Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Diffusion des sports et impérialisme anglo-saxon

 | 
Sébastien Darbon

Chapitre I

Origine 1 : Le foyer anglais

Texte intégral

1Dans son magistral ouvrage consacré à l’histoire des sports britanniques, Holt a parfaitement synthétisé le faisceau complexe d’éléments ayant abouti à cette conception originale des relations entre le corps et l’esprit au sein de la culture victorienne qui a donné naissance au « sport » :

  • 1 Tous les textes écrits en anglais, à l’exception des poèmes, sont traduits par nos soins.

« Un large éventail d’influences culturelles s’est manifesté dans la constitution des caractéristiques du sport amateur : la spécificité et la signification des nouveaux jeux étaient le produit de la combinaison entre des phénomènes aussi divers que la modification de l’attitude vis-à-vis de la santé mentale et physique ; la redéfinition de la masculinité et le nouveau concept de “virilité” ; les divisions au sein de l’Église d’Angleterre et le désir de promouvoir une religion plus orientée vers l’action ; l’influence des théories biologiques et évolutionnistes de Spencer et Darwin ; la puissante éthique de la compétition commerciale et de l’effort impérialiste liée à la tradition, également forte, de la solidarité au sein de l’élite et de l’assimilation de la nouvelle abondance. L’idée de la santé du corps et de l’esprit s’est fondue dans un darwinisme mal compris, lui-même souvent confondu avec des représentions du devoir chrétien et impérial. Tout ceci encadré par l’idée selon laquelle l’individualisme farouche nécessaire à l’obtention du succès économique devait être contrebalancé par l’obligation de conserver cohésion sociale et stabilité politique » (1992 : 87)1.

2À partir du foyer anglais, de nombreuses pratiques sportives sont concernées par ce que l’on désigne généralement par l’expression de « chrétienté musculaire », des diverses formes d’athlétisme au tennis en passant par l’aviron et les sports collectifs de ballon, etc. Néanmoins, c’est la trilogie cricket/ soccer/rugby qui s’impose comme le fer de lance de la pénétration de la « chrétienté musculaire » : c’est à eux que nous accorderons notre attention, dans la mesure où ils concentrent l’essentiel des questions que nous aborderons par la suite relativement aux processus de diffusion.

3Quelles sont les principales valeurs véhiculées par le système qui se met en place dans l’Angleterre des xviiie et xixe siècles ? Quel rôle a joué au sein de ce système le dispositif éducatif anglais, dont le particularisme s’exprime notamment à travers le succès des public schools ? Comment la religion et la littérature ont-elles contribué à diffuser l’idéologie victorienne relative au phénomène sportif ? En quoi ces dispositifs se sont-ils prolongés dans le processus de colonisation ?

4Les trois principaux domaines où cette idéologie prend corps sont en effet le système éducatif, la religion et la littérature. Bien entendu, ces trois domaines sont intimement liés, mais il est important de pouvoir identifier ce qu’apportent à l’œuvre commune leurs logiques singulières.

La contribution du système éducatif

  • 2 Il convient néanmoins d’y ajouter le cricket, premier sport collectif dans lequel les classes supé (...)

5Il faut tout d’abord rappeler qu’au xviiie siècle et dans la première moitié du xixe, ce que les Anglais appellent « sport » ne correspond pas encore exactement aux formes modernes que nous connaissons. Les propriétaires terriens pratiquent essentiellement l’équitation, le tir et diverses formes de chasse, parmi lesquelles la traque du renard était particulièrement prisée2. Elias a montré en quoi la chasse au renard est alors emblématique de la relation que les Britanniques entretiennent, à cette époque, avec la notion de « sport ». En rupture avec les pratiques antérieures, mais aussi avec les conceptions étrangères, elle devient un passe-temps régi par une organisation et des conventions spécifiques qui mettent en avant la meute et non les chasseurs eux-mêmes – lesquels ne devaient pas utiliser leurs armes, chassant en quelque sorte par procuration. « Pendant qu’ils chassaient le renard, les gentlemen s’interdisaient de traquer et de tuer tout autre animal croisant leur route, au grand étonnement des spectateurs étrangers qui ne comprenaient pas les raisons d’une telle retenue [...]. Un gentleman ne chassait pas pour servir quelque délicatesse à sa table : il chassait pour le sport » (Elias et Dunning, 1986 : 219-220). Ou encore : « Les chiens étaient dressés à ne suivre aucune autre trace que celle du renard et, dans la mesure du possible, aucun autre renard que le premier flairé » (ibid. : 221).

6À ce type d’activité de loisir réservé à la gentry répondait, dans les classes plus modestes, la pratique assidue de jeux de balle brutaux et non réglés. C’est ce type de football qui apparaît dans certaines public schools jusqu’au milieu du xixe siècle (et qui suscitera par la suite un ensemble de réactions conduisant à la création et au développement des sports modernes).

  • 3 Les auteurs précisent que cette périodisation doit être comprise comme n’excluant pas que des form (...)

7Dans leur remarquable analyse sociologique relative au développement du Rugby football, Dunning et Sheard (1979 : 2-3) distinguent cinq grandes étapes3.

  1. Une première période, comprise entre le xive siècle et le début du xixe siècle (mais avec des développements plus marginaux jusqu’à nos jours), où le football a toutes les caractéristiques d’un jeu traditionnel, folklorique, dont les équivalents approximatifs seraient la soule, le hurling ou le kannap : il s’agit d’une pratique sauvage, violente, sans règles du jeu ni arbitre, mais dépendant de coutumes locales et, à ce titre, revêtant des formes diverses en fonction des lieux considérés.
  2. La période comprise entre les années 1750 et 1840 environ verra ce football archaïque adopté par les élèves des public schools, qui vont l’améliorer en en raffinant les formes et en l’insérant dans un ensemble de relations sociales propres à l’organisation de ces établissements (rituels, fag system, rôle des prefects, etc.).
  3. La période qui s’étend, grosso modo, des années 1830 aux années 1860, verra à la fois diverses tentatives pour fixer des règles du jeu (celles de Rugby, par exemple, seront écrites pour la première fois en 1845) et un début de différenciation entre le code de rugby et le soccer.
  4. Pendant la période allant de 1850 à 1900, les jeux ainsi codifiés vont essaimer, à partir des public schools et des universités, dans l’ensemble de la société ; des clubs vont se créer et des institutions fédérales de portée nationale voir le jour (Rugby Football Union, Football Association), consolidant la différence entre les deux codes et attirant des spectateurs payants. C’est à la fin de cette période que la séparation entre Rugby Union (à XV, amateur) et Rugby League (à XIII, professionnel) se produira.
  5. Enfin, de 1900 à nos jours (ce qui représente, pour les auteurs, la fin des années 1970), la Rugby League va affirmer davantage son caractère professionnel et la Rugby Union s’accrocher à sa défense de l’amateurisme. Mais même dans ce dernier cas, les pressions pour la professionnalisation du rugby à XV vont s’amplifier4.

8Les phases 4 et 5, abordées plus loin, ne nous intéressent pas directement dans cette section, au contraire des phases 2 et 3 qui concernent le système éducatif. Mais ces dernières ne peuvent être correctement appréhendées qu’à partir de l’examen de la première phase.

Jeux traditionnels

  • 5 Dunning et Sheard (1979 : 23) en fournissent une illustration sélective qui fait état de 31 interd (...)

9S’il paraît difficile, compte tenu de la grande insuffisance des éléments empiriques disponibles, d’accréditer les nombreuses spéculations faisant dériver le « football » de formes connues antérieurement (l’episkyros grec, l’harpastum romain ou divers jeux celtiques), il paraît néanmoins établi que les formes modernes du rugby et du soccer sont issues assez directement d’un type spécifique de pratiques traditionnelles présentes dans les îles Britanniques au Moyen Âge et dont l’origine n’est pas connue. Les mentions de ces pratiques, sous le terme de football, ainsi que la description des modalités qu’elles prenaient ici ou là, proviennent à la fois de sources littéraires et des nombreuses tentatives faites par les autorités locales ou étatiques pour les interdire5.

  • 6 Il pouvait parfois atteindre jusqu’à 2 000 individus, sans qu’aucune tentative soit faite pour équ (...)

10Bien que soumis à d’importantes variations locales, le football était caractérisé par un certain nombre de traits permanents : il opposait un effectif souvent très fourni6, non fixé à l’avance, de joueurs qui se disputaient un ballon en mêlées confuses et violentes ; les aires de jeu dépendaient du contexte de la confrontation : place de village, ou vastes espaces séparant deux localités ; les règles du jeu étaient pratiquement inexistantes (il s’agissait d’amener le ballon dans l’enceinte de l’adversaire, et à peu près tous les coups étaient permis), et aucun arbitre n’était désigné ; il n’y avait généralement aucune distinction entre les joueurs et les spectateurs, ces derniers étant susceptibles de rentrer dans le jeu à tout moment ; on y trouvait regroupées des modalités qui, à l’époque moderne, seront distinguées dans des sports différents (boxe, rugby, soccer, lutte, hockey...) ; la division du travail au sein des équipes était pratiquement absente (Darbon, 2007 a).

  • 7 Des mentions d’une pratique beaucoup plus ancienne, remontant à la période élisabéthaine (seconde (...)
  • 8 En 1833, les mémoires sportives d’un certain John Nyren, joueur de cricket du Hampshire, furent pu (...)

11Le cas du cricket est assez différent. La forme générale du jeu – un joueur lance vers une cible (pierre, portail, haie...) une balle qu’un défenseur écarte au moyen d’un bâton – est suffisamment simple pour que son « invention » puisse être revendiquée par diverses communautés d’origine aussi bien scandinave que celtique... ou même française (le fameux « criquet » pratiqué à Saint-Omer). Si l’usage d’une version particulière de ce jeu s’est tout particulièrement développé dans le sud-est de l’Angleterre dès le début du xviiie siècle7, est-ce notamment dû, comme le suggère Arlott (1975 : 199), à l’existence de ces terres à mouton procurant en abondance terrains d’herbe bien grasse et balles formées d’agglomérats de laine ? L’auteur mentionne également la ressemblance entre les guichets, wickets (constitués de trois piquets verticaux, stumps, sur lesquels reposent deux barreaux horizontaux, bails), et les portails de clôture des champs, wicket-gates ; il rappelle en outre que la forme de la batte de cricket évoque celle du bâton de berger8. Toujours est-il que, d’un jeu rural et peu sophistiqué, le cricket va évoluer, dans le courant du xviie siècle et au début du xviiie, vers une pratique répandue sur l’ensemble du territoire (avec néanmoins des bastions particulièrement bien édifiés dans le Sussex, le Hampshire, le Kent et Londres), répondant à des règles de plus en plus complexes (le premier ensemble de règles apparaît en 1744), touchant l’ensemble des classes sociales (des villageois ou des artisans jusqu’aux propriétaires terriens et aux élèves des public schools ou des universités, en passant par les classes moyennes urbaines), et dotée progressivement d’institutions garantes de la lettre et de l’esprit du jeu. C’est ainsi que naît en 1787, à l’initiative de Thomas Lord et de quelques autres fanatiques du jeu, le très fameux Marylebone Cricket Club (MCC), considéré comme l’autorité régulatrice suprême du jeu et dont le terrain attitré, surnommé Lord’s, est le plus célèbre au monde. Le MCC proposera de nouvelles révisions de règles en 1835 ; il le fera à nouveau en 1884 et en 1947, mais c’est en 1835 que l’essentiel du dispositif que nous connaissons actuellement a été fixé.

12Les quelques données dont on dispose tendent à montrer que la participation des classes dominantes (en l’occurrence, les propriétaires terriens) aux jeux les plus violents (les différentes formes de football) n’était pas négligeable. Comme le rappellent Dunning et Sheard, dans l’Angleterre des xviiie et xviiie siècles, les différentes classes sociales – à l’exception sans doute de certaines situations très favorisées ou très défavorisées en milieu urbain – se mélangeaient bien davantage que ce ne fut le cas à partir du xixe siècle. Ceci s’explique non par une incapacité des classes dominantes à faire accepter leur domination, mais au contraire par le caractère apparemment « naturel », profondément intégré par les classes dominées, d’une situation hiérarchique qui n’était pas remise en question. « Précisément parce que leur statut et l’image qu’ils donnaient d’eux-mêmes en tant que “gentlemen” étaient assurés, ils pouvaient s’exposer à la possibilité d’une défaite face à des “inférieurs sociaux” et au risque de paraître ridicules à leurs yeux » (Dunning et Sheard, 1979 : 39).

  • 9 Mais aussi, comme ce fut très manifeste dans le cas du cricket, à instituer toute une série de cod (...)

13Une telle mixité sociale – au moins sur les terrains de jeu – ne devait pas résister à l’évolution des rapports entre classes sociales amenée par l’industrialisation : la montée en puissance de la bourgeoisie, qui entraînait chez les travailleurs une conscience de classe accrue, provoqua une réaction de défense de la part des propriétaires terriens, qui abandonnèrent progressivement leur attitude paternaliste au profit d’une mise à distance sociale de leurs compagnons de jeux ; réaffirmant plus vigoureusement et plus formellement les prérogatives attachées à leur statut, ils en vinrent à abandonner le patronage des formes locales de football9. Ces dernières, n’ayant plus de soutien politique, et soumises depuis les années 1830 à la répression désormais efficace d’une police réorganisée par sir Robert Peel, déclinèrent petit à petit pour quasiment disparaître au début du xxe siècle. Mais entre-temps, elles avaient trouvé refuge au sein des public schools.

Le relais des public schools

  • 10 Tout au moins dans la période qui nous intéresse le plus ici, à savoir le début du xixe siècle et (...)

14Dans le système éducatif anglais, les public schools occupent évidemment une place centrale. Étrange dénomination, d’ailleurs, pour une structure éducative privée, payante, réservée aux classes supérieures et aux fractions les plus aisées des classes moyennes10, mais qui s’explique par opposition avec ce qu’elle était censée remplacer – à savoir un système traditionnellement fondé sur une sorte de tutorat privé réservé aux couches les plus riches de l’aristocratie. Si ce système parut bientôt démodé, c’est parce qu’il privait les enfants d’un contact avec d’autres représentants de leur classe sociale et de l’expérience que l’école pouvait leur apporter en termes d’indépendance et de sens de la compétition.

15L’appellation de public school recouvre en réalité une grande diversité d’origines et de statuts. Si l’on en croit Mangan (2000 : 2), on peut distinguer six groupes distincts : les Great Public Schools – les neuf plus célèbres – qui ont été l’objet d’une investigation, en 1861, par la Commission royale dirigée par Lord Clarendon (Charterhouse, Eton, Harrow, Merchant’s Taylors, Rugby, Shrewsbury, St Paul’s, Westminster, Winchester) ; un ensemble d’établissements répondant à des critères confessionnels particuliers, qu’ils soient catholiques (Ampleforth, Beaumont, Ratcliffe, Stonyhurst...), quaker (Bootham, Sidcot), méthodistes (Ashville, Leys, Kingswood...) ou protestants non-conformistes (Bishop’s Stortford, Caterham, Mill Hill...), en conformité avec les dispositions des lois pénales du xviiie siècle favorisant une éducation alternative par rapport à l’Église anglicane dominante ; les Proprietary Schools, financées au départ par des individus (essentiellement parents d’élèves) qui en possédaient des actions, ce qui leur donnait le droit de sélectionner les élèves (Cheltenham, Dover College, Malvern, Marlborough, Rossall...) ; les écoles appelées Elevated Grammar Schools, qui doivent leur nom au fait qu’elles ont vu leur statut revalorisé par l’action de leurs dirigeants, et qu’elles s’adressent désormais à l’élite sociale (Giggleswick, Repton, Sedberg, St Bees, Sherborne, Tonbridge...) ; un réseau national d’établissements de confession anglicane destinés aux classes les plus aisées, dont on doit le développement à Nathaniel Woodard et qui, à la mort de leur fondateur en 1891, étaient au nombre de six (Ardingly, Denstone, Ellesmere, Hurstpierpoint, King’s College, Taunton) ; enfin, divers établissements possédés par un seul individu, généralement son directeur (la plus connue de ces écoles est Loretto, dans la banlieue d’Edimburgh, dirigée par le célèbre H. H. Almond, mais rentrent aussi dans cette catégorie Abbotsholme, Bloxham, Bradfield, Merchiston, Monkton Combe, Radley, Wrekin, Wycliffe...).

16C’est notamment au sein de ce dispositif réservé à une élite sociale triée sur le volet, où la naissance, le réseau de relations et les capacités financières constituent les principaux arguments d’admission, que se développe une idéologie éducative résolument spartiate qui fait la part belle à la discipline et au dressage du corps et qui constitue le terreau sur lequel va se développer le sport. Mais pour bien en apprécier l’importance, il faut tout d’abord mentionner dans quel contexte elle s’inscrit. En effet, si à partir des années 1850 les jeux sportifs ont pris une place de plus en plus importante dans les activités proposées, et le plus souvent imposées, aux élèves des public schools, la période qui précède offre un visage bien différent.

  • 11 On trouve une illustration intéressante de ce mode de vie scolaire dans l’ouvrage de Kipling, Stal (...)

17Ce qui est alors la règle à peu près générale, c’est que les maîtres d’école et les directeurs n’exercent aucun contrôle sur les activités des élèves en dehors de la classe. Livrés à eux-mêmes, ceux-ci occupent leur temps libre à battre la campagne environnante, à traquer les animaux sauvages, à monter aux arbres ou à dénicher des œufs11. Parfois cependant, quelques jeux sont pratiqués (pour l’essentiel le cricket, qui fait partie depuis longtemps du paysage des loisirs ruraux mais qui a été le premier à revêtir des caractéristiques qui l’apparentent à un sport, parfois le football dans sa forme non encore codifiée, ou encore divers jeux de paume), mais cela reste à l’initiative des élèves eux-mêmes et n’est généralement pas organisé par l’institution.

18Avant que ne se manifeste la « reprise en mains » du milieu du xixe siècle, des modalités très diverses de football ont investi les établissements scolaires : chaque établissement a ses propres règles, qu’il adapte en fonction du type d’aire de jeu dont il peut bénéficier. Dans le mode d’organisation des jeux tel qu’il était mis en œuvre par les élèves eux-mêmes, les rapports de coercition avaient une importance considérable et prenaient notamment la forme du fag system – les élèves les plus âgés et/ou les plus forts physiquement (qui avaient souvent le statut de prefects) exerçant un pouvoir exorbitant sur leurs congénères moins favorisés (les fags). Une telle hiérarchie se retrouvait matérialisée sur les terrains de jeux : les fags avaient pour l’essentiel un rôle défensif, le long des limites du terrain ou devant les buts, et c’étaient les prefects et les garçons plus âgés qui avaient toute latitude pour les y contraindre.

19Par exemple, à Charterhouse, le terrain est un cloître de 70 yards sur 12 pieds, pavé de dalles et entouré de murs au revêtement dur et irrégulier (c’est ce qu’on a appelé le « football de cloître ») ; à chaque extrémité, une porte fait office de but.

« Quand le jeu était pratiqué par un nombre limité de joueurs [...] – mettons neuf par équipe ou, encore mieux, six – c’était vraiment un beau jeu. Mais quand on décidait un grand jeu, par exemple Gownboys contre l’École, dans lequel tous les fags devaient garder les buts respectifs, c’était à mon avis un jeu vraiment très moche, qui consistait en une série d’“empilements” ou de blocs aveugles, au sein desquels on perdait entièrement la balle de vue, et une masse d’êtres humains enflait et se soulevait, souvent pendant chaque fois une demi-heure. Mais qu’il soit joué avec des effectifs importants ou faibles, le jeu était inéluctablement rude. Les coups violents devaient être encaissés avec bonne humeur. Une charge féroce était susceptible de précipiter un joueur tête la première contre un mur et l’on s’y écorchait beaucoup la peau. Mais c’était un excellent entraînement à garder son calme en toutes circonstances » (Davies, 1922 : 295 ; cité in Dunning et Sheard, 1979 : 56).

20Le dispositif était différent à Winchester, où l’aire de jeu mesurait 80 yards sur 27 pieds. Les fags étaient utilisés à la fois pour délimiter le terrain et pour matérialiser les buts.

« Un espace rectangulaire était indiqué [...], clôturé [...] par une rangée de juniors qui occupaient toute la distance en se tenant côte à côte, et dont la tâche consistait à éviter que le ballon ne s’échappe. À chaque extrémité, au centre de l’espace, un garçon était placé les jambes écartées, une blouse enroulée autour de chacun de ses pieds : on l’appelait le “but” » (Adams, 1878 : 366-67 ; cité in Dunning et Sheard, 1979 : 57).

21Autre témoignage, à Westminster cette fois-ci, où les buts sont deux arbres séparés d’environ 20 yards et où les élèves des deux camps sont en nombre indéfini :

« Les petits, les cancres et les froussards étaient gardiens de but, douze ou treize à chaque extrémité [...]. Une grande mêlée était formée au milieu du terrain [...]. Aucun hors-jeu n’était autorisé [...]. Il n’était permis de prendre le ballon à la main que de cette façon : il ne fallait pas le saisir lorsqu’il était à terre, ou après la fin de son premier rebond, mais avant ou juste après le premier rebond ; et alors vous pouviez, si [...] vous n’aviez pas été chargé et renversé cul par dessus tête, faire deux ou trois pas [...]. Quand je suis arrivé, il était permis de courir le ballon à la main (façon Rugby) et de “affuter” [...] Quand vous courriez ainsi, l’ennemi vous faisait des crocs-en-jambe, vous frappait les tibias et vous chargeait avec l’épaule, vous jetait à terre et s’asseyait sur vous – en fait, il pouvait faire ce qu’il voulait pour vous arracher le ballon, en dehors du meurtre » (Markham, 1903 : 92-5 ; cité in Dunning et Sheard, 1979 : 55).

Modernisation et réforme du système éducatif

  • 12 Mais entre 1728 et 1832, Dunning et Sheard (1979 : 53) ont recensé 23 rébellions importantes dans (...)

22Progressivement, cette situation va se trouver remise en question sous la pression des exigences des fractions plus urbanisées des classes supérieures ayant profité de la révolution industrielle – c’est la « troisième phase » au sens de Dunning et Sheard. Il s’agit désormais de lutter contre la tradition de violence et le manque de discipline qui se sont installées dans les public schools et les universités, qui passent pour être des foyers de vice et d’immoralité, où règnent des formes parfois violentes de bizutage et de brimades. Les mutineries d’élèves étaient encore fréquentes dans les établissements dans la seconde moitié du xixe siècle12. Le principal de King’s School, à Canterbury, eut à faire face à une rébellion à la fin de son mandat, en 1873, pendant laquelle les prefects se firent siffler, des objets divers furent projetés contre les portes de leurs classes, La Marseillaise fut chantée (!) et des plans furent découverts qui prévoyaient un soulèvement d’au moins 35 élèves ayant fait des préparatifs pour soutenir un siège. Le collège international d’Isleworth, qui avait ouvert ses portes en 1867 et qui accueillait, sur la base du système des public schools, une clientèle fortunée et cosmopolite, connut en 1879 une « grande révolte » qui secoua tout le voisinage et nécessita l’intervention de la police. L’établissement dut fermer ses portes en 1890, n’ayant jamais résolu ses problèmes de discipline. Même le collège d’Eton connut, au début des années 1870, une période très agitée ; l’un des responsables de « maison » échappa de justesse à la mort, un collégien ayant tenté de faire sauter les locaux avec de la poudre à canon, et 14 élèves furent expulsés, en 1875.

23Dans la tentative de reprendre en mains les collèges, l’encouragement à faire du cricket et de l’aviron, mais surtout la constitution, sous la direction des maîtres, d’équipes de football soumises à des règles du jeu de plus en plus codifiées étaient censés remplacer l’inimitié réciproque par le respect, l’estime et la sympathie (Chandler, 1988 : 16). Certains directeurs d’établissements entreprennent de réformer le système scolaire pour le policer et y introduire un peu plus d’ordre.

24Le plus connu de ces réformateurs est certainement Thomas Arnold, à la tête du collège de Rugby de 1828 à 1842. C’est notamment à Rugby, sous sa houlette, que la figure du maître, nouveau modèle du héros scolaire, va progressivement s’imposer, contribuant à revaloriser une fonction qui s’était fortement dépréciée. Un de ses apports majeurs au système éducatif anglais sera de mettre l’accent, de façon très déterminée, sur le rôle du responsable du collège (le headmaster), que ce soit à l’intérieur des établissements ou au sein de la communauté à laquelle ils appartiennent. La dimension charismatique dont était investi le personnage du headmaster (et dont il faisait lui-même étalage dans ses fonctions de professeur er d’administrateur, mais aussi dans ses sermons de prédicateur) a exercé une influence considérable sur ses élèves et ses collègues et profondément modelé la conception anglaise de l’école. Les succès qu’il rencontra dans l’établissement de nouvelles relations de confiance entre maîtres et élèves ont contribué à cristalliser l’opposition populaire, dans l’Angleterre du xixe siècle, entre l’école « publique » (où les élèves se prenaient en charge à travers l’institution complexe et hiérarchisée des fags, des prefects et des maîtres) et l’école « privée » (où le maintien de la discipline devait être assuré par une constante supervision des maîtres).

25Néanmoins, si Arnold en est venu à utiliser (peut-être vaudrait-il mieux dire : tolérer) certaines activités sportives comme instruments de cette nouvelle politique, il serait tout à fait erroné d’en déduire qu’il éprouvait pour elles la moindre sympathie : son idéal de l’homme chrétien le portait bien davantage à valoriser les qualités de l’âme que celles du corps.

26En revanche, dans les années 1850, l’impulsion donnée par Arnold sera suivie par de nombreux directeurs d’école qui, pour leur part, mettront au premier rang les exercices physiques, et notamment les jeux de balle ; certains iront même très loin dans ce sens – tels C. Thring, directeur d’Uppingham de 1853 à 1887, ou H. H. Almond, en charge de Loretto School, près d’Edimburgh, de 1862 à 1902, qui privilégiait de façon presque fanatique les pratiques sportives, notamment le rugby et la course à pied. Le moteur essentiel d’une telle transformation est à trouver dans la nécessité à laquelle ces éducateurs sont confrontés : rétablir l’ordre et la discipline, restaurer un niveau de moralité acceptable.

  • 13 Dans sa fameuse « Circulaire aux parents » de juin 1853, il propose qu’une partie de l’argent dont (...)

27Par exemple, lorsque G. E. L. Cotton prend en charge le collège de Marlborough en 1852, il lui faut reprendre le contrôle sur une fraction considérable d’élèves qui terrorisent le voisinage aussi bien que le corps enseignant, et dans cette perspective il tente de recentrer les activités extrascolaires dans l’enceinte même de l’école en s’appuyant sur des jeux organisés13. Pour arriver à ses fins, il intéresse à son projet de jeunes membres de l’équipe enseignante qui, eux-mêmes pratiquant assidûment le cricket, le football ou l’aviron, sont chargés de transmettre leur enthousiasme aux élèves et de les fixer sur les terrains de jeux. Certes, contrairement à Almond, Cotton ne fait pas du sport une fin en soi : d’après lui, leur usage immodéré n’amènerait qu’à négliger les tâches plus nobles qui ont pour objectif, en fin de compte, de servir Dieu. Mais le système qu’il met en place, et que de nombreux responsables d’établissements étendront et perfectionneront, s’apparente bien à une forme de contrôle social dont la pratique sportive constitue l’instrument principal. Il demande aux parents des participations financières ayant pour objectif la construction de terrains et la revalorisation des émoluments des enseignants susceptibles d’encadrer les jeux. Rapprocher les élèves de l’institution passe par le partage d’une activité valorisée. Un Old Boy (ancien élève) se souvient :

  • 14 L’auteur utilise le terme de bear garden, qui signifie à la fois « pétaudière » et « arène » où se (...)

« C’est dans les jeux que s’est accomplie la grande transformation de Marlborough. Ces jeunes et braves maîtres vinrent parmi nous et réformèrent notre cricket légèrement ; ils réformèrent aussi notre football, faisant d’une farce privée une grande institution scolaire [...]. Ils nous aidèrent à construire nos terrains pour les jeux de raquette et de paume [...]. Après l’office dans la chapelle, lorsque le jour déclinait, dans les tranquilles et confortables petites chambres qu’ils occupaient, parmi les délicieuses théières et les grands pots de confiture, ces jeunes maîtres prouvaient [...] à quel point nous devions nous sentir redevables de leur amitié [...]. Ils transformaient pour nous leurs chambres en arènes de jeu14, et certains d’entre nous y furent initiés à l’art du drop-goal [...] » (Scott, 1869:246).

28Il est difficile de savoir comment cette nouvelle attitude s’est diffusée dans l’essentiel du réseau des public schools, d’autant que Cotton lui-même n’a guère fait de prosélytisme à ce sujet et que les professeurs qui l’ont accompagné dans son aventure à Marlborough n’ont pas souvent occupé, par la suite, d’autres fonctions de responsabilité dans d’autres établissements.

29Dans son ouvrage consacré à la « chrétienté musculaire » dans les public schools de l’époque, Mangan dresse quelques portraits de directeurs d’école – notamment C. J. Vaughan à Harrow, N. Woodard à Lancing College – qui, bien que n’ayant aucun goût pour les activités physiques ou les sports, ont alimenté cette tendance de façon très efficace. Certains les détestaient même cordialement, mais tous surent en percevoir les bénéfices potentiels et s’entourer de formateurs plus proches qu’ils ne l’étaient eux-mêmes de l’idéal de la « chrétienté musculaire » (Mangan, 2000).

30Néanmoins, ainsi que Chandler (1988) et à sa suite Holt (1992) l’ont souligné, si l’influence de ces directeurs d’école énergiques a été de toute évidence considérable, leur intervention s’inscrit dans un contexte où le terrain a été préparé : on pouvait déjà noter une croissance de la pratique des jeux organisés dans les années 1850 et 1860 au sein des universités et, comme on l’a vu précédemment, avant l’apparition des sports, dès le début du xviiie siècle, certaines public schools – les plus prestigieuses : Eton, Harrow, Winchester, Shrewsbury, Westminster, puis un peu plus tard Rugby – ont vu s’accroître l’influence d’une prise en charge de certaines activités (notamment le cricket et l’aviron) par les élèves eux-mêmes. Des règles générales d’organisation du cursus scolaire ont aussi joué leur rôle, comme par exemple le fait que l’heure du dinner est reculée de 15 heures à 16 heures, puis à 17 heures et parfois même après, dans l’ensemble des collèges, et ceci dès les années 1850, pour répondre à la demande croissante de faire du sport avant que la nuit ne tombe. De plus en plus, des matchs de cricket (un jeu qui prend du temps...) sont fixés à midi, ce qui réduit d’autant la part de la journée (le matin) consacrée à l’étude. Ce n’est qu’à partir des années 1860 que cet élan, d’origine aristocratique, sera relayé, renforcé et systématisé par les successeurs des Thomas Arnold et autres Cotton. L’influence de ces élèves précurseurs se fera sentir également au sein de la fraction du système universitaire auquel leur cursus scolaire leur donne accès, notamment Oxford et Cambridge. Autrement dit, il serait erroné de voir dans la diffusion de ce culte des jeux l’influence, au sein du système éducatif, du seul groupe constitué par des directeurs de public schools mus par leur passion réformatrice : leur action s’est bien souvent construite sur des attitudes mentales (valorisation du courage, du sens de l’honneur, du fair play...) déjà présentes dans une fraction de la population à laquelle ils étaient confrontés.

Principaux traits du nouveau système

31Une des caractéristiques fondamentales de l’organisation éducative qui se met progressivement en place à partir des public schools vers le milieu du xixe siècle est qu’elle résulte pour l’essentiel d’initiatives privées. L’État ne se manifeste en l’occurrence que de manière très marginale, par un contrôle a posteriori sur la qualité de l’enseignement, effectué notamment par l’intermédiaire de commissions d’enquête périodiques. Les nouvelles priorités fixées par les directeurs d’établissement rendent nécessaire le recours à d’importantes dépenses : il s’agit d’aménager des terrains de football, de cricket, de jeu de paume ou de tennis, de construire des piscines et des gymnases, de financer l’achat de matériel (ballons et balles, battes, raquettes...) et de vêtements adaptés, et d’embaucher des professeurs ou des moniteurs de sport (qui de plus en plus seront recrutés parmi des champions réputés). Pour financer le système, les contributions sont essentiellement d’ordre privé. Elles proviennent tout d’abord des directeurs d’école eux-mêmes, en fonction de leur niveau de fortune personnelle ; certains n’hésitent pas à souscrire des emprunts. Il arrive aussi que les maîtres d’école mettent la main à la poche, ainsi que d’anciens élèves nostalgiques. Mais les contributeurs les plus importants sont évidemment les parents, qui pour l’essentiel font partie des classes supérieures ou des fractions supérieures de la classe moyenne : la compétition faisant rage entre écoles pour faire étalage des installations les plus prestigieuses (les mieux dotées étant susceptibles de capter une clientèle plus importante et peut-être plus fortunée), les dépenses des familles ne sont pas sans évoquer une forme de « consommation ostentatoire » à la Veblen, ou plus précisément de « loisir ostentatoire », puisqu’il s’agit bien d’utiliser son temps de façon non productive en pratiquant des jeux sportifs. L’abondance de facilités qui en résulte est une manière de montrer, par progéniture interposée, que l’on fait partie de l’élite sociale.

32L’origine sociale des élèves qui forment la clientèle des public schools va cependant progressivement se transformer dans la seconde moitié du xixe siècle : ils proviennent de moins en moins de l’aristocratie rurale, et de plus en plus d’une classe moyenne montante d’industriels et commerçants urbains, sortes de « nouveaux riches » qui adoptent avec enthousiasme l’idéologie dominante en vigueur dans le système éducatif réservé à l’élite. Sachant pertinemment que les succès que pouvaient y remporter leurs enfants sur le plan athlétique (beaucoup plus qu’en matière de connaissances scolaires) pouvaient leur ouvrir la voie de la reconnaissance sociale à laquelle ils aspiraient, ils s’investissaient (et investissaient) de façon parfois importante dans le développement des pratiques sportives au sein de l’école. Celles-ci deviennent ainsi indissolublement associées à la réussite et au pouvoir – association qui sera un des éléments essentiels de leur diffusion et de l’importance exorbitante qu’elles prendront progressivement au sein de la société victorienne.

33Avec le recul que donne l’appréciation historique, on constate que le système qui a ainsi été mis en place dans la grande majorité des établissements s’est appuyé sur un certain nombre de traits caractéristiques.

  • 15 On en trouvera une analyse critique dans Mangan (2000 : 74-96).
  • 16 Report of Royal Commission on Physical Training (Scotland), 1903, vol. II, p. 414, Q.9774 (cité in (...)

34La question du caractère plus ou moins obligatoire de la pratique sportive à l’école a été largement débattue15. Tout dépend en réalité de ce que l’on entend par « obligatoire », ou plus précisément des modalités par lesquelles s’exerce la coercition. De ce point de vue, la palette des situations possibles est très riche et manifeste de grandes variations d’un établissement à l’autre. À Loretto, Almond appliquait d’une main de fer le programme pédagogique qu’il s’était fixé ; parvenir, comme il le souhaitait, à trouver le juste équilibre entre l’effort intellectuel et l’activité physique passait par un dressage général des corps : les élèves étaient contraints de dormir dans des dortoirs aux fenêtres constamment ouvertes, de se doucher à l’eau froide, de porter par n’importe quel temps des habits légers et des chemises à col ouvert, de s’abstenir de toute nourriture en dehors des repas... Dans ce contexte Spartiate, le temps dévolu aux activités sportives était considérable, comme en atteste le décompte suivant16 :

Étude : 6 heures
Sommeil : 10 heures
Repas : 1 ½ heures
Libre après repas : 1 heure
Dessin ou chant : 1 heure
Prière ou rassemblement : ½ heure
Activités en gymnase : ½ heure
Sports : 2 ½ heures
Temps libre : 1 heure

35Outre le fait que plus de 20 % de la vie éveillée des élèves était consacrée à l’activité physique (en gymnase ou à l’air libre) – soit à peu près la moitié du temps réservé à l’étude – cet emploi du temps, qui était pleinement en vigueur dès 1870, avait un caractère absolument obligatoire : nul ne pouvait y déroger à moins d’être malade ou atteint de quelque infirmité, et le contrevenant s’exposait à être puni, battu, et généralement méprisé par ses camarades. Lorsque le mauvais temps rendait la pratique du cricket ou même du rugby impossible, l’encadrement imposait d’interminables courses à pied dans la campagne environnante.

  • 17 Ou century : 100 points marqués au cours d’un match par un batteur effectuant des courses entre le (...)

36Un élève d’Arnold, C. J. Vaughan, principal d’Harrow de 1845 à 1859, avait rendu le football obligatoire, mais tolérait que de temps en temps puissent être décrétées des « vacances sans exercice ». Ce privilège, sans doute exorbitant, fut aboli par son successeur, H. M. Butler. En 1864, la commission Clarendon, à la suite de son enquête sur l’état du système scolaire anglais, estima qu’à Harrow, un garçon passait en moyenne quinze heures par semaine sur un terrain de cricket. Le recrutement des maîtres se faisait de plus en plus sur des critères athlétiques, et certains enseignants n’étaient recherchés que pour cela. La Contemporary Review diffusa en 1900 l’histoire d’un blue qui, après avoir marqué 100 points17 au cours d’un match de cricket, reçut des télégrammes de propositions d’embauche de la part de cinq directeurs de public schools (de Symons Honey, 1977 : 113).

  • 18 En 1873, comme l’année précédente, 27 000 personnes avaient accepté de payer 1 shilling pour assis (...)

37La tendance à rendre les jeux obligatoires s’accentua dans les années 1880 et 1890. À l’école de Bedford, une recommandation était affichée en 1899 : « Tous ceux qui souhaitent participer [aux jeux] peuvent le faire, et tous les autres le doivent » (cité in de Symons Honey, 1977 : 114). Quant à ceux qui ne pouvaient réellement jouer, ils étaient requis d’assister au spectacle ; dès les années 1860, les spectateurs sont nombreux autour des terrains, et parfois ils doivent payer pour regarder18.

  • 19 Des oppositions, parfois virulentes, se sont fait jour, qui provenaient même parfois de responsabl (...)

38D’autres directeurs d’établissement pratiquaient une forme de coercition plus indirecte, laissant quelquefois aux élèves eux-mêmes l’initiative et l’organisation des sports ; mais il était bien clair que, dans de nombreux cas, la pression venant de la hiérarchie était telle qu’il était difficile de s’en abstraire. En définitive, si le système a pu se développer à ce point, c’est moins souvent par l’imposition d’une loi venue d’en haut que parce que les élèves ont eux-mêmes assimilé et intériorisé un ensemble de valeurs dont ils ont été les plus ardents défenseurs19. Lorsqu’il est bien en place, la plupart des élèves s’en trouvent plutôt bien : certains peuvent faire quinze heures de cricket par semaine, parfois jusqu’à vingt à la bonne saison, et autant de football pendant la mauvaise. Au sein de l’école, le « héros musculaire », tout entier tourné vers la prouesse athlétique et méprisant ouvertement la chose intellectuelle, prend un ascendant considérable sur ses congénères.

39Comment une telle intériorisation s’est-elle produite ? En grande partie par l’instauration d’un dispositif complexe de symboles et de rituels qui ont eu pour conséquence de renforcer « l’esprit de corps », de consolider l’identité de chaque public school dans le processus compétitif qu’elle entretient avec les autres.

Une forte conscience communautaire

40La compétition entre écoles est redoublée par la codification d’affrontements sportifs, à l’intérieur de chaque école, entre les différentes houses (« maisons »). Les établissements sont en effet divisés en sections relativement autonomes, sous la direction de maîtres au pouvoir considérable. L’organisation de l’école en maisons, dont les premiers exemples remontent aux années 1830, était pratiquement généralisée quarante ans plus tard, à l’exception d’un petit nombre de public schools – à l’image de Loretto, ou de Stonyhurst qui appartenait aux jésuites. L’identification des élèves (et des maîtres) à une maison, qui prenait souvent le pas sur le sentiment d’appartenance à une école, passait par un processus de différenciation extrêmement efficace reposant sur les chants, la rédaction de magazines diffusant la propagande institutionnelle, la possession jalouse de coupes et de trophées gagnés sur les terrains de sport, et surtout le fait d’arborer des « couleurs » spécifiques (casquettes, cravates, ceintures, foulards, chemises, blazers, chaussettes et badges divers). Certains de ces éléments vestimentaires, différenciés parfois en fonction des sports pratiqués (cricket, football, tennis, boxe...), permettaient aussi de distinguer les meilleurs athlètes, ceux qui avaient droit au statut de champion et qui étaient unanimement respectés et craints. Dans l’enceinte de l’école, le fait de porter la casquette de telle façon, d’adopter une démarche nonchalante ou d’ouvrir plus ou moins le col de sa chemise faisait partie de ces codes dont il valait mieux avoir la clef si l’on voulait éviter représailles et vexations. L’utilisation d’un certain langage était censé faire partie de ces formes distinctives par lesquelles les anciens membres de public schools ou d’universités prestigieuses se reconnaissaient ; un type d’argot particulièrement diffusé consistait à abréger un mot et à lui affecter une terminaison en -er, -or ou -ers. C’est ainsi que rugby est devenu rugger, association (football) soccer, et qu’ont proliféré les headers (plongeon tête – head – la première) et autres boaters (à partir de boat, bateau).

41L’école devient ainsi un véritable objet d’adoration (et parfois, pour ceux qui ont eu particulièrement à en souffrir, de détestation).

« La communauté d’une public school – “un monde en soi, auto-centré, auto-satisfait” – possédait dans les institutions et les activités qui allaient devenir caractéristiques à la fin de la période victorienne, et pas seulement en matière d’athlétisme, de puissants moyens de générer des idéaux, des attitudes et des émotions, et par dessus tout un sentiment de loyauté vis-à-vis de l’école elle-même. L’élaboration d’un “système de maison”, avec des jeux et d’autres activités organisées sur la base de la maison, produisait un puissant et immédiat faisceau de sentiments, et les attitudes à l’égard de la maison et de l’école étaient accentuées par l’intensité de la vie communautaire dans les établissements, qui ne fournissait (à l’exception de quelques situations qui coûtaient cher) que peu d’occasions d’avoir une vie privée. Ces sentiments trouvaient à s’exprimer dans la rivalité entretenue avec d’autres public schools dans les jeux et dans d’autres activités, et se trouvaient renforcés par diverses formes de rituels tels que les dîners de maison et, surtout, la pratique des chants spécifiques à l’école, expression non pas de tentatives esthétiques, mais d’un tribalisme d’école ou de maison » (de Symons Honey, 1977 : 138-39).

42Le fait que les public schools soient pour l’essentiel des écoles acceptant les pensionnaires (et même privilégiant cette caractéristique) était une des conditions de l’existence de cette conscience communautaire. Un tel système, qui était devenu la norme pour toutes les familles des classes supérieures ou de la fraction supérieure des classes moyennes, conduisait à un large transfert de fonctions et de responsabilités de la famille en direction de l’école – ce qui est sans doute toujours le cas dès qu’existe un système scolaire, mais qui dans l’Angleterre victorienne avait atteint des niveaux jamais atteints ailleurs.

  • 20 Le Premier ministre Stanley Baldwin, dans un discours prononcé devant l’Association Harrow en 1923 (...)

43La formation de la conscience communautaire réalisée par les public schools avait le pouvoir de se projeter dans l’avenir, au-delà du temps scolaire, grâce à l’institution du système des Old Boys. Il s’est développé dans la seconde moitié du xixe siècle, tout d’abord comme une façon pour les anciens élèves d’exprimer leur loyauté à la vieille école, mais aussi comme un moyen de créer un réseau d’entraide entre les membres d’un même établissement. La plus modeste des public schools se devait d’organiser des « dîners d’Old Boys », de créer des « associations d’Old Boys », de publier un registre d’anciens élèves et de mettre en circulation au moins une cravate à ses couleurs. Les plus actifs dans ce domaine étaient soit les jeunes gens frais émoulus du système scolaire, qui dépensaient beaucoup d’énergie à fonder des clubs de cricket, de soccer ou de rugby à partir de leur expérience acquise dans les jeux au cours de leur scolarité, soit les anciens élèves suffisamment âgés pour disposer de loisirs et donner cours à leur sentimentalité. Des regroupements naturels d’anciens élèves se produisaient dès l’arrivée à l’université, ou a fortiori dans le contexte colonial, voire même au sein du gouvernement anglais20.

44Bien entendu, les Old Boys ne se privaient pas d’intervenir dans les affaires de leurs anciennes écoles, et ils le faisaient dans une perspective le plus souvent conservatrice – s’opposant par exemple à des déménagements de locaux vers d’autres sites, ou au remplacement de la pratique du rugby par celle du soccer. Mais leur contribution financière était souvent considérable, et donc extrêmement bien venue.

La formation du caractère

  • 21 Cf. à ce sujet l’abondante documentation fournie par de Symons Honey (1977: 164-229).
  • 22 Le fag system (de fag, corvée), qui soumettait les élèves des petites classes au bon vouloir des g (...)

45La vie dans les pensionnats des public schools des époques victorienne et édouardienne était tout sauf confortable. Non seulement les établissements étaient durement frappés, surtout au xixe siècle, par de nombreuses maladies, qui prenaient parfois l’aspect d’épidémies meurtrières (diphtérie, rougeole, typhus, et notamment scarlatine, dont l’apparition était favorisée par des conditions d’hygiène très médiocres, l’absence de chauffage, la sous-alimentation chronique et la vie en collectivité21), mais le système éducatif lui-même introduisait les enfants à un monde de cruauté et de privations dont l’origine se trouve aussi bien dans le comportement des enseignants que dans celui des élèves. Le rituel du fouet ou des coups de canne (la fameuse verge de bouleau, birch, attribut essentiel de tout maître qui souhaite se faire respecter), distribués avec plus ou moins de raffinement dans la mise en scène, était rapidement devenu l’apanage de certains élèves eux-mêmes – ceux des grandes classes qui sont en charge de la discipline (les fameux prefects). Ceux qui en souffraient le plus étaient évidemment les plus jeunes, et notamment ceux qui venaient d’intégrer l’établissement22. Ils devaient en outre supporter la pratique extrêmement répandue des brimades (bullying) infligées par les grands.

  • 23 L’attention croissante que les responsables éducatifs des public schools portaient à la question d (...)

46Lutter contre les caractères efféminés, savoir supporter l’adversité sans broncher (la fameuse stiff upper lip) et cultiver sa forme physique par une participation assidue aux jeux sportifs organisés – en somme, faire de jeunes garçons des « hommes » – telle était la demande essentielle des parents qui savaient pourtant, en envoyant leurs enfants dans les public schools, qu’ils les condamnaient à un régime de cruauté, de maladie et d’immoralité23. Ce souhait a vite été relayé par le bénéfice qu’ils pensaient retirer (et qu’ils ont effectivement retiré) d’une formation élitiste, non du point de vue des connaissances acquises, mais par rapport à un idéal aristocratique et au statut social qu’offrait quasi automatiquement le fait d’être « passé par là ». Celui qui avait survécu à ces traitements pouvait alors envisager de grimper à son tour les barreaux de l’échelle pour accéder à des stades supérieurs de la hiérarchie scolaire, et ne manquait pas de faire subir aux plus jeunes les humiliations qu’il avait dû supporter lui-même.

47L’ensemble de cet apprentissage n’est évidemment pas sans évoquer les rites de passage chers à Van Gennep, dans la mesure où l’on y trouve – mais sur une période particulièrement étendue – à la fois le regroupement des futurs initiés en groupes (d’âge et de sexe), la séparation d’avec l’environnement traditionnel et la réclusion dans des espaces ad hoc, la souffrance corporelle (les mutilations prenant plutôt ici la forme de châtiments corporels), l’importance accordée à la prouesse physique (ici matérialisée par la quasi-obligation de faire du sport), l’apprentissage de nouveaux rôles...

  • 24 Contraction d’Oxford et de Cambridge, les deux plus prestigieuses universités anglaises.
  • 25 Cité par de Symons Honey (1977 : 240-241).

48Assez étrangement, le statut envié de public school résulte beaucoup moins d’une décision publique ou administrative que d’un processus complexe d’autodésignation ayant reçu l’aval des pairs. Certes, jusqu’aux années 1860, n’avaient obtenu ce statut que les neuf établissements visités par la Commission Clarendon ; quarante ans plus tard, leur nombre avait beaucoup augmenté, mais les critères d’admission au « club » n’étaient pas pour autant bien précis et suscitaient des débats ardents. L’importance des succès académiques, qui passait par l’admission des élèves à l’université, et notamment à Oxbridge24, était un des éléments à prendre en compte, ainsi que le fait pour une école d’être membre de la très fermée Head Masters’ Conference (HMC), fondée en 1869 par quelques directeurs de public schools. Mais l’argument décisif provenait de la qualité des interactions entre établissements, évaluée pour l’essentiel par la disponibilité de terrains de jeu et par l’acceptation ou non de rencontres sportives (on ne joue pas avec n’importe qui...). Il n’était certainement pas convenable de prévoir une rencontre de cricket ou de rugby avec n’importe quelle école, comme en témoigne (parmi beaucoup d’autres exemples) un échange de lettres entre les capitaines des équipes de cricket de Shrewsbury et de Westminster. À une demande du capitaine du XI de Shrewsbury, qui souhaitait un match au cours de la saison 1866 sur n’importe quel terrain à Londres, le capitaine de Westminster fit cette réponse25 un rien méprisante :

Monsieur,
Le capitaine du Onze de Westminster est désolé de décevoir Shrewsbury, mais Westminster ne joue avec aucune école qui ne soit une Public School, et le sentiment général dans l’école coïncide tout à fait avec celui du « Comité du Club des Public Schools », qui dresse cette liste des écoles reconnues – Charterhouse, Eton, Harrow, Rugby, Westminster et Winchester.
Bien à vous,
E. Oliver, Capitaine

49Ou encore, lorsque Mill Hill émit le souhait de rencontrer Harrow pour un match de football, la réponse fut cinglante : « Eton on connaît, et Rugby on connaît, mais qui êtes-vous donc ? » (Dunning et Sheard, 1979 : 103).

  • 26 Les prefects, on s’en souvient, sont des élèves des grandes classes chargés de la discipline.

50Ainsi s’est constituée une société très hiérarchisée, « une société de caste dans laquelle la position était précisément définie et les athlètes étaient les brahmanes » (Mangan, 2000 : 170). La situation des membres de chaque maison est définie en fonction de leur âge, de leur responsabilité « préfectorale26 », et des succès athlétiques qu’ils remportent sur les terrains de sport – les meilleurs d’entre eux, surnommés bloods, faisant partie d’une aristocratie athlétique qui à la fois les mettait quelque peu au-dessus des lois et les rendait très dépendants du système qu’ils avaient totalement intériorisé.

51Comme le résume fort bien Mangan, « une énorme machine de jeux fut finalement élaborée, efficacement soutenue et périodiquement améliorée ; huilée par la richesse de dirigeants, d’éducateurs, d’élèves, de parents et d’anciens élèves ; conduite par un groupe élitiste de maîtres et d’élèves qui protégeaient et promouvaient leurs principes et leurs plaisirs à l’aide de rituels élaborés et de symboles de statut et de pouvoir ; rendue utilisable par la réitération constante d’un idéal éducatif et, finalement, par la technique sommaire de la coercition » (2000 : 74).

52Les universités, et notamment Oxbridge, ont constitué de parfaits relais ou prolongements des public schools, dans la mesure où elles véhiculaient une idéologie à peu près identique et organisaient, au moins dans les périodes victorienne et édouardienne, des pratiques équivalentes. Il en résultait une sorte de causalité circulaire : les meilleurs athlètes des public schools l’étaient aussi à Oxbridge, et revenaient ensuite dans leurs anciens établissements en tant que maîtres ou assistants, pour former de nouveaux athlètes...

53Le système tel qu’il s’est constitué manifeste clairement une défaite de l’intellectualisme au profit de la culture du corps. Mais une des raisons essentielles de l’hyperdomination des jeux sur le travail intellectuel tenait probablement à la très mauvaise qualité de l’enseignement dans les public schools, et à son orientation presque exclusivement classique (enseignement du latin et du grec) : dans ces conditions, la pratique du sport avait peu de mal à paraître beaucoup plus excitante aux yeux des élèves. L’image de l’école victorienne, c’est la cohabitation de classes délabrées et de splendides terrains de cricket ou de rugby.

Formalisation des règles du jeu, distinction des codes

54Nous avons vu comment les pratiques du cricket et du football s’étaient inscrites dans les public schools et le rôle qu’elles ont été amenées à tenir, sous l’influence de directeurs d’école avisés, dans l’évolution de l’enseignement : au milieu du xixe siècle, le « culte des jeux » et la valorisation de la « virilité » et du « caractère » qu’il implique constituent les éléments majeurs du système éducatif qui se met en place pendant l’ère victorienne. Il nous faut à présent analyser une étape ultérieure du développement du sport – la troisième au sens de Dunning et Sheard – encore directement liée à l’institution des public schools : celle qui a vu à la fois l’avènement et la diffusion de règles du jeu écrites et plus complexes, et la différenciation progressive du football en rugger d’un côté, soccer de l’autre.

55Alors que le cricket, plus anciennement établi, s’était déjà modernisé dans le courant du xviiie siècle – instituant un partage clair et assumé entre amateurisme et professionnalisme, adoptant des règles qui devaient par la suite être relativement peu modifiées et créant, avec le MCC, l’institution représentative susceptible de les faire appliquer dans tout le pays mais aussi à l’étranger – le football, en revanche, était encore marqué par ses origines folkloriques et, faute d’institution fédérative, par une grande diversité dans les formes de pratique d’une école à l’autre. Cette hétérogénéité relative constituait en l’occurrence une incitation à d’importantes évolutions. Dans un contexte général de compétition féroce entre public schools, les innovations d’un Arnold à Rugby, parfois imitées dans d’autres établissements, jouèrent un rôle éminent.

  • 27 Mais il faudra attendre les années 1870 pour que ce dispositif se généralise.

56À Rugby, en effet, la structure sociale établie par les réformes d’Arnold encourageait l’innovation et rendit possible le processus de distinction par lequel les élèves, souhaitant montrer leur différence, provoquèrent une complexification des règles du jeu et privilégièrent le fait de pouvoir porter, sous certaines conditions, le ballon à la main. Dès 1839, certains matchs sont joués, à Rugby, entre des équipes au même nombre de joueurs et à effectifs réduits (parfois 15, parfois 20 de chaque côté)27.

  • 28 Une des formes de football qui n’a pas suivi cette recommandation est devenue par la suite le hock (...)

57Les questions relatives à l’organisation du jeu et des rencontres sont, à partir des années 1840, discutées au sein d’assemblées informelles et démocratiques, intitulées « levées ». C’est à l’occasion d’une de ces levées (celle tenue en 1845 par une classe de Sixth Form) que la toute première rédaction des règles du football à la façon de Rugby vit le jour. Ces 37 règles, dont l’objet principal était de réduire les nombreuses possibilités de contestation sur le terrain, étaient loin de traiter de tous les aspects du jeu, la coutume restant la référence pour ce qui est de la taille des équipes, des dimensions du terrain ou des caractéristiques du ballon ; elles concernaient le hors-jeu, l’usage que l’on était autorisé à faire de la force physique (et notamment la question très controversée du hacking) et les différentes façons de porter le ballon à la main et de le botter. Une de ces règles – selon laquelle il était interdit de contrôler et propulser le ballon autrement que par son seul corps – montrait bien qu’à cette époque l’usage de battes et de crosses était courant28. Peu à peu, le football archaïque, où le jeu au pied constituait la principale façon de faire progresser le ballon, cédait la place à un jeu plus complexe et ouvert, la progression pouvant aussi résulter de courses ballon en main et de passes à des coéquipiers, rééquilibrant ainsi les oppositions entre « force et habilité, spontanéité et contrôle, individualité et travail d’équipe ». En cas de contestation sur le terrain, une règle prévoyait une forme d’arbitrage peu contraignante (les capitaines de chaque équipe ou les représentants qu’ils désignent jouant ce rôle), ce qui valorisait considérablement le self control des joueurs, tenus de se comporter en parfaits gentlemen (Dunning et Sheard, 1979 : 96).

58Si les public schools ont été le creuset de la constitution des formes embryonnaires de ce que seront plus tard le soccer et le rugby, c’est plutôt à l’action des universités (notamment Cambridge) et des premiers clubs indépendants que l’on doit l’essentiel de leur structuration en codes distincts. Les établissements étaient bien trop attachés à leurs propres façons de jouer, bien trop méprisants à l’égard de ceux qui n’étaient pas considérés comme des vraies public schools et finalement bien trop satisfaits de pouvoir organiser des compétitions entre leurs propres « maisons » pour qu’ils aient pu être à l’origine d’une unification des règles.

59En revanche, à Oxbridge, le football, après le cricket et l’aviron, s’était implanté en profondeur du fait de la présence d’anciens élèves des public schools, et c’est la rencontre dans un même lieu de ces pratiquants de traditions différentes – notamment celles de Rugby et d’Eton, qui s’étaient développées dans des directions opposées – et l’obligation dans laquelle ils se trouvaient de jouer ensemble qui fournit la dynamique principale conduisant à l’unification des règles. C’est ainsi que de 1837 à 1863, à Cambridge, des règles communes furent édictées à six reprises ; mais il s’agissait alors de compromis entre des pratiques en vigueur à Eton, Harrow et Shrewsbury (l’exclusion de Rugby étant probablement le reflet de la relative faiblesse de l’effectif des Rugbeians dans cette université) : interdiction de prendre le ballon à la main (running in), du plaquage et du hacking (coup de pied dans les jambes pour stopper un adversaire).

60Les premiers clubs indépendants, quant à eux, datent des années 1850 et comprennent essentiellement des représentants des classes moyennes et supérieures. Contrairement aux universités, ces clubs sont des structures dans lesquelles peut se développer une forme particulière de football, celle qui répond à des règles du jeu sur lesquelles les membres se sont mis d’accord. Les joueurs y pratiquent le football par choix (et non, comme avec les formes folkloriques antérieures, parce que cela faisait partie d’une coutume locale enracinée dans la tradition). Ayant des effectifs modestes, ces clubs sont poussés à organiser des rencontres avec d’autres clubs. L’amélioration des capacités de transport et de communication non seulement donnera à cette dynamique de rencontres entre clubs une ampleur nationale, mais encore, avec l’aide de plus en plus efficace d’une presse sportive spécialisée, contribuera à établir des réputations (d’équipes, de joueurs) qui dépassent le niveau local (Dunning et Sheard, 1979 : 105-107).

61Il est bien établi que cette tendance à la multiplication des compétitions entre clubs et entre établissements scolaires jouera un rôle efficace dans la tendance générale à l’unification des règles. C’est à l’occasion de l’une des six réunions londoniennes de 1863 que nous avons mentionnées que fut avancée la question d’une scission formelle entre les partisans des règles du Rugby football et ceux qui en tenaient pour les règles du soccer (terme qui, on le rappelle, naît d’une contraction argotique d’association), et que furent posés les principes de ce qui allait devenir la Football Association. Nous ne retracerons pas ici les discussions complexes qui eurent lieu en ces occasions décisives (cf. Dunning et Sheard, 1979 : 108-111) ; il suffit pour notre propos de noter que les propositions des partisans des « règles de Cambridge » (interdire le running in et le hacking) furent combattues par des membres de l’Association (et notamment par un certain Campbell représentant Blackwell), qui pensaient qu’il ne fallait pas « émasculer » le football. En se retirant de la motion qui devait être votée par l’Association, le club de Blackwell « pavait ainsi le chemin qui devait conduire à la constitution, en 1871, de la Rugby Football Union [RFU] et à la séparation finale et irrévocable des destinées du “soccer” et du “rugger”. » (Dunning et Sheard, 1979 : 110). La naissance de la RFU fut en l’occurrence la réponse à une triple exigence : contrer la popularité croissante du soccer, lutter contre le développement sur le territoire de formes différentes du Rugby football, et surtout éteindre la polémique croissante et passionnée (à l’intérieur comme à l’extérieur des partisans du code de Rugby) à l’égard du hacking.

  • 29 Avec bien des réticences. Jusqu’à la fin des années 1870, des nostalgiques du hacking, en hommage (...)

62Lorsqu’on les inscrit dans la perspective théorique défendue par Elias et Dunning (1986) – selon laquelle des fractions des classes moyennes et supérieures britanniques s’engageaient depuis la fin du xviiie siècle dans un « processus de civilisation » conduisant à un contrôle de plus en plus strict des comportements violents – cette lecture des événements n’est pas sans poser problème. Non seulement ce souci de contrôle n’était pas partagé par tout le monde au sein des fractions de la population dont il est question, mais encore il faut remarquer que le rugby maintiendra tout au long de sa longue carrière la référence à ces « fondamentaux » qui en font un sport de combat collectif ; certes, le hacking sera finalement interdit29, et la réglementation se fera de plus en plus sourcilleuse par rapport à d’éventuels débordements de « violence » sur le terrain, mais l’esprit du rugby restera remarquablement proche du schéma originel. Par ailleurs, les évolutions contrastées des deux codes montreront que c’est dans les classes moyennes et supérieures que le rugby trouvera ses plus farouches partisans, le soccer conquérant rapidement les classes populaires.

L’idéologie de la « chrétienté musculaire »

Protestants ou puritains ?

63Dans son ouvrage consacré à la naissance des sports américains, Guttmann (1988) met en scène l’idéologie puritaine telle qu’elle est née en Angleterre et les développements qu’elle a connus en Amérique du Nord. Il y reproduit notamment deux citations fort intéressantes : « Les Puritains haïssaient les combats d’ours et de chiens, non parce que cela faisait souffrir l’ours, mais parce que cela donnait du plaisir aux spectateurs » (Macaulay, 1913-1915). « Les Puritains avaient pour mission d’éliminer tout sport et tout jeu de la vie des hommes » (Brailsford, 1969).

64Or, dans la suite de son texte, Guttmann (1988 : 26-34) semble s’attacher à une utilisation du terme « puritain » qui n’est pas de nature à clarifier la situation, dans la mesure où il se réfère, non pas au sens précis que ce terme avait aux xviie et xviiie siècles en Angleterre, mais au sens plus diffus qu’il a fini par prendre ultérieurement. Dans ces conditions, si l’on ne fait pas une claire distinction entre les notions de « puritanisme », d’ » anglicanisme » ou de « protestantisme », il est difficile de comprendre comment il se trouve que d’importantes fractions de la population, y compris celles que l’on pourrait qualifier de plus traditionalistes, étaient favorables au développement de la pratique des sports.

  • 30 Rappelons très brièvement quelques points essentiels de l’histoire du protestantisme anglais. La s (...)
  • 31 Cf. l’épopée du Mayflower... (chapitre II).

65Précisons d’abord quelques points d’histoire. Les « puritains » doivent leur nom au fait qu’ils souhaitaient purifier l’Église d’Angleterre des derniers vestiges des croyances ou des pratiques catholiques. Il s’agissait pour l’essentiel de petits propriétaires terriens et d’artisans des villes, de religion calviniste, dont le nombre avait grandi sous le règne d’Elizabeth Ire et qui se sont trouvés persécutés (tout comme les catholiques) par Jacques Ier : ce dernier, qui a régné de 1603 à 1625, avait en effet adopté la religion anglicane30. Beaucoup de ces puritains furent jetés en prison, d’autres émigrèrent en Amérique31, mais ceux qui restèrent en Angleterre constituèrent une opposition sur laquelle les gouvernements durent toujours compter, notamment au Parlement. L’histoire de leur influence se confond étroitement avec celle des événements politiques de l’Angleterre des xviie et xviiie siècles : considérable sous la « République » d’Oliver Cromwell (et surtout à la suite de la dictature militaire de 1649 à 1660) après la victoire des Têtes rondes (puritains de la petite noblesse terrienne et de la bourgeoisie urbaine) sur les Cavaliers (anglicans de la haute noblesse ou paysans) ; restreinte pendant la période de restauration des Stuarts (1660-1688), où se manifestent à la fois, dans un contexte de rapprochement avec la France, grande liberté des mœurs et tolérance vis-à-vis de la religion catholique. Mais progressivement, les progrès du régime parlementaire et la pacification des mœurs politiques vont de pair avec une diminution des affrontements religieux et une cohabitation plus sereine des divers mouvements religieux.

66Si le terme de « puritain » en vient à désigner de plus en plus, au cours du xixe siècle, une attitude austère et rigide, cela ne doit pas masquer le fait que de nombreuses tendances religieuses cohabitent – anglicans, congrégationalistes, baptistes, méthodistes, catholiques, sans compter les multiples bourgeons auxquels elles ont donné naissance, à l’image du pentecôtisme ou de l’Armée du Salut à partir du méthodisme. Le moins que l’on puisse dire, c’est que les positions des uns et des autres par rapport aux jeux, aux sports et aux exercices du corps manifestaient une grande diversité. De plus, elles sont d’autant moins faciles à appréhender qu’elles ont été soumises à des fluctuations parfois importantes suivant les périodes, à l’image des méthodistes, d’abord violemment opposés à l’exercice du sport, puis beaucoup plus accueillants. Ainsi, entre ceux qui refusent totalement la pratique des jeux et des sports et ceux qui la recommandent dans un but d’éducation à la fois physique et spirituelle, on trouve tout un éventail d’appréciations préconisant de la chose un usage modéré, raisonnable, tempéré, à partir d’une rhétorique qui s’articule autour de la question centrale : servir Dieu, mais comment ? Fleurissent alors les listes des pratiques que l’on doit considérer comme légitimes (ou condamnables), les catalogues des qualités requises pour une pratique acceptable (niveau de violence admis, circonstances, périodes de la semaine, etc.), ainsi que l’exposé des contextes de la pratique (y a-t-il des paris, des comportements immoraux ou lascifs, de l’ivresse ?...). Notons enfin qu’il peut y avoir, et qu’il y eut souvent, décalage entre ce que l’Église (sous quelque mouvance qu’elle se manifeste) préconise, et les pratiques réelles des différentes fractions de la population...

67Néanmoins, dans l’ensemble, on pourrait avancer que, si les « puritains » au sens strict du terme ont plutôt contribué à un freinage du développement des sports (comme probablement les méthodistes à une certaine époque), le protestantisme anglais a donné naissance à des idéologies qui l’ont au contraire fortement favorisé.

« Le moine et la bête32 »

  • 32 L’expression reprend le titre de l’ouvrage de Chitty publié en 1974, The Beast and the Monk.

« Toute tâche mérite attention. Cela peut consister en l’exercice d’un tout petit nombre de facultés mentales, mais on ne peut guère s’en passer. Même ces jeux athlétiques qui appellent l’exercice de la puissance corporelle, et qui exigent certains dons de force et d’activité en tant que conditions nécessaires de l’excellence, requièrent aussi l’usage d’importantes qualités mentales – observation, jugement, mémorisation des expériences passées et des règles du jeu, que l’on doit avoir à l’esprit consciemment ou inconsciemment ; et bien davantage encore des qualités morales – courage, caractère, confiance en soi, esprit de décision et patience. Sans elles, comme vous le savez, aucune vivacité dans l’appréciation des situations, aucune souplesse musculaire, aucune solidarité de l’œil et de la main ne peuvent suffire à garantir un haut degré d’excellence dans ces jeux virils qui vous délassent de vos études et vous donnent cette force physique et ce développement de vos pouvoirs corporels, qui sont une base parfois nécessaire, et toujours utile, à une vie énergique et active, quelle que soit la profession que vous exercerez. »

  • 33 Cité par Chandler (1988 : 26).

68Dans ce texte33, extrait d’un sermon prononcé en 1862 par le révérend George Butler, se trouve concentrée toute la rhétorique qui fleurit à l’époque chez de nombreux éducateurs protestants, et qui consiste à faire admettre l’idée, pour beaucoup scandaleuse, d’une nécessaire et fructueuse interconnexion entre l’esprit et le corps – version « musclée » de la formule bien connue mens sana in corpore sano, en ce qu’elle se pose comme fondement d’une éthique, voire même d’un projet de civilisation.

  • 34 Sur cette question, on pourra consulter notamment Putney (2001).

69Cependant, au sein de la doctrine religieuse, et notamment protestante, la nécessité d’un lien entre la santé de l’âme et celle du corps ne s’affirme que dans le courant du xixe siècle, et non sans rencontrer, nous l’avons vu, des oppositions parfois virulentes. Dans le processus long et complexe qui se met progressivement en place, l’influence de la littérature n’est certainement pas à négliger. Nous ne faisons ici qu’en évoquer les principaux aspects34.

  • 35 Kingsley a publié d’autres romans dans la même veine, notamment Yeast (1851), qui décrit les effet (...)
  • 36 Notamment celle consacrée à Two Years ago par T. C. Sander dans la Saturday Review.

70De la conjonction entre les influences religieuses et le système éducatif dont les public schools constituent la forme la plus emblématique, une certaine production littéraire rend en effet assez fidèlement compte. Deux romans, restés célèbres dans la littérature anglo-saxonne, passent notamment pour avoir été les porte-parole d’une conception du héros chrétien pétri de virilité (manliness) : Tom Brown’s Schooldays, écrit en 1856 par Thomas Hugues, et Two Years ago, écrit l’année suivante par Charles Kingsley35. C’est à propos de ces romans, dans le cadre de critiques littéraires qui leur étaient consacrées36, que l’expression Muscular Christianity a été employée, désignant à la fois un genre littéraire et une idéologie appelée à un brillant avenir.

71À l’inverse de Hugues, Kingsley était un pasteur anglican, et ses écrits portent davantage la marque d’une ambition philosophique systématique mêlant culture du corps, religion, nationalisme et défense de l’Empire : les Anglais sont un peuple élu de Dieu et se doivent de le faire savoir aux peuples qu’ils ont colonisé. Tous deux partagent un refus du méthodisme dans sa version évangélique, se sentent proches du mouvement « socialiste chrétien » et redoutent les effets de l’industrialisation sur les modes de vie et la dépravation des mœurs ; mais c’est Kingsley qui se montrera le plus offensif dans sa dénonciation des religions « déviantes » (catholicisme et méthodisme). Plutôt que l’introspection, l’ascétisme et la fuite hors du monde, qui entretiennent la faiblesse du corps et de l’esprit, il convient de valoriser l’inscription du chrétien dans l’action : le corps est au service du monde, il faut donc le rendre fort.

  • 37 Dans son roman, Hugues insistait cependant davantage sur la dimension physique et sportive de l’en (...)

72Les prises de position de Kingsley, et notamment ses attaques contre le catholicisme, ont déclenché des réactions violentes et alimenté une longue polémique, par romans interposés, avec John Henry Newman, converti au catholicisme et devenu plus tard cardinal. Devant le talent et la pugnacité de Newman, Kingsley bénéficiera d’un allié de poids en la personne de Thomas Hugues, dont le livre le plus important – celui qui l’a rendu extrêmement célèbre au moins dans le monde anglo-saxon – est Tom Brown’s Schooldays, panégyrique des valeurs de la « chrétienté musculaire » fondée sur la camaraderie, le sens de l’honneur et du « service » : comment être le meilleur en tout, et néanmoins rester modeste. Le cadre des exploits de Tom Brown est le collège de Rugby, que Hugues a fréquenté pour ses études à l’époque où il était dirigé par Thomas Arnold (1828-1841). Dans cette société « entre hommes », trois personnages exemplaires construisent le socle idéologique sur lequel va se déployer le roman : Flashman, le costaud qui ne sait pas canaliser sa force dans la bonne direction, Arthur, animé à l’inverse de sentiments religieux louables mais incapable de les mettre en œuvre, et Tom lui-même, qui réunit les qualités de ses deux compères et réalise, de ce fait, l’idéal du chrétien en devenir. Bien entendu, Dieu est omniprésent, mais sous la forme de son représentant sur Terre, le directeur de l’école, personnage étroitement calqué sur celui de Thomas Arnold37.

73Rares sont les écrivains ou les poètes de cette époque qui n’utilisent pas, de façon parfois extensive, les analogies sportives. De nombreuses expressions, en vigueur dans tous les milieux, vont dans le même sens – comme par exemple play the game, ou it is not fair play (vite relayé par it is not cricket) – et on ne compte pas les discours, notamment politiques, où fleurit la métaphore sportive (cf. Mangan 2000 : 179, 200-203). Et l’on a également souvent remarqué la fréquence de la référence aux valeurs guerrières de l’apprentissage des sports au sein des public schools.

  • 38 De l’avenir politique de l’Angleterre, 1855.

74La relation entre la pratique de la guerre et celle du sport donne en effet lieu à un débat qui culmine au début du xxe siècle, mais qui a été initié bien avant. On connaît la célèbre formule, attribuée au duc de Wellington par Charles Forbes, comte de Montalembert38 : « La bataille de Waterloo a été gagnée sur les terrains de jeu d’Eton. » En réalité, Wellington n’aimait guère le sport et l’avait d’ailleurs très peu pratiqué à Eton ; de plus, il avait fréquenté cet établissement à une époque (la toute fin du xviiie siècle) où l’organisation systématique des sports était totalement absente. Mais l’intérêt de la formule, répétée à l’envi par tous les zélateurs de la « chrétienté musculaire », réside pour l’essentiel dans sa dimension mythique et dans le fait qu’elle a contribué à la création et à la diffusion d’une idéologie restée longtemps très opérante. En témoigne par exemple ce poème de Lawrence Moncrieff, « The Cricketer’s “If” », en 1921 (cité in Mangan, 2000) :

If you should ask me why ’tis that England
Schoolboys are taught the king of the games to play,
As well as learning French and mathematics
(« A beastly waste of time » perchance you’ll say).

Not so, Not so, my gentle reader, listen !
Turn for a time, and give it sober thought ;
That war out of which we came victorious
Was largely won upon the fields of sport.

Could our young men have turned out so quickly ;
Well trained for all the hardships of the front,
Had they not become quite well accustomed
Of hard and nasty knocks to bear the brunt ?

No, they should not, gentle, thoughtless reader,
Study’s necessary in its way,
But no more so than are games like cricket,
To keep old England where she is today.

75Ce genre de littérature, qui met en scène l’élève des publics schools en tant que sportif-soldat, est très répandu à l’époque victorienne, mais sera l’objet de critiques de plus en plus virulentes. D’après Putney, c’est le triomphe (et donc la banalisation), à la fin du xixe siècle, des principes de la « chrétienté musculaire » qui rend possible leur dévaluation générale : « Une des raisons en était le fait que vers la fin du siècle nombre de ces tâches sur lesquelles les Chrétiens faisaient porter leurs efforts (construction de l’Empire, réforme des public schools, et ainsi de suite) ne constituaient plus des défis à relever mais des faits confortablement établis » (2001 : 17). C’est en effet à cette époque que se renforce le courant des détracteurs de l’alliance entre la culture du corps, la religion, le nationalisme et l’expansion coloniale – ceux qui insistent sur son aspect conformiste, décérébrant, anti-intellectuel et privilégiant la force au détriment du droit. On les trouve bien entendu dans le milieu d’intellectuels résolument anti-victoriens, aux côtés notamment de Bertrand Russell, mais aussi dans les rangs d’auteurs politiquement moins marqués comme Gerard Manley Hopkins, E. M. Forster ou Alec Waugh (le frère d’Evelyn). Certes, la « chrétienté musculaire » reste un idéal pour de nombreux auteurs, parmi lesquels Rudyard Kipling se taille la part du lion dans sa défense et illustration du « fardeau de l’homme blanc » devant l’impérieuse nécessité de civiliser le monde. Mais, ainsi que le remarque Putney (2001 : 18), Kipling lui-même n’épouse pas totalement les idéaux défendus par Kingsley et Hugues lorsqu’il prétend que si les Anglais disposent de la puissance, les indigènes ont (parfois) le droit pour eux... Surtout, Kipling a des mots très durs à l’encontre d’un système éducatif privilégiant à l’excès la pratique sportive au détriment d’une correcte formation militaire, le rendant responsable des difficultés rencontrées par l’armée britannique pendant la guerre de Boers et tournant en ridicule, dans un poème célèbre, « The Islanders », publié en 1902 dans les colonnes du Times, les « flanelled fools at the wicket » et les « muddied oafs at the goals ».

76De fait, s’il est clair que la littérature a eu, dans la diffusion (ou parfois la critique) de l’idéologie musculaire en Angleterre, un rôle tout à fait éminent, c’est véritablement au sein du système éducatif, davantage que dans le cadre de la production littéraire, que cette idéologie rencontrera les succès les plus éclatants. L’inscription des sports dans le système éducatif va se traduire progressivement par une autonomisation du système sportif, la pratique se dégageant de plus en plus des impératifs liés à une éducation chrétienne pour devenir une fin en soi. Il convient de rappeler que, ce faisant, il ne fait que renouer avec la période pré-victorienne...

Amateurs et professionnels

  • 39 Ivanhoe et Le Talisman sont ses romans les plus connus.
  • 40 En français dans le texte.
  • 41 Cf. aussi l’ouvrage de Mark Girouard, Return to Camelot : Chivalry and the English Gentleman, qui (...)
  • 42 Nous verrons plus loin en quoi il convient de nuancer la validité du troisième principe, le protes (...)

77Dans son introduction à l’ouvrage que Mangan (2000) a consacré aux public schools dans les époques victorienne et édouardienne, Richards soutient que l’origine de l’idéologie de la « chrétienté musculaire » est à trouver dans le goût immodéré que les Anglais portaient aux récits chevaleresques mettant en scène, de façon romantique, une époque médiévale idéalisée dont un écrivain comme Walter Scott s’est fait le chantre39. En témoignent, dans le domaine artistique, la floraison d’une architecture imitant les châteaux gothiques, et l’intérêt porté aussi bien à la littérature vantant les exploits du roi Arthur et des Chevaliers de la Table ronde, qu’à la peinture pré-raphaélite ou à la poésie d’un Alfred Tennyson ou d’un Matthew Arnold. Dans le domaine de l’élaboration d’un code de comportement dans l’existence quotidienne, il s’agissait, ajoute l’auteur, « de la reformulation de l’image du gentleman en tant que chevalier médiéval idéalisé, incarnation des vertus de bravoure, de loyauté, de courtoisie, de générosité, de modestie, de pureté et de compassion, le tout doté d’un sens inaltérable de noblesse oblige40 à l’égard des femmes, des enfants et des membres des classes sociales inférieures » (in Mangan, 2000 : xxii)41. Ce que met en avant un tel modèle de comportement – et que l’on retrouve très précisément dans l’idéologie sportive qui se développe en Angleterre à partir du xviiie siècle – c’est notamment la conjonction de quatre principes fondamentaux : la valorisation du caractère au détriment de l’intellect, l’importance vitale des exercices corporels pour l’acquisition de ce caractère, le mépris pour l’argent et l’affirmation d’affinités naturelles entre dominants et dominés (que l’on pourrait en l’occurrence résumer sous l’étiquette de paternalisme)42. Ces dimensions concourent à mettre en scène, de façon durable, une dualité extrêmement importante : l’opposition entre amateurs et professionnels.

78Le développement des pratiques sportives au sein des public schools s’est accompagné de l’émergence d’une « éthique amateur » dont les manifestations, d’abord diffuses, se sont progressivement cristallisées en réponse aux avancées d’un professionnalisme qui semblait bafouer un certain nombre de valeurs auxquelles s’accrochaient les classes dominantes. Bien que généralement cantonnés au seul domaine sportif, les affrontements entre tenants de l’amateurisme et défenseurs du professionnalisme avaient une extension plus vaste et reposaient en grande partie sut une hostilité de classe. Pour comprendre ce qui était en jeu dans la seconde moitié du xixe siècle, il convient de traiter de chaque sport séparément : le rôle des forces sociales en présence n’a pas été identique pour le cricket, le rugby ou le soccer, et les solutions adoptées ont été chaque fois spécifiques. Ceci permettra de comprendre pourquoi le professionnalisme en vigueur dans le soccer à partir des années 1870 était d’une nature bien différente de celui qui a caractérisé le cricket, ainsi que les raisons pour lesquelles le rugby s’est opposé à la professionnalisation.

79C’est dans la pratique du cricket que s’est manifesté pour la première fois un clivage entre amateurs et professionnels. Au xviiie siècle, les membres de l’aristocratie et les propriétaires terriens louaient les services d’individus pour effectuer un certain nombre de travaux dans leurs domaines, mais plus spécifiquement sur la base de leurs talents de joueurs de cricket. Nous avons déjà mentionné le caractère quasiment « naturel » (au sens où sa légitimité était apparemment intégrée par les classes dominées) d’une telle situation hiérarchique, qui se manifestait notamment – au moins sur les terrains de sport – par une grande proximité entre gentlemen et players : dans la mesure où cette inégalité ne risquait pas d’être remise en question par les subordonnés, il n’y avait guère d’inconvénients à partager avec ceux-ci les mêmes vestiaires ou à prendre avec eux repas et cups of tea au moment de la pause ; d’un certain point de vue, on pourrait même avancer qu’une telle mise en scène de la proximité était, dans le contexte de l’époque, le moyen le plus sûr de consolider la relation paternaliste et donc la division hiérarchique du monde. Le type de professionnalisme alors en vigueur dans le cricket ne constituait aucunement une menace vis-à-vis des intérêts de la classe dominante, et aucune suspicion d’ordre moral ou social ne pesait sur lui.

80Les progrès de l’industrialisation et de l’urbanisation, l’émergence rapide d’une classe bourgeoise dès les débuts du xixe siècle, eurent sur cet équilibre un effet déstabilisateur. Se sentant menacés dans les fondements de leur domination sociale par la classe moyenne montante, bénéficiaires d’une hiérarchie sociale qui était perçue comme de moins en moins « naturelle », confrontés à l’apparition de débats sur la légitimité de la relation amateurs/ professionnels, les membres des classes dominantes réagirent en affirmant de façon plus formelle des prérogatives qui n’allaient plus de soi. Il s’agissait désormais de manifester clairement « qui est qui ». On ne se changeait plus dans le même vestiaire, on n’entrait plus sur le terrain par la même porte, les vestiaires des professionnels étaient moins confortables que ceux des amateurs ; sur les programmes des matchs, les initiales des prénoms des professionnels étaient imprimées après leur nom, alors que pour les amateurs c’était l’inverse ; on ne choisissait pas un capitaine parmi les professionnels, indépendamment des qualités de joueur de chacun ; les amateurs étaient appelés sir par les professionnels, et ces derniers devaient effectuer diverses tâches d’entretien des terrains et de leurs dépendances ; Holt (1992 : 279) précise que, jusqu’en 1962, le Times ne publiait, dans son courrier des lecteurs, que les lettres rédigées par les amateurs, et que ce n’est qu’en 1952 qu’un professionnel a pu devenir capitaine de l’équipe d’Angleterre ; enfin, les gentlemen sont en général des « batteurs » et les players, des « lanceurs ».

81L’affirmation de plus en plus nette de la discrimination de classe au sein du cricket conduisit à mettre en exergue la supériorité des valeurs de sportivité, d’individualité et de flair (celles des gentlemen amateurs) sur les valeurs de compétition et d’entraînement ayant pour objectif principal la victoire plus que le jeu (celles des players professionnels). Comme l’a souligné Nandy (2000 : 19-20), les classes supérieures de l’ère victorienne s’assuraient ainsi les avantages d’une realpolitik (il fallait bien que l’Angleterre gagne ses matchs internationaux pour tenir son rang) sans prendre à leur compte les valeurs de la realpolitik (on laissait cela aux vulgaires players, que l’on traitait avec condescendance et qui faisaient le « sale boulot »).

82Une telle codification de la hiérarchie sociale semble avoir été acceptée par les joueurs professionnels sans résistance. Est-ce parce que les avantages que leur procurait malgré tout leur statut leur semblaient suffisamment importants pour contrebalancer une telle stigmatisation sociale ? Faut-il invoquer le fait qu’une telle stigmatisation est finalement restée confinée à des éléments rituels symboliques sans affecter les modalités essentielles de leur participation au jeu ? De fait, il n’y eut guère d’opposition significative à l’existence du professionnalisme dans le cricket, ni de contestation de l’autorité du MCC en la matière : celui-ci pouvait continuer à abriter sans conflit gentlemen et players et contrôler une pratique unifiée.

  • 43 L’auteur distingue des formes culturelles dures, qui réalisent un ensemble de « liens entre valeur (...)

83Dans un tel contexte, l’opposition entre amateurisme et professionnalisme fonctionne comme un idéal-type : « Un véritable amateur ne doit jamais chercher à obtenir sur son adversaire un avantage qu’il ne souhaiterait pas que son adversaire obtienne sur lui » (Holt, 1992 : 99). En tant que forme emblématique de l’idéologie sportive victorienne, le cricket focalise toutes les tensions et les contradictions qui sont à l’œuvre dans le système sportif naissant. D’après Appadurai (1995), plus encore que le rugby, il constitue une forme culturelle « dure »43, peu susceptible d’être modifiée lorsqu’elle s’inscrit dans un contexte culturel différent. De façon plus nette que pour les autres sports nés en Angleterre, les valeurs qu’il représente sont celles du puritanisme (ou tout au moins d’une de ses formes atténuées) et expriment des « manières d’être » qui sont censées régir tout comportement masculin : sportivité et sens du fair play, contrôle absolu de l’expression des émotions pendant le jeu, subordination des intérêts et des sentiments personnels au principe collectif matérialisé par l’équipe... Dans la notion de fair play, on trouve l’injonction de respecter non seulement les règles, mais surtout l’esprit du jeu – ce dont témoigne l’expression : « It is not fair play (« ce n’est pas du jeu ») et son extension : « It is not cricket ».

84La professionnalisation du soccer est intervenue beaucoup plus tardivement que celle du cricket, mais néanmoins très vite dans l’histoire de ce sport puisqu’elle date de la fin du xixe siècle, c’est-à-dire d’une époque où les relations entre professionnels et amateurs étaient d’une autre nature : plus complexes et impersonnelles qu’au temps du patronage, elles dépendaient moins, sur le plan financier, de la richesse d’individus faisant partie d’une certaine classe que des opportunités commerciales créées par les nouvelles foules de spectateurs qui se pressaient aux portes des stades.

  • 44 Sur l’histoire de cette scission et ses raisons profondes, cf. Dunning et Sheard (1979: 145-200).

85L’établissement de cette forme plus diffuse et anonyme de professionnalisme, notamment dans le nord de l’Angleterre qui en vint à concentrer les meilleures équipes, n’eut pas les mêmes conséquences sur le soccer et sur le rugby. Dans le premier cas, les tensions générées par ce nouveau type de relations entre employeurs et employés ne se sont pas traduites par la séparation entre une branche professionnelle et une branche amateur, alors que la crispation de la RFU sur les valeurs représentatives de l’amateurisme finit par créer les conditions, à la fin du xixe siècle, d’un éclatement du rugby en deux codes différents44.

86Bien entendu, cette éthique amateur (dont nous avons souligné qu’elle fonctionnait largement comme un idéal-type) est elle-même menacée, dès la fin du xixe siècle, par les enjeux financiers croissants, qui tendent à tuer le plaisir de jouer et le fair play, et par la popularité de certains sports (soccer, rugby) pour le spectacle desquels de plus en plus de gens acceptent de payer. Par ailleurs, si l’on suit Appadurai, l’opposition entre amateurs et professionnels repose, dans le cas du cricket, sur un paradoxe. Bien qu’il s’agisse d’une pratique fondamentalement élitiste, reflet de l’idéologie de la classe dominante, ce jeu a créé entre les joueurs des solidarités sportives qui ont autorisé une certaine forme de brassage social, dans la limite de l’acceptation et de l’intériorisation, par ceux issus des classes les plus modestes, des codes sociaux imposés par les membres des classes dominantes... Obtenir un certain degré d’intimité avec ses supérieurs supposait à la fois que l’on puisse faire la preuve d’un grand talent de joueur et que l’on paie le prix de son intégration par un comportement conforme aux normes sociales imposées. En tant que jeu d’équipe nécessitant la coopération entre les joueurs, le cricket atténuait (en tout cas le temps de quatre innings) ce que les rapports de classe pouvaient avoir de brutal dans l’Angleterre des xviiie et xixe siècles (Appadurai, 1995 : 26). Enfin, la question générale du respect des « règles du jeu » constitue une sorte de modèle qui déborde largement du seul domaine du sport pour diffuser dans la société tout entière. C’est ce qui, d’après Holt (1992 : 267-269), explique en grande partie la spécificité des relations de classe en Angleterre. Si, malgré les considérables problèmes sociaux créés par le développement industriel, ces relations n’ont pas abouti à la situation conflictuelle prédite par Marx, c’est que les classes laborieuses avaient conservé une certaine confiance dans le système politique et dans les capacités des classes dirigeantes à « jouer le jeu », et notamment à respecter le verdict des urnes, de la même façon qu’un sportif accepte la décision de l’arbitre. Dans un tel contexte, le sport n’a certainement jamais été conçu comme un instrument de contrôle délibéré et systématique de la société dans son ensemble, mais la conception de ce qui constitue le fair play s’était suffisamment diffusée dans le corps social pour orienter les comportements des deux parties et constituer un modèle aussi signifiant dans les relations de travail que sur un terrain de cricket ou de rugby, et qui plus est un modèle qui, revendiqué comme la marque d’une civilisation supérieure, s’est progressivement chargé d’une forte saveur identitaire.

Notes

1 Tous les textes écrits en anglais, à l’exception des poèmes, sont traduits par nos soins.

2 Il convient néanmoins d’y ajouter le cricket, premier sport collectif dans lequel les classes supérieures étaient supposées s’exercer sans l’aide d’un cheval.

3 Les auteurs précisent que cette périodisation doit être comprise comme n’excluant pas que des formes dominantes à une certaine période puissent subsister, à titre secondaire ou marginal, dans des périodes ultérieures.

4 Si, compte tenu de la date de leur étude, Dunning et Sheard n’ont évidemment pas pu mentionner ce qui pourrait constituer une sixième étape (l’abandon par le rugby à XV, en 1995, de toute référence à l’amateurisme), ils avaient très lucidement prévu une telle transformation, qu’ils estimaient inéluctable. Néanmoins, ils pensaient qu’une telle évolution aurait pour conséquence que le rugby à XV deviendrait « pour l’essentiel, impossible à distinguer du rugby à XIII » (Dunning et Sheard, 1979 : 17). Quelle que soit la pertinence des discours actuels regrettant que le XV ressemble de plus en plus au XIII (voire au football – i.e. américain), la professionnalisation du XV n’a cependant pas produit en elle-même une équivalence entre les deux codes. Tant que les règles du jeu (et notamment celles qui ont trait aux diverses formes de regroupements, mêlées ouvertes ou fermées, où la dimension du combat collectif subsiste) n’auront pas été radicalement modifiées, la différence fondamentale entre les propriétés formelles des deux codes en fera encore deux sports très différents (cf. chapitre VIII).

5 Dunning et Sheard (1979 : 23) en fournissent une illustration sélective qui fait état de 31 interdictions entre 1314 et 1667 : la répétition même de ces interventions publiques manifeste la popularité du football et les difficultés rencontrées pour en venir à bout.

6 Il pouvait parfois atteindre jusqu’à 2 000 individus, sans qu’aucune tentative soit faite pour équilibrer les équipes en présence.

7 Des mentions d’une pratique beaucoup plus ancienne, remontant à la période élisabéthaine (seconde moitié du xvie siècle), voire même à l’époque d’Edouard Ier (fin du xiiie siècle), ont été retrouvées dans divers documents historiques. Mais ce n’est qu’au début du xviiie siècle que l’on peut attester d’une pratique à la fois répandue, organisée et codifiée, même si de nombreuses modifications ultérieures seront apportées en matière de règles du jeu, de dimensions du terrain ou de formes de la batte.

8 En 1833, les mémoires sportives d’un certain John Nyren, joueur de cricket du Hampshire, furent publiées. Cet ouvrage, intitulé The Young Cricketer’s Tutor, eut une importance considérable dans l’élaboration du mythe d’un cricket conçu comme une activité vertueuse pratiquée par de purs gentlemen. « Les hommes de Nyren étaient loyaux et authentiques, résolus et justes, démocrates par instinct, timides par préférence et lents à condamner mais – on ne pouvait l’ignorer – potentiellement terribles dans leur juste indignation » (Hutchinson, 1996 : 162). Bien que le cricket soit depuis longtemps devenu (aussi) une pratique urbaine, l’image d’Épinal qu’il véhicule encore est essentiellement rurale – celle d’un terrain entouré de verdure où s’ébattent des personnages habillés de blanc, avec en arrière-plan l’église de village...

9 Mais aussi, comme ce fut très manifeste dans le cas du cricket, à instituer toute une série de codes visant à distinguer les gentlemen des players (cf. infra).

10 Tout au moins dans la période qui nous intéresse le plus ici, à savoir le début du xixe siècle et la période victorienne (1837-1901) ; car à l’origine, ces institutions étaient censées former les futurs membres du clergé de l’Église anglicane et s’adressaient pour l’essentiel à la classe laborieuse. Comme l’écrit Hobsbawm (1969) : « L’assimilation des classes commerçantes et industrielles britanniques au modèle social de la gentry et de l’aristocratie s’était produite très rapidement à partir de la première moitié du xixe siècle, la période pendant laquelle tant de ces soi-disant “public schools” furent créées, ou réformées en excluant finalement les pauvres pour lesquels elles avaient été conçues initialement. »

11 On trouve une illustration intéressante de ce mode de vie scolaire dans l’ouvrage de Kipling, Stalky & Cie ([1899] 1950).

12 Mais entre 1728 et 1832, Dunning et Sheard (1979 : 53) ont recensé 23 rébellions importantes dans les public schools les plus connues.

13 Dans sa fameuse « Circulaire aux parents » de juin 1853, il propose qu’une partie de l’argent dont disposent les élèves soit utilisée à subventionner la pratique du cricket et du football et à restaurer le terrain sur lequel ont lieu les parties de pelote (fives), contribuant ainsi à « promouvoir la gloire de Dieu » (lettre reproduite intégralement in Mangan, 2000 : 228-230).

14 L’auteur utilise le terme de bear garden, qui signifie à la fois « pétaudière » et « arène » où se combattent ours et chiens (le bear-baiting traditionnel).

15 On en trouvera une analyse critique dans Mangan (2000 : 74-96).

16 Report of Royal Commission on Physical Training (Scotland), 1903, vol. II, p. 414, Q.9774 (cité in Mangan 2000 : 77).

17 Ou century : 100 points marqués au cours d’un match par un batteur effectuant des courses entre les guichets. Le blue est un joueur qui a acquis le droit d’exhiber certains détails vestimentaires (casquette, écharpe...) du fait qu’il a représenté son université dans une compétition.

18 En 1873, comme l’année précédente, 27 000 personnes avaient accepté de payer 1 shilling pour assister au match de cricket Eton/Harrow au Lord’s, ainsi que l’indique le Wisden Cricketer’s Almanack (publication apparue en 1864, sorte de bible des joueurs auquel le joueur John Wisden a donné son nom).

19 Des oppositions, parfois virulentes, se sont fait jour, qui provenaient même parfois de responsables de collège où se pratiquaient le cricket et le « football ». Mais dans l’ensemble elles sont restées marginales et n’avaient qu’un écho limité dans la mesure où les enfants, les maîtres, et aussi les parents y trouvaient leur compte, ces derniers valorisant davantage les exploits sportifs de leurs rejetons que leurs qualités de latinistes.

20 Le Premier ministre Stanley Baldwin, dans un discours prononcé devant l’Association Harrow en 1923, déclarait : « Quand j’eus à former un gouvernement, une de mes premières pensées fut que cela devait être un gouvernement dont Harrow ne pourrait avoir honte. Je me souvins que dans des gouvernements précédents il y avait quatre, peut-être cinq anciens élèves d’Harrow, et je décidai d’en avoir six » (in de Symons Honey, 1977: 155).

21 Cf. à ce sujet l’abondante documentation fournie par de Symons Honey (1977: 164-229).

22 Le fag system (de fag, corvée), qui soumettait les élèves des petites classes au bon vouloir des grands, constituait une forme d’esclavage tellement admise que la Commission Clarendon la considérait comme un élément essentiel d’une authentique éducation de public school.

23 L’attention croissante que les responsables éducatifs des public schools portaient à la question de l’immoralité des comportements des élèves s’est souvent concentrée sur la sexualité. Mais elle s’adressait davantage au « problème » de la masturbation (dont les supposés dangers étaient mis en exergue avec vigueur par les médecins) qu’à celui de l’homosexualité qui, malgré les situations de promiscuité engendrées par le système de pensionnat, obsédait moins les enseignants. La pratique assidue des sports était censée écarter ces comportements répréhensibles : un élève qui regagnait son lit à bout de forces après un après-midi de cricket ou d’aviron avait toutes chances d’échapper à la tentation...

24 Contraction d’Oxford et de Cambridge, les deux plus prestigieuses universités anglaises.

25 Cité par de Symons Honey (1977 : 240-241).

26 Les prefects, on s’en souvient, sont des élèves des grandes classes chargés de la discipline.

27 Mais il faudra attendre les années 1870 pour que ce dispositif se généralise.

28 Une des formes de football qui n’a pas suivi cette recommandation est devenue par la suite le hockey (cf. Dunning et Sheard, 1979 : 92).

29 Avec bien des réticences. Jusqu’à la fin des années 1870, des nostalgiques du hacking, en hommage nostalgique au bon vieux temps, s’offraient parfois le plaisir d’un « glorious hacking » (appelé Hallelujah) pendant les cinq dernières minutes d’un match.

30 Rappelons très brièvement quelques points essentiels de l’histoire du protestantisme anglais. La séparation de l’Église d’Angleterre par rapport à Rome, en 1534, donne naissance à l’établissement d’un corps de doctrine définitif en 1563 (les « 39 Articles »), qui combinent des principes luthériens de justification et une nouvelle approche de l’élection et des sacrements. Mais d’importantes fractures subsistent au sein de l’Église anglicane : certains veulent la réconciliation avec Rome, d’autres sont favorables aux vues radicales des protestants du Continent, notamment d’Allemagne – ce sont les puritains, d’où émergeront pat la suite diverses tendances, comme les congrégationalistes, les baptistes, ou encore les méthodistes dont nous aurons à reparler dans la mesure où ils ont eu une influence considérable sur la scène missionnaire, notamment dans le Pacifique.

31 Cf. l’épopée du Mayflower... (chapitre II).

32 L’expression reprend le titre de l’ouvrage de Chitty publié en 1974, The Beast and the Monk.

33 Cité par Chandler (1988 : 26).

34 Sur cette question, on pourra consulter notamment Putney (2001).

35 Kingsley a publié d’autres romans dans la même veine, notamment Yeast (1851), qui décrit les effets bénéfiques du sport sur le physique et le mental et met en scène un personnage haut en couleurs, le « sporting parson » Panurgus O’Blareaway (« rugged and amiable fellow »).

36 Notamment celle consacrée à Two Years ago par T. C. Sander dans la Saturday Review.

37 Dans son roman, Hugues insistait cependant davantage sur la dimension physique et sportive de l’enseignement à Rugby que ne le faisait en réalité Arnold. Néanmoins, pour Arnold qui, on l’a vu, avait sur la question un point de vue très pragmatique, l’exercice assidu des sports collectifs constituait un des moyens privilégiés pour canaliser les énergies des élèves et pour enseigner à une jeunesse qu’il jugeait dépravée le goût pour la règle, l’effort et la vertu la plus stricte (cf. Putney, 2001 : 16-17).

38 De l’avenir politique de l’Angleterre, 1855.

39 Ivanhoe et Le Talisman sont ses romans les plus connus.

40 En français dans le texte.

41 Cf. aussi l’ouvrage de Mark Girouard, Return to Camelot : Chivalry and the English Gentleman, qui montre comment ces valeurs chevaleresques ont constamment inspiré les modèles de comportement de l’aristocratie anglaise et se sont insinuées dans la sphère sportive ; l’auteur y voit notamment la source de l’engouement pour les emblèmes et les couleurs auxquels s’attachent, de façon parfois fanatique, les élèves de public schools pour représenter l’identité de leurs « maisons » et de leurs équipes (Girouard, 1981).

42 Nous verrons plus loin en quoi il convient de nuancer la validité du troisième principe, le protestantisme s’étant chargé de conférer à la réussite matérielle le statut éminent que l’on sait, à savoir la preuve tangible que l’on est bien élu de Dieu.

43 L’auteur distingue des formes culturelles dures, qui réalisent un ensemble de « liens entre valeur, signification et pratique incorporée, liens qu’il est difficile de rompre et de transformer », et des formes culturelles douces « qui autorisent des séparations relativement aisées entre la performance incorporée de la signification et de la valeur, ainsi qu’une transformation relativement facile à chaque niveau » (Appadurai, 1995 : 24). De ce point de vue, le cricket est une forme culturelle qui modifie davantage ceux qu’elle socialise qu’elle n’est elle-même modifiée par eux.

44 Sur l’histoire de cette scission et ses raisons profondes, cf. Dunning et Sheard (1979: 145-200).

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540