Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Diffusion des sports et impérialisme anglo-saxon

 | 
Sébastien Darbon

Chapitre III

Origine 3 : Prolongements impériaux

Texte intégral

1Désignant « la politique d’un État qui vise à mettre d’autres États sous sa dépendance, notamment par la colonisation » (Rey, 1992 : 1002), le mot « impérialisme » a une origine âprement disputée... Les Anglais considèrent qu’il est entré dans le langage politique dès les années 1840 pour décrire la « politique étrangère potentiellement agressive de la France sous le règne du Prince Louis-Napoléon » (Johnson, 2003 : 2), alors que les Français ont plutôt tendance pour leur part à estimer qu’il a d’abord désigné, à la fin des années 1870, « la politique d’expansion coloniale dans le cadre de l’Empire britannique » (Rey, ibid.). Quoi qu’il en soit de ces querelles de préséance, c’est la prise en charge du mot dans le vocabulaire marxiste-léniniste qui lui a attribué une valeur péjorative en tant que « stade suprême du capitalisme » ; auparavant, les situations qu’il désigne sont plutôt associées – bien entendu par les puissances coloniales elles-mêmes – à des valeurs « positives » : facteur de « progrès » et de « civilisation », le colonialisme est aussi censé apporter aux populations soumises les bienfaits des « échanges » économiques, fussent-ils à sens unique. Dans le cas des États-Unis, sut cette idéologie s’est rapidement greffé un discours visant à justifier, au nom bien entendu de la diffusion planétaire de la « liberté », l’imposition des seules institutions politiques jugées valables – les institutions américaines.

2Les processus de décolonisation qui se sont accentués à la fin du second conflit mondial et qui ont vu l’accession à l’indépendance politique de nombreux États n’ont pas pour autant fait disparaître les principaux traits de l’impérialisme, qui se sont perpétués sous la forme de ce que l’on a appelé le « néocolonialisme ». « Cela signifiait que les anciennes puissances impérialistes n’avaient plus intérêt à contrôler du dedans les anciennes colonies, mais bien à les aider à se développer et à substituer à une présence visible un gouvernement invisible, celui des grandes banques : Fonds monétaire international, Banque mondiale, etc. Les peuples colonisés ont pu ainsi se débarrasser des colons, mais ni de l’impérialisme ni de certains traits du colonialisme » (Ferro, 2003 : 41).

3Nous allons tenter de synthétiser les principaux aspects du développement impérialiste anglo-saxon au xixe siècle et dans la première moitié du xxe siècle, de façon à situer le cadre à l’intérieur duquel les pratiques sportives ont été amenées à se diffuser. Les deux pays qui nous intéressent ici au premier chef – la Grande-Bretagne et les États-Unis – ont adopté vis-à-vis de l’exercice du pouvoir impérialiste des solutions assez différentes, qui n’ont pas été sans influence sur les processus de diffusion ; nous mentionnerons le cas échéant ces différences, notamment quant aux processus généraux de diffusion des pratiques sportives.

L’Empire britannique

4Selon une expression qui a fait fortune, l’Empire britannique était « si vaste que le soleil ne s’y couchait jamais »... Au-delà du cliché, il faut bien constater que son étendue était impressionnante : au plus fort de son expansion, vers 1900, il couvrait environ un cinquième du globe et gouvernait 400 millions de sujets. On aurait cependant tort de le considérer comme une sorte d’entité homogène et monolithique. Il faut plutôt y voir un continuum de situations très différentes, depuis les colonies de la Couronne directement administrées jusqu’aux territoires indépendants où vivaient et travaillaient des communautés britanniques de marchands, de banquiers, d’ingénieurs des mines et des chemins de fer, de prospecteurs de pétrole, de missionnaires et d’enseignants, en passant par une catégorie intermédiaire de pays semi-colonisés qui se gouvernaient plus ou moins eux-mêmes sous contrôle anglais.

5Un historien de la colonisation, Constantine (1976 : 13-27), a modélisé cette diversité en trois cercles concentriques construits à partir d’une mesure de la liberté de commerce et de pouvoir politique des pays considérés. Comme tout modèle, celui-ci ne rend pas absolument compte de toutes les situations, mais il est un bon point de départ pour organiser la réflexion.

  • Dans le cercle le plus large, la préférence de la Grande-Bretagne allait à des relations commerciales avec des nations indépendantes capables d’assurer par elles-mêmes la loi, l’ordre et la liberté de passage pour les marchands et les investisseurs. Parfois une mise en garde politique musclée, voire une intervention militaire, généralement de courte durée, était nécessaire pour assurer les relations commerciales, comme dans le cas du Japon et de la Chine. On trouvait donc dans ce cercle extérieur la plupart des pays avec lesquels ces conditions étaient réunies ; mais certains de ces pays étaient cependant tellement sous l’emprise commerciale britannique qu’ils se rapprochaient du deuxième cercle : l’Argentine, le Chili, le Brésil ou l’Uruguay en sont de bons exemples.
  • Dans le deuxième cercle, que l’on pourrait appeler l’Empire formel, il faut distinguer les pays les plus à l’extérieur – qui sont les dominions indépendants, encore appelés colonies de peuplement ou White Dominions, pratiquement responsables de leurs propres affaires sauf dans le domaine de la défense (le Canada, l’Australie, la Nouvelle-Zélande puis, plus tard l’Afrique du Sud) – des pays plus dépendants comme l’empire des Indes, et, plus proches encore du premier cercle, des pays comme le Soudan ou l’Égypte où était en vigueur une sorte de protectorat.
  • Enfin, dans le premier cercle, on trouvait les pays jugés incapables de garantir un accès pacifique au commerce anglais et qui, de ce fait, étaient purement et simplement occupés. C’était le cas par exemple de quelques territoires africains comme le Nigeria et la Gold Coast, ou des Antilles britanniques.

6On pourrait ajouter à ce modèle le cas des pays européens, tout à fait indépendants, donc à l’extérieur du troisième cercle, mais où la présence britannique se manifestait parfois fortement sur le plan économique et commercial.

7Autrement dit, rares étaient les régions du monde où l’on ne rencontrait pas les Britanniques. Ils possédaient des fabriques de coton en Russie, des chemins de fer et des banques en Amérique latine, des mines dans le Far West américain, le Transvaal, la Malaisie ou les Andes, des plantations de thé, de café ou de canne à sucre à Ceylan, en Afrique de l’Ouest ou dans la Caraïbe, et bien entendu des banques et des entreprises dans toute l’Europe.

Dynamique de la colonisation

8D’après une estimation (Thistlewhaite, 1964), près de 22 millions de personnes ont émigré à partir des îles Britanniques entre 1815 et 1912 – mais entre 1861 et 1900, près de la moitié s’en étaient retournés dans leur pays d’origine (Harper, 1999). Leur destination était majoritairement les États-Unis, sans doute du fait de leur proximité relative : ce n’est qu’à partir des années 1900 que la proportion des émigrants britanniques vers l’Empire dépassera celle de leurs congénères vers les États-Unis. Au tournant du siècle, environ les deux tiers des populations anglophones résidaient hors d’Europe.

9Les raisons de ce vaste mouvement étaient bien entendu très diverses. Si la pauvreté, les conditions de vie difficiles et la virulence des antagonismes politiques ou religieux donnaient le plus souvent l’impulsion du départ (les Irlandais étaient particulièrement nombreux à s’expatrier), il ne faut pas négliger d’autres types de motivations, comme le précise Hyam :

« Pendant le xviiie siècle l’aristocratie avait trouvé en Grande-Bretagne même suffisamment d’exutoires à ses pulsions d’excentricité : en subjuguant les Highlands écossaises (offrant aux paysans, en guise de compensation, d’aider les Anglais à chasser le coq de bruyère), en améliorant leurs propriétés, en embellissant leurs manoirs et en construisant leurs “folies” extravagantes. Au xixe siècle, des domaines plus vastes s’imposaient pour qu’elle puisse exercer son expertise, son excentricité ou sa piété évangélique. Il en est résulté une diaspora de cadets et la diffusion d’une consommation globalement ostentatoire. Ils furent nombreux à découvrir que le pig-sticking en Inde ou au Kenya était plus excitant que la chasse au coq de bruyère en Écosse ou dans le Yorkshire, ou que d’être un officier de district responsable de millions d’individus était plus satisfaisant que d’être magistrat de province dans le Berkshire. Gouverner l’Empire, voilà qui constituait simplement une extension de la gestion d’un domaine » (2002 : 7).

10Néanmoins, la majorité des immigrants étaient issus des classes populaires – souvent très pauvres et sans qualification. Il s’agissait même parfois, comme en Australie, de convicts, d’où le nom de « colonie pénale ».

11Mais surtout, la révolution industrielle avait fixé dès le milieu du xviiie siècle le cadre principal de l’expansion coloniale. Il s’agissait à la fois de trouver des débouchés à une industrie de plus en plus performante et d’assurer les conditions d’un approvisionnement sûr et régulier en matières premières. Suivant le principe bien connu selon lequel l’offre crée la demande, la Grande-Bretagne, devenue « atelier du monde », ne s’est pas bornée à répondre aux besoins mondiaux en produits manufacturés : elle a bien souvent contribué à les susciter là où, a priori, on ne lui demandait rien. En 1865, W. S. Jevons pouvait ainsi laisser libre cours à son lyrisme :

« Les plaines d’Amérique du Nord et de Russie sont nos champs de blé ; Chicago et Odessa nos greniers ; le Canada et la Baltique nous fournissent le bois de construction ; l’Australasie abrite nos fermes à moutons, et c’est en Argentine et dans les prairies de l’Ouest de l’Amérique du Nord que l’on trouve nos troupeaux de bovins ; le Pérou nous envoie son argent, et l’or de l’Afrique du Sud et d’Australie se déverse à Londres ; les Hindous et les Chinois font pousser du thé pour nous, et notre café, notre sucre et nos épices sont dans toutes les Indes. L’Espagne et la France abritent nos vignobles et la Méditerranée, notre verger ; et nos champs de coton, qui ont longtemps occupé le sud des États-Unis, s’étendent à présent dans toutes les régions chaudes du globe » (in Hyam, 2002 : 87).

  • 1 Par exemple, l’absence de grandes voies de communication fluviale en Australie explique que pendan (...)

12Dans cette tentative de maîtrise du monde, l’essentiel est moins la possession territoriale que l’existence d’une libre organisation du commerce – ce free trade autour duquel s’est structuré le déploiement impérialiste de la Grande-Bretagne. Une caractéristique essentielle de l’implantation britannique dans la période de forte progression coloniale résidait dans le choix de préférer systématiquement les zones côtières et fluviales à des installations dans l’intérieur des terres, de manière à utiliser au mieux la puissance de la flotte1. Les responsables politiques ont le plus souvent été méfiants vis-à-vis de l’acquisition de territoires, même lorsque ceux-ci auraient été faciles à obtenir, les considérant davantage comme des sources d’ennuis potentiels que comme des facteurs de richesse supplémentaire. « La simple expansion de l’Empire n’est pas nécessairement un avantage », disait Macaulay en 1833, qui ajoutait : « commercer avec des gens civilisés est infiniment plus profitable que gouverner des sauvages » ; c’est dans la lignée de cette robuste philosophie que Palmerston refusa de s’emparer de l’Éthiopie ou de l’Égypte, déclarant notamment : « Tout ce que nous voulons c’est le commerce, et la terre n’est pas nécessaire au commerce » (in Hyam, 2002 : 105-108). Le commerce et la banque, faudrait-il préciser, l’une étant nécessaire à l’harmonieux développement de l’autre. La mise en œuvre d’une infrastructure de transports conséquente par terre (chemins de fer) et par mer (flotte commerciale), instruments essentiels de ce développement, mais aussi l’achat de terres pour les plantations ou pour exploiter des mines et la construction d’usines, étaient coûteuses en capital. Ces investissements, réalisés dans tout l’Empire par des individus – soldats, aventuriers, commerçants ou fonctionnaires – purent bénéficier du dynamisme de la place de Londres qui, dès les années 1800, avait supplanté Amsterdam en tant que capitale financière de l’Europe.

13Pour expliquer ce processus d’expansion, on le voit, l’accent doit être mis avant tout sur l’initiative privée et sur les capacités d’entreprise du man on the spot, dans la droite ligne d’une idéologie héritée des vues d’Adam Smith et de John Stuart Mill. L’individu qui a pour but la croissance maximum est certes mû par le désir d’accroître sa propre richesse, mais ce faisant il est le jouet d’une « main invisible » qui l’amène à atteindre un résultat qui ne faisait pas partie de ses intentions. Dans un célèbre ouvrage paru en 1858 et intitulé Self-help, Samuel Smiles écrivait : « “Aide-toi, le ciel t’aidera” : voilà une maxime bien éprouvée, qui incarne en peu de mots les résultats d’une vaste expérience humaine. L’esprit du self-help est au fondement de toute croissance authentique de l’individu ; et déployé dans de nombreuses existences, il constitue la véritable source de la vigueur et de la force nationales. » Le rôle dévolu à l’État dans une telle perspective est nécessairement restreint, réduit à des actions politiques occasionnelles et à une utilisation éventuelle de la force qui se veut exceptionnelle. Garantir les conditions d’une libre circulation des hommes et des marchandises, s’assurer par les voies diplomatiques de la collaboration des élites indigènes, établir des relais consulaires susceptibles, le cas échéant, de veiller à la sécurité des ressortissants britanniques et s’assurer que les puissances étrangères ne disputent pas trop à la Couronne sa prééminence commerciale – voilà quels étaient les cadres, au moins théoriques, fixés à l’intervention étatique. Le Mémorandum Grenville définit en 1851 la philosophie gouvernementale qui s’imposait au Foreign Office et au Colonial Service : « Considérant les grands avantages naturels de notre commerce extérieur et les puissants moyens de civilisation qu’il offre, un des premiers devoirs d’un gouvernement britannique doit toujours être d’obtenir pour notre commerce extérieur cette sécurité qui est essentielle à son succès. »

  • 2 Par exemple, les colonies africaines, qui en 1815 étaient limitées à des zones côtières, formaient (...)

14Bien entendu, dans la réalité ce beau schéma a connu de multiples aménagements en fonction des circonstances. Tout d’abord, la Grande-Bretagne a été progressivement amenée à annexer ou occuper de nombreux territoires, répondant le plus souvent à des menaces provenant d’autres puissances coloniales intervenant dans la zone d’influence britannique. Des régions à forte valeur stratégique furent ainsi l’objet d’intenses manœuvres diplomatiques et militaires. Mais aussi, les situations d’implantation commerciale, pour limitées qu’elles aient pu être au départ, n’échappaient pas aux engrenages pervers : dès que des intérêts individuels étaient menacés l’intervention de la puissance publique créait des précédents et conduisait à des enracinements qui en appelaient d’autres... À des situations de type « argentin » ou « brésilien » répondaient ainsi un nombre croissant de situations de type « indien » ou « africain2 ».

  • 3 Suppression des missions jésuites entre 1759 et 1793 et bannissement par le pape du plus grand ord (...)

15La dimension religieuse de la dynamique de colonisation ne doit pas non plus être sous-estimée. Le dessein victorien de régénérer le monde et de diffuser les valeurs de la civilisation (anglaise, bien entendu) ne s’appliquait pas qu’aux îles Britanniques et à ses brebis égarées : les mouvements évangéliques qui ont fleuri à partir des années 1790 étaient par essence des mouvements missionnaires qui ne connaissaient pas de limite géographique. Les principales missions qui se sont créées à cette époque – la London Missionary Society (LMS, 1795), la Church Missionary Society (CMS, 1799), la Wesleyan Methodist Missionary Society (1813) et la Universities Mission to Central Africa (1860) – profitent à la fois d’une dynamique nourrie par le combat pour l’abolition de l’esclavage et de l’effondrement des missions catholiques qui éliminait ainsi un rival encombrant3. La grande force des missions protestantes résidait notamment dans leur capacité à coopérer entre elles au-delà de leurs différences et de leurs histoires singulières.

  • 4 Pour une synthèse, cf. Darwin (1997).

16Bien qu’il n’ait pas manqué de « théoriciens de l’Empire », il serait donc erroné d’envisager le processus colonial britannique comme le résultat d’un vaste plan concerté ou d’une philosophie cohérente. Il est plus juste d’y voir une accumulation d’entreprises le plus souvent individuelles – motivées avant tout par un souci commercial ou, plus marginalement, par le prosélytisme missionnaire – que la puissance publique a été amenée, ici ou là et en fonction des circonstances, à appuyer diplomatiquement et militairement. Trois phénomènes se combinent ici : l’influence de la force économique et des décisions politiques émanant de la métropole ; l’influence de la « périphérie », c’est-à-dire des peuples indigènes et de leurs réactions vis-à-vis de la puissance britannique, mais aussi des hommes de terrain (commerçants, missionnaires, soldats, administrateurs locaux...) ; et l’influence du contexte global de l’expansion britannique au sein d’un monde où s’affrontent les grandes puissances4.

17Au-delà de la question de l’emploi de la force – et bien entendu toute entreprise coloniale est avant tout une application de la loi du plus fort – se posait la question de la façon dont pouvait s’exercer cette loi sur le terrain.

18Il faut d’abord remarquer que les forces militaires britanniques étaient, compte tenu de l’étendue de l’Empire, très peu nombreuses : un soldat en moyenne pour 85 km2. Le coût de l’entretien de garnisons importantes, mais aussi l’efficacité relative des soldats, secondés par des armes, des moyens de transport et des médicaments efficaces, expliquent sans doute le choix qui était fait de préférer d’éventuelles actions rapides, violentes et dissuasives en cas de problème, à une occupation plus intensive des territoires. Mais ce système fonctionnait essentiellement parce que les Britanniques ont privilégié une politique de recrutement local dans les troupes impériales ; moins coûteuses à entretenir, plus adaptées aux conditions de vie difficiles, les armées indigènes n’étaient pas difficiles à recruter : accéder au statut de soldat de l’Empire britannique représentait généralement une nette amélioration des conditions d’existence (Johnson, 2003 : 77-80).

19Par ailleurs, la dimension coercitive était très efficacement secondée par la mise en œuvre d’une politique de collaboration, qui ne peut se comprendre que si l’on évite la représentation manichéenne de l’imposition coloniale. Comme le précise Johnson :

« Les réponses apportées [par les colonisés] aux Britanniques étaient rarement tranchées : certains étaient des collaborateurs volontaires, d’autres des mercenaires, et d’autres encore préservaient l’Empire en s’abstenant simplement de lui résister. [...] L’acceptation de la règle coloniale peut bien avoir été la seule réponse rationnelle apportée à la puissance écrasante de l’Occident. La collaboration était le résultat de l’opportunisme, et l’éventualité d’obtenir du prestige politique ou des avantages matériels pouvait se révéler irrésistiblement attrayant. Ceci pouvait facilement se trouver en accord avec les besoins impériaux. Lorsque le nombre d’administrateurs britanniques disponibles était faible, on pouvait enrôler les élites existantes, et s’il n’y en avait pas de disponibles, on pouvait en susciter de nouvelles que l’on utilisait dans le cadre d’une politique de confiance [trusteeship] » (ibid. : 81-82).

Expansion coloniale et diffusion des sports

20Si la question de l’émergence du fait sportif est liée au développement de la société industrielle, celle de la diffusion géographique, qui se pose à partir du moment où un sport donné s’exporte en dehors du pays qui l’a vu naître, est concomitante à une des conséquences essentielles de ce développement, la constitution de marchés mondiaux et d’empires coloniaux.

21Comme nous l’avons déjà noté, non seulement il serait erroné d’appréhender l’Empire britannique, au plus fort de sa domination, comme un ensemble homogène et monolithique, mais encore l’influence britannique trouvait largement à s’exercer en dehors du dispositif colonial classique : au-delà des territoires plus ou moins directement administrés par la Couronne, elle touchait de très nombreux territoires indépendants sous la forme d’une influence économique, commerciale et culturelle de par l’activité de ses nombreux ressortissants – missionnaires, marchands, industriels et banquiers, ingénieurs, maîtres d’école, marins et militaires faisant escale...

22Quelle que soit leur destination, les sujets de la Couronne, afin de rendre leur déracinement plus acceptable, reconstituèrent (notamment à partir des sports qu’ils avaient pratiqués assidûment dès leur fréquentation du système scolaire et universitaire) une dimension de leur identité d’origine – cette « chrétienté musculaire » par laquelle s’affirme un « modèle de civilisation ». Dès qu’une poignée de Britanniques se retrouvait sur un sol étranger, un des moyens privilégiés de conserver des liens avec la métropole et de réactiver leur identité culturelle consistait à organiser entre eux des rencontres sportives, dans la continuité de ce qu’ils avaient appris dans les public schools et les universités. « Les diplômés des public schools sont allés à Oxford et Cambridge. D’Oxford et Cambridge, le soldat britannique, le fonctionnaire ou l’homme d’affaires, plein d’énergie, a essaimé à Vancouver, Madras, Cape Town ou Melbourne. Et il a amené avec lui les merveilles des sports modernes » (Guttmann, 1978 : 60). Mais la façon dont s’effectuait cette diffusion tenait évidemment compte du statut de chaque territoire considéré.

23Ici, il faut faire une distinction importante, qui permet d’éclairer certaines bizarreries de la diffusion géographique des sports. Dans le deuxième cercle, dans les frontières de l’Empire proprement dit, les occupants britanniques étaient des administrateurs coloniaux et des personnels d’encadrement qui sortaient plus généralement des public schools et des universités ; ils valorisaient de ce fait les sports « nobles », inscrits dans l’éthique amateur (comme le rugby) ou manifestant une hiérarchie sociale fondée sur la domination des gentlemen amateurs sur les players professionnels (comme le cricket). En revanche, dans le troisième cercle, le plus extérieur, il s’agissait le plus souvent de commerçants et d’industriels qui n’étaient pas passés par les écoles les plus prestigieuses et qui avaient davantage été formés à la pratique, plus populaire, du soccer, un sport qui avait adopté dès les années 1880 des structures professionnelles, « modernes ».

24Ceci permet d’expliquer par exemple que le soccer ait été diffusé très largement dans des pays européens, ou dans des pays du troisième cercle (l’Argentine, le Chili, l’Uruguay, le Brésil...), et moins largement dans des pays du deuxième cercle ou du premier. À l’inverse, le cricket et le rugby à XV ont pu se développer dans des pays du deuxième cercle (particulièrement les White Dominions) ou du premier (la Caraïbe), mais moins dans les pays du troisième, le plus extérieur à l’Empire proprement dit.

25Bien entendu, on peut mentionner quelques exceptions notables à cette règle : la France, où le rugby s’est implanté de façon profonde dès la fin du xixe siècle (mais on ne saurait négliger le fait que les commerçants qui l’ont introduit dans les principaux ports français étaient pour l’essentiel des négociants en vin, qui faisaient partie d’une aristocratie particulière formée dans les meilleures institutions scolaires anglaises), mais aussi l’Argentine, également pour le rugby : il s’agit là d’un cas particulièrement intéressant, que nous examinerons plus loin (chapitre VII).

26Ainsi, alors que dans le « troisième cercle » la diffusion pouvait s’appuyer sur les sentiments plus ou moins anglophiles d’une fraction généralement aisée de la population du pays d’accueil, dans les autres cas le modèle ne s’est pas imposé sans une certaine dose de contrainte, et de façon parfois brutale. Le sport s’inscrit en effet (même si ce n’est pas souvent le produit d’une volonté clairement définie et appliquée) dans le processus général de mission « civilisatrice » que s’est fixé l’impérialisme, notamment britannique, et dans cette mesure il constitue un legs de la colonisation. La nécessité d’appliquer à chaque pratique sportive des règles communes quel que soit le lieu de la pratique est un des facteurs d’uniformisation. Mais, comme cet ouvrage le montrera abondamment, les peuples colonisés ont malgré tout fait preuve de capacités de résistance qui, en la matière comme en d’autres, se sont traduites soit par des inventions qui leur sont propres, soit par des aménagements des pratiques qui leur étaient imposées, soit encore par des refus de pratiquer malgré l’importance des moyens mis en œuvre par les colonisateurs.

27Il n’est guère important, en l’occurrence, de savoir qui avait raison de Rudyard Kipling ou de Lawrence Moncrieff, des critiques qui s’élèvent contre un système éducatif jugé impropre à former correctement les cadres que l’Empire réclame ou des zélateurs de ce système qui, dans des élans de patriotisme à grands effets de manche, font de la pratique sportive, au sein des écoles et des universités comme dans les pays occupés, un vecteur essentiel de la colonisation. Dans les faits, on l’a vu précédemment, le système éducatif a fait des sports le principal pilier de la formation des élèves. Mais par quelles voies cette idéologie de la « chrétienté musculaire » s’est-elle prolongée dans la pratique impériale britannique ? Pour tenter de le comprendre, il faut aborder deux éléments essentiels qui ont joué leur rôle dans ce processus : la présence de l’idée de l’Empire et la force symbolique que représente celui-ci dans le dispositif éducatif britannique ; et l’existence de multiples relais entre l’administration coloniale et les réseaux scolaires et universitaires.

Présence de l’idée de l’Empire dans l’éducation britannique

28Dans la seconde moitié du xixe siècle et le début du xxe, la référence à l’Empire est omniprésente au sein des public schools. « Si l’on nous demande ce que notre “chrétienté musculaire” a réalisé, nous pouvons évoquer l’Empire. Notre Empire n’aurait jamais été édifié par une génération d’idéalistes et de logiciens. La vigueur physique est aussi indispensable que la vigueur mentale à la conservation de notre Empire » (Minchin, 1901 : 113). Mangan, qui cite les quelques phrases qui précèdent, insiste sur l’extraordinaire fréquence de ce genre de déclarations et précise que « pour de nombreux Victoriens et Édouardiens il existait un lien évident entre le développement de l’endurance, de la solidité et du courage sur les terrains de jeu anglais et la capacité à coloniser en Australie, à évangéliser en Afrique et à guerroyer en Birmanie » (2000 : 138). Un tel système formait des combattants (moins au niveau technique sans doute que « dans l’esprit »), mais aussi des colons susceptibles d’occuper efficacement la terre conquise et de la mettre en valeur. Inversement, l’Empire était créateur de contraintes et de possibilités qui contribuaient à renforcer le système des public schools et leur investissement dans la pratique des jeux et des sports.

29Citant une phrase d’un certain C. A. Vlieland, selon laquelle l’Empire était « la meilleure chose qui soit jamais arrivée à l’humanité », Mangan écrit : « La croyance largement répandue et aveuglément admise en une race impériale douée pour gouverner, en une religion impériale de compassion et de responsabilité et en un système éducatif capable d’inculquer avec succès aux jeunes générations le nécessaire talent pour gouverner et les attitudes morales appropriées, étaient les garants d’une affirmation aussi simple et optimiste » (1998 : 22).

  • 5 Titre d’un poème paru le 12 février 1899 dans McClure’s Magazine.
  • 6 On ne manquera pas de remarquer avec quelle fréquence le terme de « race » apparaît dans ces comme (...)

30Certes, l’Empire avait déjà commencé à se constituer lorsque le système des public schools, tel que nous en avons dégagé les principaux traits, s’est imposé dans le paysage éducatif anglais. Mais il est clair qu’il a trouvé en elles un de ses soutiens les plus efficaces. Comme on pouvait s’y attendre, tous ceux qui, comme Vlieland, pensaient que l’Empire pouvait être « la meilleure chose qui soit jamais arrivée à l’humanité » insistaient moins sur la dimension brutalement matérielle de la colonisation (expansion d’un pouvoir à l’échelle de la planète, accès aux sources d’énergie et aux matières premières, réservoir pour l’émigration ou recherche de débouchés) que sur une série d’impératifs moraux que Rudgard Kipling a résumé dans une formule qui a eu son heure de gloire : « le fardeau de l’homme blanc5 ». Cette exhortation à « veiller sur les races sauvages et agitées, sur [les] peuples récemment conquis, mi-diables, mi-enfants », à « guider vers la lumière » la « foule des grondements funèbres », a manifestement rencontré un écho considérable auprès de nombreux directeurs d’établissement, qui en ont fait un des objectifs principaux de l’éducation. Certains, dans leurs articles, leurs ouvrages et leurs sermons, en affichaient une version relativement modérée, à l’image d’E. Warre, directeur d’Eton de 1884 à 1905, pour lequel, de même que la « maison » (house) n’était qu’un élément de l’école, celle-ci n’était qu’un élément de l’Empire. Mais d’autres adoptaient des positions beaucoup plus offensives. On a vu avec quel fanatisme H. H. Almond, à Loretto, imposait à ses élèves une pratique assidue des sports ; mais ce n’est là qu’un aspect du personnage : nombre de ses écrits font étalage d’un racisme et d’un chauvinisme particulièrement virulents (il n’a jamais quitté les îles Britanniques) et magnifient la violence, le sacrifice, l’héroïsme, la force, le courage et le patriotisme au service d’une seule grande cause, l’Empire, dont l’officier britannique, formé dans les bonnes écoles, est le garant. Toutes qualités que l’on ne saurait atteindre, bien entendu, que par l’exercice physique, dont « dépendait la conservation future et la vigueur physique de notre race6 impériale » (in Mangan, 1998 : 28).

  • 7 Le responsable de la préface de l’édition française de 1993 d’un autre roman de Kipling, Kim, Alex (...)
  • 8 Cf. l’analyse qu’en fait Saïd dans Culture et impérialisme (2000).

31L’acquisition et la gestion d’un empire colonial sont donc des objectifs qui, pour être pleinement réalisés, supposent des qualités qui sont développées davantage par la pratique des sports que par le travail intellectuel : sens pratique, ténacité, énergie, pragmatisme, discipline, endurance... Mais la présence de l’Empire au sein du système éducatif s’est parfois manifestée en dehors de l’impératif sportif, comme en témoigne un roman de Kipling généralement considéré comme mineur dans la production de l’auteur : Stalky & Cie7. Contrairement à Kim, qui est probablement le roman le plus achevé et ambitieux de Kipling et qui se situe dans l’Inde impériale8, Stalky & Cie s’attache à décrire les frasques de trois jeunes gens (Stalky, M’Turk et Beetle) dans une public school anglaise. À première vue, l’Empire colonial britannique n’est absolument pas l’objet de ce roman entièrement consacré à la description de la vie dans un collège, où l’on retrouve l’évocation habituelle des brimades exercées par les élèves les plus âgés à l’encontre des jeunes « fags », les problèmes de discipline, la guérilla permanente entre les élèves et des maîtres généralement méprisés – d’où émerge assez classiquement la figure respectée du principal – et, beaucoup moins classiquement (mais on y reconnaît la Kipling’s touch), les fortes réticences des trois héros à pratiquer le moindre sport. Or, à la fin du roman, l’Empire entre en scène de façon remarquable. Tout d’abord par l’intermédiaire de ces causeries qu’animent, devant les jeunes garçons fascinés, d’anciens élèves de l’école qui ont exercé diverses fonctions dans les colonies et qui sont venus porter la bonne parole, exaltant la gloire et l’excellence des accomplissements de l’Angleterre outre-mer, les hauts faits d’armes des combattants, les comportements exemplaires des Old Boys, etc. Mais surtout, dans le dernier chapitre, on assiste à une scène conclusive censée se passer quelque vingt ans plus tard, réunion d’anciens élèves de l’école, tous passés par le service colonial, évoquant les actes d’héroïsme dont a fait preuve Stalky sur le terrain. On comprend alors que les qualités développées à l’école par les trois chenapans, mais aussi le type d’éducation auquel ils ont été soumis, ont trouvé à s’appliquer de façon éclatante sur les champs de bataille. Ce qui rapproche ces anciens élèves, c’est une profonde nostalgie de la vie de collège et de la formation reçue, justifiant de façon efficace (en tout cas au niveau romanesque) un système d’éducation : les meilleurs élèves deviennent des héros. Bien entendu, Stalky & Cie ne peut en aucun cas être lu comme un roman apologétique de la « chrétienté musculaire » (contrairement à Tom Brown’s schooldays), les sports ne jouant en l’occurrence aucun rôle dans la formation des principaux protagonistes ; en revanche, par la façon dont l’aventure coloniale anglaise s’y inscrit d’abord en creux, puis plus explicitement, il fournit un exemple éloquent des voies qu’emprunte l’Empire pour occuper la scène éducative.

Diffusion au sein de l’Empire

32Comme le rappelle Holt (1992 : 207), les Britanniques en poste dans les colonies n’étaient pas seulement la classe dirigeante, c’était aussi une « classe de loisir ». La pratique des sports appris dans les public schools avait pour fonction non seulement de distraire les expatriés, isolés au sein de populations souvent hostiles, mais aussi de maintenir chez eux un sentiment d’appartenance : chasser, jouer ensemble au cricket ou au rugby, c’est cultiver son anglicité, ses racines communes, recréer un mode de vie auquel on est d’autant plus attaché que l’on se trouve marginalisé dans un contexte culturel très différent. Dans le processus de diffusion, les missionnaires et les maîtres d’école (qui sont parfois une seule et même personne), mais aussi les militaires et les civils ont chacun joué leur rôle.

  • 9 Le Royal Military College, fondé en 1800 à Woolwich pour entraîner les jeunes gens de bonne famill (...)

33L’expansion de l’Empire britannique dans la seconde moitié du xixe siècle et au début du xxe entraîne un besoin de recrutement qui passe par les universités et les écoles militaires (dont Sandhurst constitue le fleuron9), et donc par les public schools qui y préparaient et où l’on a vu à quel point le lien entre la pratique sportive et l’Empire est constamment réaffirmé. Il ne s’agit pas de prétendre que les qualités académiques étaient totalement négligées dans le recrutement à l’Indian Civil Service ou au Sudan Political Service, mais les « chrétiens musculaires » y font une entrée en force.

  • 10 Celles-ci ont fourni plus de 90 % des 362 membres recrutés entre 1891 et 1952. À cette forte surre (...)

34C’est certainement le Sudan Political Service, fondé en 1899 pour superviser l’administration du Soudan, qui constitue l’exemple le plus abouti de ce type de recrutement. Le Soudan était devenu en 1899 un condominium anglo-égyptien, dont l’administration civile et militaire était du ressort d’un gouverneur général britannique ; le pays était divisé en provinces ayant chacune à sa tête un gouverneur britannique, mais chaque province comprenait des districts sous la responsabilité de l’administration égyptienne secondée par des inspecteurs britanniques. Au début, ces cadres de l’Empire provenaient de l’armée égyptienne. Mais Lord Cromer, qui avait un œil sur le condominium en tant que représentant du gouvernement anglais en Égypte de 1883 à 1907, leur trouvait de multiples défauts et s’est employé à recruter des jeunes gens frais émoulus d’Oxbridge, et donc des meilleures public schools10. Leur relatif manque d’éducation générale était largement compensé par leurs qualités physiques et l’excellence de leur « caractère ». Les privilèges accordés à ce corps d’élite (par exemple une bonne rémunération et le fait que les années passées dans le Sud, au climat plus éprouvant, comptaient double) entraînèrent un afflux de candidats. Dans leur écrasante majorité, ces recrues sont issues de la fraction supérieure des classes moyennes, mais au sein de celle-ci les propriétaires terriens (la huntin’, shootin’, fishin’ gentry caractéristique de la première période victorienne) ne sont pratiquement pas représentés (Mangan, 1988 : 71-100).

  • 11 Ce qui a valu au Soudan le sobriquet de « Land of Blacks ruled by Blues » (Terre de Noirs gouverné (...)
  • 12 En français dans le texte.

35Pour juger de la qualité des candidats, on faisait surtout confiance à l’opinion des dons, professeurs des universités les plus prestigieuses (généralement Oxford et Cambridge). Les capacités athlétiques étaient particulièrement prisées. La bonne santé physique était considérée comme un atout essentiel pour résister aux conditions climatiques difficiles, et l’habitude des sports collectifs était censée qualifier pour des postes de commandement nécessitant des capacités d’initiative, de jugement et de contrôle des subordonnés. On peut même avancer que le type de qualités mentales requises pour administrer les « populations arriérées » du Soudan – environ 125 officiers pour un territoire 150 fois plus grand que le Yorkshire (Kirk-Greene, 1982 : 21) – s’apparentait plutôt à un insondable culot et à une inébranlable confiance en soi, ce qui ne nous éloigne guère de l’idéologie de la « chrétienté musculaire » mise en œuvre dans les public schools11. Cela ne signifie pas, encore une fois, que les qualités académiques faisaient défaut dans les critères de recrutement : elles étaient aussi présentes, mais à titre secondaire. Dans son analyse du rôle des administrateurs coloniaux britanniques, Kirk-Greene précise : « Plus on examine de près la sociologie des administrateurs britanniques outre-mer, leur origine de famille et de classe, les cadres dans lesquels ils ont été éduqués, les valeurs traditionnelles auxquelles ils sont attachés et leur éthique du Service, plus on met en valeur l’argument selon lequel, dans toute tentative de savoir [...] une clef importante réside dans la compréhension du rôle et de la pertinence du sport dans la construction de “notre-homme-sur-le-terrain-impérial”, cet Officier de District typique des classes moyenne et supérieure qui constituait la colonne vertébrale de l’Indian Civil Service, du Sudan Political Service et de l’administration coloniale » (1992 : 179-180). Le lien entre sport et administration coloniale est formalisé par Collins de la façon suivante : « Le fait que la plupart des membres jouaient à des jeux et participaient à des sports leur donnaient une similitude de comportement qui se reflétait clairement dans leur façon d’administrer les affaires, L’esprit de corps12 qui soutenait l’équipe provinciale de polo était applicable de la même façon dans l’organisation d’une équipe de construction d’une route en Afrique ou dans la supervision de la construction d’un pont » (1972 : 297).

36Si le Soudan a été le théâtre le plus abouti de ce type de recrutement, ce qui s’est passé dans d’autres pays de l’Empire britannique y ressemble fort : qu’il s’agisse de l’Afrique de l’Est, du Pacifique Sud, de l’Extrême-Orient ou, bien entendu, de l’Inde, les critères athlétiques, sans occulter la réussite académique, pesaient lourd dans la balance.

  • 13 Cf. chapitre VII.

37La pratique des sports s’inscrivait assez naturellement dans le mode de vie des militaires sur place et, dans les premiers temps de la colonisation, elle était très liée à l’existence de la cavalerie. La chasse, on l’a vu, constituait le « sport » le plus ancien en Angleterre. Il n’était plus question de chasser le renard lorsque l’on se trouvait en poste en Inde ou au Soudan, mais d’autres formes de chasse plus adaptées au contexte local se sont développées. En Inde, par exemple, les officiers de la cavalerie, armés de lances, pratiquaient le pig-sticking, chasse au sanglier à cheval qui donnait lieu à des compétitions entre régiments et où les autochtones jouaient le rôle de rabatteurs. Le polo, bien connu en Asie depuis des millénaires, déclinait en Inde au début de l’occupation anglaise. Des officiers en relancent la pratique à partir de la seconde moitié du xixe siècle, et un premier club voit le jour à Calcutta en 1862. Nécessitant de gros moyens financiers, le polo concernait pour l’essentiel des gradés de l’armée anglaise et des princes indiens désireux de montrer leur allégeance au Raj. Par la suite, la pratique du polo s’est étendue à l’Afrique de l’Ouest et du Sud, mais surtout à l’Argentine où elle a bénéficié d’une forte tradition équestre au sein des grands propriétaires terriens, lesquels étaient souvent de descendance britannique et liés économiquement à l’Empire13 (Holt, 1992 : 210). Dans les années 1870, le polo est adopté par les classes supérieures en Angleterre. Mais les militaires ont également joué un rôle important dans la diffusion des sports anglais, et surtout du cricket et du rugby, du fait de leurs déplacements fréquents dans tous les « cercles » de l’Empire.

  • 14 Cf. notamment le personnage de « Ranji » (Ranjitsinhji, maharadjah Jam Sahib de Nawanagar, 1872-19 (...)

38La pénétration de la « chrétienté musculaire » dans l’Empire a été largement favorisée par la création sur place d’un système éducatif calqué sur le système anglais, et dont l’efficacité ne peut être pleinement appréciée que si on la situe dans le contexte de l’indirect rule. Le sport est en effet venu s’inscrire dans ce dispositif colonial spécifiquement anglais qui, plutôt que d’imposer par la force coutumes et valeurs, fait en sorte de les rendre désirables par les peuples soumis – et notamment par leurs dirigeants traditionnels, que l’on s’attache à intégrer au mode de vie de l’occupant, réduisant ainsi leurs éventuelles velléités d’opposition. Ainsi, dans le cas de l’Inde, après les émeutes de 1857-1858 qui ont conduit à une redéfinition des relations entre l’occupant britannique et les princes, ceux-ci se sont vus accorder certains privilèges et la possibilité d’accéder aux honneurs et aux statuts qui faisaient d’eux des gentlemen de haut rang. En contrepartie de cette intériorisation des valeurs culturelles britanniques, on attendait d’eux qu’ils restent fidèles à la Couronne. Les vecteurs de cette éducation, on les trouve, à nouveau, dans le système scolaire mis en place sous la forme des Chiefs Colleges qui se répandent à partir des années 1870. Le sport y occupe une place aussi importante qu’en Angleterre. De plus, des princes indiens sont envoyés en métropole dans les meilleures universités. Un sport comme le polo, dont la pratique nécessitait des moyens financiers considérables et constituait de ce fait une véritable consommation ostentatoire, leur permettait à la fois d’affirmer leur statut et de rencontrer l’élite gouvernante anglaise, ce qui contribuait ainsi à leur assimilation. Le cricket a joué un rôle analogue, comme nous le verrons dans le chapitre V14.

  • 15 Sans oublier la diaspora indienne, déplacée au xixe siècle par l’administration coloniale pour tra (...)

39Dans les possessions anglaises de la Caraïbe, le système éducatif importé de la métropole a joué un rôle identique. La petite île de la Barbade, appelée « petite Angleterre », réputée pour être devenue l’endroit au monde qui, relativement à l’effectif de sa population, a fourni le contingent le plus important de joueurs de cricket talentueux, abritait pas moins de trois écoles réservées à l’élite, et ces écoles ont survécu à la décolonisation. C’est dans l’île voisine de Trinidad – également célèbre pour son cricket – qu’est né C. L. R. James, incarnation éclatante des effets de ce système : comment un révolutionnaire noir, historien, romancier, socialiste, et bien entendu joueur de cricket, a intégré la culture anglaise au point qu’il ne jugeait pas fair play (« It was not cricket ») de considérer, comme le faisait le peuple, que battre les Anglais à leur propre sport devait humilier la puissance coloniale... Position qui n’était pas exempte de contradiction : le cricket des Caraïbes était en un sens profondément raciste de par la hiérarchie qu’il imposait entre Blancs, Métis et Noirs15. En tant que facteur d’unité de la Caraïbe, et en tant qu’exemple suivi par d’autres peuples colonisés qui reprenaient confiance en eux, le cricket était un facteur potentiel de résistance à l’occupant et, plus tard, à l’ex-colonisateur ; mais il était aussi un tel facteur d’anglicisation et d’intériorisation des valeurs que propageait l’Empire, que l’impact de ce nationalisme s’en trouvait fortement émoussé.

  • 16 Prétention souvent excessive, comme on le verra par la suite.

40Dans les White Dominions, peuplés pour l’essentiel par des colons d’origine britannique, se jouait une partie différente : par rapport à d’éventuelles velléités d’indépendance, ou à la présence de groupes linguistiques différents et politiquement hostiles (Canadiens français, Boers...), il s’agissait de favoriser l’émergence d’une culture loyaliste. De ce point de vue, la diffusion du modèle sportif a joué un rôle essentiel. Dans la mesure où cohabitaient dans ces pays de forts sentiments d’appartenance à la Couronne et le désir de voir reconnaître par la métropole une identité propre et une certaine forme d’indépendance – alors même que les Anglais n’étaient pas avares de commentaires méprisants sur la supposée décadence physique des populations coloniales – le sport était un vecteur idéal par où ces tensions pouvaient se manifester. Cela s’est parfois traduit par le développement de pratiques sportives autochtones (lacrosse et hockey sur glace au Canada, footie en Australie...) dont on prétendait qu’elles ne devaient rien à l’Angleterre16 ; mais surtout, il en est résulté un puissant désir de battre les Anglais à leur propre jeu (« nous pratiquons le même sport », mais « nous sommes meilleurs que vous »), ce dont témoignent les farouches affrontements avec la métropole par tournées de cricket et de rugby interposées. La fameuse histoire des Ashes en fournit une illustration particulièrement éloquente (cf. chapitre IV). En Afrique du Sud, dans la mesure où le cricket est resté une pratique réservée à la seule communauté anglaise, c’est dans le cadre du rugby que se sont manifestées les plus fortes tensions : les Afrikaners s’en sont en effet emparés en développant un jeu particulier où prédominent la puissance des avants et la violence des plaquages.

41Nauright (1996a : 123-128) souligne le fait que l’idéologie qui a présidé à l’expansion des sports dans l’Empire doit beaucoup à une idée répandue à l’époque en Angleterre, selon laquelle, du fait de l’industrialisation et de l’urbanisation, les classes populaires sont dans un piètre état physique et moral. Les difficultés que les Anglais ont éprouvées pour battre les Afrikaners dans la guerre des Boers sont présentées comme une illustration d’une telle déchéance. La solution qui est préconisée est à deux niveaux : d’une part il s’agit de revaloriser le mode de vie rural – et de ce point de vue les colonies de peuplement sont la nouvelle ruralité de l’Angleterre ; mais d’autre part, pour ce qui est de construire une armée efficace, on insiste sur le rôle formateur des sports. Les classes dirigeantes ont été formées dans les public schools selon les canons de la « chrétienté musculaire », et au début du xxe siècle ces canons deviennent plus « physiques » que « moraux ». Néanmoins, Nauright ne mentionne pas les débats qui, dans l’Angleterre de l’époque, ont enflammé les esprits à la suite de la mise en cause de Kipling, pour qui ce n’était pas par l’apprentissage du sport que l’on rendrait les armées plus efficaces, mais par une formation plus adéquate des soldats dans l’art de faire la guerre...

L’« Empire » américain

  • 17 Avec, bien entendu, cette restriction essentielle de l’extermination des populations amérindiennes (...)

42Dernière puissance occidentale à acquérir un empire, les États-Unis se sont longtemps définis comme hostiles à toute idée de possession de territoires coloniaux, étant eux-mêmes issus d’une guerre d’indépendance menée contre la principale puissance coloniale. De fait, si l’on excepte le petit atoll corallien de Midway, situé à mi-chemin entre les États-Unis et le Japon, tous les territoires américains se trouvaient, jusqu’à la date charnière de 1898, sur le continent nord-américain, et l’expansion de l’Union s’était réalisée à la suite d’accords avec les puissances européennes17 ; toutes les acquisitions nouvelles s’inscrivaient dans le cadre fédéral et devenaient des États de l’Union.

43La doctrine de Monroe, édictée en 1823 à l’occasion des luttes contre l’Espagne, devait fixer durablement le principe sur lequel se fonde l’interventionnisme américain : à chacun sa zone d’influence. C’est en fonction de ce principe que fut demandé, en 1865, le retrait des troupes françaises du Mexique. Mais dès la fin du siècle, sous la pression des circonstances, des aménagements ultérieurs ne manquèrent pas d’altérer cette belle idéologie. Les conflits avec l’Espagne, des considérations de stratégie navale et parfois le désir de prendre le contrôle de l’industrie sucrière conduisirent notamment à des interventions à Cuba en 1898 (à la suite de la destruction d’un navire américain à La Havane), à Porto Rico, dans les Mariannes et les Philippines. Même si l’indépendance fut ensuite rendue à Cuba, Porto Rico fut annexé en 1917 (les Portoricains obtenant la nationalité américaine) et Guam et les Philippines, utilisés comme bases stratégiques permettant le commerce avec la Chine ; et Hawaii, longtemps dominé par des planteurs et des missionnaires américains, fut incorporé à l’Union. Dès 1898, on peut dire que les États-Unis avaient pris rang de puissance coloniale.

  • 18 À l’inverse, les capitaux affluaient au Mexique, à Cuba et au Canada.

44Par la suite, l’Empire continua de s’étendre, au moins jusqu’à la Première Guerre mondiale, particulièrement avec le partage de Samoa avec les Allemands et une influence croissante dans la Caraïbe et en Amérique centrale. Hawaii, l’Alaska, Porto Rico et les Philippines avaient, en 1917, des constitutions identiques forgées sur le modèle américain, mais n’étaient autonomes qu’en apparence, les gouverneurs prenant leurs ordres à Washington ; progressivement, cependant, cette dépendance disparut (les gouverneurs devenant élus) : les Philippines en 1935, Porto Rico en 1948, Hawaii et l’Alaska en 1959. Dans la plupart des cas, des tarifs douaniers américains furent appliqués à ces territoires, garantissant une liberté de commerce interne et affermissant considérablement les liens économiques avec les États-Unis. Mais ces derniers, contrairement à la solution adoptée par la Grande-Bretagne, y réalisèrent très peu d’investissements18 (Fieldhouse, 1987 : 341-48). En tout état de cause, la dimension d’occupation longue et extensive des territoires soumis par la Grande-Bretagne fut infiniment plus réduite dans le cas américain. Aussi est-il préférable d’utiliser l’expression de « zone d’influence américaine », plus appropriée que celle d’Empire.

45Compte tenu de ces particularités, la diffusion des sports américains s’est appuyée sur des fondements assez différents qui répondent à deux tendances principales : l’extension de la dynamique évangélique à l’échelle mondiale, et la mise en œuvre d’une force de frappe économique et commerciale. Deux exemples nous serviront à illustrer ces points : le mouvement missionnaire et l’attitude de l’une de ses extensions sportives majeures, le YMCA ; les efforts réalisés par A. G. Spalding dans la promotion mondiale du sport en général, et du baseball en particulier.

Le sport comme rédemption d’un monde sauvage

46On a vu dans le chapitre II comment les mouvements protestants se sont servis du sport pour tenter de modeler la jeunesse américaine selon les principes de la « chrétienté musculaire », et comment le processus leur a peu à peu échappé, le sport embrassant des valeurs de plus en plus matérialistes, compétitives et modernes marquées notamment par le professionnalisme et l’organisation scientifique du travail. Mais l’esprit missionnaire protestant avait des horizons bien plus vastes et s’inscrivait de façon non négligeable dans la dynamique impérialiste anglo-saxonne. La poursuite de la guerre et de la conquête coloniale n’était pas que l’un des éléments constitutifs de la « strenous life » prônée par Theodore Roosevelt, c’était aussi une position que défendaient de nombreuses Églises protestantes ultra-conservatrices. Qu’ils soient cubains, philippins ou chinois, les membres des « races inférieures » devaient être éclairés par la force. Au sein des nombreuses missions américaines qui s’étaient données pour tâche d’apporter la bonne parole aux peuples encore inconscients des bienfaits de la religion chrétienne, les adeptes de la rédemption par le sport, s’ils étaient souvent plus mesurés dans leurs prétentions, n’étaient pas pour autant inactifs.

47Les missionnaires étaient bien souvent adeptes du golf, et surtout du tennis, mais il est douteux qu’ils aient été très efficaces dans la transmission de ces sports aux peuples colonisés (Putney, 2001 : 131-132). Plus suivis d’effets furent les efforts déployés par des organismes comme la YMCA qui, dès les années 1910, œuvre pour la diffusion du basket-ball, du volley-ball ou de diverses formes de camping organisé, construit au Japon la première piscine chauffée (1917), institue le premier programme de culture physique dans les collèges chinois (1917), ou aide à la formation des étrangers au moyen de stages réalisés aux États-Unis... Concernant par exemple le basket-ball, sa diffusion mondiale doit beaucoup à l’action d’étudiants formés à Springfield College : Mel B. Rideout l’introduit en 1893 en France, utilisant l’antenne parisienne de la YMCA ; à la même époque, Duncan Patton se rend en Inde pour y créer la première équipe, et vers 1900 Ishakawa fait de même au Japon (Myerscough, 1995 : 150). James Naismith envoie des équipes aux Philippines, ainsi qu’en Chine où la YMCA dispose d’une vingtaine de représentants ; dans l’antenne de Tientsin, un gros effort est déployé en direction des écoles, on organise des rencontres athlétiques nationales : les athlètes sont chinois, mais l’infrastructure est américaine.

  • 19 Très actif dans le regroupement et le dialogue des forces religieuses internationales, Mort obtint (...)

48Un des bras armés de ce processus de diffusion était le Student Volunteer Movement (1880-1920), prolongement de la YMCA dans le milieu éducatif (collèges et universités), dont l’investissement missionnaire à l’étranger sera facilité par la création d’un service pour les Missions étrangères (SVMFM) sous la houlette d’un jeune homme extrêmement dynamique, John R. Mott19.

49Dans les années 1920, la croissance du sentiment xénophobe (et surtout anti-américain) en Chine va réduire, puis bientôt faire disparaître, la présence de la YMCA ; cela n’empêchera pas le basket-ball de rester un sport largement pratiqué en Chine, y compris pendant la période communiste. Mais l’action évangélique quitte progressivement le terrain étranger pour se replier sur les États-Unis.

Le sport dans le sillage de la bannière étoilée

50Dans une perspective beaucoup plus païenne, nombreux ont été les Américains qui ont su profiter des transformations économiques, démographiques et sociales des États-Unis à la fin du xixe siècle – à une époque où la société américaine est fascinée par les notions d’accomplissement individuel, de carrière, d’efficacité et d’expertise – pour inscrire le sport dans le mouvement général des affaires et pour en faire un business rentable. Dans ce contexte, la possibilité d’étendre le marché au-delà des frontières du pays ne pouvait être négligée. Parmi ces capitaines d’industrie qui voyaient dans le développement planétaire du sport un moyen efficace d’accroître leurs bénéfices, le plus emblématique est sans doute Albert G. Spalding.

  • 20 Spalding a évidemment une plaque à son nom dans le Hall of Fame de Cooperstown.

51Joueur de baseball professionnel dans les années 1870 (il fut le premier à avoir gagné 200 matchs), il contribua à la formation de la National League en 1876, et il en devint le premier président en 1901. Il fut ensuite capitaine, entraîneur, puis président et principal propriétaire des Chicago White Stockings, le club professionnel le plus efficace des années 1880. Très désireux de prouver que le baseball n’avait pas pour origine le jeu anglais de rounders mais se situait dans une filiation purement américaine, il fut – on l’a vu dans le chapitre II – à l’origine de la création de la fameuse commission Mills qui, contre toute évidence, créa le mythe d’un baseball né à Cooperstown à partir des élucubrations supposées d’Abner Doubleday20. Mais c’est en tant qu’homme d’affaires avisé qu’il jouera peut-être le rôle le plus significatif. Dès 1876, il ouvrit à Chicago, avec son frère, un magasin de fournitures sportives qui le rendit millionnaire. Désormais, la voie était tracée : développer le sport, aux États-Unis et dans le monde entier, était le plus sûr moyen de créer un marché pour ses produits.

52C’est en 1888 que Spalding mit sur pied sa première grande tournée internationale qui devait l’amener notamment en Australie, à Hawaii et en Europe. En Australie, où elle séjourne trois semaines et dispute 18 matchs, l’équipe de baseball reçoit un accueil enthousiaste dans les principales villes (parades, spectacles musicaux, montgolfière, exhibition d’une « mascotte » noire qui est bientôt en butte à des propos ouvertement racistes...) ; Spalding distribue aux Australiens une version ad hoc de son guide annuel de baseball, qui contient bien entendu de nombreuses publicités pour ses produits. La tournée se poursuit à Ceylan dans l’indifférence générale, puis atteint Le Caire (un match devant les Pyramides), l’Italie (où Spalding ne parvient pas à convaincre les officiels romains de jouer devant le Colisée et où il n’obtient pas d’audience auprès du pape, mais où finalement un match est organisé Villa Borghèse devant le roi et sa cour), Paris et surtout la Grande-Bretagne : là, il s’agit de prouver aux Anglais que le baseball est supérieur au cricket. Ils disputent 11 matchs, sont reçus comme des princes par des Britanniques étonnés que l’on puisse gagner sa vie en pratiquant un sport... Mais le baseball n’a aucun succès. Au total, la tournée a duré six mois et a donné lieu à 42 rencontres jouées devant un total de 200 000 spectateurs.

  • 21 Spalding’s Official Cycle Guide, 1900 : 97 (in Levine, 1985 : 100).
  • 22 Sporting Life, 28 mars 1888.

53Ce qui frappe dans les discours prononcés à de nombreuses occasions lors du retour triomphal de la tournée en Amérique, ce n’est pas tant l’idée constamment ressassée (et très musculairement chrétienne) selon laquelle c’est le sport (et en particulier le baseball de par ses qualités intrinsèques) qui est le plus à même de lutter contre la « détérioration physique et morale de la race » ; c’est plutôt l’insistance sur la mission civilisatrice de cette entreprise en termes politiques : il s’agit d’apporter au monde la vision américaine de la citoyenneté et de la démocratie et de convaincre les peuples que seul le système politique américain est susceptible de promouvoir la paix et la liberté (Levine, 1985 : 107). Relativement aux tournées de baseball qu’il organisait à l’étranger, Spalding estimait que l’équipe était « représentative de la grande République occidentale » (i. e. les États-Unis)21, et qu’elle se devait d’introduire le baseball au monde. Plusieurs années après cette expérience, il confia que son désir d’« américaniser l’Italie » avait échoué... De surcroît, cette mission civilisatrice est indissolublement liée à des préoccupations beaucoup plus matérielles ; le monde ne peur que s’enrichir avec l’avènement du baseball – et les affaires de Spalding ne peuvent que prospérer avec sa diffusion. À un journaliste, il déclara qu’il se rendait en Australie « dans le but de développer ses affaires de matériel sportif dans cette partie du globe et d’y créer un marché pour ce matériel22 ». Derrière les discours sur la démocratie et la liberté, l’entrepreneur n’oublie jamais la question des marchés émergents...

54Ces deux exemples (le rôle d’un organisme missionnaire comme la YMCA et l’action énergique d’un capitaine d’industrie comme Spalding) sont bien loin d’épuiser la question des formes de l’influence américaine. Mais ils constituent, en décalage avec les solutions qui ont prévalu dans l’Empire britannique, les deux principales modalités par lesquelles les sports américains vont tenter – avec des succès très inégaux, on le verra – de conquérir le monde.

Notes

1 Par exemple, l’absence de grandes voies de communication fluviale en Australie explique que pendant une longue période les colons britanniques se soient concentrés dans les ports stratégiques au détriment de l’intérieur du pays, très négligé.

2 Par exemple, les colonies africaines, qui en 1815 étaient limitées à des zones côtières, formaient en 1911 une communauté de 40 millions de sujets.

3 Suppression des missions jésuites entre 1759 et 1793 et bannissement par le pape du plus grand ordre missionnaire au monde ; attaques de la Révolution française ; et finalement, en 1809, suppression par Napoléon des sociétés missionnaires françaises.

4 Pour une synthèse, cf. Darwin (1997).

5 Titre d’un poème paru le 12 février 1899 dans McClure’s Magazine.

6 On ne manquera pas de remarquer avec quelle fréquence le terme de « race » apparaît dans ces commentaires.

7 Le responsable de la préface de l’édition française de 1993 d’un autre roman de Kipling, Kim, Alexis Tadié, se livre d’ailleurs à une étrange omission : « Les autres romans [de Kipling] sont The Light that Failed (La lumière qui s’éteint), The Naulakha (en collaboration avec Balestier), Captains Courageous (Capitaines courageux). »

8 Cf. l’analyse qu’en fait Saïd dans Culture et impérialisme (2000).

9 Le Royal Military College, fondé en 1800 à Woolwich pour entraîner les jeunes gens de bonne famille à l’art de la guerre, s’était notamment enrichi au début du xixe siècle d’un nouvel établissement situé à Sandhurst pour accueillir les cadets. À partir de 1860, le RMC succéda à l’East India Military Company Seminary et forma l’essentiel des officiers de l’armée indienne. Être admis à Sandhurst constituait pour beaucoup l’aboutissement d’une carrière scolaire réussie.

10 Celles-ci ont fourni plus de 90 % des 362 membres recrutés entre 1891 et 1952. À cette forte surreprésentation des écoles privées par rapport aux établissements gérés par l’État, il faut ajouter que, parmi les premières, c’étaient celles de statut supérieur qui avaient la préférence des recruteurs.

11 Ce qui a valu au Soudan le sobriquet de « Land of Blacks ruled by Blues » (Terre de Noirs gouvernée par des Bleus) (Kirk-Greene, 1982 : 22). Le blue était un membre d’une équipe universitaire prestigieuse (généralement Oxford ou Cambridge).

12 En français dans le texte.

13 Cf. chapitre VII.

14 Cf. notamment le personnage de « Ranji » (Ranjitsinhji, maharadjah Jam Sahib de Nawanagar, 1872-1933), un des plus célèbres joueurs de cricket, ayant représenté le Sussex, l’université de Cambridge et l’équipe d’Angleterre. Il a donné son nom au fameux Ranji Trophy qui récompense l’équipe championne d’Inde.

15 Sans oublier la diaspora indienne, déplacée au xixe siècle par l’administration coloniale pour travailler la canne à sucre en remplacement des Noirs à la suite de l’abolition de l’esclavage. Malgré son importance numérique et l’excellence de ses joueurs de cricket, il est intéressant de constater que, dans l’ouvrage fameux de James sur le cricket des Caraïbes, Beyond a Boundary, il n’est pas fait mention une seule fois de l’existence de la communauté d’origine indienne. James était probablement trop obnubilé par le problème des Noirs à Trinité, mais il n’est pas impossible que se manifeste là une étrange forme de discrimination, les Indo-Trinidadiens ayant à l’époque le statut social le plus défavorable.

16 Prétention souvent excessive, comme on le verra par la suite.

17 Avec, bien entendu, cette restriction essentielle de l’extermination des populations amérindiennes, que l’on peut considérer comme la première manifestation de l’impérialisme américain...

18 À l’inverse, les capitaux affluaient au Mexique, à Cuba et au Canada.

19 Très actif dans le regroupement et le dialogue des forces religieuses internationales, Mort obtint en 1946 le prix Nobel de la Paix (qu’il partagea avec Emily Green Balch). La devise du SVM n’en était pas moins agressive : « L’évangélisation du monde pour cette génération. »

20 Spalding a évidemment une plaque à son nom dans le Hall of Fame de Cooperstown.

21 Spalding’s Official Cycle Guide, 1900 : 97 (in Levine, 1985 : 100).

22 Sporting Life, 28 mars 1888.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540