennent leur nom de l’ancienne province perse de Parsa (actuellement Fars), descendent d’un groupe de fidèles zoroastriens qui, fuyant l’islam, émigrèrent au viie siècle dans la partie occidentale du Gudjarat, puis se regroupèrent au xviie siècle dans la région de Bombay, un peu plus au sud. Du zoroastrisme originel, les parsis ont conservé les coutumes funéraires, la vénération du feu et les ablutions sacrées. Actuellement au nombre de 100 000 environ, ils constituent une élite cultivée et influente et exercent surtout des métiers liés aux affaires, au commerce et à l’industrie.

  • 5 À titre d’exemple de la façon dont les Anglais ont soigné leurs relations avec les parsis, on note (...)

12En échange de la promesse de ne pas se livrer au prosélytisme, les parsis furent autorisés à conserver leurs principales coutumes et traditions ; ceci permet d’expliquer le fait que, bien qu’établie en Inde depuis plus d’un millénaire, la communauté parsie se différenciait encore nettement du reste de la population au moment de l’implantation britannique. Leur situation particulière en faisait des intermédiaires privilégiés entre la puissance coloniale et le reste du pays, que ce soit en matière commerciale ou dans le domaine socio-politique5. Néanmoins, cette sollicitude n’ira pas jusqu’à se manifester dans le domaine du cricket, qui restait une chasse gardée de l’occupant. S’il y a eu finalement une participation très active des parsis au cricket indien, c’est du fait de la volonté des parsis eux-mêmes de montrer à quel point ils étaient attachés à la culture anglaise. Une intéressante description des premiers temps de la diffusion du jeu en dehors de la communauté anglaise est fournie par S. Sorabjee en 1898 :

« Les garçons parsis commencèrent par une imitation moqueuse et grotesque des soldats et officiers européens jouant à Fort George, Bombay, leurs chapeaux hauts de forme faisant office de guichets, et leurs parapluies de battes, frappant des balles ellipsoïdes bourrées de vieux haillons et cousues par des cordonniers véritablement maladroits. Quelques garçons enthousiastes se bornaient dans les premiers temps à regarder joyeusement mais à distance le jeu pratiqué à Fort George, et à chercher les balles envoyées sur le terrain par les joueurs pour les leur renvoyer. En récompense de ces services gracieux rendus avec cœur et bonne humeur, les officiers leur proposaient parfois de tenir la batte, ce qu’ils acceptaient avec un plaisir extrême. C’est ainsi que les parsis acquirent leurs premières leçons pratiques de cricket [...]. Plus ils regardaient le jeu, plus leur désir croissait de le pratiquer. Et ils commencèrent avec un cricket bricolé – des battes bizarres grossièrement taillées à partir de vieilles bûches ou de planches qui avaient servi de couvercles ou de fonds de caisses en bois, et des balles artistiquement composées de matériaux n’ayant rien à voir avec ceux des balles traditionnelles. La hauteur et la forme des piquets n’avaient strictement aucune importance » (cité in Bose, 2002 : 20-21).

13Outre le peu d’enthousiasme des Anglais à leur faire une place, les parsis devaient composer avec le manque d’espace disponible pour jouer. A Bombay, le tiers du terrain sur lequel il était possible de jouer était déjà réservé par le Bombay Gymkhana, club auquel les parsis n’avaient pas davantage accès que les autres Indiens : lors des matchs et des entraînements, cette fraction du terrain était occupée par les 22 joueurs « légitimes », alors que dans les deux tiers restants se pressaient plusieurs centaines de joueurs parsis dont les wickets se chevauchaient. Encore fallait-il compter avec les prétentions des joueurs de polo, dont les chevaux dévastaient le terrain (Bose, 2002 : 22).

  • 6 26 matchs furent disputés entre 1892 et 1906 : 11 victoires parsies, 10 victoires européennes, 5 m (...)

14Au cours des années 1840, le cricket parsi commence cependant à prendre progressivement son autonomie, et en 1848 est fondé l’Orient Club ; il sera dissous deux ans plus tard, mais à cette date le Zoroastrian Club prendra le relais, suivi en 1860 par le Mars Club, en 1865 par le Spartan Club et, en 1867, par le Young Zoroastrian Cricket Club. Ce dernier sera le seul à subsister au xxe siècle, mais il a été depuis rejoint par bien d’autres formations. En 1910 est créée une compétition réservée à la seule communauté parsie, la Shapur Spencer Cricket Challenge Cup (Majumdar, 2002 : 165). À force de ténacité, les parsis parvinrent petit à petit à faire reconnaître leurs éminentes qualités de joueurs. Dans ce revirement d’attitude de la part de la puissance coloniale, l’organisation de tournées d’équipes parsies en Angleterre en 1886, puis en 1888, joua certainement un rôle majeur ; mais il est juste de préciser que cette reconnaissance leur fut acquise en premier lieu auprès des Anglais de la métropole, et plus tardivement auprès de ceux qui étaient en poste à Bombay. Les colons – et notamment certains gouverneurs de la région de Bombay – se rendirent bientôt à l’évidence : l’enthousiasme des parsis pour le cricket pouvait être utilisé à des fins politiques. Parmi ces gouverneurs, Lord Harris joua un rôle important en convainquant la communauté britannique de l’intérêt qu’il y aurait à créer une compétition entre Européens et parsis – compétition qui débuta en 1892 sous le nom de « Match de la Présidence6 ». Par la suite, cette compétition se transforma en un tournoi conçu sur des principes communautaires. En effet, les succès de la communauté parsie en cricket stimulèrent le désir des hindous, puis des musulmans, de se mêler au jeu – les premiers intégrant le tournoi en 1907 (il fut alors rebaptisé « Triangular »), les seconds en 1912 (« Quadrangular »). En 1937, une dernière extension permit d’admettre dans le tournoi (qui prit le nom de « Pentangular ») la catégorie The Rest (Indiens christianisés, Anglo-Indiens et juifs).

  • 7 Sur le modèle parsi, une compétition au sein de la communauté hindoue est créée en 1912, le Pursho (...)

15Un tel dispositif, qui resta en place jusqu’en 1945, eut pour effet de structurer le cricket de Bombay (et par conséquent de l’Inde tout entière) sur des bases communautaires. Alors que les clubs parsis avaient adopté des noms qui faisaient référence à des quartiers de Bombay, les clubs hindous sont nommés à partir des castes ou des religions d’origine7. Le régime des castes semble d’ailleurs avoir handicapé le développement du cricket hindou. Un joueur qui deviendra aussi réputé que Palwankar Baloo a dû lutter, en tant qu’intouchable d’origine, contre la stigmatisation dont il était l’objet, qui entraînait notamment son interdiction de jouer au sein des clubs prestigieux comme le Bombay Hindu Club ou le Hindu Gymkhana ; il fut aidé par les parsis, et quand les hindous comprirent qu’ils avaient affaire à un grand joueur, ils finirent par l’admettre dans leurs équipes, parfois même au rang de capitaine. D’une façon générale, partir en tournée à l’étranger, et particulièrement en Angleterre, c’était franchir les kala pani (eaux noires) et, à coup sûr, perdre son appartenance de caste. Quant aux musulmans, qui ne viennent au cricket qu’à partir des années 1880, ils se rencontrent à partir de 1892 au sein d’un Islam Gymkhana (Majumdar, 2002). La concurrence intercommunautaire qui en a résulté a sans doute constitué une extraordinaire stimulation au développement du cricket indien ; même quelques années après la création en 1934-1935 du Ranji Trophy (sorte de championnat national organisé par le Board of Control for Cricket in India qui avait été fondé en 1928), le tournoi de Bombay resta la compétition la plus suivie et la plus prestigieuse du pays. Par la suite et entre autres du fait des critiques adressées par Gandhi, la dimension communautaire du cricket indien va s’affaiblir progressivement, en parallèle avec l’affirmation de plus en plus nette d’une conception du peuple indien plus unitaire et d’une identité nationale dépassant les communautés.

Gouverneurs et vice-rois

16L’occupant britannique, on l’a vu, était peu enclin à favoriser une pratique spécifiquement indienne du cricket. Ses représentants n’étaient d’ailleurs pas tous assidus au jeu, et ceux qui l’étaient changeaient trop souvent de localité pour qu’une continuité de la pratique puisse se manifester. Certains hauts fonctionnaires en poste dans le sous-continent et notamment à Bombay, mus soit par leur passion pour le cricket, soit par des considérations plus pragmatiques de politique locale, ont néanmoins beaucoup œuvré pour que les Indiens s’approprient le jeu impérial et disposent d’infrastructures adaptées.

  • 8 Et non, comme l’affirme par erreur Guttmann (1994 : 123), par Lord Curzon qui, né en 1859, a été v (...)

17Le vice-roi des Indes Lord Curzon (1899-1905), en favorisant l’implantation de public schools destinées à éduquer les enfants de la noblesse indigène, avait pour objectif de transformer des caractères jugés, on l’a vu, excessivement efféminés, en ces équivalents des produits d’Eton ou de Harrow qui faisaient la loi sur le sous-continent. Déjà, en 1878, le célèbre collège de Mayo (à Ajmere) avait été créé par sir Alfred Lyall8, fonctionnaire colonial influent, et l’on y trouvait tous les ingrédients caractéristiques des public schools anglaises (Mangan, 1998 : 123). Le cricket y tenait une place éminente : on y jouait tous les jours de la semaine, y compris le dimanche.

  • 9 Dans son ouvrage sur l’histoire du cricket indien, Bose nuance quelque peu ces états de service, i (...)

18Un des représentants les plus éminents de ces hauts fonctionnaires était Lord Harris. Issu d’une famille aux longs états de service à la fois en Inde et dans le milieu du cricket métropolitain, pur produit d’Eton, élu en 1875 au comité du prestigieux Marylebone Cricket Club et ayant participé en tant que joueur à plusieurs tournées (le Canada, l’Australie), Lord Harris fut gouverneur de Bombay de 1890 à 1895. Conscient du fait que la diffusion du jeu auprès des indigènes était susceptible de renforcer leur allégeance à la Couronne à travers l’assimilation d’un mode de vie, de goûts et d’habitudes, il facilita la construction de terrains de cricket destinés aux diverses communautés, encouragea la constitution d’équipes locales indiennes, créa, on l’a vu, le « Match de la Présidence » qui devait déboucher sur les compétitions intercommunautaires et organisa quelques tournées d’équipes anglaises en Inde (en 1892-1893, puis en 1926-1927). En 1926, en tant que président de l’Imperial Cricket Conference, il imposa la présence de deux représentants indiens au sein de cette administration suprême du cricket9. S’il acceptait l’idéologie commune faisant des Indiens une « race paresseuse », « efféminée » et « indolente », il pensait aussi, comme bon nombre de ses contemporains, que l’apprentissage du cricket était un bon moyen de policer les mœurs, d’éviter les débordements de violence et les émeutes et de renforcer les liens entre « races ». Bien qu’ayant de bonnes relations avec les princes, il s’était coupé de l’intelligentsia et notamment des membres du tout jeune Parti du Congrès. Sa défense d’un cricket communautariste était combattue par les nationalistes, et les gouverneurs suivants tentèrent au contraire d’utiliser le cricket comme un moyen de créer une nation, à partir de la constitution d’équipes mélangées.

  • 10 En tant que gouverneur de Bombay (1913-1918) et de Madras (1919-1924), puis en tant que vice-roi ( (...)
  • 11 Forme atténuée de maharajah.

19C’était notamment le cas de sir Stanley Jackson, gouverneur du Bengale de 1927 à 1932, de sir Leslie Wilson, gouverneur de Bombay de 1923 à 1928, ou encore de Lord Brabourne. Ce dernier, gouverneur de Bombay de 1933 à 1937, puis du Bengale de 1937 à 1939, a beaucoup œuvré pour la construction du terrain de Bombay dénommé Lord’s. Quant à Lord Willingdon, joueur de cricket d’un niveau plus modeste que ne l’étaient Harris ou Jackson mais néanmoins grand sportif formé à Cambridge, il mit à profit ses mandats successifs10 pour créer quelques clubs à Bombay, à Madras et à Delhi, mais aussi, fort de son statut de président du MCC, pour mettre en place des structures administratives solides permettant au cricket indien de se développer. Ses interventions dans la politique du cricket indien l’ont quelque peu desservi auprès de l’opinion publique : opposé à la famille Singh de la Maison de Patiala (cf. infra), et conforté en cela par les scandales que l’on révélait petit à petit sur les pratiques autocratiques et perverses de Buphendra Singh, il prit ouvertement parti pour le maharajkumar11 de Vizianagram (le fameux « Vizzy »), qui n’était pas susceptible d’accéder au trône mais qui faisait preuve d’une grande activité en tant qu’organisateur du cricket au niveau national.

20Parmi les administrateurs en poste à cette époque à Bombay, dans l’équipe de Harris ou ultérieurement, nombreux étaient ceux qui avaient un bon niveau de cricket acquis en Angleterre – à l’image de R. N. Poore, aide de camp de Harris de 1892 à 1895, ou de J. G. Greig, secrétaire privé de Harris mais aussi membre des équipes successives de gouverneurs jusqu’en 1922 (ce qui assurait une intéressante continuité dans l’action en faveur du jeu). Mais tous n’étaient pas militaires : M. R. Jardine (le père du fameux R. Jardine évoqué plus haut à l’occasion de la controverse sur le bodyline en Australie) était avocat, et E. H. D. Sewell, écrivain et journaliste, contribua par ses nombreux écrits, entre 1933 et 1947, à faire connaître au public anglais le cricket indien (Cashman, 1980 : 8-11).

Le phénomène Ranji

  • 12 Lorsqu’il obtint finalement le trône de Nawanagar, aidé en cela par les problèmes que posait la su (...)

21Le développement du cricket en Inde doit certainement beaucoup au kumar (jeune prince) Sri Ranjitsinhji, plus communément appelé Ranji (1872-1933). Le personnage est intéressant en ce qu’il concentre toutes les ambiguïtés des relations entre les membres de l’aristocratie indienne et l’occupant britannique. Ranji n’était pourtant pas descendant d’un prince, mais fils d’un officier de l’armée et, bien qu’adopté par plusieurs dirigeants successifs de Nawanagar, en Inde de l’Ouest, il n’avait a priori aucune chance de monter un jour sur le trône. Sans doute est-ce pour cela qu’il fit le voyage en Angleterre à l’âge de 16 ans, sortant du collège de Rajkumar à Rajkot – où il apprit à jouer au cricket – et débarqua à Cambridge dans un anonymat à peu près total. Mais ses exceptionnelles qualités de joueur lui attirèrent assez vite de la sympathie, puis un immense respect, notamment lorsqu’en 1896, trois ans après avoir obtenu son premier « blue », il réalisa une série de matchs extraordinaires contre l’Australie à Old Trafford. Il résida assez peu en Inde12, n’y joua pas beaucoup, et construisit entièrement son étonnante carrière à partir de sa pratique du cricket en Angleterre et des relations sociales qu’il s’y forgea. Lorsqu’on lui reprochait de n’avoir rien fait (au moins directement) pour le cricket indien, il répliquait qu’il était un joueur de cricket anglais.

  • 13 Parmi les 562 États princiers indiens, seuls une quarantaine pouvaient prétendre jouer un tel rôle (...)

22À l’époque de son retour en Inde (1904), il était clair qu’il n’avait aucune chance d’accéder au trône de Nawanagar, d’autant qu’un prince plus jeune que lui l’occupait ; mais celui-ci ayant été victime de la typhoïde en 1907, il fallut lui trouver un successeur : la notoriété acquise par Ranji auprès des officiels britanniques poussa ceux-ci à l’imposer à la tête du petit État. À l’issue de la Première Guerre mondiale, il revint en Angleterre, âgé de 48 ans et avec un œil en moins, pour jouer dans l’équipe du Sussex. Bien que l’État de Nawanagar soit alors trop petit pour espérer jouer un rôle éminent dans les affaires coloniales13, Ranji parvint à persuader le secrétaire d’État aux Affaires indiennes, Lord Montagu, d’accorder à Nawanagar en 1920 un statut semblable à celui des plus grands États.

23Ranji a constitué l’exemple le plus achevé de l’intériorisation par un Indien des valeurs culturelles anglaises, et notamment de celles qui étaient véhiculées par le cricket. « Pour lui les pratiques du cricket et de “l’Anglicité” devinrent si profondément connectées qu’il ne put jamais considérer comme très sérieuse l’idée d’un cricket en tant que jeu indien » (Appadurai, 1995 : 30). Il a joué un rôle essentiel dans la perception occidentale d’un cricket « orientalisé » et dans le renforcement des stéréotypes qui lui sont associés. Qualifié par les meilleurs joueurs de « maître » et de « magicien », il déployait des qualités et un style qui transformaient en éléments positifs et valorisés les défauts habituellement attribués par le colonisateur aux Indiens : caractère efféminé, paresse, manque de résistance et d’énergie... « Chez Ranji, la ruse se muait en astuce, la tricherie en magie, la faiblesse en souplesse, et les attitudes efféminées se transformaient en grâce » (Appadurai, 1995 : 30). Sa dévotion à la culture anglaise l’inscrivait à l’origine du courant général des princes qui utiliseraient le cricket en tant que moyen d’accéder au monde victorien et aux cercles de pouvoir. Ses succès ne pouvaient en effet manquer de constituer un exemple à suivre pour les autres princes, qui comprirent à quel point le cricket pouvait servir à des fins diplomatiques et politiques. Les intérêts de ces derniers vinrent rejoindre ceux de la puissance coloniale et, dans le nouveau dispositif qui se mit en place, le cricket occupa une place centrale. « Les Britanniques et les princes voulaient maintenir le vieil ordre féodal mais, dans le nouveau climat des années 1920, il ne s’agissait plus seulement de s’assurer que le vice-roi ait son comptant de tigres à tuer. Il fallait quelque chose d’autre, et c’est le cricket qui le fournit » (Bose, 2002 : 43).

Le relais princier

24Entre les deux guerres, les princes gouvernaient environ un tiers du territoire indien. Certains régnaient sur d’immenses territoires (comme Nizam, un des hommes les plus riches du monde, à la tête de l’État d’Hyderabad, plus étendu que la France), alors que d’autres avaient un statut plus modeste : le chef de l’État de Bhadwa (1 400 habitants dans les années 1920) avait, avant d’accéder au trône, un emploi modeste dans les chemins de fer. Les Britanniques n’hésitèrent pas à les ménager afin d’en faire des alliés notamment contre les forces nationalistes, tolérant (et parfois encourageant) leurs tendances despotiques et leurs comportements féodaux et leur donnant accès au meilleur de l’éducation anglaise – que ce soit dans les établissements créés en Inde même sur le modèle victorien ou dans les plus prestigieuses universités en Angleterre.

  • 14 Ils n’allèrent cependant pas jusqu’à favoriser la pratique des paris.

25Leur implication dans le cricket est assez tardive, puisqu’elle ne débute qu’à la fin du xixe siècle, stimulée par l’« effet Ranji » et par l’implication des quelques grands gouverneurs (Harris, Jackson, Willingdon et autres Brabourne) qui, on l’a vu, ont facilité la diffusion du cricket dans le sous-continent. Elle est également assez brève, dans la mesure où elle n’est véritablement conséquente qu’entre le début des années 1920 et la fin des années 1940 : à l’issue de la Seconde Guerre mondiale, le relais sera en effet pris par les industriels et les commerçants, ce qui ne manquera pas de bouleverser à la fois les structures du cricket indien et les fondements moraux de sa pratique (cf. infra). Néanmoins, cette influence princière fut sans doute décisive, pour le meilleur et pour le pire. D’un côté, elle a fortement contribué à la promotion du jeu dans tout le pays, l’a « indianisé » et a créé de nouvelles formes de patronage sportif qui subsistent dans l’Inde actuelle sous une forme un peu différente. Mais il convient aussi de noter que, peu conscients de la nécessité de promouvoir une politique d’ambition nationale, les princes ont avant tout servi leurs intérêts personnels, favorisé une conception très « féodale » du jeu, manifesté des goûts prononcés pour la dimension ostentatoire de leur loisir préféré et finalement retardé l’avènement d’un cricket « moderne » en Inde. Parfois excellents joueurs, ils concevaient le cricket comme le sport royal par excellence, celui de l’élite, reproduisant fidèlement la structure de classe en vigueur en Angleterre à travers l’opposition traditionnelle entre gentlemen et players (cf. chapitre I) ; le mélange entre patronage et hiérarchie sociale caractéristique de la pratique anglaise correspondait bien à leur conception de l’ordre social14.

  • 15 Dénomination qui regroupe différentes formes de chasse, version indienne du shooting and hunting b (...)

26Dans l’ensemble, l’intérêt des aristocrates indiens pour le cricket s’est davantage manifesté dans les États de taille moyenne ou modeste que dans les grands États – Patiala et Bhopal faisant exception. Les princes qui régnaient sur de vastes territoires préféraient en effet les activités traditionnelles (polo, sbikar15) à un jeu importé par le colonisateur. Sans doute le coût relativement restreint de l’entretien d’une équipe de cricket par rapport à celui d’une écurie de chevaux pour le polo était-il en partie responsable du choix des « petits » princes en faveur du cricket ; mais surtout, le fait de patronner le cricket était créateur d’avantages politiques dont ils avaient plus besoin que les princes « majeurs », déjà largement en contact, du fait de leur position prééminente, avec la puissance coloniale (vice-rois, gouverneurs, et éventuellement hauts personnages en Angleterre même). Ils rehaussaient ainsi leur prestige dans le monde princier indien et, par conséquent, dans les affaires politiques indiennes.

27Certains de ces « princes du cricket » étaient fréquemment choisis pour occuper le poste de chancelier dans la Chambre des princes. Les Britanniques se méfiaient des princes, et pendant longtemps ont fait en sorte que ceux-ci ne puissent constituer une force unifiée qui aurait pu devenir dangereuse. Mais en 1912, face à la montée des revendications nationalistes, ils jugèrent plus habile de les regrouper en une institution purement consultative, sous la présidence du vice-roi : la Chambre des princes. Les États les plus puissants (Hyderabad, Mysore, Cachemire...) n’y virent pas l’occasion d’affermir un pouvoir et une reconnaissance auprès de l’occupant qu’ils avaient déjà, mais les autres l’utilisèrent pour se rapprocher du pouvoir colonial, et le cricket joua en la matière un rôle essentiel, les grand joueurs princiers utilisant leur notoriété sportive pour y avoir accès. Comme le résume Cashman : « Le cricket était un des langages du Raj et ceux qui pouvaient maîtriser ses inflexions et ses rythmes subtils pouvaient s’attendre à exercer une plus grande influence sur les décideurs coloniaux. Le cricket devenait ainsi rapidement un des langages appréciés par le public sportif urbain et ceux qui contrôlaient et structuraient son développement se construisaient un nouveau rôle dans une Inde future et plus démocratique » (1980 : 47).

28C’est dans l’État de Patiala qu’eut lieu la première manifestation importante de patronage princier. Peuplé d’un million d’habitants au tournant du siècle, à majorité hindoue mais comprenant d’importantes minorités de sikhs et de musulmans, sous protection britannique dès 1809, le territoire était gouverné par une famille sikh, les Singh, qui avaient de façon constante établi des relations d’alliance avec l’Empire britannique, combattant à ses côtés aussi bien lors de la révolte de 1856-1857 que dans les guerres successives (celle contre les Boers, mais aussi les deux conflits mondiaux). Plus passionné de polo, de tennis, de course de chevaux, de cricket et de shikar que d’administration de son vaste territoire, Rajendra Singh eut le temps, malgré sa courte existence (1872-1900), de faire montre de ses qualités dans toutes ces disciplines. Mais c’est assez tardivement que le cricket vint étoffer sa panoplie de sportif accompli ; les « sports » princiers, ceux qui attiraient des foules importantes lors des tournois qu’ils organisaient, étaient avant tout le polo et la chasse au sanglier. La première équipe de cricket princière à faire parler d’elle ne fut constituée qu’à la toute fin du xixe siècle : contrairement au polo et au shikar, le cricket était encore considéré comme non traditionnel, importé. Dans sa version « chasse au sanglier », le shikar semblait plus propice au déploiement du courage individuel et impliquait la pratique de la monte des chevaux, alors que le cricket paraissait moins dangereux, moins viril et trop lié à des valeurs de discipline et d’esprit d’équipe. En outre, encore à la fin du xixe siècle, malgré les efforts de certains gouverneurs anglais, l’organisation du cricket était encore trop parcellaire, alors que de nombreuses compétitions de polo ou de courses de chevaux permettaient déjà de s’opposer aux Anglais (Cashman, 1980 : 28).

  • 16 Des emplois militaires étaient souvent proposés, sans aucune obligation de service, ce qui laissai (...)

29Il semble que, bientôt lassé des succès qu’il remportait avec ses nombreuses écuries, Rajendra Singh se mit à rechercher de nouveaux défis et se tourna finalement vers le cricket. Grâce à un recrutement efficace, il mit sur pied en trois ans une des meilleures équipes du sous-continent. Afin d’éviter le reproche de « professionnalisme », encore tabou à l’époque (cf. infra), les joueurs débauchés se voyaient offrir des emplois sur place et divers avantages en nature. C’est ainsi que furent recrutés de nombreux joueurs anglais de haut niveau, mais aussi les meilleurs joueurs indiens du moment – et notamment Ranji en 1898, qui devint à l’occasion officier de la garde personnelle du maharadjah16, ou le fameux colonel Mistry.

  • 17 Parfois orthographié Buphinder.

30Le fils de Rajendra, Buphendra17, qui vécut de 1891 à 1938 et succéda à son père en 1900, était lui aussi un grand amateur de polo, de hockey, de chasse et de cricket. Colosse autocrate et dépravé, il usa de son prestige politique parmi les princes et de son étroite collaboration avec l’occupant anglais pour développer les pratiques de patronage et de recrutement engagées par son père – faisant construire de magnifiques stades de cricket, recevant de façon luxueuse les équipes anglaises en tournée, organisant et finançant les tournées indiennes à l’étranger, offrant des trophées (notamment le célèbre « Ranji Trophy ») – et contribua à établir (puis présida) le Board of Control et le Cricket Club of India.

31Quant au fils de Buphendra, Yadavendra (1913-1974), s’il eut à cœur de poursuivre l’action des Singh de la Maison de Patiala en faveur du cricket, ce fut dans un tout autre style. Peu intéressé par la dimension politique du jeu – ce qui ne l’empêcha pas, en tant que chancelier de la Chambre des princes, de jouer un rôle actif à l’occasion de discussions sur l’avenir du pays avec Gandhi, Nehru, Patel ou Lord Moutbatten – il incarna une version plus moderne du cricket et fut le premier prince à représenter son pays dans un test officiel (Cashman, 1980 : 32-34).

32Un autre exemple éloquent de l’investissement princier dans le cricket est fourni par les rajputs de l’État de Nawanagar, que nous avons évoqué à propos de Ranji. Extrêmement pauvre, souffrant de famines et de crises de sécheresse récurrentes, ne bénéficiant pas d’un climat favorable à la pratique du cricket, ce petit État fut cependant à l’origine, dès le début du xxe siècle, de la création de la plus célèbre dynastie de joueurs princiers. Un tel paradoxe ne s’explique qu’en partie par l’extraordinaire influence de Ranji. Lorsque, contre toute attente, celui-ci prit la tête de Nawanagar, il consacra beaucoup d’énergie et de moyens à la modernisation de son royaume, mais son action en faveur du cricket s’exerça moins par l’intermédiaire d’entreprises concrètes que comme une conséquence de sa notoriété et de l’exemple qu’il incarnait. À l’inverse, son neveu Digvijaysinhji (1895-1965), plus connu sous le surnom de Digooba, reprit activement la tradition de patronage illustrée par les maharadjhas de Patiala. Nawanagar continua longtemps à produire les meilleurs joueurs de cricket indiens, qui représentèrent aussi bien l’Angleterre ou le Pakistan que l’Inde elle-même.

33Dans les années 1920 et 1930 émergent de nouvelles formes d’investissement princier, notamment dans les territoires de Bhopal, Hyderabad et Vizianagram. C’est dans ce dernier que le plus connu de la nouvelle génération de promoteurs du cricket, un maharajkumar que l’on surnommait « Vizzy » (1905-1965), exerça une influence considérable à la fois comme patron, joueur, administrateur et commentateur. Par respect pour les règles (encore) sacro-saintes de l’amateurisme, il ne payait pas les joueurs qu’il recrutait... mais leur offrait à peu près tout ce qu’ils souhaitaient (Cashman, 1980 : 40).

  • 18 Il s’agit là en fait d’un surnom, donné par le principal de son collège ; son vrai nom était Thack (...)

34Après la Seconde Guerre mondiale, l’influence des princes déclina fortement. Le mouvement avait été amorcé entre les deux guerres, et l’individu qui incarna de la façon la plus spectaculaire cette évolution fut certainement Vijay Madhavji Merchant18, révélé en tant que joueur pendant la tournée de 1936. Merchant, qui fut le premier grand joueur de cricket indien à se faire connaître et à occuper une position prééminente sans le soutien ni des Anglais ni des princes, initiant une nouvelle lignée de joueurs qui sera amenée à dominer par la suite le cricket indien, était issu d’une famille gudjerati influente qui possédait des usines à Bombay. À l’époque, les Gudjeratis étaient en train de prendre l’ascendant sur les riches parsis et, à l’image de la dynastie des Patel, commençaient à dominer l’industrie locale. Leur emprise économique s’accompagna, comme dans le cas des parsis à la fin du xixe siècle, d’une véritable prise de pouvoir sur le cricket indien. Ils furent pourtant nettement plus actifs dans leur soutien à Gandhi et au mouvement nationaliste, comprenant tout le profit qu’ils pourraient tirer sur le plan économique d’un départ des Anglais.

35Merchant lui-même n’était pas très ouvertement nationaliste. Certes, lors d’une tournée de l’équipe indienne en Angleterre en 1946, il mit en garde le Marylebone Cricket Club : il ne fallait pas croire qu’un simple échange de joueurs de cricket pourrait, d’un coup de baguette magique, réconcilier les deux pays – seule l’Indépendance pourrait y parvenir. Mais comme Gandhi, il pensait néanmoins que tout n’était pas à rejeter chez l’occupant, et surtout pas le cricket.

  • 19 Sur cette évolution, on pourra consulter Cashman (1980 : 48-74).

36Élevé à l’école Bharda de Bombay – une école parsie fameuse pour la qualité de son cricket – il fut néanmoins essentiellement un autodidacte dans son apprentissage du jeu. Contrairement à ses illustres prédécesseurs, qui avaient développé des styles impulsifs et imprévisibles, Merchant mit en œuvre une manière rationnelle et appliquée, s’entraînant inlassablement. C’est aussi le début d’une époque où le cricket est financé non plus par les princes mais par les capitaines d’industrie ; c’est l’avènement d’une nouvelle forme de patronage, où les banques et les établissements industriels et commerciaux devinrent majoritaires19 (Bose, 2002 : 111-125). Mais on peut considérer qu’à cette époque le processus d’implantation du cricket en Inde est pour l’essentiel assuré : le plus anglais des sports anglais est devenu le sport national indien.

Cricket, nationalisme et politique

  • 20 Cashman (1998b : 125) remarque que le nationalisme celte, et notamment irlandais, qui ne s’accommo (...)

37Les principaux soutiens du cricket indien avant l’Indépendance, les parsis et les princes, n’étaient guère actifs dans les mouvements nationalistes. On aurait donc pu s’attendre à ce que ces mouvements discréditent le cricket et à ce que l’Indépendance porte un coup fatal au jeu. Or, il n’en fut rien. Contrairement au soccer, le cricket ne fut jamais le lieu sportif d’un affrontement dur entre colonisés et colonisateurs. Rien de comparable, en tout cas, aux débordements de joie nationaliste lorsqu’en 1911, à Calcutta, une équipe indienne, Mohun Bagan, jouant pieds nus contre un régiment du Yorkshire dans la finale de l’Indian Football Association, l’emporta par deux buts à un. Pourquoi un sport aussi élitiste et upper middle class que le cricket a-t-il rallié les suffrages populaires alors que le soccer avait tous les atouts pour devenir le sport national indien ? Nous examinerons plus loin (chapitre VIII) les raisons anthropologiques qu’il est possible d’avancer pour tenter d’expliquer un tel phénomène ; pour l’instant, on peut faire état de quelques arguments liés aux spécificités du nationalisme indien. D’après Bose, le soccer aurait pu occuper une position dominante si les Anglais avaient été chassés d’Inde « de façon plus violente, plus révolutionnaire » (2002 : 17). L’opposition à la présence anglaise avait beau être profondément ancrée, elle ne s’étendait pas à la culture anglaise, et le cricket était une des manifestations les plus achevées et les plus symboliques de cette culture20.

  • 21 On rappellera que le principal foyer du cricket indien, Bombay, est aussi le siège le plus importa (...)
  • 22 Dans les premiers temps de la diffusion du cricket en Inde, les joueurs parsis étaient réputés pou (...)
  • 23 Il n’était pas rare qu’un batteur soit gêné par le reflet d’un miroir pernicieusement dirigé sur s (...)

38Dans ce contexte, la seule critique majeure que les nationalistes ont adressé au cricket est son organisation sur des bases communautaires : Gandhi déplorait la tendance aux affrontements entre communautés qu’elle était censée provoquer, alors que l’objectif principal était l’unité de la nation indienne. Pour le reste, la solide éducation britannique qu’avaient reçu les principaux dirigeants nationalistes – au premier rang desquels émerge la figure de J. Nehru, formé à Harrow et grand amateur de cricket – contribua fortement à la bonne image du jeu après l’Indépendance. Mais sans doute ne faut-il pas négliger dans ce processus le rôle joué par les caractères spécifiques du cricket indien, qui a manifestement développé une culture à part, que ce soit dans la pratique du jeu lui-même ou dans ses à-côtés (Cashman, 1998b : 125 ; Bose, 2002 : 34-38). L’implication considérable des maharadjahs dans le jeu, la pompe et la dimension spectaculaire qu’ils lui donnaient, l’idolâtrie dont bénéficiaient les plus grands joueurs (comparable seulement à celle des vedettes de cinéma, ce qui, en Inde, n’est pas peu dire21), l’étroite imbrication entre les enjeux sportifs et les enjeux politiques, les excentricités (par rapport au modèle canonique victorien de l’époque) que se permettaient de nombreux grands joueurs22, la passion et l’exubérance carnavalesques manifestées par des foules de spectateurs bruyantes et colorées23, les techniques spécifiques développées par les joueurs (et notamment par les lanceurs, qui utilisaient les revêtements spongieux dus à l’excès d’humidité pour délivrer des balles lentes mais très travaillées) – tous ces facteurs contribuaient à faire du cricket un sport éminemment « indien », et à justifier le jugement porté par Nandy, selon lequel « le cricket est un jeu indien accidentellement découvert par les Anglais »...

La percée du soccer

39Si le soccer indien n’est jamais parvenu à briller sur le plan international en dehors des Jeux asiatiques, avant les années 1960 le sous-continent était considéré comme la fraction de l’Asie où il était le mieux implanté. De nos jours, le Japon, et surtout la Chine (qui avec plus de 20 millions de pratiquants, compte près de la moitié des joueurs répertoriés par la FIFA dans la zone asiatique) sont allés plus loin ; mais la percée indienne est plus ancienne, et bien entendu liée à la présence britannique.

40Dans les années 1900, ce sont environ 75 000 soldats britanniques qui occupaient l’Inde. Certains inconvénients de la vie de garnison (la routine et l’ennui), ainsi que la nécessité de conserver ou développer les aptitudes physiques des soldats, constituaient des terrains d’autant plus favorables à la pratique des sports collectifs (cricket, rugby, soccer) que les militaires – et surtout les plus gradés d’entre eux, qui avaient été élevés dans les public schools – avaient bien souvent parfaitement assimilé les subtilités de l’idéologie de la « chrétienté musculaire ». Le processus déjà décrit pour le cricket dans les premiers temps de la présence britannique s’est aussi déroulé avec le soccer : de nombreuses compétitions ont vu le jour entre unités, entre bataillons, entre régiments. Tout comme dans un cadre scolaire, le fait pour un soldat ou un officier de bien tenir son rang dans une équipe de rugby ou de soccer permettait non seulement de rompre la monotonie de la vie militaire, mais encore de rehausser son prestige personnel, et fournissait de surcroît des occasions de voyages lors des tournées.

41C’est dans un tel contexte de domination coloniale « classique » que l’on peut apprécier le développement du soccer dans la région du Bengale. Mais les conditions très particulières de l’implantation du football à Goa constituent une autre forme d’illustration de l’extraordinaire succès de ce sport en Inde et méritent également d’être mentionnées.

Le rayonnement du soccer bengali

  • 24 Elle le restera jusqu’en 1912.

42Si la région de Calcutta a joué dans le développement du soccer indien (mais aussi sur un plan sportif plus général) un rôle essentiel, c’est en majeure partie dû au fait que, dans la seconde moitié du xixe siècle, la grande métropole bengalie, qui avait hébergé le quartier général de la Compagnie des Indes orientales, avait le statut de capitale des Indes britanniques24. Abritant une population de plus d’un million d’habitants au tournant du siècle, elle était une des plus grandes places commerciales du monde. La garnison militaire y était développée en proportion, et le port accueillait un nombre considérable de bâtiments de la Royal Navy (Mason, 1992 : 142-143).

  • 25 L’historiographie pour cette période est assez peu prolixe. De Mello (1959 : 186) affirme que la p (...)

43Dans un tel contexte, il n’est pas étonnant que des matchs improvisés aient été de plus en plus fréquemment organisés25. Dans certaines conditions, les rencontres se font entre militaires britanniques et militaires indiens, comme par exemple les Gurkhas. Des trophées internes à l’armée sont créés, le premier en date étant probablement le Durand Trophy en 1888.

44Tout comme pour le cricket, les militaires seront éventuellement secondés par des fonctionnaires civils en poste et des salariés des entreprises commerciales. Certes, on ne peut encore véritablement parler de processus de diffusion, en ce sens que la pratique reste cantonnée pour l’essentiel à la communauté britannique. Mais avec la création des premiers clubs, à partir des années 1870, un processus va être enclenché auquel participeront progressivement de plus en plus d’Indiens.

  • 26 Notamment le Naval Volunteers (plus tard rebaptisé Calcutta Rangers Club) en 1884, le Howrah Unite (...)

45La première de ces structures est le Trades Club de Calcutta (1878), formé par des commerçants avec l’appui de l’Indian Civil Service. Ce club s’appela ensuite le Dalhousie Athletic Club, reprenant la dénomination du quartier général de la Trades Association of India, le Dalhousie Institute. À partir de ce modèle, d’autres associations verront ensuite le jour, soit à l’initiative d’Européens et le plus souvent réservés aux seuls Européens26, soit sous l’impulsion des Indiens eux-mêmes : le Sovabazar Club (1885), le Mohun Bagan Club (1889) et le Mahommedan Sporting Club (1891) sont les plus célèbres, mais dans les années 1880 et surtout 1890 on a assisté à une remarquable floraison de structures dont certaines sont encore actives de nos jours.

46Il était dès lors logique qu’un ensemble de compétitions se mettent en place progressivement, d’abord de façon chaotique et improvisée, puis dans des structures plus organisées : la Trades Cup (qui s’appuie sur le Dalhousie Club) en 1889, la Rovers Cup (créée par des amateurs britanniques à Bombay et à Calcutta) en 1891, et l’Indian Football Association Shield (qui devint aussitôt le principal championnat de soccer indien) en 1893. Ces trois compétitions ont encore lieu tous les ans. Gagner la « Triple Couronne » (les trois championnats la même année) constitue pour toute équipe le sommet d’une carrière footballistique, et rares sont les formations à l’avoir réalisé.

47Un tel succès militait pour la création d’une instance fédérative locale, et en 1898 fut instituée la Calcutta Football League, qui prit d’abord en charge les seules compétitions entre clubs européens mais admit pour la première fois en 1914 un club indien, le Mohun Bagan.

  • 27 Le Durand Trophy, dont on a vu qu’il était au départ réservé aux compétitions internes à l’armée, (...)

48Pendant que se réalisait l’ouverture de la pratique du soccer aux Indiens, une double structure compétitive s’est progressivement dégagée, abritant l’élite des clubs indiens et organisant des rencontres parallèles : la première division de la League et l’IFA Shield27.

49Si la plupart des grands clubs indiens sont issus du Bengale, le soccer s’est diffusé largement dans l’Inde tout entière, et l’on trouve aussi des formations prestigieuses dans les régions de Hyderabad, Madras ou Bangalore. Nous avons insisté sur le rôle majeur joué par les militaires et les commerçants, dont les effectifs étaient particulièrement concentrés dans la région de Calcutta. Mais l’influence des enseignants des écoles européennes établies sur place (sur le modèle des public schools anglaises), de même que celle de certains missionnaires, ne doit pas être sous-estimée – nous en verrons certains aspects plus loin. Dans le cas du soccer, on ne peut identifier des influences spécifiques comparables à celles qui ont permis l’étonnante diffusion du cricket – les parsis, quelques grands administrateurs coloniaux ou les maharajas, bien que ces derniers n’aient pas été inactifs dans la promotion du ballon rond comme nous le verrons plus loin – et aucun des joueurs célèbres des premiers temps de l’implantation n’a eu un rôle symbolique aussi considérable que Ranji. Mais certains événements ont très certainement joué un rôle d’accélérateur.

50Le premier en date de ces événements est sans doute la victoire du plus ancien club indien, le Sovabazar, sur une équipe de militaires britanniques dans le cadre de la Trades Cup en 1892. Mais si la portée d’un tel succès remporté aux dépens de l’occupant n’était certainement pas dénuée de valeur symbolique, c’est un autre exploit – lorsque le Mohun Bagan devint en 1911 la première équipe indienne à remporter l’IFA Shield en battant le fameux East Yorkshire Regiment – qui a eu l’effet le plus considérable.

51Emblématique du soccer indien, le Mohun Bagan l’est à plus d’un titre. Le club, qui est rapidement devenu une institution au Bengale, avait pour objectif de développer l’esprit de compétition au sein de la jeunesse et de produire non seulement des athlètes, mais aussi des citoyens responsables à partir de principes stricts (comme l’interdiction de fumer et de boire), du refus du professionnalisme (seules les dépenses liées à l’exercice sportif étaient prises en charge) et de la valorisation du jeu au détriment de l’enjeu. Seuls étaient admis à participer aux activités sportives (qui couvraient aussi bien le cricket, le hockey et l’athlétisme que le soccer) les jeunes gens qui avaient réussi leurs examens scolaires. Composé en majorité de joueurs musulmans de l’élite sociale, le club était soutenu, notamment financièrement, par l’intelligentsia et l’aristocratie locales.

52Tony Mason (1992) a resitué l’importance de la victoire de 1911 dans le contexte à la fois sportif et politique du Bengale de l’époque. À cette date, l’extraordinaire popularité du soccer se reflétait dans la multiplication des clubs britanniques et bengalis, ainsi que dans le grand nombre de compétitions organisées dans la région (trophées, coupes et championnats divers). Parmi celles-ci, l’IFA Shield attirait des équipes, aussi bien civiles que militaires, provenant de régions parfois très éloignées. Point culminant d’une saison de soccer s’étalant de la mi-mai au début août (la chaleur et l’humidité conduisant à disputer les rencontres en deux mi-temps de trente minutes), ce championnat drainait un nombre considérable de spectateurs sur le Maidan, grand espace ouvert au centre de Calcutta, en face de Fort Williams. Conçu à l’origine pour dégager l’accès au fort en cas d’attaque ennemie, ce vaste terrain avait été aménagé au début du siècle en une sorte de parc de loisir permettant de jouer au golf, au cricket, au tennis et au soccer.

  • 28 La grande majorité des joueurs de Mohun Bagan jouait pieds nus. Ce n’est qu’en 1936 que l’équipe e (...)

53Les victoires successives de Mohun Bagan au cours du Tournoi de 1911, jusqu’à la finale gagnée sur l’East Yorkshire Regiment (2-1), parurent d’autant plus surprenantes que, si le club indien était considéré comme la meilleure formation indigène, elle passait pour très inférieure aux équipes britanniques en lice28. Au fur et à mesure que le Mohun Bagan franchissait les étapes de la compétition, la foule se faisait plus nombreuse : elle fut évaluée à 60 000 spectateurs lors de la finale. Les très nombreuses personnes qui n’avaient pu obtenir de places étaient tenues au courant des péripéties du match par les mieux placés, au moyen de cerfs-volants et de pigeons voyageurs (Kapadia, 2001 : 18). Le journal The Englishman rapportait déjà, à l’issue de la demi-finale entre Mohun Bagan et le Middlesex Regiment :

« Calcutta est vraiment devenue folle de football [...]. Les arbres autour du terrain grouillaient de spectateurs juchés jusqu’au sommet. Nombre d’entre eux tombaient, et une immense branche d’un des arbres situés derrière la tente Dalhousie, incapable de supporter une telle pression, s’écrasa sur le sol avec son chargement de fret humain. Plusieurs personnes furent blessées [...].
Toutes les mesures prévues pour maintenir le contrôle sur la foule furent balayées et du plus loin qu’il est possible, jusqu’aux lignes de touche, les spectateurs dévalèrent et se battirent pour avoir une place. On crut même qu’il y avait une émeute dans la zone S.O. du terrain [...]. Les foules des premiers rangs, étant projetées vers le terrain par celles des derniers rangs, se levèrent en masse pour défendre leur territoire. Une bagarre générale s’ensuivit, au cours de laquelle bâtons et parapluies jouèrent leur rôle, et seule l’arrivée des militaires permit de restaurer l’ordre » (in Mason, 1992 : 146-147).

54Au-delà de ces péripéties et de l’extraordinaire liesse populaire qui s’ensuivit, l’événement eut des répercussions profondes et durables. Il est probablement à l’origine d’une très nette accélération de l’engouement des Bengalis pour le soccer. En 1929, 140 clubs indiens (pour 14 européens ou anglo-indiens) étaient affiliés à l’IFA. Le Bengale attirait désormais des joueurs en provenance d’autres régions de l’Inde, ce qui ouvrait la voie à une première forme de professionnalisme, notable dès les années 1930. Certes, ainsi que le remarque Mason (1992 : 151), de nombreux problèmes subsistaient entre les deux communautés sur le simple plan sportif, comme en atteste par exemple le fait que la mixité était encore absente dans la plupart des clubs qui, à l’image du cricket, fonctionnaient largement sur une base communautaire. Mais la représentation du Bengali efféminé colportée à l’envi par l’occupant (cf. supra) s’en trouva écornée, d’autant que les vainqueurs eux-mêmes, adoptant les valeurs de sportivité dont les Anglais se croyaient les seuls dépositaires, ne se laissèrent pas aller à des démonstrations intempestives qui auraient pu laisser croire qu’ils se sentaient désormais supérieurs... Ce que l’occupant voulut bien considérer comme un signe de maturité et comme l’indication qu’une certaine forme de collaboration pouvait devenir possible et légitime. Certains Britanniques en vinrent à militer pour une participation accrue des indigènes aux activités sportives, notamment au sein des établissements scolaires, où la part dévolue au cricket et au football fut sensiblement augmentée.

  • 29 Le Parti du Congrès, dont les premiers avatars datent de 1885, avait adopté pour la première fois (...)

55Il est plus difficile d’apprécier les prolongements proprement politiques de l’événement. Mais il est clair qu’il fut géré, en la matière comme en d’autres, à la « façon bengalie », c’est-à-dire selon des voies assez déroutantes pour les esprits occidentaux. La partition de 1905 (création d’une nouvelle province, le Bengale oriental) était loin de faire l’unanimité parmi les habitants du Bengale ; la victoire de Mohun Bagan contribua à unifier ces derniers, alors que les forces de division semblaient l’emporter. Surtout, elle s’inscrivait dans un contexte général où le nationalisme indien n’avait pas encore adopté la forme radicale qui s’est imposée dans la décennie suivante29 et où, spécialement au Bengale, les revendications nationalistes allaient de pair avec une acceptation profonde de la culture anglaise. Situation complexe que Dimeo résume ainsi :

« La relation entre le triomphe sportif, le nationalisme et le colonialisme semble centrée sur un paradoxe dont les Indiens étaient pleinement conscients lors de la compétition. La victoire de 1911 constituait un moment de résistance nationaliste où les fondements idéologiques du colonialisme, la croyance dans la supériorité innée des Britanniques et la fragilité physique des Indiens furent dramatiquement et publiquement défaits. Pourtant, dans la célébration de la déroute de ces stéréotypes, il subsistait encore l’acceptation du système moral britannique véhiculé à travers les établissements scolaires anglo-indiens, dans lesquels seuls le succès en matière sportive et la démonstration des capacités physiques pouvaient manifester la force et la confiance en soi » (2001 : 69).

  • 30 Lorsque Mohun Bagan fut battu par son principal adversaire une sixième année consécutive en 1975, (...)

56Une autre caractéristique importante de la situation bengalie résidait dans les relations conflictuelles, à partir des années 1920, entre le Mohun Bagan et l’East Bengal Club, créé en 1924 par des supporters issus de la région actuellement dénommée Bangladesh et installés à Calcutta pour trouver du travail. Alors que Mohun Bagan, on l’a vu, était soutenu par les classes moyennes et supérieures, l’East Bengal avait un recrutement beaucoup plus populaire. La rivalité entre les deux clubs s’est prolongée jusqu’à nos jours, dans un extraordinaire climat de passion30 (Kapadia, 2001 : 22).

  • 31 Le nizam (gouverneur) d’Hyderabad fut le plus important des princes de l’Inde orientale d’avant l’ (...)
  • 32 C’est le capitaine de l’équipe qui faisait fonction d’entraîneur.

57Largement effectuée à partir du foyer bengali, la diffusion du soccer à l’Inde tout entière s’est d’abord concentrée sur les villes de garnison : Madras, Bangalore, Ambala, Delhi, Peshawar et Dacca. Bangalore, qui était alors la capitale de l’État de Mysore, a produit à partir des années 1930 un grand nombre de joueurs exceptionnels ; mais la plupart d’entre eux, une fois leurs talents reconnus, furent recrutés par des clubs bengalis, et la région de Mysore ne put jamais constituer un contrepoids par rapport à la domination de Calcutta. Dans la ville d’Hyderabad, en revanche, le soccer a pu bénéficier à partir des années 1920 d’un système de patronage qui n’est pas sans évoquer celui du cricket : le nawab de Tarband, les maharajas de Kakinada et de Rajmandri ont fortement contribué, par leurs investissements, au développement régional du jeu. Notamment, le Hyderabad City Police, encore appelé « City Afghans » d’après le nom que portaient les forces de police à l’époque où régnaient les nizam d’Hyderabad31, acquit une stature légendaire en gagnant la finale du Durand Trophy (1950), la Rovers Cup pendant cinq années (de 1950 à 1956) et le championnat national pendant onze années consécutives. Son capitaine, Syed Abdul Rahim, avait introduit des méthodes d’entraînement32 révolutionnaires pour l’époque : il organisait des tournois au cours desquels il était interdit de dribbler (afin d’améliorer la passe en une touche de balle et les combinaisons), et d’autres où les joueurs devaient utiliser seulement leur pied le plus faible. Il avait développé au sein du club une idéologie fondée sur la discipline, la cohésion, l’esprit d’équipe et la sportivité (il était interdit de mettre en question la moindre décision arbitrale). Aucune rétribution monétaire n’était admise. Ces manières exemplaires contribuèrent à en faire, au-delà des clivages religieux, un club extrêmement populaire, auquel s’identifiaient les classes laborieuses en opposition avec certains clubs de l’élite de la région de Calcutta (Kapadia, 2001 : 20).

Goa, ses prêtres catholiques et ses émigrés

58L’ancienne colonie portugaise offre un exemple intéressant de développement du football à partir d’un foyer bien différent de ceux qui ont été opérants dans le reste du sous-continent. Dans l’étude qu’il a consacré à l’histoire de cette diffusion, Mills identifie quatre facteurs essentiels : l’influence de l’Église catholique, les mouvements migratoires, l’industrialisation et la place spécifique de Goa dans l’Inde post-coloniale (2001 : 75-88).

  • 33 Comme l’Espagne, le Portugal était un exemple d’alliance étroite entre l’Église et l’État et de mé (...)
  • 34 En 1883, la loi interdisant la pratique des rites hindous fut abrogée. Mais d’autres lois anti-ind (...)

59La présence portugaise à Goa trouve son origine dans l’expédition de Vasco de Gama en 1498. Mais la région était sous domination musulmane lorsque Albuquerque en prit possession, en 1510, aidé par l’empereur hindou de Vijayanagar. Le Portugal en fit une tête de pont essentielle de son action missionnaire33, entre autres à partir de l’établissement de saint François-Xavier en 1542. Deux périodes doivent cependant être grossièrement distinguées dans les modalités d’évangélisation mises en œuvre par l’Église catholique. Au cours de la première, le territoire fut le théâtre d’une affirmation violente de la Contre-Réforme, qui s’est manifestée par une sévère inquisition, une hostilité ouverte vis-à-vis de l’hindouisme (dont la pratique fut interdite) et des tentatives de conversions forcées. L’échec de cette politique agressive, de plus en plus patent à la fin du xviie siècle, amena l’Église catholique à changer radicalement de politique et à favoriser désormais l’établissement de racines locales ainsi qu’une intégration plus profonde au sein de la société indienne34. Cette nouvelle appréhension du prosélytisme religieux connut davantage de succès que la première : au milieu du xixe siècle, on estimait que les deux tiers de la population de Goa était christianisée, et la grande majorité des membres du clergé étaient d’extraction locale. En s’implantant profondément, l’Église catholique cessait d’apparaître comme un instrument de la colonisation, s’indigénisait et s’inscrivait plus naturellement dans le contexte socio-politique local.

  • 35 Descendants en principe des premiers fondateurs du village, ils pouvaient être aussi bien chrétien (...)

60C’est cette histoire particulière qu’il faut avoir présente à l’esprit pour apprécier les modalités de l’implantation du soccer à Goa. En 1883, un prêtre britannique, William R. Lyons, venu se reposer sur la côte, à Siolim, des suites d’une maladie, participa aux activités de l’Église locale ; il y fonda une école (St Joseph), pour laquelle il mit au point un cursus réservant une place éminente aux pratiques sportives, et notamment au soccer. Imbu des principes de la « chrétienté musculaire », il convertit d’autres directeurs d’établissement aux vertus de l’exercice physique et des sports collectifs pour former le corps, l’intellect et l’âme. Le séminaire Rachol, principal centre de formation des prêtres locaux, développa à son tour la pratique du soccer et organisa des tournois, jusqu’à ce que l’évêque des Indes orientales l’interdise, sans doute choqué par le spectacle de futurs prêtres en soutane donnant des coups de pied dans un ballon. Mais le pli était pris, et une fois ordonnés, les prêtres diffusèrent le jeu dans les villages où ils étaient nommés, favorisant ainsi son établissement dans les campagnes. Dans ce processus, ils bénéficièrent de l’appui de l’institution locale appelée gaunkar, regroupement des membres mâles des castes dominantes (brahmanes ou kshatriya) qui contrôlaient l’essentiel des affaires politiques, religieuses, économiques et sociales des villages35. En relations étroites avec les prêtres locaux, ils se révélèrent d’efficaces propagateurs de la passion footballistique.

61Mills (2001 : 78) estime qu’une telle situation évoque bien davantage l’expérience de l’Église catholique en Écosse que celle qui a prévalu dans le reste de l’Inde sous influence anglaise : il s’agissait moins d’imposer un idéal de valeurs occidentales que de contribuer à consolider l’emprise religieuse, en perpétuant des liens communautaires orientés vers des objectifs « vertueux ». Mais l’influence des écoles anglaises dans le processus de diffusion s’est néanmoins révélée importante au sein de la communauté hindoue : la langue anglaise était couramment pratiquée à Goa et l’influence de Bombay se faisait sentir fortement. Les hindous créèrent des clubs, à partir des années 1910, qui constituèrent des foyers identitaires notables. Le premier tournoi de soccer regroupant les équipes de l’ensemble du territoire fut organisé en 1930 par l’Hindu Sporting Club de Mapuca. Initié au départ au sein de la communauté catholique et diffusé dans un premier temps par les prêtres, le soccer goanais bénéficia ainsi, par la suite, de l’investissement de la communauté hindoue anglophone.

  • 36 Alors qu’à Goa et dans les petits territoires de Daman et Diu la population n’atteignait que 469 0 (...)
  • 37 Au début du xxe siècle, la diaspora goanaise soutenait encore une Goan World Cup dans l’ancien ter (...)

62Le rôle de l’émigration à partir de Goa est également souligné par Mills (2001 : 79-81) comme un facteur important de la diffusion du soccer en Inde. L’absence quasi totale d’activité industrielle, la faiblesse du secteur commercial et l’archaïsme des structures agricoles – qui contrastaient avec le dynamisme économique de la région, toute proche, de Bombay – ont provoqué de très importants déplacements de population à l’extérieur de Goa : environ 200 000 Goanais vivaient en dehors du territoire au début des années 1920, dont un quart dans la seule ville de Bombay36, fournissant soit une main-d’œuvre peu qualifiée et bon marché, soit un fort contingent de chômeurs. Dans cet environnement hostile, la communauté goanaise s’est organisée autour de clubs regroupant souvent les habitants en fonction d’appartenances villageoises et contribuant à conserver des liens avec le pays et la culture d’origine. Parmi les éléments culturels fortement valorisés par les émigrés figurait le soccer. Jusqu’en 1946, les clubs de soccer créés à Bombay pour et par les Goanais organisaient des rencontres avec les clubs basés à Goa37.

  • 38 Rebaptisée plus tard Goa Football Association.

63Dans les années 1950, les revendications indiennes sur les territoires portugais conduisirent le Portugal à affirmer davantage sa présence économique et culturelle et à légitimer l’« européanité » d’un territoire possédé depuis quatre siècles. Malgré le fait qu’à cette époque à peine 3 % des Goanais parlaient portugais, et malgré la prudence de l’Église catholique locale qui souhaitait éviter l’amalgame avec le gouvernement colonial du dictateur O. Salazar, celui-ci s’employa à renforcer son emprise. Sur le plan culturel, le soccer fut vite considéré comme un instrument essentiel de cette politique : établissement en 1951 d’un Conselho de Deportos da India Portuguesa, création d’une ligue goanaise comprenant une première et une deuxième division pour remplacer l’inefficace Associao de Futebol da India Portuguesa fondée en 1939, amélioration des infrastructures (comme par exemple l’aménagement des stades pour accueillir des matchs en nocturne ou la division du territoire en quatre zones – Bardez, Panjim, Margao, Mormugao – administrées chacune par un président), organisation de rencontres internationales... Désormais bien établi, le soccer goanais pouvait revendiquer son autonomie : en 1959 était fondée l’Associao Futebol da Goa38, désormais indépendante d’un Conselho de Deportos à vocation trop généraliste. Sur le plan économique, les efforts du Portugal pour exploiter les réserves de minerai de fer, de bauxite et de manganèse (exportés au Japon et aux États-Unis) provoquèrent l’émergence d’une bourgeoisie fortunée qui contribua elle aussi au développement du soccer local. Les entreprises industrielles et commerciales liées à l’exploitation minière engagèrent des ressources financières considérables pour développer des clubs d’entreprise très performants – à l’image par exemple du fameux Salgoacar Sports Club créé en 1955 par la compagnie minière House of Salgoacar, et qui remporta de nombreuses compétitions prestigieuses en Inde après l’annexion indienne, du Dempo Sports Club, ou encore du Sesa Goa Sports Club (Mills, 2001 : 83-84).

64Dans les conflits qui ont émaillé le processus d’indépendance de Goa et son intégration finale à l’État indien, le soccer a constitué de nouveau un instrument dont les hommes politiques n’ont pas hésité à se servir. Le Maharashtrawadi Gomantak Party (MGP), formé en 1963, militait pour l’intégration de Goa dans le territoire voisin du Maharashtra, arguant du fait que les Goanais parlaient le maharashtri ; représentant la fraction la plus populaire du pays et les basses castes, il était dirigé par Dayanr Bandodkar, riche marchand et sportif assidu, qui associa étroitement son action politique au développement du soccer goanais, distribuant de l’argent, créant un tournoi (All India Bandodkar Trophy), devenant vice-président de la Goa Football Association en 1962 et finançant un modeste club (Panvel Sports Club) pour en faire une pépinière de joueurs internationaux. Il pensait ainsi, en jouant sur la passion des Goanais pour le soccer, faciliter son projet d’annexion. Mais le référendum de 1967 en décida autrement, sous l’influence de forces politiques opposées au MGP – celle des hindous de castes élevées fidèles au Parti du Congrès et celle de la minorité chrétienne regroupée dans United Goans Party (UGP) – et rejeta l’annexion. Goa fut finalement élevé au statut d’État en 1987, conservant ainsi une part d’identité politique et culturelle dont le soccer constitue un des éléments essentiels. Si, d’un côté, le soccer a pu être ainsi récupéré par les forces politiques du fait de l’extraordinaire engouement qu’il suscitait auprès des Goanais, d’un autre côté, cette récupération a fortement contribué à l’ancrer encore plus profondément dans la culture goanaise.

Enseignants et missionnaires

65Mangan a attiré l’attention sur le rôle éminent joué par le système éducatif mis en place en Inde par les Anglais dans le développement des sports en général, et du soccer en particulier (2002a : 11-66). Cette opinion semble d’ailleurs a priori recevable pour l’ensemble de la situation coloniale, à quelques nuances près que nous analyserons plus loin. S’il n’est pas toujours facile d’apprécier l’influence précise de l’éducation sur le modelage des esprits et des corps, il serait en effet absurde de la minimiser ; on a vu ce qu’il en était en Grande-Bretagne avec le développement des public schools et l’extraordinaire diffusion de l’idéologie de la « chrétienté musculaire », ainsi que les extensions de ce dispositif dans les moindres recoins de l’Empire (chapitres I et III) : il est clair qu’en formant à cette idéologie les futurs cadres coloniaux, mais aussi les futurs enseignants et missionnaires, l’Empire se donnait les moyens d’une large diffusion des pratiques sportives dans les territoires qu’il soumettait.

66Le rôle des enseignants et des missionnaires (souvent les mêmes individus) est d’autant plus difficile à apprécier que les matériaux historiographiques dont on dispose à cet égard sont très parcellaires. Si quelques personnages hauts en couleurs ont émergé – suffisamment en tout cas pour susciter l’intérêt des historiens – et ont publié des textes plus ou moins autobiographiques relatant leurs expériences, l’action de la grande masse des protagonistes demeure assez opaque. Le risque est donc de prendre la partie pour le tout et de surestimer l’influence réelle du système éducatif. Néanmoins, à travers la connaissance approfondie que nous avons d’un petit nombre de ces propagateurs infatigables de la « chrétienté musculaire », il est possible d’enrichir singulièrement le tableau que nous avons brossé à partir de la diffusion du cricket et du soccer.

67Les deux exemples auxquels nous aurons recours ici (Alexander G. Fraser et Cecil E. Tyndale-Biscoe) ont pour intérêt supplémentaire de braquer le projecteur sur deux régions périphériques du sous-continent – Ceylan et le Cachemire – où les solutions adoptées revêtaient nécessairement des particularités induites par des contextes culturels spécifiques.

Fraser, le cricket et Ceylan

68Jusqu’à ce que les Britanniques s’en emparent, Ceylan était largement contrôlée par les Portugais dès les débuts du xvie siècle, puis par les Hollandais depuis le milieu du xviie siècle. Il est résulté de ces présences successives une mosaïque d’influences ethniques et religieuses, auxquelles il faut ajouter les apports des migrations en provenance de l’Inde proprement dite.

  • 39 Il s’agit de Tamouls de Jaffna arrivés au cours de deux migrations successives (ier siècle, puis x (...)

69La majorité de la population est composée de Cinghalais, provenant de l’Inde du Nord (et peut-être du Bengale) quelques siècles avant J.-C. De langue indo-européenne et de religion bouddhiste, ils sont surtout répartis dans le Centre et l’Ouest de l’île. Une partie de la population est d’origine tamoule, soit hindoue (en majorité) soit musulmane, issue de l’Inde du Sud et concentrée dans le nord de l’île39. L’Est est partagé entre des influences cinghalaises, musulmanes et tamoules. Mais à ces apports indiens il faut ajouter ceux des minorités constituées par des convertis chrétiens (surtout catholiques) du fait de la présence des Portugais et des Hollandais.

70Les premières missions protestantes (London Missionary Society) arrivèrent à Ceylan en 1805. Suivirent des anglicans de la Church Missionary Society (CMS) à partir de 1818 et des méthodistes. Leur influence s’exerça notamment à travers la création d’établissements scolaires (plus que dans le domaine du prosélytisme et de la conversion, où ils rencontraient peu de succès), et ils furent secondés dans cet effort par des directives provenant du Colonial Office : la conversion des habitants de l’île et particulièrement des bouddhistes, au christianisme, probablement parce qu’elle était si difficile, était considérée en haut lieu comme une priorité de la politique coloniale à Ceylan, et l’on considérait qu’elle pouvait être un sous-produit de l’action purement éducative.

71Entre 1818 et le début des années 1830, la CMS avait fondé 36 écoles, dont trois réservées à des filles. Mais à cette époque, les missionnaires ne pouvaient encore compter que sur leurs propres forces, l’État n’intervenant pas de façon déterminante ; la seconde moitié du xixe siècle est en revanche marquée par l’exacerbation des conflits entre chrétiens et bouddhistes pour obtenir les faveurs du pouvoir.

72Le système des plantations en vigueur à Ceylan était relativement singulier dans la mesure où les Européens n’étaient pas les seuls à pouvoir posséder la terre et l’exploiter. Il en résulta, au fur et à mesure du développement économique associé notamment au thé et à l’hévéa, l’émergence d’une élite sociale au sein des communautés tamoule et cinghalaise et la constitution d’une classe moyenne ; ces nouvelles forces sociales étaient férues d’éducation anglaise et très occidentalisées.

73Les écoles dirigées par les missionnaires étaient conçues sur le modèle des public schools anglaises et prévoyaient dans leur cursus qu’une place éminente soit réservée aux activités sportives. Ce fut par exemple le cas à Kandy, où Trinity College (nouveau nom donné par la CMS en 1876 à la Kandy Collegiate School) profita d’un afflux d’élèves provenant de ces classes émergentes.

74À Trinity College, les sports n’étaient pratiqués à l’origine que de façon sporadique : le révérend Collins, qui dirigea l’établissement de 1872 à 1878, ne s’intéressait guère à cette dimension de l’enseignement (Mangan, 2002a : 22). Mais petit à petit, sous l’influence des directeurs suivants, qui étaient issus du système éducatif anglais traditionnel, Trinity acquit toutes les caractéristiques d’une public school – y compris les pires formes de bizutage et d’indiscipline. À la fin du xixe siècle, un sport comme le cricket est suffisamment implanté pour que des matchs aient lieu avec d’autres établissements de l’île, notamment à Colombo, et c’est en 1898 qu’un terrain de cricket est construit près des dortoirs des pensionnaires. Le soccer connaît aussi suffisamment de succès pour que des rencontres soient organisées.

75C’est de cette structure qu’hérite Alexander G. Fraser (1873-1962) lorsqu’il prend en charge les rênes de Triniry College en 1904. Né en Écosse dans une famille très religieuse dont le chef était militaire (lieutenant-gouverneur du Bengale) et modérateur de l’assemblée de l’Église presbytérienne en Inde, Fraser fut élevé dans les meilleures public schools, puis à Oxford – toutes conditions pour devenir un « chrétien musculaire » enthousiaste. Lors de son séjour à Oxford en 1891, il fut en contact avec l’Anglican Church Missionary Society et avec une institution religieuse étudiante très axée sur le prosélytisme, la Student Volunteers Missionary Union (cf. chapitre III), dont le slogan était « L’Évangélisation du monde pour cette génération » (Mangan, 2002a : 27).

76D’abord envoyé, en 1900, former des enseignants en Ouganda (où il devint un ardent prosélyte des sports modernes), il milita pour un système scolaire orienté davantage vers la formation du « caractère » que vers l’acquisition des connaissances – ce qui, selon lui, devait être obtenu par la création d’établissements secondaires accueillant des pensionnaires et faisant une place éminente aux sports collectifs. Mais après avoir obtenu l’octroi d’un site ad hoc pour la création d’un collège (King’s School, à Budo), il dut rentrer à Londres pour accompagner sa femme malade et ne revint jamais en Ouganda.

77Désireux de repartir dans les colonies, il profita de la vacance du poste de principal de l’école fondée à Kandy par la CMS en 1857 (cf. supra) pour présenter sa candidature, et fut nommé en 1904.

  • 40 Les pires maux caractérisant les premiers temps des public schools anglaises (cf. chapitre I) s’ét (...)
  • 41 Considérant que les avancées du bouddhisme à Ceylan menaçaient l’emprise du christianisme, Fraser (...)

78Héritant d’une situation très dégradée40, il s’attaqua en premier à la question de la discipline, punissant les absentéistes par des châtiments corporels et excluant les élèves les plus récalcitrants (140 dans la seule année 1905) ; puis il embaucha des préfets et des enseignants provenant des public schools de la métropole, fit construire des terrains de jeu corrects, améliora les conditions d’hygiène et favorisa l’enseignement du cinghalais et du tamoul41 – ce qui provoqua l’ire des bouddhistes dominants, aussi bien que celle de la Ceylon Educational Association qui voyait d’un mauvais œil l’abandon de l’apprentissage du latin et du grec au profit de langues vivantes locales et de l’histoire de Ceylan.

79Malgré de multiples difficultés et oppositions, en quelques années Trinity College était devenu un établissement aussi réputé pour ses structures d’accueil et la qualité de ses terrains de jeu que les meilleures écoles de Ceylan – Royal College, Wesleyan College ou St Thomas (Mangan, 2002a : 38). Tout comme Cecil E. Tyndale-Biscoe (cf. infra), qu’il admirait et avait rencontré en 1914 dans son école de Srinagar, Fraser avait mis sur pied une structure bénévole (Trinity College Union for Social Service) pour venir en aide aux plus démunis : visites d’hôpitaux et de dispensaires, édification de logements très bon marché, organisation d’exercices physiques dans les écoles indigènes, etc.

80Dans le dispositif prévu par Fraser, le cricket est un élément important. Pour lui, le cricket était un instrument idéal pour à la fois forger le « caractère » et obtenir un statut social élevé. Sa pratique assidue, comme celle du soccer, ne constituait pas à ses yeux un facteur de déculturation, mais un processus d’échange au cours duquel une « race » pouvait obtenir d’une autre ce qu’elle avait de mieux à offrir. Il obtint de l’armée la cession d’un terrain très accidenté, apparemment impropre à l’édification d’un terrain de jeu – une dépression entre deux collines. Il fit combler le creux en arasant la plus haute des collines, utilisant pour cette tâche les élèves, l’encadrement et des habitants des villages alentours, prévoyant un système de drainage efficace et transformant le lieu en un des plus beaux terrains de cricket de Ceylan.

  • 42 Sur les multiples commentaires élogieux relatifs à l’œuvre de Fraser, cf. Mangan (2002a : 44-54).

81En 1909, on pratique assidûment le cricket, le rugby, la natation, la boxe et l’athlétisme, et l’équipe de cricket du collège est jugée par un visiteur d’une qualité équivalente à celle des public schools anglaises. Dans pratiquement tous les sports, à partir des années 1910, l’établissement remporte toutes les confrontations intercollèges de Ceylan42. C’est notamment à partir de Trinity que le cricket a étendu son influence à Ceylan. C’est à partir de ce type de collèges que les principes de la « chrétienté musculaire » se sont diffusés aussi bien auprès des princes de l’île que de la classe moyenne ou d’autres fractions plus modestes de la population.

  • 43 Le Sri Lanka, qui fut le huitième pays à obtenir le statut permettant de participer aux tests, en (...)

82Fraser était le représentant, en un sens assez unique, d’une conception coloniale dans laquelle l’allégeance à l’Empire était, certes, une valeur ne souffrant aucune discussion, mais qui néanmoins se situait au-delà des clivages ethniques, religieux ou sociaux. Bien entendu, la poussée bouddhiste des années 1940 devait avoir raison de ses efforts en matière éducative ; mais Trinity College, devenu école indépendante en 1951, reste aujourd’hui encore florissant. C’est dans le domaine du cricket que son action est actuellement la plus visible – un cricket qui est devenu, en grande partie grâce à lui, un attribut essentiel du statut international du Sri Lanka et de la fierté nationale43.

« Tyndale-Biscoe of Kashmir »

83À l’autre extrémité du sous-continent, un autre personnage singulier s’est imposé comme fer de lance du processus de « civilisation » entrepris par les Britanniques : Cecil E. Tyndale-Biscoe (1863-1949). Dans un contexte politique et culturel très différent de celui de Ceylan, cet énergique missionnaire a imposé sa marque pendant plus d’un demi-siècle (de 1890 à 1947) sur la cité de Srinagar, le cœur historique du Cachemire. Bien que haut lieu de l’hindouisme, le Cachemire connut une importante conversion à l’islam, les premiers souverains musulmans datant du xvie siècle et la population étant musulmane à environ 80 % au temps de la partition de l’Empire des Indes en 1947. Avec l’accord des Britanniques, cependant, c’est une dynastie hindoue qui régnait sur le Cachemire depuis 1846.

84Le grand-père de Tyndale-Biscoe, le révérend Thomas Tyndale, s’était illustré en contribuant à faire interdire les combats de chiens et de taureaux ; son père, qui hérita de la propriété de Holton Park d’un oncle nommé Elisha Biscoe (d’où l’additif à Tyndale), s’était marié en 1850 à la fille du négociant de vins de Porto, A. G. Sandeman. Cecil avait une sœur et six frères ; ces derniers s’illustrèrent dans la carrière militaire, et furent en poste en Inde et en Afrique.

85D’une expérience scolaire traumatisante – sept ans dans la public school de Bradfield, dont les cinq premières qualifiées par lui-même d’« enfer » – il sera finalement reconnaissant, d’abord de lui avoir forgé le « caractère » (ce qui lui sera éminemment utile dans l’exercice de sa profession), ensuite de lui avoir permis de comprendre tout ce qu’il fallait bannir dans un établissement destiné à forger des êtres « civilisés ». À la pléthore de règlements, dont le sens n’était d’ailleurs compréhensible que par une petite minorité d’élèves, il préférera quelques principes simples et forts. À l’enseignement de professeurs pétris d’humanités, il substituera dans ses établissements des individus remarquables par leur connaissance de la nature humaine et par leur capacité à forger le caractère. Heureusement, à Bradfield, la pratique des sports lui convient ; il adore particulièrement le steeple chase à travers la campagne.

86N’ayant pu intégrer Oxford et suivre les traces de son père et de son grand-père, il doit se « contenter » de Cambridge, qui est moins regardant sur les diplômes en latin. Il s’intègre immédiatement à l’équipe d’aviron : étant de petite taille, on l’affecte au poste de barreur. Entraîné par le fameux Steve Fairbairn, il remporte avec ses équipiers de nombreuses régates prestigieuses. Il y rencontre les « Cambridge Sevens », ces sept missionnaires sportifs, héros de la « chrétienté musculaire » dans sa version évangélique, qui décidèrent d’aller convertir les Chinois et dont l’aventure fut très médiatisée. Enrôlé au sein de la Children’s Special Mission Service, il consentira à prêter son concours à condition de n’être pas contraint à prêcher devant un public et d’être cantonné à l’enseignement des sports, et notamment de la natation. Ordonné prêtre en 1887, il officie à Bradfield, son ancien collège, puis à Whitechapel à partir de 1888 – à l’époque où sévit Jack l’Éventreur : à son arrivée dans la paroisse, cinq femmes venaient juste d’y être assassinées.

  • 44 À l’exception des quelques séjours (en Angleterre, mais aussi en Afrique ou dans d’autres parties (...)

87Il offre ensuite ses services à la CMS et demande à partir en Afrique : très impressionné par les pratiques d’esclavage qui y subsistent alors, il est persuadé qu’il y a là une tâche noble à laquelle il peut se consacrer, à partir des principes qui désormais le guideront en toutes choses – agir plutôt que discourir. Mais c’est au Cachemire qu’on l’envoie, car sa santé est jugée trop fragile pour l’Afrique. Il y débarque en 1890, pour ne le quitter qu’au moment de l’Indépendance44. Il meurt le 1er août 1949, laissant six écoles (dont une pour filles) et surtout une empreinte remarquable à bien des égards.

  • 45 Très critique vis-à-vis des conversions en masse que pratiquaient certains de ses coreligionnaires (...)

88Les études qui lui ont été consacrées – on pense particulièrement à celles de Mangan – insistent avant tout sur son utilisation des pratiques sportives, et notamment du soccer, dans son action éducative. Sans doute est-ce dû au fait que les recueils au sein desquels elles s’inscrivent ont pour thème les rapports entre l’éthique des jeux et l’impérialisme (Mangan, 1998 : 177-192), voire même sont consacrées à l’introduction du soccer en Asie du Sud (Mangan, 2001 : 45-49). En réalité, non seulement le sport n’était qu’un élément (très minoritaire) au sein de l’action éducative entreprise par Tyndale-Biscoe, mais encore le soccer était, parmi les pratiques sportives en vigueur dans l’école de Srinagar, beaucoup moins en vogue que l’aviron, la natation ou l’athlétisme (Tyndale-Biscoe, 1920 ; 1951). De ce point de vue, l’ancien pensionnaire de Bradfield était plus proche d’un Thomas Arnold que d’un H. H. Almond. Mais il y ajoute une touche personnelle très intéressante, s’attachant à inscrire son projet éducatif (et son éthique du « chrétien musculaire ») dans une action sociale en faveur de la population de Srinagar. Tranquillement et fermement persuadé de la supériorité de la civilisation britannique et de la nécessité absolue d’en inculquer les principes aux Cachemiris, il mit en place un programme qui non seulement minorait l’enseignement des humanités, mais encore devait peu au prosélytisme traditionnel et aux tentatives, fréquentes chez les missionnaires, de la conversion à tout prix45, pour au contraire exalter les vertus de l’intervention dans le monde. « Ce dont ces bipèdes avaient besoin n’était pas d’exercer leur cerveau mais de changer leur cœur. Cela ne pouvait pas être obtenu par les livres, mais par l’action, et beaucoup d’actions. Alors je les ai mis au travail en les sortant de leurs classes par la force, pour qu’ils s’occupent des incendies qui ravageaient la ville, pour soustraire les êtres humains et ce qu’ils possèdent à l’avidité de la police et des autres voleurs, pour sauver les animaux en détresse et, plus tard, les femmes et les jeunes filles » (Tyndale-Biscoe, 1951 : 52).

89Son obsession majeure est de former des « Hommes » (le mot est souvent écrit en majuscules dans ses ouvrages) et de privilégier dans cette formation le « caractère » plutôt que l’intellect ou les connaissances livresques. Afin de ne pas encourir de reproches de misogynie (la devise de l’école est : In All Things Be Men), il prend soin de préciser à qui veut l’entendre qu’il s’agit de former des « hommes véritables » (true men), c’est-à-dire qui « combinent la bonté et la force » (Tyndale-Biscoe, 1920 : 16), et qui sont orientés vers l’action en faveur du prochain. Cette insistance sur la dimension pratique du christianisme, qu’il oppose souvent au caractère contemplatif et passif de l’hindouisme, l’amène à imposer à ses élèves des modalités d’intervention sociale qui ne peuvent que heurter les habitudes de classe et de caste de l’essentiel de sa clientèle. Bien qu’à l’époque, dans la région de Srinagar, près de 90 % des habitants soient musulmans, seuls les brahmanes semblaient porter quelque intérêt à l’éducation de leurs enfants. Leur investissement dans ce domaine était dû beaucoup moins à l’attrait qu’aurait pu exercer sur eux le contenu de l’enseignement qu’aux avantages que cela leur procurait en termes de rapprochement du pouvoir anglais, ou de moyens politiques et économiques leur permettant de maintenir leur pouvoir local sur les classes sociales plus défavorisées. Il n’est donc pas étonnant que les fils de brahmanes aient constitué la grande majorité des effectifs de l’école. Leurs préjugés de caste les amenaient à mépriser le travail physique ou manuel, à refuser de venir en aide à leurs coreligionnaires de niveau social inférieur ou à éviter tout contact avec des matières « polluantes » – notamment avec le cuir, ce qui les rendra particulièrement rétifs à la pratique des sports (cf. infra).

90Malgré les farouches oppositions manifestées par les élèves (et par les parents), Tyndale-Biscoe faisait souvent usage d’un mélange de force et de ruse pour arriver à ses fins. Ainsi, pour apprendre à ses élèves à se laver, il plonge les rétifs dans l’eau (attachés par une corde lorsqu’ils ne savent pas encore nager), ce qui rend nettement moins enviable l’état de saleté (Tyndale-Biscoe : 1920 : 48). Pour obtenir que les parents financent le nettoyage des habits des élèves, il force d’abord ceux-ci à les laver eux-mêmes – pratique impensable car réservée aux basses castes. La méthode pour apprendre à nager est expéditive : on pousse les récalcitrants à l’eau ; et si un élève enfreint la loi de l’école, selon laquelle il faut avoir appris à nager avant l’âge de 13 ans, la facture scolaire que les parents doivent acquitter est augmentée d’un quart tous les ans. Moyennant quoi, en un petit nombre d’années, notre missionnaire de choc réussit à constituer une force d’intervention efficace qui va déployer son activité dans de nombreux domaines.

  • 46 C’est là, écrit-il, qu’il avait appris à reconnaître les homosexuels « dès le premier regard » (Ty (...)
  • 47 À titre d’exemple, pour l’année 1918 le bilan est le suivant : Vies sauvées de la noyade : 19. Aid (...)

91Certains de ces domaines relèvent d’une sorte de scoutisme ordinaire – Tyndale-Biscoe connaissait bien Baden-Powell, qui avait préfacé son ouvrage Character Building in Kashmir, et pour qui l’Inde était devenue un domaine privilégié de l’expansion du mouvement scout – : lutte contre les incendies (il entraîne ses élèves à éteindre les feux, que les autochtones ont tendance à considérer comme des spectacles de qualité, et à protéger les bâtiments du pillage par les habitants... et par les policiers), contre les inondations (il mentionne de nombreux cas où les élèves viennent secourir des individus perchés sur le toit de leur maison et que les voisins refusent d’accepter dans leur embarcation faute de pouvoir être payés en retour), contre les épidémies de choléra (en distribuant des médicaments, en prodiguant des conseils d’hygiène et en assainissant les maisons et les enclos). Dans la même perspective, il demande à ses élèves de prendre en charge, pour des promenades quotidiennes en bateau sur le lac voisin, des patients de l’hôpital. Mais d’autres interventions vont nettement plus loin en ce qu’elles s’attaquent de front à des coutumes dont certaines sont profondément enracinées dans la culture hindoue : la crémation des veuves (satti) et l’interdiction du remariage pour celles qui auraient pu y échapper, ou les traitements cruels envers les animaux – le premier auquel il tente de porter secours est... une vache sacrée (Tyndale-Biscoe, 1951 : 56-57). Il combat également l’homosexualité, dont la pratique, apparemment très répandue à Srinagar aux dires du missionnaire, lui rappelait les pires moments vécus dans son collège de Bradfield46, tente de démanteler des trafics d’enfants, et notamment de jeunes filles enlevées et vendues comme prostituées, et part en guerre contre les profiteurs et les « affameurs » – un groupe de commerçants qui créent la pénurie alimentaire pour augmenter les prix47.

92L’ensemble du dispositif scolaire vise à valoriser les élèves qui ont développé quelques talents dans ces activités. Cinq tableaux d’honneur sont affichés dans le hall de l’école, avec notamment les noms des heureux élus dans les catégories suivantes :

  1. Courage, adresse, endurance (par exemple, les élèves qui ont plongé du toit de l’école vers le fleuve, 45 m plus bas).
  2. « Esprit, corps, âme » (honorant les meilleurs élèves de l’école).
  3. Avoir risqué sa vie pour les autres.
  4. Avoir secouru les animaux.
  5. Avoir donné sa vie pour les autres.
  • 48 Tyndale-Biscoe (1920 : 96 ; 1951 : 137).

93Par ailleurs, chaque élève est évalué à partir d’un tableau – que Tyndale-Biscoe prend soin de reproduire et de commenter dans toutes ses publications48 –, rempli par les enseignants trois fois par an et comprenant quatre colonnes principales :

  • La première recense les caractéristiques physiques et sanitaires des élèves (âge, vision, dentition, audition, poids, taille, niveau général de santé...), auxquelles sont attribuées des notes.
  • Les trois autres reprennent la fameuse distinction « esprit, corps, âme », incluant chacune des sous-catégories affectées de barèmes qui nous permettent d’apprécier la place qu’occupaient les pratiques sportives dans l’enseignement :
    • Esprit (barème de 1 000 points), subdivisé en neuf éléments (anglais, ourdou, persan, sanscrit, mathématiques, histoire, géographie, calligraphie, connaissances générales).
    • Corps (barème de 1 100 points), subdivisé en cinq éléments : gymnastique (400 points), aviron (200), natation (200), sports collectifs – cricket, soccer, etc. – (200), travaux manuels (100).
    • Âme (barème de 2 100 points), dont conduite à l’égard des autres (1 300 points, subdivisés en attitude vis-à-vis des maîtres, courage, esprit de corps, aide au voisinage), manières (400) et discipline (400). Une catégorie à part est ajoutée : l’instruction religieuse (200).
  • 49 Commentaire de Tyndale-Biscoe au bas de son tableau : « Nous avons 18 teintes allant du blanc au n (...)

94On constate que la catégorie « corps », comme celle de l’« esprit », ne représente qu’un quart environ du barème total, contre 50 % pour l’« âme », et qu’en son sein la palme revient à la gymnastique (plus de 1/3 de l’évaluation), les jeux de balle et de ballon ne représentant que 18 % de l’activité sportive. Dans une version ultérieure, celle qui est présentée par l’auteur dans son ouvrage de 1951, le barème a évolué, passant de 4 200 points à 5 100 points. Des catégories ont été rajoutées – notamment science et dessin, plongeon, ou « couleur du cœur »49. Mais surtout, les valeurs relatives des catégories ont changé : la part du « corps » et celle de l’« âme » diminuent au profit de celle de 1’« esprit » et on note une régression de l’importance accordée à la calligraphie, alors que des connaissances générales, l’esprit de corps et l’aide au voisinage augmentent. En revanche, malgré l’ajout du plongeon à la panoplie des activités physiques, on ne constate pas de modifications dans leurs poids relatifs. Quant à l’esprit général dans lequel doivent être abordées les compétitions sportives, Tyndale-Biscoe en donne le commentaire suivant : « Notre but pour tous les sports est de convaincre les garçons que l’athlétisme n’est qu’un moyen pour atteindre une fin, et que cette fin n’est pas de gagner des prix, des coupes, ou des honneurs pour eux-mêmes, mais de faire du muscle et d’accroître sa force pour pouvoir venir au secours des voisins plus faibles [...] » (1951 : 145).

95En somme, un système qui n’est pas sans évoquer celui des public schools, mais version Rugby plus que Loretto, et surtout fortement coloré par les obsessions, les certitudes et les méthodes d’un personnage hors du commun, qui n’a jamais douté, malgré les multiples obstacles rencontrés sur sa route, de l’excellence et de la légitimité de ses principes d’éducation. Étant confronté pour l’essentiel à des fils de brahmanes élevés dans la phobie de l’exercice physique, de la moindre commensalité avec des individus d’une autre caste ou du contact avec certaines matières taboues, il eut fort à faire pour les persuader de pénétrer sur les terrains de jeu. La balle de cricket, les cerclages des avirons, les chaussures de patinage sur glace et, bien entendu, les ballons de soccer, sont en cuir, et il lui faut environ deux ans pour persuader les professeurs et les élèves, généralement par la force, que les dieux ne se fâcheront pas si la peau entre en contact avec la matière honnie. Les élèves portent à cette époque des habits longs, sortes de chemises de nuit à longues manches (pherons), a priori peu compatibles avec la nécessaire mobilité requise d’un sportif ; mais Tyndale-Biscoe n’en interdit pas l’usage, qui se révèle fort commode pour protéger le corps des agressions du cuir.

96Les nombreux élèves formés en quelques décennies par les écoles de la CMS à Srinagar essaimèrent ensuite dans le sous-continent. Certains devinrent enseignants dans d’autres écoles, d’autres prirent la direction d’établissements sur lesquels ils tentèrent d’imprimer une marque similaire, d’autres encore devinrent officiers de police ou fonctionnaires de l’administration locale ou centrale. À de nombreuses reprises, Tyndale-Biscoe mentionne dans ses écrits le fait qu’il a pu se sortir de situations délicates grâce à l’intervention d’anciens élèves à la fois reconnaissants et pétris des valeurs enseignées par le « Maître ». On peut ainsi parler d’un réseau, actif et efficace, d’anciens élèves, qui manifeste l’importance du phénomène éducatif dans l’apprentissage des valeurs fondamentales de la civilisation britannique. Dans ce dispositif, où les missionnaires jouaient un rôle prépondérant, le sport avait évidemment sa place – de façon très directe et explicite dans le cas de Fraser, plus indirecte et sournoise dans le cas de Tyndale-Biscoe.

Notes

1 Armée qui joua un grand rôle dans les guerres d’expansion coloniale en Afrique de l’Est et en Asie du Sud-Est, et qui contribua à conquérir une grande partie de l’Empire ottoman au cours de la Première Guerre mondiale.

2 Sur les raisons de cette révolte, cf. Hyam (2002 : 134-144), Johnson (2003 : 31-38).

3 Notamment sous l’influence d’un administrateur libéral comme T. B. Macaulay, qui déclarait en 1833 que les efforts pour éduquer les Indiens devaient faire émerger « une classe d’individus indiens de couleur et de sang, mais anglais de goûts, d’opinions, de moralité et d’intellect » (Stokes, 1959 :46).

4 L’écrivain Nirad Chaudhuri (1987) parlait même « d’apartheid racial ».

5 À titre d’exemple de la façon dont les Anglais ont soigné leurs relations avec les parsis, on notera qu’en 1943 ils avaient élevé au rang de chevaliers 63 parsis et que, parmi les quatre Indiens inscrits en 1908 à la baronnie héréditaire, trois étaient parsis (Bose, 2002 : 20).

6 26 matchs furent disputés entre 1892 et 1906 : 11 victoires parsies, 10 victoires européennes, 5 matchs nuls, 2 non terminés (l’un pour cause de pluies torrentielles, l’autre du fait d’une épidémie de peste...).

7 Sur le modèle parsi, une compétition au sein de la communauté hindoue est créée en 1912, le Purshottham Hindu Cricket Challenge Shield.

8 Et non, comme l’affirme par erreur Guttmann (1994 : 123), par Lord Curzon qui, né en 1859, a été vice-roi de 1899 à 1905. En revanche, Lord Curzon a contribué à un nouvel essor du collège à partir des réformes qu’il y a engagées.

9 Dans son ouvrage sur l’histoire du cricket indien, Bose nuance quelque peu ces états de service, insistant sur le mépris qu’éprouvait Harris, réactionnaire de la vieille école, à l’égard des Indiens. Il admet cependant l’efficacité de son action en faveur du cricket indien, et constate que ce sont souvent les hauts fonctionnaires les plus réactionnaires qui ont le plus œuvré en ce sens (2002 : 29-32).

10 En tant que gouverneur de Bombay (1913-1918) et de Madras (1919-1924), puis en tant que vice-roi (1931-1936).

11 Forme atténuée de maharajah.

12 Lorsqu’il obtint finalement le trône de Nawanagar, aidé en cela par les problèmes que posait la succession et par la notoriété acquise en Angleterre, il ne jouait pratiquement plus au cricket – sauf pour représenter... le Sussex.

13 Parmi les 562 États princiers indiens, seuls une quarantaine pouvaient prétendre jouer un tel rôle, à travers notamment la signature de traités avec le Raj.

14 Ils n’allèrent cependant pas jusqu’à favoriser la pratique des paris.

15 Dénomination qui regroupe différentes formes de chasse, version indienne du shooting and hunting britannique.

16 Des emplois militaires étaient souvent proposés, sans aucune obligation de service, ce qui laissait aux heureux bénéficiaires beaucoup de temps à consacrer au cricket, mais aussi à la chasse...

17 Parfois orthographié Buphinder.

18 Il s’agit là en fait d’un surnom, donné par le principal de son collège ; son vrai nom était Thackersey.

19 Sur cette évolution, on pourra consulter Cashman (1980 : 48-74).

20 Cashman (1998b : 125) remarque que le nationalisme celte, et notamment irlandais, qui ne s’accommodait pas d’une telle distinction, a rejeté de façon assez radicale le cricket au profit d’une revitalisation (et parfois d’une réinvention) des jeux traditionnels gaéliques. Cependant, il reste à comprendre pourquoi, dans ces pays, le rugby n’a pas suivi le même sort que le cricket...

21 On rappellera que le principal foyer du cricket indien, Bombay, est aussi le siège le plus important de la formidable industrie cinématographique indienne, Bollywood.

22 Dans les premiers temps de la diffusion du cricket en Inde, les joueurs parsis étaient réputés pour leur consommation excessive d’alcool (il fallait interrompre fréquemment le jeu pour ménager des « pauses boissons ») et les batteurs hindous et musulmans répugnaient à courir entre les guichets une fois qu’ils avaient renvoyé la balle.

23 Il n’était pas rare qu’un batteur soit gêné par le reflet d’un miroir pernicieusement dirigé sur son visage par un spectateur, ou qu’un point joliment marqué soit l’occasion pour la foule d’envahir le terrain afin de congratuler le joueur qui en était responsable. Dans le contexte agité des villes indiennes, le cricket ne pouvait pas ressembler à ce jeu victorien, distingué et courtois, déployé devant un public respectueux : la passion des foules s’exprimait d’autant plus librement qu’à l’image du théâtre de rue indien, les matchs étaient ouverts à qui voulait les voir, sans entrée payante. Lord Harris avait mis en garde contre cette absence de revenus qui empêchait de dégager des ressources suffisantes pour le développement du jeu, mais ce n’est qu’en 1933 que des entrées payantes furent imposées.

24 Elle le restera jusqu’en 1912.

25 L’historiographie pour cette période est assez peu prolixe. De Mello (1959 : 186) affirme que la première rencontre véritablement sérieuse a lieu en 1868 à Calcutta entre les anciens d’Eton et le « reste » (composé de célébrités locales et de membres de l’Indian Civil Service).

26 Notamment le Naval Volunteers (plus tard rebaptisé Calcutta Rangers Club) en 1884, le Howrah United Club, l’Armenian Club, ainsi que de nombreuses structures créées par des établissements scolaires (Presidency College Football Club en 1884, puis Sibpur Engineering College, Bishops College, Medical College, St Xavier College, La Martinière...). Le Calcutta Football Club est sans doute le plus ancien de tous (1872), mais il s’est d’abord exclusivement consacré au rugby et n’a hébergé le soccer qu’à partir de 1894 (cf. supra).

27 Le Durand Trophy, dont on a vu qu’il était au départ réservé aux compétitions internes à l’armée, s’est ensuite ouvert à des clubs civils. Il est longtemps resté une institution prestigieuse, désormais installée dans la région de New Delhi.

28 La grande majorité des joueurs de Mohun Bagan jouait pieds nus. Ce n’est qu’en 1936 que l’équipe entière fut équipée de chaussures. Un club comme le Mohammedan Sporting continuait à cette époque à jouer pieds nus, bien que les chaussures soient prévues pour ceux qui le souhaitaient, et il fallut attendre 1953 pour que le port de chaussures soit rendu obligatoire sur les terrains indiens (Mason, 1992 : 145, note 11).

29 Le Parti du Congrès, dont les premiers avatars datent de 1885, avait adopté pour la première fois la revendication de l’autonomie interne en 1906 lors de sa réunion de Calcutta ; mais ce n’est que lorsque Gandhi en devint la personnalité dominante, à partir de 1915, qu’il milita pour l’indépendance, la non-coopération et le boycottage des produits anglais.

30 Lorsque Mohun Bagan fut battu par son principal adversaire une sixième année consécutive en 1975, un jeune supporter se suicida en guise de sacrifice pour mettre fin à la funeste série.

31 Le nizam (gouverneur) d’Hyderabad fut le plus important des princes de l’Inde orientale d’avant l’indépendance. Souverain musulman d’un territoire peuplé à 80 % par des hindous, il refusa, au moment de la partition de 1947, de s’intégrer au nouvel État indien. En 1948, Nehru fit occuper militairement le territoire, qui fut démembré en 1958 et partagé entre l’Andra Pradesh, le Mysore et Bombay.

32 C’est le capitaine de l’équipe qui faisait fonction d’entraîneur.

33 Comme l’Espagne, le Portugal était un exemple d’alliance étroite entre l’Église et l’État et de mélange entre objectifs religieux et intérêts commerciaux.

34 En 1883, la loi interdisant la pratique des rites hindous fut abrogée. Mais d’autres lois anti-indiennes subsistèrent jusqu’en 1910, date de leur abolition définitive.

35 Descendants en principe des premiers fondateurs du village, ils pouvaient être aussi bien chrétiens qu’hindous.

36 Alors qu’à Goa et dans les petits territoires de Daman et Diu la population n’atteignait que 469 000 habitants. En 1954, on estimait la diaspora goanaise à 1,8 million d’habitants (dont un million en Inde et 800 000 en Afrique de l’Est), la population résidant dans la colonie portugaise à 600 000 habitants et la communauté goanaise de Bombay à 100 000 habitants.

37 Au début du xxe siècle, la diaspora goanaise soutenait encore une Goan World Cup dans l’ancien territoire portugais.

38 Rebaptisée plus tard Goa Football Association.

39 Il s’agit de Tamouls de Jaffna arrivés au cours de deux migrations successives (ier siècle, puis xie siècle) ; mais d’autres Tamouls se sont installés, plus tardivement, dans les montagnes de la région de Kandy : ils constituaient un réseau de main-d’œuvre recrutée par les Britanniques au xixe siècle pour cultiver le café, l’hévéa, et surtout le thé.

40 Les pires maux caractérisant les premiers temps des public schools anglaises (cf. chapitre I) s’étaient installés à Trinity College : indiscipline, bizutages à grande échelle, absentéisme endémique et beuveries organisées scandaient le quotidien du collège.

41 Considérant que les avancées du bouddhisme à Ceylan menaçaient l’emprise du christianisme, Fraser estimait, bien souvent contre sa hiérarchie, qu’il était plus habile de promouvoir les langues et cultures vernaculaires que d’imposer une occidentalisation brutale. Une élite chrétienne indigène ne pouvait être efficace que si elle n’était pas coupée des forces vives du pays.

42 Sur les multiples commentaires élogieux relatifs à l’œuvre de Fraser, cf. Mangan (2002a : 44-54).

43 Le Sri Lanka, qui fut le huitième pays à obtenir le statut permettant de participer aux tests, en 1982, remporta en 1996 la Coupe du monde.

44 À l’exception des quelques séjours (en Angleterre, mais aussi en Afrique ou dans d’autres parties de l’Inde) dans le cadre des permissions auxquelles la CMS lui donnait droit.

45 Très critique vis-à-vis des conversions en masse que pratiquaient certains de ses coreligionnaires, Tyndale-Biscoe insiste souvent, dans ses écrits, sur le fait qu’il préfère la qualité à la quantité.

46 C’est là, écrit-il, qu’il avait appris à reconnaître les homosexuels « dès le premier regard » (Tyndale-Biscoe, 1951 : 51).

47 À titre d’exemple, pour l’année 1918 le bilan est le suivant : Vies sauvées de la noyade : 19. Aide apportée aux femmes : 92 ; aux enfants : 60 ; aux hommes âgés : 23 ; aux aveugles : 17 ; aux voisins : 60 ; aux animaux : 15. (Tyndale-Biscoe, 1920 : 67).

48 Tyndale-Biscoe (1920 : 96 ; 1951 : 137).

49 Commentaire de Tyndale-Biscoe au bas de son tableau : « Nous avons 18 teintes allant du blanc au noir. Dieu merci, de plus en plus de garçons s’éclaircissent chaque année, si ce n’est chaque trimestre » (Tyndale-Biscoe, 1951 : 137).

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable