Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Diffusion des sports et impérialisme anglo-saxon

 | 
Sébastien Darbon

Chapitre II

Origine 2 : La « chrétienté musculaire », version américaine

Texte intégral

1Avant d’analyser ce que les sports américains ont de spécifique, il importe de prendre la mesure de ce qui a pu construire une telle spécificité – à savoir le contexte économique, social, culturel et religieux au sein duquel s’est progressivement dessinée une « chrétienté musculaire » américaine.

Arrière-plans et filiations

Premières élaborations d’un système sportif singulier

2Contrairement à ce que les Américains ont eux-mêmes longtemps cru ou tenté de faire croire, les deux sports les plus emblématiques des Etats-Unis n’ont pas été « inventés » sur place mais doivent beaucoup à l’Angleterre – le baseball en tant qu’évolution directe d’une forme de jeu proche du cricket et pratiquée depuis l’époque médiévale dans les îles Britanniques sous diverses dénominations (rounders, townball, cats...), le football en tant qu’adaptation locale du rugby. Ceci ne revient évidemment pas à dire que les Américains n’ont pas imprimé leur marque spécifique au moyen de ces interprétations : ce sont précisément ces particularismes qui sont au cœur de la discussion et l’objet de ce chapitre ; mais en termes d’invention autonome, seuls le basket-ball et le volley-ball sont, incontestablement, des créations qui ne doivent rien directement à une tradition anglaise.

3Pourtant, les Américains n’ont pas lésiné sur les moyens pour donner corps au mythe d’un baseball inventé de toutes pièces par eux-mêmes. En 1905, le grand organisateur de compétitions Albert G. Spalding, lui-même ancien joueur, mit sur pied une commission d’investigation de six membres dirigée par un de ses amis, A. G. Mills, pour déterminer qui avait inventé le baseball ; les conclusions furent que le responsable était un certain Abner Doubleday, la ville, Cooperstown (État de New York) et l’année, 1839. Ainsi étayé par des arguments officiels, sinon scientifiques, le mythe pouvait croître et embellir à l’ombre du nationalisme américain (Darbon, 2008).

4À l’époque, cependant, le cricket semble occuper en Amérique du Nord une position enviable – ce qui explique sans doute en partie les efforts déployés par la commission Mills. Bien entendu amené par des colons britanniques, mais sans que l’on sache précisément quand ni sous quelles formes, le cricket semble en effet bien diffusé dès le xviiie siècle parmi les aristocrates du Sud, surtout en Virginie et en Caroline du Sud, ainsi que sur la côte est, et notamment dans la région de Philadelphie. Au milieu du xixe siècle, le cricket était le sport le plus pratiqué en Amérique (Melville, 1998 : 22). Les joueurs sont pour l’essentiel des résidents anglais, qui fournissent l’impulsion initiale et contrôlent l’organisation du jeu. Mais les Américains eux-mêmes le reprennent à leur compte et la proportion des joueurs des grandes équipes qui sont nés aux États-Unis ne cesse d’augmenter.

5Le cricket semble alors bénéficier de quelques atouts non négligeables. Les classes supérieures américaines y voient un monde de respectabilité dépositaire de valeurs susceptibles d’être enseignées aux enfants dans la perspective de cette « chrétienté musculaire » qui était alors devenue le modèle éducatif emblématique de l’ère victorienne en Angleterre. Le célèbre roman de Thomas Hugues, Tom Brown’s Schooldays, a très vite rencontré en Amérique un succès considérable et a notamment joué un rôle important dans la floraison des clubs au sein des universités, ainsi que dans le développement de la pratique sportive en général – et du cricket en particulier – dans les collèges. De plus, le cricket bénéficie du statut de sport solidement établi en Angleterre (mais aussi dans les nombreuses colonies de la Couronne) et aux traditions déjà séculaires. Enfin, certains aspects du baseball, qui se sont très tôt manifestés (notamment la pratique des paris, interdite en Angleterre, et les premiers excès du professionnalisme) contribuent à renforcer l’aura de respectabilité dont jouit le cricket auprès de certaines fractions de la population.

6Comment expliquer que, malgré ces derniers sursauts, ce soit le baseball qui devienne « sport national » aux États-Unis et que le cricket, dans la seconde moitié du xixe siècle, se révèle finalement incapable de lutter et régresse régulièrement ? Tout d’abord, les atouts du cricket ont aussi leurs revers, dans la mesure où ils l’inscrivent dans une sorte de réserve élitiste et anglophile de moins en moins en phase avec les aspirations d’une Amérique socialement plus égalitariste. La question de la légitimité du cricket en tant que sport « américain » apparaît périodiquement. Déjà, en 1839, le journal Spirit demandait : « Que peut-on faire pour naturaliser ce beau jeu en Amérique ? » (in Melville, 1998 : 18). Certains, bien qu’intéressés par le noble game, sont agacés par la lenteur du jeu, son excessive durée et la fréquente occurrence de matchs nuls, mais aussi par le contexte social qui l’accompagne – sa dimension aristocratique et hiérarchique, son inscription dans des codes sociaux d’un autre âge et sa référence à l’« ornemental » plus qu’à l’« utile ». Opinion qui se nourrit par ailleurs des attitudes empreintes de snobisme, de clanisme et de mépris à l’égard des sports américains affichées par la communauté anglaise ou anglophile, tout particulièrement dans la région de Philadelphie. Assez rapidement, la Pennsylvanie devient une enclave où le cricket est encore pratiqué, pendant une génération, par une élite anglophile (Guttmann, 1994 : 20).

  • 1 Sur l’histoire tumultueuse des tensions et des évolutions au sein du mouvement jusqu’à l’époque mo (...)

7C’est en 1845, trois ans avant la rédaction officielle en Angleterre des règles du soccer, qu’un certain Alexander Joy Cartwright, fondateur du premier club organisé et structuré de baseball, les Knickerbockers de New York, fixe les règles fondamentales du jeu moderne. L’historiographie retient que le premier match joué d’après ces règles eut lieu le 19 juin 1846 sur les Champs-Élysées à Hoboken (New Jersey), entre les Knickerbockers et le New York Base Ball Club. À partir de cette époque, sous l’impulsion de joueurs enthousiastes issus pour l’essentiel des classes moyennes, les clubs fleurissent autour de New York et plus généralement dans le nord-est des États-Unis. De sport pratiqué par des amateurs soucieux de convenances, le baseball se transforme en un spectacle animé par des professionnels et géré par des hommes d’affaires soucieux de rentabiliser leurs mises de fonds, notamment au moyen d’entrées payantes dans les stades. L’avancée vers le professionnalisme est accomplie lorsqu’est créée en 1871 l’Association nationale des joueurs professionnels de baseball, remplacée cinq ans plus tard par la Ligue nationale du même nom1.

8Bien qu’encore extrêmement populaire aux États-Unis, le baseball a cependant été vigoureusement concurrencé par d’autres sports « américains », et notamment par le football. Les premières formes de football pratiquées en Amérique du Nord dès le xviie siècle sont directement héritées, par colons interposés, des modalités rustiques du football anglais. Tout comme en Angleterre, elles viennent s’insérer, aux débuts du xixe siècle, dans les activités physiques proposées par les collèges. De façon à peu près simultanée, pendant l’année 1867, des règles sont édictées par les collèges de Princeton et de Rutgers, mais la plupart du temps, lorsque des équipes se rencontrent, elles adoptent les règles de la London Football Association. Il s’agit pour l’essentiel d’un type de football caractéristique d’avant la scission entre Football Association et Rugby football, avec 25 joueurs par équipe et la possibilité de prendre le ballon à la main dans certaines conditions bien précises.

9C’est au début des années 1870 que le choix en faveur du football pratiqué à Rugby va se faire. Le collège de Harvard, après avoir rencontré le Club de football de l’université McGill de Montréal (affilié à la Rugby Union anglaise), adopte le nouveau code de Rugby, bientôt suivi par Yale, Princeton et Columbia : ces établissements forment en 1876 l’Intercollegiate Football Association.

  • 2 Pour remettre la balle en jeu, le scrimmage met face à face les deux équipes, séparées par une étr (...)
  • 3 En 1905, une des pires saisons, on compta 18 morts et 159 blessés dans le cours du jeu, ce qui ame (...)

10C’est d’un membre de Yale, Walter C. Camp, que vinrent en 1880 les premières « américanisations » du jeu : substitution du scrimmage au scrummage2, réduction du nombre de joueurs de 15 à 11, définition de l’alignement standard (7 linemen, 1 quarterback, 2 halfback, 1 fullback). Deux années plus tard, il introduisit les downs (tentatives) et les yards to gain : il fallait alors progresser de 5 yards en trois tentatives. L’innovation est fondamentale en ce qu’elle imposait la séparation du terrain en lignes parallèles marquées au sol et séparées de 5 yards, lui donnant l’apparence d’une grille (gridiron, d’où l’appellation commune de gridiron football), dispositif qui renforce considérablement l’accent mis sur la stratégie dans la préparation des attaques et des défenses. En 1883, Camp met en place le système de marque (valeurs attribuées aux touchdowns, field goals, points after touchdowns et safeties), et en 1888 il obtient du comité responsable des règles l’autorisation pour un joueur de plaquer un adversaire, s’il porte le ballon, au-dessous de la ceinture. Les principales caractéristiques du football américain sont désormais en place. S’ensuivront, dès 1895, l’émergence des premières équipes professionnelles et la création en 1919 de l’American Professional Football Association, transformée trois ans plus tard en National Football League (NFL). Les règles évolueront encore, sous l’influence de l’apparition progressive, à partir des années 1890, d’un jeu de plus en plus brutal3 : de nombreuses tentatives furent faites (diminution de 90 à 70 minutes, puis à 60 minutes, du temps de jeu, interdiction de regroupements d’un trop grand nombre de joueurs faisant bloc, autorisation de la passe en avant, obligation d’avoir 7 joueurs sur la ligne de scrimmage au cours d’une attaque, etc.), jusqu’à ce qu’un équilibre plus satisfaisant soit trouvé au début des années 1910.

11Comparés au baseball et au football, le basket-ball et le volley-ball ont des histoires beaucoup plus directement liées à celle des mouvements religieux aux États-Unis (cf. infra). Non que ces mouvements ne se soient pas intéressés aux autres sports – que ce soit pour les condamner ou les encourager – mais ils n’ont fait qu’accompagner leur développement, alors que dans le cas du basket-ball, comme dans celui du volley-ball, ils sont directement à l’origine de leur création. Mais ceci nous renvoie à la complexité du paysage religieux de l’Amérique du Nord au xixe siècle, dont il nous faut dire à présent quelques mots.

L’héritage puritain

12La colonisation de l’Amérique du Nord fut d’abord le fait des Espagnols qui, à partir de la Floride, fondèrent en 1565 le premier établissement permanent de Blancs sur le territoire actuel des États-Unis, et qui par la suite essaimèrent vers le Texas, la Californie et une grande partie de l’Ouest américain. De leur côté, les Français s’étaient installés au Canada à partir de la fondation de Québec par Champlain en 1608 ; au cours des xviie et xviiie siècles, leur influence s’étendit sur la région des Grands Lacs puis le long de la vallée du Mississippi, jusqu’en Louisiane. Les Espagnols, comme les Français, étaient surtout poussés par des considérations mercantiles, ce qui explique en grande partie leur manque d’intérêt pour les régions de la côte atlantique, plus inhospitalières et surtout peu riches en métaux précieux et en épices.

13Les implantations britanniques, qui ont commencé au début du xviie siècle, n’avaient pas ce genre de préoccupations. Les premiers colons, on l’a entrevu au chapitre I, sont des expatriés politiques et religieux qui fuient les persécutions de Jacques Ier, au pouvoir de 1603 à 1625. La première implantation fut réalisée en 1607 à Jamestown (Virginie). Puis un groupe de puritains en fuite débarque en 1620 dans la baie de Plymouth, à bord du Mayflower, et crée la colonie du Massachusetts. Jusqu’en 1642, ce sont environ 20 000 puritains qui s’installent en Amérique du Nord, contribuant à la fondation des autres colonies du groupe septentrional de la Nouvelle-Angleterre : le New Hampshire en 1629, Rhode Island en 1664, le Connecticut en 1662.

14C’est avant tout l’austérité et l’intolérance qui caractérisent les nouveaux arrivants, d’autant que les groupes qui ont quitté l’Angleterre sont parmi les plus radicaux sur le plan religieux. On a vu quelle était leur attitude, en Angleterre, face aux jeux et à toute forme de divertissement en général ; ces traits vont se renforcer sur place du fait de l’isolement et de la confrontation à des conditions hostiles. La question du caractère nocif ou non des jeux s’étant pour l’essentiel débattue au sein de l’Église protestante, sa fraction la plus traditionnelle et puritaine a longtemps pesé lourd dans la balance. D’une façon générale, les jeux étaient une activité répréhensible qui détournait des valeurs fondamentales, notamment du travail. Que le corps puisse être exercé ne constituait pas en soi un problème, à condition que ce soit au service de l’effort productif et non dans un but de divertissement. Au Massachusetts et au Connecticut, tous les jeux étaient interdits – dés, cartes, palets, jeux de boules et de quilles... En 1857, E. E. Hale, de l’Église unitarienne, écrivait : « Jouer au cricket était un péché, aux yeux des pères, aussi bien que danser ou jouer d’un instrument impie » (Hale, 1857 : 20, cité par Putney, 2001 : 20).

15De fait, avant la guerre de Sécession (1861-1865), les premières pratiques sportives organisées peinent encore à s’établir en Amérique. Mais si l’idéologie puritaine, très active à cette époque, est sans doute en grande partie responsable de ce « climat inhospitalier » (Putney, 2001 : 25), d’autres facteurs, extérieurs à l’Église protestante, ont produit des effets analogues et permettent d’expliquer que, jusque vers les années 1880, le modèle de la « chrétienté musculaire » importé d’Angleterre n’ait pas rencontré un grand succès.

16Parmi ces facteurs, on a pu citer le fait que la guerre civile, qui a poussé sur le devant de la scène la figure du combattant héroïque, dont la virilité est d’emblée plus légitime que celle du héros sportif, a contribué à déprécier les exploits de celui-ci. Également proposée comme explication, la structure économique du pays au milieu du siècle : contrairement à son homologue anglaise à la même époque, l’économie américaine était encore fondamentalement agricole ; compte tenu du caractère intensément physique des travaux agricoles, il y avait peu de place pour la stigmatisation d’un mode de vie « efféminé » censé caractériser les travailleurs urbains – stigmatisation qui, en revanche, deviendra monnaie courante à l’occasion du grand mouvement d’urbanisation de la fin du xixe siècle et du début du xxe siècle (Putney, 2001 : 23-24).

17Quelle que soit la réalité (d’ailleurs difficile à quantifier) de ces facteurs contextuels et de la force de l’idéologie puritaine (laquelle, nous le verrons plus loin, est encore sensible au sein des pratiques sportives américaines actuelles), il convient d’emblée d’apporter au tableau quelques retouches et nuances. La situation qui prévaut au milieu du xixe siècle est beaucoup plus complexe que ne le laissent supposer les remarques qui précèdent, et cela pour au moins quatre raisons.

  • Si, comme nous l’avons vu, les premières vagues d’émigration dans le nord-est du territoire (Massachusetts, Rhode Island, Connecticut, New Hampshire) ont été le fait de populations non seulement protestantes, mais aussi représentant les fractions les plus puritaines de ce protestantisme, de nombreux autres mouvements migratoires sont venus enrichir le tableau. D’une part, les autres implantations anglaises sur la côte est (Virginie, Maryland, Carolines du Nord et du Sud, puis Géorgie) étaient beaucoup moins marquées par l’idéologie calviniste ; d’autre part, d’importants mouvements de population ont eu lieu en provenance d’autres pays d’Europe (Irlandais, Allemands et Scandinaves après la découverte des mines d’or de Californie en 1848, puis Italiens, Slaves, Juifs à partir de 1890). La palette religieuse se diversifie et le protestantisme, notamment dans sa version « pure et dure », est moins dominant.
  • Si l’on s’en tient aux treize colonies anglaises d’Amérique qui prirent le nom d’États-Unis à la suite de la déclaration d’Indépendance de 1776, l’ensemble ainsi formé, incontestablement homogène d’un point de vue culturel général, manifestait cependant d’importantes différences quant à l’attitude et aux pratiques relatives aux jeux et aux sports. Au-delà du clivage majeur entre esclavagistes et anti-esclavagistes, l’opposition entre une Nouvelle-Angleterre trop occupée à travailler et à prier pour s’intéresser au moindre divertissement, et un « Sud » peuplé d’aristocrates jouisseurs valorisant les combats de coqs, la reconstitution de tournois médiévaux4 et les courses de chevaux au détriment du salut de leur âme est bien trop caricaturale pour être retenue, mais elle comporte néanmoins une part de vérité (Guttmann 1988 : 35-50). Certes, les combats de coqs et les tournois n’ont pas grand-chose à voir avec les sports « modernes » au sens où l’entend Guttmann5 ; en revanche, les courses de chevaux comportaient des aspects qui les en rapprochaient : elles acceptaient la notion de handicap (donc d’égalité), et l’on y trouvait un certain degré de spécialisation, de rationalisation et de quantification (élevage des chevaux dans la perspective d’accroître leur vitesse, sélection des meilleurs jockeys, utilisation de chronomètres pour comparer les performances...).
  • Quel qu’ait été le zèle prosélyte des austères puritains qui, du haut de leur chaire, promettaient les feux de l’enfer à tous ceux qui se laisseraient tenter par les délices des jeux et des sports, il ne faut évidemment pas sous-estimer les capacités de résistance et la part d’autonomie dont pouvaient faire preuve à cet égard les principaux intéressés.
  • Enfin, l’étiquette « puritains » est en elle-même trompeuse dans la mesure où elle suppose, par rapport à la question des jeux et des sports, une attitude homogène. En réalité, le mouvement religieux, y compris dans sa mouvance la plus dure, était traversé de courants divers et parfois contradictoires. À côté de ceux qui, par détestation de l’oisiveté ou par désir fanatique de discipline et de vigilance spirituelle, avaient exclu les jeux de la sphère des comportements sociaux légitimes, on trouvait aussi des puritains qui, malgré toute la rigidité morale dont ils pouvaient faire preuve, ne leur manifestaient pas d’hostilité particulière, soit parce qu’ils ne rentraient pas dans la sphère de leurs centres d’intérêt, soit parce qu’ils considéraient qu’un usage modéré de la chose pouvait avoir ses avantages.

18Ces réserves étant faites, il paraît néanmoins assez clair que si les puritains ont eu une influence sur les sports aux États-Unis, soit elle ne s’est pas exercée dans le sens de leur développement, soit elle a contribué à orienter les pratiques sportives dans un sens spécifique (Guttmann, 1988 : 27-34).

La chasse au « neurasthénique »

  • 6 Un fort courant du protestantisme américain valorisait une certaine image de la féminité, faite de (...)

19Cependant, un mouvement contraire se dessine et prend de plus en plus d’ampleur dans la seconde moitié du xixe siècle. Il se nourrit d’un certain nombre de bouleversements économiques et sociaux qui créent les conditions de développement d’un discours sur les effets néfastes de la « sur-civilisation » et sur les dangers d’une nouvelle pathologie à l’échelle sociale, que l’on dénomme « neurasthénie ». Le terme, qui fait fureur à l’époque, récupère dans ses filets une série disparate de causes – excès d’intellectualisme, de sensibilité et d’attirance pour des valeurs jugées féminines liés à la dépopulation des campagnes, au mode de vie de plus en plus urbanisé et à l’irruption des femmes dans des domaines jusque-là réservés aux hommes6 – et de symptômes physiques et psychiques qui leur sont associés : maux de tête ou de dos, problèmes digestifs, mélancolie, hypocondrie, défaut de volonté... La femme moderne, fumant la cigarette et habillée en homme, s’intéressant davantage à son travail qu’à son foyer, est souvent désignée comme une perversion de la nature.

  • 7 Comme l’indique Putney (2001 : 38), le directeur du Département d’éducation morale de la ville de (...)

20Le thème de la « dégénérescence de la race » est alors alimenté par des témoignages de voyageurs comparant la santé vigoureuse des jeunes Anglais formés à l’école de la « chrétienté musculaire » et la débilité physique et morale des jeunes Américains « sur-civilisés », et invoquant le spectre de la décadence de l’Empire romain, précipitée par l’amollissement des mœurs7. Tout comme dans l’Angleterre victorienne, il s’agit alors, pour renverser la vapeur, de préférer l’action à la réflexion, l’expérience pratique aux connaissances livresques, et de valoriser la vigueur corporelle en créant les conditions d’une pratique étendue et systématique des jeux et des sports.

21C’est notamment le thème du célèbre livre de Théodore Roosevelt, président des États-Unis de 1901 à 1909, The Strenous Life (1901). Le personnage de Roosevelt est en lui-même exemplaire de l’idéologie qu’il développe. Enfant maladif issu d’une famille patricienne de New York, le futur président avait tout pour conforter les contempteurs de la « sur-civilisation » dans leurs critiques. Sévèrement molesté pendant son adolescence par deux garçons qui le traitent d’« intellectuel », il décide de réagir en fortifiant son corps, pratiquant assidûment la gymnastique, la boxe et le tir, et vivant en pleine nature dans un ranch du Dakota. L’investissement ultérieur de Roosevelt dans la vie politique et sa réussite incontestable dans ce domaine constituent une illustration exemplaire de cette valorisation de la « vie énergique » qu’il recommandait à ses contemporains. Il a aussi beaucoup œuvré pour le développement des parcs nationaux, soutenant l’intérêt croissant de ses contemporains pour la vie au grand air, les camps de jeunesse et le scoutisme (Putney 2001 : 33-36). Ardent supporteur de Harvard, il déclara notamment :

« Je n’ai aucune objection au fait que le sport soit rude [...] On ne peut pas se permettre de former dans les collèges des hommes qui se dérobent devant l’effort physique ou devant une petite douleur physique. Dans n’importe quelle république, le courage est une nécessité première pour le citoyen moyen s’il veut être un bon citoyen ; et il a besoin du courage physique autant que du courage moral, le courage qui supporte, le courage qui va combattre vaillamment contre l’ennemi de l’âme et contre les ennemis du corps. Les exercices physiques sont bons, spécialement dans leurs formes les plus rudes, parce qu’ils tendent à développer ce courage. Ils sont également bons parce qu’ils encouragent un véritable esprit démocratique, car sur le terrain de sport, l’homme doit être jugé non en référence à des caractéristiques extérieures et accidentelles mais par cette combinaison de vigueur corporelle et de qualité morale qui constitue la prouesse » (in Gems, 2000 : 77).

22Il ne s’agit certes pas là d’un grand moment d éloquence ; mais au-delà du ressassement des principes de la « chrétienté musculaire », on notera l’invocation d’un lien entre la pratique des sports et les valeurs de la « république » et le « véritable esprit démocratique ». Les États-Unis, qui se sont toujours considérés comme le pays le plus démocratique au monde, n’ont eu de cesse de justifier leurs entreprises impérialistes par la nécessité de promouvoir la paix et la démocratie dans le reste du monde ; et dans ce processus, comme on le verra plus loin (chapitre III), le sport a un rôle éminent à jouer.

23Le roman de Thomas Hugues, Tom Brown’s Schooldays, est lu en Amérique dès la fin des années 1850 et y rencontre un grand succès. Le romancier anglais est invité, quelque vingt ans plus tard, à réaliser un séjour aux États-Unis, au cours duquel il anime des conférences sur la « chrétienté musculaire » et contribue à fonder la colonie de Rugby (Tennessee) qui accueille de 1880 à 1887 des enfants d’immigrants anglais.

24Mais l’influence la plus importante (et aussi la plus complexe à appréhender) dans le développement de la « chrétienté musculaire » version américaine réside dans le renouveau protestant.

Formes du renouveau protestant

25L’industrialisation et le développement technologique (entraînant une redistribution des temps de travail et de loisir au profit des travailleurs), la croissance de la population de façon naturelle mais aussi du fait d’une forte immigration (favorisant la mise en spectacle des pratiques sportives), ont probablement constitué les fondements d’un mouvement d’expansion des sports organisés, que les divers mouvements religieux ont accompagné et souvent orienté. Par opposition avec la période de forte influence puritaine, au milieu du xixe siècle la question est moins de savoir s’il faut ou non autoriser ces pratiques, que de mettre en évidence les bénéfices que peut en retirer la religion protestante dans une perspective évangélique et missionnaire. D’une façon générale, le sport est conçu non comme une fin en soi, mais comme un instrument permettant aussi bien – en fonction des sensibilités des groupements religieux concernés – de former (dans une filiation proche de la « chrétienté musculaire » version anglaise) une jeunesse physiquement et moralement « saine » et « virile », que d’attirer, selon une idéologie plus caractéristique du protestantisme rénové qui se fait jour à la fin des années 1850, une fraction de la jeunesse dans le giron de l’Église, ou encore de renforcer une action sociale au sein des milieux défavorisés.

26Dans leurs analyses de l’influence des mouvements évangéliques protestants sur les sports américains, Ladd et Mathisen (1999) ont soutenu que les débats qui ont lieu tout au long de la seconde moitié du xixe siècle s’inscrivent dans un cadre théologique habité pat la question du millénarisme, dont s’emparent certaines fractions protestantes (anabaptistes, adventistes, témoins de Jéhovah, mormons...) : le Christ étant censé descendre sur terre et y régner pendant mille ans jusqu’à la résurrection générale, devait-on se contenter de rendre progressivement le monde meilleur pour l’accueillir (position « post-millénariste » et optimiste) ou était-il nécessaire, compte tenu de l’état dramatique dans lequel se trouvait l’humanité, d’adopter une attitude plus agressive et interventionniste (position pessimiste dite « prémillénariste ») ? Il semble en tout cas que, dans la perspective de l’avènement du royaume de Dieu en Amérique, un certain protestantisme évangélique ait épousé la cause de la « chrétienté musculaire » pour y parvenir dans les meilleures conditions possibles. L’homme sportif se voit ainsi investi de la lourde tâche de sauver la société contre elle-même, et pour ce faire les sermons délivrés en chaire ne suffisent plus : il faut des actions plus concrètes et offensives, qui impliquent notamment la création de gymnases et de terrains de jeu, le développement de la vie au grand air, et l’inscription des pratiques sportives dans les programmes d’associations vouées à l’origine à des actions sociales.

27La Young Men’s Christian Association (YMCA) a probablement constitué l’exemple le plus achevé de ce genre d’action, et son développement aux États-Unis a eu un retentissement considérable sur le sport américain. Son histoire illustre parfaitement les tensions qui se manifestaient par rapport au sport dans la seconde moitié du xixe siècle au sein des différents courants protestants américains : fallait-il favoriser la pratique des sports ou la rejeter ? Si on la favorisait, fallait-il préférer les sports collectifs ou la gymnastique ? Quelle place devait occuper la religion dans ce dispositif ?

28Lorsque le mouvement est né à Londres en 1844, il se fixait comme objectif (comme beaucoup d’autres associations de l’époque) de venir en aide aux fractions les plus pauvres de la population nouvellement urbanisée. George Williams, lui-même issu d’une famille rurale et traumatisé par la découverte de Londres et des modes de vie dissolus qu’elle lui semblait favoriser, s’associe en 1841 avec quelques employés du magasin dans lequel il travaille et, encouragé par son patron, crée avec eux la « Drapers’ Evangelical Association » qui, pendant trois ans, organise des réunions de prières et de discussions autour de la Bible et distribue des tracts.

29En juin 1844, une douzaine de membres de ce groupe décide de renforcer l’association et de lui donner le nom de Young Men’s Christian Association ; il s’agit encore pour l’essentiel d’encourager la prière et l’étude de la Bible dans une perspective missionnaire, et non de développer l’éducation au sens classique du terme, et encore moins de favoriser les moindres divertissements, considérés comme des sous-produits redoutés de l’urbanisation. L’influence du méthodisme de John Wesley se fait ici sentir, mais aussi celles des congrégationalistes, des presbytériens et des anglicans évangéliques. De fait, tout au long de son histoire la YMCA anglaise restera très rétive par rapport aux pratiques sportives : à la fin du xixe siècle, le nombre d’antennes de l’Association disposant d’un gymnase est très faible.

  • 8 Lectures to Professing Christians en 1837, puis Lectures on Revivals of Religion en 1840.

30La YMCA va recevoir un important soutien en la personne d’un Américain, Charles G. Finney, alors connu pour avoir publié des ouvrages influents8 : il effectue, en 1849-1850 puis en 1858-1860, des tournées évangéliques dans les îles Britanniques au cours desquelles il condamne énergiquement « les parties de plaisir, jeux de balle, lectures de romans et autres méthodes pour perdre son temps » (cité in Baker 1994 : 44). Lors de la Grande Exposition de 1851, où les « Y » s’affichaient, des visiteurs canadiens et américains sont impressionnés et créent à leur retour la première antenne de la YMCA en Amérique du Nord, à Montréal. Boston suit un peu plus tard et le mouvement s’implante très vite : 56 associations dès 1856 en Amérique du Nord.

31Une telle prolifération n’est pas sans entraîner des différences locales quant aux buts poursuivis et aux clientèles visées, mais la perspective évangélique reste la même et la palette des moyens proposés est d’emblée très riche : aux salles de lecture, classes d’études de la Bible et groupes de prières traditionnels viennent s’ajouter très vite des listes d’emplois proposés et des capacités d’accueil pour les sans-abri. En opposition avec la conception anglaise, les « Y » américains pénètrent également largement au sein des collèges et des universités, et cela à partir de 1858.

32Si, à cette époque, l’attitude hostile envers toute forme de divertissement ou de jeu reste prédominante, elle est cependant attaquée de plus en plus ouvertement. Dans ce travail de sape de l’idéologie puritaine, Henry Ward Beecher s’est montré particulièrement efficace : à la tête de l’église de Plymouth (Brooklyn), cet amateur de sports estimait que le salut individuel était étroitement lié à l’action sociale, et qu’un tel lien pouvait notamment être réalisé par l’intermédiaire de la pratique sportive. Il militait pour la création d’un gymnase au sein de chaque antenne YMCA, où l’on pourrait pratiquer diverses formes d’athlétisme. La guerre civile repoussa la mise en application de ce principe, qui avait pourtant été accepté en 1860 par la septième conférence annuelle regroupant les 200 YMCA d’Amérique du Nord ; mais, en 1890, on comptait environ 400 gymnases gérés par l’Association, à la tête desquels étaient nommés des directeurs qui avaient pour particularité remarquable d’être des spécialistes d’éducation physique. De plus en plus de professionnels du monde du sport sont embauchés pour faire fonctionner ces structures, ce qui accroît leur sécularisation. Des collèges, à l’image de celui de Springfield, se spécialisent dans la formation de professeurs d’éducation physique et de travailleurs sociaux.

  • 9 C’est à Gulick que l’on doit l’adoption du symbole du triangle censé illustrer les vertus de l’édu (...)

33Mais dans l’ensemble, alors que vers les années 1880 les sports compétitifs (et notamment, on l’a vu, le baseball) connaissent un succès extraordinaire, l’opposition à leur égard reste majoritaire au sein de la YMCA. Un tel état d’esprit va cependant être bousculé par un jeune sportif et ancien enseignant de Springfield, Luther Halsey Gulick, qui n’aura de cesse de précipiter la timide avancée de la YMCA vers l’acquisition de terrains de baseball, de football américain, de tennis, et plus tard de basket-ball9. D’après Hopkins, historien du mouvement en Amérique du Nord, « Gulick hérita d’une YMCA faisant de la gymnastique suédoise et la fixa sur les terrains de basket et de jeu » (1951 : 246). La formule est sans doute un peu brutale, mais surtout elle fait l’impasse sur les débats au sein de l’association entre partisans et adversaires des sports collectifs de ballon, et notamment du baseball : si, pour les premiers, le baseball avait toutes les caractéristiques requises pour justifier l’appellation, courante à l’époque, de « sport national », pour d’autres il cumulait toutes les tares des pratiques sportives populaires dans la mesure où il était associé aux paris, à la consommation de boissons alcoolisées, au fait de jouer le dimanche, et surtout au professionnalisme. De ce dernier point de vue, le football américain, malgré sa violence et les blessures graves qu’il ne manquait pas d’entraîner, vivait encore son professionnalisme de façon plus discrète, au sein des universités ; plus animé, laissant moins de temps morts, il avait davantage les faveurs des dirigeants de la YMCA, et de nombreux collèges, clubs athlétiques et séminaires en ont favorisé la pratique – au moins jusqu’à ce que l’équipement, les assurances et la rémunération des entraîneurs ne deviennent trop coûteux. Le fait qu’en 1890 l’école de formation de Springfield l’adopte constitue une preuve éclatante de son acceptation ; sous la direction d’un ancien joueur de baseball et de football de Yale, Amos Alonzo Stagg, une équipe est en effet constituée qui s’impose dès 1891 comme une des meilleures des États-Unis.

34Mais surtout, l’investissement de la YMCA dans le développement des pratiques sportives aux États-Unis s’est manifesté dans l’élaboration du basket-ball et du volley-ball – deux des rares sports modernes n’ayant pas de véritables racines anciennes – respectivement par James B. Naismith et W. G. Morgan au début des années 1890.

Le protestantisme « invente » deux sports majeurs

  • 10 « Depuis le moment où l’on s’arrêtait de jouer au football, en automne, jusqu’au printemps où le b (...)

35Les circonstances précises de ces innovations illustrent bien les effets d’une attitude à la fois rationnelle et pragmatique. À la fin des années 1890, on l’a vu, les sports collectifs de ballon parviennent à s’imposer au sein de la YMCA aux côtés de l’athlétisme. Mais les dirigeants sont bientôt confrontés à un problème, qui va susciter un mécontentement de plus en plus virulent chez les étudiants : pendant les mois d’hiver, où les compétitions de baseball et de football sont arrêtées, les seules activités physiques proposées sont celles alors pratiquées dans les gymnases (athlétisme, gymnastique suédoise...)10. Pour tenter d’apaiser l’insubordination croissante des étudiants, Gulick charge James Naismith, Canadien diplômé de l’université McGill et employé au collège de Springfield, de mettre au point un jeu attrayant et praticable en intérieur.

36Naismith s’est d’abord attaqué au problème en suivant les recommandations de Gulick, pour qui il suffisait de combiner de façon nouvelle des traits déjà existants dans les sports disponibles, et en demandant aux étudiants du collège de donner leur avis et de faire des propositions. Certaines adaptations du soccer, du lacrosse ou du football se révélèrent catastrophiques, provoquant de nombreuses blessures et une forte dégradation du matériel du gymnase. Naismith suivit alors une autre voie : plutôt qu’adapter un sport connu, il était peut-être préférable de fixer rationnellement un certain nombre de principes fondamentaux pour guider la réflexion. Il parvint à une liste que l’on peut résumer ainsi : le jeu devait être facile à apprendre et à jouer ; il devait utiliser un ballon ; les contacts brutaux devaient être évités (ce qui serait obtenu par l’ensemble des règles concernant les passes et notamment l’interdiction de courir avec le ballon) ; le but du jeu devait être simple et clair – par exemple, lancer le ballon vers une cible.

37L’historiographie (cf. Myerscough, 1995), qui flirte ici avec la mise en scène du récit légendaire (Darbon, 2007c), précise que, muni de ces principes, Naismith présenta le nouveau jeu à ses étudiants révoltés un jour de décembre 1891, en sachant que ce serait probablement la dernière tentative possible avant l’insurrection générale... Les buts initialement prévus étaient deux boîtes carrées d’environ 1,20 m de côté et situées en hauteur, mais on ne trouva sur place que deux vieux paniers (baskets), que l’on suspendit de chaque côté du gymnase au rail inférieur du balcon, 3 m au-dessus du sol (distance encore en vigueur). Après quelques indications relatives aux règles du jeu (les fameuses « 13 règles », tapées à la machine, étaient affichées au mur du gymnase), le jeu commença et eut l’heur, dit-on, d’emporter l’adhésion des étudiants, qui non seulement l’adoptèrent comme leur jeu d’hiver mais le diffusèrent en quelques années dans les diverses antennes de la YMCA, aux États-Unis et à l’étranger. Dès 1892, les matchs organisés attirent des centaines de spectateurs.

  • 11 Ce type de présentation s’inscrit bien entendu dans une tradition qui renvoie au « récit légendair (...)

38Le jeu ainsi « inventé » subira quelques modifications réglementaires avant de prendre la forme que nous lui connaissons, mais l’essentiel avait été élaboré par Naismith à partir d’une application pragmatique de principes rationnels11. Comme il l’a précisé lui-même : « Les règles du jeu ont été formulées avant qu’il soit joué par qui que ce soit » (cité par Myerscough, 1995 : 143). Il les publia en janvier 1892 dans le magazine de Springfield, The Triangle, avec des commentaires ; les équipes pouvaient comprendre entre 3 et 40 joueurs, mais sa préférence allait à 9 : 3 défenseurs (1 gardien et 2 arrières), 3 centres pour contrôler le milieu du terrain, 3 avants (2 ailiers et 1 attaquant spécialisé dans les tirs).

  • 12 L’évolution vers le professionnalisme est un processus général dans le sport américain à l’époque. (...)

39Cependant, très vite se produisit un phénomène que nous avons déjà identifié dans le chapitre I par rapport aux sports anglais : du fait de l’engouement qu’il suscita, le basket-ball, en venant s’inscrire dans un champ de forces sociales et économiques beaucoup plus vaste que celui représenté ou contrôlé par la YMCA, prit son autonomie et échappa progressivement à ses créateurs. Un des symptômes de cette indépendance nouvelle fut l’irruption du professionnalisme qui, dès la fin des années 1890, toucha une fraction non négligeable des équipes créées en dehors de la YMCA : les meilleurs joueurs jouaient souvent pour plusieurs équipes et se faisaient rémunérer sur la base du nombre de minutes passées sut le terrain. Le temps était venu pour la YMCA de se désengager d’une histoire dont la maîtrise lui échappait désormais totalement : elle confia à l’Amateur Athletic Union le soin de s’occuper des destinées du basket-ball en 1898. La même année était créée une ligue professionnelle12.

40Un processus à peu près similaire à celui décrit pour le basket-ball s’est produit avec l’invention du volley-ball : même lieu ou presque (Holyhoke, Massachusetts), même période (1895), mêmes influences (YMCA) et volonté identique de créer de toutes pièces un jeu adapté. Mais en l’occurrence, le volley-ball dérive aussi du basket-ball en ce que celui-ci était jugé trop « dur » ; son concepteur, W. G. Morgan, voulait un jeu qui puisse être pratiqué par tous les groupes d’âge, et un moyen radical d’éviter les contacts a consisté à séparer les deux équipes par un filet. Les premières règles prévoyaient 9 joueurs par équipe, une rotation des joueurs qui devaient occuper successivement chacun des postes, et une division de chaque partie du terrain en trois zones réservées chacune à 3 joueurs qui devaient se passer la balle en rebonds successifs de ligne en ligne avant qu’elle soit envoyée au-dessus du filet.

41Là encore, une logique différente de celle qui avait été prévue au départ (un pur jeu de divertissement qui puisse aussi convenir à des adultes relativement âgés) est venue s’imposer : certaines équipes deviennent très performantes, souhaitent se rencontrer sur une base compétitive, et le jeu se mue en un sérieux sport d’équipe. Après la Première Guerre mondiale, le nombre des joueurs par équipe est réduit à six, le système de zones disparaît, le service se fait directement par-dessus le filet et des dispositifs d’attaque et de défense se mettent en place.

Fluctuations de l’investissement religieux dans le sport

  • 13 Naismith, qui avait conçu le basket-ball comme un jeu devant améliorer l’Homme, considérait qu’il (...)

42Au-delà des exemples édifiants du basket-ball et du volley-ball, le phénomène que nous avons décrit (la prise d’autonomie du sport par rapport à la sphère et aux valeurs religieuses) peut être considéré comme général à la fin du xixe siècle aux États-Unis. Le sport devient une fin en soi et non plus un moyen de promouvoir le chrétien exemplaire. Ce nouveau contexte va contribuer fortement à un recul de l’investissement religieux dans le sport, qui est désormais représentatif de valeurs et de pratiques (importance prise par l’entraînement13, le professionnalisme et l’argent, bureaucratisation de l’activité, standardisation de l’éducation selon des normes de moins en moins religieuses) qui rebutent ceux-là mêmes qui en avaient fait le fer de lance de leur action évangélique.

43Paradoxalement, le désengagement de l’Église va être précipité par quelques grandes figures qui avaient beaucoup œuvré pour installer les pratiques sportives au sein du mouvement religieux. À la lassitude bientôt exprimée par des personnes aussi influentes que Gulick et Naismith sont venues s’ajouter quelques défections spectaculaires. Billy Sunday, grand joueur de baseball professionnel dans les années 1880 et ardent promoteur de la « chrétienté musculaire », renonce dramatiquement à la pratique sportive en 1892, estimant qu’elle véhicule désormais des valeurs incompatibles avec celles de la religion. D’autres « fondamentalistes » adoptent la même attitude, mais la notoriété de Billy Sunday a rendu son désengagement particulièrement efficace. Un coup d’éclat analogue s’est produit avec une autre figure emblématique de la « chrétienté musculaire » américaine, C. T. Studd. En tant que membre des célèbres « Cambridge Seven », ce groupe de missionnaires sportifs partis en 1885 d’Angleterre pour évangéliser la Chine, Studd était le prototype du chrétien évangéliste utilisant le sport comme une plate-forme à partir de laquelle diffuser la parole du Christ. Son brutal renoncement, qui doit davantage à une conception mystique de l’engagement religieux qu’à une critique de l’évolution du sport vers des valeurs inacceptables, fit également grand bruit et contribua à précipiter le désengagement de l’Église américaine vis-à-vis du mouvement sportif.

  • 14 Ce qui n’empêchait pas le président de déclarer, selon Seymour (1960 : 3) : « Lorsque l’argent ent (...)

44À ce mouvement de repli répondait, au début du xxe siècle, l’affirmation des valeurs éminentes d’un sport sécularisé dont Theodore Roosevelt et son exaltation de la « strenous life » représentaient, on l’a vu, une des manifestations les plus éclatantes14. Par la suite – dès la fin de la Seconde Guerre mondiale – Tom Brown devait prendre sa revanche aux États-Unis avec l’émergence d’un renouveau protestant conduit notamment par des figures comme Billy Graham ou Gilbert Dodds. Cette phase de réengagement religieux dans la pratique sportive se confond en grande partie avec un effort prosélyte destiné aux pays étrangers. À cette époque, les structures fondamentales du sport américain sont solidement en place.

Une exception américaine ?

45Les puritains qui ont débarqué sur la côte est représentaient, on l’a vu, une fraction « dure » du protestantisme, et l’idéologie dont ils étaient porteurs, même si elle s’est trouvée progressivement mélangée à d’autres influences au gré des immigrations successives, n’est pas restée sans effets durables sur la société américaine. Les conditions particulières de leur implantation dans le « Nouveau Monde » étaient telles qu’ils se sont trouvés d’emblée affranchis des contraintes et des lourdeurs de la hiérarchie sociale caractéristique de leur pays d’origine, favorisant la création d’une société plus égalitaire et démocratique. Les difficultés de leurs nouvelles conditions matérielles d’existence ont contribué à renforcer un ensemble de valeurs orientées vers l’accomplissement individuel, le goût de l’effort et du travail, la compétition et la réussite matérielle, toutes qualités qui, pour être déjà inscrites dans l’idéologie protestante dominante en Angleterre, se trouvaient néanmoins exacerbées dans le contexte particulier de l’émigration en Amérique.

46Par ailleurs, si, dans le courant du xviiie siècle notamment, les autres vagues d’émigration forgèrent un pays et une société plus mélangés, la guerre de Sécession activa un questionnement dont l’essentiel subsiste encore de nos jours : qu’est-ce qu’un Américain ? En quoi cet « homme nouveau » se distingue-t-il de l’Européen ? Nombreux sont les romanciers et les historiens qui ont pris position dans ce débat, à l’image d’un George Bancroft qui, dans son History of the United States (1866), s’est attaché à développer la théorie de l’exceptionnalisme américain, défendant l’idée selon laquelle Dieu avait confié pour mission aux États-Unis de faire la preuve de la supériorité morale et politique de leurs institutions démocratiques ; s’il devait y avoir régénération du monde, c’est des États-Unis qu’elle devait venir. Dans cette lignée, l’ouvrage célèbre de Frederick J. Turner (1893) sur la signification de la frontière dans l’histoire américaine (frontière par laquelle s’effectuait la disparition des vieilles coutumes européennes au profit de l’avènement d’une civilisation proprement américaine), ou les travaux plus récents d’un Louis Hartz (1955) relatifs à la tradition libérale en Amérique (dont l’implantation aurait été facilitée par l’absence de deux traits spécifiquement européens, à savoir des institutions de caractère féodal et les menaces que représentait le socialisme naissant des classes laborieuses) constituent, parmi bien d’autres exemples, des efforts pour mettre en scène l’exception américaine.

47Aucun de ces travaux n’aborde la question d’une éventuelle spécificité des sports américains mais, comme le montre Guttmann (1978 : 93-94), les auteurs ayant travaillé plus précisément sur cet objet ont souvent mis en avant le fait que les États-Unis ont une approche distincte de celle des autres pays également en matière sportive. Cette position est-elle fondée ?

48Pour en juger, il convient en premier lieu de revenir sur cette idéologie puritaine qui a fortement contribué à structurer la société américaine, puis de montrer en quoi ses caractéristiques ont pu orienter la pratique des sports américains, et notamment fonder ce que l’on pourrait appeler la modernité sportive.

Formes de l’éthique protestante américaine

49Dans son célèbre ouvrage, L’Éthique protestante et l’esprit du capitalisme, Max Weber mettait en évidence un certain nombre de caractères constitutifs de l’éthique protestante – au sein desquels la notion de prédestination jouait un rôle essentiel – et montrait en quoi ils ont été un des facteurs essentiels des succès économiques des pays où dominait l’idéologie protestante dans les premiers stades du capitalisme européen ([1904-1905] 2003 : 3-254). L’année suivante (1906), en prolongement d’un voyage effectué aux États-Unis en 1904, il publiait une série de textes portant sur les sectes protestantes américaines (« “Églises” et “sectes” en Amérique du Nord », « Les sectes protestantes et l’esprit du capitalisme »), dans lesquels il décrivait les singularités du protestantisme américain (ibid. : 257-317).

50Il n’est pas question de synthétiser ici une thèse aussi complexe et foisonnante. Nous tenterons simplement d’en extraire les quelques aspects qui concernent notre propos.

51Si la question de l’ascétisme – l’accomplissement du croyant dans le déni du plaisir et la valorisation de l’inconfort et de l’autodiscipline – a traversé l’ensemble des mouvements religieux, elle a trouvé dans la religion protestante une formulation bien particulière. Plutôt que de considérer le monde comme une menace pour le salut de l’âme, le protestantisme a fait de l’action sur le monde et de sa maîtrise un outil permettant d’y parvenir ; plutôt que la contemplation et l’expérience intime du sentiment religieux, c’est l’engagement systématique dans un ascétisme de l’effort et de la transformation des conditions matérielles d’existence qui constitue le fondement de la pratique religieuse du protestant.

52Une telle volonté de maîtrise du monde a conduit à mettre en exergue, plus que dans les autres religions, la nécessité d’une rationalisation des comportements individuels et institutionnels : toute action doit pouvoir être mesurée, standardisée et contrôlée de façon à ce que son efficacité soit maximale, et dans cette perspective la méthode scientifique et les progrès technologiques – acquis des premières étapes du développement du capitalisme – sont des alliés précieux. Ce triomphe de la « raison technique », au sens que lui donnait Herbert Marcuse, se trouvait exprimé d’un point de vue théorique par Adam Smith dans sa Richesse des Nations – comment la division du travail contribuait à l’accroissement de la productivité – et d’une façon plus concrète par les méthodes de gestion scientifique des entreprises mises en œuvre par le Quaker F. W. Taylor et ses disciples. L’accent mis sur la rationalisation scientifique s’est notamment traduit par un intérêt accru pour les valeurs utilitaires et matérialistes, tout à fait en accord avec la conceptualisation newtonienne d’un monde uniquement mû par des forces mécaniques.

  • 15 Dans l’économie de marché capitaliste qui émerge au xixe siècle, la compétition individuelle est c (...)

53La doctrine calviniste de la prédestination impliquait la capacité pour chaque individu de définir et mesurer les progrès qu’il réalisait, à tout moment, sur la voie de son salut personnel. Mais dans la mesure où il n’était guère aisé de se persuader que l’on avait bien atteint un tel objectif, somme toute assez abstrait, des buts plus immédiats pouvaient être mobilisés, et entre autres les manifestations les plus concrètes et matérielles du succès personnel : la capacité à gagner de l’argent et à réaliser du profit, l’expansion des activités économiques. La réussite matérielle de chacun, devenue ainsi la seule preuve véritablement tangible du salut – et en même temps l’instrument de mesure selon lequel disposer les individus le long de l’échelle sociale – orientait l’ensemble d’une société vers le respect de valeurs plus individualistes que collectives et, en accord avec la conception calviniste d’une expérience hautement personnelle de la relation avec Dieu, donnait à l’éthique du travail une place de premier plan15. Le travail devient en effet, dans l’éthique de la société protestante, l’activité par laquelle les individus se définissent et donnent sens à leur existence.

54Enfin la conjonction entre la nécessité d’une action rationnelle sur le monde et celle de l’accumulation de richesses per se entraînait l’adhésion à une conception du temps qui fait de celui-ci un élément extrêmement précieux et qui doit être consacré entièrement à l’activité productive.

55Sans doute certaines de ces valeurs, ici très hâtivement présentées, sont-elles également présentes dans d’autres religions ; sans doute n’est-il pas nécessaire d’être protestant (ou de croire en Dieu) pour les faire siennes ; et sans doute le fait d’être protestant n’implique-t-il pas automatiquement que l’on s’y conforme. Il reste, comme le montre de façon convaincante Overman (1997 : 73-105), que c’est au sein de la société américaine qu’elles semblent avoir trouvé à s’appliquer de la façon la plus extensive. En quoi une telle idéologie a-t-elle pu influencer la pratique sportive des Américains ?

La modernité en question

56Les Américains eux-mêmes ne sont pas les derniers à se poser la question d’une éventuelle spécificité de leur rapport à la pratique sportive. Dans son ouvrage consacré à l’influence de l’éthique protestante sur le sport, Overman écrit : « Pourquoi nous sentons-nous coupables quand on joue seulement pour le plaisir du jeu ? Pourquoi faut-il que nous inscrivions toujours le jeu dans un ensemble d’objectifs à forte coloration morale ? Pourquoi finalement faut-il que nous prenions le sport tellement au sérieux ? » (1997 : 1).

  • 16 Le terme « archaïque » est ici utilisé en dehors de toutes les connotations péjoratives qu’il a pr (...)

57Nous avons déjà mentionné en introduction que si la notion de modernité peut avoir un sens dans le domaine sportif, ce n’est pas dans la perspective d’une opposition avec des périodes antérieures qui auraient connu des « sports primitifs », des « sports grecs », des « sports romains » ou des « sports médiévaux ». En revanche, au sein de cet ensemble de pratiques entièrement nouvelles nées au xixe siècle en Angleterre et que l’on qualifie de sports, il est possible d’opposer deux tendances : l’une, que l’on qualifiera d’« archaïque », au sens où elle véhicule des valeurs élitistes et aristocratiques dont le cricket, puis le rugby à XV, ont été longtemps porteurs16 ; l’autre, qui mérite le nom de « moderne » en ce sens qu’elle est porteuse de valeurs plus démocratiques et populaires et s’inscrit d’emblée dans une certaine forme de professionnalisme, à l’image du soccer, du rugby à XIII, du football et du baseball.

58Comme on le voit, ce clivage ne renvoie pas exactement dos à dos une « manière anglaise » et une « manière américaine » de pratiquer le sport : si aux États-Unis la version archaïque s’est trouvée rapidement disqualifiée au profit d’une conception résolument moderne de la pratique, en Angleterre en revanche, des tensions n’ont cessé de se manifester entre les deux – d’abord parce qu’au sein du cricket lui-même règnent depuis le début quelques ambiguïtés concernant le clivage entre amateurisme et professionnalisme, et surtout parce que le soccer, puis le rugby à XIII à partir de 1895, se sont engagés dans des voies résolument modernes. Il reste cependant qu’aux États-Unis, aucune tension de ce type ne s’est manifestée, et nous faisons ici l’hypothèse qu’il s’agit bien d’une spécificité fondamentale du sport américain. Pour la mettre en évidence, nous prendrons successivement deux couples d’opposition : cricket contre baseball, puis rugby à XV contre football.

Cricket vs. baseball17

  • 17 Pour un développement de ce qui est traité dans ce paragraphe, cf. Darbon (2007 b).

59Vouloir opposer deux sports dont les propriétés formelles sont aussi proches peut paraître étrange. Le dispositif fondamental qui fait s’opposer un joueur lançant une balle vers une cible (haie, portail, guichet ou ce que l’on voudra) et un autre joueur qui tente d’éloigner la balle en la frappant avec un bâton, est suffisamment simple et primaire pour s’être développé de façon indépendante dans des aires culturelles différentes et parfois très éloignées : dans le monde celte, en Scandinavie, en France, en Asie ou sur le continent américain (hurling, club ball, stool ball, lacrosse, shinty, polo, hockey sur glace ou sur gazon, etc.). De plus, le cricket et le baseball partagent, on l’a vu, un lien autrement plus solide : le second est assez directement issu du premier, ou tout au moins d’un de ses avatars, le rounders. Pourtant, il ne s’agit aucunement d’un antagonisme artificiel. On raconte volontiers, dans le monde du cricket – à moins que ce ne soit dans celui du baseball – que lors de sa première (et dernière) visite au Lord’s, ce temple du cricket anglais, Groucho Marx s’agitait beaucoup sur son siège. Le match avait débuté depuis longtemps, des individus bougeaient de façon apparemment désordonnée sur le terrain, et Groucho finit par se tourner vers l’ami qui était à ses côtés pour lui dire : « Quand le match aura commencé, tu me feras signe ? »

60L’anecdote est peut-être trop belle pour être vraie. Peu importe : ce qui est intéressant, c’est qu’elle est abondamment colportée, parmi bien d’autres du même acabit qui contribuent à alimenter les abîmes d’incompréhension séparant les adeptes des deux codes. Les Américains considèrent généralement que le cricket est une forme de baseball asthénique et empêtrée dans des rituels, des traditions et des codes moraux d’un autre âge, et les Anglais voient dans le baseball un avatar enfantin, sous-développé et, pour tout dire, profondément vulgaire du cricket.

61De fait, au-delà des évidentes similitudes formelles entre les deux codes, des différences fondamentales apparaissent, qui renvoient tout d’abord à deux conceptions sportives (on pourrait même dire à deux cultures sportives) antagonistes. Sans tomber, nous semble-t-il, dans un essentialisme excessif (les Anglais sont « comme ci », les Américains « comme ça »...), il apparaît en effet qu’à travers le cricket et le baseball (à travers leurs propriétés formelles comme à travers la façon dont ils sont pratiqués et les systèmes de valeurs qui leur sont associés) se cristallisent un certain nombre de traits culturels spécifiques et assez nettement différenciés. À partir d’un capital commun – le cricket dans sa version rounders – les Américains ont développé une forme de jeu, le baseball, qui s’en démarque sur de nombreux points.

Amateurisme et professionnalisme : la solution du cricket

62À première vue, et si l’on considère la pratique de haut niveau, la cause est entendue : le cricket et le baseball sont des sports professionnels, au sens où les joueurs sont payés pour jouer et n’exercent pas d’autre métier que celui de joueur. En réalité, les deux codes s’inscrivent de ce point de vue dans des évolutions historiques bien différentes.

  • 18 Cf. notamment, sur l’historique et les structures de cette institution, Heald (2004).

63Certes, si l’on s’en tient aux structures actuelles, les différences ne sautent pas aux yeux. Pour ce qui est du baseball, le professionnalisme constitue (et a constitué depuis ses débuts) une exigence incontournable : dès la sortie du collège ou de l’université, un joueur prometteur, repéré par les scouts à la solde des clubs, se verra proposer un contrat de travail, tout d’abord dans de petits clubs appartenant à des ligues locales ou régionales, puis – s’il se révèle décidément bon – par des clubs plus huppés. En Angleterre, des filières comparables permettent de recruter de jeunes joueurs au sein des clubs professionnels faisant partie des compétitions (de haut niveau) entre comtés, mais elles cohabitent avec des structures amateurs – par exemple, avec l’organisation d’une coupe des villages18.

64Néanmoins, la notion de professionnalisme n’a pas tout à fait la même signification dans les deux pays, dans la mesure où elle plonge ses racines dans deux réalités historiques bien différentes. On a vu dans le chapitre I ce qu’il en était du côté de l’Angleterre et du cricket, avec l’opposition « idéal-typique » entre gentlemen (amateurs) et players (professionnels) et les modifications qu’elle a subies à l’occasion de l’émergence d’une classe bourgeoise liée aux progrès de l’industrialisation et de l’urbanisation. L’univers moral délimité par la pratique, emblématique des classes supérieures, se traduit notamment par la mise en avant des idées de sportivité (sportsmanship), c’est-à-dire d’une structure générale de comportements qui, sans éliminer la compétition, ni même l’agressivité nécessaire pour gagner, instaure des cadres et des limites à ne pas franchir, ainsi qu’une subtile hiérarchie de valeurs. Dans la culture du cricket « pur » telle qu’elle s’est cristallisée dès le début de l’ère victorienne, cette hiérarchie appliquée à la recherche de la victoire donnerait à peu près ceci (Nandy, 2000 : 38) : victoire sportive > défaite sportive > victoire non sportive > défaite non sportive.

  • 19 Larwood se défendait ainsi des accusations de non sportivité qui étaient nées de la fameuse contro (...)

65L’attitude du gentleman amateur vis-à-vis de la victoire est constamment traversée par cette ambiguïté qui subordonne le fait de gagner à la manière de gagner. Une défaite « noble » (au sens où les critères moraux de la sportivité auront été respectés) sera toujours préférée à une victoire « ignoble » (acquise grâce à des procédés peu conformes avec l’éthique du gentleman amateur). Certains joueurs de cricket célèbres sont ainsi devenus emblématiques de cette tension entre dynamiques contradictoires qui est grossièrement représentative d’une opposition entre la période d’avant-guerre et la période qui lui a succédé. L’extraordinaire popularité d’un W. G. Grace (1848-1915) tient en grande partie à sa capacité à forcer la victoire – avec toute la roublardise requise – sans pour autant franchir les limites de la décence victorienne. Harold Larwood, fameux lanceur né en 1904, déclarait : « Je n’ai jamais lancé de ma vie avec l’objectif de blesser un homme. Leur faire peur, les intimider, ça oui » (Mookerjee, 1984)19. À l’inverse, un joueur comme Dennis Lillee, représentatif d’une époque plus « moderne », pouvait affirmer sans la moindre culpabilité : « J’essaie de frapper un batteur sur la cage thoracique quand je fais rebondir une balle et je veux le frapper suffisamment fort pour qu’il n’aie plus jamais envie de me voir en face de lui » (Lillee, 1974). Ou encore, Jeff Thomson : « Je trouve encore meilleur de frapper un batteur que de l’éliminer. Cela ne me gêne pas le moins du monde de voir un batteur blessé, en train de se rouler par terre en criant, et du sang sur le terrain. En fait, cela me rend heureux » (in Natarajan, 1986). Précisons malgré tout que Lillee et Thomson sont tous deux Australiens...

66Même lorsque l’on prend la mesure de la dimension provocatrice du propos, le fait qu’il puisse avoir été proféré par un grand joueur de cricket manifeste une rupture totale avec les exigences de l’idéologie fondant le cricket « pur ». L’essence de cette évolution « moderne » du jeu est très bien résumée par Nandy :

« Ce processus a inscrit au centre de la culture du cricket une sous-culture qui auparavant se situait à sa périphérie, et a rendu le cricket de plus en plus conforme à la majorité des sports modernes – à ceci près qu’il est plus lent et plus ennuyeux. Les règles, au lieu de faire partie d’un cadre au sein duquel dominaient les conventions ou les traditions, sont maintenant devenues la valeur suprême. À présent, les règles régulent par elles-mêmes. L’objectif n’est plus de faire étalage de son allégeance aux règles en montrant de quelle manière on se conforme aux conventions d’un ordre supérieur ou à l’idée de la sportivité. L’objectif est de faire preuve de ses capacités en tant que sportif ou en tant qu’équipe à l’intérieur des limites fixées par les règles en en faisant le meilleur usage » (2000 : 39-40).

  • 20 Pour un joueur de cricket, « playing hard ball » signifie « jouer au baseball ».

67Non seulement la tradition n’est plus un guide de comportement, mais encore la notion de règle épuise celle de normes – il n’y a pas de critères de comportement qui ne soient inclus dans les seules règles. L’attitude traditionnelle du batteur qui, ayant été éliminé, rentre de lui-même au vestiaire sans attendre l’injonction de l’arbitre, n’a plus cours de nos jours que dans le cadre d’un « cricket de village », certes encore très vivant en Angleterre, mais en marge des circuits professionnels dominants. Estimant que, pour celui qui cherche avant tout à gagner – « by playing the hard way20 » – le cricket est sans doute le pire des sports possibles, Nandy poursuit :

« Il y a bien d’autres jeux disponibles dans lesquels l’investissement fournit de bien meilleurs dividendes en termes de résultat assuré, de rapports encaissables et de gloire nationale. Il est absurde de perdre du temps, de l’énergie et de l’argent dans un jeu qui dure cinq jours, trente-quatre heures, et qui refuse à ce point d’accorder la moindre bienveillance aux efforts et aux talents humains » (2000 : 120-121).

68Le cricket, en somme, comme philosophie de l’existence ou comme art de vivre... Soit, sous la plume d’un de ses plus fervents défenseurs :

« Un jour entier assis sur une chaise longue au soleil, de préférence avec au moins un compagnon aux inclinations similaires pour faire passer les longueurs entre les overs, voilà qui me semble être une façon particulièrement civilisée d’occuper son temps. Si d’aventure le jeu devient excitant, c’est tant mieux, bien que celui qui pense que le cricket peut ou doit être immanquablement excitant ne comprend rien, à mon avis, aux charmes du jeu » (Heald, 1986 : 7).

Règles non écrites

69Contrairement aux sports modernes (baseball, football, basket-ball, volley-ball, mais aussi, du côté anglais, soccer et rugby à XIII), les sports archaïques comme le cricket et le rugby à XV s’inscrivaient jusqu’à une date récente dans un système acceptant deux niveaux de règles :

  • Celles qui sont officiellement reconnues, éditées par la Fédération ad hoc et qui permettent aux équipes de se rencontrer sur une base commune acceptée par tous.
  • Celles qui concernent davantage l’esprit du jeu que la lettre et que les organismes officiels considèrent comme des coutumes ou des conventions inscrites dans la tradition et manifestant la pérennité d’une culture sportive spécifique. Elles ne sont consignées dans aucun document officiel, mais n’en constituent pas moins un ensemble de normes à partir desquelles les joueurs (et spécialement les gentlemen amateurs, qui sont les garants de leur bonne application) sont constamment jugés, une sorte de « morale esthétique » (Nandy, 2000 : 28) partagée par les protagonistes et sans le respect de laquelle it is not cricket. Le fait de suivre les seules règles du premier niveau ne garantit nullement que l’on joue au cricket.

70Soit les quelques exemples suivants :

  1. Il n’existe aucune indication restreignant le nombre de joueurs de champ par lesquels doit passer une balle avant de revenir au lanceur pour qu’il procède à un nouveau lancer ; une équipe qui est en train de gagner réglera l’affaire en 15 secondes, alors qu’une équipe mal en point pourra s’accorder jusqu’à 2 minutes.
  2. Un lanceur peut passer un temps indéfini à polir sa balle avant de la lancer ; il ne s’arrêtera qu’au moment où il aura l’impression d’abuser, où lorsqu’il sentira que l’arbitre est prêt à intervenir.
  3. S’il n’a pas peur de se faire injurier par les spectateurs, un lanceur peut débuter sa course d’où il veut – par exemple depuis les limites du terrain – et il peut se diriger vers cette zone aussi lentement qu’il le souhaite.
  4. Un batteur peut venir consulter son partenaire en venant au milieu du pitch autant de fois qu’il le veut, réajuster ses protège-jambes autant de fois qu’il le souhaite, changer de batte à volonté...
  • 21 Bien entendu, encore une fois, même si le processus laisse subsister en Angleterre d’importantes t (...)

71Sur ces questions, comme sur bien d’autres du même ordre, rien n’empêche a priori de légiférer : c’est d’ailleurs la solution adoptée par les sports modernes (et notamment par le baseball) ; mais on considère que le processus serait sans fin. À la conception qui privilégie l’encadrement méticuleux pour éviter d’éventuels débordements, on préfère un état d’esprit fondé sur le respect de la subjectivité en estimant qu’une « morale supérieure » va réguler l’ensemble (Nandy, 2000 : 29)21.

  • 22 C’est à partir des années 1860 que le professionnalisme s’est solidement établi dans le monde du b (...)

72À l’inverse de cet ensemble de conceptions, le baseball s’est d’emblée inscrit dans des structures que l’on peut considérer comme entièrement novatrices par rapport à l’idéologie de l’époque22.

Le sport comme travail

  • 23 Lewis Mumford (1934) prétendait que « le héros sportif est un héros de l’efficacité ».

73En 1991 paraissait un ouvrage au titre évocateur : Men at Work. The Craft of Baseball. L’auteur, un universitaire du nom de George E Will, y détaillait de façon quasi ethnographique les pratiques et les discours de quatre personnages connus dans le circuit du baseball américain : un entraîneur (Tony La Russa), un lanceur (Orel Hershiser), un batteur (Tony Gwynn) et un défenseur de champ (Cal Ripken). L’image qui se dégage de cette investigation méticuleuse dans la fabrique du baseball est celle d’une organisation générale du « jeu » dont la dimension ludique a cédé la place à l’application systématique de principes en vigueur dans le monde industriel et dont le maître mot est rationalisation. La conception du travail sous-jacente, on l’a vu, est largement influencée par une vision puritaine du monde dans laquelle dominent la crainte de l’oisiveté et la croyance dans le fait que le travail que l’on réalise est un moyen privilégié de justifier sa propre existence vis-à-vis du Créateur (Weber, [1904-1905] 2003). Le jeu est une forme d’oisiveté, et le baseball, qui a débuté comme un jeu, se devait de devenir une forme de travail. Si le loisir est une activité à ce point suspecte, il reste en effet un moyen de le rendre acceptable et de soulager sa conscience : en diffusant les valeurs du travail au sein même de la sphère des loisirs et du sport. Le succès du sportif passe donc par un processus de rationalisation de toutes les dimensions de sa pratique23.

  • 24 Phénomène qui mériterait à lui seul une étude approfondie...

74Rationaliser la pratique a consisté en l’occurrence à importer dans le monde du sport et du loisir les méthodes et les valeurs qui ont fait leurs preuves dans le monde industriel, notamment sous la forme du taylorisme et du fordisme : le calcul, l’analyse des gestes, la fragmentation et la spécialisation des tâches, la planification, la soumission aux injonctions des experts. « La plupart des matchs sont gagnés par l’attention portée à de petites choses exécutées de façon professionnelle » (Will, 1991 : 7). Il s’agit en premier lieu d’accumuler des informations, pour mieux connaître l’adversaire, ses points forts et ses faiblesses (on emploie pour cela des scouts chargés d’espionner), mais aussi pour mieux se connaître soi-même. La débauche technologique moderne (chronomètres, caméras vidéo, ordinateurs et autres pistolets radars ou laser) n’a fait que rendre plus performante une quête incessante et obsessionnelle de données entamée pour ce qui est du baseball dès le milieu du xixe siècle. En combien de fractions de secondes tel lanceur arme-t-il son bras ? Combien de temps faut-il pour qu’un batteur passe d’une base à l’autre ? Comment l’entraîneur de l’équipe adverse a-t-il l’habitude de gérer les remplacements de joueurs en fonction des différents types de configuration du jeu ? Avec quelle fréquence un batteur gaucher renvoie-t-il une balle, lancée de telle ou telle façon, dans des zones du terrain que l’on a méticuleusement quadrillées ? etc. Quête sans limite, qui aboutit à une véritable obsession du chiffre et de la statistique24, mais dont l’objectif est ici de traquer la moindre parcelle d’incertitude.

  • 25 Le terme coach apparaît d’abord en Angleterre, mais ne désigne qu’une sorte de tuteur ou de répéti (...)
  • 26 Au cricket (comme au rugby ou au soccer), l’importance de l’entraîneur n’est certes pas négligeabl (...)

75Une des manifestations majeures de cette évolution est l’importance prise, dans la seconde moitié du xixe siècle, par la figure de l’entraîneur (coach25). L’objectif n’est pas ici l’exercice d’une mission éducatrice visant à forger le caractère dans une perspective de « chrétienté musculaire », mais tout simplement l’obtention de la victoire. Reconnus d’abord dans certains collèges et clubs du nord-est des États-Unis, très vite regroupés en corps professionnel autonome, évoluant au sein d’un marché soumis à la concurrence (les mieux payés étant ceux qui obtiennent les meilleurs résultats), les entraîneurs sont les agents privilégiés par lesquels se met en place la vision scientifique et rationnelle du sport que les Américains vont être de plus en plus nombreux à partager. Sur un terrain de baseball (comme sur le gridiron), l’entraîneur est omniprésent, communiquant en permanence, par la voix ou le geste, avec ses joueurs, donnant constamment des ordres de placement ou de tactique et leur laissant peu d’initiatives26. Le souci d’intervention est tel dans ce domaine que l’entraîneur général s’adjoint généralement des entraîneurs spécialisés : celui de la première base, celui de la zone de lancer (pitching coach), celui de la zone de frappe (batting coach), celui de la troisième base et, finalement, les scouts, sortes d’espions chargés de recueillir et de traiter le maximum d’informations sur l’adversaire. L’innovation est mise en avant, on expérimente de nouvelles techniques, de nouveaux gestes, de nouvelles modalités d’entraînement. Le processus même de l’entraînement bénéficie de la mise en service, au début du xxe siècle, de machines visant à standardiser les conditions auxquelles sont confrontées les joueurs. C’est par exemple l’« arbitre automatique » (une cible de la taille de la zone de strike avec des silhouettes de batteurs – gauchers ou droitiers, à la demande), ou des dispositifs mécaniques envoyant aux batteurs des balles de force et de direction réglables (Mrozek, 1983 : 88). Les programmes visant à accroître les capacités physiques des athlètes (training), secondés par des injonctions à respecter des régimes alimentaires étudiés, atteignent des degrés de sophistication considérables et sont, là aussi, caractérisés par une forte tendance à la spécialisation (développer tel type de muscle ou assouplir telle partie du corps en fonction du poste que l’on occupe).

  • 27 Alors qu’au baseball il existe neuf positions de jeu distinctes pour la défense, auxquelles sont a (...)

76La spécialisation des tâches devient d’ailleurs un maître mot de l’organisation des sports collectifs américains. Particulièrement développée dans le football, elle a gagné aussi le baseball où, contrairement au cricket qui valorise les joueurs capables d’exceller à tous les postes27, elle a été favorisée par l’autorisation, dès 1889, de remplacer un ou deux joueurs à n’importe quel moment dans le cours du jeu, même en l’absence de blessure ; cette nouvelle règle a rendu possible l’utilisation du relief pitcher (soit, mot à mot : le « lanceur de la délivrance »), seul capable, à un moment crucial, de faire basculer l’issue de la partie.

77En 1904, un observateur anglais, l’écrivain Angus E. Abbott, écrivait : « Il n’y a pas de jeu plus exact et scientifique [que le baseball]. Les Américains ont le génie pour prendre une chose, l’examiner de toutes parts, et en développer à l’extrême chacun des éléments. C’est ce qu’ils ont fait avec notre jeu de rounders ; à partir d’un passe-temps maladroit et primitif, ils en ont tellement resserré les articulations et lui ont apporté une telle touche de finition qu’il se dresse à présent comme une machine d’exactitude infinie » (in Mrozek, 1983 : 172).

Gagner, mais à quel prix ?

  • 28 Rappelons qu’au cricket, où les deux capitaines se sont accordés à l’avance sur la durée d’un matc (...)

78Une des caractéristiques du cricket qui rend ce jeu particulièrement obscur aux amateurs de baseball, c’est le statut du « match nul ». Que des règles du jeu puissent non seulement prévoir, mais dans de nombreux cas favoriser, une issue au combat où, après cinq jours de bataille acharnée, on déclare qu’aucune équipe n’a gagné, voilà qui passe l’entendement28. Dans l’idéologie sportive américaine, les choses sont claires : il s’agit d’un jeu à somme nulle, il doit y avoir un gagnant et un perdant, et si d’aventure l’on s’achemine vers un score nul des innings supplémentaires sont joués jusqu’à ce qu’une des équipes l’emporte sur l’autre dans le même nombre d’innings.

79Certes, il convient de se garder de tout angélisme. Même dans un sport archaïque, l’objectif de la victoire est essentiel, et tous les efforts sont orientés dans ce sens. Mais pas à n’importe quel prix. Le statut de la tricherie est particulièrement révélateur d’états d’esprits différents. Pour des pratiquants du baseball, la tricherie a le statut d’une activité « normale », même si répréhensible, alors que pour des pratiquants du cricket, c’est une atteinte épouvantable à l’esprit sportif, même s’il leur arrive de la pratiquer eux aussi...

80Une des opinions le plus souvent exprimées dans le monde du baseball fixe d’emblée les cadres du débat : « Un amateur qui triche pour gagner est un tricheur ; un professionnel qui triche pour nourrir sa famille est un compétiteur » (Will, 1991 : 100). Mais qu’entend-on exactement par tricher ?

  • 29 Par exemple, Whitey Ford portait au doigt une bague dont l’arête était tranchante ; lorsque les ba (...)
  • 30 Le même Whitey Ford mouillait la balle avec de la salive située dans le creux de son gant, puis me (...)

81Une manière classique de tricher consiste à agir sur les instruments du jeu (la batte, la balle et le terrain) – ce que les Américains appellent joliment doctoring. Une doctored bat (on dit aussi corked bat) a été partiellement évidée, le bois étant remplacé par du liège (cork) ou du caoutchouc de manière à rendre l’ensemble plus léger et plus efficace : le geste du batteur est plus rapide, et la balle est renvoyée plus loin. Pour obtenir une doctored ball, on cherche à lui donner une trajectoire erratique ou impossible à prévoir par le batteur, soit en altérant secrètement ses coutures ou le poli de sa surface (scuff ball)29, soit en l’humidifiant de façon asymétrique (juiced ball, spit ball, mud ball)30. Des équipes se livrent parfois à d’étranges travaux de terrassement pour modifier les caractéristiques de leur propre terrain, de manière à perturber les équipes visiteuses.

82Tout à fait illégales, ces pratiques n’en sont pas moins fréquentes, au point de mériter plusieurs entrées argumentées dans la plus réputée des encyclopédies du baseball, The New Dickson Baseball Dictionary. Ce qui donne par exemple, à l’entrée cork : « Comme pour le tripatouillage de la balle, l’altération de la batte, bien qu’expressément illégale, n’est pas rare » (Dickson, 1999 : 133) ; juice : « Altérer une balle de baseball de façon à ce que son comportement dans l’air ne soit pas normal » (ibid. : 283) ; resin ball : « Un lancer illégal où la trajectoire de la balle dévie brutalement parce qu’elle a été enduite de poudre de résine » (ibid. : 409) ; doctor : « Se procurer un avantage en modifiant secrètement les caractéristiques de la batte, de la balle ou de son propre terrain. La plupart de ces pratiques sont à la fois difficiles à détecter et illégales. Qu’elles soient réelles ou imaginaires, elles ont entraîné des débats extrêmement houleux et récurrents dans le monde du baseball » (ibid. : 159). À propos d’une autre entrée (mud ball), Dickson précise que l’expression a pris le sens étendu d’attaque basse ou déloyale : « Un candicat à une élection, en 1946, après avoir entendu un adversaire l’accuser d’avoir le soutien du Ku Klux Klan, avait dit : “Il a perdu sa première balle, puis il a perdu sa curve ball [balle vicieuse à la trajectoire incurvée]. Tout ce qui lui reste, c’est sa mud ball” » (ibid. : 332).

83Bien entendu, le cricket anglais, surtout depuis quelques décennies, n’est pas tout à fait exempt de ces pratiques douteuses, même si elles sont à l’évidence beaucoup moins fréquentes que dans le baseball américain. Mais il est significatif que dans les deux ouvrages de référence que sont le Dictionary of Cricket de Michael Rundell et le Language of Cricket de John Eddowes, on n’en trouve pas la moindre allusion ou mention. Attitude sans doute un peu hypocrite, qui consiste à ne pas aborder un sujet qui fâche ? Mais précisément, le fait même qu’il s’agisse d’un sujet qui fâche renseigne sur une attitude spécifique par rapport à la tricherie : largement pratiquée et commentée aux États-Unis, elle est, dans le cadre encore largement « archaïque » du cricket anglais, de l’ordre de l’indicible. Là encore, décidément, « it is not cricket ».

  • 31 « Les gentils garçons finissent derniers. »

84C’est encore l’appréciation que ne se privent pas de porter bien des amateurs de cricket quant à certains comportements sur le terrain de leurs homologues du baseball qui, non contents de vociférer et d’invectiver l’adversaire pour mieux l’intimider ou le déstabiliser, s’attaquent souvent violemment à l’arbitre. En témoigne par exemple la fortune du mot d’argot rhubarb, passé dans le langage commun, qui signifie une violente altercation (le plus souvent verbale, mais pouvant aller jusqu’à la bagarre) entre joueurs, entre supporteurs et joueurs, ou plus classiquement entre joueurs et arbitres (Dickson, 1999 : 410-412). Au baseball, il est convenu que, selon une expression qui a fait fortune, « nice guys finish last31 » – idéologie éminemment pragmatique que l’on n’hésite pas à fonder sur les principes les plus nobles : « Le célèbre fabricant d’articles de sport et de balles de baseball A. C. Spalding a même défendu le droit des supporteurs de s’attaquer aux arbitres : il estimait qu’ils étaient, en tant qu’Américains, en droit de s’opposer à la tyrannie sous toutes ses formes » (Smith, 2003 : 164).

  • 32 Par exemple, un arbitre ne prend pas la décision d’éliminer un batteur tant qu’un joueur de champ (...)

85Sur un terrain de cricket, quelques méchancetés peuvent bien être échangées entre joueurs, de préférence avec la distance et l’understatement requis, mais l’influence du décorum et de l’étiquette est beaucoup plus sensible ; on n’est pas censé distraire l’adversaire (au moins ouvertement), les ordres ou les remarques d’un capitaine à ses joueurs sont murmurés plutôt que criés et il est de bon ton que les décisions de l’arbitre, aussi injustes qu’elles puissent être, soient acceptées avec le flegme requis – stiff upper lip. Le formalisme qui accompagne les interactions entre joueurs et arbitres32, soucieux du maintien de relations pacifiées, n’est pas sans rappeler la coutume qui veut qu’un député intervenant à la Chambre des communes s’adresse au speaker et non aux membres de l’opposition. L’encadrement du jeu par une série de rituels (surtout le fait, pendant les pauses, d’aller prendre le « thé » avec l’équipe adverse et les arbitres, même lorsqu’il s’agit de rencontres à gros enjeux), l’élégance raffinée des vêtements des joueurs (chemise blanche, pantalon de flanelle blanc, foulard en soie), l’affectation de gestes de sportivité (applaudir l’adversaire lorsqu’il vient de vous battre) contiennent l’agressivité dans un ensemble de comportements hautement ritualisés et contribuent à consolider cette image d’un jeu intemporel, valorisant une forme de pureté et de détachement dans un contexte (la nécessité de gagner) qui le remet en question de façon permanente – tension éthique bien caractéristique des ambiguïtés du cricket en tant que sport archaïque et bien propre à faire sourire pratiquants et amateurs de baseball.

86L’ensemble des pratiques et des comportements que ces derniers valorisent se sont par ailleurs inscrits d’emblée dans un contexte où l’argent et la médiatisation du spectacle sportif constituaient des éléments essentiels du dispositif. On a vu plus haut que le cricket « pur » s’était structuré sur une opposition entre professionnels et amateurs, seuls les premiers étant rémunérés, de façon d’ailleurs assez modeste. L’avènement du cricket moderne, notamment à partir de la Seconde Guerre mondiale, avec l’accroissement considérable des recettes publicitaires et l’influence des télévisions (réseau Packer) sur l’organisation générale du jeu (création du « one day cricket »), a permis d’augmenter les budgets des clubs et de rémunérer davantage les joueurs. En 1970, un joueur de cricket professionnel employé dans une équipe de Comté gagnait en moyenne 1 500 £ pour une saison qui dure six mois. Un joueur recruté dans l’équipe d’Angleterre gagnait environ 2 500 £, mais il convient d’y ajouter, pour les meilleurs d’entre eux, les revenus provenant de la télévision et de la publicité.

  • 33 Le bilan du club en 1875 fait déjà apparaître une structure classique : les 37 767 $ de recettes ( (...)

87À la même époque (1975), un joueur de baseball comme Catfish Hunter signait un contrat de cinq ans à raison de 750 000 $ par an. Depuis cette époque, les salaires n’ont cessé d’augmenter, pour atteindre des sommets totalement hors de portée des joueurs de cricket : en 2003, le salaire annuel moyen était de 2,5 millions de $ (Duncan, 2004 : 297), soit plus de cinquante fois le revenu moyen des ménages aux États-Unis. Mais surtout, le processus était engagé depuis longtemps, puisque dès les années 1870 les joueurs d’un des premiers clubs professionnels, les Boston Red Stockings, gagnaient de 1 500 à 3 000 $ par saison en fonction de leur spécialité, c’est-à-dire de leur position sur le terrain33.

88En comparant les solutions adoptées dans l’organisation générale de ces deux sports emblématiques que sont le cricket et le baseball, on peut donc mettre en évidence une opposition entre une conception archaïque et une conception moderne de la pratique sportive. Cette opposition est ici fondée non pas historiquement, à partir d’une date ou d’une période où tout basculerait, mais d’un point de vue culturel, suivant que l’on met ou non l’accent, dans la pratique, sur l’organisation, la productivité, la technique, la spécialisation, la dimension commerciale ou publicitaire, la place faite à la personnalité du joueur ou à l’importance de la compétition. L’idéologie sur laquelle se fonde le sport moderne va à l’encontre des valeurs sur lesquelles le cricket (et le rugby à XV) se sont construits : elle réclame des jeux plus scientifiques et plus rationnels, aux structures plus professionnelles et valorisant davantage un type de spectacle fondé sur la rapidité et la décision immédiate.

89Bien entendu, si l’on élargit un tant soit peu le propos aux sports collectifs de balle et de ballon les plus répandus, le tableau doit être plus nuancé.

90Tout d’abord, il faut souligner que si, en souhaitant s’affranchir de la tutelle de l’Angleterre, la société américaine a construit le mythe d’un national pastime (Abner Doubleday et Cooperstown) avec ses héros spécifiquement américains (Babe Ruth et autres Ty Cobb), elle n’a pu totalement éradiquer certains éléments qui renvoient davantage à l’archaïsme qu’à la modernité. On mentionnera dans cette perspective le fait que, si le baseball est incontestablement un sport favorisant davantage la rapidité que le cricket, il reste néanmoins assez mal adapté – du fait de son rythme, de la durée des matchs et d’un déroulement de l’action beaucoup plus haché qu’au soccer ou au basket-ball – aux exigences du spectacle moderne et notamment des retransmissions télévisées. De même, on mentionnera le fait qu’à la discrimination de classe dont nous avons noté l’importance au cricket a répondu, au baseball, une forte discrimination raciale ; Jackie Robinson est devenu le premier joueur noir de Major League en... 1947 seulement, soit 44 ans après les premières World Series (1903), 76 ans après le premier match professionnel et un siècle après le premier match disputé selon les nouvelles règles. Par comparaison, le football professionnel a accepté des joueurs noirs beaucoup plus tôt, Charles Follis ayant initié le mouvement en 1902.

91Par ailleurs, si les États-Unis se présentent de ce point de vue de façon assez monolithique – le baseball, le gridiron football, puis à la fin du xixe siècle le basket-ball et le volley-ball, s’étant inscrits d’emblée dans le cadre des sports modernes – l’Angleterre s’est trouvée partagée, dès la seconde moitié du xixe siècle, entre une idéologie sportive archaïque (représentée surtout par le cricket et le rugby à XV) et une version plus proche de la solution américaine (avec le soccer et, à partir de 1895, le rugby à XIII). Le cricket lui-même, depuis environ un demi-siècle, s’est trouvé entraîné dans un processus de modernisation qui doit beaucoup à l’attrait (notamment financier) exercé par les nouveaux dispositifs médiatiques. Autrement dit, au risque d’utiliser une formule un peu brutale, le cricket nous donnerait l’exemple d’un sport archaïque en voie de modernisation et le baseball celui d’un sport moderne ayant conservé quelques traits d’archaïsme.

92Avec l’opposition entre rugby à XV et football, ces nuances tendent largement à disparaître.

Rugby à XV vs. football

93Un des principaux traits qui contribuent à faire du rugby à XV un sport davantage marqué par l’archaïsme que le cricket (et a fortiori que le baseball), c’est la position qu’il a adoptée d’emblée, et à laquelle il s’est tenu pendant un siècle et demi, par rapport à la question de l’amateurisme.

La crispation du rugby à XV sur les principes de l’amateurisme

94Alors que le cricket instaurait des relations complexes et fluctuantes entre gentlemen et players, le rugby n’a cessé de revendiquer un amateurisme « dur » depuis les années 1870. Le fait qu’il y ait eu, dans la réalité, certains accommodements pragmatiques avec le principe de base (nous en verrons plus loin les principales caractéristiques) n’altère pas fondamentalement la logique de l’opposition avec le football. Pour le comprendre, il faut revenir à la dynamique interne qui s’est manifestée en Angleterre à cette époque.

  • 34 Les solutions vont de la compensation monétaire tenant compte des jours de travail perdus du fait (...)

95Le succès du « football pratiqué à Rugby » est tel qu’il se développe rapidement sut l’ensemble du territoire, et notamment dans les régions du nord de l’Angleterre où le Yorkshire et le Lancashire sont particulièrement réceptifs. Dans ces régions à forte implantation industrielle, ce sont surtout les membres de la bourgeoisie et de la classe ouvrière qui prennent le jeu à leur compte. Les modalités de pratique qu’ils développent sont souvent incompatibles avec celles qui avaient présidé à la naissance du rugby dans les établissements scolaires, les universités et les clubs fondés par les Old Boys : valorisation des coupes et des ligues, accès payants aux stades (le sport comme spectacle) et surtout diverses formes de rémunération des joueurs34 ; dans cette perspective, le sport introduit un brouillage entre loisir et travail : compte tenu du lien nouvellement créé entre rémunération et résultats (la victoire devient la contrepartie du salaire), l’entraînement s’impose comme une forme obligée de la pratique et la transformation corrélative du sport en travail menace de détruire son essence même – en tout cas aux yeux des pères fondateurs, pour lesquels le sport devait rimer avec le plaisir de jouer (Dunning et Sheard, 1979 : 145-151). Une évolution comparable avait eu lieu pour le soccer au début des années 1870, également sous l’influence de clubs du nord de l’Angleterre (bien que certains clubs sudistes aient aussi été en pointe dans ce domaine) ; mais à la différence du rugby, ces développements ne conduisirent pas à une scission entre amateurs et professionnels, ces derniers occupant seuls le terrain.

96Pour ce qui est du rugby, en effet, l’antagonisme entre ces deux idéologies prit pour les membres fondateurs un tour particulièrement douloureux lorsqu’il devint clair que les clubs nordistes, d’une part, avaient de plus en plus d’influence au sein de la RFU (et ce dès le début des années 1880) et, d’autre part, battaient systématiquement les clubs sudistes sur le terrain. Une réaction devenait nécessaire ; elle prit la forme d’une affirmation systématique et solennelle des valeurs constitutives de l’idéologie amateur qui, jusque-là, paraissaient tellement « naturelles » qu’elles n’imposaient aucune mise au point particulière. Pour un gentleman issu des public schools ou d’Oxbridge, ce qui était naturel, c’était à la fois que la pratique du rugby soit une activité qui se suffise à elle-même (ce qui disqualifiait toute forme de rémunération et son cortège de contraintes associées) et qu’elle s’inscrive dans un code moral (mais aussi largement marqué par la hiérarchie sociale) valorisant le contrôle des émotions dans la victoire comme dans la défaite, le fair play et le respect d’un ensemble d’attitudes respectueuses de l’adversaire. Cela n’excluait pas le désir de gagner, mais le subordonnait, comme on l’a vu avec le cricket, à la recherche du plaisir.

97Cette crispation sur les fondements de l’amateurisme devait conduire à la scission de 1895, les clubs nordistes créant leur propre fédération (Northern Union) sur des bases ouvertement professionnelles (Dunning et Sheard, 1979 : 165-174). Le simple fait qu’existe désormais, dans le paysage du rugby anglais, ce « frère ennemi » bien identifié renforçait une dynamique de repli des tenants de l’amateurisme et contribuait à ancrer l’opposition entre les deux codes dans des antagonismes de classe.

98De ce repli sur le lien entre sport et plaisir (et non entre sport et travail) devait résulter notamment la valorisation d’une « manière d’être » assez spécifique au rugby à XV. Nous avons montré ailleurs (Darbon, 2002) comment les propriétés formelles du rugby induisent une certaine culture sportive (au sens de la combinaison particulière d’un ensemble de pratiques et de comportements – sur le terrain comme en dehors – mais aussi de rapports au corps – à son propre corps comme à celui de l’adversaire ou de ses coéquipiers – et de systèmes de valeur), et comment cette culture n’est pas réductible à une autre (celle du soccer ou même celle, apparemment beaucoup plus proche, du rugby à XIII). Au fondement de ces différences, les règles du jeu ont un rôle évidemment essentiel : prévoyant explicitement (ou interdisant) les phases de percussion et de plaquage, ou les modalités selon lesquelles les corps des joueurs interagissent – l’exemple des phases de mêlée ouverte ou fermée étant dans ce cas particulièrement éclairant dans l’opposition entre le rugby à XV et tous les autres sports collectifs de ballon – elles donnent plus ou moins d’importance et de nécessité à certains types de comportements, par exemple ceux orientés vers la solidarité ou l’individualisme. Dans le cas qui nous occupe, l’antagonisme entre clubs nordistes et clubs sudistes s’est traduit par une sorte de « valorisation réactive » des caractéristiques qui font du rugby à XV un sport de combat collectif dans lequel la notion de solidarité est essentielle (cf. aussi Saouter, 2000). Les formes de convivialité qui en découlent (et dont la partie la plus visible est la fameuse « troisième mi-temps » et les débordements quasi obligés qu’elle suscite) inscrivent le rugby à XV dans l’archaïsme et non dans la modernité.

99Si l’on se tourne à présent du côté du football, le paysage est entièrement différent.

L’exacerbation des tendances à la modernité

100Relevons tout d’abord que le football revêt des caractéristiques qui rappellent assez précisément la situation qui prévaut dans le baseball et que nous avons qualifiée de moderne.

  • 35 D’abord recruté par le Chicago University Club, puis payé 500 $ pour jouer au sein de l’Alleghany (...)

101Concernant l’adoption de structures professionnelles, le football semble à première vue avoir eu un temps de retard : ce n’est en effet qu’à partir de 1892 – date à laquelle un joueur de Yale, « Pudge » Heffelfinger, quitte son emploi pour devenir le premier professionnel de l’histoire du football35 – que ces structures se mettent en place. L’exemple d’Heffelfinger est rapidement copié sur tout le territoire et les clubs qui sont indépendants des établissements scolaires et universitaires deviennent ouvertement professionnels. Dans la réalité, cependant, la période qui précède, où le football des collèges et des universités règne sans partage, est loin d’être exempte de pratiques qui constituent un professionnalisme plus ou moins larvé. En 1874, Harvard fait payer les spectateurs à l’entrée des stades. Pour les remplir, on fait appel à des sociétés publicitaires. Les vainqueurs sont célébrés en héros, paradent dans la ville devant des foules considérables et excitées, et sont logés dans les meilleurs hôtels. Les entraîneurs sont rémunérés. Au tournant du siècle, le secteur « amateur » et le récemment créé secteur professionnel ne sont guère différents du point de vue de la monétarisation du jeu :

« Le commercialisme était rampant, même dans les collèges les plus respectables, qui s’endettèrent lourdement pour construire des stades. L’entraîneur qui avait de bons résultats obtenait un salaire élevé. Les athlètes des collèges et des lycées étaient recrutés de façon scandaleuse pour jouer dans les équipes des établissements scolaires ; on leur octroyait souvent des bourses pour pratiquer le sport, en violation des règles de l’amateurisme et au détriment des exigences académiques. La Grande Dépression des années trente n’altéra que marginalement ces conditions » (Arlott, 1975 : 324).

102Dans le secteur professionnel, la concurrence entre la National Football League (NFL) et l’American Football League (AFL) née en 1960 propulse les salaires des joueurs à de telles hauteurs que, dès les années 1960, les contrats peuvent excéder les 600 000 $.

103Dans une pratique sportive où l’enjeu dépasse à ce point le jeu, la conception du sport comme travail s’impose là encore – situation qui se démarque donc peu de celle du baseball, et où il est logique de retrouver des traits assez semblables. Parfois même les solutions adoptées vont encore plus loin, comme en matière de spécialisation des tâches. Il s’agit moins en l’occurrence du personnel d’encadrement, où la situation rappelle celle du baseball (un manager principal supervise une équipe qui comprend un entraîneur principal, des entraîneurs adjoints pour les équipes offensives et défensives, et souvent des entraîneurs spécialisés par type de poste), que des joueurs eux-mêmes : une équipe est en fait composée d’un groupe pratiquant exclusivement la défense et d’un autre groupe pratiquant exclusivement l’attaque. Les remplaçants dans chaque groupe ne sont entraînés que pour l’attaque ou la défense. Des joueurs ont pour seule tâche de donner des coups de pied de pénalité ou d’engagement. Les possibilités de substitution de joueurs en cours de match sont multiples (les feuilles de match comprennent souvent plus de 40 joueurs). Il en résulte des interruptions de jeu très fréquentes, qui permettent de changer les dispositifs en fonction de l’évolution du jeu et du score. Déjà en 1887 Walter Camp pouvait écrire : « La division du travail a été mise en œuvre de façon si complète et avec tant de succès sur le terrain de football qu’à présent un joueur doit s’entraîner pour un poste particulier » (1887 : 68). Alors qu’en 1882 tous les linemen (excepté les ends, situés à chaque extrémité) sont appelés « avants », en 1885 on les individualise en tackles, guards et centres ; petit à petit, les arrières obtiennent des rôles particuliers et des noms distincts, et le quarterback devient le pivot et le leader du jeu.

104Le football colle aux valeurs d’une Amérique conquérante, industrielle, productive, efficace. Le jeu revêt des caractères de précision horlogère et de scientificité. Tout peut être chiffré et mesuré, ce que rend particulièrement visible le dispositif de quadrillage du terrain par des lignes distantes de 5 yards (gridiron).

105Le rugby, dira-t-on, n’est pas exempt de spécialisation : on y distingue en effet très nettement « avants » et « arrières » ; au sein des avants les piliers, le talonneur, les deux joueurs de deuxième ligne et, au sein de la troisième ligne, les rôles respectifs des n° 6, 7 et 8 qui ne sont pas identiques ; les demis (de mêlée et d’ouverture) ont aussi des tâches spécifiques à assurer, et il est encore possible d’individualiser les centres, les ailiers et l’arrière. Sans doute est-ce là la dimension la plus moderne du rugby à XV ; mais elle reste cependant assez modérée par rapport au football : on ne remplace pas en cours de jeu une équipe attaquante par une équipe de défense, les substitutions de joueurs sont plus limitées et la spécialisation des entraîneurs, d’ailleurs récente, se borne généralement à la distinction entre un responsable des avants et un responsable des arrières.

  • 36 Walter Camp : « Le capitaine désire habituellement gagner [...] quel qu’en soit le prix » (in Gems (...)
  • 37 Celle qui s’intéresse au football est en comparaison extrêmement limitée et, le plus souvent, d’un (...)

106Ajoutons au tableau footballistique les fréquents recours à la « tricherie » dont nous avons vu qu’elle distinguait aussi le baseball du cricket ; ce qui serait dans le rugby considéré comme une atteinte au fair play est ici la preuve que l’entraîneur est un grand innovateur36. N’oublions pas l’importance des paris, ainsi que la hantise des matchs nuls considérés comme déshonorants... Dans ce contexte, il est frappant de voir à quel point, aux États-Unis même, les représentations communes qui s’attachent au football semblent s’inscrire en opposition systématique par rapport à celles du baseball (Darbon, 2008). Au sein de l’immense littérature consacrée au baseball37, la valorisation du national pastime est souvent associée à la stigmatisation d’un football chargé de tous les maux. Comme le dit McGimpsey (2000 : 34), « le football devient une part importante de la dialectique culturelle sur laquelle se fonde le baseball, toujours là pour offrir la clef de la distinction entre mauvais sport et bon sport ». Au-delà des affirmations communes et péremptoires que l’on peut résumer par la formule « le baseball est bon parce c’est le baseball », fleurissent ainsi des comparaisons qui toutes vont dans le sens d’une supériorité du baseball sur le football. Thomas Boswell a écrit un célèbre essai intitulé « 99 raisons pour lesquelles le baseball est meilleur que le football » (Boswell, 1989 : 29-37), et de nombreux auteurs ont insisté sur l’opposition entre un football hypersexualisé et un baseball davantage tourné vers des valeurs « familiales », mais la plus populaire des contributions en la matière est sans doute due à George Carlin, qui a construit un monologue comique sur les différences entre les deux sports, dont voici un extrait :

  • 38 Façon « molle » de frapper la balle pour créer un élément de surprise.
  • 39 Coup de pied offensif dans le ballon.
  • 40 Atteindre la home base pour marquer des points.
  • 41 Sacrifice bunt, coup tactique.

« Le baseball est pastoral ; le football est technologique.
Le baseball se joue dans un parc ; le football se joue dans un stade.
Le baseball n’a pas de limite temporelle... “On ne voit jamais quand cela va finir !” ; le football est minuté de façon rigide et la partie se termine même s’il faut en passer par la mort subite.
Au baseball il y a le bunt38 ; au football il y a le punt39.
Le but du baseball est de rentrer à la maison40... “Je reviens chez moi” ; au football, on s’écroule en territoire ennemi, en atteignant la zone limite (end zone). [...]
Au baseball on fait un sacrifice41... et on commet une erreur ; au football on encourt un penalty. (Carlin, 1975).

107L’image idyllique du baseball qui est ainsi véhiculée par le biais du contraste avec le football a beau manifester un important décalage avec la réalité (le monde « impitoyable » du sport professionnel...), elle n’en est pas moins extrêmement répandue. Alors que le baseball a rapidement donné lieu à des représentations légendaires qui empruntent à la fois au nationalisme (donner au jeu une origine qui ne soit pas anglaise) et au pastoralisme (la nostalgie d’une Amérique rurale où se concentrent les « vraies » valeurs) tout en facilitant la résolution des conflits intergénérationnels (illustrée par la traditionnelle partie de catch ball jouée entre père et fils), le football semble endosser toutes les tares de la modernité. Représentations certes trop commodes, mais non dénuées de tout fondement, et contre lesquelles les intéressés se défendent mollement.

108Comme le baseball, et parfois davantage, le football semble légitimer la conclusion selon laquelle il y aurait une « conception américaine du sport ». Mais, comme nous l’avons déjà noté, elle ne s’oppose pas à une « conception anglaise du sport » dans la mesure où, alors qu’aux États-Unis la question de la modernité a été rapidement réglée, la Grande-Bretagne a eu (et a encore) de ce point de vue une attitude ambiguë, qui se manifeste par une tension entre des solutions archaïques (le cricket, le rugby à XV) et des solutions modernes (le soccer, le rugby à XIII).

109Enfin, ces oppositions ne sauraient être figées ni essentialisées. Nous avons vu comment le cricket s’était (partiellement) modernisé après le second conflit mondial. Plus tardivement, le rugby à XV s’est lui aussi engagé dans un processus analogue, dont l’adoption du professionnalisme en 1995 a été le principal moteur. En France, un club comme le Stade Français, dirigé par Max Guazzini, pousse cette logique assez loin en accentuant la dimension de « spectacle » du match de rugby, les affrontements sur le terrain n’étant plus que le prétexte à une mise en scène médiatisée avec pom-pom girls, karaoké géant, oriflammes et dramatisation de la sortie des joueurs du tunnel... Le public lui-même évolue, moins au fait des subtilités d’une culture exigeante (et de règles du jeu particulièrement complexes). Les « anciens » crient à la trahison et s’épanchent dans le registre de la nostalgie ; les « modernes » se félicitent d’une évolution qui amène au rugby des foules de spectateurs plus fournies et l’ouvre au monde.

110Le processus n’est pas encore achevé. Mais gageons qu’il est suffisamment bien engagé pour que l’on puisse prévoir la victoire définitive, à terme, de l’idéologie sportive que les Américains ont si efficacement promue et tenté d’étendre au monde entier.

Notes

1 Sur l’histoire tumultueuse des tensions et des évolutions au sein du mouvement jusqu’à l’époque moderne, on pourra consulter les ouvrages classiques de Turkin et Thomson (1972) et de Seymour (1960-1990), ainsi que, pour une brève mais excellente synthèse, Arlott (1975). Sur la surprenante implantation d’un baseball féminin dans les collèges américains, cf. Seymour (1990).

2 Pour remettre la balle en jeu, le scrimmage met face à face les deux équipes, séparées par une étroite zone neutre, alors que la mêlée de rugby (scrum) prévoit l’affrontement direct de 8 avants contre les 8 avants adverses, arc-boutés les uns contre les autres.

3 En 1905, une des pires saisons, on compta 18 morts et 159 blessés dans le cours du jeu, ce qui amena le président Roosevelt à intervenir auprès des représentants de certains collèges pour exiger des mesures correctrices.

4 On a mentionné, dans le chapitre I, l’engouement des Anglais pour les récits chevaleresques et les mises en scène « gothiques ». Certains aristocrates du sud des États-Unis, émus eux aussi par les écrits d’un Walter Scott, organisaient encore des tournois médiévaux pendant le xixe siècle.

5 Cf., dans l’introduction, le catalogue de ces critères et la critique de la notion de « sport moderne ».

6 Un fort courant du protestantisme américain valorisait une certaine image de la féminité, faite de sensibilité, de raffinement et d’investissement dans les vertus éducatives, toutes valeurs peu compatibles avec celles prônées par les tenants de la « chrétienté musculaire ». Cf. la thèse (controversée) d’Ann Douglas (1988), selon laquelle les hommes cherchant à faire carrière choisissaient plutôt le monde des affaires que celui de l’Église, ce qui laissait celle-ci aux mains de responsables moins « virils » et de femmes. En 1899, les femmes constituaient les 3/4 des membres et 9/10e des pratiquants. Mais c’est aussi le cas dans l’enseignement (en 1920, 80 % des enseignants avant le collège sont des femmes) et dans la vie culturelle en général.

7 Comme l’indique Putney (2001 : 38), le directeur du Département d’éducation morale de la ville de Philadelphie, Charles K. Taylor, estimait qu’il était « dix fois plus important pour les enfants de savoir que Rome avait été détruite du fait de la faiblesse physique et de la corruption morale [de ses habitants] que d’étudier les noms des Césars successifs ».

8 Lectures to Professing Christians en 1837, puis Lectures on Revivals of Religion en 1840.

9 C’est à Gulick que l’on doit l’adoption du symbole du triangle censé illustrer les vertus de l’éducation prônée à la YMCA : mind, body and spirit, réunion des idéaux chrétiens et sportifs.

10 « Depuis le moment où l’on s’arrêtait de jouer au football, en automne, jusqu’au printemps où le baseball reprenait, il ne nous restait plus qu’à travailler au cheval d’arçon et sur différents appareillages, ou à pratiquer la gymnastique suédoise » (Naismith, cité par Myerscough, 1995 : 139).

11 Ce type de présentation s’inscrit bien entendu dans une tradition qui renvoie au « récit légendaire des origines », particulièrement évident dans les cas de l’ » invention » du baseball (Abner Doubleday et Cooperstown) et de celle du rugby (William Webb Ellis et son supposé geste transgressif consistant à prendre le ballon à la main), et qui assigne à des individus providentiels un rôle éminent – focalisation contribuant à exclure de l’explication le jeu complexe des forces sociales sans lesquelles rien n’aurait été possible (cf. Darbon, 2007c).

12 L’évolution vers le professionnalisme est un processus général dans le sport américain à l’époque. On l’a vu avec le baseball et le football. La boxe, qui était bannie de la plupart des villes des États-Unis du fait de son statut professionnel, devint plus facilement acceptée dès lors qu’elle adopta les règles défendues par le marquis de Queensberry, qui imposent notamment le port des gants.

13 Naismith, qui avait conçu le basket-ball comme un jeu devant améliorer l’Homme, considérait qu’il devait être joué, et non entraîné...

14 Ce qui n’empêchait pas le président de déclarer, selon Seymour (1960 : 3) : « Lorsque l’argent entre par la porte, le sport s’envole par la fenêtre. »

15 Dans l’économie de marché capitaliste qui émerge au xixe siècle, la compétition individuelle est considérée comme le moteur du progrès.

16 Le terme « archaïque » est ici utilisé en dehors de toutes les connotations péjoratives qu’il a prises dans le langage courant, et au sens où l’on oppose, dans l’histoire de la Grèce ancienne, la période « archaïque » et la période « moderne ».

17 Pour un développement de ce qui est traité dans ce paragraphe, cf. Darbon (2007 b).

18 Cf. notamment, sur l’historique et les structures de cette institution, Heald (2004).

19 Larwood se défendait ainsi des accusations de non sportivité qui étaient nées de la fameuse controverse relative au bodyline, à l’occasion de la tournée de l’Australie en Angleterre en 1932-1933. Pour contrer l’efficacité dévastatrice de l’équipe australienne, et notamment de son batteur Don Bradman, le capitaine anglais Douglas Jardine avait mis au point une technique de lancer très discutée (dont Larwood était le principal artisan) et potentiellement très dangereuse pour les batteurs.

20 Pour un joueur de cricket, « playing hard ball » signifie « jouer au baseball ».

21 Bien entendu, encore une fois, même si le processus laisse subsister en Angleterre d’importantes tensions, le cricket lui-même a fini pat adopter, depuis quelques décennies, le point de vue du sport moderne.

22 C’est à partir des années 1860 que le professionnalisme s’est solidement établi dans le monde du baseball. Les entraîneurs et les meilleurs joueurs sont rémunérés. En 1861, les Cincinnati Red Stockings deviennent la première équipe entièrement salariée (Overman, 1997 : 189).

23 Lewis Mumford (1934) prétendait que « le héros sportif est un héros de l’efficacité ».

24 Phénomène qui mériterait à lui seul une étude approfondie...

25 Le terme coach apparaît d’abord en Angleterre, mais ne désigne qu’une sorte de tuteur ou de répétiteur et reste confiné au monde de l’enseignement. Son apparition en Amérique est postérieure à la guerre civile, mais elle concerne alors le domaine sportif.

26 Au cricket (comme au rugby ou au soccer), l’importance de l’entraîneur n’est certes pas négligeable, mais elle s’exerce essentiellement avant la partie ; une fois les débats engagés, les joueurs retrouvent de grands espaces de liberté (Smith, 2003 : 46-47). En revanche, le rôle du capitaine, joueur parmi d’aunes mais tout puissant sur le terrain, est essentiel, surtout au cricket.

27 Alors qu’au baseball il existe neuf positions de jeu distinctes pour la défense, auxquelles sont affectées des joueurs particuliers, au cricket chaque joueur, quelles que soient ses capacités ou ses préférences, est obligé de battre, de lancer et d’être joueur de champ. Les véritables all rounders, aussi bons à la batte qu’au lancer (ou en tant que gardiens de guichets), restent néanmoins assez rares.

28 Rappelons qu’au cricket, où les deux capitaines se sont accordés à l’avance sur la durée d’un match (par exemple, cinq jours s’il s’agit d’un test match), si celui-ci n’est pas totalement terminé à l’issue de la période prévue, il n’y a ni vainqueur ni vaincu, quelle que soit la marque au tableau d’affichage. À titre d’exemple, depuis que les matchs internationaux existent, sur les 84 rencontres entre l’Angleterre et l’Inde, 38 se sont terminées par un match nul. Si l’on inclut toutes les rencontres ayant eu lieu entre les principales nations (celles qui font partie du circuit des test matches), 39 % d’entre elles ont été dans ce cas.

29 Par exemple, Whitey Ford portait au doigt une bague dont l’arête était tranchante ; lorsque les bagues ont été interdites sur le terrain, il s’est adjoint les services de son catcher, qui éraflait la surface de la balle sur une pièce métallique de ses protège-jambes (Will, 1991 : 99).

30 Le même Whitey Ford mouillait la balle avec de la salive située dans le creux de son gant, puis mettait subrepticement cette face humide en contact avec de la poudre de résine contenue dans le sac situé près de la base de lancer et dont les lanceurs se servent pour se sécher les mains (Will, 1991 : 99-100).

31 « Les gentils garçons finissent derniers. »

32 Par exemple, un arbitre ne prend pas la décision d’éliminer un batteur tant qu’un joueur de champ n’a pas demandé « Is this guy out ? », ou plus fréquemment, « How is that ? », contracté en « Howzat ? ». Les lois du cricket en usage dès 1755 prévoyaient déjà que les arbitres « ne doivent pas procéder à l’élimination d’un homme tant qu’ils n’y ont pas été invités par un joueur » (Rait Kerr, 1950 : 98).

33 Le bilan du club en 1875 fait déjà apparaître une structure classique : les 37 767 $ de recettes (qui proviennent à 93 % des entrées payantes dans le stade) sont utilisés essentiellement pour payer les joueurs (à raison de 60 %) et les frais de déplacement (20 %) (d’après Seymour, 1960 : 68).

34 Les solutions vont de la compensation monétaire tenant compte des jours de travail perdus du fait de l’entraînement, au paiement direct du joueur pour s’assurer qu’il donnera le meilleur de lui-même sur le terrain, en passant par l’octroi de divers avantages en nature qui contribuent à le fixer dans l’environnement du club.

35 D’abord recruté par le Chicago University Club, puis payé 500 $ pour jouer au sein de l’Alleghany Athletic Association.

36 Walter Camp : « Le capitaine désire habituellement gagner [...] quel qu’en soit le prix » (in Gems, 2000 : 22). Des équipes enduisent leurs maillots de graisse, leurs adversaires répliquent en trempant leurs mains dans du sable pour assurer leurs prises, etc.

37 Celle qui s’intéresse au football est en comparaison extrêmement limitée et, le plus souvent, d’une grande médiocrité.

38 Façon « molle » de frapper la balle pour créer un élément de surprise.

39 Coup de pied offensif dans le ballon.

40 Atteindre la home base pour marquer des points.

41 Sacrifice bunt, coup tactique.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540